Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Écrire l’histoire au Siècle d’or ...Écriture de service ou servitude ...

Écrire l’histoire au Siècle d’or : rôles, usages et pratiques du récit historique dans l’Espagne des Habsbourg (XVIe et XVIIe siècles)

Écriture de service ou servitude ? Être chroniqueur officiel d’Aragon sous les Habsbourg d’Espagne

Héloïse Hermant

Résumés

Le cas du chroniqueur officiel d’Aragon offre une riche matière pour analyser les processus d’écriture de l’histoire en raison de l’abondance des sources qui renseignent son activité dans le temps long et notamment les rapports avec ses commanditaires et les entités censoriales. En insistant sur l’hétéronomie du travail savant et la façon dont la structure agrégative de la monarchie et partant, les intérêts dissonants des collectifs impliqués dans le récit des annales, corsètent l’activité du chroniqueur, on tente de cerner cet art spécifique de l’écriture de service historiographique en recourant à la notion de prudence, présentée comme ce qui permet de trouver la juste articulation entre vérité et utilité. L’analyse suppose ainsi de ne disjoindre la définition de l’histoire, ni du travail de l’historiographe dans sa dimension institutionnelle et matérielle, ni du tissu relationnel multiscalaire au sein duquel ses opérations d’écriture s’insèrent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Scrivir, recopilar y ordenar, todas las cosas notables de Aragon assi passadas como presentes », (...)

1Le cadre institutionnel auquel appartient le chroniqueur du royaume d’Aragon est bien connu. L’office est créé aux Cortes générales de Monzón de 1547. Son détenteur, originaire d’Aragon, désigné et nommé à vie par les députés, a pour mission d’« écrire, compiler et ordonner tous les faits notables d’Aragon, passés et présents »1. Le chroniqueur fixe donc les traits d’un passé qui s’enfuit afin d’harmoniser les mémoires en une voix unique et audible car officielle. La consécration d’une histoire du royaume des temps les plus reculés au présent immédiat, agençant les faits selon un ordre chronologique propre au genre des annales, visait un double objectif et un double public. À l’échelle aragonaise, ces écrits devaient illustrer la grandeur ensevelie des Aragonais afin de restaurer leur fama et susciter l’émulation de leurs descendants ainsi connectés à leur histoire. En élargissant la focale, ces écrits voulaient aussi manifester la gloire de ce royaume auprès du roi, des autres royaumes de la monarchie et au-delà, des autres puissances.

  • 2 José Lupercio PANZANO IBAÑEZ DE AOIZ, Anales de la Corona de Aragón desde el año mil quinientos y q (...)
  • 3 Les cas les plus connus sont les commandes de récits de la révolte de 1591 sur lesquelles nous revi (...)

2Au fil des instructions, les tâches assignées au chroniqueur prennent une forme définitive. En premier lieu, celui-ci doit rédiger les annales du royaume, qui s’ouvrent avec le récit de la Reconquista, en reprenant le fil là où son prédécesseur l’aura laissé. La progression est en réalité lente, au point que le traitement du règne de Charles Quint n’est achevé qu’en 1705, avec la parution des Annales de José Lupercio Panzano2. Ensuite, le chroniqueur doit livrer une histoire du temps présent, sous la forme de cahiers annuellement entreposés à la Députation et narrant les événements dont il aura été témoin. Nullement destinée à passer sous les presses, cette histoire est mise à disposition des chroniqueurs des temps futurs, qui auront à traiter de cette période alors révolue dans le cadre des Annales. Enfin, le chroniqueur réalise les diverses commandes de plume du consistoire des députés, pour répondre aux priorités de l’agenda politique ou bien pour combler l’écart entre la période traitée par les Annales et le temps de leur écriture3.

  • 4 L’expression de ministro público est attestée pour les chroniqueurs du royaume d’Aragon : Memorial (...)

3Le chroniqueur d’Aragon est donc un « ministre public », qui, à sa prise de fonction, reçoit une cédule faisant office d’instruction et scellant un contrat avec le royaume incarné par les députés4. Le chroniqueur prête alors serment devant ces derniers, réunis dans la salle basse du palais de la Députation, à qui il doit désormais rendre des comptes. À la suite de son engagement solennel, un acte de nomination est rédigé où les députés promettent de rémunérer le chroniqueur, de lui ouvrir les archives du royaume et de prendre en charge l’impression de ses écrits. C’est que l’œuvre de celui qu’on considère comme la voix du royaume et le gardien de sa mémoire, doit devenir le lieu de fixation du sens de l’histoire, par l’élaboration d’un récit inattaquable car marqué du sceau de la vérité documentaire.

4Cette figure de « ministre public » offre une riche matière pour analyser les processus d’écriture de l’histoire en raison de l’abondance des sources qui renseignent son activité quotidienne d’historiographe dans le temps long et notamment ses rapports, parfois houleux, avec ses commanditaires et les différentes entités censoriales. Une telle prise en charge officielle du passé, dans un récit qu’on veut matriciel, s’apparente à une écriture de service fondée sur un savoir-faire particulier dont l’analyse suppose de ne disjoindre le statut et la définition de l’histoire, ni du travail de l’historiographe dans sa dimension institutionnelle et matérielle, ni du tissu relationnel multiscalaire au sein duquel ses opérations d’écriture et d’archivage s’insèrent. En insistant sur la forte hétéronomie du travail savant et sur la façon dont la structure agrégative de la monarchie et partant les intérêts parfois dissonants des collectifs impliqués dans le grand récit des Annales corsètent l’activité du chroniqueur, on tentera de mieux cerner cet art spécifique de l’écriture de service en recourant à une notion employée par les acteurs de l’époque, celle de « prudence », présentée comme ce qui permet de trouver la juste articulation entre vérité et utilité.

Entre ressources et contraintes : l’écriture de service des chroniqueurs officiels d’Aragon

5Les enjeux juridiques et mémoriels forts, liés au travail du chroniqueur, expliquent que les députés surveillent son activité en mettant en place des modalités d’encadrement flexibles et externalisées, entre prescription et indication, censure et critique, sans qu’on ait cherché à les codifier. Au bout de quelques années et systématiquement lorsqu’un écrit est en voie d’achèvement, les députés choisissent un ou deux « experts » appelés à statuer et à conseiller le chroniqueur, afin de rendre ces œuvres de commande conformes à leurs attentes et aptes à servir le bien commun. L’analyse de ce mécanisme nous apprend que les députés désignent tantôt des professionnels de l’histoire, comme les chroniqueurs d’ordres religieux pour la province aragonaise, tantôt des amateurs, mais dont la réputation d’érudits était garantie par la matérialisation de leur savoir dans l’écriture ou dans des pratiques collectionnistes antiquaires et bibliophiles, et que publiait la sociabilité qui découlait de ces opérations. On attendait de ces experts qu’ils connaissent les particularismes aragonais et y soient attachés, mais aussi qu’ils corrigent les excès susceptibles d’irriter les acteurs de la censure royale et d’entraver la publication du chroniqueur. Les acteurs impliqués partageant le même objectif de voir le passé aragonais se matérialiser en un livre-emblème, ce type de censure se veut constructive. Le rapport aux députés qu’adresse Joseph de Antonio de Hebrera, chroniqueur des Franciscains pour la province aragonaise, à propos des manuscrits des annales du chroniqueur officiel d’alors, Diego José Dormer, a ici valeur d’exemple :

  • 5 Lettre de Joseph de Antonio de Hebrera aux députés du royaume d’Aragon, RAH, 9/548, fol. 462ro-462v(...)

Algunos reparos se me han ofrecido en este primero tomo, ya respeto de capitulos enteros, ya tocante a la colocacion de algunos casos; y aviendolos conferido con el mismo arzediano Dormer avemos puesto conformes en quitarlos, en otras dudas de sucessos especiales quedamos assentado lo que se tiene por mas seguro y mas authorizado de authores graves e instrumentos authenticos5.

  • 6 Les Annales du chroniqueur officiel, et en particulier celles du premier d’entre eux, Gerónimo Zuri (...)

6Les ajustements se font en partie à l’amiable et, dès que possible, dans un dialogue en face-à-face dont les députés ne reçoivent qu’un compte-rendu général. Flous et convenus, les termes employés suffisent à signifier aux commanditaires qu’un passage au crible avait bien eu lieu et qu’un accord avait été trouvé pour les réglages nécessaires. Hebrera décrit une pratique collaborative interne, ancrée sur des principes généraux et consensuels (l’autorité des documents et le poids de certains auteurs appartenant à un canon officiel et à une chaîne formant une tradition) et propice à des arrangements pragmatiques entre experts du passé. En général, à ce stade, les retouches suggérées restent minimes, le chroniqueur étant lui-même devenu, à force de pratique, un professionnel de la publication conscient des enjeux de sa mission et du cadre au sein duquel il opère. Tous les acteurs de cette censure interne s’accordent sur le fait que ces Annales sont une « archive publique », revêtant une dimension à la fois juridique et patrimoniale. Entièrement bâties sur une trame documentaire, elles sont conçues pour détenir une valeur probatoire et un pouvoir de véridiction aussi forts que ceux des « papiers authentiques »6. Au sein de ce dispositif, l’accès à des gisements de papiers réservés qui constitue la spécificité du travail du chroniqueur officiel, accrédite ses écrits tout en leur conférant une autorité distinctive.

  • 7 Richard L. KAGAN, Clio and the crown. The Politics of history in Medieval and Early Modern History, (...)

