Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Écrire l’histoire au Siècle d’or ...Quelques interprétations extra-pé...

Écrire l’histoire au Siècle d’or : rôles, usages et pratiques du récit historique dans l’Espagne des Habsbourg (XVIe et XVIIe siècles)

Quelques interprétations extra-péninsulaires des Comunidades de Castille (Italie, Angleterre, XVIe-XVIIIe siècles)

Alexandra Merle

Résumés

Cet article aborde les interprétations des Comunidades de Castille (1520-1521) dans plusieurs récits de la vie et du règne de Charles Quint publiés hors d’Espagne, depuis la période suivant immédiatement la mort de l’empereur, où paraissent à Venise les textes d’Alfonso de Ulloa et de Lodovico Dolce, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle où paraît en Angleterre l’œuvre monumentale de William Roberston. Il s’intéresse aux sources utilisées et aux relations entre ces différents textes – ainsi, l’ouvrage d’Ulloa, où on trouve une trace des propos d’Antonio de Guevara, est amplement diffusé et encore présent dans l’histoire de Robertson – et met en valeur, en dépit de ces phénomènes de circulation et d’influences, le changement d’interprétation des Comunidades dans les écrits rédigés en Angleterre, après la révolution de 1649 et jusqu’aux Lumières.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On citera en particulier : Richard L. KAGAN, « Carlos V a través de sus cronistas : el momento comu (...)
  • 2 Le fils aîné de la reine Jeanne, né et éduqué dans les Flandres, avait été proclamé roi depuis Brux (...)
  • 3 À la mort de son grand-père paternel Maximilien Ier, Charles Ier avait remporté à grands frais l’él (...)
  • 4 Depuis les premiers soulèvements urbains et la réunion d’une assemblée des représentants des villes (...)
  • 5 José Antonio Maravall, Las Comunidades de Castilla. Una primera revolución moderna, Madrid : Revist (...)
  • 6 Cette interprétation a été défendue initialement par Juan Ignacio Gutiérrez Nieto, Las Comunidades (...)
  • 7 Sur la dimension antifiscale, voir par exemple Hipólito Rafael Oliva Herrer, « Du fiscal au politiq (...)
  • 8 Voir par exemple l’analyse de Pablo Fernández Albaladejo, Fragmentos de monarquía, Madrid : Alianza (...)

1La mise en mémoire des Comunidades de Castille dans les écrits espagnols destinés à relater le règne de Charles Quint – qu’il s’agisse des œuvres des cronistas nommés par l’empereur, de textes rédigés par d’autres auteurs contemporains ou bien de récits composés plus tard au cours de l’époque moderne – a fait l’objet de nombreux travaux1, qui ont souligné la relative uniformité des interprétations de ces événements que les historiens de notre temps qualifient très diversement. Ce mouvement de contestation qui éclata au cœur de la Castille au moment où Charles Ier, reconnu comme roi aux côtés de sa mère Jeanne par les Cortes de Valladolid en 15182 et élu peu de temps après au trône du Saint-Empire romain germanique, quittait la péninsule Ibérique pour se faire couronner à Aix-la-Chapelle en laissant le gouvernement du royaume aux mains de son ancien précepteur Adrien d’Utrecht3, et fut écrasé en avril 1521 à Villalar4, suscite encore aujourd’hui des interprétations divergentes. On a pu y voir une tentative de « révolution »5 imprégnée de républicanisme et visant, sinon à renverser la monarchie, à réformer les rapports entre roi et royaume en donnant une place au « commun » ; d’autres interprétations ont mis en valeur la dimension antiseigneuriale du conflit6, tandis que d’autres encore en font une réaction antifiscale ou protectionniste7, un mouvement de restauration d’un ordre institutionnel altéré ou une simple défense des privilèges des villes8.

  • 9 C’est en effet le titre exact des historiographes royaux. Voir José Luis BERMEJO CABRERO, « Orígene (...)
  • 10 Nous ne prenons pas en compte les chroniqueurs nommés pour composer une « histoire générale » d’Esp (...)
  • 11 Fray Antonio de Guevara, nommé cronista en 1526, laissa semble-t-il des papiers mais aucune chroniq (...)
  • 12 Plus exactement, Sepúlveda souhaitait différer la publication de l’œuvre, suivant le conseil de son (...)
  • 13 Elle fut publiée en 1604-1606 sous le titre Historia de la vida y hechos del emperador Carlos V à V (...)
  • 14 La chronique d’Alonso de Santa Cruz, dont Richard L. Kagan dit qu’elle fut achevée en 1551, fut con (...)

2On sait que les textes rédigés par les chroniqueurs (cronistas9) recrutés en Espagne par l’empereur pour écrire l’histoire de son règne10 furent pour la plupart laissés inachevés11 et inédits. L’humaniste Juan Ginés de Sepúlveda, le seul qui acheva son œuvre, intitulée De rebus gestis Caroli V imperatoris et Regis Hispaniae, renonça à la publier, ce qui constitue un cas célèbre d’autocensure12. La première histoire « officielle » de Charles Quint publiée en Espagne fut donc celle que rédigea fray Prudencio de Sandoval, historiographe de Philippe III, dont la première partie sortit des presses en 1604, près de cinquante ans après la mort de l’empereur à Yuste13. Les autres textes composés pendant le règne – dont le plus connu est certainement celui d’Alonso de Santa Cruz, cosmographe de la Casa de la contratación – restèrent également manuscrits pendant plusieurs siècles14. Cet ensemble d’écrits offrent, malgré la disparité de leur provenance et les aléas de leur diffusion, des interprétations des Comunidades qui se rejoignent sur quelques points essentiels : la propension à voir dans le soulèvement une réaction aux abus des courtisans et conseillers étrangers du jeune roi, Monsieur de Chièvres en tête, et le souci de préserver la réputation de loyauté à la monarchie des Castillans.

3Nous nous intéresserons ici à d’autres textes historiographiques qui furent composés et publiés en dehors de la péninsule Ibérique, afin d’analyser les regards portés sur ces événements depuis d’autres espaces. Les écrits dont il sera question proviennent principalement d’Italie et d’Angleterre et s’étalent sur une assez longue période, puisque le premier a été publié peu de temps après la mort de l’empereur tandis que le dernier s’inscrit dans le contexte des Lumières. Ce sont en majorité des récits de la vie et du règne de Charles Quint, bien que certains soient centrés sur les Comunidades. Nous verrons qu’ils entretiennent des rapports entre eux, ainsi qu’avec certaines sources espagnoles, mais que le regard porté sur les causes du soulèvement et les aspirations des comuneros est variable et en tout cas bien plus varié que celui des auteurs qui écrivaient depuis l’Espagne.

Les histoires de Charles Quint publiées en Italie au XVIe siècle

  • 15 Alfonso de ULLOA, Vitta dell’ invitissimo e sacratissimo Imperator Carlo Quinto, Venise : Appresso (...)
  • 16 Antonio DORIA, Compendio d’Antonio Doria delle cose di sva notitia et memoria occorse al mondo nel (...)
  • 17 Francesco Sansovino, Il Simolacro di Carlo Qvinto Imperadore, Venise : Francesco Franceschini, 1567

4Si, en Espagne, aucune histoire de Charles Quint ne fut publiée avant celle de Prudencio de Sandoval, en Italie en revanche plusieurs ouvrages consacrés à la vie et au règne de l’empereur furent imprimés peu après la mort de celui-ci. En suivant l’ordre de leur parution, il faut d’abord citer la Vitta dell’ invitissimo e sacratissimo Imperator Carlo Quinto, publiée à Venise chez Vincenzo Valgrisi par Alfonso de Ulloa en 156015, puis une autre Vie de Charles Quint, un texte concurrent mais beaucoup plus court, rédigé par Lodovico Dolce qui parut également à Venise l’année suivante, en 1561. On peut y ajouter le très bref Compendio16 d’Antonio Doria (Gênes, 1571) et quelques autres récits dont celui de Francesco Sansovino17.

L’influence des Epístolas familiares de Guevara sur les textes composés à Venise

  • 18 Françoise Richer-RossI explique que « cette approximation repose sur les propres contradictions de (...)
  • 19 On le qualifie parfois de « passeur culturel », même si sa motivation était surtout pécuniaire. Voi (...)

5La Vitta dell’ invitissimo e sacratissimo Imperator est donc la première histoire de la vie et du règne de Charles Quint publiée. Bien que l’ouvrage, rédigé en langue italienne, ait vu le jour à Venise, son auteur était un Espagnol qui y vivait depuis 1545 ou 154918, bien connu pour son labeur incessant de traduction de toute sorte d’ouvrages espagnols en italien19, et pour sa propre production foisonnante, notamment de textes de nature historiographique. Ainsi, il a aussi publié une vie de Ferdinand Ier en 1565.

  • 20 F. Richer-Rossi, op. cit., p. 40.
  • 21 « Giouanni di Padiglia insieme con Donna Maria di Padiglia sua mogliere, che erano stati capi della (...)
  • 22 La Junta s’était déplacée à Tordesillas et en avait chassé le marquis de Denia et son épouse qui as (...)

