Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Les Comunidades de Castille. Guer...Les Comunidades de Castille et la...

Les Comunidades de Castille. Guerre civile et restauration de l’ordre monarchique au XVIe siècle

Les Comunidades de Castille et la défense du patrimoine royal

Alberto Marcos Martín

Résumés

Cet article met en lumière les propositions économiques du projet officiel des comuneros. Ce n’est pas un hasard si, à ce sujet, et plus précisément dans le domaine fiscal et financier, les villes révoltées affichèrent un ensemble de propositions que l’on pourrait aisément qualifier de révolutionnaires. La défense à outrance du patrimoine royal fait également partie de ce programme de réformes puisque les comuneros étaient conscients des effets pernicieux que son aliénation pourrait provoquer. C’est précisément autour de cette question, que l’on souhaite éclaircir, que se centre le contenu de cet article, dans lequel sont également analysées les conséquences de la défaite de Villalar par rapport à la conservation future dudit patrimoine.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet de recherche Hispanofilia V: Las Formas de interacción con el mundo : cautiverio, violencia y representación (PID2021-122319NB-C21), financé par MCIN/AEI/10.13039/501100011033.

Texte intégral

  • 1 En tant que programme officiel, il faut considérer le projet élaboré par la Junta de Tordesillas en (...)
  • 2 Ramón CARANDE, Carlos V y sus banqueros, vol. I., La vida económica en Castilla (1516-1556), 2ª ed. (...)
  • 3 Juan M. CARRETERO ZAMORA, Gobernar es gastar. Carlos V, el servicio de las Cortes de Castilla y la (...)

1Bien que les revendications de nature politique constituent le cœur du programme officiel des comuneros, ce serait une grave erreur de penser que les revendications économiques y sont absentes1. En d’autres termes, il semblerait que nous ne devrions pas accepter aveuglément la célèbre affirmation de don Ramón Carande, exprimée sans équivoque dans le premier volume de Carlos V y sus banqueros, selon laquelle les villes castillanes révoltées ne disposèrent pas d’un quelconque programme économique2. Au contraire, il est évident que sur ce terrain, et encore plus clairement dans les domaines fiscaux, financiers et ayant trait au Trésor royal, si étroitement liés par ailleurs aux domaines de la production et de l’échange de marchandises, les comuneros avancèrent, comme l’a souligné récemment Juan Carretero Zamora, un ensemble de propositions que l’on pourrait aisément qualifier de révolutionnaires3. Et ce, non seulement parce qu’elles prétendaient ralentir l’augmentation des charges fiscales et l’expansion du crédit et de la dette à court et long terme (de la même façon que les transferts d’argent vers l’étranger issus des engagements de la nouvelle dynastie Habsbourg bourguignonne), dont les conséquences négatives avaient déjà commencé à se faire sentir, mais également –et surtout– parce qu’elles aspiraient à soumettre la gestion des dépenses de la monarchie et la création de nouveaux impôts au contrôle concret des Cortes en tant qu’organe représentatif du royaume.

  • 4 Nous sommes conscients de l’imprécision quant à l’utilisation du terme « comuneros » employé dans u (...)

2La défense à outrance du patrimoine royal faisait également partie dudit programme, puisque les comuneros connaissaient bien les effets pernicieux de son épuisement et de son affaiblissement, thème autour duquel tourne justement le contenu de cette communication4. La formulation la plus générale d’une telle revendication apparaît déjà dans l’un des Capítulos de lo que ordenavan de pedir los de la Junta, rédigés fin août ou début septembre 1520, où était affirmé 

  • 5 Colección de documentos inéditos para la historia de España [Codoin], I, p. 277-278.

quel Rey no pueda enagenar ningunas ciudades, villas ni logares, ni las rentas dellos, de los que hoy son de la corona Real ni de los que de aquí adelante se reducieren a la corona por confiscación ó en otra manera, ni los pueda vender, ni empeñar, ni dar, cambiar ni trocar, ni pueda vender ni empeñar ninguna de sus rentas é derechos ordinarios ni extraordinarios ni parte dellos, é que si lo hiciese que no valla ni sea obedescido ni complido lo que sobre ello mandare5,

  • 6 « Que […] Sus Altezas e sucesores en estos reinos, por ninguna razón e causa, ni en pago de servici (...)

termes que reprendra, presque mot pour mot, le programme de Tordesillas pour exprimer une proposition identique et qui, à son tour, façonnera l’un des chapitres des Capítulos de fray Francisco de los Ángeles, de février-mars 15216.

  • 7 Sur cet aspect, qu’il ne faut pas considérer comme une « manifestación de una xenofobia retardatari (...)

3Cette revendication générale de l’inaliénabilité du patrimoine royal était accompagnée, dans les programmes et projets comuneros, d’autres revendications plus spécifiques liées à des parties concrètes d’un patrimoine qui, entendu plutôt comme patrimoine public que comme patrimoine privé de la couronne, devait être défendu face à n’importe quelle raison ou argument qui le mettrait en péril. Les offices publics, par exemple, reçurent une attention particulière de la part des Comunidades. Leurs porte-paroles insisteront, de manière répétée, sur le fait de n'octroyer des offices et des bénéfices, des dignités et des encomiendas, des tenencias et des gobernaciones qu’aux « naturels » de ces royaumes7 ; et ils soutiendront, en insistant davantage, que ces offices ne pouvaient être l’objet de trafic et encore moins devenir des marchandises vénales. Ainsi, le programme de Tordesillas, qui sur ce point et sur d’autres reproduisait l’une des « instructions » que les comuneros de Valladolid donnèrent aux procuradores lors de la Santa Junta d’Ávila, proposait

que los oficios de la casa real e del reino, así de juzgados como de consejo e audiencias reales e alcaldes e fiscales dellas e de la casa e corte real e corregimientos, asistencias, alguacilazgos, regimientos, veinticuatrías, escribanías de las audiencias e consejo e de otros cualesquier juzgados, e cualesquier otros oficios de las ciudades e villas e lugares destos reinos que a Sus Altezas e a sus sucesores conviene proveer e hacer merced […] agora e perpetuamente no se vendan ni den por dineros, ni se faga merced dellos a quien los haya de vender e no haya de usar dellos.

  • 8 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 312. Les « in (...)

4Et il énonçait également, sans les analyser ni les approfondir, les raisons qui rendaient l’établissement de cette interdiction non seulement souhaitable mais surtout pratique : « porque la venta de los tales oficios es muy detestable e prohibida por derecho común e leyes destos reinos, por los grandes daños de la república ». Par conséquent, il déterminait que les offices devaient pouvoir être occupés librement par des personnes « hábiles y suficientes que los hayan de usar e ejercer8 ».

  • 9 L’esprit qui animait les comuneros et qui mettait l’accent sur l’honnêteté et la loyauté que devaie (...)
  • 10 « […] como sea cosa manifiesta –sentenciaba el capítulo quinto de los que llevó Fray Francisco de l (...)
  • 11 « Que los dichos oficiales del Consejo e chancillerías e alcaidías no sean perpetuos, pues esto cum (...)

5Comme corollaire logique, le programme comunero établissait que tous ceux qui, après le décès de Ferdinand le Catholique, avaient acheté des offices, violant ainsi ce que les lois en vigueur disposaient à cet égard, ne pouvaient les occuper « so pena de muerte y perdimiento de bienes ». Ces offices seraient considérés comme vacants et seraient occupés, les comuneros insistaient sur ce point, par des « personas hábiles y suficientes9 ». En outre, le cumul par un même officier de plusieurs charges serait interdit, tant à la cour qu’en dehors de celle‑ci ; les offices cumulés « aliende el número antiguo » seraient également diminués10, et il n’y aurait pas de vacances d’offices, de bénéfices, de dignités et de choses « que tienen hombres vivos ». Enfin, pour bien servir le roi et ces royaumes, il conviendrait également, selon les comuneros, que les offices, et en particulier les offices de justice, ne soient pas perpétuels afin que ceux qui les occupent ne s’en considèrent pas « señores11 », situation à laquelle on parviendrait probablement si les charges étaient vendues et patrimonialisées.

  • 12 « […] pues que son dañosos [los tales privilegios de hidalguía] asy a la corona real como al bien p (...)

6Un autre élément récurrent dans toutes les manifestations programmatiques des Comunidades sera la demande de révocation des privilèges, lettres de noblesse et exemptions octroyés après le décès de la reine Isabelle « por dineros », ou « sin justa causa », c’est‑à‑dire sans mérites ni services rendus, raisons qui justifiaient qu’aucun privilège de ce type ne soit accordé à l’avenir. Cependant, il ne faudrait pas voir dans cette proposition l’expression d’une hostilité envers les nobles, et encore moins quelque chose qui ressemble à de la haine de classe. Ce qui préoccupait réellement les comuneros, outre l’essor de ce secteur social, était la réduction de la base imposable provoquée par ces changements de statut et les conséquences qui découlaient de cette réduction en termes d’augmentation de la pression fiscale pour les vassaux roturiers, puisqu’à l’avenir ceux‑ci devraient contribuer pour tout ce que les nouveaux hidalgos ne payaient plus, au moins en ce qui concernait le servicio ordinario12.

  • 13 « Que los maravedís de juro que vendieron los Católicos Reyes don Fernando e doña Isabel, e después (...)

7Il est parfaitement compréhensible, dans le même ordre d’idées, que les comuneros aient préconisé comme un autre de leurs objectifs primordiaux le remboursement de la dette qui subsistait sous forme de juros al quitar depuis le règne des Rois Catholiques. Ce n’est pas un hasard si, le paiement des intérêts étant basé sur le produit de certaines rentes de la couronne, celles-ci (ainsi que leur produit) étaient soumises ou hypothéquées au service de ladite dette et donc, d’une certaine manière, aliénées en faveur des propriétaires de ces titres. En d’autres termes, c’est aussi l’émission et la vente de juros qui favorisaient le déclin du patrimoine royal que les Comunidades espéraient par tous les moyens freiner13.

8Établir l’indisponibilité du patrimoine royal, tenir pour acquis le fait que le monarque ne puisse pas en disposer librement, en somme nier qu’il soit son propriétaire constituent les lignes de force principales du discours qui guidait les actions des comuneros à ce sujet. De plus, il s’agissait d’appliquer ces principes de base de manière rétroactive. Ainsi, il ne faut pas s’étonner du fait que le programme de Tordesillas, qui recueillait cette revendication, affirme « que se revoquen […] cualesquier mercedes que se han fecho después del fallecimiento de la Católica reina doña Isabel, así por los señores rey don Fernando e rey don Felipe, como por el rey don Carlos nuestro señor ». De plus, l’objectif de la Santa Junta comunera était également de rendre inopérant « cualesquier confirmaciones que [los citados soberanos] hayan fecho de cualesquier villas e lugares e términos, e vasallos e jurisdicciones, salinas, e de mineros de oro e plata, e de cobre, e plomo, e estaño, e alumbre », ce qui dans la pratique supposait de remettre en cause ces autres grâces (quelle que soit leur nature) qui auraient été accordées pendant les règnes antérieurs à celui des Rois Catholiques. Et cela parce que,

  • 14 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 311.

demás de estar prohibido por leyes destos reinos, lo prohibió e vedó la serenísima e Católica reina doña Isabel nuestra señora, cuando por su testamento dejó encomendada la gobernación de estos reinos al Católico rey don Fernando14.

9Indiquons qu’au moment de la rédaction de ce chapitre de son programme la Junta de Tordesillas se contenta de reproduire le contenu de l’une des « instructions » que les comuneros de Valladolid donnèrent aux procuradores qui, en leur nom, assistèrent à la Junta d’Ávila. De cette façon, cette instruction envisageait même la révision, après la présentation dans le délai imparti pour cela, des titres et contrats qui pouvaient justifier les grâces et confirmations accordées jusqu’alors, de façon à ce que

  • 15 « E quando en esto se oviere de entender –concluían dichas “instrucciones” en tono de advertencia– (...)

los que se hallaren bien e justamente hechos por cabsas verdaderas e dignas de ellos y no contra la proybición y vedamiento que la Señora Reyna doña ysabel en su testamento hizo […] queden y los que no se hallaren tales se anulen y revoquen, porque en esto está muy defraudada la corona Real15,

procédure à propos de laquelle le programme de Tordesillas ne précise rien, probablement parce qu’elle était sous-entendue.

  • 16 Par cette expression, Haliczer fait référence à la politique agressive entreprise par la noblesse p (...)
  • 17 À propos de cette loi importante qui proclamait l’indisponibilité et l’imprescriptibilité du domain (...)
  • 18 Bien qu’initialement destinée à faciliter le fait que les municipalités puissent récupérer les terr (...)
  • 19 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 314.

