Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Les Comunidades de Castille. Guer...Inquisition, judéoconvers et comu...

Les Comunidades de Castille. Guerre civile et restauration de l’ordre monarchique au XVIe siècle

Inquisition, judéoconvers et comunidad à Séville. Les aspirations confuses d’un temps nouveau

Béatrice Perez

Résumés

Cet article analyse la comunidad de Séville. Quel intérêt pouvait représenter la comunidad de Séville dans l’économie général d’un mouvement historique de cet ampleur ? Coup d’éclat – aussi vain que fugace –, « alboroto » ayant duré moins de vingt-quatre heures, épiphénomène autant de l’histoire des comunidades de Castille que de l’histoire andalouse et sévillane, les évènements du 16 et 17 septembre 1520 à Séville s’apparentent à un apex de plus dans la guerre séculaire entre maisons nobiliaires des Guzmán et des Ponce. Et pourtant, on ne cesse d’y revenir, d’interroger les faits, les récits, la sociologie des individus mentionnés, leurs impulsions profondes, leurs espoirs secrets. C’est bien la preuve qu’il y a, derrière cette micro révolte sévillane, des éléments ductiles que chacun analyse depuis sa perspective : des luttes seigneuriales et de clans nobiliaires ; des conflits idéologico-religieux mettant aux prises les conversos versus les vieux-chrétiens, car la comunidad de Séville a eu cette particularité, en Castille, d’avoir été la lice idéologique d’une lutte démagogique afin d’évincer les conversos du pouvoir municipal. Ce mouvement sévillan, en vérité, est passionnant, non pour son inscription dans la guerre de la Comunidad castillane, mais pour ce qu’il est le souffle palpitant de cette société inquiète que l’on entend encore aujourd’hui. Son programme idéologique ne fut qu’un bruit assourdissant et confus, parce que justement les groupes n’étaient ni soudés, ni cohérents, ni structurés.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été publié dans une version espagnole dans Eduardo Fernández García et Salvador Rus (dir.), El tiempo de la libertad. Comuneros V Centenario, Valladolid, Comisión Académica del V Centenario de las Comunidades, Cortes de Castilla y León : Tecnos, 2022, p. 129-147. Je remercie les directeurs d’avoir accepté qu’il soit publié derechef, dans une version française.

Texte intégral

1J’interviens comme spécialiste d’histoire sociale, d’un lieu et d’un temps qui m’habitent et que je ne cesse d’interroger. Séville, son monde vrillé et mêlé, en constante agitation à l’orée des temps impériaux, les angoisses et les espérances de la société, et surtout de ses marges, leurs revendications chaque fois plus fermes et confuses.

2La première question qui m’a taraudée : quel intérêt pouvait représenter la comunidad de Séville dans l’économie général d’un mouvement historique de cet ampleur ? Coup d’éclat – aussi vain que fugace –, « alboroto » ayant duré moins de vingt-quatre heures, épiphénomène autant de l’histoire des comunidades de Castille que de l’histoire andalouse et sévillane, les évènements du 16 et 17 septembre 1520 à Séville s’apparentent à un apex de plus dans la guerre séculaire entre maisons nobiliaires des Guzmán et des Ponce.

3Un jeune « segundón de la nobleza (cadet de la noblesse) » (don Juan de Figueroa, jeune frère du duc d’Arcos), un assaut de prétention et une déclaration en place publique un 16 septembre 1520, comme « capitán general del rey y de la comunidad (capitaine général du roi et de la comunidad) », la prise éphémère de l’Alcázar le soir, la paix et l’ordre rétablis le 17 septembre, une justice fort bienveillante avec ces jeunes nobles « trop fougueux » et idéalistes... Ah ! que les joutes et la reconquête avaient du bon pour canaliser la vitalité de ces jeunes nobliaux cherchant querelle !

4En somme, rien ou presque rien.

