Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Écrire l’histoire au Siècle d’or ...Écrire l’histoire du règne de Cha...

Écrire l’histoire au Siècle d’or : rôles, usages et pratiques du récit historique dans l’Espagne des Habsbourg (XVIe et XVIIe siècles)

Écrire l’histoire du règne de Charles Quint au XVIe siècle

Juan Carlos D’Amico

Texte intégral

  • 1 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, Epistolario, in : Obras Completas, Pozoblanco : Ayuntamiento de Pozoblanco (...)

[…] soy y he sido siempre aficionado en cualquier circunstancia a la pura verdad, a la que me invita no solo mi deber y costumbres, sino también mi forma de ser1.

  • 2 Alfred Morel-Fatio et, après lui, Augustin Redondo ont recours au mot « chroniste » pour identifier (...)
  • 3 Voir José Luis BERMEJO CABRERO, « Origenes del oficio de cronista real », Hispania. Revista español (...)

1Comme nous le savons, au XVe et au XVIe siècle, l’histoire faisait partie des programmes éducatifs proposés par les humanistes dans toute l’Europe. Par conséquent, l’écriture de l’histoire n’était pas une mission anodine et était étroitement liée aux structures du pouvoir et à ses interprétations. Un lien étroit existait entre ceux qui exerçaient le pouvoir et ceux qui devaient raconter l’histoire et l’interpréter. Pour cette raison, les monarchies de la Renaissance, comme d’autres formes de pouvoir antérieures, avaient tout intérêt à superviser ce que les historiographes écrivaient. Par exemple, en Castille existait la charge de chroniqueur royal, c’est-à-dire qu’un historiographe était nommé officiellement par le roi pour écrire l’histoire de son royaume2. En effet, les souverains castillans étaient conscients du rôle politique que jouait l’historiographie et de la nécessité de veiller sur les pages issues de la plume des chroniqueurs. Cette figure de chroniqueur officiel, bien qu’elle ait déjà existé dans le passé, s’affirme en Castille au cours du XVIe siècle où elle assume un caractère politique très marqué3. Avec elle s’installe une histoire officielle qui implique différents aspects de la représentation historique : un regard orienté et fantaisiste sur le passé mythique, accompagné de la célébration dynastique des familles au pouvoir et d’une chronique d’événements contemporains, lesquels, correctement choisis et interprétés, peuvent déterminer rationnellement le travail « juste et légitime » des souverains qu’on entend encenser. On peut donc considérer, d’une manière générale, l’histoire officielle comme partisane, polémique et partiale et l’assimiler à d’autres formes de « propagande » de l’époque comme les pamphlets, les portraits d’apparat ou les entrées princières.

  • 4 Voir l’introduction de Chantal GRELL dans Les historiographes en Europe. De la fin du Moyen Âge à l (...)

2Pour cette raison, corriger les erreurs ou modifier les points de vue de ses prédécesseurs est parfois un moyen pour l’historien de progresser dans la connaissance historique. Toutefois, l’histoire n’est pas une science exacte ni la reconstruction objective de la réalité, mais plutôt une série d’interprétations successives qui expliquent plus la manière dont les historiens se représentent le passé que la réalité qu’ils veulent raconter. Dans cette logique, l’étude des représentations du passé permet à l’historien de comprendre les liens entre les discours historiques et la politique, entre l’idéologie et les classes dominantes. Dans ce domaine, la relation entre l’histoire et le pouvoir et les liens entre l’histoire officielle et la construction d’une identité nationale sont un champ de recherche fondamental4.

  • 5 Voir entre autres Ricardo GARCÍA CÁRCEL (coord.), La construcción de las Historias de España, Madri (...)

3Toutefois, dans cet article, nous n’aborderons ni le débat sur la naissance d’une histoire nationale espagnole, ni celui sur l’importance des différentes histoires régionales et leurs spécificités. De nombreux travaux et colloques ont été dédiés à ces thèmes ces dernières années5. Notre intention est de nous concentrer sur la deuxième partie du XVIe siècle et d’essayer de comprendre pour quelles raisons il n’existe pas un ouvrage publié en Espagne dans cette période qui raconte les vicissitudes du règne de Charles Quint, malgré l’importance de ce roi-empereur dans l’histoire de la péninsule Ibérique de 1517 à 1555, année de son abdication en faveur de son fils Philippe II. Il était le premier souverain des royaumes de Castille et d’Aragon et, à première vue, il semble surprenant de devoir attendre cinquante ans après sa mort pour voir apparaitre la première œuvre officielle en castillan consacrée à sa vie, celle de Prudencio de Sandoval.

  • 6 Los XL Libros del Compendio Historial de las Crónicas y Universal Historia de todos los Reynos de E (...)
  • 7 Il s’agissait de deux historiographes qui s’étaient formés à l’époque du règne de Charles Quint, né (...)
  • 8 À la fin de son histoire de la Castille, Garibay s’excuse d’ailleurs de ne pas avoir écrit une hist (...)
  • 9 Juan de MARIANA, Historiae de rebus Hispaniae libri XX, Tolède : Pedri Roderici, 1592.

4Nous savons qu’en ce qui concerne le XVIe siècle, l’historiographie espagnole (écrite en castillan ou dans d’autres langues régionales et imprimée en Espagne) tarde à prospérer et il faut attendre le siècle suivant pour rencontrer des travaux historiographiques dignes de ce nom. Font exception l’œuvre d’Estéban de Garibay6, publiée à Anvers en 1571 en castillan, laquelle plutôt qu’une histoire d’Espagne, est une juxtaposition asymétrique des histoires des différents royaumes qui la composaient, et celle du jésuite tolédan Juan de Mariana, publiée en latin en 1591 et en espagnol en 16017. Mais aucune des tentatives précédentes d’écrire une histoire officielle des royaumes d’Espagne n’était allée au-delà de l’époque médiévale. Ces deux œuvres n’embrassent pas dans leur chronologie interne le règne de Charles Quint ou seulement marginalement. Celle de Garibay atteint, en ce qui concerne la Castille, l’époque des Rois Catholiques et de Philippe Ier, le père du futur empereur, avec une digression plus large pour l’histoire de la Navarre qui atteint 15668. Le travail de Mariana, auteur d’une Historia de rebus Hispaniae, déjà axé sur une logique unitariste, est principalement centré sur l’histoire de la Castille et, dans la première édition latine, arrive jusqu’en 14289.

5Par conséquent, nous nous interrogerons sur les raisons pour lesquelles une chronique officielle qui raconterait les aventures impériales de Charles Quint ne put être rapidement publiée en Espagne après la mort de l’empereur, survenue à Yuste en septembre 1558 et sur les obstacles qui retardèrent cette publication. Ce manque peut s’expliquer par différentes causes conjoncturelles, mais est aussi dû, en grande partie, à l’attitude de Philippe II, dont nous essaierons de mettre en lumière les motivations dans cet article.

  • 10 Alfred MOREL-FATIO, Historiographie de Charles Quint, Paris : Champion, 1913.
  • 11 Nous nous appuyons dans cette étude sur la version espagnole de cet ouvrage : Richard L. KAGAN, Los (...)
  • 12 Guillaume de Croÿ seigneur de Chièvres, deux ex machina de la politique de Charles pendant les prem (...)
  • 13 Sur l’origine de l’Inquisition en Espagne et sur sa transformation en instrument d’État, voir Barto (...)

6Naturellement, d’autres travaux critiques ont déjà abordé ce sujet avec beaucoup de pertinence et de justesse, parmi lesquels l’excellent travail de Morel-Fatio sur les historiographes de Charles Quint il y a désormais plus d’un siècle10, les différents travaux sur les chroniqueurs royaux nommés par Charles Quint comme la brillante biographie d’Augustin Redondo sur Antonio de Guevara ou plus récemment l’ouvrage de Richard Kagan intitulé Clio and the Crown: The Politics of History in Medieval and Early Modern Spain11. Selon Kagan, deux conceptions de l’histoire officielle étaient en vigueur à cette époque : l’histoire pro patria et l’histoire pro persona. Selon l’auteur, l’histoire pro patria jusqu’à alors traditionnelle en Castille était peu adaptée aux goûts de l’empereur et à la vision supranationale de la monarchie caroline imaginée par Gattinara12. Par conséquent, d’une part, les différentes vicissitudes des chroniqueurs royaux nommés par l’empereur auraient eu comme conséquence l’impossibilité de publier sa biographie ; d’autre part, les conceptions différentes de l’histoire du père et du fils n’auraient pas arrangé les choses. De plus, Morel-Fatio pensait que Philippe II nourrissait un sentiment de jalousie vis-à-vis de son père. À ces deux hypothèses, nous voulons en ajouter une troisième qui concerne le contexte historique et politique particulier dans lequel se trouve l’Europe après la mort de l’empereur et les rapports de Philippe II avec l’Église et l’Inquisition13. Notre hypothèse est qu’outre le fait que Philippe était en effet plus intéressé par une chronique exclusivement centrée sur ses territoires ibériques, d’autres raisons plus importantes ont incité le roi prudent à ne pas s’empresser de faire publier une chronique sur son père. En effet, le nouveau roi d’Espagne se construisait alors l’image d’un prince fidèle aux principes de la Contre-Réforme, dernier rempart de la Chrétienté, et il voulait que soit transmise à la postérité une image similaire de son père. Or certains aspects de la politique de Charles Quint pouvaient être dérangeants à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Espagne. La dure répression des Comunidades, les années de relation étroite du chancelier Gattinara et d’Alfonso de Valdés avec Érasme, le sac de Rome, les rapports difficiles avec l’Église de Rome à propos de la convocation d’un Concile, les colloques religieux en Allemagne pouvaient être des motifs majeurs le dissuadant de publier la biographie de son père en castillan. En outre, en 1558, des cercles luthériens avaient été découverts à Valladolid et à Séville et, l’année suivante, la censure des livres atteignait son apogée avec la publication des Index à Rome et en Espagne.

7Dans la première partie de cet article, nous rappellerons brièvement les efforts déployés par Charles Quint et par son entourage pour obtenir une chronique pro persona, sur les traces de son grand-père Maximilien Ier et de la tradition bourguignonne. Celle-ci devait raconter, au-delà de l’adulation et de la passion, la vérité sur les événements contemporains, ou du moins une « interprétation de la vérité », bien évidemment très différente de celle qu’aurait pu raconter l’entourage de son ennemi éternel François Ier. Dans la deuxième partie, nous nous concentrerons sur l’attitude de Philippe II après la mort de son père et sur les différents indices qui nous permettent de formuler l’hypothèse que nous venons d’avancer. Enfin, dans la troisième partie de ce travail, nous nous attarderons sur les premières biographies non officielles de l’empereur publiées tout de suite après sa mort, en Europe mais surtout en Italie, lesquelles revendiquent un principe de vérité tout à fait discutable et s’attardent rarement sur l’histoire de la péninsule Ibérique.

Charles Quint et l’histoire

  • 14 Juan Ginés de Sepúlveda, Pedro Mexía, Bernabé de Busto et Florián de Ocampo, lequel, toutefois, tra (...)
  • 15 Voir Baltasar CUART MONER, « La larga marcha hacia las Historias de España en el siglo XVI » in : R (...)
  • 16 Toutefois, Charles Quint n’a jamais nommé d’historiographe officiel dans les autres territoires qu’ (...)

8Grâce à la connaissance des documents de l’époque caroline et de nombreux travaux critiques sur le sujet, nous savons que Charles Quint se souciait beaucoup de l’image que ses contemporains et la postérité conserveraient de lui. À plusieurs moments de sa vie, l’entourage impérial avait promu des campagnes de propagande politique, comme, par exemple, après l’élection impériale ou après la victoire de Pavie. Orchestrées par Gattinara, elles célébraient le nouvel empereur comme un nouveau Charlemagne, qui aurait délivré la Chrétienté du danger turc et reconquis Constantinople et Jérusalem. Nous savons aussi que, pendant ses années de règne, Charles Quint nomma à plusieurs reprises des chroniqueurs royaux ayant la charge d’écrire une chronique de son règne14. Comme le suggère Richard Kagan, ce type de chronique devait, à l’origine, être lié à une logique humaniste, probablement suggérée par Gattinara, mais qui avait aussi une tradition en Castille15. On parlait plus des événements personnels vécus par le protagoniste que de questions générales (politiques, sociales ou économiques) liées au royaume. Il faut dire que, dans le cas de Charles Quint, cette orientation était tout à fait plausible car l’empereur était à la tête de nombreux États et territoires disloqués dans toute l’Europe et une chronique concernant uniquement la péninsule Ibérique aurait eu comme conséquence une exposition limitée des res gestae impériales16. Cependant, malgré les efforts déployés par le clan impérial et l’attention portée par Charles Quint à l’écriture de l’histoire et de son importance au nom de l’honneur et de la réputation, toujours présents à l’esprit de l’empereur bourguignon, il faudra attendre près d’un demi-siècle après sa mort pour qu’une chronique officielle voie le jour en Castille.