6D’après Françoise Richer-Rossi, cette « Vie » de Charles Quint connut une dizaine d’éditions, réimpressions et rééditions de 1560 à 1606 et remporta un grand succès. On en connaît une traduction en néerlandais publiée à Anvers en 1570 puis à Amsterdam en 1610, ainsi que deux versions en espagnol restées manuscrites20. C’est un récit très imprécis, qui adopte une démarche chronologique – sans s’interdire quelques retours en arrière – tout en donnant peu de dates, mais qui recèle quelques erreurs importantes dont certaines, curieusement, apparaissent à partir de l’édition de 1566 : Ulloa écrit par exemple que le couronnement de Charles Quint à Aix-la-Chapelle eut lieu le 24 février 1520 – ce fut en réalité le 23 octobre – et, s’agissant des Comunidades, que la Junta comunera a emprisonné la reine Jeanne et tout le Conseil de Castille et, chose plus étonnante encore, que Juan de Padilla fut décapité à Tolède… avec son épouse María Pacheco21. Si la première affirmation peut être vue comme une simple exagération des faits22, l’exécution de Padilla (et celle de deux autres chefs comuneros, Juan Bravo et Francisco Maldonado) eut lieu à Villalar et non à Tolède, et sa veuve, après avoir mené une résistance farouche dans cette ville pendant plusieurs mois, parvint à s’enfuir et mourut de sa belle mort au Portugal en 1531… même si elle faisait partie des exclus (exceptuados) du Pardon royal et avait été condamnée à mort par contumace. On ne sait d’où peut provenir cette erreur grossière commise par Ulloa.

  • 23 « […] la contradittione che hebbe in alcuni baroni del regno, i quali non uoleuano che ei s’intitol (...)

7Quant à la genèse des Comunidades, elle est évoquée très rapidement. Ulloa escamote la question épineuse de l’avènement de Charles au trône de Castille et affirme que son arrivée était attendue avec une grande impatience. S’il concède que certains des « barons du royaume » étaient réticents à ce qu’il prenne le titre de roi du vivant de sa mère23, il ne s’y attarde pas et passe immédiatement à l’élection impériale en 1519 et au départ du roi. C’est en narrant les débuts de l’hérésie de Luther qu’il mentionne les nouvelles de la « sollevatione », en imposant d’emblée une interprétation de ses causes et de ses objectifs :

  • 24 Ibid., p. 130.

Ritrouandosi adunque l’Imperadore in Lamagna occupato nelle cose che habbiamo detto hebbe lettere di Spagna per le quali intese la solleuatione di quei popoli per la assenza sua, e che quasi tutte le città di Castiglia haueuano presole arme contra il suo Principe, uolendo con ragioni colorite farsi Republiche, e non star piu sotto’l gouerno de’ Re24.

  • 25 Ibid., p. 131.

8Il y insiste, en donnant la liste des têtes du soulèvement : Padilla, Bravo, Maldonado, Girón, Fernando de Ávalos et l’évêque de Zamora, « i quali tutti pazzamente haueuano presole arme, & uoleuano che le città fossero libere come in Italia & in Lamagna »25.

  • 26 « Los de Toledo cada día se afirman más en su pertinacia, entiendo por cartas del Marqués de Villen (...)

9Ulloa semble donc prêter aux comuneros un projet politique dont les chroniqueurs espagnols répugnent à faire état, et dont on trouve trace en revanche dans les témoignages de membres du parti royal, par exemple dans les lettres envoyées à l’empereur par le cardinal Adrien d’Utrecht26.

  • 27 Hernando ou Fernando de Ávalos, ancien capitaine des tercios, avait reçu de Philippe le Beau le cor (...)
  • 28 « i quali si unirono insieme & trattarono la solleuatione de’ popoli con titolo de libertà », A. de (...)
  • 29 Ibid., p. 132.
  • 30 Ibid., p. 131.

10Toutefois, immédiatement après avoir énoncé cet objectif, il en altère l’importance et la signification en révélant les causes réelles, selon lui, du soulèvement : les intérêts particuliers de certains de ses instigateurs, dont Fernando de Ávalos, qui avait été privé par les Flamands d’une charge importante27 et s’entendit avec Padilla, Acuña, Girón et d’autres « rebelles » qui avaient tous une raison secrète pour inciter le peuple à se soulever au nom de la liberté28. Padilla se voyait en grand-maître de l’ordre de Saint Jacques, l’évêque de Zamora en archevêque de Tolède29, etc… C’est donc une entreprise de manipulation que dénonce Ulloa, sur le ton de la plus vive indignation. Ce n’est qu’en dernier lieu qu’il mentionne les abus des Flamands et particulièrement « l’auaritia grande del Ceurio Fiamingo, Consigliere & molto favorito dell’ Imperadore »30, autrement dit Monsieur de Chièvres. Mais cela ne fait pas varier la ligne interprétative : selon lui, les meneurs de la révolte sont des hypocrites qui se sont servis du peuple.

  • 31 « […] & quando poi uenne in Spagna fu da sua Maestà perdonato a molti altri, che meritauano gran su (...)

11Le déroulement des événements lui-même est narré avec une telle rapidité qu’il s’apparente plutôt à un survol, et adopte le point de vue du parti royal. Ulloa s’attache surtout à retracer les tentatives du cardinal Adrien d’Utrecht, puis des deux autres gouverneurs nommés par l’empereur et notamment de l’Amiral de Castille, pour raisonner les rebelles. Après avoir expédié le dénouement, sans même mentionner la bataille de Villalar, il souligne la clémence de l’empereur qui, à son retour en Espagne, pardonna à la plupart des rebelles et fut adoré de ses sujets… happy end31.

  • 32 Le caractère fictif de cette correspondance ne fait aucun doute pour Jean Canavaggio : « estas cart (...)
  • 33 Lettre 49, datée de Medina del Campo, le 7 mars 1521, à Juan de Padilla : « Bien, señor, os acordái (...)
  • 34 Lettre 51 datée de Medina de Rioseco, le 16 janvier 1522, à María Pacheco : « Yo bien sé que Hernan (...)
  • 35 A. de ULLOA, op. cit., p. 132.

12L’importance donnée dans ce bref récit aux efforts de l’Amiral de Castille peut faire penser que l’auteur a eu connaissance des lettres que ce dernier écrivit et fit imprimer ; mais c’est à une autre source espagnole que puise Ulloa : les Epístolas familiares de fray Antonio de Guevara, publiées en 1539-1541, qui contiennent quatre lettres prétendument envoyées par Guevara aux chefs comuneros pour les raisonner et les morigéner32. Toutes les accusations à l’encontre des comuneros proviennent des lettres adressées à Juan de Padilla33 et à son épouse María Pacheco34. Ulloa fait par ailleurs ouvertement dans son texte l’éloge de Guevara, « huomo ueramente di gran giudicio e autorità », et mentionne l’intervention que celui-ci s’attribue (et qui est fort contestée), le « ragionamento di Villabragima »35.

  • 36 « a brief survey of significant events taking place all across Charles‘s monarchia universalis », M (...)
  • 37 « sotto colore di non voler essere soggetti al governo di Fiamenghi, da quali discevano esser gover (...)
  • 38 F. SANSOVINO, op. cit., fol. 40.

13L’idée selon laquelle la réaction aux abus des Flamands et le souci du bien commun ne seraient que prétexte apparaît aussi, infiniment moins développée, dans le Compendio d’Antonio Doria (cousin d’Andrea) publié à Gênes en 1571 mais rédigé quelques années auparavant, qui circula certainement sous forme manuscrite. À vrai dire, ce texte ne se présente pas comme une biographie de l’empereur, mais plutôt comme un résumé chronologique d’événements marquants survenus pendant son règne dans l’ensemble de ses possessions, selon les termes de Matteo Salonia36. Les Comunidades y sont évoquées en quelques lignes qui enregistrent l’épisode comme une révolte menée par les villes et le peuple (et quelques personnes de qualité), « sous couleur de ne pas vouloir être soumis au gouvernement des Flamands, qui gouvernaient le roi, et de se soucier du bien public »37. Le texte de Francesco Sansovino, quant à lui, est plus concis encore sur les événements de Castille, s’intéressant longuement au couronnement de Charles Quint en Allemagne et évoquant, au détour d’une phrase, « una solleuatione che s’era fatta in spagna per la sua absenza », à laquelle il fut rapidement porté remède38.

Des échos de Paolo Giovio chez Lodovico Dolce

  • 39 Dolce, né en 1508 à Venise et mort en 1568, est aujourd’hui plus célèbre pour ses écrits sur la lan (...)
  • 40 « Egli è uero,che da prima alcuni de’imaggiori Baroni, e principali del Regno, non lo volsero accet (...)
  • 41 « E (che non picciola marauiglia è) in modo tra pochi giorni apprese i costumi di quel Regno, che p (...)