7Cette autorité attachée au recours aux archives, pensé comme force de frappe, s’inscrit dans une période où se naturalise une transitivité de principe entre d’une part, archives ou papiers officiels et de l’autre, vérité. Le « tournant politique », qui marque la fin du règne de Philippe II, érige l’histoire en instrument d’État7. Celle-ci doit justifier les actions du prince tout en dispensant un savoir de gouvernement utile. Cette histoire politique se veut intrinsèquement liée au vrai parce qu’écrite à partir de papiers d’État à l’accès réservé, seuls susceptibles de traverser les apparences pour dévoiler les causes et les motivations cachées d’un monde complexe et contingent. Assimilée à la preuve documentaire, la vérité historique se charge alors d’un pouvoir d’anticipation fondé sur l’expérience médiate du passé qu’elle offre au prince. Les chroniqueurs du roi en particulier, autant historiographes que courtisans et bénéficiant de l’accès aux papiers d’État, mettent en avant ce privilège pour en faire un argument d’autorité, à l’instar des chroniqueurs d’Aragon. Au-delà de l’homologie, on ne saurait penser le statut des chroniqueurs aragonais indépendamment de ceux des chroniqueurs royaux, qui partagent un même souverain et font partie d’une même entité politique agrégative et englobante, la monarchie hispanique. La prise en compte de l’insertion progressive du chroniqueur officiel d’Aragon au sein du groupe des chroniqueurs royaux, qui redouble l’effectivité du dispositif de la censure royale applicable en tout point de la monarchie tout en confortant le statut des plumes officielles régnicoles, est essentielle pour comprendre comment le travail du chroniqueur d’Aragon est simultanément infléchi à diverses échelles, en amont et en aval du processus d’écriture.

  • 8 La Couronne d’Aragon comprend le royaume d’Aragon, de Valence, la Principauté de Catalogne, la Sici (...)

8Depuis les Rois Catholiques, les souverains attendaient de leurs chroniqueurs qu’ils créent une vision unifiée du passé de l’Espagne favorisant les intérêts politiques de la couronne. L’avènement de Charles Quint et la nécessité de maintenir la cohésion d’une structure politique planétaire agrégeant des royaumes hétérogènes, dispersés et aux intérêts étrangers voire divergents, renforçait ces attentes dans l’historiographie. Aux yeux du souverain, l’histoire officielle devait fournir les fondements idéologiques d’un empire universel en suggérant que le roi était l’incarnation de l’idée d’Espagne, réceptacle vivant de l’amour et de la fidélité de ses sujets. Dans ce cadre, les histoires régnicoles pouvaient présenter une menace à plusieurs titres. D’abord, elles alimentaient une vision particulariste et située de l’histoire, en porte-à-faux avec les histoires des chroniqueurs officiels castillano-centrées, volontiers déterritorialisées et coulées dans une structure généalogique centrés sur les rois et leur règne avec une visée homogénéisante. Ensuite, ces histoires régnicoles étaient rédigées à partir d’un massif documentaire inaccessible au roi, ce qui les rendaient incontrôlables en amont tout en les dotant d’une réelle puissance de véridiction au-delà de l’Aragon. En période de tension, les mécanismes de la censure royale pouvaient se révéler insuffisants à canaliser la circulation d’histoires dissonantes. Enfin, ces chroniques ne s’assimilaient nullement à l’histoire autarcique d’un royaume. Elles traitaient de l’histoire de la monarchie, écrite depuis un point de vue aragonais. Retraçant, pour la période médiévale, la constitution du gigantesque conglomérat de la Couronne d’Aragon8, à partir d’une matrice aragonaise et dans ses interactions avec les autres royaumes de la monarchie, notamment la Castille, les Annales s’attardaient ensuite longuement sur la figure de Ferdinand d’Aragon, présenté comme

  • 9 Bartolomé LEONARDO DE ARGENSOLA, Primera parte de los Anales de la Corona de Aragón, Saragosse : Iu (...)

El primero, que dio a España forma de Monarquía; y que estableció en ella la Paz y la Religión, a fuerça de capacidad y de valor, y que la libró floreciente en las manos de su Nieto con la mayor parte del Orbe9.

9Ferdinand surgissait en bâtisseur de la monarchie tandis que les chroniqueurs insistaient sur sa filiation privilégiée avec Charles Quint, reléguant en arrière-plan Isabelle de Castille et les géniteurs directs de ce dernier. Enfin, nos chroniqueurs documentaient la participation de leur royaume aux grands événements de l’histoire de la monarchie du temps de l’Empereur, quitte à la surévaluer pour faire se confondre la réputation de l’Aragon et de l’Espagne à travers le rappel des exploits des régnicoles.

  • 10 Le royaume s’était soulevé contre son souverain pour défendre ses particularismes, sous la houlette (...)
  • 11 Lettre de Miravete de Blancas au régent Bautista de Lanuza, 18 juin 1597, RAH, 9/548, fol. 83ro. L’ (...)
  • 12 Archivo de la Corona de Aragón (ACA), Consejo de Aragón (CA), leg. 253, n°44.
  • 13 Copia del titulo latino de cronista general de la corona de Aragon conferido a Lupercio por Felipe  (...)
  • 14 Ibid., fol. 114vo.

10La structure composée et agrégative de la monarchie, qui, de fait, informait les récits du chroniqueur, assimilables à une histoire générale du conglomérat Habsbourg depuis un prisme aragonais, ne pouvait donc que peser sur l’office de chroniqueur régnicole lui-même et canaliser son action. Les tensions forales du règne de Philippe II, qui culminent lors de la révolte de 1591, les séquelles de cette crise, la quête d’apaisement et la volonté des élites politiques de jouer la carte de l’intégration dans la monarchie, accélèrent ce processus qui aboutit au dédoublement de l’office foral en un office royal10. Après une vaine tentative en 1597, à la mort du chroniqueur Juan Costa, pour inciter les députés à désigner un candidat acquis aux intérêts du roi par l’entremise d’un agent implanté dans le tissu local, une stratégie institutionnelle s’impose11. En 1599, Philippe III crée l’office de « chroniqueur de la Couronne d’Aragon », valant pour les royaumes d’Aragon et de Valence et la Principauté de Catalogne et destiné à un courtisan originaire d’un de ces territoires, et de fait toujours aragonais, à l’exception du Valencien Francisco Diago en 1614-161512. Il s’agissait d’affuter un outil de gouvernement passant par un contrôle sur l’écriture de l’histoire aragonaise selon une double modalité13. D’abord, par la confection d’une histoire des faits mémorables aragonais, des services rendus par les sujets en temps de guerre et de paix et surtout des prééminences royales. En tant que chroniqueur royal, le bénéficiaire de la charge était reconnu par tous les officiers du roi dans ce royaume. Cette chaîne des hommes du roi en Aragon constituait un moyen de pénétration dans le tissu sociopolitique régnicole ainsi qu’un moyen d’accès à de nombreux documents susceptibles de nourrir la chronique. Celle-ci visait à harmoniser la réputation du souverain et celle des royaumes, indexant la seconde sur la première. Venant se superposer sur les chroniques produites par les différents royaumes, écrites d’un point de vue local avec des archives locales, un tel récit était pensé pour matérialiser la voix officielle de la monarchie, fixant et articulant les passés régnicoles en un passé unique travaillant aux intérêts du souverain. Surtout le chroniqueur de la Couronne d’Aragon détenait une « superintendance » sur les autres chroniqueurs des royaumes de cette Couronne, avec pour mission d’inspecter les récits historiographiques, passés et présents, traitant de ces territoires, écrits dans ou en dehors de la Couronne, pour en annoter les faits « mémorables » et « crédibles », mais aussi pour les « expurger »14.

  • 15 Archivo General de Indias (AGI), Indiferente General (IG), leg. 743, n°209. Sur les liens des frère (...)
  • 16 Dans le sillage de l’interprétation du comte de la Viñaza (C. MUÑOZ Y MANZANO, op. cit., p. 26-27), (...)
  • 17 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, « Las alteraciones de Aragón, y su quietud con el castigo de algunos sedic (...)

11L’apparition de ce double, qui aurait pu aboutir à une mise sous tutelle, à un phagocytage ou à une satellisation du chroniqueur régnicole, enrichit ses modalités d’action tout en créant un lien de double fidélité exclusive. Le coup de force des députés fut précisément de nommer chroniqueur du royaume, le chroniqueur de la Couronne d’Aragon en titre depuis 1599, Lupercio de Argensola, habile courtisan de l’entourage du duc de Lerma et qu’on avait ainsi songé à gratifier après l’échec d’une première candidature au poste de chroniqueur des Indes en 159615. L’étude des circonstances de sa nomination au poste de chroniqueur régnicole, nullement planifiée au départ, montre l’enclenchement d’un dispositif performatif impliquant le chroniqueur royal (de la Couronne d’Aragon), les députés et le chroniqueur du royaume d’Aragon en titre (Gerónimo Martel), où Lupercio prouve qu’il est l’homme de la situation pour défendre les intérêts du royaume en sachant les harmoniser avec ceux du roi16. Jusqu’en 1631, les chroniqueurs du royaume (Lupercio puis son frère Bartolomé) cumulent les deux offices, gagnant un pouvoir de censure y compris sur les récits des autres chroniqueurs royaux (ou aspirants à ce titre) qui desservaient les intérêts aragonais, à l’instar de Luis Cabrera de Córdoba dont Bartolomé Leonardo parvient à bloquer la publication17.

  • 18 Consulta de la solicitud presentada por José Pellicer de Tobar y Abarca para la plaza de cronista d (...)
  • 19 La démarche est systématique dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. Les suppliques des chroniqueu (...)