9Tout d’abord, il faut rappeler qu’à l’époque à laquelle nous nous référons, une époque où les moyens de communication étaient extrêmement limités et où toute l’Europe était en guerre, ceux qui voulaient laisser des traces des événements historiques contemporains avaient devant eux une tâche bien compliquée. Seules les personnes appartenant à des catégories sociales très spécifiques pouvaient s’engager dans cette tâche, soit parce qu’elles avaient participé personnellement aux événements (ambassadeurs, capitaines, soldats, chroniqueurs officiels, etc.) soit en interrogeant directement des témoins oculaires des événements ou en s’appuyant sur des rapports publiés par des ambassadeurs de différentes nations présents aux événements.

  • 17 Ces accusations furent ensuite reprises en 1567 par Jiménez de Quesada, qui lui consacra une œuvre (...)

10Raconter la bataille de Pavie, par exemple, nécessitait toute une série de témoignages directs et parfois contradictoires, qui amenait les chroniqueurs à faire des choix selon leurs critères et qui les exposait à des risques de critiques de la part de toutes les parties concernées. C’est ce qui arriva à Paul Jove, l’un des premiers journalistes au sens contemporain du terme. Après la publication du premier volume de son Historiarum sui temporis en 1550, il fut accusé par les Français d’être pro-impérial et par les Impériaux d’être pro-français et hostile aux Espagnols17. Jove n’était pas présent aux événements qu’il racontait mais sa méthode de travail consistait à se documenter et à enquêter en sollicitant plusieurs témoins pour s’approcher le plus possible de la vérité. Nous reviendrons sur cette notion de vérité.

  • 18 Luis de ÁVILA Y ZÚÑIGA, Comentario de la guerra de Alemaña hecha por Carlos V, máximo emperador rom (...)

11Dans le cas de Charles Quint, empereur ambulant par excellence, l’enjeu était évidemment considérable car il fallait se trouver aux côtés de l’empereur à tous les coins de l’Europe ou bien avoir recours à des témoignages directs et dignes de foi pas toujours faciles à obtenir. C’est pour cette raison que certains chroniqueurs nommés par Charles Quint participèrent directement aux campagnes militaires conduites par l’empereur. Ce fut le cas d’Antonio de Guevara qui suivit l’expédition de Tunis ou de Luis de Ávila y Zúñiga, commandeur de Léon. Bien que n’étant pas chroniqueur officiel, ce dernier écrivit un Commentaire sur la guerre en Allemagne contre la ligue de Smalkalde qui eut un énorme succès éditorial dans toute l’Europe18.

  • 19 « […] mas diré la verdad como testigo della, pues no pasó cosa ninguna, en que yo no me hallase cer (...)
  • 20 Sur Pedro Mexía chroniqueur, voir René COSTES, « Pedro Mexía, chroniste de Charles Quint », Bulleti (...)
  • 21 Voir Pedro MEXÍA, Historia del Emperador Carlos V, Madrid : Espasa Calpe, 1945.

12Dans un passage de son Commentaire, l’auteur, qui était gentilhomme de chambre de l’empereur, se défend de toute forme de flatterie envers son souverain et assure dire la vérité parce qu’il a été témoin de toutes ses actions19. Être témoin des événements et homme de terrain était en effet un privilège, mais pour les chroniqueurs espagnols nommés par l’empereur cela devint un problème car les vicissitudes personnelles des différents chroniqueurs royaux ne permirent pas leur présence effective aux côtés de l’empereur. Dans certains cas, comme celui de Guevara ou de Sepúlveda, les chroniqueurs avaient des collaborateurs pour suivre de près les affaires de la Cour avec la tâche d’envoyer des comptes rendus. En ce qui concerne Pedro Mexía, nommé chroniqueur royal en 1548, l’empereur lui accorda de rester à Séville en raison de son état de santé précaire20. Décédé en 1551, il avait arrêté son Historia del emperador à l’année 1530 et elle fut publiée seulement au XXe siècle21.

  • 22 Pierre Martyr d’Anghiera avait publié en 1516 De orbe novo. Voir Pedro MÁRTIR DE ANGLERÍA, Décadas (...)
  • 23 Bernardo Gentile est l’auteur des deux compositions poétiques à la gloire de son maître intitulée D (...)
  • 24 Il faut dire que la nomination comme chroniqueur royal était plutôt considérée comme le couronnemen (...)
  • 25 A. REDONDO, op. cit., p. 306. Morel-Fatio pensait que Guevara n’avait pas fait œuvre véritable d’hi (...)
  • 26 En effet le prédicateur franciscain, écrivait dans son traité : « Concluyendo mi plática y declaran (...)
  • 27 A. REDONDO, op. cit., p. 308.
  • 28 Ainsi était expliqué le salaire annuel destiné à Guevara, qu’il recevra jusqu’à sa mort : « A don f (...)
  • 29 Voir J. G. de SEPÚLVEDA, Historia de Carlos V, in : Obras Completas, Pozoblanco, 1995, vol. 1 et 2.
  • 30 Voir aussi C. PÉREZ PASTOR, art. cit.
  • 31 Voir A. MOREL-FATIO, op. cit., p. 86-87 et José María GARCÍA FUENTES, « Bernabé de Busto, cronista (...)
  • 32 Après la mort de Mexía, Charles Quint nomma chroniqueur royal, en 1555, le philologue Juan Páez de (...)

13Charles Quint avait nommé précédemment d’autres chroniqueurs royaux : en 1520, Pierre Martyr d’Anghiera comme « spécialiste des Indes » à la place de Gonzalo de Ayora, privé de son office et envoyé en exil pour avoir participé à la révolte des Comunidades22. Trois ans plus tard, après la mort d’Antonio de Nebrija, l’empereur nomma un autre chroniqueur royal, Bernardo Gentile, un dominicain sicilien résident à Salamanque qui avait écrit un panégyrique sur les prouesses militaires de Gonzalo Fernández de Córdoba dans le royaume de Naples23. En 1524, Fernández de Oviedo avait également postulé à la même charge en présentant à l’empereur son ouvrage De la historia natural de las Indias24. Toutefois, à la mort de Martyr d’Anghiera en 1525, ce fut l’érudit humaniste Antonio de Guevara qui obtint la charge. Dans le document qui concrétise sa nomination, en 1527, l’empereur rappelait « como yo le mandé que escribyese las ystorias de nuestros tiempos », ce qui était une manière de dire ce qu’il attendait de lui25. Non pas une chronique du royaume, mais une chronique complète sur son règne. Guevara était alors occupé à écrire son Libro áureo de Marco Aurelio qui allait être publié en 1529. Il est légitime de penser que le parti impérial tenait compte des conseils que Guevara donnait dans cet ouvrage lorsque, par la bouche de Marc Aurèle, il affirmait qu'un prince devait accorder plus d'importance à la façon dont étaient décrites ses prouesses qu'à leur réalisation26. Le franciscain avait pris très au sérieux son travail, comme en témoigne un passage dans le prologue de son livre L'Horloge des Princes où il se dit « très occupé à écrire les chroniques impériales »27. En 1535, Guevara suit comme chroniqueur officiel l’empereur dans son expédition à Tunis, puis, après la victoire sur Barberousse, à travers les royaumes de Sicile, de Naples et toute la péninsule italienne. Cependant, d’autres charges ecclésiastiques et d’autres engagements éditoriaux l’empêchèrent de suivre de près les gestae impériales. Néanmoins, l’argent destiné aux chroniqueurs (80 000 maravédis) intégrait aussi la possibilité de recruter des informateurs en dehors des royaumes espagnols28. Par ailleurs, le 15 avril 1536, alors qu’il se trouvait en Italie, Charles avait nommé un autre chroniqueur royal, Juan Ginés de Sepúlveda. Cet humaniste très connu en Italie venait de présenter à Charles Quint l’ouvrage De bello Africo, qui célébrait la victoire de Tunis et considérait l’empereur comme le sauveur de la République Chrétienne. Une fois de retour en Espagne, Sepúlveda commença, en octobre 1536, à écrire son Historiarum de rebus gestis Caroli V29. Dans la longue liste de chroniqueurs royaux nommés par Charles Quint suivirent Florián de Ocampo30 en 1539, Bernabé Busto31 en 1546, Pedro Mexía en 1548 et Páez Castro en 155532. Décédé en 1573, quinze ans après la mort de l’empereur, Sepúlveda fut le seul parmi les chroniqueurs officiels à terminer sa chronique divisée en trente livres, qui toutefois ne fut publiée qu’en 1780.

  • 33 Même si une pasquinade retrouvée parmi les documents de Pedro Girón disait que Jove était payé par (...)
  • 34 Il s’agit de l’ouvrage Historiarum sui temporis dans lequel il décrit les événements qui se sont dé (...)
  • 35 Paolo GIOVIO, Commentario de le cose de' Turchi... a Carlo Quinto Imperadore Augusto, Rome : A. Bla (...)
  • 36 Ibid., a, fol. 1v°. La lettre à Charles Quint est datée du 22 janvier 1531.

14Parmi les chroniqueurs non officiels de Charles Quint, il faudrait aussi mentionner Luis de Ávila y Zúñiga, Alonso de Santa Cruz, sans oublier Paul Jove, évêque de Nocera, qui fit tout son possible pour obtenir une pension de Charles Quint, sans y arriver33. Agréablement surpris par la personne de Charles Quint qu’il rencontra pour la première fois à Gênes en 1529, il dressa de lui un portrait flatteur que l'on retrouve dans ses Histoires34. Au lendemain du couronnement impérial de Bologne, Jove commença probablement à écrire son Commentario de le cose de' Turchi, ouvrage qui se voulait être un précis sur l'organisation militaire des Turcs35. Dans sa dédicace adressée à l'empereur, Jove explique que l’ouvrage pouvait aider l'empereur à mener à bien la croisade contre les Turcs. Pour l’évêque de Nocera, les guerres constituaient la matière principale de l’histoire et il voulait ainsi démontrer comment un écrivain pouvait être aussi utile qu'un chef militaire pour remporter une victoire36.

  • 37 Sur Paul Jove et Charles Quint, voir aussi A. MOREL-FATIO, op. cit., p. 105-122.
  • 38 Voir Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, Madrid : Tellò, 1905, 3e époque, 9année, p. 139 e (...)
  • 39 « […] Et perché la gloriosa et incomparabile sua vittoria di Tunisi mi pare, per il rispetto della (...)

15Par la suite, les rencontres de Jove avec l’empereur furent assez conflictuelles37. L’épisode concernant le récit sur la conquête de Tunis est assez symptomatique des pressions qu’un écrivain de faits contemporains pouvait subir de la part du pouvoir politique. Alors que Jove se trouvait à Florence pour préparer la publication de ses Histoires, il reçut une lettre de Giovanbattista Castaldo, un Napolitain au service des Impériaux, qui lui faisait savoir l'intérêt particulier que Charles Quint attachait à sa propre image et par conséquent à la façon dont les écrivains la transmettraient à la postérité. Par conséquent, Jove, avant de l'inclure dans la deuxième partie de son œuvre majeure, envoya son récit de la bataille de Tunis en latin à l’empereur par le biais d’Antoine Perrenot de Granvelle, évêque d’Arras, chargé à l’époque d’une sorte de politique culturelle des Habsbourg38. Il autorisait Charles Quint à le modifier ou le parfumer à son gré s'il ne le trouvait pas en mesure de lui rapporter le juste prix de ses prouesses39.

  • 40 En effet, ce fut le secrétaire Guillaume Van Male qui rédigea un mémoire avec les modifications pro (...)
  • 41 Lettre de Granvelle adressée à Jove, in : Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos..., 3e époque, (...)
  • 42 En ce qui concerne le succès de l’œuvre historique de Jove, voir E. VALERI, « Traduzioni, traduttor (...)
  • 43 Lettre adressée à « Monsignor d'Arras » depuis Pise le 26 novembre 1550, P. GIOVIO, Lettere volgari (...)
  • 44 Toutefois, malgré ses affirmations, dans la réalité, Jove ne suivit pas à la lettre les modificatio (...)

16Jove reçut une lettre de Granvelle qui lui faisait savoir que l'empereur avait beaucoup apprécié son geste. Pour sa part l’évêque d’Arras avait chargé Luis de Ávila y Zúñiga de lire le manuscrit40. En tant que témoin, le général espagnol avait déjà commencé à prendre des notes pour faire savoir à l'écrivain comment les choses s’étaient réellement passées41. Au passage le ministre impérial accuse Jove d'avoir écrit la première partie de ses Histoires comme un avocat défenseur du parti français. Jove rejette les critiques de l'évêque d’Arras car les Français l'ont pour leur part accusé d'être partisan du clan impérial42. Il se plaint de sa condition d'écrivain qui a décidé d'écrire sur ses contemporains : il est très difficile de procéder objectivement sans se faire d'ennemis. Il assure n’avoir jamais pensé à faire une apologie et promet que cette expérience lui servira de leçon. Il a compris qu'il faut se censurer et limiter les publications. Il pensait recevoir des récompenses, mais n’a récolté que du mépris43. Cependant, Granvelle ne doit pas s'inquiéter car l’historiographe a l'intention de célébrer la gloire de l'empereur, qui apparaîtra aux yeux des générations futures comme un prince d'une grande bonté et un capitaine courageux et invincible44.