14Dans l’ouvrage qui est souvent présenté comme concurrent de celui d’Ulloa, La vita del invitissimo e gloriossissimo imperator Carlo quinto publiée en 1561 à Venise par Lodovico Dolce39, un auteur prolifique lui aussi, on trouve un récit très succinct des Comunidades. Observons qu’elles ne sont pas jugées dignes de figurer dans le résumé des principaux événements de la vie de l’empereur qui précède la narration proprement dite. Dans celle-ci, Dolce décrit la « merveilleuse allégresse » avec laquelle Charles fut reçu dans la péninsule Ibérique ; il concède, à peu près dans les mêmes termes que Ulloa, que quelques « barons » du royaume se sont fait prier pour lui reconnaître le titre de roi40, mais assure qu’en peu de temps il acquit une parfaite connaissance des coutumes de ses sujets, au point de paraître né et éduqué en Espagne41.

  • 42 « Teneuansi gli Spagnuoli piu cher da altri offesi da Carlo Ceurio Fiammingo, che era uno de’ Gouer (...)
  • 43 Ibid., p. 15.

15Son interprétation des causes du soulèvement, qu’il appelle d’abord « tumulto » puis « manifesta ribellione », est plus simple que celle d’Ulloa : il ne relève que les abus des Flamands en l’absence du roi, et particulièrement de « Ceurio Fiammingo, che erauno de’ Gouernatori »42 (Chièvres). Dès la page suivante, il mentionne l’action victorieuse du Connétable et de l’Amiral de Castille contre les rebelles et le dénouement : l’exécution des principaux comuneros, Padilla, Bravo et Maldonado, qu’il approuve ouvertement : « e i capi loro, ch’erano Giovanni Padiglia, il Bravo, e il Maldonato, furono presi e, como essi meritauano, fatti morire publicamente »43.

16On ne saurait relater les Comunidades de manière plus expéditive. Dolce est de toute évidence plus intéressé par les luttes en Méditerranée contre les Turcs que par les événements du royaume de Castille – du reste, il parle constamment de l’« Espagne ». Mais malgré la brièveté de ce récit ouvertement défavorable aux comuneros, on peut s’étonner de la note finale qui associe à l’éloge attendu de la clémence de Charles Quint celui de la prudence exceptionnelle dont fit preuve le cardinal d’Utrecht dans l’exercice du gouvernement :

  • 44 Ibid., p. 15.

Del ritorno della Spagna da questo suo disturbo alla tranquillita primiera si attribuiscono le lodi principalmente al buon discorso & a la prudenza singolare di Adriano ; che, come dicemmo, hauueua hauuto di Carlo nel gouerno della Spagna autorità di Re44.

  • 45 Paolo GIOVIO, Paulo Iouii Nouocomensis episcopi Nucerini, De uita Leonis decimi pont. max. Lib IIII (...)
  • 46 Il y eut une autre édition en 1557 : Le vite di Leon Decimo et d’Adriano Sesto sommi pontefici, et (...)
  • 47 Chiara Lastraioli a étudié ce déferlement d’écrits injurieux et de protestations : « Un pape ‘fatto (...)

17Il nous semble discerner ici un écho aux propos tenus par Paolo Giovio dans son histoire de la vie du pape Adrien rédigée en latin, publiée en 154845 puis traduite en italien par Lodovico Domenichi à Florence en 154946. Cette œuvre, qui avait été commandée à Giovio par le cardinal Wilhem van Enckenvoirt, était destinée à restaurer la réputation d’Adrien dont le très bref pontificat (1521-1523) fut entaché de polémiques, libelles et pasquinades le présentant comme un pape barbare, rigide à l’excès, méprisant la culture humaniste47.

18Giovio y relate la naissance et le développement d’une inimitié durable entre le futur pape et Monsieur de Chièvres, depuis l’époque où le premier avait été nommé précepteur de Charles par l’empereur Maximilien : Adrien est dépeint comme un homme intègre et un précepteur irréprochable, s’opposant à la mauvaise influence de Chièvres qui, pour assurer son emprise sur le jeune prince, l’encourage à abandonner les lettres et à leur préférer l’exercice des armes.

19Fort logiquement, l’agitation en Castille est expliquée essentiellement par les abus des Flamands et surtout de Chièvres, qui avait pour but d’amasser la plus grande quantité d’or qu’il pourrait trouver : il apparaît clairement que c’est contre Chièvres et ses amis, et non contre l’autorité du monarque ou celle de son représentant Adrien d’Utrecht, que les Castillans se sont soulevés, et qu’ils n’envisageaient nullement d’abattre la monarchie. Retranscrivant les premières demandes des villes, Giovio écrit en effet :

  • 48 Nous citons d’après l’édition de 1557 : P. GIOVIO, Le vite di Leon Decimo et d’Adriano Sesto, fol.  (...)

Domandauano tutti, che liberasse le città da’ gouernatori Fiamminghi, & che questi honori con giustissima liberalità si compartissero fra gli huomini del paese. Percioche gli uffici erano talmente stati donati in guardagno a’ Fiamminghi, ch’essierano uenduti poi per danari a gli huomini Spagnuoli48.

20En relatant les progrès de la révolte après l’incendie de Medina del Campo, il précise encore que les villes ne se soulèvent pas contre l’autorité du roi mais contre les injustices commises par ses officiers :

  • 49 Ibid., fol. 112v.

quasi tutte le città, saluo quelle di Granata, congiurarono insieme, fecero esercito, & chiaramente, como messe in libertà, ribellarono da gli ufficiali dell’Imperatore. Hebbero non dimeno in honore il nome reale, & volsero parere d’hauere in odio solo i magistrati, da’quali, & rubbati, & oppressi grandissime ingiuri ehaueuano riceuuto. E sopra ogni altra cosa crearono giudici alcuni huomini forti, & ualerosi, i quali udissero la causa de’ popoli. Alhora fu lecito a ciascuno huomo di bassissima conditione richiamarsi delle ingiurie, & liberalmente lamentarsi della insolenza, & asprezza de gli ufficiali, i quali contra l’usanza de gli antichi Re di Spagna senza rispetto alcuno haueuano trauagliato tutti i popoli. Percioche diceuano che subito erano per mandare quelle cose scritte per ordine all’Imperatore, accioche uedesse la ribalderie de suoi49.

21Giovio se livre ensuite à une analyse rapide mais pertinente de l’évolution des Comunidades et des raisons pour lesquelles la haute noblesse, d’abord passive, intervient dans le conflit aux côtés des forces loyales au roi :

  • 50 Ibid., fol. 113v.

I popolari ridotti al colmo della insolentia, non pure ascoltauano coloro c’haueuano riceuuto ingiuria da gli huomini del Re, & gli empieuano di buona speranza di matura libertà, ma quasi publici arbitri & supremi giudicidi tutte le cause inuitauano i popoli sottoposti a baroni, che con lamenti grandi si lamentassero delle ingiurie a lor fatte50.

22Le récit se clôt avec l’exécution des principaux chefs comuneros à Villalar, sans aucune appréciation de la part de Giovio (contrairement à Dolce, qui nous l’avons vu, exprime d’un mot son approbation).

Gregorio Leti, continuateur d’Ulloa

  • 51 Voir Martina Di Gregorio, The Books of Gregorio Leti (1630-1701), MA Thesis, Leiden University, 201 (...)

23Tous ces textes ont été publiés alors qu’aucune histoire du règne de Charles Quint n’était diffusée en Espagne. En revanche, quand un autre italien, Gregorio Leti, publie, bien plus tard (en 1700 à Amsterdam), sa Vita dell’ invittissimo imperadore Carlo V Austriaco, il a pu consulter l’ouvrage de fray Prudencio de Sandoval, paru en Espagne dans les premières années du XVIIe siècle : on sait en effet qu’il en possédait une édition datée de 168151, et il cite le nom de Sandoval dans son adresse au lecteur, avec celui d’Ulloa, Giovio étant pour sa part mentionné dans le texte. Le récit qu’il donne des Comunidades – et de toute la vie de l’empereur – s’émancipe pourtant sur bien des points de ses sources et atteint le sommet de la fantaisie.

24Il convient ici de préciser que Leti, né à Milan, avait quitté l’Italie pour résider à Genève puis à Londres et finalement à Amsterdam, où il est mort en 1701 juste après la publication de sa « Vie » de Charles Quint ; incidemment, après avoir étudié chez les jésuites dans sa jeunesse, il était devenu calviniste – ce qui explique son intérêt particulier pour les événements d’Allemagne, la Diète de Worms et la comparution de Luther, sujets qui prennent souvent le pas sur le récit des événements de Castille. Plus qu’à son parcours singulier, c’est sans doute à une hyperactivité littéraire qu’il faut attribuer les incongruités du texte : Leti écrit à toute vitesse, plusieurs ouvrages en même temps. Sa « Vie » de Charles Quint est, de ce fait, émaillée de détails très surprenants, dont nous donnons ici un modeste aperçu :

  • la mort de Ferdinand le Catholique est datée de 1515 ;

  • la reine Jeanne envoie un splendide cortège composé de la fine fleur de la noblesse pour accueillir Charles à son arrivée dans la péninsule Ibérique ;

    • 52 « Già la Regina come quella ch’era risoluta di scaricarsi subito del peso del Governo, haveva dato (...)

    la reine elle-même, désireuse de se décharger du poids du gouvernement, organise la proclamation de son fils comme roi et son couronnement (le texte n’omet pas la description d’un somptueux manteau royal que Jeanne fait faire pour parer son fils !). C’est elle aussi qui vainc les réticences de quelques membres du Conseil et pose elle-même la couronne sur la tête de son fils52 ;

    • 53 « Fece dunque con le maggiori premure convocare l’Assamblea Generale degli Stati di Castiglia e d’A (...)

    avant de quitter l’Espagne pour aller recevoir sa couronne en Allemagne, Charles convoque l’assemblée générale des États de Castille et d’Aragon !53

  • 54 Leti mentionne l’échec des tentatives de négociation de l’Amiral de Castille et les déclarations de (...)
  • 55 Après avoir résumé les plaintes des sujets castillans au moment du départ de Charles (crainte que l (...)
  • 56 « l’origine […] di questa (ribellione) fu con l’occasione d’un regimento di Gibraltar, il quale fu (...)