12Toutefois, après une période de latence, l’office échappe aux chroniqueurs du royaume en 1640, avec l’entrée en scène de José Pellicer qui en capte le potentiel pour mettre à profit son origine aragonaise dans le milieu férocement concurrentiel des historiographes de la cour au moment où la révolte catalane faisait imploser l’unité de la Couronne d’Aragon18. Les chroniqueurs d’Aragon trouvèrent un palliatif à cette « rupture de communication », exploitée par Pellicer pour les inféoder en exerçant une censure implacable sur leurs écrits au nom de la cohésion de la monarchie, menacée de l’intérieur et de l’extérieur dans le contexte de la Guerre de Trente ans. Activant leurs liens à la cour pour contourner l’encombrante présence de Pellicer, qu’ils finirent par amadouer et par impliquer dans une relation ambiguë mais somme toute collaborative, les chroniqueurs régnicoles parvinrent à se faire octroyer le titre honorifique de « chroniqueur du roi pour l’Aragon » sous les encouragements de la Députation19. Tout comme le cumul des offices, cette manœuvre fortifiait des liens de double fidélité impérative entre roi et royaume structurant en amont l’écriture de l’histoire, ce qui allait dans le sens voulu par le roi et par les élites du royaume, qui espéraient éclairer la justice distributive du souverain par la publicisation de leurs mérites. Mais elle assurait aussi à son bénéficiaire l’accès à des archives royales indispensables à ses écrits historiographiques, augmentait son prestige et intégrait les historiographes aragonais au sein de l’ensemble plus vaste des chroniqueurs officiels de la monarchie, avec lesquels ils interagissaient toujours davantage en leur ouvrant un champ de possibles.

  • 20 « Causa pública », Aprobacion del dotor D. Agustin de Arbisa, colegial du colegio Vicente Martyr de (...)
  • 21 Ce discours est commun à la plupart des censures et autres approbations en ouverture des annales du (...)
  • 22 Par exemple la Aprobacion del R. P. Joseph de Antonio de Hebrera, predicador y ex secretario genera (...)
  • 23 Le cas est net dans l’approbation rédigée par Pellicer pour les annales de Sayas : Censura de Don I (...)
  • 24 L’évêque de Barbastro loue Dormer, pour sa « docilidad », qui désigne ici l’absence d’orgueil (amou (...)

13Une plongée dans les péritextes des écrits des chroniqueurs dévoile l’espace de contraintes et de jeu où ils se meuvent au sein de ce mille-feuille administratif. Les textes liminaires des Annales, qui sont aussi des « textes vitrines », montrent à l’œuvre les différentes entités censoriales énonçant un discours sur le « livre emblème », dont elles se veulent les garantes au terme d’une activité d’évaluation, et dont chaque parution est élevée au rang de « cause publique »20. À un moment où l’histoire n’est pas constituée en discipline et reste hétéronome, ces discours liminaires traitent moins de l’histoire, invariablement qualifiée de « maîtresse de vie », que des effets que les commanditaires en escomptent et des chroniqueurs en ce qu’ils sont dotés des qualités permettant de parvenir à ce but. Au-delà d’un ensemble de topoï (exigence de vérité, respect et fixation de l’ordre chronologique, explication des causes, authentification des informations par des « instruments » fiables) à chaque fois différemment articulés, le critère ultime de validation demeure l’utilité de l’histoire, garantie par « l’excellence » du chroniqueur21. Les qualités imputées au chroniqueur – jugement (juicio), finesse (discreción) et impartialité (neutralidad) – porteraient donc une vérité utile à dire22. Dans ce type d’écrits liminaires, la question épineuse de la vérité utile se focalise en général sur le tri de l’information et sur la délimitation du mémorable, c’est-à-dire du dicible23. Un tel savoir-faire incorporé dessine donc les contours d’une expertise et d’une sphère d’action propres à cet officier de plume. Pourtant, une dernière qualité dont on trouve fréquemment l’éloge, la docilité, vient rappeler la profonde hétéronomie de l’histoire24. Vérité et utilité constituent un couple en tension d’autant plus instable que la position institutionnelle du chroniqueur d’Aragon le situe à la croisée d’intérêts multiples et parfois divergents qui questionnent sa marge de manœuvre.

Vérité contre utilité ? L’art de la prudence et les tensions inhérentes à la charge d’historiographe officiel

  • 25 Lupercio LEONARDO DE ARGENSOLA, Informacion de los sucesos del Reino de Aragon en los años de 1590 (...)

14Les rapports entre les députés et leur chroniqueur furent souvent conflictuels et témoignent de l’appréciation divergente que les parties en présence avaient de la valeur du service rendu, de la marge d’action à octroyer au chroniqueur et du statut à lui accorder. Les deux récits de la révolte de 1591 entrepris par Lupercio Leonardo de Argensola et son frère Bartolomé, à l’instigation des députés, nous fourniront la matière pour comprendre comment les tensions entre utilité et vérité travaillent de l’intérieur les savoirs et savoir-faire du chroniqueur25.

  • 26 Pour une présentation des récits de la révolte selon les différents points de vue : J. GASCÓN PÉREZ (...)
  • 27 Vicencio BLASCO DE LANUZA, Último tomo de historias ecclesiasticas y seculares de Aragon, desde el (...)
  • 28 Après avoir obtenu le soutien des institutions aragonaises (Députation et municipalité de Saragosse (...)

15Bartolomé est sollicité en tant que chroniqueur officiel pour élaborer le récit définitif de cette crise. Fidèle à la manière de faire propre à sa charge, il visait une narration exhaustive bâtie sur des archives, seule capable d’en imposer aux auteurs castillans et étrangers, qui faisaient de l’épisode un crime de lèse-majesté heureusement châtié26. Ce parti-pris seul, et dont il ne pouvait se départir, justifiait la confection d’un nouveau récit de la révolte, d’autres voies discursives ayant été préalablement explorées sans avoir donné satisfaction. On peut songer au récit de Vincencio Blasco de Lanuza enchâssé dans une histoire générale du royaume, paru en 1619 sur l’ordre des députés et dont la commande passée à Bartolomé, deux ans plus tard, apportait un cruel démenti. On peut encore songer à l’information de Lupercio Leonardo, sur laquelle nous reviendrons, ou bien à l’histoire apologétique de Gonzalo de Céspedes y Meneses, parue en 1622 et pensée comme une force de frappe instantanée inscrite au cœur d’une actualité polémique. Cette dernière provoque un tollé pour avoir trop noirci l’action des ministres du roi et en particulier celle du comte de Chinchón lors de cette crise27. C’est d’ailleurs dans le cadre de cette affaire où il a été impliqué malgré lui, que Bartolomé Leonardo en vient à exposer les principes méthodologiques qui guident son propre récit de la révolte28.

16Sommé de se justifier par le Conseil d’Aragon, Bartolomé Leonardo souligne en creux tout ce qui le sépare des procédés peu scrupuleux de Céspedes et insère, dans son texte de défense à l’attention du roi, le prologue de ses Altérations populaires alors en cours de rédaction. Selon lui, l’exposition du vrai, érigée en pierre angulaire du récit et portée par un soubassement archivistique dépouillé de tout jugement, devait suffire à neutraliser les fabulations ennemies en amenant le lecteur à juger, en connaissance de cause, un récit impartial :

  • 29 Respuesta que de orden a del señor Rey D Felipe III dio en 21 de enero de 1625 el Dr Bartolome a lo (...)

Se escribe sin alterar el semblante de la verdad, para que, quien la leyere, pueda ver en relación della las acciones desnudas y juzgar si fue sano o siniestro el obgeto, que les dio calidad. Porque la narración prudente sabe guardar el decoro al juicio de los letores y aunque no puede escusarse de repartir la alabanza y el vituperio según los méritos, todavía se remite a ellos por cumplir con el rigor de la Historia en sus dos requisitos: verdad en la pluma y neutralidad en el ánimo. No sería poco dañosa cerca de ésto cualquiera leve omisión porque mal comprendería las materias el estrangero para cuia noticia especialmente se escriben29.

  • 30 Bartolomé s’en justifie en 1626 aux contadores del reino, chargés de vérifier les comptes de la Dép (...)

17Mais ce pli méthodologique qui assurait la robustesse du discours était aussi sa faiblesse dans la mesure où l’immersion et sa traduction en un récit supposait qu’on dévoile les noms des acteurs, leurs ambivalences et leur compromission dans un récit qui soulèverait nécessairement des mécontentements. Tenaillé entre les obligations épistémologiques inhérentes à son statut et l’attitude dilatoire des députés réticents à lui ouvrir les archives du royaume, Bartolomé se voyait contraint de trouver des documents par des voies contournées. À force de sollicitations, notamment auprès des grandes familles du royaume, il met la main sur une documentation polémique, essentiellement composée de procès30. Or, ce récit était périlleux : il compromettait trop d’acteurs, rejetait les simplifications et les ellipses consensuelles, renvoyait une image noire des officiers royaux et semblait désigner en filigrane la responsabilité de Philippe II. Les risques étaient d’autant plus forts que Bartolomé confiait l’effectivité de son écrit au diligent lecteur que rien n’empêchait d’utiliser ces données à contre-emploi.

  • 31 Arguant de son souhait de défendre l’honneur du royaume et l’excellence des lois aragonaises, Barto (...)
  • 32 Sur l’activité de secrétaire de Bartolomé Leonardo au service de Lemos : Otis H. GREEN, « Bartolomé (...)

18Finalement, Bartolomé se soumet au coup d’arrêt que lui imposent les députés, effrayés des conséquences que la parution d’un tel récit pouvait engendrer31. Cet ancien secrétaire du duc de Villahermosa et du comte de Lemos, ayant si souvent prêté sa main en restant dans l’ombre, avait intégré les impératifs du service de plume et le primat de la décision du maître32. Dans ce cadre, l’utilité n’était attentatoire ni à la vérité, ni à la liberté. Mieux, les opérations intellectuelles définissant le savoir-faire du chroniqueur découlaient précisément de cette situation d’hétéronomie qui dressait le socle de tout service de plume et dont seule la prise en compte dans des contextes spécifiques permettait de donner une forme adéquate à la vérité. Cet art de la mise en forme et de mise en adéquation entre vérité et utilité reposait sur un principe moteur que la bonne plume se devait d’incorporer : la prudence.

  • 33 En 1604, Lupercio n’était pas encore chroniqueur du royaume. Il le deviendra en 1608.