17C’est à cette époque que Charles Quint décida d’écrire lui-même ses Mémoires. Il aimait beaucoup l’histoire et il savait aussi que les faits étaient racontés d’une façon très variable d’une plume à l’autre et qu’il fallait donner sa version pour affirmer la vérité ou encore contrer les dires de ses ennemis, fruits, selon lui, de l’ignorance ou de la haine. C’est pour ces raisons qu’il s’était décidé à raconter les faits les plus marquants de son règne et à laisser une trace des déplacements et des expériences militaires les plus significatifs de sa vie. Le 12 juin 1550, alors qu’il remontait le Rhin en bateau jusqu’à Mayence, il commença à dicter en français, sa langue maternelle, ses Mémoires à son secrétaire Guillaume Van Male. Ce journal des événements, vécus entre 1516 et 1548, était destiné à son fils Philippe. Suivant le modèle des Commentaires de Jules César, Charles affichait dans ses Mémoires un intérêt tout particulier pour l’histoire militaire. Pour éviter un péché de vanité ou d’orgueil et être en paix avec sa conscience, il les avait dictés à la troisième personne, à la manière de Jules César. Rien d’affectif n’y transparaissait. Il s’agissait de considérations politiques ou idéologiques dénuées d’ornements avec une volonté d’expliquer à son fils le sens du pouvoir et le fil rouge de sa politique. Pendant longtemps les historiens ont douté de sa paternité.

Philippe II et l’histoire de son père

  • 45 Voir A. MOREL-FATIO, op. cit., p. 157-180 et G. VAN MALE, op. cit., p. 22.

18Deux secrétaires avaient suivi l’empereur à Yuste : Martín de Gaztelu et Guillaume Van Male. Ce dernier, connu aussi sous le nom de Guillelmus Malinaeus, était chargé d’écrire les lettres et les documents en français et en latin. Il est tout à fait probable qu’avec lui, l’empereur continua à travailler sur ses Mémoires et Van Male pensait alors pouvoir les traduire en latin. Néanmoins, ses espoirs furent vains car l’empereur ne voulut pas les rendre publics45. D’autre part, après la mort de l’empereur, Luis Méndez de Quijada, ancien colonel d’infanterie et seul noble castillan présent à Yuste, avait arraché à Van Male les cahiers contenant les Mémoires pour les remettre à Philippe II. Puis la version originale en français disparut et seule fut conservée une version portugaise du début du XVIIe siècle.

19Nous ne savons pas si Philippe II lut les mémoires de son père ou si une traduction en portugais ou en espagnol lui avait été destinée car il avait négligé l’apprentissage de la langue française dans sa formation. Ce qui est certain, c’est que la version originelle qu’il eut entre ses mains a disparu et qu’il n’avait aucun intérêt à la faire publier, non seulement parce qu’il n’aimait pas l’histoire pro persona ou parce qu’il voulait suivre le désir de son père de ne pas la rendre publique, mais aussi parce que certaines affirmations de son père concernant le pape Paul III ou son rôle comme arbitre des colloques religieux en Allemagne étaient sujettes à censure en pleine époque de la Contre-Réforme. Il est tout à fait probable que Philippe lui-même ait été responsable de la perte de l’original des mémoires de son père.

  • 46 Pour une revue générale des chroniques de l’époque médiévale et du XVIe siècle concernant l’histoir (...)
  • 47 En effet, à plusieurs reprises, les députés des Cortes de Castille avaient demandé à Charles Quint (...)
  • 48 « Pues la princesa [il s’agit de Jeanne, la deuxième fille de Charles Quint] escribió al cabildo de (...)
  • 49 Ocampo, qui mourut en 1558 en laissant inachevée sa chronique, avait déjà publié une édition de la (...)

20Par ailleurs, on ne peut pas soutenir non plus que Charles Quint n’était pas intéressé par une histoire pro patria car non seulement il nomma, en 1539, Florián de Ocampo corónista real pour préparer une édition de sa Crónica de España, mais il fit des démarches pour préserver cet ouvrage d’un possible oubli. En effet, les deux façons d’écrire une histoire pouvaient tranquillement cohabiter46. Il est certain qu’avec la nomination d’Ocampo Charles Quint répondait à plusieurs sollicitations faites par les Cortes, mais il est vrai aussi que le projet ambitieux d’Ocampo embrassait une histoire qui allait des origines de la Castille jusqu’à l’époque contemporaine47. Depuis sa retraite de Yuste, l’empereur avait écrit le 9 juillet 1557 au gouvernement de Valladolid pour que des mesures soient prises afin que les œuvres d’Ocampo et de Sepúlveda ne soient pas perdues et survivent à leurs auteurs48. Dans sa lettre du 14 juillet, Vázquez répondit à Charles qu'on prendrait les précautions qu'il recommandait à l'égard des deux chroniques49.

  • 50 Voir José Antonio FERNÁNDEZ SANTAMARÍA, « Juan Ginés de Sepúlveda y la guerra », in : Carlos V y la (...)
  • 51 B. CUART MONER, « Juan Ginés de Sepúlveda… », p. 360.
  • 52 Lettre de Sepúlveda à Louis Carvajal en février 1552. Ibid.

21L’empereur avait écrit cette lettre après qu’au printemps 1557 il avait reçu la visite de Sepúlveda qui avait des difficultés à rédiger certaines parties de sa biographie latine de l’empereur50. Nous avons souligné que ses absences prolongées de la Cour obligèrent l’historiographe à ordonner à l’un de ses collaborateurs de voyager avec l’empereur51. Malgré cela, pendant les années où Charles Quint demeura en Allemagne et dans les Pays-Bas, Sepúlveda ignorait « ce que faisaient l’empereur et son frère »52. L’empereur s’était prêté à répondre aux questions de son chroniqueur déjà âgé et voulait impérativement que son œuvre soit rendue publique. Le désir ne fut pas exaucé par son fils.

  • 53 Après la mort de Guevara, en avril 1545, plusieurs cahiers concernant « la corónica que dexó script (...)
  • 54 Après la mort de Mexía, ses écrits firent remis, sur ordre de l’empereur et sous pli cacheté, au se (...)
  • 55 Elle fut publiée au début du xxe siècle. Alonso de Santa Cruz, Crónica del emperador Carlos V, Madr (...)

22En effet, malgré la démarche entreprise par l’empereur pour faire publier la chronique de l’humaniste cordouan, il n’y en pas d’édition imprimée au XVIe siècle et le seul manuscrit qui reste de l’ouvrage date du XVIIIe siècle. Le même sort fut réservé aux Mémoires de l’empereur, à la chronique inachevée de Guevara53, à celle de Pedro Mexía54 et à celle d’Alonso de Santa Cruz, cosmographe de Charles Quint avec qui l’empereur passait souvent ses journées à parler de philosophie naturelle ou des mouvements des corps célestes. En 1545, à la mort de Guevara, sa chronique avait été exploitée par Santa Cruz lequel arrêta sa chronique semi-officielle de l’empereur à l’année 1551. Toutefois, le prince Philippe ordonna sa confiscation55. Quelques décennies plus tard, Sandoval utilisa ces trois chroniques pour écrire une partie de son histoire de la vie de Charles Quint.

  • 56 R. L. KAGAN, op. cit., p. 136.

23Il n’est pas facile de comprendre quelles furent les raisons pour lesquelles Philippe II se montra réticent et ne facilita pas la publication d’une biographie officielle de son père56. Une aide peut nous venir de la lettre qu’il envoya à Antoine Perrenot de Granvelle, en 1561, au lendemain de la mort du secrétaire impérial Van Male et deux ans après la publication de l’Index de livres interdits par l’Inquisiteur Valdés.

  • 57 C’est nous qui soulignons. « J’ai cru comprendre qu’il se pourrait que Van Male eut écrit une histo (...)

He entendido que podria ser que Molineo escriviese alguna istoria de Su Md. que aya gloria, y que podria ser que en ella se alargase y pusiese cosas no verdaderas ni dignas de que se scrivieran de quien mereció que se dixese tanto bien; pues él es muerto, bien será que, como à otro fin, y sin que se entienda nada desto, hagais luego buscar sus escrituras, y si entre ellas ó de otra manera halláredes esta, me la embieis para que se quemen como lo merezerán: y con esto acabo, porque en leyéndola, entendais en hazer esta diligencia que aquí digo. De Toledo, á XVII de febrero 156157.

  • 58 « […] e dicesi, che egli a imitazione di Giulio Cesare compose in questo linguaggio [français] alcu (...)

24En effet, après le décès de l’empereur, une rumeur s’était répandue concernant l’imminente sortie en latin des Commentaires de l’empereur rédigés par Van Male. Ludovico Dolce, l’un des premiers biographes italiens non officiels de Charles Quint, en parle dans son ouvrage58.

  • 59 « Muerto Molîneo, antes que viniessen las cartas de V. M. havia ya tenido yo cuydado de inquirir si (...)

25Philippe II était probablement préoccupé par cette rumeur et voulait faire brûler les éventuelles copies de l’ouvrage. Granvelle s’empressa de tranquilliser le roi. Il avait déjà enquêté, avant de recevoir la lettre du roi, pour chercher dans les papiers de Van Male s’il « ne se trouvait point des manuscrits historiques » car il craignait « que cet homme n'eût hasardé quelques réflexions inconvenantes »59. Mais il n’en était rien. Van Male s’était plaint jusqu’à la fin de ses jours car Quijada lui avait pris de force les Mémoires. Et bien qu’il eût eu l’intention d’écrire un monument à son maître, car il gardait son travail de rédaction présent à l’esprit, sa santé ne lui avait pas permis de le faire et il avait fini par brûler ses papiers.

  • 60 Voir J. C. D’AMICO et Alexandra DANET, Charles Quint. Un rêve impérial pour l’Europe, Paris : Perri (...)

26On peut se demander quelles étaient les « choses non véritables ni dignes d’être écrites » que Van Male pouvait raconter et qui inquiétaient Philippe II à un point que la recherche devait se faire « sans que rien de tout ça ne se sache ». Il était prêt à faire brûler une chronique sur son père écrite par l’un des hommes les plus proches de l’empereur. Pour quelles raisons ? Nous pensons que cela pouvait concerner surtout la politique de Charles Quint en Allemagne et son attitude vis-à-vis de l’Église de Rome. Les tensions avec Clément VII et Paul III pour la convocation du Concile ou bien le désir de Charles Quint de diriger personnellement le conflit religieux en Allemagne étaient des aspects de sa vie qui n’étaient certainement pas en phase avec l’image d’un prince chrétien vertueux et fidèle aux principes de la Contre-Réforme. Sa politique en Allemagne était aussi remise en question parce qu’il avait commis une série d’erreurs qui avaient retardé l’accomplissement des desseins de la Providence. Par exemple, il avait laissé libre Martin Luther malgré l’édit de Worms et cela lui était reproché par les catholiques les plus intransigeants. Pour beaucoup d’entre eux, Charles Quint était au service du moine augustinien qu'ils appelaient l'épouvantable bête, identifiant ainsi le réformateur allemand à l'Antéchrist du texte de Jean. Le sac de Rome, l’amitié avec Érasme et la concession de l’Intérim étaient aussi d’autres sujets à charge. Paul IV avait durement critiqué l’attitude de Charles Quint en Allemagne pour trouver un compromis religieux, au point de le considérer comme un prince hérétique à qui il aurait volontiers enlevé le titre d’empereur et de roi de Naples s’il avait pu. Avant de parvenir à un accord avec Philippe II, ce pape avait même excommunié l’empereur et tenté de promouvoir une croisade contre « l’empereur hérétique »60.

27En revanche, pour la propagande impériale, Charles Quint était le bras séculier de Dieu et le bras armé de la Chrétienté, un prince dévot et fidèle qui se distinguait par ses vertus religieuses et l’amour pour ses sujets, la recherche constante de la paix et sa dévotion envers l’Église de Rome. En proclamant Veni, vidi, Christus vicit après la bataille de Mühlberg, il dépassait l'image de Jules César en ce qu'il défendait l'unité religieuse de la Chrétienté. Il ne fait aucun doute que Philippe n’avait pas l’intention de laisser transmettre à la postérité une image de son père différente.

  • 61 L’Inquisiteur général Valdés, archevêque de Séville, en avait fait la découverte au printemps 1558.
  • 62 Voir, entre autres, Manuel de LEÓN DE LA VEGA, Los protestantes y la espiritualidad evangélica en l (...)