10Enfin, les comuneros ne cessèrent de se préoccuper d’un problème qui affectait depuis un certain temps les villes et bourgs castillans, problème qui avait trait aux difficultés qu’une majorité d’entre eux rencontraient pour maintenir l’intégrité tant de leurs respectifs districts territoriaux (« tierras », « alfoces », etc.) que de leurs biens de propios et terres communales. Ces deux types de patrimoine avaient subi d’importantes régressions dans bien des cas, soit à cause des concessions de nouvelles seigneuries faites par les rois de la dynastie Trastamare à différentes familles de la noblesse, soit à cause des usurpations menées par des nobles et chevaliers, lorsqu’elles n’étaient pas menées par les « naturels » et habitants puissants de ces mêmes localités. Ces processus ne s’étaient pas arrêtés et ils avaient en réalité continué à se développer pendant le règne des Rois Catholiques et lors du début de celui de leur petit‑fils. Il existait donc le sentiment que la couronne était incapable de faire face à ce qui était perçu comme une nouvelle « ofensiva de la aristocracia16» ou, simplement, qu’elle ne manifestait pas suffisamment d’intérêt pour protéger les villes de sa juridiction, en mettant tous les moyens à sa portée pour faire en sorte que soient respectées, entres autres, la loi pactée de 144217 ou la loi de Tolède de 148018. Il n’est donc pas étonnant que les comuneros aient inclu aussi dans leur programme la clause qui obligeait à restituer aux villes et bourgs de la couronne toutes les localités, les forteresses, les finages, les juridictions, les rentes, les droits, etc., dont ils auraient été dépouillés à n’importe quel moment, chose que la reine Isabelle avait déjà ordonné dans l’une de ses clauses testamentaires, à laquelle logiquement les comuneros faisaient référence. De plus, les comuneros, pour ne laisser aucune opportunité aux usurpateurs, envisageaient la nomination de juges ejecutores « con poder e fuerza bastantes » afin de garantir, dans les six mois suivant sa publication, l’exécution sans délai de la décision de restitution19.

  • 20 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 315 ; Manuel (...)

11Dans tous les cas, tant que la restitution en question n’avait pas eu lieu, les habitants des villes et bourgs à la tête des districts ayant subi des dépossessions (« sacado ») de villas y lugares pourraient jouir des biens communaux de ces villes, c’est-à-dire qu’ils maintiendraient le droit d’y emmener paître leurs bétails, d’y couper du bois, etc., sur un pied d’égalité avec leurs habitants. À leur tour, ils auraient le droit de faire de même dans les localités dont ils dépendaient auparavant, tout en continuant à contribuer aux repartimientos, aux pechos des routes, des ponts, des fontaines, des gardes, aux litiges pour la défense et l’expansion des finages, etc., sans que leurs nouveaux seigneurs puissent les inciter, pour leur convenance, à faire autrement ou les en empêcher « so pena de perder el señorío e propiedad de los tales lugares, e que sean de la corona real, debajo de la jurisdición de la tal ciudad, villa o lugar de cuya saca son20 ». Finalement, tout était déjà prévu dans les lois du royaume et la Santa Junta ne faisait que le rappeler.

  • 21 Nous pouvons également les retrouver dans la Nueva Recopilación Il suffit de relire, par exemple, c (...)
  • 22 Voir Joseph PÉREZ, La revolución de las Comunidades…, op. cit., p. 539-541 ; et Juan Manuel CARRETE (...)
  • 23 Alberto MARCOS MARTÍN, « De Monarquía compuesta y reinos descompuestos: la idea de conservación y l (...)

12Ce rappel continu des comuneros au corpus législatif du royaume n’était ni gratuit ni dénué de sens. Au bout du compte, il y avait dans ce corpus des lois qui répondaient spécifiquement à leurs demandes et qui soutenaient pleinement leurs revendications, tout au moins en ce qui concernait les questions en lien avec cette communication. L’invocation de ces lois justifiait donc leurs objectifs et leur conférait une légitimité qu’il aurait été beaucoup plus difficile d’obtenir autrement. En outre, ces lois provenaient, dans la plupart des cas, de demandes et doléances des Cortes passées qui, après avoir été acceptées par les rois, avait été incorporées à la législation du royaume à différents moments21. En d’autres termes, elles avaient été promulguées précisément par cette assemblée à laquelle le programme comunero accordait un rôle prééminent dans la vie politique du royaume, au-delà de sa traditionnelle fonction délibérative et consultative22. Ces lois, il convient de le rappeler également, que les monarques avaient confirmées et juré de faire respecter au début de leur règne, comme ils l’avaient également fait en plusieurs occasions, pour les privilèges, libertés et exemptions qui protégeaient particulièrement certaines villes et bourgs et qu’ils avaient eux-mêmes octroyés, étaient invariablement présentes dans leurs testaments, ne serait‑ce que pour indiquer qu’ils n’avaient pas pu les respecter, en chargeant leurs successeurs de le faire, c’est-à-dire en leur confiant la réparation de leurs propres manquements dans une dernière tentative d’apaisement de leurs consciences23.

  • 24 Archivo General de Simancas [AGS], Patronato Real [PTR], leg. 30-2.
  • 25 « […] veyendo el mucho daño e detrimento que de la dicha merçed redundaua a la Corona e patrimonio (...)

13Le testament d’Isabelle la Catholique, référence systématique pour les comuneros (à l’instar de tout son règne en réalité, érigé en mythe par eux), constitue un bon témoignage de ce qui vient d’être présenté24. En effet, la reine, sentant sa mort approcher, prie et charge sa fille la princesse Jeanne et son mari le prince Philippe « que miren mucho por la conseruaçión del patrimonio de la Corona real […] e no den nin enagenen nin consientan dar ni enagenar cosa alguna dello ». La transcendance de cette clause est facilement appréciable dans la mesure où rien de moins que la « buena gouernaçión e paz e sosiego » de ces royaumes dépendent de son accomplissement. C’est pour cette raison qu’elle ordonne à son héritière et aux rois qui lui succèderaient de conserver dans le patrimoine royal le marquisat de Villena, qu’elle avait fait incorporer à la couronne comme punition du soutien du marquis Diego López Pacheco à Jeanne la Beltraneja lors de la guerre de succession castillane ; et d’en faire de même avec la ville de Gibraltar, intégrée également à la couronne après la révocation de la grâce que son demi‑frère Henri IV avait octroyée à Enrique de Guzmán, duc de Medina Sidonia25.

  • 26 Aucune de ces deux concessions n’a été annulée ou n’a subi de changements dans le futur, malgré les (...)

14Cependant, cette même Isabelle ne voit pas d’inconvénient à confirmer la grâce de la ville de Moya et de certains lieux rattachés aux bourgs et fiefs appartenant à la juridiction de la ville de Ségovie qui avait été octroyée en faveur d’Andrés de Cabrera et son épouse Beatriz de Bobadilla « por la lealtad con que nos seruieron para aver e cobrar la suçessión de los dichos mis reynos26 ». Elle ne voit pas non plus d’inconvénient lorsqu’elle déclare qu’elle n’a pas respecté le serment de restituer à la ville d’Ávila les lieux de sa juridiction qu’Henri IV avait démembrés pour les donner à García Álvarez de Toledo, I duc d’Albe, et qui ensuite appartinrent à son fils Pedro de Toledo. En outre, bien qu’elle demande que cette restitution soit effectuée, elle n’en précise pas les conditions et se limite à révoquer, annuler et supprimer toute confirmation de ladite grâce, et à ordonner qu’on donne aux héritiers de don Pedro « satisfaçión e equivalencia » de ces territoires par d’autres terres du royaume de Grenade, si un jour cette restitution devait se concrétiser. Auparavant, dans une autre clause testamentaire, elle avait déjà ordonné la révocation générale des confirmations de grâces que, « por neçessidades e ynportunidades », elle et son mari avaient faites pendant son règne, et aussi l’annulation de toutes les grâces qu’eux-mêmes avaient octroyées aux villes, lieux et forteresses appartenant à la couronne, lesquelles, elle insistera sur ce point pour s’excuser, « no emanaron, ni las confirmamos, ni fezimos de mi libre voluntad, aunque las cartas e prouisiones dellas suenen lo contrario ». Mais nous ne trouvons pas non plus dans cette clause un seul mot à propos de la manière de réintégrer au patrimoine royal ces grâces : la reine se contentait d’indiquer qu’elle laissait une trace écrite de celles-ci dans une lettre signée de sa main en dehors du testament.

15En revanche, Isabelle abordait d’autres manquements qui portaient atteinte au patrimoine royal et qui devaient être corrigés. L’ensemble des offices qu’elle avait accepté de créer n’étaient pas tous pourvus à cause de « algunas neçessidades e causas ». Elle avait toléré tacitement, « a causa de las muchas nesçessidades que al rrey mi señor e a mí ocurrieron después que yo subçedí en estos mis rreynos e señoríos », que certains nobles, dans les lieux qu’ils dominaient, gèrent les alcabalas et tercias appartenant à la couronne, et elle avait même donné l’autorisation « de palabra » pour le faire « por los seruiçios que me fezieron ». Enfin, la dette publique, émise sous forme de juros tout au long du règne, n’était toujours pas remboursée, malgré le fait d’être gagée de plus en plus souvent sur les rentes royales. Cependant, les solutions proposées par la reine pour réparer ces dommages avaient eu du mal à produire les effets escomptés. L’impression qui se dégage de la lecture du testament est que la reine se contentait de transmettre à ses successeurs la responsabilité de les exécuter.

  • 27 Ibid.

16Ainsi, en ce qui concerne les offices nouvellement créés, Isabelle ordonne à deux reprises à Jeanne et au prince Philippe de veiller à leur gestion conformément aux dispositions des lois « por nos fechas en las Cortes de Toledo », et leur exige la chose suivante « [que] no puedan acreçentar ni acreçienten de nuevo los dichos ofiçios ni alguno dellos », ce qui était finalement l’étape préliminaire à leur aliénation. Quant aux alcabalas que les nobles percevaient par tolérance et permission, consciente des difficultés liées à leur versement à la couronne, elle essaie au moins de faire en sorte qu’elles ne restent pas aux mains des nobles, en révoquant (toujours sur le papier) ladite tolérance sans tenir compte du temps –« pasado e por venir »– pendant lequel ils en avaient joui –ou dont ils pourraient jouir plus tard–, laissant ainsi la porte ouverte à une hypothétique, mais improbable, récupération de ces rentes à l’avenir. Enfin, en ce qui concerne les juros, Isabelle se contente de rappeler que la plupart d’entre eux sont rachetables (al quitar) et d’ordonner à sa fille et son mari de ne pas les rendre perpétuels, et de, « teniendo lugar para ello », les retirer et les racheter. La reine ne semble pas non plus croire en cette dernière possibilité, puisqu’elle les avertit ensuite que, s’ils ne les remboursent pas, ils doivent les maintenir disponibles « para que los reyes que después della reynaren en estos dichos reynos los puedan quitar e desenpeñar27 ».

  • 28 Alberto MARCOS MARTIN, « De Monarquía compuesta y reinos descompuestos… », op. cit., p. 45-75.
  • 29 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 295. Le progr (...)
  • 30 Voir supra note 6. À propos du courant doctrinal qui, issu du Bas Moyen Âge, éclaire la formulation (...)

17Qu’y a-t-il donc dans le programme des Comunidades, en ce qui concerne les questions soulevées dans cette communication, qui ne soit pas déjà intégré dans les lois traditionnelles du royaume ? Fondamentalement, la volonté ferme et résolue de les appliquer, si nécessaire, contre la volonté du souverain qui, selon les comuneros, était lié à elles, comme il l’était aussi par ses propres promesses exprimées à maintes reprises28. En effet, ces lois avaient été faites et ordonnées « por razón natural », et elles constituaient l’expression la plus authentique de l’alliance contractuelle unissant le prince à ses sujets (le roi à son royaume), source des droits et obligations pour les deux parties. Précisément, parmi les obligations des sujets, l’une des principales obligations consistait à « guardar a su rey de sí mismo » et, ainsi, à veiller à ce que « no haga cosa que esté mal a su ánima ni a su honra, ni daño y mal estanza de sus reinos ». La Junta de Tordesillas le proclamait de cette façon, avec une portée générale, dans une lettre datée du 20 octobre 1520 par laquelle elle renvoyait le monarque aux chapitres du royaume. De surcroît, la Santa Junta rappelait également que les sujets et vassaux qui n’agiraient pas conformément à ce principe « darían a entender que no amaban como debían a su rey y señor natural » et tomberaient ainsi « en caso de traición », et, en tant que traîtres, devraient « ser punidos y castigados29 ». De cette façon, l’obligation légale devenait une exigence morale, et toutes deux, en se renforçant mutuellement, fondaient le droit de résister aux spoliations du patrimoine royal autant de fois qu’elles se produisaient30, car elles allaient à l’encontre de l’ordre constitutionnel du royaume, cet ordre que les membres de la Junta general, comme représentants de celui-ci, devaient, comme le monarque lui‑même, respecter et défendre.

  • 31 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 294. La même (...)
  • 32 Nous jouons ici avec les expressions « revolución restauradora » et « revolución innovadora » propo (...)