5Et pourtant, on ne cesse d’y revenir, d’interroger les faits, les récits, la sociologie des individus mentionnés, leurs impulsions profondes, leurs espoirs secrets. C’est bien la preuve qu’il y a, derrière cette micro révolte sévillane, des éléments ductiles que chacun analyse depuis sa perspective :

  • Des luttes seigneuriales et de clans nobiliaires ;

  • Des conflits idéologico-religieux mettant aux prises les conversos versus les vieux-chrétiens, car la comunidad de Séville a eu cette particularité, en Castille, d’avoir été la lice idéologique d’une lutte démagogique afin d’évincer les conversos du pouvoir municipal.

6C’est ce paramètre converso qui, de fait, n’a cessé de titiller l’historien, même si aujourd’hui les thèses de Joseph Pérez, Juan Ignacio Gutiérrez Nieto, José Antonio Maravall ou Manuel Giménez Fernández ne donnent plus lieu à débat. La présence des judéoconvers dans le mouvement est intéressante pour ce qu’elle dévoile de leurs aspirations profondes, mais en aucun cas leur implication n’informe sur la modélisation du mouvement ni sur ses caractéristiques :

  • 1 José Antonio MARAVALL, Las comunidades de Castilla, Madrid : Alianza Editorial, 1994 [1963], p. 189 (...)

[...] el encontrarse desde los primeros momentos en la liza conversos, no quiere decir que los judíos [sic… conversos] como grupo social fueran los promotores de la rebeldía. Lo más correcto es pensar que coincidieron con el resto de los grupos urbanos en una serie de intereses, a la vez que vieron en el movimiento la oportunidad de alcanzar reivindicaciones propias de un grupo sociorreligioso1.

7Ce n’est donc pas le rôle des conversos dans l’idiosyncrasie de la comunidad sévillane qui m’intéresse, mais ce que celle-ci a pu signifier comme temps des possibles pour des conversos habités par « des aspirations confuses vers autre chose ». Les tensions furent grandes dans la société sévillane de la première modernité, entre les dynamiques marchandes, les inquiétudes idéologico-religieuses, les promotions des conversos et des Génois, les fulgurances politiques de certaines familles vieilles chrétiennes de petite extraction, les déclassements non moins retentissants de riches lignages. L’affolement de la mobilité sociale à la fin du XVe siècle et dans les premières décennies du XVIe siècle, l’affermissement des nouvelles élites marchandes à la tête de la ville, la recomposition des anciennes partialités : ce sont autant d’éléments qui donnent à voir cette société mouvante, nerveuse, dont la révolte de 1520 n’est que la manifestation visible, comme la saillie d’une tectonique sociale qui se joue depuis longtemps.

  • 2 Fidel FIDA, « Los judaizantes españoles en los cinco primeros años (1516-1520) del reinado de Carlo (...)

8Ce que l’on a interprété tantôt comme une lutte contre les judéoconvers, tantôt comme une contre-attaque de la maison d’Arcos contre les ducs de Medina Sidonia, tantôt comme une manœuvre de riches conversos (Alfonso Gutiérrez de Madrid et son compère, le potentat Francisco del Alcázar) auprès de Juan de Padilla pour faire inscrire dans le programme des comuneros les réformes inquisitoriales qu’ils avaient négociées directement à Rome, auprès de Léon X, à coup de milliers de ducats (plus de 12.000 ducats d’or2), est, en réalité, la convergence de plusieurs luttes que cristallise la révolte éclair sévillane.

9Pour ma part, ce temps, ce geste, ces hommes m’intéressent pour ce qu’ils me permettent d’observer les évolutions surprenantes de la société sévillane entre la fin du XVe siècle et le temps impérial et de continuer à réfléchir à des questions complexes que je ne prétends pas trancher aujourd’hui. L’Inquisition a-t-elle mis un frein à la promotion de toutes les familles conversas ? Quelles sont ces familles jamais inquiétées et pourquoi poursuivent-elles un cours promotionnel sans accroc ? Les Génois ont-ils supplanté – comme on le lit souvent – les conversos à la faveur de l’action inquisitoriale ?