28D’autre part, le problème luthérien touchait aussi la Castille. Quelques mois avant le décès de l’empereur, deux foyers protestants avaient été découverts par l’Inquisition : l’un à Valladolid, où résidait la régente Jeanne, l’autre à Séville61. Deux des principaux théologiens de l’empereur y étaient impliqués : Constantin Ponce de la Fuente et Augustin de Cazalla. Un cénacle luthérien si proche de la Cour semblait impensable. L’Espagne, qui semblait immunisée contre les nouvelles doctrines religieuses en raison de la violence répressive de l’Inquisition, se retrouvait au centre d’un événement religieux inattendu62.

  • 63 Michel BOEGLIN, L’inquisition espagnole au lendemain du concile de Trente. Le tribunal du Saint-Off (...)
  • 64 Les bûchers firent soixante-trois victimes.

29Nombreuses furent les personnes arrêtées et torturées. Le soutien de Philippe à la politique du Saint-Office fut sans réserve car il était bien décidé à barrer la route aux hérésies63. Pour le jeune monarque, le protestantisme était synonyme de désintégration et de chaos et il voulait faire de l’Espagne le bastion de la défense du catholicisme. Deux autodafés furent célébrés à Valladolid en mai et octobre 1559 et deux autres à Séville en septembre 1559 et décembre 156064. L’Inquisition sortit triomphante de ce procès et devint le levier le plus efficace de l’unité nationale et de l’orthodoxie religieuse. Le pouvoir politique se conforma très souvent aux stratégies de l’Inquisiteur général, dans un contexte qui était déjà celui d’un combat entrepris par une monarchie confessionnelle dans le cadre de la Contre-Réforme catholique. Philippe II étendit ce combat à toute l’Europe.

  • 65 Voir Jesús MARTÍNEZ DE BUJANDA (éd.), Index des livres interdits, Centre d’Études de la Renaissance (...)
  • 66 Voir Dos informaciones muy útiles, la una dirigida a la Magestad del emperador Carlos Quinto deste (...)
  • 67 Ces deux discours avaient été publiés en latin avec le titre de Orationes duae. Una ad Carolum Quin (...)
  • 68 Il s’agit de l’œuvre de Sleidan intitulée De statu religionis et reipublicae, Carolo Quinto Caesare (...)
  • 69 La lettre adressée à Van Male met en évidence l’importance de l’œuvre de Sleidan en ce qui concerne (...)
  • 70 « […] me exhortas por tu singular prudencia y me aconsejas con inquietud que guarde dentro de las p (...)
  • 71 Voir Á. LOSADA, Juan Ginés de Sepúlveda a través de su «Epistolario» y nuevos documentos, Madrid : (...)
  • 72 « Por ello no debe consentirse la calumniosa ligereza de algunos de mis adversarios, de quienes oig (...)
  • 73 Ibid., p. 381.

30Par ailleurs, des œuvres interdites circulaient en Espagne malgré la publication de différents Index65. Parmi celles-ci, une traduction en castillan, publiée en 1559, de deux discours de Jean Sleidan, prononcés par le « Tite Live des luthériens » devant l’empereur et devant les princes de l’Empire, avec une dédicace directement adressée à Philippe II66. C’était un ouvrage subversif. Sleidan considérait le serment de fidélité prononcé par Charles Quint à Bologne comme l'acte le plus néfaste pour l'Église et présentait le couronnement impérial comme l'œuvre directe du diable sous les apparences de Clément VII. Ces discours de Sleidan avaient déjà été mis à l’index en 1550 par les théologiens de Louvain, qui avaient dressé un catalogue de livres interdits sur ordre de l’empereur67. Par ailleurs, les Commentaires de Sleidan, dans lesquels l’arrivée au pouvoir de Charles Quint était considérée comme un dessein providentiel lié à l’avènement de Luther en Allemagne, avaient connu plusieurs éditions en Europe68. Nous savons que Sepúlveda, tout en déclarant l’auteur impie, avait utilisé ces Commentaires comme source pour corriger les chapitres que concernaient « les affaires d’Allemagne »69. Or, dans son épistolaire, nous apprenons que l’humaniste cordouan avait lu en public, probablement en 1560, certains passages de sa biographie de Charles Quint, devant Francisco de Mendoza, évêque de Burgos et cardinal romain. Cette lecture avait suscité des critiques parmi les présents et son ami Diego de Neila, chanoine de Salamanque, lui avait conseillé de ne pas lire ni publier l’œuvre avant de la corriger70. À l’époque, l’auteur n’avait pas encore terminé sa chronique et, face aux critiques considérées comme « injustes », il avait répondu avec une Apologia de la Historia de Carlos V qui malheureusement n’a pas été conservée71. Selon Sepúlveda, la « calomnieuse légèreté » de ses adversaires concernait surtout les affaires allemandes72. Sur cette partie de la vie de Charles Quint, le Cordouan expose sa méthode. Afin d’enquêter sur la vérité, pour atteindre la plus grande précision, il s’est appuyé sur les témoignages de l’empereur, des ambassadeurs et de toutes les personnes concernées par des décisions militaires. Ces informations étaient enrichies par des sources historiques, entre autres par celles de Sleidan « cuyas obras he leído antes de que la Iglesia Católica nos prohibiera su lectura » car il y traite « muy especialmente de los asuntos alemanes con mucho respeto a la veracidad histórica hasta casi pecar de minucioso », même si « en lo que se refiere a la piedad y a la religión, parece ser uno de los más contaminados por la peste luterana »73.

  • 74 Voir José GARCÍA ORO, Los reyes y los libros. La política libraria de la Corona en el siglo de Oro (...)
  • 75 D’autre part, il semble que Sepúlveda, en considérant que sa chronique était trop adulatrice, ait c (...)

31Dans sa lettre à de Neila, Sepúlveda se dit prêt à suivre le conseil de son ami de ne pas publier son ouvrage et de recommander à ses descendants de le publier de manière posthume. Or nous savons que les choses se passèrent différemment. En 1573, Philippe II fit savoir au chroniqueur, par le biais de l’évêque de Cordoue, qu’il était intéressé par la lecture de son travail de chroniqueur. Alors très âgé et aveugle, Sepúlveda envoya au roi ses chroniques avec un mémorial dans lequel il renonçait à sa fonction de chroniqueur74. Toutefois, aucune de ses chroniques ne fut publiée et la responsabilité en incombe directement à Philippe II. Les trente livres de l’œuvre De Rebus Gestis Caroli Quinti étaient terminés et le roi aurait pu les faire imprimer pour exaucer le désir de son père, mais il préféra leur réserver un autre destin. Par ailleurs, le travail de Sepúlveda était loin d’être une chronique aulique au service des intérêts de la monarchie non seulement en ce qui concerne les affaires allemandes, mais aussi sur des aspects concernant la Castille, comme, par exemple, son récit sur la révolte des Comuneros. L’auteur, par souci de vérité et suivant la méthode de ses modèles romains comme Tite Live ou Salluste, y analysait aussi les raisons politiques des révoltés et critiquait l’action de Charles Quint75.

  • 76 Avec Charles Quint, le salaire annuel des chroniqueurs officiels était passé de 40 000 à 80 000 mar (...)
  • 77 La majorité des publications concernent des événements isolés de son règne, tels que les deux couro (...)
  • 78 Giovanni GODOI, Comentari della guerra fatta nella Germania da Carlo Quinto Imperadore, dove è scri (...)
  • 79 Anatolio DESBARRES, Immortalità dell'Invittissimo et Gloriosissimo Imperator Carlo Quinto ; dedicat (...)

32Le roi d’Espagne avait donc des très bonnes raisons d’être très vigilant par rapport à ce qu’on pouvait écrire sur son père et de renoncer à la publication d’une chronique de son règne. Une telle publication aurait pu le mettre en difficulté avec l’Église, avec l’Inquisition et en porte à faux par rapport à ce rôle de principal défenseur en Europe de la pureté de la foi et de la Contre-Réforme qui était l’un de ses principaux objectifs. Ainsi la fabrication de l’image impériale de Charles Quint dans la deuxième partie du XVIE siècle ne fut pas le fruit du travail des sept chroniqueurs royaux nommés officiellement par l’empereur, avec une dépense d’argent pour les caisses de l’État castillan très consistante76, mais plutôt le résultat d’un ensemble de publications par des historiographes occasionnels et non officiels77. Parmi ces auteurs, on trouve Luis d’Ávila y Zúñiga, Guillaume Snouckaert van Schouwenburg, Jean de Vandenesse, Paul Jove, Alfonso de Ulloa, Ludovico Dolce, Francesco Sansovino ou encore Giovanni Godoi78 et Anatole Desbarres79.

Les premières biographies de Charles Quint

  • 80 Gulielmus ZENOCARUS SCAUVVENBURGUS, De republica, vita, moribus, gestis, fama, religiuone, sanctita (...)
  • 81 Chevalier et seigneur de Binchorst, van Schouwenburg avait été aussi secrétaire de l’ambassadeur im (...)
  • 82 « Receu avons la supplication de nostre amé, et feal Conseillier, et Bibliothecaire Messire Guillau (...)
  • 83 A. MOREL-FATIO, op. cit., p. 150.
  • 84 Comme par exemple, les Studia de Charles et le rôle de l’histoire dans son éducation ou bien le sym (...)

33La première constatation qui nous conforte dans l’idée que la préférence pour l’histoire pro patria n’était pas la raison principale pour laquelle Philippe II ne publia pas une chronique du règne de son père en castillan est que l’un des premiers ouvrages concernant les gestae de Charles Quint, publié après sa mort, le fut à Gand et à Bruges avec un privilège royal du nouveau roi qui se trouvait encore aux Pays-Bas espagnols. Il s’agissait de sept livres écrits en latin dans lesquels, plus qu’une biographie dans le sens traditionnel du terme, on pouvait lire une comparaison de Charles Quint avec tous les héros du passé80. Son auteur était Willem Snouckaert van Schouwenburg (connu sous son nom latinisé de Gulielmus Zenocarus), d’abord conseiller et bibliothécaire de Charles Quint, puis de Philippe II81. Comme l’explique le privilège concédé par le roi, l’ouvrage qui concernait « la vie et gestes de feu de très digne mémoire l’Empereur Charles mon seigneur et père » avait été soumis par l’auteur à la lecture de plusieurs docteurs en théologie et aussi aux membres du Conseil d’État, du Conseil privé du roi, de celui d’Espagne et d’Italie qui l’avaient trouvé édifiant82. Pour cette raison, Philippe II concédait un privilège de dix ans. Cet ouvrage, très élogieux à l’égard de l’empereur, que Morel-Fatio considérait comme « un fatras très indigeste et bizarre »83, offre des anecdotes et des informations sur la personne de l’empereur, qui furent utilisées par Ludovico Dolce et plus tard par Prudencio de Sandoval84, mais aucun reproche n’y est formulé à l’encontre de la politique de Charles Quint.

  • 85 Alfonso de ULLOA, Vita dell'invittissimo Imperator Carlo V descritta da A. U., et nuovamente mandat (...)
  • 86 Francesco SANSOVINO, Il Simolacro di Carlo Quinto Imperadore, Venise : Francesco Franceschini, 1567

34Les autres biographies parues rapidement en Italie étaient le fruit des exigences d’un marché du livre en pleine expansion qui répondait à la demande de plus en plus pressante d’un public avide de nouveauté : celle d’Alfonso de Ulloa85, un espagnol, naturel de Cáceres et résident à Venise, chez l’éditeur Vincenzo Valgrisi ; celle du vénitien Ludovico Dolce dédiée au duc de Savoie chez Giolito de Ferrari et celle du romain Francesco Sansovino dédiée à la comtesse de Correggio chez l’éditeur Franceschini86.

  • 87 A. MOREL-FATIO, op. cit., p. 131.
  • 88 L’ouvrage d’Ulloa eut 10 éditions entre 1560 et 1606. Il fut traduit en néerlandais mais non en cas (...)
  • 89 Pour une analyse plus complète de cet ouvrage et sur l’image de Charles Quint proposée par Ulloa, v (...)

35Comme l’écrit Morel-Fatio, lorsque la nouvelle de la mort de Charles Quint arriva en Italie « de divers côtés surgirent des auteurs, la plume à la main, pour s’emparer du sujet et qui rivalisèrent de vitesse, chacun espérant arriver bon premier »87. Ulloa fut le premier. Publiciste, traducteur de livres espagnols, il était un compilateur très expéditif des faits contemporains, toujours prêt à proposer des sujets qui suscitaient la curiosité du public. En réalité, son ouvrage, rédigé directement en italien, est une compilation hâtive, faite de morceaux d’œuvres tirés de plusieurs auteurs, parmi lesquels Paul Jove et Luis d’Ávila y Zúñiga, à qui Ulloa emprunte des passages entiers. Ainsi, la Vita dell'invittissimo, e sacratissimo Imperator Carlo V finit par être une histoire de l’Europe contemporaine que l’auteur avait probablement déjà en projet et dans lequel le titre est seulement une affaire d’opportunisme littéraire88. Fidèle à l’Espagne, Ulloa met sa plume au service des exploits et des prouesses de l’empereur. L’image qui en découle est celle d’un prince parfait doté de toutes les vertus chrétiennes et en parfaite syntonie avec l’image de la propagande impériale89. Il en va de même pour les deux autres biographies qui, comme celle d’Ulloa, relèvent plus du genre de l’hagiographie ou du panégyrique. Ces biographies avaient toutes surmonté l’obstacle de la censure car sortaient toutes avec un privilège du Sénat Vénitien. Celle de Dolce, avait, en plus, celui du pape Pie IV.