18L’argumentation des comuneros à ce sujet est tout à fait cohérente. Ils commencent par dénoncer les « grandísimos males, daños y exorbitancias » survenus dans ces royaumes depuis l’arrivée du jeune Charles ; ils en identifient ensuite les responsables –« los malos consejeros y otras diversas personas que no tenían amor a Vuestra Majestad y a su servicio »–, et finalement ils exposent les raisons qui les ont menés à se réunir et à comprendre comment y remédier puisque le roi n’a pas respecté les obligations dévolues à sa charge et n’a pas veillé au bien commun. Ils ne pouvaient s’excuser de faire ce qu’ils faisaient, avanceront-ils comme conclusion, car outre le fait d’avoir encouru de « grandes penas de traidores » s’ils ne l’avaient pas fait, les lois du royaume le prévoyaient de cette façon et les obligeaient à agir de la sorte31. En d’autres termes, ce qui est véritablement révolutionnaire dans le mouvement des Comunidades, si l’on s’en tient aux thèmes analysés ici, ce n’est pas tant d’établir un ordre politique nouveau que de restaurer l’ordre constitutionnel ancien et, surtout, d’obtenir, dans un contexte de renforcement progressif de l’autorité monarchique, que cet ordre ancien, le droit ancien en somme, entre en vigueur32.

19La défense comunera du patrimoine royal s’appuyait fortement sur des arguments de nature fiscale et financière. Les « daños y exorbitancias » subis par le royaume (auxquels les représentants de la Comunidad se réfèrent de manière générique sans en rendre compte particulièrement) avaient porté atteinte au bien commun et aux patrimoines des particuliers (c’est-à-dire au royaume) ; mais ils avaient affecté de manière très particulière le patrimoine royal (c’est-à-dire le roi),

  • 33 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 295.

dejando a Vuestra Majestad en tanta necesidad que para proveer en los gastos y costas de la casa real le […] fue forzado de tomar a cambio gran número de ducados y pagar por el cambio dellos crecidos y demasiados renuevos y logros, y por otra parte, pedir dineros emprestados a caballeros y grandes destos reinos. Y le pusieron en tanta necesidad que para mantenimiento de su casa real tuviese necesidad de vender muchos juros de sus rentas reales y pedir servicios e inmoderados [sic] a sus súbditos que no debían33.

20Restaurer le patrimoine royal, récupérer tout ce qui en avait été spolié, devenait donc pour les comuneros une tâche incontournable à laquelle il fallait s’atteler de toute urgence. Non seulement pour que le monarque puisse désormais éviter de recourir au crédit à court terme (qu’il payait à des prix excessifs, voire usuraires) ou à l’émission de dettes à long terme sous forme de juros (ce qui impliquait la mise en gage des rentes sur lesquelles se situaient les juros), mais aussi et surtout pour qu’il n’ait plus à demander des servicios (qui, au contraire, devraient disparaître) ou à être contraint de créer de nouveaux impôts (pour lesquels il devrait, en tout état de cause, obtenir la validation du royaume).

21Il semble évident que les comuneros croyaient en une relation vertueuse entre la pression fiscale et le patrimoine royal : si celui-ci maintenait son intégrité, la pression fiscale resterait faible. Par conséquent, et puisque cette relation s’était rompue à cause des spoliations répétées, ce qu’il fallait faire, selon eux, était son rétablissement au plus vite. Ce n’est que de cette façon que le roi pourrait vivre du patrimoine royal, sans avoir à le demander à ses vassaux.

22Cette intention et ces espoirs étaient repris par le cardinal régent dans sa correspondance avec l’Empereur. Ainsi, par exemple, dans sa lettre écrite le 16 janvier 1521, Adrien d’Utrecht informait Charles que l’intention des Comunidades à cet égard se résumait à obtenir

  • 34 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III, 1898, p. 34.

que finalmente todo lo que está enajenado de la corona real torne a ella para que con esto pudiessen quedar perpetuamente libres del seruicio y pagar poco de alcaualas, como en tiempo de la Reyna doña Ysabel de gloriosa memoria34.

23Il serait erroné de conclure de ces mots que le régent s’identifiait aux propositions des comuneros, même s’il était plus ou moins d’accord avec certains des postulats sur lesquels elles se basaient. En réalité, l’extrait dont elles font partie –assez long et écrit en caractères codés– était destiné à rappeler à son ancien disciple une affaire sur laquelle il avait déjà attiré son attention à Santiago de Compostela avant de s’embarquer à La Coruña pour recevoir la couronne impériale : il n’y avait dans ces royaumes que peu de gens disposés à le servir « con voluntad » et presque tous le faisaient « por sus intereses », soit pour ne pas perdre ce qu’ils possédaient (concédé ?, spolié ?, usurpé ?) de la couronne, soit pour obtenir certains revenus ou exemptions, une réalité qui, maintenant que les positions étaient définitivement arrêtées et que les intéressés connaissaient l’étendue des intentions des rebelles, s’était finalement précisée.

24La vérité est qu’il y avait nombre d’individus dans le royaume qui pensait la même chose que ce qu’Adrien d’Utrecht décrivait à son souverain. Il est donc compréhensible que les comuneros aient profité de ce courant d’opinion pour donner une plus grande légitimité à leurs actions et pour se présenter comme les véritables défenseurs de la couronne et du patrimoine royal face aux nobles, uniquement mus par leurs intérêts personnels. Ils étaient, en cherchant à remédier aux maux que ces royaumes avaient subis (et « otros mayores que se esperaban por el mal gobierno e consejo quel rey nuestro Señor a tenido »), les véritables serviteurs de la reine et du roi. En revanche, ceux qui avaient cherché et qui cherchaient le contraire, comme le montraient leurs actions, étaient « verdaderamente […] los destruidores e deservidores de la corona real ».

  • 35 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. II, 1898, p. 585.
  • 36 Les deux lettres dans Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III (...)

25La Junta de Tordesillas se présentait de cette façon aux Merindades de Castilla la Vieja dans le célèbre manifeste du 14 novembre déjà cité, dans lequel, en plus d’informer minutieusement les habitants du « santo propósito » dans lequel le royaume était engagé, elle les encourageait à se libérer de la tutelle du connétable et à adhérer à la Comunidad35. N’est-ce pas vrai que ce sont les villages qui enrichissaient le roi et que ce sont les nobles qui l’avaient appauvri ? demandait ainsi la Junta de la Comunidad de Valladolid dans la lettre du 30 janvier 1521 en réponse à la demande que deux des trois gouverneurs, le cardinal Adrien et l’amiral de Castille, avaient formulée quelques jours auparavant, l’invitant à renoncer à son attitude et à se soumettre au servicio et à l’autorité de Sa Majesté36. Il est évident que la question, posée de manière rhétorique par ladite Junta, ne s’adressait pas à la ville de Valladolid mais aux destinataires de la missive, et qu’elle était liée à d’autres questions de même nature :

[…] vasallos, alcabalas y otras Rentas Reales heran del Rey y los pueblos las pagan. ¿Quién las a quitado a sus magestades syno los grandes? Vean VS. SS. quán pocos pueblos quedan ya al Rey, que desde aquí a Santiago […] no tiene […] syno tres lugares. Los grandes poniéndole en necesidades y no le sirviendo syno por sus propios intereses le han quitado la mayor parte de sus Reynos, de do viene que sus magestades no tienen de lo temporal lo que se les debe, y son conpelidos a echar e ynponer nuevos tributos y exaciones en los Reynos los gobernadores para que sus magestades sean, según conviene, sustentados. Lo qual los pueblos e Reyno contradicen, no para quitar Rentas a sus majestades, mas para se las aumentar y las Reduzir al Señorío y mando que les conviene.

  • 37 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III, 1898, p. 16.

26Les comuneros de Valladolid n’attendaient pas des réponses conséquentes des gouverneurs aux questions qui leur avaient été posées, et encore moins que ces réponses aillent dans le sens qu’ils proposaient. Admettons cependant que quelque chose de ce que les gouverneurs pensaient en la matière (et qu’ils ne pouvaient exprimer d’une autre façon) transparaît dans leur correspondance avec le roi pendant le conflit. La correspondance d’Adrien d’Utrecht est particulièrement éloquente à ce propos. Ainsi, par exemple, le 4 janvier 1521 il suppliait l’Empereur de ne pas aliéner les biens du comte de Salvatierra (qui avait embrassé la cause comunera et accepté la charge de capitaine général de la Junta et comunidades de Álava) et de les intégrer au patrimoine royal si finalement il ordonnait leur saisie. Une telle décision serait d’ailleurs très bien accueillie par ses sujets « porque a todos les pesa –aseguraba– de star la corona real tan enaienada y les plazerá de su restauración37 ».

  • 38 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III, 1898, p. 429.

27Le plaidoyer du cardinal répondait aux nombreuses demandes qu’il recevait en tant que gouverneur régent de la part des nobles pour que le monarque leur accorde des grâces en échange de leurs services, en particulier des propriétés des rebelles ; et bien sûr, il ne faisait que corroborer les plaintes que les comuneros formulaient à propos du comportement prédateur et intéressé de ces derniers, à un moment où l’issue de la guerre était encore incertaine. Le 21 mars, un mois avant Villalar, Adrien rappelait de nouveau à Charles, dans une lettre largement codée, qu’il y avait de nombreuses choses aliénées appartenant à la couronne et qu’il serait tout à fait souhaitable d’œuvrer pour qu’elles lui reviennent ; et il l’avertissait en particulier qu’accroître le pouvoir et la juridiction des nobles, en leur accordant les grâces qu’ils réclamaient, équivalait à diminuer le sien. Ainsi, ce qu’il devait faire, surtout s’il souhaitait gagner (Adrien parlait de « comprar ») le soutien et l’appui du peuple, était de « aumentar lo de la Corona en todo lo que, justicia mediante, se pudiere38 », conseil qui comprenait même la proposition d’intenter des actions en justice pour récupérer les biens spoliés.

28Les mots de l’amiral Enríquez recueillis dans l’une de ces longues lettres adressées à l’Empereur une fois la tempête passée, s’intègrent dans ce même discours, en particulier les lettres dans lesquelles il affirmait ouvertement à l’Empereur que

esto se caussó porque no se guardaron nuestras leies dando los Beneficios a estrangeros i sacando la moneda i vendiendo oficios y Beneficios de que Dios i el pueblo recibió ofensa.

  • 39 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. V, 1899, p. 340.

29Et bien qu’il ait tenté par la suite de minimiser son accusation, en précisant que « la caussa no bastó para tanto mal », il ne pouvait qu’admettre que « bastó [la referida causa] para hacer a los leales ser desleales a V. M.39 ».

30Traîtres envers le roi et ses conseillers, certes, mais loyaux envers les lois du royaume qui, pour les comuneros, prévalaient en cas de conflit sur la volonté royale. Leur défaite finale permettrait cependant à la couronne de retrouver la prééminence qui lui avait été brièvement contestée. Et, avec elle, les fondements absolutistes de son action politique, dont, bien sûr, le pouvoir de disposer du patrimoine royal aussi souvent que les circonstances ou la nécessité l’exigent, sans considérer les lois en vigueur qui l’interdisaient et les promesses royales d’inaliénabilité qui les actualisaient sans cesse. Cela ne signifie pas, il faut le souligner, que les spoliations du patrimoine royal aient cessé d’être un sujet de préoccupation et de discussion constant pour les Cortes réunies pendant le reste du règne de Charles et de ses successeurs.

  • 40 Cortes de los antiguos reinos de León y de Castilla…, op. cit., vol. V, p. 363 et ss.
  • 41 « […] os tenemos en seruiçio lo que dezís, y os encargamos que entre vosotros platiquéis la manera (...)