25Au cours de la narration des Comunidades, de toutes les influences perceptibles dans le texte de Leti, la plus forte semble être celle d’Ulloa. Même s’il le corrige sur la date du couronnement de Charles Quint à Aix-la-Chapelle… en se trompant lui-même de deux jours (il parle de la matinée du 21 octobre alors que c’est le 23), il reprend aveuglément certaines de ses affirmations : l’emprisonnement de la reine et du Conseil par les comuneros (il écrit que les rebelles se sont emparés d’eux à Valladolid et les ont emmenés à Tordesillas), et surtout l’élucidation des motivations réelles de leurs meneurs : l’intérêt particulier, dissimulé sous le prétexte de la préservation du bien public. Comme Ulloa, s’il mentionne vaguement l’intention de libérer les villes du pouvoir monarchique54, il insiste moins sur ce projet que sur les motivations intéressées de Padilla, Bravo, Antonio de Acuña et Fernando de Ávalos, qui sont présentés comme hypocrites et manipulateurs55. Comme le faisait Ulloa, c’est surtout à Fernando de Ávalos qu’il s’en prend56. Naturellement, il finit par louer la clémence de Charles Quint à son retour. En somme, en dépit des détails fantaisistes dont nous avons relevé les plus flagrants, Leti ne s’écarte guère des interprétations – si l’on peut employer ce terme – d’Ulloa, qui reprenait lui-même les propos d’Antonio de Guevara.

26Si ces textes mentionnent pour certains, sans aucun approfondissement, le projet de cités libres se gouvernant elles-mêmes, c’est pour le blâmer, le ridiculiser ou le traiter de simple prétexte, en se montrant parfois plus sévères à l’égard des comuneros que les chroniques espagnoles, ce qui peut s’expliquer dans certains cas, celui d’Ulloa au moins, par le souhait de se concilier la protection de la monarchie espagnole, mais aussi par le choix des sources. Les textes rédigés dans le contexte post-révolutionnaire de l’Angleterre des XVIIe et XVIIIe siècles offrent sur les Comunidades un éclairage bien différent.

Les Comunidades vues après la révolution anglaise de 1649

27Nous examinerons ici deux textes, dont le premier est une traduction de l’histoire de Sandoval faite par un certain capitaine James Wadsworth et publiée en 1652 : plus exactement, c’est une traduction d’une partie de l’histoire de Sandoval (400 pages tout de même) consacrée aux « Civil Wars », suivant le titre de l’ouvrage : The Civil Wars of Spain, in the beginning of the Reign of Charls the 5t, Emperor of Germanie and King of that Nation. Written originally by Prudencio de Sandoval […], never yet translated, now put into English by Captain J. W.

Les commentaires critiques de Wadsworth à la traduction de Sandoval

  • 57 Voir la notice biographique rédigée par A. J. Loomie, « James Wadworsth », in : Oxford Dictionary o (...)

28James Wadsworth est indéniablement un personnage truculent : né en 1604, il passa une partie de son enfance, jusqu’en 1618, en Espagne puis étudia au collège des jésuites à Saint-Omer. Au cours de son aventureuse existence, qui inclut un enlèvement par des pirates et un séjour à Salé, il renonça à la foi catholique et, ayant regagné l’Angleterre en 1625, fut longtemps un « poursuivant » (agent ou messager) au service de la couronne. Il entreprit également la rédaction d’ouvrages où il attaquait les catholiques et en particulier les jésuites, ainsi que des traductions de plusieurs livres57, dont l’histoire de Sandoval.

29Wadsworth a fait l’économie de la longue généalogie de l’empereur, remontant à Adam, et de la liste des rois d’Espagne depuis Pélage, qui se trouvait au début de l’œuvre de Sandoval. Il débute la traduction avec la mort du prince Jean, fils et héritier des Rois Catholiques, et la naissance de Charles en 1500, résume les chapitres consacrés à l’enfance et à l’éducation du futur empereur, fait un récit accéléré de tous les événements qui survinrent jusqu’à la mort de Ferdinand le Catholique en 1516, et omet généralement tout ce qui ne concerne pas la situation en Espagne.

  • 58 James WADSWORTH, The Civil Wars of Spain, in the beginning of the Reign of Charls the 5t, Emperor o (...)

30C’est au livre II de sa traduction que commence véritablement la narration des Comunidades, depuis le célèbre préambule de ce qui est dans l’original le Cinquième Livre : « En este libro he de tratar los levantamientos que comunmente llaman Comunidades […] », rendu par : « I am to relate the Insurrections or rising of the People (commonly called Communidades, or Communalties) […] »58. Or, la traduction de Wadsworth est scrupuleusement fidèle au texte de Sandoval. Elle énumère donc les raisons de ce que Sandoval appelle d’abord « levantamientos » : l’absence du roi, la remise du gouvernement aux mains d’étrangers, la captation des richesses du royaume, et enfin, la mauvaise étoile. Son intérêt réside surtout dans les pièces liminaires et les annotations marginales.

31L’adresse au lecteur relève immédiatement une similitude entre les Comunidades et les événements des dernières années en Angleterre ; publié en en 1652, l’ouvrage suit de près les guerres civiles qui ont mené, en 1649, à la condamnation puis à l’exécution du roi Charles Ier Stuart le 30 janvier, et à un changement de forme de gouvernement.

  • 59 J. WADSWORTH, op. cit., « To the reader », non paginé.

[…] it doth punctually relate the no less strange, then true transactions between Charles the fifth in his Minoritie and his Subjects in Spain, which had so much similitude to divers late passages in this our Nation, that had not those in Castilla had the privilege of many years before us, we might have been said to have been their pattern, although the successes are different59.

32Par ailleurs, cette première adresse est suivie d’une autre, à trois personnages qui se sont illustrés au cours de la révolution contre Charles Ier : Herbert Morley, James Chaloner et son frère Thomas Chaloner, ce dernier étant un des députés qui ont signé la condamnation à mort du roi.

  • 60 Ibid.

33Quant aux annotations marginales, de plus en plus nombreuses au fur et à mesure qu’on avance dans le récit, un certain nombre d’entre elles visent à nuancer, voire contredire, les affirmations de Sandoval, dont le traducteur estime qu’il s’est montré sévère envers les comuneros, en raison de sa position d’historiographe du roi Philippe III. Il exprimait déjà des réserves dans l’adresse au lecteur où il écrivait que Sandoval s’était montré « somme what violent in his tearms against the Commonaltie by reason of his dependance on the Court of Spain »60.

  • 61 Ibid., p. 45.

34Il intervient donc souvent, de manière plus ou moins brève, dans les marges, pour accuser Sandoval de flatterie vis-à vis de personnages du camp royaliste, tels que l’Amiral de Castille ou le Connétable ; pour souligner l’appartenance de Sandoval au clergé et le taxer de partialité quand il fustige les actions des ecclésiastiques qui prirent part à la révolte ; pour contredire les propos tenus sur certains des chefs comuneros, notamment Juan de Padilla et son épouse María Pacheco, dont on sait que Sandoval, contrairement à d’autres auteurs espagnols, fait un portrait assez peu flatteur. Ainsi, quand la traduction qualifie Padilla et Fernando de Ávalos de « chief incendiaries and favorers of these disturbances », Wadsworth ajoute en marge : « The Author ought rather to have said Promoters of the People’s good »61. Plus loin, face à un passage qui dépeint Padilla comme un homme influençable, il écrit

  • 62 Ibid., p. 68-69.

The author undervaluates Juan de Padilla out of passion, for contrary to his description he was a man of singular wit, learning and mature judgment and his wife was a ladie Nobly descended and the most Masculine, Heroick spirit that ever Spain bred62.

  • 63 Ibid., p. 263.
  • 64 Ibid., p. 348.

35Ses interventions visent également à faire l’éloge des nobles intentions des comuneros et à déplorer la trahison dont ils furent victimes. Par exemple, quand Sandoval souligne le manque d’expérience des capitaines comuneros pour expliquer leur défaite, le traducteur réagit : « their captains were good enough, if they had not had some treacherous great ones amongst them »63. Il s’en prend particulièrement à Pedro Girón, insérant à côté d’un passage où son nom est cité ce commentaire : « Another notorious Traitor to the Commons. Here the Friar [Sandoval] flatters again the familie of the Girons »64.