  • 3 Antonio COLLANTES DE TERÁN SÁNCHEZ, « El ‘alboroto’, a título de Comunidad, de 1520 en Sevilla », B (...)

10Pour tenter d’y répondre, j’essaie d’observer au plus près les protagonistes de l’« alboroto » sévillan3 : Alfonso Gutiérrez de Madrid et Francisco del Alcázar. Mais j’avance sans doute trop à tout-va et il est temps de reprendre méthodiquement l’exposition. Je vais tâcher d’illustrer mon propos le plus clairement possible en suivant un plan en trois parties.

  • « Séville : une ville conversa, une ville du duc de Medina Sidonia », où je montrerai que les conversos sont sous la mouvance de la maison du duc de Medina Sidonia depuis les années 1490 et non depuis 1519 et le voyage à Barcelone (où ils auraient cessé de percevoir l’acostamiento du duc d’Arcos) comme on le lit trop souvent.

  • « Alcázar-Gutiérrez de Madrid : un parti dans la ville », où je tenterai de montrer que ces nouvelles élites conversas agressives dans leurs prétentions partagent une immense richesse qu’ils tirent de leur investissement dans les Îles Canaries et de la gestion fiscale des rentes du royaume. Ils engagent une nouvelle pondération des forces politiques en présence bien plus complexe que la simple scission duc de Medina Sidonia versus duc d’Arcos ; conversos versus vieux-chrétiens ; conversos versus Génois. En même temps que le monde converso se restructure par-delà l’Atlantique ou par-delà cette ellipse atlantique conduisant aux Îles Canaries, c’est toute la société sévillano-génoise qui accuse de plein fouet la disparition des anciens lignages nobili (les Uso de Mar, les Riberol, les Guan, les Cairrasco) au profit des nouveaux lignages populi (les Doria, les Grimaldi, les Calvo, les Centurión). Et sans nul doute, la prééminence du duc de Medina Sidonia dans ces rapports de pouvoir procède de sa propre conception mercantile de la vie, depuis la conquête des Îles Canaries, opposée à l’idée de capitaux oisifs et dormants.

  • « Les aspirations confuses d’un temps nouveau » porte sur la tentative conversa de faire aboutir des réformes inquisitoriales pendant la comunidad – prisons et témoins publics, abrogation de la procédure du secret si délétère et source de toutes les turpitudes humaines –Cette partie analyse également leurs aspirations profondes à une réforme spirituelle. D’ailleurs, celle-ci ne se manifeste-t-elle avec acuité à Rome et dans l’Empire autour de la querelle humaniste de la kabbale et de « l’affaire Johannes Reuchlin » ?

I – Séville : une ville conversa, une ville du duc de Medina Sidonia

  • 4 Joseph PÉREZ, La revolución de las comunidades de Castilla (1520-1521), Madrid : Siglo XXI, 1998 [1 (...)

11Les évènements sont simples à narrer et je vais commencer par cela, car la comunidad de Séville n’est pas si connue somme toute. Le récit qui nous en est fait la présente toujours comme une explosion un matin du 16 septembre après plusieurs mois de calme absolue4. Pourtant, les mois qui ont précédé n’ont pas été cette mer calme de bonace. Quelques mois avant, les conversos s’inquiètent du climat dans la ville et le manifestent :

  • 5 AGS, Secretaría de Estado, leg. 17, fol. 50.

Porque otros de aquí dan cuenta a V.S. de las cosas que pasan acá no tengo yo qué decir sino que sepa que esta ciudad y su comarca está en paz y sosiego obedientes al servicio de su alteza y acatamiento y mandado de V.S. lo cual no se sostiene sin grande trabajo y cuidado mayor porque la gente toda está muy deseosa de seguir las novedades y levantamientos que en Castilla se hacen. Los conversos con poca causa sospecharon esta semana pasada que los querían robar luego fue esto pacificado y por ellos dado a entender que no avemos de consentir que ellos ni otros reciban ningún daño5.