31L’avertissement est bien entendu pertinent, et encore plus dans le cadre des Cortes réunies immédiatement après les événements de 1520-1521, celles de Valladolid de 1523, comme le montrent certains chapitres qui reprirent non seulement les demandes déjà exprimées par les comuneros (et par d’autres Cortes réunies auparavant) mais qui obtinrent également une réponse favorable du monarque40. Cela arriva, par exemple, lors de la demande générale que les procuradores adressèrent à Charles à cette occasion pour que ni lui, ni ses successeurs « puedan henajenar cosa de la corona ni patrimonio rreal […] conforme a las leyes del rreyno que sobre esto hablan », demande qui contenait même un appel –le dernier de ce genre– à résister aux spoliations dans le cas où elles se produiraient, et auquel le roi répondit en ordonnant « que se guarden las leyes del rreyno […], especial la ley del hordenamiento del señor rrey don Juan hecha en Valladolid » en 1442 (chapitre 27). L’Empereur répondit de la même manière à la proposition particulière de limiter les charges cumulées car, même lorsque les lois et pragmatiques qui les encadraient existaient, comme le rappelèrent d’ailleurs les procuradores, une telle chose ne se faisait pas, « antes se han acreçentado otros » (chapitre 60). Quant aux lettres et privilèges d’hidalguías et aux exemptions fiscales, « e otras [que] se an dado syn justa cabsa e syn aver preçedido méritos ni servicios », dont la révocation lui fut soumise également lors de ces Cortes pour avoir été « en daño de los pueblos y pecheros », Charles, outre le fait de vérifier que les hidalguías octroyées sans une cause juste avaient été révoquées, s’engagea à ne pas en donner davantage à l’avenir, « saluo conforme a las leyes destos rreynos » (chapitre 20). Enfin, concernant la demande de ne pas vendre ou donner en échange d’argent ou pour n’importe quel prix les offices de la maison du roi et du Conseil, alcaldes et officiers de la cour, corregimientos et asistencias, alguacilazgos, veinticuatrías ainsi que n’importe quelles charges des villes, bourgs et territoires, demande qui, comme les autres, reprenait presque mot pour mot un chapitre concret du programme comunero, le roi répondit « que no se puedan vender ni comprar ofiçios de juresdiçión en nuestra casa e corte ni fuera de ella, so las penas contenidas en las leyes e premáticas destos nuestros rreynos » (chapitre 22). Des références continuelles des deux parties, en somme, aux lois traditionnelles du royaume comme si le seul fait de les invoquer et/ou d’y faire référence était une condition ou une garantie suffisante de leur application. L’Empereur se montrerait beaucoup plus prudent et surtout plus imprécis lorsqu’il s’est agi de répondre à la demande, qui lui a été adressée également lors de ces Cortes de 1523, d’ordonner d’étudier « cómo se puedan rredimir los juros que se an vendido al quitar, e que no se vendan más », car, en le faisant, les procuradores qui y assistaient affirmaient à juste titre « indirectamente se henagena el patrimonio rreal » (chapitre 28). De fait, lors de sa réponse, Charles n’irait pas au-delà d’un remerciement pour l’intérêt que les représentants du royaume avaient manifesté pour le problème de la dette et il leur délèguerait la responsabilité de sa résolution41, non sans les avertir de l’état dans lequel se trouvaient les rentes royales afin qu’ils l’aient à l’esprit « seyendo nuestras nescesydades tan grandes como sabéys que son ».

  • 42 Il y a peu de doutes quant au rôle que la nouvelle dynastie réservait au royaume de Castille. En fi (...)

32Les besoins mentionnés ci-dessus provenaient de la précision de devoir faire face aux dépenses d’une politique dynastique à l’égard de laquelle les Castillans se montraient méfiants depuis l’élection de 1519, voire avant, pressentant que les royaumes de Castille devraient contribuer à la plus grande part de cette facture et que leurs intérêts seraient encore et toujours subordonnés à ceux de l’empire42. En réalité, ils n’étaient pas loin de la vérité, comme le montrera l’évolution historique postérieure au mouvement des Comunidades. Ainsi, les besoins royaux conduisirent non seulement à l’ajournement indéfini de toutes les demandes de remboursement de la dette consolidée présentées à Charles, à commencer par celle des Cortes de 1523, mais aussi ils contraignirent à fournir de nouvelles émissions de titres, de plus en plus importantes, tout au long du règne, comme le montre l’évolution des chiffres du situado, c’est-à-dire la somme des intérêts à payer pour ce type de dette.

  • 43 Les chiffres annuels sont plus détaillés dans Felipe RUIZ MARTÍN, « Crédito y banca, comercio y tra (...)
  • 44 Outre les œuvres citées dans la note antérieure, voir également Modesto ULLOA, La Hacienda Real de (...)

33Ces intérêts, qui entre 1504 et 1516 sont passés de 112.362.468 à 131.103.000 maravédis, n’ont cessé ensuite d’augmenter, année après année, et à un rythme chaque fois plus rapide : 137.926.00 maravédis en 1522, 232.856.00 en 1529, 266.700.000 en 1540, 329.329.000 en 1554, pour souligner seulement quelques étapes importantes dans ce parcours, ce qui représente une augmentation, entre la première et la dernière année, de 139%43. Cependant, ces chiffres n’ont rien à voir avec les très fortes augmentations qui auront lieu pendant la seconde moitié du XVIe siècle, dues en grande partie (mais pas seulement) aux opérations de conversion de la dette flottante (celle des asientos ou prêts à court terme) en dette consolidée (celle des juros), à la suite des suspensions de crédits décrétées pendant le règne de Philippe II : en 1598, en effet, le situado de los juros atteignait les 1.737.860.239 maravédis, c’est-à-dire qu’il se situait 428% au-dessus du niveau de 1554, et, pire encore, il gageait pratiquement la totalité des rentes ordinaires de la couronne de Castille malgré le fait que le rendement de celles-ci avaient aussi augmenté de manière significative pendant la même période et que le taux d’intérêt moyen sur les juros en circulation avait également baissé entre-temps44.

34Mais si les besoins royaux, aussi urgents et fondés que les dépenses étaient importantes et excessives, ne permirent pas de mettre fin au problème de la dette (qui, au contraire, ne fit que s’aggraver au cours du siècle en même temps qu’ils augmentaient), ils obligèrent aussi à recourir à des solutions diverses pour obtenir de plus en plus de revenus extraordinaires. Et, bien entendu, ils transformèrent les promesses de l’Empereur de respecter et de faire appliquer les lois du royaume interdisant l’aliénation du patrimoine royal en lettre morte, comme ce sera le cas pour celles exprimées en réponse aux demandes des Cortes et particulièrement à celles de Valladolid de 1523 auxquelles nous venons de faire référence. Car, rappelons-le, les réponses favorables données par le souverain aux propositions du royaume sont une chose, et l’application réelle et effective de celles-ci en est une autre, même l’application de celles qui, devenues des lois, ont été incorporées à la Nueva Recopilación du royaume.

  • 45 Surtout Charles D. HENDRICKS, Charles V and the Cortes of Castile: Politics in Renaissance Spain, t (...)

35Certains auteurs ont parlé de « succès politiques » après la défaite de Villalar, d’une sorte de victoire posthume des comuneros, en considérant que les Cortes réunies après les Comunidades obtinrent, en effet, l’approbation de la part du monarque de demandes que les rebelles avaient formulées dans leur programme45. Cependant, ces auteurs n’ont pas pris le temps de vérifier le degré d’application des résolutions royales à travers lesquelles ces demandes ont été validées, ce qui est précisément l’exercice qui leur aurait permis de présenter cette idée de manière totalement justifiée. Pour notre part, et en ce qui concerne les aspects développés ici, nous n’avons aucun doute : les demandes des Cortes visant à solliciter l’interdiction d’aliénation du patrimoine royal, qui dans de nombreux cas ne faisaient que rappeler ce que les anciennes lois proclamaient à propos de son inaliénabilité et son imprescriptibilité, même lorsqu’elles étaient sanctionnées par le monarque et qu’elles donnaient lieu à de nouvelles lois, ne parvinrent pas à empêcher de telles aliénations lorsque le besoin ou les convenances royales le déterminaient, ni au XVIe siècle, ni au XVIIe siècle.

36En outre, les aliénations du domaine royal qui ont eu lieu au cours de ces siècles l’ont été principalement à titre onéreux et sur ce qui appartenait au roi. En d’autres termes, si la plupart des aliénations réalisées avant le mouvement des Comunidades l’ont été essentiellement pour récompenser des fidélités et des services rendus à la couronne, celles qui seront réalisées à l’avenir, soit par l’Empereur, soit par ses successeurs, auront comme objectif principal –mais non unique– l’obtention immédiate de revenus pour le Trésor royal compte-tenu de la difficulté de les trouver par d’autres moyens. Plus important encore, elles porteront sur des biens, des rentes et des titres que les monarques ont proclamés auparavant comme leur propriété, leur entière propriété, et dont, précisément pour cette raison, ils pouvaient disposer à leur guise. C’est leur prérogative fiscale exclusive, non soumise à quelque type de limitation constitutionnelle qu’il soit, qui permettra aux rois d’utiliser leur Trésor et d’en tirer profit, même si, pour rendre les ventes plus acceptables aux yeux de l’opinion publique, ils continuent d’invoquer des arguments tels que la nécessité, l’utilité et le bien commun du royaume ou la défense de la chrétienté en tout lieu. De fait, les aliénations constituent en soi autant de manifestations de l’absolutisme et les titres d’aliénation eux‑mêmes, où apparaissent invariablement les formules motu propio, cierta ciencia et poderío real absoluto et où sont annulés (ou non pris en compte) les lois et privilèges qui les interdisaient (« no embargante », « no obstante »), le mentionneront de cette façon, pour évincer toute protestation. Tout le contraire de ce que les comuneros avaient voulu éviter en incluant, parmi les propositions de réforme qu’ils avaient élaborées, une proposition qui empêcherait le monarque d’utiliser à sa guise un patrimoine qu’ils considéraient comme public et non comme la propriété privée des rois.

  • 46 Un memorial non daté mais de l’année 1522 reflète parfaitement cette situation. Son contenu est rep (...)
  • 47 Dans certains de ces memoriales, on parlait en effet de l’argent nécessaire pour le maintien de l’a (...)
  • 48 AGS, CJH, leg. 9-122.
  • 49 AGS, CJH, leg. 9-124.

37A partir de Villalar, une course aux ventes, qui ne cessera plus à l’avenir, commencera, avec des rythmes différents selon les circonstances. Les premiers pas furent lents à cause des avertissements que certains conseillers du roi continuaient à maintenir à l’égard des aliénations, non pas parce qu’ils supposaient, avec toutes leurs conséquences et implications, l’existence de normes juridiques ou constitutionnelles qui limiteraient la capacité du roi à aliéner, ce qui était le cas comme nous l’avons souligné, mais plutôt pour de strictes raisons de commodité et d’opportunité politique, dont il fallait sans doute tenir compte dans les moments critiques postérieurs au soulèvement46. En 1523, l’année même où furent convoquées les premières Cortes après la défaite des Comunidades, d’où émaneront comme nous l’avons déjà indiqué de nouvelles demandes de non-aliénation, plusieurs memoriales furent reçus dans lesquels certains ministres et certains nobles faisaient différentes propositions de « formas de donde se podría arbitrar dinero para las necesidades del reino47 ». La vente de terres, de propriétés « y otras cosas que no sean de calidad », affaire dont on peut tirer une bonne somme d’argent « y a tiempo convenible a la pronta necesidad », figurait en tête de liste de celles présentées dans l’un de ces memoriales48. Cependant, la plupart d’entre eux analysaient les offices municipaux plus particulièrement et préconisaient leur vente de différentes manières. Concrètement, le plus long de tous calculait, à partir de certains regimientos créés, que Sa Majesté pourrait en retirer plus de 100.000 ducats, « y aunque algund ynconbiniente parezca que ay », assuraient ses auteurs, « es tan pequeño que no se debería myrar49 ». En d’autres termes, bien que les données disponibles indiquent que le nombre de ventes dans cette première phase du processus a été faible, il est clair que la liste des biens et titres à aliéner avait déjà été établie, de même que les arguments qui seraient employés à l’avenir pour justifier et légitimer les opérations de vente. En outre, la décision avait déjà été prise de ne considérer aucune opinion contraire à ces projets.

  • 50 Le monarque chargeait l’évêque de Zamora, membre du Conseil royal, le doctor Hernando de Guevara et (...)
  • 51 AGS, PTR, leg. 26-12, 39 y 51.
  • 52 De plus, Charles ajoutait, pour mieux comprendre cette affaire, qu’il faudrait reprendre tous les m (...)
  • 53 La citation provient d’une lettre de Charles envoyée à Isabelle, le 8 septembre 1536. CDCV, vol. I, (...)

38La disposition royale faite à Tolède le 4 février 1529, par laquelle Charles, avec l’accord des membres du Conseil royal et d’autres personnes qu’il avait chargées d’étudier la question, ordonnait la vente (et l’accroissement) des juros et des rentes royales (celles-ci vendues de préférence aux concejos eux-mêmes), ainsi que le pouvoir de transmettre des offices patrimonialisés par voie testamentaire (ce qui équivalait pratiquement à leur patrimonialisation complète) et toutes les autres choses qu’on pouvait « contratar » jusqu’à 300.000 ducats50, est également éclairante à cet égard. Un mois plus tard, le 5 mars, l’Empereur, à la veille de son départ pour l’Italie afin de recevoir la couronne impériale des mains du Pape Clément VII, donnait procuration à l’Impératrice Isabelle pour que, en cas d’emprisonnement et pour payer la rançon pour le libérer, elle puisse vendre « todos e qualesquier vasallos, villas e logares e fortalezas, con las rentas e jusridiciones, pechos e derechos e otras cosas a ellas pertenescientes que sean de nuestra Corona real y patrimonio », procuration qui, à l’occasion de ses absences répétées, sera réitérée en 1535 et 153851. À son tour, le 6 avril 1532, face aux nécessités pressantes de liquidités, Charles demandait depuis Ratisbonne à Isabelle que, avec l’accord et l’avis du Conseil d’État, elle nomme des personnes « que sean de secreto y confiança » afin de comprendre et discuter « en todas las formas y maneras que vieren y les parecieren que podrán haber dineros, así en lo espiritual (se planteaba ya la posibilidad de vender vasallos y lugares de iglesias y monasterios) como en lo temporal ». Cela devrait également se faire, insistait l’Empereur, « por vía de Cortes o en otra cualquier manera », c’est-à-dire avec ou sans l’approbation du Conseil d’État, « pues para esta causa todos deben ayudar y ninguno con razón se puede ni debe excusar52 ». Cependant, l’aliénation pécuniaire du patrimoine royal, du moins à grande échelle, ne commencera qu’en 1536, après de nouvelles instructions de Charles à Isabelle pour « hauer dineros de todas maneras que ser pueda », car « no hay otra forma –aseguraba el Emperador– de proueer lo de allá y lo de acá53 ».