19On peut en étudier l’exercice pragmatique à partir du récit de la révolte par Lupercio Leonardo qui, contrairement à son frère, n’était pas prisonnier de la forme contraignante des annales33. Il associe les circonstances au sein desquelles il prend la plume ainsi que les effets recherchés par son écrit, aux choix formels réalisés :

  • 34 L. LEONARDO DE ARGENSOLA, op. cit., p. 1.

Seré brevísimo porque para enseñar o informar es el primer precepto ; y porque si descendiese a particularidades, sería defraudar a las crónicas, que se esperan, del reino, y lastimar a muchos hombres vivos : demas que esto no es de importancia a mi intento, que es escribir para que otros juzguen, sin mover los afectos34.

  • 35 À l’heure où Lupercio tient la plume, les annales du royaume n’avaient pas avancé depuis la mort du (...)

20Lupercio opte pour une « information », forme narrative brève, afin de mieux répondre à l’urgence de la situation, mais aussi parce que les annales du royaume, ces chroniques encore à venir dont la charge revenait au chroniqueur officiel, auront vocation à narrer la révolte dans tous ses détails35. Lupercio insiste donc sur la dimension didactique de son propos car il s’adresse autant aux Aragonais qu’aux « étrangers » dont il doit faire taire les médisances, c’est-à-dire aux autres royaumes de la monarchie catholique et à l’Europe entière. Cette configuration des publics et la bonne intelligence des intérêts du royaume supposaient aussi de ne pas se perdre dans les détails de la crise ni d’incommoder le lecteur avec des noms susceptibles de gêner sa compréhension.

  • 36 Xavier GIL, « Introducción », in : L. LEONARDO DE ARGENSOLA, op. cit., p. XXXVI.
  • 37 L. LEONARDO DE ARGENSOLA, op. cit., p. 1.

21Cette « information », concise, austère et élégante se mettait ainsi au service d’une plaidoirie présentée comme l’expression d’une vérité sans fards, celle d’une fidélité aragonaise maintenue dans son identité juridique et travaillant à la consolidation harmonieuse des liens entre roi et royaume36. Il s’agissait de défendre la place de l’Aragon au sein de la monarchie à travers l’idée que la révolte provenait du dévoiement d’excellentes institutions par une petite poignée d’individus. Le public devait donc juger les événements et la justice d’une cause, et non les hommes qui ne seraient pas précisément nommés. Lupercio tait aussi les noms des acteurs, quel que soit leur positionnement lors de la crise, pour désamorcer de possibles démarches censoriales visant à réparer son honneur, qui ne manqueraient pas de nuire à la diffusion du message. De même, il ne mentionne pas les auteurs « mal informés » afin de ne pas publiciser l’argumentation des médisants37. Sans compter qu’embraser une polémique ensevelirait la défense du royaume sous les répliques, au risque de la rendre inaudible. En général, le respect d’un certain équilibre dans le partage des responsabilités, toujours dans les limites de la vérité, était le moyen adopté par Lupercio pour convaincre le parti adverse de la thèse qu’il cherchait à imposer. La démarche est donc intégralement conçue en termes d’efficacité.

  • 38 Pour un relevé de ces procédés rhétoriques : J. GASCÓN PÉREZ, « Mejor me será que calle. Formas de (...)
  • 39 Ibid., p. XXXVIII.
  • 40 Réplica de Lupercio Leonardo a unos advertimientos a su Información, Biblioteca Nacional de España (...)

22C’est pourquoi Lupercio stylise le réel en disant l’advenu, mais toujours conformément à la doxa officielle aragonaise devenue synonyme de vérité. Il en résulte, comme dans bien des récits de la révolte, des infléchissements pour faire retomber la responsabilité sur quelques mauvais ministres trompant le roi, toujours qualifié de « soucieux de justice ». Quelques agitateurs comme Antonio Pérez ou Diego de Heredia et la populace aveugle étaient également dans la ligne de mire38. Cela supposait aussi de glisser sur des points épineux ou de minimiser certains faits, voire de placer des propos dans la bouche de tiers, composant ainsi avec l’advenu pour donner droit de cité à la vérité, sans qu’elle soit subversive, mais sous une forme qui portent les intérêts du royaume39. En somme, Lupercio rend la vérité indissociable d’un ensemble « d’artifices » (artificios), entendus comme un travail de manufacture, pour qu’elle puisse persuader un lecteur, même étranger à la cause aragonaise40.

  • 41 Lupercio n’hésite pas ainsi à invalider le 6e fuero évoquant la possibilité de la déposition du sou (...)

23L’exercice de la prudence est bien le propre des professionnels de la publication, capables de donner au vrai la forme consensuelle qui permettra à un écrit de devenir un livre et donc d’agir politiquement. Une mauvaise plume subira les foudres de la censure ou s’avilira à servir les seuls intérêts des puissants. La vraie écriture de service, elle, est le bon ajustement à une demande et à un contexte multiscalaire éditorial, mémoriel et sociopolitique, qui respecte les impératifs de vérité en trouvant la mise en forme adéquate, c’est-à-dire en triant ce qu’il faut dire et ce qu’il faut taire pour ne conserver que l’information pertinente41.

  • 42 Lieutenant du Justicia démis de ses fonctions le 10 juillet 1591 au terme d’un procès ouvert à l’in (...)

24Face au sort que connaissent ces deux écrits, on peut toutefois s’interroger sur la marge de manœuvre réelle dont leurs auteurs disposent car, en définitive, ce sont les experts choisis par les députés et par les autres entités censoriales qui évaluent cet art de la prudence et la valeur du service rendu. Si Bartolomé a dû renoncer à poursuivre ses Alteraciones populares sous la pression des députés, Lupercio, lui, a refusé de laisser son ouvrage paraître, lesté des ajouts qu’y avait reportés le censeur Juan Francisco de Torralba, commissionné à cette tâche par le vice-roi en tant que membre de l’Audience. Torralba saisissait l’opportunité de redorer son blason en inscrivant systématiquement sa trajectoire, revisitée à son avantage, dans ce qui serait la version officielle des événements42. Face à la censure de Torralba, la seule arme dont Lupercio disposait était le silence qu’il impose aux députés, en soustrayant son manuscrit défiguré au nom de l’intégrité de son travail.

Redéfinir le périmètre d’action ? Le travail intellectuel en situation d’hétéronomie

  • 43 Cesc ESTEVE, « Censorship, censure and historical thought in early modern Spain », in : C. ESTEVE ( (...)

25Pour préserver cet art délicat de la prudence, attaché à formaliser le vrai au prisme d’un utile circonstancié, et ne point dénaturer une écriture de service en une écriture mercenaire, que la plume soit complaisante, téméraire ou servile, les chroniqueurs ont porté leur réflexion sur la question de la censure, en dialogue avec les députés. Il ne s’agissait pas de contester la censure du commanditaire et encore moins la censure légale, constitutives et nécessaires, mais de composer avec ces différents processus en recentrant la focale sur la question du censeur pour tout faire reposer in fine sur l’attelage d’un bon historiographe et d’un bon censeur, aux caractéristiques semblables. En d’autres termes, nos chroniqueurs se sont saisis du phénomène censorial dans un geste d’appropriation méthodologique visant à l’accorder aux préceptes d’une histoire savante pour en retenir la fonction régulatrice en estompant ses effets les plus violents et intrusifs. Les travaux de Cesc Esteve ont montré qu’au-delà d’effets idéologiques et politiques « disciplinant », la censure a lancé une réflexion épistémologique où censure et « auto-censure » tendaient à s’assimiler selon une logique d’empowerment dont les traités de l’âge moderne se faisaient l’écho en cherchant à articuler autonomie et loyauté43. Dans ce cadre, la censure a été conçue comme un dispositif d’intermédiation et de mise en adéquation interne au processus de confection de l’histoire en ce qu’elle objectivait le travail du chroniqueur en lui proposant une expertise, c’est-à-dire une critique constructive.

  • 44 Juan Francisco ANDRÉS DE UZTARROZ et D. J. DORMER, Progressos de la Historia en el Reyno de Aragon, (...)
  • 45 Ibid., p. 103-109.

26Cette vision de la censure se retrouve avec la même volonté normative, chez plusieurs de nos chroniqueurs, en particulier Francisco Andrés et Diego Dormer dans cet objet éditorial complexe que sont les Progressos de la historia, dédié au consistoire et qui, à travers le récit de la vie du premier chroniqueur officiel du royaume, Gerónimo Zurita, défend le statut des autres chroniqueurs d’Aragon, de plus en plus fragilisé par les intrusions répétées et les injonctions contradictoires des députés44. Les commentaires d’Andrés et de Dormer sur les épisodes de censure ayant marqué la vie du premier chroniqueur fournissent l’occasion de plaider leur propre cause. Le récit de la censure de l’histoire pontificale du père Gonçalo de Illescas, à l’occasion de sa troisième édition, où Zurita est impliqué en tant que censeur à la demande de Philippe II, l’illustre bien. L’anecdote met en scène des bons censeurs, qui « lim[ent] » et « bonifi[ent] » les écrits avec « le plus de pertinence possible », à la lumière de leurs compétences d’historiographes, et des mauvais censeurs, dont les pratiques dévoyées reflètent souvent des jalousies et des rivalités d’auteurs45. Victime d’une cabale entraînant la mise sous scellées de ses exemplaires et l’ouverture d’une commission parallèle, alors même que la procédure initiale de censure était en cours, Illescas rédige un mémoire de défense, entièrement retranscrit par Andrés et Dormer, qui font leurs les principes énoncés et que l’heureuse résolution de l’épisode, grâce à l’émission de la censure positive de Zurita, vient valider. Le raisonnement revenait à faire apparaître les (bons) chroniqueurs et les (bons) censeurs comme interchangeables. La démarche estompait l’hétéronomie de l’histoire officielle en projetant hors de la sphère savante des modalités de régulation fondées sur une écriture collaborative, pour les appliquer à des dispositifs de pouvoir et de contrôle animés par des fins d’abord sociopolitiques.