  • 65 Ibid., p. 366.
  • 66 Ibid., p. 376.

36La défaite des comuneros et l’exécution de leurs chefs suscitent force commentaires éplorés. Padilla, Bravo et Maldonado sont traités de héros et de véritables patriotes : « Here these three Noble gentlemen died as gallantly as they had lived, being Patriots of their Countrie, whose memories deserve an everlasting fame »65. Et, lorsque Sandoval relate que la maison de Padilla fut rasée, qu’on répandit du sel sur le sol et qu’on érigea un piller avec une inscription pour commémorer sa honte, Wadsworth écrit : « They should rather have erected a statue, in memorie that he died a martyr for his countrie »66.

  • 67 « here the Author would disgrace and undervalue if hee could the bravest witt that ever Spain bred, (...)
  • 68 Il note dans la marge, à propos de la mort du comte de Salvatierra : « thus died this brave Earl, w (...)

37Surtout, il réagit vivement aux passages où Sandoval condamne l’action de la Junta réunie à Ávila puis à Tordesillas. Alors que la traduction comporte l’expression « those unadvised and indiscreetly raised Tumults », une note marginale accuse Sandoval de mauvaise foi et fait l’éloge de ceux qui ont agi uniquement pour le bien commun et, s’ils n’avaient pas été trahis, auraient fait de « l’Espagne » (Spain et non Castile) « the most glorious Commonwealth in the world »67. Le terme, tel qu’il était utilisé dans l’Angleterre de la seconde moitié du XVIIe siècle, désigne la forme de gouvernement mise en place entre 1649 et 1660 : une république dirigée par un conseil (et Cromwell en tant que lord protecteur). Ailleurs, Wadsworth emploie aussi le mot « republic »68.

38Sans doute est-on à une époque où les auteurs britanniques sont en quête de justifications et cherchent des précédents. Quoi qu’il en soit, ce rapprochement entre les événements de Castille et la révolution anglaise prospère en Angleterre jusqu’au siècle suivant. Ainsi, dans The History of the Wars of the Commons of Castile in the Beginning of the Reign of the Emperor Charles V, publiée en 1702, l’ecclésiastique écossais Michael Geddes lui aussi voit des similitudes entre les Comunidades et la révolution de 1649 et qualifie le mouvement de « révolution » destinée à créer un « commonwealth ».

William Robertson (1769) : les Comunidades, ébauche de la révolution anglaise

  • 69 J. Canavaggio, « William Robertson y las Comunidades de Castilla: un precursor de la interpretación (...)

39Pour clore l’analyse de cette première moisson de textes, nous évoquerons l’histoire du règne de Charles Quint composée dans la seconde moitié du XVIIIe siècle par l’écossais William Robertson. Une particularité de ce livre, bien dans l’esprit des Lumières, est que l’histoire de Charles Quint est précédée d’une très longue étude de l’évolution de la société en Europe dans les siècles précédents. Cette œuvre imposante, parue pour la première fois en 1769, a eu une très grande notoriété : on en connaît pour le moins dix éditions en Angleterre entre 1769 et 1802, ainsi qu’une version française diffusée à partir de 1771, comme le rappelle Jean Canavaggio69.

40Pour composer son récit sur le règne de l’empereur, l’auteur a utilisé un grand nombre de sources – on discerne la trace de la vie du pape Adrien de Giovio mais aussi des Vies de Charles Quint d’Ulloa et de Sandoval – parmi lesquelles il ne choisit pas toujours avec discernement. C’est ainsi qu’il reprend certaines des erreurs d’Ulloa (il écrit par exemple que la reine Jeanne fut retenue prisonnière par les comuneros… mais il nuance en affirmant que ceux-ci la traitèrent avec le plus grand respect). Il suit Giovio sur certains points (lorsqu’il écrit que Chièvres flatta le goût du jeune Charles pour les armes et l’éloigna des lettres, pour accroître son influence) mais pas sur d’autres (ainsi, il a piètre opinion des capacités de gouvernant d’Adrien d’Utrecht). La source la plus utilisée est toutefois l’histoire de Sandoval : pour autant, son interprétation des Comunidades diffère sensiblement de celle de l’Espagnol.

41Robertson se livre à des appréciations élogieuses sur « ces soulèvements des communes », qui

  • 70 Nous citons d’après la traduction française de 1771 due à J.-B. Suard : William ROBERTSON, L’Histoi (...)

n’étaient pas le simple effet d’une fureur populaire et séditieuse ; leur but était d’obtenir la réforme de plusieurs abus, et d’établir la liberté publique sur une base solide ; et ces objets étaient dignes de tout le zèle que le peuple mit à leur poursuite70.

  • 71 Ibid., p. 417. On trouve plus loin cette précision : « les représentants dans les Cortes étaient ac (...)

42Il approuve hautement l’action des « villes confédérées » qui, alors que la noblesse restait passive, adressèrent au roi un exposé détaillé de l’état du royaume et de la mauvaise administration de ses favoris71 puis élaborèrent ce qu’il appelle la « remontrance » au roi : c’est ainsi qu’il nomme les « capítulos » rédigés par la Junta et envoyés à Charles Quint en Allemagne, dont le texte a été publié par Sandoval comme par Santa Cruz.

  • 72 La première guerre civile se déroula en 1642-1648, et la deuxième, en 1648-1649, s’acheva par l’exé (...)

43Le mot ne manque pas d’intérêt : « Remontrance » était le terme désignant une déclaration votée par le Parlement en 1641 juste avant l’éclatement de la première guerre civile en Angleterre72, et présentée au roi le 1er décembre 1641. Parlant de celle des comuneros, l’auteur écrit :

  • 73 W. ROBERTSON, op. cit., p. 531.

cette remontrance […] nous instruit des intentions de la ligue d’une manière bien plus précise et bien plus authentique, que les témoignages des historiens Espagnols plus modernes, lesquels vivaient en un temps où il était d’usage et même indispensable de peindre la conduite des mécontents sous le point de vue le plus odieux, et de prêter à leurs démarches les motifs les plus coupables73.

44Après avoir retranscrit tous les articles, il ne manque pas d’en arriver à une comparaison avec l’Angleterre :

  • 74 Ibid., p. 535.

les abus qui furent cités et les remèdes qui furent proposés par les communes d’Angleterre, dans leurs contestations avec les princes de la maison de Stuart, ressemblent beaucoup aux articles sur lesquels insistait alors la sainte ligue d’Espagne. Mais les Espagnols avaient dès ce temps là acquis des idées de liberté et d’indépendance, des principes hardis de gouvernement, et une étendue de vues politiques auxquels les Anglais ne sont arrivés que plus d’un siècle plus tard74.

  • 75 « La plupart des historiens Espagnols, accoutumés à des idées sur le gouvernement et la puissance r (...)

45Les Comunidades sont donc érigées, comme le suggérait Wadsworth un siècle auparavant, en modèle ou en précurseur de la révolution anglaise. De même, comme le traducteur de Sandoval, mais dans un discours bien plus élaboré, Robertson rend hommage aux qualités des chefs comuneros et en particulier de Padilla75, dénonce la partialité des historiens espagnols à leur égard, et considère que les comuneros avaient construit un véritable système de gouvernement, qu’il estime novateur. Il se livre pour finir à une analyse des conséquences de leur défaite, évoquant le renforcement de l’autorité royale, la docilité des Cortes et même le déclin des villes (y compris économiquement). Enfin, loin de s’extasier devant la clémence du roi à son retour, il l’attribue à un calcul politique.

Conclusions

46On a pu constater que les sources maniées dans cet ensemble de narrations extra-péninsulaires du règne de Charles Quint et des Comunidades restent en partie les mêmes tout au long de la période étudiée. On soulignera ainsi l’influence persistante des propos sujets à caution que tenait fray Antonio de Guevara dans ses Epístolas familiares, repris par Ulloa, dont l’ouvrage est lui-même amplement diffusé jusqu’en Angleterre et concurrence l’histoire officielle de fray Prudencio de Sandoval. Toutefois, le contexte dans lequel sont reçus ces textes impose une autre lecture, conférant aux Comunidades le statut de mouvement précurseur de la première révolution anglaise.

  • 76 Les écrits de cet auteur, comprenant celui qui évoque les Comunidades, intitulé Enfermedad chrónica (...)
  • 77 Voir J. Canavaggio, art. cit. et, sur les interprétations du XIXe siècle : J. PÉREZ, « Les Comunida (...)
  • 78 Historia del reinado del emperador Carlos Quinto, precedida de una descripción de los progresos de (...)