  • 54 Alberto MARCOS MARTÍN, « Retórica, política y economía… », op. cit., p. 241-248.

39La chronologie que l’on peut établir, une fois les précédents, les tentatives ou les simples prévisions écartés, est incontestable. Les premières ventes de rentes royales (d’alcabalas et tercias) eurent certainement lieu en 1536. Cette même année, Charles Quint obtint de Paul III une bulle confirmant celle octroyée par Clément VII en 1529 qui l’autorisait à démembrer, à séparer et à vendre des villes et terres appartenant aux Ordres militaires (aussi bien des encomiendas que des maestrazgos) jusqu’à une quantité précise, chose qu’il commencera à faire dès l’années suivante, après l’approbation formelle de ces deux bulles par l’Empereur. En 1536, les ventes des villazgos débutèrent également, c’est‑à‑dire les séparations des hameaux et des terres des villes à la tête d’une juridiction après le paiement des sommes exigées, épisodes au sujet desquels les Cortes de Valladolid de 1537 se montrèrent particulièrement préoccupées. À ces ventes s’ajoutèrent bientôt celles des terrains sous juridiction des monastères et des églises, des terres et des villes du domaine royal, ainsi que des offices municipaux, des terres collectives du domaine royal, des titres de noblesses, etc., en nombre important et croissant54. Pendant ce temps, on continuait à émettre de nouveaux juros, c’est-à-dire à vendre des titres émis sur la dette qui, par leur nature même, gageaient les revenus de la couronne et, par conséquent, les aliénaient. Tout cela, nous insisterons là-dessus, en violation des lois du royaume qui interdisaient au monarque la vente des biens du patrimoine royal que l’Empereur promettait à plusieurs occasions de conserver et respecter, tout comme les privilèges des villes et bourgs qui étaient du même ordre, et comme le feront également, l’un après l’autre, ses successeurs, sans que ces déclarations, en particulier le serment prêté devant les Cortes au début de chaque règne, qui finit par devenir une simple formalité, ne mirent un terme aux aliénations, frustrant définitivement ce qui avait été l’une des aspirations politiques les plus fortes et solides du mouvement des Comunidades.

  • 55 José Javier RUIZ IBÁÑEZ et Gaetano SABATINI, « Monarchy as Conquest: Violence, Social Opportunity a (...)

40Ce que les comuneros n’avaient probablement jamais imaginé, c’est que les aliénations du patrimoine royal contribueraient à consolider l’État monarchique qui était en train de se construire d’une manière qu’ils avaient en réalité causée, car ils renforcèrent l’alliance entre la couronne et la haute noblesse, cette alliance qui avait favorisé la défaite des rebelles et à partir de laquelle les deux parties qui la formaient sortirent renforcées. En outre, la monarchie naissante (une monarchie qui avait réussi à s’imposer dans nombre de ses territoires constitutifs, comme c’est dorénavant le cas en Castille, par l’usage de la force et de la victoire militaire55) utilisa les ventes des rentes royales, des juridictions, des terres communales, des offices, etc., pour élargir la base sociale de sa domination et impulser la mobilité sociale de certains individus et secteurs concrets de la population. Ce n’est pas un hasard si les acquéreurs de ce qui était vendu (presque tout contre de l’argent) étaient étroitement liés à une autorité suprême, celle du monarque souverain, qui non seulement apparaissait comme le protecteur de leurs promotions et enrichissements patrimoniaux, mais qui s’appuyait également sur eux pour asseoir au niveau local son pouvoir sur ses sujets.

  • 56 Voir, surtout, Juan Ignacio GUTIÉRREZ NIETO, Las Comunidades como movimiento antiseñorial. La forma (...)
  • 57 Stephen HALICZER, Los comuneros de Castilla…, op. cit., p. 18.

41Tous les auteurs qui ont étudié les Comunidades de Castille s’accordent à dire que la spirale de violence et le débordement du mouvement au-delà des villes, en particulier à la suite des révoltes antiseigneuriales qui eurent lieu en septembre et octobre 152056, ont extrait l’aristocratie castillane de son indéfinition initiale et l’ont menée à s’aligner résolument sur le camp royaliste. Cette prise de position n’est pas surprenante car les membres qui composaient ce groupe savaient parfaitement que leur prééminence sociale et économique dépendait de la monarchie, et plus précisément de la légitimation par la couronne des grâces et donations que les rois précédents avaient faites à leurs familles (et aussi, dans certains cas, les usurpations commises), surtout face à un mouvement qui niait la capacité du roi à établir seul de nouvelles dominations territoriales et qui préconisait au contraire la révision des grâces accordées jusqu’alors. Pour l’aristocratie, comme l’a souligné Stephen Haliczer, défendre la monarchie équivalait à leur propre défense57.

42La correspondance d’Adrien d’Utrecht avec l’Empereur contient de nombreuses références au désengagement ou à la méfiance avec lesquels les nobles en général se sont comportés pendant les premiers instants de la révolte (et même aux contacts maintenus par certains d’entre eux avec les rebelles) ; et elle prouve en effet que le soutien qu’ils finirent par apporter au monarque n’a commencé à se concrétiser que lorsqu’ils se sont aperçus que les comuneros s’attaquaient également à leurs possessions.

  • 58 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III, 1898, p. 220.

Agora, comunicaba el cardenal a su pupilo en carta de 21 de febrero de 1521, cada uno de los grandes quiere guardar lo suyo y derraman la gente para en guarda de sus tierras, y assí hay pocos que sinceramente tengan fin y zelo entero al seruicio de V. Mat. y bien público del Reyno, de manera que creo que si no temiesen perder sus stados que pocos se declararían en seruicio de V. Mat 58

  • 59 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. IV, 1898, p. 26.
  • 60 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. IV, 1898, p. 379.

43Dans une autre lettre datée du 23 mai, un mois seulement après la défaite de Villalar, alors que le mouvement avait déjà été vaincu et que Tolède restait le seul bastion comunero, Adrien continuait à demander à Charles de garder à l’esprit que « los grandes han seruido a V. Mat. en esta jornada no solamente por vuestro seruicio mas ahún por temor que ternían a las comunidades, ca tenían propósito de tomarles sus tierras y reducirlas a la Corona » ; et il l’avertissait, car il n’excluait pas une possible rechute de la situation, que « el pueblo está en común opinión que, si no [hubiese sido] por los grandes y otros caualleros, jamás Va. Mat. se houiera encaualgado en el reyno59 ». Quoi qu’il en soit, les doutes sur la loyauté sincère (et surtout désintéressée) des nobles ne semblaient pas quitter l’esprit du cardinal, et dans une nouvelle lettre à l’Empereur, datée du 14 août 1521, il lui rappelait que « según piensan muchos (¡y él el primero aunque no lo dijese!), si no trauajaran las comunidades de hazerles daño [a los grandes], mayormente en quererles quitar las alcabalas [que tenían usurpadas], no se les opusieran ellos con tanta voluntad60 ».

  • 61 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III, 1898, p. 243-257. À (...)
  • 62 Danvila publie de nombreux documents qui abordent les services rendus par les nobles à la couronne, (...)

44Qu’ils soient intéressés ou non, les services rendus par les nobles « paga requieren », et le roi devait s’engager à les payer « i no decir yo os lo agradeceré, que sobre esta prenda no suele poner la gente mui gran caudal ». C’est sur ce ton, aussi sentencieux que franc, que l’amiral de Castille s’exprimait dans la carta de creencia qu’il donna à Diego Hurtado à propos des choses à rapporter à l’Empereur, datée de janvier 1521, et dans laquelle, après l’avoir longuement informé de « todas las cossas que por acá an pasado i pasan y aun de las que están por venir », il demandait pour le comte de Benavente une compensation pour les dommages causés par les attaques des comuneros contre ses bourgs de Cigales et Torremormojón61. Précisément, la référence au comte, avec sa demande de réparation pour les dommages subis, permettait à l’amiral d’attirer l’attention de l’Empereur sur l’un des principes fondamentaux qui régissaient –et qui servaient de base aux– relations entre la noblesse et la couronne, principe qui prenait forme et qui prenait tout son sens dans l’obligation du souverain de récompenser tous ceux qui l’avaient servi. Et ce, sur la base d’une considération profondément utilitaire du service au roi, dans la mesure où celui-ci ne serait plus perçu comme une manifestation gratuite de fidélité à la couronne, mais comme un investissement qui devait fournir une certaine rentabilité. De plus, cette rentabilité, que le souverain était tenu de fournir, devait se matérialiser, non pas par de simples remerciements mais, comme l’amiral Enríquez le demandait pour lui-même et ses coreligionnaires, par des grâces et des bénéfices tangibles62, par exemple en leur ouvrant l’accès à la cour ou en améliorant leur position au sein de celle-ci, ou encore en leur fournissant les moyens pour obtenir des rentes et, par conséquent, en leur permettant d’augmenter leur participation dans la répartition du « produit social », ce qui passait souvent (et c’était déjà un paiement suffisant) par la reconnaissance de la propriété de ces biens et rentes du patrimoine royal qui avaient été usurpés auparavant (par eux ou leurs ancêtres) et que les comuneros avaient cherché –et cela fut l’une de leurs propositions les plus radicales– à restituer à la couronne.

  • 63 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. IV, 1898, p. 385-388.

45Il était certainement dans l’intérêt du roi de « tener tantos coraçones contentos como esforçados », et pour cela il devait se montrer généreux envers ceux qui l’avaient été avec lui, en leur octroyant des grâces pour les services reçus. Tel est le conseil que l’amiral de Castille donnait de nouveau à l’Empereur dans une autre carta de creencia confiée en cette occasion à Angelo de Bursa, datée du 27 août 152163. En effet, si le roi faisait preuve d’un « mal agradecimiento », l’amiral insistait sur ce point, il ne trouverait rien d’autre que la « sequedad en los coraçones » et personne pour le servir fidèlement. En d’autres termes, il risquerait de perdre ses états, un avertissement qui, dans le contexte de ces mois‑là, encore trouble, semblait être davantage qu’une simple mise en garde. Mais de la même manière, tous ceux qui recevaient des grâces du roi, à commencer bien sûr par la première d’entre elles, l’approbation et la reconnaissance de leur prééminence sociale, lui étaient soumis, étaient liés à lui de manière intéressée et s’engageaient (eux et leurs descendants) à continuer à lui rendre de nouveaux services à l’avenir. Ils devenaient en somme ses « criados », expression qui avait alors un sens beaucoup plus profond que celui, limité, que nous avons l’habitude de lui donner de nos jours.

46Ce jeu d’obligations et d’avantages réciproques, réactualisé en permanence et générant des consensus politiques durables, consolidera pour l’avenir l’alliance de la noblesse et la monarchie, rendant le renforcement de l’autorité monarchique (qui avait été menacée par les comuneros) compatible avec la prédominance de l’ordre social aristocratique (également remis en question par les rebelles) comme s’il s’agissait de quelque chose de tout à fait naturel. L’amiral Enríquez le soulignait dans l’une des ses lettres à Charles après la bataille de Villalar en des termes qui rendent inutiles tout autre commentaire :

  • 64 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. V, 1899, p. 231.

Una cossa traigo a la memoria de V. M., qual es que en el Tiempo de nuestros pasados avía las mismas leies que agora, i ellos sirvieron a vuestros antecessores i de aquellos servicios procedieron nuestros Maiorazgos […] Pues crea V. A. que aunque sus servicios fuesen grandes no se igualaron con los nuestros […] Ellos crecieron sus Reinos con nuestros servicios i nosotros, con las mercedes, nuestras cassas. Imposible sería que fuesse lo uno sin lo otro i quien no lo aconsexa no es xpiano64.

  • 65 Au point que, dans certains cas, ils vendront même la promesse de ne pas vendre, c’est-à-dire le dr (...)
  • 66 Cela arrivera, par exemple, au moment de la signature du tribut des millones au XVIIe siècle. À pro (...)