  • 46 Ángel CANELLAS LÓPEZ, « Instituciones aragonesas de antaño. La Diputación del Reino », Cuadernos de (...)

27Mais tout faire reposer sur le choix d’un bon censeur revenait encore à dépendre des députés à qui il revenait de le désigner. Autrement dit, l’écriture de service étant une écriture dans la dépendance, la marge d’action du chroniqueur se rapportait in fine à la confiance accordée par les députés, qui elle-même conditionnait le cadre matériel d’exercice de la fonction. Parce qu’il était flou, l’acte de Cortes de création du chroniqueur offrait au consistoire assez de latitude pour préciser les attendus selon les besoins et moduler les conditions dans lesquelles ce dernier travaillait. Or, d’une part, l’entretien de liens de confiance était délicat dans la mesure où les huit députés n’étaient qu’un an en mandat, mais aussi parce que cette charge, unique et à l’échelle d’une vie, suscitait beaucoup de convoitise46 ; d’autre part, les députés avaient la possibilité matérielle d’imposer un contrôle continu sur l’activité de leur « ministre public » de sorte que le passage à une censure interne n’était que la dernière étape d’un processus de conditionnement diffus qui pouvait être plus ou moins pesant.

28L’étude des contrats des chroniqueurs successifs et de la correspondance de ces derniers avec les députés montre ainsi que l’emprise des commanditaires ne cesse de gagner du terrain et instaure une mise à l’épreuve continue de leur fidélité par le truchement de mécanismes bureaucratiques impersonnels ou d’interactions incarnées. La défense d’un éthos du chroniqueur et de critères d’évaluation en adéquation avec son savoir-faire spécifique, que Francisco Andrés et Diego José Dormer orchestrent dans les Progressos de la historia, mais aussi dans des mémoires à l’adresse de la Députation, sont contemporains de ce durcissement.

  • 47 Acto de nominación de cronista del Reino en favor de José Lupercio Panzano, 27 janvier 1703, RAH, 9 (...)
  • 48 Juan José PORTER Y CASANATE, Anales del reino de Aragón que contienen las Guerras de Cataluña en (...)
  • 49 Respectivement : « No se dice cuantos cuadernos avia de dar, sino los que huviese escrito y trabaja (...)
  • 50 Ibid.
  • 51 Dormer avait notamment complété et publié les Progressos de la historia d’Andrés, il avait édité ce (...)
  • 52 Discursos varios de historia con muchas escrituras reales, antiguas y notas a algunas de ellas, Sar (...)

29Arrivée à maturité et mettant un terme à une longue période de flottement, la procédure stipule que le chroniqueur doit remettre tous les ans un cahier à la Députation en suivant un ordre chronologique, sous peine d’être privé de salaire et de subir des représailles47. Jusqu’alors, la pratique avait été fluctuante : certains chroniqueurs n’avaient remis qu’une mince histoire du temps présent, tronçonnée en cahiers annuels (Costa ou Martel), alors que d’autres s’étaient concentrés sur la rédaction des annales (Zurita, Ximénez de Urrea, Andrés, Zapater, Sayas) ou bien sur des commandes plus conjoncturelles (Blancas et ses Aragonensium Rerum Commentarii, Porter et ses Guerres de Catalogne)48. Certains cahiers étaient très minces comme ceux de Ximénez de Urrea (qui tombent dans l’oubli), d’autres sont plus volumineux. Le contenu variait aussi selon le nombre de tâches que le chroniqueur avait simultanément à accomplir et selon l’ordre des priorités établi par lui-même ou par les députés. Ainsi, certaines années, Bartolomé Leonardo fait passer au second plan la rédaction de ses annales au profit de ses Altérations populaires. Par ailleurs, la remise par ordre chronologique n’était pas toujours strictement observée. Comme le rappelle Diego José Dormer aux députés, les Cortes de 1626 et de 1646 n’avaient jamais clarifié les attentes relatives aux cahiers quant au contenu et à la quantité parce qu’il était « très difficile d’exiger une remise à échéances fixes pour ce genre de matières »49. Dormer surenchérit en signifiant que cet impératif était contraire aux principes d’autonomie et d’organisation propres au travail intellectuel car le chroniqueur avait besoin de temps pour rassembler les informations nécessaires, organiser et confectionner ses écrits50. De fait ce système tronçonnait la production historiographique et empêchait le chroniqueur de prendre de la distance avec ses écrits, de revenir en arrière ou d’avoir une vision d’ensemble de son travail. Dans sa phase initiale, en 1684, le durcissement du dispositif et l’application plus rigide des sanctions visaient d’abord à punir Dormer d’avoir produit des écrits sans consulter le consistoire et de ne s’être pas plié à la cadence annuelle de remise des cahiers, quel qu’en soit le contenu51. Ce contrôle renforcé, qui interdisait au chroniqueur d’interpréter la façon qu’il aurait de rendre service au royaume, permettait d’avoir prise sur le temps de ce « ministre public » en l’empêchant de prendre l’initiative d’autres écrits et se faire un nom d’auteur en captant l’autorité attachée à son office. Outre les Progressos de la historia, Dormer avait notamment fait paraître des Discursos varios de historia con muchas escrituras reales, antiguas y notas a algunas de ellas où il éditait et commentait certaines pièces remarquables des archives de la Députation de sa propre initiative, publiant ainsi son savoir-faire d’historiographe en asseyant son autorité sur son titre de chroniqueur officiel et en l’accroissant de la sorte auprès d’un large public en y associant son nom52.

  • 53 Archivo de la Diputación Provincial de Zaragoza (ADPZ), ms. 483, fol. 709ro-709vo.
  • 54 Memorial de renuncia del cargo de cronista de Diego José Dormer, RAH, 9/548, fol. 410vo.
  • 55 Promesa y obligación otorgada por D. Juan José Porter y Casanate a favor del Sr. Don Francisco de S (...)
  • 56 Nombramiento de cronista de Gerónimo Martel, 13 octobre 1608, RAH, 9/548, fol. 99ro. Dans la foulée (...)
  • 57 Ibid., fol. 98ro. Au terme de plusieurs péripéties, ces cahiers finiront mis en pièces à Madrid en  (...)

30Les conditions institutionnelles et matérielles d’exercice de la fonction présentaient bien d’autres difficultés avec lesquelles le chroniqueur devait composer et qui affectaient directement son statut et donc sa marge de manœuvre. En l’absence d’une codification réglementant le rythme de pesées plus globales de la progression des Annales et des autres productions historiographiques, les députés laissaient le matériau s’accumuler suffisamment longtemps, dix ans environ, de sorte qu’il pouvait résulter de cet examen des décisions entraînant des changements de cap, voire stoppant certaines entreprises sans ménager les susceptibilités. En 1664, Francisco Diego de Sayas, en fonction depuis 1653, se retrouve cantonné à l’écriture du temps présent, l’avancement des annales du royaume étant confiée à un chroniqueur honoraire, le père Joseph Fernández53. Comble de l’ironie, Fernández démissionne l’année suivante, les députés lui ayant refusé une licence et une aide financière pour un séjour archivistique à Barcelone pour la rédaction des annales54. Humilié par cette placardisation, Sayas œuvre énergiquement à l’obtention d’une retraite anticipée qu’il obtient en 1669 lorsqu’un accord est trouvé avec le nouvel aspirant au titre, Juan José Porter, qui s’engage à lui verser la moitié de son salaire55. La dimension louvoyante voire contradictoire des injonctions des députés tenait en partie au système de rotation annuelle, peu favorable à maintenir une continuité sur le long terme, mais elle tenait aussi au fait qu’une fois remis, les cahiers devenaient techniquement la propriété du royaume. Nominalement détachés de leurs auteurs, ils se trouvaient ainsi associés à une figure générique de chroniqueur, assimilé à la voix impersonnelle du royaume. En cas de désaccord ou de conflit entre les parties, le chroniqueur lésé était sans recours. Nul étonnement donc à ce que les députés confient, dans un premier temps, les cahiers compromettants de Gerónimo Martel, fraîchement destitué, à Lupercio Leonardo, fraîchement nommé, afin qu’il en fasse ce qu’il jugerait bon : reprise prudente de certains passages ou de certaines informations pour ses propres travaux, caviardage, rejet global, etc.56. En effet, Martel avait rédigé une histoire du temps présent correspondant à ses années de mandat (1598-1606) et Lupercio avait pour mission, entre autres choses, de rédiger une histoire du règne de Philippe III57.

  • 58 Memorial del cronista Francisco Andrés a los diputados del reino de Aragón, RAH, 9/548, fol. 319ro.
  • 59 ADPZ, ms. 509, fol. 72ro-72vo.
  • 60 M. R. ZAPATER, op. cit.
  • 61 Francisco Diego de SAYAS, Anales de Aragón desde el año MDXX del nacimiento de nuestro redemptor ha (...)

31Par ailleurs, l’action du chroniqueur pouvait être aisément entravée. Ainsi, la communication des archives se faisait selon le bon vouloir et la disponibilité des députés qui escortaient dans cette tâche le chroniqueur pour le surveiller. Francisco Ximénez de Urrea (1631-1646) et Francisco Andrés (1646-1653) n’ont de cesse de dénoncer ce surencadrement58. On a vu les déboires de Joseph Fernández ainsi que les réticences des députés à communiquer les archives du royaume à Bartolomé Leonardo dans l’affaire des Alteraciones populares et le soutien quasi nul qu’il en avait reçu pour accéder à d’autres dépôts documentaires aux mains de particuliers ou d’institutions, notamment municipales. Les députés pouvaient aussi mettre le chroniqueur dans une situation de rivalité et de vulnérabilité en nommant des chroniqueurs honoraires, chargés de rédiger des œuvres de circonstance ou dépossédant de sa mission initiale un chroniqueur dont on aurait estimé « qu’il ne correspond[ait] pas à l’emploi ». Francisco Diego de Sayas avait été mis en concurrence avec un chroniqueur honoraire, nommé en 1661, le cistercien Miguel Ramón Zapater59. Ce dernier avait pu utiliser les cahiers et les écrits des chroniqueurs antérieurs déposés à la Députation, notamment ceux de Francisco Andrés. Efficace, il avait fait paraître la suite des annales du royaume en 1663, doublant de la sorte Sayas qui planchait dessus depuis dix ans60. Un conflit entre les deux chroniqueurs s’ensuivit, aboutissant à la mise sous séquestre des annales de Zapater (qui livrait une publication augmentée de la chronique d’Andrés) pour laisser paraître, postérieurement, celles de Sayas (qui reprenait abondamment les travaux d’Andrés mais sans le rendre explicite, contrairement à Zapater)61. Toutefois, on a vu que Sayas ne s’en tirait pas à si bon compte puisqu’il avait ensuite dû se cantonner à la rédaction d’une histoire du règne de Philippe IV.