47Les phénomènes de circulation des textes ne s’arrêtent pas là : les écrits britanniques et en particulier le livre de Robertson ne sont pas étrangers aux interprétations qui commencent à naître à la fin du XVIIIe en Espagne et se développent amplement au siècle suivant. Si l’on fait abstraction des quelques lignes consacrées aux Comunidades depuis Vienne, dans la première moitié du XVIIIe siècle, par Juan Amor de Soria76, un austracista en exil, il faut attendre en effet l’extrême fin du siècle et surtout le développement du courant libéral en Espagne pour trouver dans les écrits d’Arroyal, puis dans les œuvres de Quintana, de Martínez Marina et d’autres une exaltation des Comunidades, vues comme une lutte pour la défense de la patrie et de la liberté contre le despotisme monarchique. Or, on sait que Quintana disposait de la version originale de l’ouvrage de Robertson au moment d’écrire sa fameuse « Ode à Padilla » en 1797 – elle ne sera publiée qu’en 1813 – et il est probable que Martínez de la Rosa l’ait consultée lors d’un séjour à Londres77. Il y aura d’ailleurs, en 1821, pendant le « trienio liberal », une traduction espagnole de cette œuvre, suivie d’une autre en 183978.

Haut de page

Notes

1 On citera en particulier : Richard L. KAGAN, « Carlos V a través de sus cronistas : el momento comunero », in : Fernando MARTÍNEZ GIL (coord.), En torno a las Comunidades de Castilla. Actas del congreso internacional « Poder, conflicto y revuelta en la España de Carlos V », Cuenca : Ediciones Universidad de Castilla-La Mancha, 2002, p. 147-157 ; Isidoro Castañeda Tordera, « La proyección de las Comunidades. Memoria, represión y olvido », in : Miguel F. GÓMEZ VOZMEDIANO (coord.), Castilla en llamas. La Mancha comunera, Ciudad Real : Almud ediciones, 2008, p. 255-316 ; David Torres Sanz, « Las Comunidades de Castilla en la opinión de los contemporáneos », in : István SZÁSZDI LEÓN-BORJA et María Jesús GALENDE RUÍZ (éd.), Imperio y Tiranía. La dimensión europea de las Comunidades de Castilla, Valladolid : Ediciones Universidad de Valladolid, 2013, p. 17-33 ; Alexandra Merle, « Interprétations et échos des Comunidades de Castille de l’historiographie à la réflexion politique dans l’Espagne moderne », in : A. MERLE, Stéphane JETTOT et Manuel HERRERO SÁNCHEZ (dir.), La Mémoire des révoltes en Europe à l’époque moderne, Paris : Classiques Garnier, 2018, p. 65-90.

2 Le fils aîné de la reine Jeanne, né et éduqué dans les Flandres, avait été proclamé roi depuis Bruxelles le 14 mars 1516, après la mort de Ferdinand le Catholique, alors que selon les termes du testament de la reine Isabelle (1504), il aurait dû simplement prendre la place de Ferdinand comme gouverneur du royaume au nom de sa mère, qui vivait retirée à Tordesillas depuis 1509. Cette proclamation donna lieu à des négociations avec le Conseil de Castille, puis les Cortes réunies à Valladolid en 1518 reconnurent le titre de roi à Charles Ier (et consentirent au vote d’un impôt ou servicio de 200 millions de maravédis).

3 À la mort de son grand-père paternel Maximilien Ier, Charles Ier avait remporté à grands frais l’élection impériale face à François Ier le 28 juin 1519. Alors que cette élection suscitait le mécontentement de ses sujets castillans, le roi aggrava encore les choses en convoquant de nouveau les Cortes à Saint-Jacques de Compostelle et en exigeant le vote d’un nouvel impôt destiné à financer les frais considérables de son périple dans le nord de l’Europe. Les représentants des villes, soumis à de fortes pressions, votèrent, après une interruption puis la reprise des Cortes à La Corogne, ce nouveau servicio fortement impopulaire, et un soulèvement éclata à Tolède fin mai 1520, juste après le départ du roi.

4 Depuis les premiers soulèvements urbains et la réunion d’une assemblée des représentants des villes à Ávila puis à Tordesillas, la radicalisation de la révolte et le caractère anti-seigneurial qu’elle prit dans certaines régions provoquèrent l’intervention de la haute noblesse aux côtés des gouverneurs nommés par le roi – celui-ci avait désigné, pour épauler le cardinal d’Utrecht, deux membres de la haute noblesse, Fadrique Enríquez de Cabrera et Íñigo Fernández de Velasco, respectivement Amiral et Connétable de Castille. Les troupes royalistes écrasèrent les comuneros à Villalar le 23 avril 1521 et trois des principaux meneurs, dont Juan de Padilla, furent exécutés dès le lendemain. La ville de Tolède résista encore quelque temps sous la houlette de la veuve de Padilla, María Pacheco, mais se rendit en février 1522. Après son retour à l’été 1522, le roi promulgua le 1er novembre un Pardon général.

5 José Antonio Maravall, Las Comunidades de Castilla. Una primera revolución moderna, Madrid : Revista de Occidente, 1963 ; Joseph PÉREZ, La révolution des Comunidades de Castille (1520-1521), Bordeaux : Institut d’études ibériques et ibéro-américaines de l’Université de Bordeaux, 1970 ; on renverra aussi, parmi les ouvrages collectifs plus récents, à István Szásdi León-Borja (coord.), Monarquía y revolución: en torno a las Comunidades de Castilla, Valladolid : Fundación Villalar-Castilla y León, 2010.

6 Cette interprétation a été défendue initialement par Juan Ignacio Gutiérrez Nieto, Las Comunidades como movimiento antiseñorial, Barcelona : Planeta, 1973.

7 Sur la dimension antifiscale, voir par exemple Hipólito Rafael Oliva Herrer, « Du fiscal au politique. Fiscalité et révolte dans la Couronne de Castille de la fin du Moyen Âge au conflit Comunero », Histoire urbaine, n°67, 2023, p. 45-59.

8 Voir par exemple l’analyse de Pablo Fernández Albaladejo, Fragmentos de monarquía, Madrid : Alianza editorial, 1993, p. 51. On trouvera une présentation synthétique des différentes opinions dans Ángel RIVERO RODRÍGUEZ, « El proyecto político de los comuneros », in : Carlos Javier de CARLOS MORALES, Natalia GONZÁLEZ HERAS (dir.), Las Comunidades de Castilla : Corte, poder y conflicto (1516-1525), Madrid : UAM ediciones – Ediciones Polifemo, 2020, p. 225-246. Voir aussi José Joaquín JEREZ, Pensamiento político y reforma institucional durante la guerra de las Comunidades de Castilla (1520-1521), Madrid : Marcial Pons, 2007, p. 78-80, et David Alonso García, « Debate historiográfico: las Comunidades de Castilla en el siglo XXI », Tiempos Modernos, 19 (2009/2).

9 C’est en effet le titre exact des historiographes royaux. Voir José Luis BERMEJO CABRERO, « Orígenes del oficio de cronista real », Hispania. Revista española de historia, 145 (1980), p. 395-409 et Baltasar Cuart Moner, « La historiografía áulica en la primera mitad del s. XVI : los cronistas del emperador », in : Juan Antonio GONZÁLEZ IGLESIAS, Carmen CODOÑER MERINO (coord.), Antonio de Nebrija, Edad Media y Renacimiento, Salamanque : Ediciones Universidad de Salamanca, 1994, p. 39-58.

10 Nous ne prenons pas en compte les chroniqueurs nommés pour composer une « histoire générale » d’Espagne en compilant des chroniques médiévales, tel Florián de Ocampo.

11 Fray Antonio de Guevara, nommé cronista en 1526, laissa semble-t-il des papiers mais aucune chronique en bonne et due forme. Pedro Mexía, nommé bien plus tard, en 1548, mourut peu de temps après, raison pour laquelle son récit s’arrête aux années 1530 – couvrant donc les Comunidades – mais il ne fut publié qu’en 1945.

12 Plus exactement, Sepúlveda souhaitait différer la publication de l’œuvre, suivant le conseil de son ami Diego de Neila. Une lettre qu’il envoya depuis Pozoblanco à Philippe II quelques mois avant sa mort en 1573 prouve que Sepúlveda avait fait remettre son manuscrit au roi. Ce dernier le conserva mais ne le fit pas diffuser ; c’est ainsi que le texte fut découvert au XVIIIe siècle et publié en 1780. Voir les documents publiés dans Valentín Moreno Gallego, Julián Solana Pujalte et Ignacio J. García Pinilla, « Dos memoriales de Juan Ginés de Sepúlveda a Felipe II y otra documentación inédita », Boletín de la Real Academia de la Historia, CXCVIII (1), 2001, p. 131-154. Pour quelques hypothèses sur les raisons de cette forme de censure, nous renvoyons à la contribution de Juan Carlos D’Amico dans ce dossier. Voir aussi, sur l’interprétation des Comunidades par Sepúlveda, A. MERLE, « Autocensura en torno a la dimensión política de las Comunidades de Castilla », Manuscrits. Revista d’Història Moderna, 35, 2017, p. 19-40. https://doi.org/10.5565/rev/manuscrits.165 (consulté le 30 décembre 2023).