47Les aliénations des biens et rentes du patrimoine royal qui sont menées massivement à partir de la fin des années 1530 et au début des années 1540, rempliront une fonction semblable et étendront à d’autres secteurs sociaux l’alliance mentionnée auparavant, malgré les conséquences négatives et les dommages que ces opérations d’aliénation ont causé à différents niveaux, thème que nous ne pouvons pas approfondir ici. Il semble toutefois pertinent de mettre en évidence certaines des actions qui marquent et définissent la façon de faire de la couronne dans ce domaine. Tout d’abord, les monarques (Charles Quint et ses successeurs) indiqueront clairement que ce qu’ils vendent leur appartient, d’une propriété exclusive65, qu’il s’agisse des rentes royales ou des offices municipaux, des juridictions, des terrains communaux des villages, des lettres de noblesse, etc., l’inverse de ce qu’avaient défendu les comuneros. En réalité, il n’y aura plus à l’avenir de contestation forte sur ce point ni d’obstacles sérieux pour empêcher les ventes, même si les plaintes persistent et que des voix continuent à se faire entendre (plus fortes à certains moments) pour proclamer ce que les comuneros avaient revendiqué66. Et ils diront, en second lieu, tout en cherchant une justification qui donnerait une plus grande légitimité à leurs actions, qu’ils ne vendent pas par caprice, mais contraints par le besoin, parce que les urgences les oppressaient, et car au moment de prendre la décision de vendre les critères du bien commun, de l’utilitas regni ou encore la défense de la chrétienté prévalent chez eux, au-delà de toute autre considération.

48La logique services/grâces préside en permanence à l’aliénation pécuniaire du patrimoine royal. Plutôt que de vendre, les rois accordent des grâces et ils s’efforceront d’ailleurs de faire en sorte que les ventes soient perçues (et comprises) de cette manière, ce qui contribuait à les rendre politiquement plus acceptables. C’est pourquoi, dans les titres d’aliénation, le bien objet du trafic, la chose vendue, est présentée comme une grâce que les monarques accordent à tel ou tel particulier (ou à telle ou telle communauté) en échange ou en paiement de certains services : ceux que le bénéficiaire de la grâce et ses ascendants leur ont rendu par le passé, mais aussi, puisque tout est comptabilisé, ceux qu’ils espèrent que lui et ses descendants continueront à leur rendre à l’avenir. Il est vrai que le paiement en argent ou en titres financiers n’est pas dissimulé dans ces actes, mais il est mentionné comme s’il ne couvrait qu’une partie du prix de la chose et non sa totalité, contrairement à ce qui serait normal dans n’importe quelle autre transaction de vente et d’achat. Quoi qu’il en soit, ce paiement est également conçu comme un service rendu au roi, mais adopté sous la forme d’un service pécuniaire.

  • 67 Ou dans certains cas pour confirmer des juridictions, des terres et des rentes royales injustement (...)
  • 68 L’amiral Enríquez l’affirmait clairement lorsque, dans sa lettre du 5 août 1521, il demandait l’aut (...)

49Enfin, il faut insister sur la relation particulière qui s’établissait, à la suite de ces aliénations, entre la couronne qui vendait et les particuliers et/ou communautés qui achetaient. De fait, les aliénations pécuniaires du patrimoine royal fonctionnèrent comme un puissant mécanisme d’intégration au projet politique de la monarchie de tous les individus (et de leurs familles) qui en bénéficiaient, à savoir les membres des différentes strates de la noblesse qui virent dans les ventes l’opportunité de consolider et, même, d’étendre leurs possessions67, des ministres et des fonctionnaires royaux bien placés dans l’appareil d’état monarchique (comme leurs parents, clients et amis), des marchands et des hommes de négoces, des bourgeois désireux d’ascension sociale, des notables locaux des campagnes ou des villes, entres autres. En d’autres termes, des personnes qui, grâce aux achats effectués, établiront un lien étroit avec le souverain, qui uniront leurs intérêts à ceux de la monarchie et qui exigeront de la personne qui l’incarnait la reconnaissance permanente de la position sociale qu’ils avaient réussi à atteindre, en grande partie grâce à ces achats. Tout cela en échange, naturellement, de nouveaux services plus importants que les monarques successifs ne manqueront pas de réclamer68. De tels services pouvaient se concrétiser de différentes manières, mais ils se révèleront très précieux au moment de la négociation fiscale et de la concession de nouveaux servicios. Par le biais des ventes de biens et titres émis sur le patrimoine royal, la couronne n’obtint pas seulement des revenus extraordinaires qui l’aidèrent à faire face aux énormes dépenses et participèrent, par conséquent, au maintien de la continuité de l’appareil de pouvoir étatique dont elle était le sommet. Grâce aux ventes, les monarques s’assuraient également le soutien des acheteurs, dont beaucoup étaient des membres des oligarchies urbaines reconstituées jouissant d’une grande influence dans les localités qu’ils gouvernaient, soutien qui était en réalité peut-être le plus important de tous, car la couronne ne pouvant agir seule et avec ses propres forces, elle utilisa la collaboration avec les oligarchies locales pour asseoir son pouvoir sur le territoire, sans avoir à dépendre exclusivement, en raison des dangers que cela représentait, de l’option offerte par les nobles dans ce même domaine.

Haut de page

Bibliographie

Alonso García, David, El erario del reino. Fiscalidad en Castilla a principios de la Edad Moderna, 1504-1525, Valladolid : Junta de Castilla y León, 2007.

Álvarez Nogal, Carlos ; Chamley, Christophe,  « La crisis financiera de Castilla en 1575‑1577 : fiscalidad y estrategia », Revista de la Historia de la Economía y de la Empresa, VII, 2013, p. 187-211.

Carande, Ramón, Carlos V y sus banqueros, vol. I., La vida económica en Castilla (1516‑1556), 2ª ed. corregida y aumentada, Madrid : Sociedad de Estudios y Publicaciones, 1965.

Carlos Morales, Carlos Javier de, Felipe II : el Imperio en bancarrota. La Hacienda Real de Castilla y los negocios financieros del Rey Prudente, Madrid : Editorial Dilema, 2008.

Carlos Morales, Carlos Javier de, « Las Comunidades de Castilla, un conflicto en el proceso de configuración de la Corte », in : Carlos Javier DE CARLOS MORALES et Natalia GONZÁLEZ HERAS (dir.), Las Comunidades de Castilla: Corte, poder y conflicto (1516-1525), Madrid : Universidad Autónoma de Madrid y Ediciones Polifemo, 2020, p. 415-441.

Carretero Zamora, Juan Manuel, « Las Cortes en el programa comunero : ¿Reforma institucional o propuesta revolucionaria? », in : Fernando MARTÍNEZ GIL (ed.), En torno a las comunidades de Castilla: poder, conflicto y revuelta en la España de Carlos I, Cuenca : Universidad de Castilla la Mancha, 2002, p. 233-278.

Carretero Zamora, Juan Manuel, Gobernar es gastar. Carlos V, el servicio de las Cortes de Castilla y la deuda de la Monarquía Hispánica, 1516-1556, Madrid : Sílex, 2016.

Carretero Zamora, Juan Manuel, « Los comuneros ante la Hacienda y la deuda del Emperador Carlos V : los fundamentos estructurales de la protesta (1516-1520) », Estudis, 44, 2018, p. 9-36.

Corpus documental de Carlos V (CDCV), vol. I (1516-1539), ed. Manuel Fernández Álvarez, Salamanca : Ediciones Universidad de Salamanca, 1973.

Cortes de los antiguos reinos de León y de Castilla, publicados por la Real Academia de la Historia, vols. IV y V, Madrid : Imp. Sucesores de Rivadeneyra, 1882 et 1903.

Danvila y Collado, Manuel, El poder civil en España, 6 vols., Madrid : Real Academia de Ciencias Morales y Políticas, 1885-1886.

Danvila y Collado, Manuel, Historia crítica y documentada de las Comunidades de Castilla, en Memorial Histórico Español, t. XXXV-XL, 6 vols., Madrid : Tipografía de la Viuda e Hijos de M. Tello, 1897-1900.

Fernández Martín, Luis, El movimiento comunero en los pueblos de Tierra de Campos, León : Centro de Estudios e Investigación « San Isidoro » / Caja de Ahorros y Monte de Piedad / Archivo Histórico Diocesano, 1979.

Fortea Pérez, José Ignacio, « Las Cortes de Castilla en la encrucijada del Imperio (1518‑1536) », in José Ignacio FORTEA, Las Cortes de Castilla y León bajo los Austrias. Una interpretación, Valladolid : Junta de Castilla y León, [2001] 2008, p. 51-83.

Guilarte, Alfonso Mª., El régimen señorial en el siglo XVI, 2ª ed., Valladolid : Universidad de Valladolid, Secretariado de Publicaciones, 1987.

Gutiérrez Nieto, Juan Ignacio, Las Comunidades como movimiento antiseñorial. La formación del bando realista en la guerra civil castellana de 1520-1521, Barcelona : Planeta, 1973.

Haliczer, Stephen, Los Comuneros de Castilla. La forja de una revolución (1475-1521), Valladolid : Universidad de Valladolid, Secretariado de Publicaciones, 1987.

Hendricks, Charles D., Charles V and the Cortes of Castile: Politics in Renaissance Spain, tesis doctoral, Cornell University, 1976.

Jerez Calderón, José Joaquín, Pensamiento político y reforma institucional durante la guerra de las Comunidades de Castilla (1520-1521), Madrid : Fundación Francisco Elías de Tejada, Marcial Pons, 2007.

Majo Tomé, Beatriz, Valladolid comunera. Sociedad y conflictos en Valladolid en el tránsito de la Edad Media a la Moderna, Valladolid : Ayuntamiento de Valladolid e Instituto Universitario de Historia Simancas, 2017.

Majo Tomé, Beatriz, « Valladolid y Tierra de Campos. El carácter antiseñorial de la revolución comunera », in : Carlos Javier DE CARLOS MORALES et Natalia GONZÁLEZ HERAS (dir.), Las Comunidades de Castilla: Corte, poder y conflicto (1516-1525), Madrid : Universidad Autónoma de Madrid y Ediciones Polifemo, 2020, p. 301-327.

Maravall, José Antonio, Las Comunidades de Castilla. Una primera revolución moderna, 2ª ed., Madrid : Revista de Occidente, 1970.

Marcos Martín, Alberto, « Evolución de la propiedad pública municipal en Castilla la Vieja durante la Época Moderna », Stvdia Historica. Historia Moderna, 16, 1997, p. 57-100.

Marcos Martín, Alberto, « ¿Fue la fiscalidad regia un factor de crisis en la Castilla del siglo XVII? », in : Geoffrey PARKER (ed.), La crisis de la Monarquía de Felipe IV, Barcelona : Crítica, 2006, p. 173-253.

Marcos Martín, Alberto, « Enajenaciones del patrimonio regio, poder real y condiciones de millones durante el reinado de Felipe III (1598-1621) », in Enrique SORIA MESA, Juan Jesús BRAVO CARO et José Miguel DELGADO BARRADO (eds.), Las élites en la época moderna: la Monarquía española, vol. I : Nuevas perspectivas, Córdoba : Universidad de Córdoba, Servicio de Publicaciones, 2009, p. 113-132.

Marcos Martín, Alberto, « De Monarquía compuesta y reinos descompuestos : la idea de conservación y las enajenaciones del patrimonio regio en la Castilla de los siglos XVI y XVII », in : Juan Luis CASTELLANO et Miguel Luis LÓPEZ-GUADALUPE MUÑOS (eds.), Actas de la XI Reunión Científica de la Fundación Española de Historia Moderna. Ponencias y conferencias invitadas, Granada : Universidad de Granada, 2012, p. 45-75.

Marcos Martín, Alberto, « Retórica, política y economía. Los discursos legitimadores de la venalidad en los siglos XVI y XVII », in : Juan Francisco PARDO MOLERO et José Javier RUIZ IBÁÑEZ (dirs.), Los mundos ibéricos como horizonte metodológico. Homenaje a Isabel Aguirre Landa, Valencia : Tirant lo Blanch, 2021, p. 241-288.

Oliva Herrer, Hipólito Rafael, « El factor popular durante el conflicto comunero. Para una reevaluación de la Guerra de las Comunidades », in : Carlos Javier DE CARLOS MORALES et Natalia GONZÁLEZ HERAS (dirs.), Las Comunidades de Castilla: Corte, poder y conflicto (1516-1525), Madrid : Universidad Autónoma de Madrid y Ediciones Polifemo, 2020, p. 191‑224.

Pérez, Joseph, La revolución de las Comunidades de Castilla (1520-1521), Madrid : Siglo XXI, 1977.

Rivero Rodríguez, Ángel, « El proyecto político de los comuneros », in : Carlos Javier DE CARLOS MORALES et Natalia GONZÁLEZ HERAS (dirs.), Las Comunidades de Castilla: Corte, poder y conflicto (1516-1525), Madrid : Universidad Autónoma de Madrid y Ediciones Polifemo, 2020, p. 225-246.

Ruiz Ibáñez, José Javier, « 1521. De Tenochtitlán a Villalar: el asentamiento de la monarquía y la violencia », in : Xosé M. NÚÑEZ SEIXAS (dir.), Historia mundial de España, Barcelona : Planeta, 2018, p. 228-234.

Ruiz Ibáñez, José Javier ; Sabatini, Gaetano, « Monarchy as Conquest : Violence, Social Opportunity and Political Stability in the Establishment of the Hispanic Monarchy », Journal of Modern History, 81, 3, 2009, p. 501-536.