  • 90 « Il che mi è paruto di fare per satisfattione de' Lettori e degli studiosi delle Historie, ch’è la (...)
  • 91 « Però volendo io scrivere, et dire il vero, in quanto potrò, in una materia di tanta importanza, c (...)
  • 92 « perché in questo io sono stato universale et ho havuto sempre riguardo a scrivere con ogni sincer (...)

36Ces auteurs déclarent tous qu’en écrivant l’histoire ils ont comme priorité fondamentale de tenir compte des préceptes cicéroniens, c’est-à-dire être persuasif, exemplaire, capter l’attention du lecteur, ne pas cacher la vérité, ne pas tomber dans le mensonge et avoir le plus possible recours à des témoignages directs des faits racontés. C’est l’un des arguments qui revient le plus souvent dans ces premières biographies non officielles de Charles Quint écrites en italien. Les stratégies sont néanmoins différentes. Pour Ulloa « la perfection de l’histoire consiste à dire pleinement la vérité des choses »90. Pour cela il est nécessaire de raconter l’histoire avec sincérité, fidélité et vérité car son objectif est d’inciter les âmes des vaillants jeunes gens de son siècle et de ceux qui sont à venir à s’employer à ces œuvres vertueuses auxquelles ils sont obligés, « en prenant l’exemple de ce Prince très vertueux, qui a laissé tant de souvenirs de lui-même »91. Dans un autre passage il affirme être resté objectif, sincère et sans aucune passion92. Pour cela, il s’appuie sur des ouvrages d’Histoire « très fidèles à la vérité historique » et, à la fin de son ouvrage, il insère une longue liste de ses sources.

  • 93 « mi difenderó in descriverla più largamente di quello che si conviene [il s’agit de l’histoire de (...)
  • 94 Dans une lettre adressée à Philippe II en 1561, Girolamo Ruscelli lui fait savoir que Dolce attend (...)

37L’ouvrage de Dolce, qui ne connaissait pas grand-chose de l’histoire de Castille, est pour sa part un récit plus court, mieux écrit que celui d’Ulloa, qui se concentre plutôt sur l’action de Charles Quint dans la péninsule italienne, en Allemagne et sur le conflit avec les Turcs. Son intention déclarée était « d’écrire la vie de Charles Quint et non pas l’histoire »93. Alors que l’ouvrage d’Ulloa s’efforçait de présenter l’empereur non pas comme l’empereur du Saint-Empire mais comme le souverain espagnol, l’ouvrage de Ludovico Dolce (qui eut trois éditions chez Giolito en 1561 et 1567, plus une édition piratée à Naples) participait à la construction d’une mémoire historique répondant aux nouvelles exigences de la politique espagnole en Italie94. Cette politique se caractérisait par un rapprochement avec le Saint-Siège et la culture contreréformiste, après la crise initiale avec Paul IV.

  • 95 « [...] che col consiglio e con le arme lo accompagnó sempre in tutte le sue attioni ; ella anco pi (...)

38En ce qui concerne sa vérité, l’auteur vénitien insère lui aussi une liste d’auteurs (moins fournie que celle d’Ulloa) et en appelle, dans sa dédicace, au témoignage d’Emmanuel-Philibert de Savoie (neveu de Charles Quint et héros de Saint-Quentin) pour la véridicité de son récit95. D’autre part, dans sa lettre aux lecteurs évoquant les risques que court un écrivain traitant de faits contemporains et des possibles critiques de ceux qui sont rangés dans un clan ou dans un autre, il assure avoir écrit la vérité en s’appuyant sur des auteurs très sincères. Il assure également ne pas être un adulateur de Charles Quint et, dans une logique chauviniste, de ne pas haïr non plus les étrangers car les Italiens n’ont pas d’égaux grâce à leurs victoires militaires à l’époque de l’empire romain.

  • 96 « [Pedro Suarez] sopra ciò mi disse molte cose, molte ne riprese, et molte me ne mostrò tutte piene (...)
  • 97 « […] il lettore possa apertamente vedere, che se quel Signore fu grande ne’fatti ; fu parimenti gr (...)

39Pour sa part, Sansovino entre en polémique avec l’un des deux auteurs précédents, très probablement Ulloa, en accusant sa biographie d’être le fruit d’erreurs et de l’adulation96. Il se dit en mesure d’affirmer la vérité en s’appuyant sur le témoignage d’un noble espagnol, un certain Don Pedro Suarez qui avait été pendant des années aide de chambre de Charles Quint « onde haveva di continovo goduto non pur la presenza, ma i parlamenti quotidiani e i pensieri quasi secreti dell’imperatore », et sur les écrits de plusieurs ambassadeurs parmi lesquels ceux de Bernardo dei Medici qui avait été ambassadeur de Côme de Médicis auprès de l’empereur. Ainsi, il avait voulu publier ce petit ouvrage afin que les lecteurs puissent connaître les dires et les faits d’un empereur qui depuis Charlemagne n’avait pas eu d’égal dans le monde97.

  • 98 Massimo FIRPO, « “Sempre soggetto al Santissimo Papa et alla Santa Chiesa”. I primi biografi italia (...)

40Malgré toutes ces affirmations concernant la vérité, l’objectivité et la sincérité, ces ouvrages sont le fruit d’une sélection orientée de faits visant à présenter une image de Charles Quint comme un prince vertueux de la Renaissance en parfaite concorde avec l’Église romaine. Finalement, c’est en Italie que se réalise une construction de l’image et de la mémoire de Charles Quint qui répondait aux exigences de la politique espagnole. Sa domination dans la péninsule italienne devait s’accompagner d’un rapprochement avec le Saint-Siège et d’une exaltation des modèles dévotionnels et apologétiques de la culture contreréformiste98.

  • 99 Voir F. RICHER-ROSSI, op. cit., p. 82-90.

41Dans ces ouvrages, il y a parfois des erreurs historiques grossières. En voici quelques exemples : Ulloa affirme que, pendant la révolte des Comuneros, Jeanne de Castille, la mère de Charles Quint, avait été d’abord séquestrée à Valladolid, puis conduite avec le Conseil à Tordesillas. En réalité les chefs de la « Junta », le Tolédan Juan de Padilla, le Ségovien Juan Bravo et le Madrilène Francisco Zapata se rendirent directement au palais ducal de Tordesillas où se trouvait la reine. Il dit aussi que Padilla et sa femme furent décapités ensemble, alors que nous savons que María Pacheco, véritable pasionaria aristocrate de la révolte, mourut en exil en 1553. D’autre part, il affirme que Charles Quint « nel mangiar fu regolatissimo », ce qui fait sourire quand on sait que la goutte qui poursuivit l’empereur toute sa vie était la conséquence de ses excès alimentaires99. Pour sa part, Dolce prétend que lors de son premier voyage en Espagne en 1517, Charles fut très bien reçu, alors que nous savons que les Castillans étaient très remontés contre ce prince étranger qui ne parlait pas espagnol et contre son gouvernement dirigé par le Seigneur de Chièvres, d’origine wallonne et ami des Français. Dolce appelle ce dernier Carlo Cevrio et cette forme graphique entraîna une erreur dans une biographie plus tardive, celle de Gregorio Leti, écrite en 1700. Dans ces pages apparaissent deux personnages, le Carlo Cevrio de Dolce, responsable de l’éducation de Charles Quint à Malines et, plus tard le Seigneur de Chièvres à la tête de la diplomatie impériale.

  • 100 « Però si dilettava di leggere tre libri solamente li quali esso haveva fatto tradurre in lingua su (...)
  • 101 Ces ouvrages ne se trouvent pas dans l’inventaire des livres recensés à Yuste in : José Luis Gonzal (...)

42De son côté, Francesco Sansovino écrivait dans son Simulacro que l’empereur avait l’habitude de lire uniquement trois livres qu’il avait fait traduire dans sa langue : l’un pour l’institution de la vie civile, le Livre du Courtisan de Baldassar Castiglione, un autre pour les choses de l’État, le Prince avec les Discours de Machiavel, et le troisième pour l’ordre militaire, c’est-à-dire les Histoires de Polybe100. C’était une manière de montrer que Charles, qui avait grandi au sein d’une culture aristocratique moins attachée à une bonne formation intellectuelle qu’à l’apprentissage du maniement des armes, avait su combler son retard en lisant constamment des œuvres fondamentales pour bien administrer le pouvoir101.

43En somme, ces biographies, répondant aux exigences d’un marché du livre en pleine expansion et satisfaisant la demande d’un public avide de curiosités littéraires, restent le témoignage d’une nécessité commerciale et d’une manière d’écrire l’histoire en cherchant à éviter la censure et en faisant très attention à l’évolution du contexte historique international.

Conclusion

44Charles Quint portait un intérêt particulier à sa propre image et par conséquent à la façon dont les écrivains la transmettraient à la postérité. Toutefois, contrairement à ses prédécesseurs hispaniques, il était un souverain européen et une histoire détaillée de son règne, prenant en compte son action politique dans une grande partie de l’Europe, était une entreprise impossible à réaliser par un seul chroniqueur. Il tenta de pallier cette difficulté en nommant plusieurs chroniqueurs officiels durant son règne. Néanmoins, le résultat laissa pour le moins à désirer car aucune chronique officielle de son règne ne fut jamais publiée au xvie siècle et il resta un roi sans chronique en Espagne, en dépit de la nomination de sept chroniqueurs royaux.

45Le fait que Philippe II entreprit d’empêcher la publication des travaux de ces chroniqueurs ou du moins d’y faire obstacle est sans doute une explication de ce fiasco. Au lieu d’œuvrer à la publication de tout ce matériel et d’encourager Sepúlveda à rendre publique sa chronique, non seulement il les fit disparaître ou envoyer aux archives, mais encore il fit en sorte de bloquer l’histoire que le secrétaire impérial Van Male pouvait écrire sur son père. Rappelons que, de surcroît, l’original des Mémoires de Charles Quint adressées par l’empereur à son fils a disparu.

46Comme l’explique Kagan, il est vrai que Philippe II était plus intéressé par une histoire pro patria, suivant l’exemple de Tite-Live et des chroniqueurs du royaume, que par une histoire pro persona centrée sur les gestae du roi, qui aurait suivi l’exemple de Maximilien Ier et la tradition bourguignonne. Il favorisa par conséquent une histoire officielle qui reconstruisait, à partir d’un passé mythique, une sorte d’identité nationale semblant plus adaptée à son rôle de roi d’Espagne et à la représentation des royaumes de la péninsule Ibérique, lors d’une époque de transition vers la construction des États modernes. Il s’agissait d’une histoire dynastique et nationale différente de celle imaginée par les humanistes proches de Charles Quint. C’est en effet au xviie siècle que commença à se forger le concept d’Espagne comme nation.

47Toutefois, l’attitude de Philippe II laisse pour le moins perplexe. Il est certain qu’il ne fit rien pour rendre publics les différents travaux entrepris par les chroniqueurs nommés par son père et qu’il fallut attendre la biographie de Sandoval pour disposer d’un compte-rendu, en l’occurrence très centré sur l’Espagne, des événements du règne du monarque le plus puissant du xvie siècle. Il nous semble que les relations des Habsbourg avec le pape Paul IV et la censure des livres interdits qui se répandait alors dans tous les États catholiques expliquent en grande partie son attitude. On sait que la politique religieuse de Charles Quint en Allemagne était très différente de celle menée en Espagne ou dans les Pays-Bas. Alors que, dans ces derniers territoires, l’empereur essaya de bloquer toute tentative de faire circuler des livres luthériens et des idées réformistes, il se montra, dans le Saint-Empire, plus ouvert au compromis, au dialogue et aux négociations afin d’éviter l’éclatement religieux de son empire. Nous pensons que c’était surtout pour cette raison que Philippe II était préoccupé par ce que Van Male pouvait écrire sur la politique en Allemagne de l’empereur qui s’était soldée par un cuisant échec. La même raison aurait pu pousser le jeune souverain à enterrer dans les archives la chronique de Sepúlveda.

48Par ailleurs, maintenant que nous connaissons les autres chroniques écrites au xvie siècle et publiées plus tard, celles de Mexía, de Santa Cruz, de Sepúlveda et aussi de Sandoval, nous savons qu’étant donné les conditions dans lesquelles un historiographe travaillait, la bonne foi et l’honnêteté de l’historien officiel peuvent être mises en doute. Le problème qui se pose pour les chroniqueurs est celui de la vérité. Ce n’est pas la « vérité historique » qui est en jeu mais la « vérité politique ». Cette vérité relative était le résultat des choix sélectifs des événements à raconter pour transmettre un point de vue particulier et souvent partial et limité. Si, d’une part, une caractéristique fondamentale de l’historiographie de la Renaissance est la liberté absolue de l’auteur pour choisir les événements qu’il pense pouvoir inclure ou omettre, parce qu’ils étaient répétitifs ou pour des raisons stylistiques, d’autre part, il s’impose une sorte d’auto-censure en choisissant les informations qu’il juge utiles à la défense des intérêts du prince dont il sert la cause.