13 Elle fut publiée en 1604-1606 sous le titre Historia de la vida y hechos del emperador Carlos V à Valladolid.

14 La chronique d’Alonso de Santa Cruz, dont Richard L. Kagan dit qu’elle fut achevée en 1551, fut confisquée sur ordre du prince Philippe, alors régent, et conservée ensuite dans les archives royales pour n’en sortir qu’en 1920 (voir R. L. KAGAN, Los Cronistas y la Corona, Madrid : Marcial Pons, 2010, p. 113-114). Il existe également des récits des Comunidades qui n’appartiennent pas à la mémoire officielle : De motu Hispaniæ de Juan Maldonado, un texte en latin resté inédit jusqu’en 1840, date à laquelle il fut découvert par hasard par un bibliothécaire de l’Escorial ; le récit de Pedro de Alcocer, Relación de algunas cosas que pasaron en estos reynos desde que murió la reina Catolica dona Ysabel hasta que se acabaron las Comunidades en la ciudad de Toledo (publié à Séville en 1872), ou encore la Relación del origen y discurso de las Comunidades, un manuscrit anonyme qui pourrait avoir été composé entre 1529 et 1531.

15 Alfonso de ULLOA, Vitta dell’ invitissimo e sacratissimo Imperator Carlo Quinto, Venise : Appresso Vincenzo Valgrisi, 1560.

16 Antonio DORIA, Compendio d’Antonio Doria delle cose di sva notitia et memoria occorse al mondo nel tempo dell’ Imperatore Carlos Qvinto. Gênes : Appresso Antonio Bellone, 1571.

17 Francesco Sansovino, Il Simolacro di Carlo Qvinto Imperadore, Venise : Francesco Franceschini, 1567.

18 Françoise Richer-RossI explique que « cette approximation repose sur les propres contradictions de l’auteur qui, d’une dédicace à l’autre, estime différemment le nombre de ses années passées à Venise », Alfonso de Ulloa, historiographe. Discours politiques et traductions, Paris : Michel Houdiard, 2018, p. 14.

19 On le qualifie parfois de « passeur culturel », même si sa motivation était surtout pécuniaire. Voir Antonio Rumeu de Armas, Alfonso de Ulloa, introductor de la cultura española en Italia, Madrid : Gredos, 1973.

20 F. Richer-Rossi, op. cit., p. 40.

21 « Giouanni di Padiglia insieme con Donna Maria di Padiglia sua mogliere, che erano stati capi della sollevatione di Toledo, furono publicamente decapitati… », A. de ULLOA, op. cit., p. 134.

22 La Junta s’était déplacée à Tordesillas et en avait chassé le marquis de Denia et son épouse qui assuraient la « garde » de la reine sur ordre du roi ; quant au Conseil de Castille, il avait été suspendu par la Junta. Le Pardon royal promulgué par Charles Quint le 1er novembre 1522 mentionne bien parmi la liste des crimes imputés aux comuneros l’arrestation de plusieurs membres du Conseil, l’occupation de Tordesillas où se trouvaient la reine et sa dernière fille, et le renvoi du marquis et de la marquise de Denia.

23 « […] la contradittione che hebbe in alcuni baroni del regno, i quali non uoleuano che ei s’intitolasse Re uiuente la Reina sua madre, ma Principe di Spagna » (ibid., p. 128).

24 Ibid., p. 130.

25 Ibid., p. 131.

26 « Los de Toledo cada día se afirman más en su pertinacia, entiendo por cartas del Marqués de Villena scritas a su hermano que procuran atraher aquella ciudat a la libertad de la manera que lo están la ciudad de Genova y otras en ytalia, y que no quieren obedecer al Gouernador por Vuestra Alteza puesto y constituydo ni al Consejo Real, mas tan solamente a las chancillerías […] ». Carta de Adriano de Utrecht al emperador, 30 de junio de 1520, in : Manuel DANVILA, Historia crítica y documentada de las Comunidades de Castilla, Madrid : Real Academia de la Historia, 1897-1899, 6 t., t. I, p. 382.

27 Hernando ou Fernando de Ávalos, ancien capitaine des tercios, avait reçu de Philippe le Beau le corregimiento de Jérez de la Frontera, que le roi Ferdinand le Catholique lui ôta par la suite. Grâce au cardinal Cisneros, il put le récupérer, pour en être privé à nouveau par Monsieur de Chièvres.

28 « i quali si unirono insieme & trattarono la solleuatione de’ popoli con titolo de libertà », A. de ULLOA, op. cit., p. 131.

29 Ibid., p. 132.

30 Ibid., p. 131.

31 « […] & quando poi uenne in Spagna fu da sua Maestà perdonato a molti altri, che meritauano gran supplicio, con quella sua solita clemenza di Cesare, per la qual cosa fu sempre da quei popoli amato e obedito sempre, come si è veduto », ibid., p. 134.

32 Le caractère fictif de cette correspondance ne fait aucun doute pour Jean Canavaggio : « estas cartas, destinadas inicialmente a los happy fews de la corte imperial, se pretenden dirigidas a las cabezas del movimiento […] ». Voir Jean CANAVAGGIO, « Aproximaciones periféricas a las Comunidades de Castilla (siglos XVIXIX) », Criticón [En ligne], 133, 2018, mis en ligne le 22 juillet 2018, consulté le 27 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/criticon/4289 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criticon.4289.

33 Lettre 49, datée de Medina del Campo, le 7 mars 1521, à Juan de Padilla : « Bien, señor, os acordáis que en la junta de Ávila os dixe que íba desperdido y íba desengañado, y que íba desvendido, porque Hernando de Ávalos y don Pedro Girón, y el obispo de Zamora, y los otros comuneros no habían inventado esta guerra cevil con celo de remediar los daños de la república, sino por tomar cada uno de su enemigo venganza. También, señor, os dixe que me parescía gran vanidad y no pequeña liviandad lo que se platicava en aquella junta, y lo que pedían los plebeyos de la república, es a saber, que en Castilla todos contribuyesen, todos fuesen iguales, todos pechasen y que a maneras de señorías de Italia se gobernasen, lo qual es escándalo oirlo y blasfemia decirlo, porque así como es imposible governarse el cuerpo sin brazos, así es imposible sustentarse Castilla sin caballeros ». Nous citons d’après le texte reproduit sur Cervantes Virtual :
https://www.cervantesvirtual.com/obra-visor/libro-primero-de-las-epistolas-familiares--2/html/dcaa2544-2dc6-11e2-b417-000475f5bda5_8.html#I_63_

34 Lettre 51 datée de Medina de Rioseco, le 16 janvier 1522, à María Pacheco : « Yo bien sé que Hernando de Ávalos fué el primero que la comunidad inventó, y también sé que en vuestra casa se ordenó y platicó el hacer la junta en Ávila, y la orden de levantar a todo Castilla; de manera que él puso el fuego y vos, señora, le soplastes. Negro corregimiento fué aquel de Gibraltar, que quitaron a Hernando de Ávalos, pues fué ocasión de él engañaros a vos, y vos a Juan de Padilla, y Juan de Padilla a don Pedro Girón, y don Pedro Girón a don Pedro Laso, y don Pedro Laso al Abad de Compludo, y el Abad de Compludo al obispo de Zamora, y el obispo de Zamora al licenciado Bernardino, y el licenciado Bernardino a Sarabia, y Sarabia a todos los más de la letanía. Muchas veces he pensado, y aun lo he preguntado, qué fué el motivo, señora, para conmover y alterar este reino, y dícenme todos vuestros amigos, y aun deudos, que adevinastes o soñastes ver a vuestro marido maestre de Santiago […] », ibid.

35 A. de ULLOA, op. cit., p. 132.

36 « a brief survey of significant events taking place all across Charles‘s monarchia universalis », Matteo SALONIA, « Charles V’s universal empire in the Compendio of Antonio Doria », Renaissance Studies, 32, 3, 2009, p. 388-404, p. 392.

37 « sotto colore di non voler essere soggetti al governo di Fiamenghi, da quali discevano esser governato Carlo, e voler provedere al bene publico », A. DORIA, op. cit., p. 5.

38 F. SANSOVINO, op. cit., fol. 40.

39 Dolce, né en 1508 à Venise et mort en 1568, est aujourd’hui plus célèbre pour ses écrits sur la langue et sur la peinture que pour cet ouvrage.

40 « Egli è uero,che da prima alcuni de’imaggiori Baroni, e principali del Regno, non lo volsero accettar como Re, ma solamente, come Prencipe […] », Lodovico DOLCE, Vitta dell’invitissimo e gloriosissimo Imperador Carlo Qvinto, discritta da M. Lodovico Dolce, Venise : appresso Gabriel Giolito de’Ferrari, 1561, p. 12.

41 « E (che non picciola marauiglia è) in modo tra pochi giorni apprese i costumi di quel Regno, che pareua nato, nudrito, e cresciuto fra Spagnuoli », ibid., p. 12.

42 « Teneuansi gli Spagnuoli piu cher da altri offesi da Carlo Ceurio Fiammingo, che era uno de’ Gouernatori e, come dicemmmo, fu nelle arme maestro dell’Imperadore », ibid., p. 14.

43 Ibid., p. 15.

44 Ibid., p. 15.

45 Paolo GIOVIO, Paulo Iouii Nouocomensis episcopi Nucerini, De uita Leonis decimi pont. max. Lib IIII. His ordine temporum accesserunt Hadriani sexti pont. max. et Pompeii Columnae cardinalis vitae, ab eodem Paulo Iouio conscriptae, Florence : ex officina Laurentii Torrentini, 1548.