Ruiz Martín, Felipe, « Crédito y banca, comercio y transportes en la etapa del capitalismo mercantil », in Actas de las I Jornadas de Metodología Aplicada de las Ciencias Históricas. III. Metodología de la Historia Moderna. Economía y Demografía, Santiago de Compostela : Universidad de Santiago de Compostela, Servicio de publicaciones, 1975, p. 725-749.

Sánchez León, Pablo, Absolutismo y Comunidad : los orígenes sociales de la Guerra de los Comuneros de Castilla, Madrid : Siglo XXI, 1998.

Sandoval, Fray Prudencio de, Historia de la vida y hechos del Emperador Carlos V, edición y estudio preliminar de Carlos Seco Serrano, I, B.A.E., t. LXXX, Madrid : Ediciones Atlas, [1604] 1955.

Ulloa, Modesto, La Hacienda Real de Castilla en el reinado de Felipe II, 2ª. ed., Madrid : Fundación Universitaria Española, 1977.

Vassberg, David E., Tierra y sociedad en Castilla. Señores, “poderosos” y campesinos en la España del siglo XVI, Barcelona : Crítica, 1986.

Haut de page

Notes

1 En tant que programme officiel, il faut considérer le projet élaboré par la Junta de Tordesillas en octobre 1520. Cependant, ce document ne doit pas être étudié de manière isolée puisqu’il représente en réalité, comme l’a signalé Joseph PEREZ, La revolución de las Comunidades de Castilla (1520-1521), Madrid : Siglo XXI, 1977, p. 534 : « una síntesis de las diversas propuestas presentadas por las ciudades ». Nous employons ici la copie publiée par Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador Carlos V, édition et étude introductive de Carlos Seco Serrano, I, B.A.E., t. LXXX, Madrid : Ediciones Atlas, 1955, p. 295-317.

2 Ramón CARANDE, Carlos V y sus banqueros, vol. I., La vida económica en Castilla (1516-1556), 2ª ed. corrigée et augmentée, Madrid : Sociedad de Estudios y Publicaciones, 1965, p. 155. Sur ladite affirmation, Joseph Perez s’était déjà prononcé dans le même sens, La revolución de las Comunidades…, op. cit., p. 546.

3 Juan M. CARRETERO ZAMORA, Gobernar es gastar. Carlos V, el servicio de las Cortes de Castilla y la deuda de la Monarquía Hispánica, 1516-1556, Madrid : Sílex, 2016, passim ; « Los comuneros ante la Hacienda y la deuda del Emperador Carlos V: los fundamentos estructurales de la protesta (1516-1520) », Estudis, 44, 2018, p. 9-36.

4 Nous sommes conscients de l’imprécision quant à l’utilisation du terme « comuneros » employé dans un sens générique, car cela peut donner l’impression d’une allusion à un sujet social unique, alors qu’en réalité, s’il y a un bien un trait qui caractérise le mouvement des Comunidades, c’est précisément celui de la pluralité des acteurs politiques qui y sont impliqués. Sur ce thème, qui mérite un débat dans lequel nous ne pouvons pas entrer maintenant, voir dernièrement Hipólito R. OLIVA HERRER, « El factor popular durante el conflicto comunero. Para una reevaluación de la Guerra de las Comunidades », in : Carlos J. DE CARLOS MORALES et Natalia GONZÁLEZ HERAS (dir.), Las Comunidades de Castilla : Corte, poder y conflicto (1516-1525), Madrid : Universidad Autónoma de Madrid y Ediciones Polifemo, 2020, p. 191-224. Et avant, Pablo SÁNCHEZ LEÓN, Absolutismo y Comunidad : los orígenes sociales de la Guerra de los Comuneros de Castilla, Madrid : Siglo XXI, 1998.

5 Colección de documentos inéditos para la historia de España [Codoin], I, p. 277-278.

6 « Que […] Sus Altezas e sucesores en estos reinos, por ninguna razón e causa, ni en pago de servicios, ni en otra manera, puedan enajenar cosa de la corona e patrimonio real, e que de fecho se pueda restituír la tal enajenación si la hiciere ». Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 314 ; « Que sus Altezas ni sus sucesores en estos Reynos por ninguna razón ni causa que sea en pago de servicios ni otra manera no puedan enagenar cosa de la Corona e patrimonio Real e que de hecho se pueda resistir la tal enagenación si se fiziere ». Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada de las Comunidades de Castilla, vol. III, Madrid : Tipografía de la Viuda e Hijos de M. Tello, 1898, p. 275. La description de ces documents ainsi que l’analyse qu’ils méritent dans Joseph PEREZ, La revolución de las Comunidades…, op. cit., p. 532-535.

7 Sur cet aspect, qu’il ne faut pas considérer comme une « manifestación de una xenofobia retardataria o reaccionaria » mais plutôt comme « una manifestación clara, aunque inicial, del principio de homogeneidad nacional, propio de la democracia moderna », voir José Antonio MARAVALL, Las Comunidades de Castilla. Una primera revolución moderna, 2ª ed., Madrid : Revista de Occidente, 1970, p. 210–211.

8 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 312. Les « instructions » de Valladolid ont été publiées dans Manuel DANVILA Y COLLADO, El poder civil en España, Madrid : Real Academia de Ciencias Morales y Políticas, vol. V, 1886, p. 200-228.

9 L’esprit qui animait les comuneros et qui mettait l’accent sur l’honnêteté et la loyauté que devaient avoir les individus occupant les offices est fidèlement exposé dans la réponse que la ville de Madrid adressa à une cédule royale du 7 mars 1520 dans laquelle le roi demandait de modifier et de réformer les pouvoirs octroyés aux procuradores pour les Cortes de Santiago. Dans la demande, datée du 15 mars, qui accompagnait cette cédule, la ville affirmait entres autres : « [antes] las puertas de los oficios solían ser letras, fama, conciencia, autoridad de personas, servicios a la Corona Real, y [ahora] veían que algunos, no siendo Su Alteza sabedor, se vendían e compraban por algunos malos vecinos de estos reinos y otras personas, de manera que nadie procuraba virtud sino dinero, y los virtuosos en él encogían, y los viciosos se entrometían ». Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. I, 1897, p. 306-307.

10 « […] como sea cosa manifiesta –sentenciaba el capítulo quinto de los que llevó Fray Francisco de los Ángeles– haverse hecho más por razón de los dichos salarios que por necesidad de los tales oficios ». Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III, 1898, p. 263.

11 « Que los dichos oficiales del Consejo e chancillerías e alcaidías no sean perpetuos, pues esto cumple al servicio de Su Alteza y bien de estos reinos. Que los oidores e alcaldes no se tengan por señores de los oficios ni por injuriados porque se les quiten e pongan otros en su lugar ». Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 307.

12 « […] pues que son dañosos [los tales privilegios de hidalguía] asy a la corona real como al bien público destos Reynos », disaient les « instructions » de Valladolid. Manuel DANVILA Y COLLADO, El poder civil en España…, op. cit., vol. V, 1886, p. 213 ; « lo cual ha sido en gran daño de los pueblos e comunidades e pecheros », recueillait à son tour le programme de Tordesillas. Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 311.

13 « Que los maravedís de juro que vendieron los Católicos Reyes don Fernando e doña Isabel, e después el rey don Carlos, nuestro señor, al quitar, que se rediman y quiten de las rentas reales de Su Majestad e se den los dineros a quien los dio, e sus herederos e sucesores ». Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 314.

14 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 311.

15 « E quando en esto se oviere de entender –concluían dichas “instrucciones” en tono de advertencia– abrá personas que darán grandes avisos ». Manuel DANVILA Y COLLADO, El poder civil en España…, op. cit., vol. V, 1886, p. 212.

16 Par cette expression, Haliczer fait référence à la politique agressive entreprise par la noblesse pendant le règne des Rois Catholiques pour étendre ses possessions territoriales aux dépens des municipalités et qui pour lui constitue l’une des causes fondamentales et premières de la révolution comunera. Stephen HALICZER, Los comuneros de Castilla. La forja de una revolución (1475-1521), Valladolid : Universidad de Valladolid, Secretariado de Publicaciones, 1987, p. 91.

17 À propos de cette loi importante qui proclamait l’indisponibilité et l’imprescriptibilité du domaine royal, voir les commentaires judicieux d’Alfonso Mª. GUILARTE, El régimen señorial en el siglo XVI, 2ª ed., Valladolid : Universidad de Valladolid, Secretariado de Publicaciones, 1987, p. 46-48. Elle est recueillie dans la Nueva Recopilación [NR] en tant que ley 3, tit.X, lib. V.

18 Bien qu’initialement destinée à faciliter le fait que les municipalités puissent récupérer les terres qui leur ont été retirées injustement, cette loi fixait également le processus pour récupérer les lieux et juridictions illégalement prises aux villes. Cortes de los antiguos reinos de León y de Castilla, publicados por la Real Academia de la Historia, vol. IV, Madrid : Imp. Sucesores de Rivadeneyra, 1882, p. 154-157 ; et NR, ley 3, tit. VII, lib. VII. Plus d’informations dans David E. VASSBERG, Tierra y sociedad en Castilla. Señores, “poderosos” y campesinos en la España del siglo XVI, Barcelona : Crítica, 1986, p. 109-111 ; et Alberto MARCOS MARTÍN, « Evolución de la propiedad pública municipal en Castilla la Vieja durante la Época Moderna », in : Stvdia Historica. Historia Moderna, 16, 1997, p. 57-100.

19 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 314.

20 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 315 ; Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III, 1898, p. 276-277.

21 Nous pouvons également les retrouver dans la Nueva Recopilación Il suffit de relire, par exemple, certaines des lois recueillies dans le titre X du livre V, titre II du livre VI ou titres III et V du livre VII de ce corpus législatif.

22 Voir Joseph PÉREZ, La revolución de las Comunidades…, op. cit., p. 539-541 ; et Juan Manuel CARRETERO ZAMORA, « Las Cortes en el programa comunero : ¿Reforma institucional o propuesta revolucionaria? », in : Fernando MARTÍNEZ GIL (ed.), En torno a las comunidades de Castilla: poder, conflicto y revuelta en la España de Carlos I, Cuenca : Universidad de Castilla la Mancha, 2002, p. 233-278.

23 Alberto MARCOS MARTÍN, « De Monarquía compuesta y reinos descompuestos: la idea de conservación y las enajenaciones del patrimonio regio en la Castilla de los siglos XVI y XVII », in : Juan Luis CASTELLANO et Miguel Luis LÓPEZ-GUADALUPE MUÑOS (eds.), Actas de la XI Reunión Científica de la Fundación Española de Historia Moderna. Ponencias y conferencias invitadas, Granada : Universidad de Granada, 2012, p. 45-75.

24 Archivo General de Simancas [AGS], Patronato Real [PTR], leg. 30-2.

25 « […] veyendo el mucho daño e detrimento que de la dicha merçed redundaua a la Corona e patrimonio real […] e que la dicha merçed no ovo lugar nin se pudo fazer de derecho, por ser como es la dicha çibdad de la dicha Corona e patrimonio real e vno de los títulos de los reyes destos mis reynos ». Ibidem.

26 Aucune de ces deux concessions n’a été annulée ou n’a subi de changements dans le futur, malgré les doutes de la reine sur leur légalité et l’alternative qu’elle considère comme « enmienda » (la concession en échange de lieux et territoires du royaume de Grenade). Le doute sur la grâce de Moya venait du fait d’être « en cabo e frontera de reyno », mais aussi du « juramento que a la dicha villa teníamos hecho de no la enagenar de nuestra Corona real ». La ville de Ségovie jouissait d’un privilège semblable par rapport aux villages de sa juridiction « a quien mi señor e yo ovimos jurado solennemente que nunca daríamos ni enagenaríamos lugar alguno de [su] tierra e término ». Évidemment, ni l’un ni l’autre de ces privilèges ne suffirent à l’époque pour empêcher ces spoliations. Ibidem.

27 Ibid.

28 Alberto MARCOS MARTIN, « De Monarquía compuesta y reinos descompuestos… », op. cit., p. 45-75.

29 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 295. Le programme de Tordesillas suivait également sur ce point les « instructions » de Valladolid tout en les assouplissant. Manuel DANVILA Y COLLADO, El poder civil en España…, op. cit., vol. V, 1886, p. 200.

30 Voir supra note 6. À propos du courant doctrinal qui, issu du Bas Moyen Âge, éclaire la formulation du droit de résistance, tout comme sa présence dans la tradition juridique médiévale castillane, José Antonio MARAVALL, Las Comunidades de Castilla…, op. cit., p. 165-166. Rappelons que les Cortes de Ocaña de 1469 avaient même demandé la sanction royale pour ces rébellions violentes menées pour réintégrer au domaine royal les villes, lieux, localités et juridictions qui avaient été spoliées, demande qu’Henri IV estima « santa e justa e conplidera a seruiçio de Dios e mío e a la rrestauración de mi corona rreal e conseruaçión de mi patrimonio ». Cortes de los antiguos reinos de León y de Castilla…, op. cit., vol. III, p. 778. Évidemment, il existait d’autres façons moins violentes de manifester le rejet de ces spoliations, comme celle que Valladolid mit en scène en 1483 face à la perte des villes de Cabezón et Simancas, étudiée par Beatriz MAJO TOME, Valladolid comunera. Sociedad y conflictos en Valladolid en el tránsito de la Edad Media a la Moderna, Valladolid : Ayuntamiento de Valladolid e Instituto Universitario de Historia Simancas, 2017, p. 230-234.