32Enfin, les conflits récurrents des députés avec Dormer eurent des conséquences irrémédiables sur le statut et l’éthos du chroniqueur en en redéfinissant le périmètre d’action. En 1703, les députés obtiennent une jurisfirma du Justicia les autorisant à se prononcer sans intermédiaire (donc sans expertise) sur la recevabilité des travaux du chroniqueur. Ils en retiraient un droit de vie et de mort intellectuelle sur ce dernier avec la possibilité de le renvoyer à tout instant. Pour Dormer, cette mesure couronnait un processus d’aliénation graduelle qui soumettait la vérité non seulement à l’utilité, mais aussi au bon vouloir de n’importe quel député :

  • 62 Renuncia de Dormer a su oficio de cronista, RAH, 9/548, fol. 413vo.

Se pretende por los diputados que les toca el conocimiento sobre el cronista, sin aver fuero ni acto de cortes que les de esta facultad, antes bien esta regla esta contra los diputados que no pueden mas de lo que por los fueros y actos de corte les esta permitido como se ha declarado en muchas firmas […] y no hay disposicion foral que dé juridicion a los diputados sobre el cronista y no obstante le quieren cumular con los oficios totalmente dependientes de sus señorias, materia tan repugante en la práctica, como lo conocera qualquiera con sólo bolver los ojos a tan Insignes Varones como los que han tenido este officio y repugnante tambien en el exercicio de dicho officio, porque con esta sugeción, avrá de escribir el cronista que pareciere al consistorio sino a algun señor diputado que tenga la mano en él62.

  • 63 Ibid., fol. 414vo.

33Le service étant devenu servilité et la précarisation humiliante qui en découlait portant un coup fatal à la dignité de la charge, le titre de chroniqueur perd toute valeur pour Dormer si bien que « no pued[e], ni dev[e] retener este Officio, pues con esta sugeción no lo consider[a] en aquella estimación que ha tenido siempre, y con la qual lo h[a] procurado conservar »63.

34Cette même année, l’acte de nomination de son successeur, José Lupercio Panzano, impose au chroniqueur de faire acte d’allégeance totale envers les députés :

  • 64 Acto de nominación de cronista del Reino en favor de José Lupercio Panzano, 27 janvier 1703, RAH, 9 (...)

Que el dicho coronista reconozca la total jurisdicción y dependencia del consistorio de los señores diputados en lo tocante al dicho oficio de Coronista y cumplimiento de su obligación64.

35Panzano avait lui-même été un des censeurs des annales de Dormer et avait pu démontrer sa docilité dans l’espace liminaire du volume en faisant du « manque de liberté » de l’historien soucieux du bien commun la toile de fond sur laquelle il opérait :

  • 65 A los lectores, in : D. J. DORMER, op. cit.

Hallase el historiador muchas veces sin libertad y lo que mas puede hacer el arte es desentenderse de lo que se ha de callar y solo dezir lo que no se puede dexar de comprender65.

  • 66 A los lectores, in : J. L. PANZANO, op. cit.
  • 67 Samper avait sollicité la charge par un mémoire aux députés : Ilustrisimo señor, Pedro Miguel Samp (...)
  • 68 Título de cronista de Su Magestad a D. Pedro Miguel de Samper, que los era del reino de Aragón, in  (...)

36Ses annales faisaient de Charles Quint le « héros de l’histoire », renouant avec le type de récit déterritorialisé et centré sur une logique dynastique qui avait fait la marque des chroniqueurs royaux. Elles tranchaient aussi avec la façon de ses prédécesseurs. Panzano ne propose pas un récit partant du traitement des documents d’archives et donne à la rhétorique et à la métaphore le statut de preuve. Sa chronique est pourtant reçue avec chaleur, en digne monument de l’histoire aragonaise. Les députés se félicitent en particulier de voir la progression chronologique accomplie par l’auteur qui avait couvert les années 1540-1558 en deux ans de fonction66. Enfin, le cas de Miguel Samper est particulier. Si son acte de nomination en remplacement de Panzano, brutalement décédé le 27 janvier 1705, est un calque de celui de son prédécesseur, les décrets de Nueva Planta bouleversent la donne67. En 1707, la suppression de la Députation avait entraîné celle du chroniqueur régnicole mais le 4 juillet 1708, Philippe V octroie une grâce nominale à Samper pour récompenser sa fidélité en cette période instable. Ce dernier devient chroniqueur de Sa Majesté avec pour mission de poursuivre la rédaction des annales du royaume et dresser l’inventaire des papiers des chroniqueurs et de la Députation, ainsi réduite à un réservoir de données, qui seront ensuite remis à l’archiviste afin de faciliter la mise en place des réformes68.

  • 69 Gregorio COLÁS LATORRE, « Los Argensola y la historia », Argensola, 119, 2009, p. 211-232.

37L’écriture du passé officiel, a fortiori lorsqu’il est clivant, est un art pragmatique. Il consiste à modeler le récit de l’advenu par une série de négociations avec des acteurs et des forces sociopolitiques en tension, parfois de façon effective, parfois de façon virtuelle et préventive, afin de neutraliser les réticences et les potentiels conflits intérieurs et extérieurs qui entraveraient la publication de la « voix publique » du royaume. Elle est l’affaire de professionnels de la publication dotés de compétences historiographiques et d’un éthos qui les lie au « vrai », mais aussi d’une intelligence du politique à l’échelle de la monarchie et d’une intime connaissance des rouages de la censure. Pour les chroniqueurs d’Aragon, la tâche est complexifiée par la nécessité de s’imposer face aux chroniqueurs royaux, puis de s’adapter au dédoublement en un office foral et un office royal, impliquant d’harmoniser les intérêts du royaume et ceux du roi, qui lui-même arbitre entre les intérêts des différents royaumes. Les récits de la révolte des frères Leonardo s’inscrivent dans cette configuration de pouvoirs propre à une monarchie agrégative et polycentrique. Chacun à leur manière, ils composent avec un faisceau de contraintes génériques, épistémologiques et éditoriales, mais aussi avec des déterminismes liés à leur statut, à leur trajectoire et à un double rapport au temps de l’événement et à un contexte d’écriture multiscalaire, pour mettre en adéquation vérité et utilité. Le savoir-faire du chroniqueur et sa marge de manœuvre se situent entre ces deux pôles dans un jeu d’interaction avec différents types de récepteurs. Avec leurs écrits de la révolte, Lupercio et Bartolomé réalisent une performance politique portée par un art virtuose de la mise en forme, sans cesse rejouée dans l’interprétation qu’en font les lecteurs, pour y chercher des préceptes politiques, se livrer à des décryptages et faire ainsi l’épreuve de la vérité69.

38Le travail intellectuel de la prudence est ainsi constitutif d’un éthos et, en somme, de l’identité professionnelle de l’historiographe. Mais cet art spécifique, harmonisant la vérité (l’advenu) et l’utilité (le service aux commanditaires), reste une écriture dans la dépendance. Le chroniqueur officiel ne statue pas en dernier ressort sur la valeur de ses écrits. La revendication d’une parfaite homologie des critères d’évaluation entre les standards savants du chroniqueur et ceux des censeurs internes, échoue définitivement lorsque les députés obtiennent la capacité à intervenir sans filtre sur le travail de leur plume. L’appréciation de son utilité peut fluctuer selon les conjonctures, selon les commanditaires et leurs stratégies communes et individuelles, selon la considération que ceux-ci portent à leur ministre public et la façon dont ils conçoivent les modalités d’exécution de sa tâche à partir d’une base archivistique. Le problème qui en découle est autant celui d’une possible distorsion du « vrai » par « l’utile », que celui d’une impossibilité à produire du « vrai utile » dans le cadre d’une redéfinition continue, par les députés, du protocole d’exécution, peu compatible avec les impératifs d’un travail intellectuel et en contradiction avec la valeur symbolique que les chroniqueurs attachent à leur office et dont dépend leur réputation. In fine, les contradictions de ce dispositif qui poussent Dormer à la démission renvoient à un problème de confiance, notion relationnelle et en actualisation permanente qui, comme la prudence, est indissociable d’une situation d’incertitude. En voulant réduire l’incertitude par une chaîne de contrôle renforcé, dont la remise des cahiers est le maillon fort, les députés reconfigurent le service de plume du chroniqueur dont l’hétéronomie (le « manque de liberté ») devient l’élément définitionnel premier et qui, au nom du respect du protocole de remise du cahier, finit par rompre avec les pratiques qui avaient fait la définition du chroniqueur officiel d’Aragon incarnée par Zurita, la primauté accordée à l’écriture avec les archives.

Haut de page

Notes

1 « Scrivir, recopilar y ordenar, todas las cosas notables de Aragon assi passadas como presentes », in : Pascual SAVALL Y DRONDA, Santiago PENÉN Y DEBESA (éd.), Fueros, Observancias y Actos de Corte del reino de Aragón, Saragosse : Establecimiento tipográfico de Francisco Castro y Bosque,1866, 2 : Cortes de 1547, « Acto de Cortes sobre el cronista », p. 352. Dans cet article, nous n’avons pas modernisé l’orthographe des citations extraites de la documentation.