46 Il y eut une autre édition en 1557 : Le vite di Leon Decimo et d’Adriano Sesto sommi pontefici, et del cardinal Pompeo Colonna, scritte per Mons. Paolo Giouio Vescouo di Nocera, & tradotte da M. Lodovico Domenichi, Venise : Apresso Giouanni de’ Rossi, 1557. Il existe aussi une traduction en espagnol par Gaspar de Baeza (traducteur de plusieurs ouvrages de Giovio), qui met curieusement en avant les Comunidades dans son titre, alors même que le récit de la révolte occupe peu de place dans l’ouvrage : Commvnidades de España escritas por el doctissimo PAVLO IOVIO en la vida del papa Adriano Sexto, cuya vida y costumbres se contienen en este libro. Traduxolo de latin en Castellano el Licenciado Gaspar Baeça. Dirigido al muy Magnifico Señor del Oydor Antonio Gonçalez del Consejo de su Majestad, Oydor en la Real Audiencia de Granada : y en ella impresso, en la Emprenta de Antonio de Lebrixa y Garcia de Briones, año de 1564.

47 Chiara Lastraioli a étudié ce déferlement d’écrits injurieux et de protestations : « Un pape ‘fatto per necessitade’. L’image d’Adrien VI dans la propagande européenne du XVIe siècle », in : Agnès MORINI (éd.), Pape et papauté : respect et contestation d’une autorité bifrons, Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2011.

48 Nous citons d’après l’édition de 1557 : P. GIOVIO, Le vite di Leon Decimo et d’Adriano Sesto, fol. 111v.

49 Ibid., fol. 112v.

50 Ibid., fol. 113v.

51 Voir Martina Di Gregorio, The Books of Gregorio Leti (1630-1701), MA Thesis, Leiden University, 2019.

52 « Già la Regina come quella ch’era risoluta di scaricarsi subito del peso del Governo, haveva dato gli ordini, accio si tenessero all’ordine tutti gli apparecchi nicessari pero la Coronattione e per la proclamattione del detto suo figlivolo […]. La Regina haveva fatto lavorare per l’uso di questo caro fliglivolo un manto Reale con il più fino ricamo in perle e altre Gemme […]. In somma fu coronato e acclamato con pompa esteriore di abiti, e con sommo amore interiore de’Popoli », Gregorio LETI, Vita dell’ invittissimo imperadore Carlo V Austriaco, Amsterdam : Giorgio Gallet, 1700, p. 80.

53 « Fece dunque con le maggiori premure convocare l’Assamblea Generale degli Stati di Castiglia e d’Aragona », ibid., p. 109.

54 Leti mentionne l’échec des tentatives de négociation de l’Amiral de Castille et les déclarations des comuneros : « vedendosi forti, e vittorioso si dechiararono di non posar le armi, sino che tutte le città di Spagna saronno libere ciascuna con un suo Governo particolare », ibid., p. 193.

55 Après avoir résumé les plaintes des sujets castillans au moment du départ de Charles (crainte que le roi ne revienne pas en Castille, méfiance envers le gouvernement aux mains d’étrangers, mises au pillage des richesses du royaume), il qualifie tout cela de prétexte : « pretexto di zelo desinteresato », « sempre sotto il pretesto del bene publico » (ibid., p. 108). Les meneurs agirent « non per zelo publico ma per ambitione particolare di poter pescare qualche fortuna pero loro nell’acque turbide ».

56 « l’origine […] di questa (ribellione) fu con l’occasione d’un regimento di Gibraltar, il quale fu tolto a Ferdinando d’Avalos, di che sdegato cominciò a pensare alla vendetta […] », ibid., p. 192.

57 Voir la notice biographique rédigée par A. J. Loomie, « James Wadworsth », in : Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University press, 2004, en ligne : https://doi.org/10.1093/ref:odnb/28390 (consulté le 30 décembre 2023).

58 James WADSWORTH, The Civil Wars of Spain, in the beginning of the Reign of Charls the 5t, Emperor of Germanie and King of that Nation. Written originally in the Spanish-tongue, by Prudencio de Sandoval […], never yet translated, now put into English by Captain J. W., Londres : William Du Gard, 1652, p. 27.

59 J. WADSWORTH, op. cit., « To the reader », non paginé.

60 Ibid.

61 Ibid., p. 45.

62 Ibid., p. 68-69.

63 Ibid., p. 263.

64 Ibid., p. 348.

65 Ibid., p. 366.

66 Ibid., p. 376.

67 « here the Author would disgrace and undervalue if hee could the bravest witt that ever Spain bred, the honor of his Countrie whose intentions were onely for the Common-Wealth’s good, and had hee not been betrayed by some Noblemen of his Partie, hee had made it the most glorious Common-Wealth in the World. Hee is much lamented by manie persons of qualitie in Spain yet to this daie » (parlant sans doute de Padilla), ibid., p. 157.

68 Il note dans la marge, à propos de la mort du comte de Salvatierra : « thus died this brave Earl, who if the other nobles had seconded, they had made Spain the most glorious Republic of the world » (ibid., p. 379).

69 J. Canavaggio, « William Robertson y las Comunidades de Castilla: un precursor de la interpretación liberal », in : María del CARMEN IGLESIAS CANO, Carlos Vicente MOYA VALGAÑÓN, Luis RODRÍGUEZ ZÚÑIGA (coord.), Homenaje a José Antonio Maravall, Madrid : Centro de Investigaciones sociológicas, 1985, 3 vol., 1, p. 359-370 ; Id., « Aproximaciones periféricas a las Comunidades de Castilla (siglos XVIXIX) », Criticón, 133, 2018, p. 5-36, consultable en ligne : Criticón [En ligne], 133, 2018, mis en ligne le 22 juillet 2018, consulté le 27 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/criticon/4289 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criticon.4289

70 Nous citons d’après la traduction française de 1771 due à J.-B. Suard : William ROBERTSON, L’Histoire du règne de l’empereur Charles-Quint, précédée d’un Tableau des progrès de la Société en Europe, depuis la destruction de l’Empire Romain jusqu’au commencement du seizième siècle. Par M. Robertson, docteur en Théologie, Principal de l’Université d’Edimbourg & Historiographe de Sa Majesté Britannique pour l’Ecosse. Ouvrage traduit de l’Anglois à Amsterdam, et se trouve à Paris chez Saillant & Nyon…, 1771, 6 vol., 1, p. 526.

71 Ibid., p. 417. On trouve plus loin cette précision : « les représentants dans les Cortes étaient accoutumés à résister avec une égale fermeté et aux entreprises du roi et à la tyrannie des nobles » (ibid., p. 527).

72 La première guerre civile se déroula en 1642-1648, et la deuxième, en 1648-1649, s’acheva par l’exécution du roi le 30 janvier 1649.

73 W. ROBERTSON, op. cit., p. 531.

74 Ibid., p. 535.

75 « La plupart des historiens Espagnols, accoutumés à des idées sur le gouvernement et la puissance royale bien différentes de celles qu’on avait du temps de Padilla, ont montré tant de zèle pour blâmer la cause qu’il avait embrassée, qu’ils ont négligé ou craint de rendre justice à ses vertus », ibid., p. 545.

76 Les écrits de cet auteur, comprenant celui qui évoque les Comunidades, intitulé Enfermedad chrónica y peligrosa de los reynos de España, ont été publiés par Ernest LLUCH sous le titre : Aragonesismo austracista (1734-1742). Conde Juan Amor de Soria, Saragosse : Institución « Fernando el Católico » (CSIC), 2010.

77 Voir J. Canavaggio, art. cit. et, sur les interprétations du XIXe siècle : J. PÉREZ, « Les Comunidades de Castille et leurs interprétations », Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, 1982, 38, p. 5-28 ; Roberto López-Vela, « Las Comunidades : ¿ lucha por la libertad o “feudalismo concejil” ? El debate sobre la “revolución” en la historiografía de la Restauración », Investigaciones Históricas: época moderna y contemporánea, 2004, 24, p. 105-138 ; Á. Rivero Rodríguez, « El mito comunero y la identidad nacional española », in : Antonio ÁLVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO et Bernardo J. GARCÍA GARCÍA (coord.), La Monarquía de las Naciones. Patria, nación y naturaleza en la Monarquía de España, Fundación Carlos de Amberes, 2004, p. 723-737 ; J. J. Jerez, op. cit., p. 46-49.

78 Historia del reinado del emperador Carlos Quinto, precedida de una descripción de los progresos de la sociedad en Europa desde la ruina del Imperio romano hasta principios del siglo xvi, por W. Robertson. Obra traducida del inglés por don Félix Ramón de Alvarado y Valaustegui, Madrid : Sancha, 1821. La seconde traduction fut l’œuvre de D. José María Gutierrez de la Peña et parut à Barcelone en 1839.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Merle, « Quelques interprétations extra-péninsulaires des Comunidades de Castille (Italie, Angleterre, XVIe-XVIIIe siècles) »e-Spania [En ligne], 47 | Février 2024, mis en ligne le 17 février 2024, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/49884 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.49884

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search