  • 102 « El secretario Zayas me ha avisado cómo presentó a Vuestra Magestad la historia del gloriosísimo E (...)

49Ce problème se pose également pour les biographies non officielles qui ont été publiées à Venise immédiatement après la mort de Charles Quint. Ces biographies, bien que non officielles, véhiculaient une image du souverain vu comme un vertueux prince de la Renaissance et défenseur parfait du christianisme. Toute référence à des désaccords avec l’Église y a disparu, en plein accord avec les valeurs de l’époque de la Contre-Réforme, dont Philippe II avait la volonté d’être le fer de lance. C’est pour cette raison que ces œuvres historiques ne furent jamais mises à l’Index, contrairement à celles écrites par Jean Sleidan, et que Philippe II finit par accepter « con buena voluntad » la troisième édition de la biographie de Charles Quint qu’Ulloa lui avait dédiée102.

50Nous nous intéressons à une époque où l’Italie sort de l’orbite impériale pour entrer dans celle de l’hégémonie espagnole. Il y avait un accord entre Rome et Madrid pour lutter contre les hérésies et il fallait éliminer tous les éléments dissonants susceptibles d’entacher la mémoire historique de l’empereur, afin d’en créer une image héroïque dans laquelle les vertus religieuses allaient de pair avec l’amour pour ses sujets, la recherche constante de la paix et la dévotion envers l’Église de Rome. Ce conformisme religieux et politique se reflétait dans l’historiographie. C’est pourquoi ces ouvrages, souvent le fruit de flatteries et de passions, parfois de mensonges, restent des sources que les chercheurs voulant s’intéresser au règne de Charles Quint doivent manier avec d’extrêmes précautions.

Haut de page

Notes

1 Juan Ginés de SEPÚLVEDA, Epistolario, in : Obras Completas, Pozoblanco : Ayuntamiento de Pozoblanco, 2007, 9, 2, p. 383.

2 Alfred Morel-Fatio et, après lui, Augustin Redondo ont recours au mot « chroniste » pour identifier la personne à qui l’on confiait cette charge. Nous préférons utiliser l’expression « chroniqueur royal ». Voir Augustin REDONDO, Antonio de Guevara (1480?-1545) et l'Espagne de son temps. De la carrière officielle aux œuvres politico-morales, Genève : Droz, 1976, p. 303.

3 Voir José Luis BERMEJO CABRERO, « Origenes del oficio de cronista real », Hispania. Revista española de historia, 145, 1980, p. 395-409.

4 Voir l’introduction de Chantal GRELL dans Les historiographes en Europe. De la fin du Moyen Âge à la Révolution, Paris : PUPS, 2006, p. 9-17.

5 Voir entre autres Ricardo GARCÍA CÁRCEL (coord.), La construcción de las Historias de España, Madrid : Marcial Pons, 2004 ; José ÁLVAREZ JUNCO et Gregorio DE LA FUENTE MONGE, El relato nacional. Historia de la Historia de España, Madrid : Taurus, 2017 ; le colloque Historias y tensiones identitarias en la monarquía hispánica (siglos XV-XVII) (juin 2021) organisé par Renaud MALAVIALLE et Silvina VIDAL, et celui organisé en 2012 au Collège d’Espagne par Kassandre ASIOT et Marion BILLARD, « De l’événement à sa mise en récit : fictions, propagandes et polémiques historiographiques (Espagne, XVIe-XXe siècles) ».

6 Los XL Libros del Compendio Historial de las Crónicas y Universal Historia de todos los Reynos de España, compuesto por Estevan de Garibay y Çamalloa, de nación cántabro, vezino de la villa de Mondragón de la provincia de Guipúzcoa, Anvers : Ch. Plantin, 1571.

7 Il s’agissait de deux historiographes qui s’étaient formés à l’époque du règne de Charles Quint, nés l’un en 1533 (Garibay) l’autre en 1536 (Mariana).

8 À la fin de son histoire de la Castille, Garibay s’excuse d’ailleurs de ne pas avoir écrit une histoire du règne de Charles Quint : « En este lugar alçamos la mano en el progreso de la historia de Castilla, dexando por ahora a la Chronica del Emperador Don Carlos Maximo, Rey de España, immediato sucessor en los Reynos a estos Catholicos Reyes progenitores suyos. Algunos Prelados y otros graves varones destos Reynos, y aun de fuera dellos, desseosos de ver en luz la historia deste poderoso Principe, nos persuadieron su co[m]pilacion, pero por justos respetos, no carecientes de buen zelo de mas comoda expedicion suya, le reservamos para otro tiempo, con el favor de Dios », Los XL Libros del Compendio Historial de las Crónicas…, 1, p. 808. Nous utilisons l’édition imprimée à Barcelone par Sebastian de Cormellas en 1628.

9 Juan de MARIANA, Historiae de rebus Hispaniae libri XX, Tolède : Pedri Roderici, 1592.

10 Alfred MOREL-FATIO, Historiographie de Charles Quint, Paris : Champion, 1913.

11 Nous nous appuyons dans cette étude sur la version espagnole de cet ouvrage : Richard L. KAGAN, Los cronistas y la corona. La política de la Historia en España en las edades media y moderna, Madrid : Centro de Estudios Europa hispánica y Marcial Pons, 2010.

12 Guillaume de Croÿ seigneur de Chièvres, deux ex machina de la politique de Charles pendant les premières années de son règne, avait lui aussi manifesté, selon le témoignage d’un ambassadeur français, son « propos de faire faire une Chronique de son dict maistre, là où il sera touché des faicts de luy […] qu’il n’est pas hors d’espoir de faire de plus grandes choses dignes de mémoyre », Louis-Prosper GACHARD, La Bibliothèque Nationale à Paris. Notices et extraits des manuscrits qui concernent l’histoire de Belgique, Bruxelles : 1877, 2, p. 65.

13 Sur l’origine de l’Inquisition en Espagne et sur sa transformation en instrument d’État, voir Bartolomé BENNASSAR, L’Inquisition espagnole (XVe-XIXe siècles), Paris : Hachette, 1979 ; Beatriz COMELLA, La Inquisición española, Madrid : Rialp, 1999 ; Michèle ESCAMILLA, Synthèse sur l’Inquisition espagnole et la construction de la monarchie confessionnelle (1478-1561), Nantes : Éditions du temps, 2002.

14 Juan Ginés de Sepúlveda, Pedro Mexía, Bernabé de Busto et Florián de Ocampo, lequel, toutefois, travaillait à son histoire générale de l’Espagne. A. MOREL-FATIO, op. cit., p. 87-97. Voir aussi Cristóbal PÉREZ PASTOR, « Cronistas del emperador Carlos V », BRAH, 22, 1893, p. 420-427.

15 Voir Baltasar CUART MONER, « La larga marcha hacia las Historias de España en el siglo XVI » in : R. GARCÍA CÁRCEL (coord.), op. cit., p. 45-126.

16 Toutefois, Charles Quint n’a jamais nommé d’historiographe officiel dans les autres territoires qu’il possédait.

17 Ces accusations furent ensuite reprises en 1567 par Jiménez de Quesada, qui lui consacra une œuvre passée à la postérité avec le titre de l’Antijovio. Voir Gonzalo JIMÉNEZ DE QUESADA, El Antijovio, Bogota : Instituto Caro y Cuervo, 1952. Accusations également portées par Prudencio Sandoval dans sa biographie de Charles Quint au début du XVIIe siècle. À propos des traductions en Espagne de l’œuvre historique de Jove, voir Elena VALERI, « “Porque el trasladar entorpeçe el entendimiento”. Le traduzioni di Paolo Giovio nella Spagna moderna » in : Tramiti Figure e strumenti della mediazione culturale nella prima età moderna, Rome : Viella, 2015, p. 137-166.

18 Luis de ÁVILA Y ZÚÑIGA, Comentario de la guerra de Alemaña hecha por Carlos V, máximo emperador romano, rey de España, en el año de MDXLVI y MDXLVII, Venise : Thomás de Cornoça, 1548. De nombreuses éditions parurent dans les années suivantes en espagnol, en italien, et aussi une en latin, en 1550, traduite par Guillaume Van Male, secrétaire de Charles Quint. Voir Clarissimi viri D. Lvdovici ab Avila et Zvnniga ; militiae Alcantarentis praefecti. Commentariorum de bello Germanico, à Carolo V. Caesare Maximo gesto, libri duo à Gulielmo Malineo Brugensi latine redditi, et iconibus ad historiam accomodis illustrati, Anvers : Ioan Steelsii, 1550.

19 « […] mas diré la verdad como testigo della, pues no pasó cosa ninguna, en que yo no me hallase cerca dél ». Nous citons depuis l’édition suivante : L. de ÁVILA Y ZÚÑIGA, Comentario de la guerra de Alemania hecha por Carlos V, máximo emperador romano, rey de España, en el año de MDXLVI y MDXLVII, Madrid : F.X. García, 1767, p. 236.

20 Sur Pedro Mexía chroniqueur, voir René COSTES, « Pedro Mexía, chroniste de Charles Quint », Bulletin Hispanique, 22, 1920, p. 1-36.

21 Voir Pedro MEXÍA, Historia del Emperador Carlos V, Madrid : Espasa Calpe, 1945.

22 Pierre Martyr d’Anghiera avait publié en 1516 De orbe novo. Voir Pedro MÁRTIR DE ANGLERÍA, Décadas del Nuevo Mundo, Madrid : Ediciones Polifemo, 1989.

23 Bernardo Gentile est l’auteur des deux compositions poétiques à la gloire de son maître intitulée Divo Carolo Quinto Caesari et Carmen ad serenissimum Carolum Quintum Caesarem semper Augustam. Voir José María DE LA PEÑA Y CAMARA, « Un cronista desconocido de Carlos V. El humanista siciliano Fray Bernardo Gentile » Hispania. Revista española de historia, 17, 1944, p. 536-568 et l’article de Dario BUSOLINI ad vocem in : Dizionario Biografico degli Italiani, 53, 2000 en ligne : GENTILE, Bernardo in "DizionarioBiografico" (treccani.it) (consulté le 15 décembre 2023).

24 Il faut dire que la nomination comme chroniqueur royal était plutôt considérée comme le couronnement de la carrière d’un personnage qui avait la possibilité de fréquenter la Cour et aussi de s’élever socialement tout en percevant une rémunération confortable. Avec Charles Quint la rente annuelle des chroniqueurs de Castille passa de 40 000 maravédis au double.

25 A. REDONDO, op. cit., p. 306. Morel-Fatio pensait que Guevara n’avait pas fait œuvre véritable d’historien en s’appuyant sur l’autorité de Sandoval, à juste titre considérée « discutable » par Redondo. Sandoval parlait d’un brouillon, mais, selon Redondo, Guevara a laissé aussi une rédaction en bonne et due forme au moins jusqu’à l’expédition de Tunis comme il l’affirmait dans son testament : « dezimos y declaramos que nos como coronistas de Su Magestad escrevimos las corónicas hasta que venimos de Túnez… », ibid. p. 309.

26 En effet le prédicateur franciscain, écrivait dans son traité : « Concluyendo mi plática y declarando mi intención digo, que el príncipe que es generoso y amigo de dexar de sí fama, vea lo que pueden escrivir de él los que escrivieron su historia, porque poco aprovecha que haga él grandes hazañas con la lança si no ay escritor que las engrandesca con la pluma », Antonio de GUEVARA, Relox de Principes, 2, 13, fol. 135.

27 A. REDONDO, op. cit., p. 308.

28 Ainsi était expliqué le salaire annuel destiné à Guevara, qu’il recevra jusqu’à sa mort : « A don fray Antonio de Guevara, obispo de Mondoñedo ochenta mill maravedís que deve aver para las personas que a de tener fuera de estos Reynos que le avisen de las cosas que en ellos pasan para escrivir en nuestra corónica, trayendo certificaçion del dicho obispo como escribe en la dicha corónica e tiene las dichas personas », ibid., p. 307.

29 Voir J. G. de SEPÚLVEDA, Historia de Carlos V, in : Obras Completas, Pozoblanco, 1995, vol. 1 et 2.

30 Voir aussi C. PÉREZ PASTOR, art. cit.

31 Voir A. MOREL-FATIO, op. cit., p. 86-87 et José María GARCÍA FUENTES, « Bernabé de Busto, cronista de Carlos V », in : Carlos V. Europeísmo y Universalidad. La figura de Carlos V, Madrid : Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001, p. 177-193.

32 Après la mort de Mexía, Charles Quint nomma chroniqueur royal, en 1555, le philologue Juan Páez de Castro qui était l’auteur d’une œuvre sur la manière d’écrire l’histoire, mais, dans ce cas aussi, malgré les intentions du philologue d’écrire une œuvre sur la vie de l’empereur, il n’y eut aucun résultat. Voir R  L. KAGAN, op. cit., p. 136.