2 José Lupercio PANZANO IBAÑEZ DE AOIZ, Anales de la Corona de Aragón desde el año mil quinientos y quarenta […] hasta el año mil quiniento cinquenta y ocho, Saragosse : Pascual Bueno, 1705.

3 Les cas les plus connus sont les commandes de récits de la révolte de 1591 sur lesquelles nous reviendrons, mais on en repère bien d’autres, comme la réalisation d’un récit du règne de Philippe IV et en particulier de la « Guerre de Catalogne », terme renvoyant à la révolte de cette Principauté soulevée en 1640, dont le chroniqueur Francisco Andrés se voit investi le 9 janvier 1647 : Acta del juramento del Dr. Andrés del oficio de cronista, Real Academia de la Historia (RAH), 9/548, fol. 317ro.

4 L’expression de ministro público est attestée pour les chroniqueurs du royaume d’Aragon : Memorial de Diego José Dormer suplicando le mantengan en su oficio, Cipriano MUÑOZ Y MANZANO, conde de la Viñaza, Los cronistas de Aragón, Madrid : Imprenta Hijos de M. G. Hernández, 1904, p. 133.

5 Lettre de Joseph de Antonio de Hebrera aux députés du royaume d’Aragon, RAH, 9/548, fol. 462ro-462vo.

6 Les Annales du chroniqueur officiel, et en particulier celles du premier d’entre eux, Gerónimo Zurita, qui officie de sa nomination en 1548 à sa mort en 1580, sont citées dans des procès ou des relations de mérite en étant placées sur le même plan que des privilèges, des instructions et autres documents probatoires. Ainsi, la relation de services que le chroniqueur Francisco Andrés rédige à l’attention de Miguel Leonardo de Albión, petit-fils de Lupercio Leonardo et correo mayor de son état, comprend seize références aux Annales de Zurita, censées offrir la preuve notoire et donc irréfutable des faits rapportés : RAH, 9/548, fol. 110ro-113vo.

7 Richard L. KAGAN, Clio and the crown. The Politics of history in Medieval and Early Modern History, Baltimore : The Johns Hopkins University Press, 2009 ; Kira VON OSTENFELD-SUSKE, « Writing Official History in Spain: History and Politics, c. 1474-1600 », in : José RABASA, Masayuki SATO, Eduardo TORTAROLO et Daniel WOOLF (dir.), The Oxford History of Historical Writing, 1400-1800, Oxford : Oxford University Press, 2012, 3, p. 428-448.

8 La Couronne d’Aragon comprend le royaume d’Aragon, de Valence, la Principauté de Catalogne, la Sicile et la Sardaigne, les Baléares et le royaume de Naples.

9 Bartolomé LEONARDO DE ARGENSOLA, Primera parte de los Anales de la Corona de Aragón, Saragosse : Iuan de Lanaja, 1630, p. 29.

10 Le royaume s’était soulevé contre son souverain pour défendre ses particularismes, sous la houlette du Justicia (Grand Juge gardien des lois aragonaises appelées fueros ou libertades) qui avait pris la tête d’une armée. Les révoltés les plus notoires avaient été châtiés et les Cortes de Tarazona de 1592 avait établi un nouvel agencement foral plus favorable au souverain.

11 Lettre de Miravete de Blancas au régent Bautista de Lanuza, 18 juin 1597, RAH, 9/548, fol. 83ro. L’agent en question était le juriste Juan de Miravete de Blancas, neveu du chroniqueur Gerónimo de Blancas.

12 Archivo de la Corona de Aragón (ACA), Consejo de Aragón (CA), leg. 253, n°44.

13 Copia del titulo latino de cronista general de la corona de Aragon conferido a Lupercio por Felipe III, Madrid, 15 enero de 1599, RAH, 9/548, fol. 114ro-115ro.

14 Ibid., fol. 114vo.

15 Archivo General de Indias (AGI), Indiferente General (IG), leg. 743, n°209. Sur les liens des frères Leonardo avec la cour madrilène : Jesús GASCÓN PÉREZ, « Cortesanos, cronistas y poetas : los escritos políticos de los hermanos Argensola en su contexto histórico », in : María José PÉREZ ÁLAVAREZ et Alfredo MARTÍN GARCÍA (éd.), Campo y campesinos en la España moderna. Culturas políticas en el mundo hispano, León : Fundación Española de Historia Moderna, 2012, p. 1687-1696.

16 Dans le sillage de l’interprétation du comte de la Viñaza (C. MUÑOZ Y MANZANO, op. cit., p. 26-27), l’épisode a été lu comme une des premières manifestations de l’autoritarisme de Philippe III, faisant pression sur la Députation pour censurer les écrits relatifs à la révolte de 1591 et ceux de Martel en particulier. Pour une lecture différente de l’épisode, je me permets de renvoyer à : Héloïse HERMANT, Les chroniqueurs d’Aragon et les pouvoirs de l’écrit. Les tisseurs du temps, Paris : Classiques Garnier, 2023, p. 85-91.

17 Luis CABRERA DE CÓRDOBA, « Las alteraciones de Aragón, y su quietud con el castigo de algunos sediciosos, y Cortes que celebró el Rey Católico con los aragoneses », in : Historia de Felipe II, Rey de España, Madrid : Imprenta Estereotipia y Galvanoplastia de Aribau, 1877, 3, p. 520-612. Le texte de Luis Cabrera de Córdoba (1619-1621) ne verra pas le jour.

18 Consulta de la solicitud presentada por José Pellicer de Tobar y Abarca para la plaza de cronista del Reino de Aragón que desempeñó Bartolomé de Argensola, ACA, CA, leg. 36, n°313-314. L’acte de nomination de Pellicer date du 20 août 1640 et son entrée en fonction prend acte le 8 octobre. Il conserve l’office jusqu’à sa mort en 1680.

19 La démarche est systématique dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. Les suppliques des chroniqueurs successifs du royaume aspirant à ce titre et adressées au Conseil d’Aragon sont conservés aux archives de la Couronne d’Aragon : ACA, CA, leg. 37, n°297 pour Diego Francisco de Sayas en 1654 ; ACA, CA, leg. 37, n°199 pour Juan José Porter en 1669 ; ACA, CA, leg. 36, n°315 pour Dormer en 1674.

20 « Causa pública », Aprobacion del dotor D. Agustin de Arbisa, colegial du colegio Vicente Martyr de Huesca. Catedratico de la universidad de Huesca, in : Diego José DORMER, Anales de Aragón desde el año MDXXV hasta el de MDXL. Añadese primero algunas noticias muy importantes desde MCXVI hasta MDXXV, Saragosse : herederos de Diego Dormer, 1697, s. p.

21 Ce discours est commun à la plupart des censures et autres approbations en ouverture des annales du chroniqueur officiel : « Aprobacion del doctor Don Antonio Blanco y Gomez, del consejo de Su Magestad, en la real Audiencia criminal del reyno de Aragon », 20 janvier 1663, in : Miguel Ramón ZAPATER, Segunda parte de los Anales de la corona y reyno de Aragón […] que prosigue los del Doctor Bartholome Leonardo de Argensola […] desde el año MDXXI hasta el MDXVIII, Saragosse : herederos de Pedro Lanaja, 1663, s. p. ; « Aprobación de Fray Diego Gracia, dotor theologo, cathedratico de visperas en la universidad de Zaragoza, calificador del Santo Oficio y examinador synodal del arzobispado de Zaragoza », 17 mai 1705, in : J. L. PANZANO, op. cit., s. p.

22 Par exemple la Aprobacion del R. P. Joseph de Antonio de Hebrera, predicador y ex secretario general de la orden de San Francisco, ex definidor de la santa provincia de Aragon, y su coronista y de este reyno, 4 février 1697, in : D. J. DORMER, op. cit., s. p.

23 Le cas est net dans l’approbation rédigée par Pellicer pour les annales de Sayas : Censura de Don Iosef Pellicer de Osau i Tovar, cavallero del orden de Santiago, Chronista mayor del rey nuestro señor, y de su consejo, dans Francisco Diego de Sayas, Anales de Aragón desde el año MDXX del nacimiento de nuestro redemptor hasta el de MDXXV, Saragosse : herederos de Pedro la Naia, 1666, s. p.

24 L’évêque de Barbastro loue Dormer, pour sa « docilidad », qui désigne ici l’absence d’orgueil (amour propre) et l’acceptation de la critique : Carta del illustrissimo Jose Martinez del Vilar, colegial del imperial y mayor Colegio de Huesca, Catedratico de prima de leyes, obispo de Barbastro y del consejo de Su Magestad, en introduction aux Annales de Dormer, s. p.

25 Lupercio LEONARDO DE ARGENSOLA, Informacion de los sucesos del Reino de Aragon en los años de 1590 y 1591, en que se advierte los yerros de algunos autores, Saragosse : Editions de l’Astral y El Justicia de Aragón, (1e éd. 1808) 1991 ; B. LEONARDO DE ARGENSOLA, Alteraciones populares de Zaragoza. Año 1591, Saragosse : Institución Fernando el Católico, 1995. Les introductions de Xavier Gil, pour l’Information de Lupercio, et de Gregorio Colás Latorre, pour les Altérations populaires de Bartolomé, offrent un cadre rigoureux d’analyse et de contextualisation.

26 Pour une présentation des récits de la révolte selon les différents points de vue : J. GASCÓN PÉREZ, « 1591-1991 : cuatro siglos de historiografía sobre las “alteraciones” de Aragón », Studia Historica. Historia moderna, 20, 1999, p. 241-268.