31 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 294. La même chose était énoncée par la Junta de Tordesillas dans le manifeste envoyé aux Merindades de Castilla la Vieja le 14 novembre 1520 : les sujets et « naturals » étaient obligés de régler ce que les « yntereses particulares » avaient dissipé et détruit dans ces royaumes, « por disposición de sus leyes reales e partidas fechas por razón natural, e aun no lo haciendo cobrarían las cibdades e pueblos e vecinos dellas mal nombre de deservidores de la Corona real, como las dichas leyes lo disponen ». Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. II, 1898, p. 585.

32 Nous jouons ici avec les expressions « revolución restauradora » et « revolución innovadora » proposées par Ángel RIVERO RODRIGUEZ, « El proyecto político de los comuneros », in : Carlos J. DE CARLOS MORALES et Natalia GONZÁLEZ HERAS (dirs.), Las Comunidades de Castilla: Corte, poder y conflicto (1516-1525), Madrid : Universidad Autónoma de Madrid y Ediciones Polifemo, 2020, p. 225-246.

33 Fray Prudencio DE SANDOVAL, Historia de la vida y hechos del Emperador…, op. cit., p. 295.

34 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III, 1898, p. 34.

35 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. II, 1898, p. 585.

36 Les deux lettres dans Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III, 1898, p. 89.

37 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III, 1898, p. 16.

38 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III, 1898, p. 429.

39 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. V, 1899, p. 340.

40 Cortes de los antiguos reinos de León y de Castilla…, op. cit., vol. V, p. 363 et ss.

41 « […] os tenemos en seruiçio lo que dezís, y os encargamos que entre vosotros platiquéis la manera que para ello se puede tener ». Cortes de los antiguos reinos de León y de Castilla…, op. cit., vol. V, p. 373-374.

42 Il y a peu de doutes quant au rôle que la nouvelle dynastie réservait au royaume de Castille. En fin de compte, il s’agissait du territoire de l’empire qui possédait des mécanismes de défense constitutionnel parmi les plus faibles. Le jeune monarque pouvait disposer du Trésor plus librement, avec l’indépendance impliquée par la réception des flottes d’or et d’argent provenant des Indes. La lettre, très intéressante à cet égard, que le cardinal gouverneur adressa à Charles le 20 novembre 1520, c’est-à-dire quelques jours après son couronnement comme roi des romains, dans laquelle il le priait de revenir le plus rapidement possible en ces royaumes à cause du grand danger de les perdre, exhortation qui concluait par ces mots : « créame V. Mt. que sin su Real presencia no hay remedio, y piense que con Spaña ha de sostener lo de allá, y que perdida ella quiçá lo perderá todo ». Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. II, 1898, p. 514.

43 Les chiffres annuels sont plus détaillés dans Felipe RUIZ MARTÍN, « Crédito y banca, comercio y transportes en la etapa del capitalismo mercantil », in : Actas de las I Jornadas de Metodología Aplicada de las Ciencias Históricas. III. Metodología de la Historia Moderna. Economía y Demografía, Santiago de Compostela : Universidad de Santiago de Compostela, Servicio de publicaciones, 1975, p. 739 ; Alberto MARCOS MARTÍN,  « ¿Fue la fiscalidad regia un factor de crisis en la Castilla del siglo XVII? », in : Geoffrey Parker (ed.), La crisis de la Monarquía de Felipe IV, Barcelona : Crítica, 2006, p. 232 ; David ALONSO GARCÍA, El erario del reino. Fiscalidad en Castilla a principios de la Edad Moderna, 1504-1525, Valladolid : Junta de Castilla y León, 2007, p. 70.

44 Outre les œuvres citées dans la note antérieure, voir également Modesto ULLOA, La Hacienda Real de Castilla en el reinado de Felipe II, 2ª. ed., Madrid : Fundación Universitaria Española, 1977, p. 759 y ss. ; Carlos J. DE CARLOS MORALES, Felipe II : el Imperio en bancarrota. La Hacienda Real de Castilla y los negocios financieros del Rey Prudente, Madrid : Editorial Dilema, 2008 : passim ; et Carlos ÁLVAREZ NOGAL et Christophe CHAMLEY, « La crisis financiera de Castilla en 1575-1577 : fiscalidad y estrategia », Revista de la Historia de la Economía y de la Empresa, 7, 2013, p. 187-211.

45 Surtout Charles D. HENDRICKS, Charles V and the Cortes of Castile: Politics in Renaissance Spain, thèse de doctorat, Cornell University, 1976, p. 355, qui emploie l’expression de « succès politique » et Stephen HALICZER, Los comuneros de Castilla…, op. cit., p. 275-279. Il fait référence à cette interprétation de Fortea, « Las Cortes de Castilla en la encrucijada del Imperio (1518-1536) », in : José Ignacio FORTEA, Las Cortes de Castilla y León bajo los Austrias. Una interpretación, Valladolid : Junta de Castilla y León, 2008, p. 82 ; et plus récemment, Carlos J. DE CARLOS MORALES, « Las Comunidades de Castilla, un conflicto en el proceso de configuración de la Corte », in : Carlos J. DE CARLOS MORALES ey Natalia GONZÁLEZ HERAS (dirs.), Las Comunidades de Castilla: Corte, poder y conflicto (1516-1525), Madrid : Universidad Autónoma de Madrid y Ediciones Polifemo, 2020, p. 440.

46 Un memorial non daté mais de l’année 1522 reflète parfaitement cette situation. Son contenu est reproduit par le Conseil royal dans un autre memorial, dans lequel il était affirmé que le roi peut (« es cosa lícita ») vendre son patrimoine et ses rentes, encore plus si ses besoins sont tels et de telle nature « que de proveerlas y remediarlas pende la conseruaçión y acreçentamiento de sus estados y que de no proveerse y remediarse vernía en ellos detrimento irrecuperable ». Mais le fait que le roi puisse y avoir recours n’impliquait pas que l’aliénation soit recommandée « porque el vender no suena bien y engendra escándalo, porque es prenóstico de nuevos serviçios y exsaçiones, de que los prínçipes pierden el amor de sus súbditos, y de la tal pérdida suelen proçeder malas haçañas », mots dans lesquels nous percevons l’écho des événements récents. Il était conseillé au monarque de sortir l’argent dont il avait besoin de toute urgence « con menor escándalo e ynconviniente que [los que] avría sy se continuase a vender el patrimonio real como hasta aquy se a hecho ». AGS, Consejo y Juntas de Hacienda [CJH], leg. 7-176.

47 Dans certains de ces memoriales, on parlait en effet de l’argent nécessaire pour le maintien de l’armée que Sa Majesté voulait créer pour récupérer la ville de Fuenterrabía.

48 AGS, CJH, leg. 9-122.

49 AGS, CJH, leg. 9-124.

50 Le monarque chargeait l’évêque de Zamora, membre du Conseil royal, le doctor Hernando de Guevara et le trésorier Alonso Gutiérrez de Madrid de cette mission. AGS, CJH, leg. 10. Une analyse plus poussée de cette décision royale est disponible dans Alberto MARCOS MARTIN, « Retórica, política y economía. Los discursos legitimadores de la venalidad en los siglos XVI y XVII », in : Juan Francisco PARDO MOLERO et José Javier RUIZ IBÁÑEZ (dirs.), Los mundos ibéricos como horizonte metodológico. Homenaje a Isabel Aguirre Landa, Valencia : Tirant lo Blanch, 2021, p. 241-288.

51 AGS, PTR, leg. 26-12, 39 y 51.

52 De plus, Charles ajoutait, pour mieux comprendre cette affaire, qu’il faudrait reprendre tous les memoriales réalisés dans le passé « de que se podrían sacar dineros ». Corpus Documental de Carlos V [CDCV], vol. I (1516‑1539), ed. Manuel FERNÁNDEZ ÁLVAREZ, Salamanca : Ediciones Universidad de Salamanca, 1973, p. 351.

53 La citation provient d’une lettre de Charles envoyée à Isabelle, le 8 septembre 1536. CDCV, vol. I, op. cit., p. 530.

54 Alberto MARCOS MARTÍN, « Retórica, política y economía… », op. cit., p. 241-248.

55 José Javier RUIZ IBÁÑEZ et Gaetano SABATINI, « Monarchy as Conquest: Violence, Social Opportunity and Political Stability in the Establishment of the Hispanic Monarchy », Journal of Modern History, 81 (3), 2009, p. 501-536 ; José Javier RUIZ IBÁÑEZ, « 1521. De Tenochtitlán a Villalar : el asentamiento de la monarquía y la violencia », in : Xosé M. NÚÑEZ SEIXAS (dir.), Historia mundial de España, Barcelona : Planeta, 2018, p. 228-234.

56 Voir, surtout, Juan Ignacio GUTIÉRREZ NIETO, Las Comunidades como movimiento antiseñorial. La formación del bando realista en la guerra civil castellana de 1520-1521, Barcelona : Planeta, 1973. De nombreuses informations sur le développement des révoltes à Tierra de Campos sont disponibles dans Luis FERNÁNDEZ MARTÍN, El movimiento comunero en los pueblos de Tierra de Campos, León : Centro de Estudios e Investigación “San Isidoro” / Caja de Ahorros y Monte de Piedad / Archivo Histórico Diocesano, 1979.

57 Stephen HALICZER, Los comuneros de Castilla…, op. cit., p. 18.

58 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III, 1898, p. 220.

59 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. IV, 1898, p. 26.

60 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. IV, 1898, p. 379.

61 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. III, 1898, p. 243-257. À propos de ces deux épisodes, outre les auteurs cités à la note 56, Beatriz MAJO TOME, « Valladolid y Tierra de Campos. El carácter antiseñorial de la revolución comunera », in : Carlos Javier DE CARLOS MORALES et Natalia GONZÁLEZ HERAS (dirs.), Las Comunidades de Castilla: Corte, poder y conflicto (1516-1525), Madrid : Universidad Autónoma de Madrid y Ediciones Polifemo, 2020, p. 301-327.

62 Danvila publie de nombreux documents qui abordent les services rendus par les nobles à la couronne, services qui obligent le prince à leur donner des grâces. L’expression très révélatrice de « poner en obligación » est par exemple utilisée dans la carta de creencia de l’amiral de Castille à Angelo de Burso, datée du 5 août 1521. Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. IV, 1898, p. 369-370.

63 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. IV, 1898, p. 385-388.

64 Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. V, 1899, p. 231.

65 Au point que, dans certains cas, ils vendront même la promesse de ne pas vendre, c’est-à-dire le droit qu’ils avaient pour pouvoir vendre et auquel ils renonçaient moyennant une somme d’argent. Voir par exemple le contrat de vente du 18 mars 1559 signé à Arévalo pour qu’aucune terre ne soit vendue ni saisie de sa juridiction, acte pour lequel le bourg paya la somme de 10.000 ducats. AGS, Dirección General del Tesoro, invent. 24, leg. 281; y Mercedes y Privilegios, leg. 259.

66 Cela arrivera, par exemple, au moment de la signature du tribut des millones au XVIIe siècle. À propos de l’efficacité des conditions de ces contrats pour arrêter les ventes, voir Alberto MARCOS MARTÍN,  « Enajenaciones del patrimonio regio, poder real y condiciones de millones durante el reinado de Felipe III (1598-1621) », in : Enrique SORIA MESA, Juan Jesús BRAVO CARO et José Miguel DELGADO BARRADO (eds.), Las élites en la época moderna : la Monarquía española, Vol. I : Nuevas perspectivas, Córdoba : Universidad de Córdoba, Servicio de Publicaciones, 2009, p. 113-132.

67 Ou dans certains cas pour confirmer des juridictions, des terres et des rentes royales injustement possédées à travers les composiciones avec la couronne, qui contenaient également le paiement d’une quantité d’argent précise.

68 L’amiral Enríquez l’affirmait clairement lorsque, dans sa lettre du 5 août 1521, il demandait l’autorisation à l’Empereur pour que les gouverneurs puissent nommer les regimientos, les escribanías, les veinticuatrías et l’ensemble des charges importantes, car en ayant cette capacité, « podremos gratificar mucha manera de gente, que quando esto se hace queda obligado el que recibe, i los deudos i los otros, con la esperança, sirben mexor », Manuel DANVILA Y COLLADO, Historia crítica y documentada…, op. cit., vol. IV, 1898, p. 343-344.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alberto Marcos Martín, « Les Comunidades de Castille et la défense du patrimoine royal »e-Spania [En ligne], 47 | Février 2024, mis en ligne le 17 février 2024, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/50147 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.50147

Haut de page

Auteur

Alberto Marcos Martín

Universidad de Valladolid – Red Columnaria

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search