33 Même si une pasquinade retrouvée parmi les documents de Pedro Girón disait que Jove était payé par l'empereur. Pedro GIRÓN, Cronica del emperador Carlos V, Madrid : Escuela de historia moderna, 1964, p. 305.

34 Il s’agit de l’ouvrage Historiarum sui temporis dans lequel il décrit les événements qui se sont déroulés depuis la descente de Charles VIII en Italie en 1494 jusqu'à l'année 1547.

35 Paolo GIOVIO, Commentario de le cose de' Turchi... a Carlo Quinto Imperadore Augusto, Rome : A. Blado, s.d. [1531].

36 Ibid., a, fol. 1v°. La lettre à Charles Quint est datée du 22 janvier 1531.

37 Sur Paul Jove et Charles Quint, voir aussi A. MOREL-FATIO, op. cit., p. 105-122.

38 Voir Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, Madrid : Tellò, 1905, 3e époque, 9année, p. 139 et Juan Carlos D’AMICO, Arts, lettres et pouvoir : correspondance du cardinal de Granvelle avec les écrivains, les artistes et les imprimeurs italiens, in : Les Granvelle et l'Italie au XVIsiècle, le mécénat d'une famille, Besançon : Cêtre, 1996, p. 191-224.

39 « […] Et perché la gloriosa et incomparabile sua vittoria di Tunisi mi pare, per il rispetto della fede di Christo, dignissima sopra l'altre d'eterna memoria, ho voluto mandarle quella parte dell'historia mia universale che la contiene diffusamente, accioch'ella sia trascorsa e riveduta prima ch'io la mandi alla stampa, essendo io pronto, come affettionatissimo servitore, a mutare, aggiungere, e scemare, quanto parrà a Vostra Maestà, sì ricca di memoria e di perfetto giudicio ». Lettre du 14 août 1550. P. GIOVIO, Lettere volgari, Venise : Sessa, p. 45.

40 En effet, ce fut le secrétaire Guillaume Van Male qui rédigea un mémoire avec les modifications proposées. Voir Guillaume VAN MALE, Lettres sur la vie intérieure de l’empereur Charles Quint, écrites par G. V. M., gentilhomme de sa chambre, et publiées pour la première fois par le baron de Reiffenberg, Bruxelles : Delevingne et Callewaert, 1843, p. 96-109. Voir aussi T. C. Price ZIMMERMAN, « The publication of Paolo Giovio’s Histories: Charles V and the revision of book XXXIV », La Bibliofilia, 74, 1972, p. 49-90.

41 Lettre de Granvelle adressée à Jove, in : Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos..., 3e époque, 9e année, p. 140.

42 En ce qui concerne le succès de l’œuvre historique de Jove, voir E. VALERI, « Traduzioni, traduttori e stampatori di Paolo Giovio tra Italia, Francia e Spagna nel Cinquecento », in : Jean-Louis FOURNEL, Ivano PACCAGNELLA (éd.), Traduire – Tradurre – Translating. Vie des mots et voies des œuvres dans l’Europe de la Renaissance, Droz, 2022, p. 465-485.

43 Lettre adressée à « Monsignor d'Arras » depuis Pise le 26 novembre 1550, P. GIOVIO, Lettere volgari..., p. 48. Cf. R. L. KAGAN, op. cit., p. 131-133.

44 Toutefois, malgré ses affirmations, dans la réalité, Jove ne suivit pas à la lettre les modifications proposées par le secrétaire Van Male au nom d’Ávila y Zúñiga.

45 Voir A. MOREL-FATIO, op. cit., p. 157-180 et G. VAN MALE, op. cit., p. 22.

46 Pour une revue générale des chroniques de l’époque médiévale et du XVIe siècle concernant l’histoire générale d’Espagne, voir Georges CIROT, Les histoires générales d’Espagne entre Alphonse X et Philippe II (1284-1556), Bordeaux : Feret, 1904 ; Alonso B. SÁNCHEZ, Historia de la historiografía española, Madrid : C. S. I. C., 1944, p. 86-354 ; R. GARCÍA CÁRCEL (coord.), op. cit., p. 59-102 et R. L. KAGAN, op. cit., p. 57-92.

47 En effet, à plusieurs reprises, les députés des Cortes de Castille avaient demandé à Charles Quint de nommer un chroniqueur ayant la charge de poursuivre l’histoire de la Castille et l’empereur avait répondu positivement en 1523 : « A esto respondemos que está bien, y que asy se porra en obra ». Voir Cortes de los antiguos reinos de Léon y de Castilla, Real Academia de la Historia, 4, p. 382 et A. REDONDO, op. cit., p. 305. D’autre part, les Cortes de Monzón nommèrent en 1548, pour la première fois, un chroniqueur chargé de compiler les Anales de la Historia de Aragón, en l’occurrence Gerónimo Zurita. Sur la polémique entre Alonso de Santa Cruz et Gerónimo Zurita à propos de l’importance donnée par ce dernier aux rois d’Aragon par rapport aux rois de Castille, voir B. CUART MONER, art. cit., p. 103-106.

48 « Pues la princesa [il s’agit de Jeanne, la deuxième fille de Charles Quint] escribió al cabildo de la iglesia de Zamora sobre lo de la crónica que Florian de Campo tiene escrita, será bien que, así en lo que toca à esta como en la que hace el cronista Sepúlveda, se dé orden que en caso que muriesen antes de imprimirlas, por ser ambos tan viejos, se ponga recaudo en ellas, de manera que no se pierdan, y salgan à luz ». Lettre de Charles Quint à Vázquez de Molina du 9 juillet 1558, in : L.-P. GACHARD, Retraite et mort de Charles Quint au monastère de Yuste, Bruxelles : M  Hayez, 1854-1855, 1, p. 310.

49 Ocampo, qui mourut en 1558 en laissant inachevée sa chronique, avait déjà publié une édition de la chronique d’Alphonse X en 1541, puis les quatre premiers livres de sa chronique d’Espagne en 1544 avec un cinquième livre publié en 1553.Voir Florián de OCAMPO, Las cuatro partes enteras de la Crónica de España que mandó componer el Serenísimo rey don Alfonso llamado Sabio, Zamora, 1541 ; Los quatros libros primeros de la Cronica general de España que recopila el maestro Florian docanpo criado y cronista del Emperador Rey nuestro señor por mandado de su magestad çesarea, Zamora : Juan Picardo,1544 et Los cincos libros primeros de la Cronica general de España, que recopila el maestro Florian de Ocampo, cronista del Rey nuestro señor, por mandado de su magestad en Çamora, Medina del Campo : Guillermo de Millis, 1553. Sur Ocampo, voir aussi G. CIROT, op. cit., p. 97-147.

50 Voir José Antonio FERNÁNDEZ SANTAMARÍA, « Juan Ginés de Sepúlveda y la guerra », in : Carlos V y la quiebra del humanismo político en Europa (1530-1558), Madrid : Soc. Est. para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001, 1, p. 37-91, B. CUART MONER, « Juan Ginés de Sepúlveda, cronista del Emperador », in : ibid., 3, p. 341-367 et Elena RODRÍGUEZ PEREGRINA, « Juan Ginés de Sepúlveda, un historiador al servicio de Carlos V », in : Actas del Congreso Internacional sobre el V Centenario del nacimiento del Dr. Juan Ginés de Sepúlveda, Cordoue : Diputación provincial de Córdoba, 1993, p. 107-127.

51 B. CUART MONER, « Juan Ginés de Sepúlveda… », p. 360.

52 Lettre de Sepúlveda à Louis Carvajal en février 1552. Ibid.

53 Après la mort de Guevara, en avril 1545, plusieurs cahiers concernant « la corónica que dexó scripta el obispo de Mondoñedo » furent remis au secrétaire impérial Francisco de Ledesma, sur mandat du prince Philippe, alors régent des royaumes espagnols et consignés plus tard au frère de Guevara. A. REDONDO, op. cit., p. 315 et p. 733-734. Voir aussi Joseph R. JONES, « Fragments of Antonio de Guevara’s Lost Chronicle », Studies in Philology, 63, 1966, p. 30-50.

54 Après la mort de Mexía, ses écrits firent remis, sur ordre de l’empereur et sous pli cacheté, au secrétaire Juan Vázquez de Molina. Voir R. COSTES, art. cit., p. 25.

55 Elle fut publiée au début du xxe siècle. Alonso de Santa Cruz, Crónica del emperador Carlos V, Madrid : Imprenta del Patronato de Huérfanos de Intendencia e intervención Militares, 1920.

56 R. L. KAGAN, op. cit., p. 136.

57 C’est nous qui soulignons. « J’ai cru comprendre qu’il se pourrait que Van Male eut écrit une histoire de sa Majesté, gloire lui soit rendue, et qu’il se pourrait que dans celle-ci il se fut étendu et y eut introduit des choses non véritables ni dignes d’être écrites au sujet de celui qui mérita qu’on en dise autant de bien. Puisque maintenant il est mort, il serait bien que, sous un prétexte quelconque, et sans que rien de tout ça ne se sache, vous fissiez chercher ses écrits, et si parmi eux ou d’une autre manière vous trouviez cette histoire, vous me l’envoyâtes afin qu’on les brûle comme ils le méritent. Et avec ceci j’en termine [cette lettre], afin que en la lisant vous entrepreniez la démarche que j’expose ici. De Tolède, le XVII février 1561 » C’est nous qui soulignons. Charles WEISS, Papiers d'État du cardinal de Granvelle. Documents inédits sur l'histoire de France, Paris : C. Duvernoy, 1841-1852, 6, p. 272-273.

58 « […] e dicesi, che egli a imitazione di Giulio Cesare compose in questo linguaggio [français] alcuni bellissimi Commentarii delle cose da lui fatte ; i quali, come odo, hora si traducono in Latino e si daranno fuori ». Ludovico DOLCE, Vita dell’invittissimo e gloriosissimo Imperador Carlo Quinto, discritta da M. L. D., con privilegio del sommo Pontefice Pio IIII, e dello Illustrissimo Senato veneto et di altri principi, Venise : Gabriel Giolito de’ Ferraris, 1561, p. 160.

59 « Muerto Molîneo, antes que viniessen las cartas de V. M. havia ya tenido yo cuydado de inquirir si havia dexado algunos papeles, y señaladamente por saber si hazia historia, y esta diligencia hize por la mesma razon que V. M. apunta, dubdando que se huviesse puesto a dezir cosa que no conviniesse; mas no se ha hallado papel ninguno desta materia, y he sabido che muchos dias antes que muriesse rasgó y quemó muchos papeles… », ibid., p. 274. C’est nous qui soulignons.

60 Voir J. C. D’AMICO et Alexandra DANET, Charles Quint. Un rêve impérial pour l’Europe, Paris : Perrin, 2022, p. 561-589.

61 L’Inquisiteur général Valdés, archevêque de Séville, en avait fait la découverte au printemps 1558.

62 Voir, entre autres, Manuel de LEÓN DE LA VEGA, Los protestantes y la espiritualidad evangélica en la España del siglo XVI, [s.l. s.d.], 2, p. 289-300 et José MARTÍNEZ MILLÁN, La Inquisición española, Madrid : Alianza Editorial, 2007, p. 108-121.

63 Michel BOEGLIN, L’inquisition espagnole au lendemain du concile de Trente. Le tribunal du Saint-Office de Séville (1560-1700), Montpellier : Publication de Montpellier III, 2003, p. 12.

64 Les bûchers firent soixante-trois victimes.

65 Voir Jesús MARTÍNEZ DE BUJANDA (éd.), Index des livres interdits, Centre d’Études de la Renaissance, Genève : Droz, 1984, 4, Index de l’Inquisition espagnole, 1551, 1554, 1559. Voir la lettre du 17 novembre 1557 du Conseil de l’Inquisition à Philippe dans laquelle on fait référence à la grande quantité de livres hérétiques qui circulent en différentes villes espagnoles, in : José Luis GONZÁLEZ NOVALÍN, El Inquisidor general Fernando de Valdés (1483-1568), 2, Oviedo : Universidad de Oviedo, 1968, p. 182.

66 Voir Dos informaciones muy útiles, la una dirigida a la Magestad del emperador Carlos Quinto deste nombre y la otra a los estados del Imperio. Y agora presentados al catholico rey don Phelipe su hijo. Fue impreso Año de 1559, (s.l. s.d.). Il s’agit d’une traduction en espagnol, probablement réalisée par Juan Pérez et publiée à Genève.

67 Ces deux discours avaient été publiés en latin avec le titre de Orationes duae. Una ad Carolum Quintum Caesarem, altera ad Germaniae Principes omnes, ac ordines Imperii, Strasbourg : Crato Mylius, 1544. Ils furent condamnés par les Index de Louvain (1550), du Portugal (1551) et d’Espagne (1559). Voir Index des livres interdits…, 2, p. 267 ; 4, p. 268-269 ; 5, p. 388.