27 Vicencio BLASCO DE LANUZA, Último tomo de historias ecclesiasticas y seculares de Aragon, desde el año 1556 hasta el de 1618, Saragosse : Juan de Lanaja y Quartanet, 1619 ; Gonzalo de CÉSPEDES Y MENESES, Historia apologética en los sucessos el Reyno de Aragon y su ciudad de çaragoça, años de 91 y 92 y relaciones fieles de la verdad, que hasta aora manzillaron diversos escritores, Saragosse : Juan de Lanaja y Quartenet, 1622.

28 Après avoir obtenu le soutien des institutions aragonaises (Députation et municipalité de Saragosse), en mettant en avant le fait que son origine castillane donnerait plus de poids à la défense de l’Aragon qu’il livrerait dans son récit, Céspedes avait remercié Bartolomé Leonardo dans son ouvrage pour l’aide qu’il lui aurait apportée. Ces remerciements étaient aussi pour Céspedes un moyen de signifier qu’il n’empiétait pas sur le récit de Bartolomé dont les bases méthodologiques étaient distinctes. Par ailleurs, en tant que chroniqueur officiel appelé à se prononcer sur les écrits en rapport avec l’histoire du royaume et connaissant de surcroît le soutien que les institutions apportaient à Céspedes, Bartolomé avait donné une approbation positive au récit de ce dernier, qui figurait parmi les textes liminaires.

29 Respuesta que de orden a del señor Rey D Felipe III dio en 21 de enero de 1625 el Dr Bartolome a los diputados del Reyno de Aragon, sobre el motivo que tuvo para aprobar un libro que S. M. habia mandado recoger intitulado Historia apologetica de los sucesos del reino de Aragon y su ciudad de Zaragoza, años 1591-1592, in : C. MUÑOZ Y MANZANO (éd.), Obras sueltas, Madrid : Imprenta y Fundación de M. Tello, 1889, 2, p. 283-285.On retrouve bien ce passage dans « l’Avertissement général » in : B. LEONARDO DE ARGENSOLA, Alteraciones populares..., p. 84.

30 Bartolomé s’en justifie en 1626 aux contadores del reino, chargés de vérifier les comptes de la Députation en préalable au versement du salaire du chroniqueur. La mention de ses sources visait à démontrer son zèle. Sans l’aide des députés, il était parvenu à amasser une riche documentation, notamment les procès des Ayerbe, des Palafox ou ceux relatifs au comté de Ribagorza : C. MUÑOZ Y MANZANO, Los cronistas…, p. 90.

31 Arguant de son souhait de défendre l’honneur du royaume et l’excellence des lois aragonaises, Bartolomé le déplore, tout en se conformant aux ordres reçus, dans une lettre au carme Gerónimo de San José du 13 juillet 1627 : C. MUÑOZ Y MANZANO (éd.), Obras sueltas…, 2, p. 330.

32 Sur l’activité de secrétaire de Bartolomé Leonardo au service de Lemos : Otis H. GREEN, « Bartolomé Leonardo de Argensola secretario del Conde de Lemos », Hispanic Review, 53 (4), 1951, p. 375-392.

33 En 1604, Lupercio n’était pas encore chroniqueur du royaume. Il le deviendra en 1608.

34 L. LEONARDO DE ARGENSOLA, op. cit., p. 1.

35 À l’heure où Lupercio tient la plume, les annales du royaume n’avaient pas avancé depuis la mort du premier chroniqueur, Gerónimo Zurita, en 1580.Le récit en était donc resté à la fin du règne de Ferdinand d’Aragon en 1516. Cette tâche incomba, comme on l’a vu, à Bartolomé.

36 Xavier GIL, « Introducción », in : L. LEONARDO DE ARGENSOLA, op. cit., p. XXXVI.

37 L. LEONARDO DE ARGENSOLA, op. cit., p. 1.

38 Pour un relevé de ces procédés rhétoriques : J. GASCÓN PÉREZ, « Mejor me será que calle. Formas de autocensura en los escritos aragoneses sobre la rebelión de 1591 », Manuscrits, 35, 2017, p. 51-53 ; X. GIL, , op. cit., p. XLI. 

39 Ibid., p. XXXVIII.

40 Réplica de Lupercio Leonardo a unos advertimientos a su Información, Biblioteca Nacional de España (BNE), ms. 6121, fol. 34r. Pour une étude complète de cet écrit, je me permets de renvoyer à H. HERMANT, op. cit., p. 343-347.

41 Lupercio n’hésite pas ainsi à invalider le 6e fuero évoquant la possibilité de la déposition du souverain, inventé par Gerónimo de Blancas dans ses Aragonensium Rerum Commentarii, (Saragosse : Lorenzo y Diego Robles, 1588) : L. LEONARDO DE ARGENSOLA, op. cit., p. XXX.

42 Lieutenant du Justicia démis de ses fonctions le 10 juillet 1591 au terme d’un procès ouvert à l’instigation de Martín de Lanuza, il était honni pour avoir ensuite épousé la cause royaliste et produit de nombreux documents facilitant l’action punitive du roi. Il devait à Philippe II sa réintégration dans la cour du Justicia puis son ascension au sein de l’Audience : J. GASCÓN PÉREZ, Alzar banderas contra su rey. La rebelión aragonesa de 1591 contra Felipe II, Saragosse : Institución Fernando el Católico, 2010, p. 579-580.

43 Cesc ESTEVE, « Censorship, censure and historical thought in early modern Spain », in : C. ESTEVE (dir.), Disciplining History. Censorship, Theory, and Historical Discourse in Early Modern Spain, Londres/New York : Routledge, 2018, p. 126-166.

44 Juan Francisco ANDRÉS DE UZTARROZ et D. J. DORMER, Progressos de la Historia en el Reyno de Aragon, y elogios de Geronimo Zurita, su primer coronista, Saragosse : herederos de Diego Dormer, 1680.

45 Ibid., p. 103-109.

46 Ángel CANELLAS LÓPEZ, « Instituciones aragonesas de antaño. La Diputación del Reino », Cuadernos de Historia Jerónimo Zurita, 33-34, 1979, p. 7-30.

47 Acto de nominación de cronista del Reino en favor de José Lupercio Panzano, 27 janvier 1703, RAH, 9/548, fol. 403ro.

48 Juan José PORTER Y CASANATE, Anales del reino de Aragón que contienen las Guerras de Cataluña en tiempos de Felipe IV, BNE, ms. 2079

49 Respectivement : « No se dice cuantos cuadernos avia de dar, sino los que huviese escrito y trabajado » ; « Ningun brazo tomo resolucion por que es tan dificultuoso el traer a punto fixo esta materia », RAH, 9/548, fol. 411ro.

50 Ibid.

51 Dormer avait notamment complété et publié les Progressos de la historia d’Andrés, il avait édité certains manuscrits de Zurita, avait passé plusieurs mois en Castille pour consulter les archives de Simancas afin d’obtenir du matériau pour ses annales avec l’accord des députés et venait de composer des Discursos historico-políticos ainsi qu’un arbitrio sur le sel dans le cadre de la réunion des bras du royaume et donc au service de ce dernier : D. J. DORMER, Memorial a los diputados pidendoles la instruccion del cronista, 1684, RAH, 9/548, fol. 418ro-419vo. Fort de ces multiples activités, dont une partie émanait de sa propre initiative (sanctionnée a posteriori par les députés), il n’avait pu suivre le rythme du rendu des cahiers.

52 Discursos varios de historia con muchas escrituras reales, antiguas y notas a algunas de ellas, Saragosse : herederos de Diego Dormer, 1683.

53 Archivo de la Diputación Provincial de Zaragoza (ADPZ), ms. 483, fol. 709ro-709vo.

54 Memorial de renuncia del cargo de cronista de Diego José Dormer, RAH, 9/548, fol. 410vo.

55 Promesa y obligación otorgada por D. Juan José Porter y Casanate a favor del Sr. Don Francisco de Sayas, cronista mayor del reino de Aragon, 19 mai 1669, RAH, 9/548, fol. 362ro-368ro.

56 Nombramiento de cronista de Gerónimo Martel, 13 octobre 1608, RAH, 9/548, fol. 99ro. Dans la foulée, Lupercio récupère les cahiers du chroniqueur qui avait précédé Martel, Juan Costa, avec la bénédiction des députés.

57 Ibid., fol. 98ro. Au terme de plusieurs péripéties, ces cahiers finiront mis en pièces à Madrid en 1609 : ADPZ, ms. 769, fol. 237ro.

58 Memorial del cronista Francisco Andrés a los diputados del reino de Aragón, RAH, 9/548, fol. 319ro.

59 ADPZ, ms. 509, fol. 72ro-72vo.

60 M. R. ZAPATER, op. cit.

61 Francisco Diego de SAYAS, Anales de Aragón desde el año MDXX del nacimiento de nuestro redemptor hasta el de MDXXV, Saragosse : herederos de Pedro la Naia, 1666.

62 Renuncia de Dormer a su oficio de cronista, RAH, 9/548, fol. 413vo.

63 Ibid., fol. 414vo.

64 Acto de nominación de cronista del Reino en favor de José Lupercio Panzano, 27 janvier 1703, RAH, 9/548, fol. 403ro.

65 A los lectores, in : D. J. DORMER, op. cit.

66 A los lectores, in : J. L. PANZANO, op. cit.

67 Samper avait sollicité la charge par un mémoire aux députés : Ilustrisimo señor, Pedro Miguel Samper dize que estando vacante el oficio de Chronista de V. M. I., deve aspirar al honor de este empleo, BNE, VE, 23-26.

68 Título de cronista de Su Magestad a D. Pedro Miguel de Samper, que los era del reino de Aragón, in : C. MUÑOZ Y MANZANO, Los cronistas…, p. 145.

69 Gregorio COLÁS LATORRE, « Los Argensola y la historia », Argensola, 119, 2009, p. 211-232.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Hermant, « Écriture de service ou servitude ? Être chroniqueur officiel d’Aragon sous les Habsbourg d’Espagne »e-Spania [En ligne], 47 | Février 2024, mis en ligne le 17 février 2024, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/49724 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.49724

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search