68 Il s’agit de l’œuvre de Sleidan intitulée De statu religionis et reipublicae, Carolo Quinto Caesare, commentari, publiée à Strasbourg en 1555. L’ouvrage est présent dans l’Index de Louvain de 1558 (n°145) et de l’Inquisition espagnole de 1559 (n°260). Voir Index des livres interdits…, 5, p. 388. Voir aussi la version française Histoire de l’estat de la religion et republique sous l’Empereur Charles V par Jean Sleidan, Genève : Crespin, 1557.

69 La lettre adressée à Van Male met en évidence l’importance de l’œuvre de Sleidan en ce qui concerne la parcimonie de l’exposition tout en soulignant son mauvais style, son manque de pureté et de clarté et la mauvaise finalité du livre « fruit d’un entendement impie obscurci par l’envie de nouveauté ». Le livre lui avait été envoyé par Luis de Ávila à la condition qu’il fallait lui renvoyer dès qu’il l’avait lu ». Voir Ángel LOSADA (éd.), Epistolario de Juan G de Sepúlveda, Madrid : Cultura Hispánica, p. 269-270. Jean Sleidan avait été engagé comme chroniqueur officiel par les membres de la Ligue de Smalkalde. Sur Sleidan, voir Laurence DRUEZ, La Réforme comme objet d’histoire : Les De statu religionis Carolo Quint Caesare commentarii de Jean Sleidan, Thèse de l’Université de Liège, 2001.

70 « […] me exhortas por tu singular prudencia y me aconsejas con inquietud que guarde dentro de las paredes de mi casa antes de publicarla la Historia que he concluido en lengua latina sobre el emperador Carlos y nuestra nación, que la pula y que no la dé a leer sin ton ni son, cuando estamos viendo la maldad tan grande de algunos individuos y su ansia de desacreditar mis escritos », J. G. de SEPÚLVEDA, Epistolario…, p. 376.

71 Voir Á. LOSADA, Juan Ginés de Sepúlveda a través de su «Epistolario» y nuevos documentos, Madrid : C .S. I. C., 1949, p. 387-388.

72 « Por ello no debe consentirse la calumniosa ligereza de algunos de mis adversarios, de quienes oigo que intentan restar credibilidad a mis escritos sobre los asuntos de Alemania argumentando que no acompañé a Carlos en su viaje a Alemania ni estuve presente en los asuntos ni en las guerra de Alemania », J. G. de SEPÚLVEDA, Epistolario…, p. 377.

73 Ibid., p. 381.

74 Voir José GARCÍA ORO, Los reyes y los libros. La política libraria de la Corona en el siglo de Oro (1475-1598), 53, Madrid : Verdad y vida, 1995) p. 130.

75 D’autre part, il semble que Sepúlveda, en considérant que sa chronique était trop adulatrice, ait continué à la retoquer jusqu’en 1573, année de sa mort, pour lui donner un caractère plus proche d’une histoire de l’Espagne que d’une chronique impériale. Voir R. L. KAGAN, op. cit., p. 120 et aussi Jenaro COSTAS RODRÍGUEZ, « La concepción historiográfica en Juan Ginés de Sepúlveda », Actas del Congreso Internacional sobre el V Centenario del nacimiento del Dr. Juan Ginés de Sepúlveda…, p. 83-97.

76 Avec Charles Quint, le salaire annuel des chroniqueurs officiels était passé de 40 000 à 80 000 maravédis.

77 La majorité des publications concernent des événements isolés de son règne, tels que les deux couronnements, les campagnes en Afrique ou la guerre en Allemagne. Voir L. DRUEZ, « Perspectives comparées du règne de Charles Quint : Histoire officielle, histoire luthérienne, histoire italienne », in : Les Historiographes en Europe…, p. 77-108.

78 Giovanni GODOI, Comentari della guerra fatta nella Germania da Carlo Quinto Imperadore, dove è scritto ogni caso, et successo delle scaramuccie, e giornate fatte tempo per tempo…, Venise : All’insegna di San Giorgio, 1548.

79 Anatolio DESBARRES, Immortalità dell'Invittissimo et Gloriosissimo Imperator Carlo Quinto ; dedicato gli in lingua latina dal Signor Anatholio Desbarres, e nuovamente tradotta nella volgar da M. Lodovico Dolce, Venise : Gabriel Giolito de' Ferrari, 1567.

80 Gulielmus ZENOCARUS SCAUVVENBURGUS, De republica, vita, moribus, gestis, fama, religiuone, sanctitate : Imperatoris, Caesaris, Augusti, Quinti, Caroli, Maximi, Monarchae, Libri septem, ad illustres avrei velleris eqvites scripti, authore G. Z. S., Auratae militiae Equite, Imperatoris Caroli Maximi olim: nunc Philippi Regis Hispaniae, et çç. Caroli filii, Consiliario, et Bibliothecario, Bincorstii Toparcha, Impressum Brugis per Quirinium Balliolinum, tipis, et industria Gisleni Manilii Gandensis Tipographi, Anno Domini 1559.

81 Chevalier et seigneur de Binchorst, van Schouwenburg avait été aussi secrétaire de l’ambassadeur impérial Corneille de Schepper.

82 « Receu avons la supplication de nostre amé, et feal Conseillier, et Bibliothecaire Messire Guillaulme Snouckaert de Scauvvenburg, Chevalier, Seigneur de Binchorst, contenant comme icelluy suppliant ayant escript sept livres en latin, de la vie, et gestes de feu de tres digne mémoire l’Empereur Charles mon Seigneur, et pere à cui Dieu face mercy : lesquelz il a fait visiter par plusieurs Docteurs en theologie, et aussi d’aultres facultez : ensemblement par ceulx, tant de noz Consaulx d’Estat, et Privè, que aussi par ceulx du Conseil de Espaigne, et d’Italie. Lesquelz trouvans ledict volume edificatif, ont accordé audict suppliant privilege pour dix ans, avec clausule d’interdiction, affin de ne imprimer, co[n]trefaire, distribuer, ny vendre ledict volume en noz pays de pardeça ». L’auteur demandait aussi un privilège spécial pour les « pays de Brabant » que Philippe concédait aussi pour dix ans. Le privilège est daté 21 mai 1559 « donné en notre ville de Bruxelles ». Philippe II s’embarqua à Flessingue en direction de l’Espagne le 24 aout 1559 et, le 14 septembre, faisait son entrée à Valladolid.

83 A. MOREL-FATIO, op. cit., p. 150.

84 Comme par exemple, les Studia de Charles et le rôle de l’histoire dans son éducation ou bien le symbole de la comète dans la vie d’Auguste et de Charles Quint. De republica, vita, moribus, gestis..., p. 32-35 et p. 188-196.

85 Alfonso de ULLOA, Vita dell'invittissimo Imperator Carlo V descritta da A. U., et nuovamente mandata in luce., Venise : Vincenzo Valgrisio, 1550.

86 Francesco SANSOVINO, Il Simolacro di Carlo Quinto Imperadore, Venise : Francesco Franceschini, 1567.

87 A. MOREL-FATIO, op. cit., p. 131.

88 L’ouvrage d’Ulloa eut 10 éditions entre 1560 et 1606. Il fut traduit en néerlandais mais non en castillan.

89 Pour une analyse plus complète de cet ouvrage et sur l’image de Charles Quint proposée par Ulloa, voir Françoise RICHER-ROSSI, Alfonso de Ulloa, historiographe. Discours politiques et traductions, Paris : M. Houdiard, 2018, p. 35-91. Condamné pour avoir contrefait la licence d’un livre en hébreu, Ulloa mourut en prison en 1570 à Venise, en attendant une intervention de Philippe II qui arriva trop tard. Ibid., p. 402-415. Voir aussi Antonio RUMEU DE ARMAS, Alfonso de Ulloa, introductor de la cultura española en Italia, Madrid : Gredos, 1973 et Othón ARRÓNIZ, « Alfonso de Ulloa, servidor de Don Juan Hurtado de Mendoza », Bulletin hispanique, 70 (1968) p. 437-457.

90 « Il che mi è paruto di fare per satisfattione de' Lettori e degli studiosi delle Historie, ch’è la cosa che piu giusta et piu diletta all’huomo. Et percioché la perfettione delle Historie consiste in raccontar compiutamente la verità delle cose », A. de ULLOA, op. cit., fol. Aiiii.

91 « Però volendo io scrivere, et dire il vero, in quanto potrò, in una materia di tanta importanza, come è questa, tratterò quel che ho detto di sopra, con quella sincerità, fedeltà et verità, che si ricerca. Il che faccio volentieri, perche mi rendo certo, che scrivendo queste cose, inviterò, et inciterò leggendole gli animi de’ valorosi giovani del secol nostro et ancora di quelli che sono à venire, perche s'impieghino in quelle virtuose opere a che sono obligati, per le ragioni, che di fopra ho detto, prendendo l’esempio da questo virtuosissimo Principe, che tanta memoria ha lasciato di sè », ibid.

92 « perché in questo io sono stato universale et ho havuto sempre riguardo a scrivere con ogni sincerità et senza alcuna passione », ibid., p. 218r.

93 « mi difenderó in descriverla più largamente di quello che si conviene [il s’agit de l’histoire de l’entreprise d’Alger] alla mia intentione, che è di scrivere la vita di Carlo, e non historia ». L. DOLCE, op. cit., p. 83.

94 Dans une lettre adressée à Philippe II en 1561, Girolamo Ruscelli lui fait savoir que Dolce attend encore une récompense jamais arrivée pour la traduction du livre des Métamorphoses d'Ovide dédiée à Charles Quint et qu’il est toujours fidèle et dévoué « alla regia e imperial casa d'Austria ». Girolamo RUSCELLI, Lettere di Principi li quali o si scrivono da Principi, o a Principi, o ragionan da Principi, Venise : G. Ziletti, 1562, p. 209.

95 « [...] che col consiglio e con le arme lo accompagnó sempre in tutte le sue attioni ; ella anco più che altro puó far testimonio della verità da me scritta », ibid., fol. Ai. Lettera al serenissimo signore Emanuelle Filiberto Duca di Savoia.

96 « [Pedro Suarez] sopra ciò mi disse molte cose, molte ne riprese, et molte me ne mostrò tutte piene d’adulatione ch’erano nel predetto libro. Et fattomi toccar con mano che vi erano ancho di sfacciate bugie entrò in raccontarmi tutto quello che esso aveva inteso essendo presso all’Imperadore », F. SANSOVINO, op. cit., fol. A2r°.

97 « […] il lettore possa apertamente vedere, che se quel Signore fu grande ne’fatti ; fu parimenti grande nelle parole et felice in tutte le operazioni sue », ibid., fol. A2v° et A3r°.

98 Massimo FIRPO, « “Sempre soggetto al Santissimo Papa et alla Santa Chiesa”. I primi biografi italiani di Carlo V », in : Giuseppe GALASSO et Aurelio MUSI (éd.), Carlo V Napoli e il Mediterraneo, Naples : Società Napoletana di Storia Patria, 2001, p. 249-274.

99 Voir F. RICHER-ROSSI, op. cit., p. 82-90.

100 « Però si dilettava di leggere tre libri solamente li quali esso haveva fatto tradurre in lingua sua propria. L’uno per l’institutione della vita civile, et questo fu il Cortigiano del Conte Baldasar da Castiglione, l’altro per le cose di Stato, et questo fu il Principe co’Discorsi del Machiavello, et il terzo per gli ordini della militia, et questo fu la Historia con tutte le altre cose di Polibio », F. SANSOVINO, op. cit., p. 21. Cf. A. MOREL-FATIO, op. cit., p. 134.

101 Ces ouvrages ne se trouvent pas dans l’inventaire des livres recensés à Yuste in : José Luis Gonzalo SÁNCHEZ-MOLERO, « El caballero, la muerte y el libro », dans Carmen GARCÍA FRÍAS CHECA (éd.), Carlos V en Yuste. Muerte y gloria eterna, Madrid : Patrimonio Nacional, 2008, p. 148-149.

102 « El secretario Zayas me ha avisado cómo presentó a Vuestra Magestad la historia del gloriosísimo Emperador, su padre, señor nuestro, y que la recibió con buena voluntad y aceptó mi servicio, que ha sido para mí favor grande y merced muy señalada; y quedo con mucho contentamiento y alegría, y doy por bien empleado el trabajo que en ella he puesto, pues Vuestra Magestad ha quedado satisfecho de mi servicio ». Lettre datée du 15 février 1568 envoyée depuis Venise publiée pour la première fois par Antonio Rumeu de Armas. Voir F. RICHER-ROSSI, op. cit., p. 402.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Carlos D’Amico, « Écrire l’histoire du règne de Charles Quint au XVIe siècle »e-Spania [En ligne], 47 | Février 2024, mis en ligne le 17 février 2024, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/49679 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.49679

Haut de page

Auteur

Juan Carlos D’Amico

Université de Caen-Normandie, ERLIS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search