  • 6 AGS, Secretaría de Estado, leg. 8, fol. 10.
  • 7 AGS, Patronato Real, leg. 1, fol. 51, 12 septembre 1520.

12La ville de Cadix, de son côté, dans un courrier datant de mai 1521, intitulé « moros en la costa (des maures sur la côte) », raconte comment elle a dû s’organiser depuis longtemps pour assurer la défense du port au service de sa majesté pendant les temps troubles de Castille et combien les attaques des ennemis de la foi rendent les choses compliquées et ruineuses. Ne nous leurrons pas, une part importante relève de la fameuse rhétorique de la lamentatio pour mieux capter la bienveillance royale, et avec elle ses finances généreuses6. Mais pour autant, la région – et non plus la ville seule de Séville – est en alerte depuis longue date, ce que confirme, par ailleurs, un document du début du mois de septembre 15207 :

Muy alto y poderoso rey y señor nuestro,
El concejo, corregidor y regidores, caballeros de la vuestra muy leal ciudad de Cádiz, besamos los pies de vuestra magestad.
Dicen que de los disturbios y desacatos que algunos pueblos de los vuestros reinos de España han tenido han recibido y reciben la pasión que verdaderos y leales vasallos deben recibir y si vuestra posibilidad fuera como vuestra voluntad la oviéramos mostrado en su servicio poniendo nuestras personas y haciendas en aquello que lo debiéramos poner para dar sosiego a lo que sin mirar se desasosegó [...], no reciba vuestra magestad demasiada turbación de los desasosiegos acontecidos porque como haya sido tan de misterio y tan sin deverlo, caerá todo como cosa sin fundamento, y aún que las gentes otra cosa quieran que no creemos [...] la tierra no lo sufrirá siendo antiquísima en su lealtad [...] esta ciudad estará en el servicio de vuestra magestad hasta que en ella no haya persona viva [...].

a) Les évènements simples et bruts

  • 8 Ignacio BAUER LANDAUER, Don Francisco de Benavides. Cuatralvo de las galeras de España, Madrid : Im (...)
  • 9 Araceli GUILLAUME-ALONSO, « Señorío y Monarquía. El ducado de Medina Sidonia y la política imperial (...)

13Voici les faits. Le 16 septembre, don Juan de Figueroa, le jeune frère du duc d’Arcos (et sans doute aussi, don Francisco Ponce de Léon, son autre frère) se proclame « capitán general del rey y de la comunidad (capitaine général du roi et de la comunidad) » et parade dans la ville pour intimider les uns et les autres. Il a, à ses côtés, une escouade d’hommes qui prêchent dans les rues pour rallier la population à la comunidad de laquelle se réclame Juan de Figueroa tout en se dirigeant vers l’Alcázar. Le gouverneur militaire de la forteresse (l’alcaide), don Juan de Portugal, est démis de sa fonction et contraint de céder l’Alcázar aux insurgés. Le geste est éminemment symbolique et la portée politique, immense, pour ce que représente le fait même de tenir l’Alcázar royal. Le 17 septembre, les autorités immédiatement réagissent et avec l’aide du duc de Medina Sidonia et de ses hommes – Bernal Francés, chef des hallebardiers, et Valencia de Benavides, beau-frère du duc de Medina Sidonia et militaire de renom8 – l’Alcázar est repris pour le compte du roi ; Juan de Figueroa, blessé ; la ville, pacifiée et tout rentre dans l’ordre le soir du 17. La question donc légitimement se pose : est-ce un coup d’état au profit de la comunidad ? Est-ce un coup d’éclat au profit d’intérêts nobiliaires privés ? En 1520, sans nul doute, l’apparente fragilité institutionnelle du duché de Medina Sidonia – puisque le Ve duc est déclaré incapable ; son mariage avec Ana de Aragón, petite-fille illégitime de Ferdinand le Catholique n’en finit pas d’être annulé ; le duché, d’être transféré au jeune frère don Juan Alonso Pérez de Guzmán y Zúñiga qui vit maritalement avec Ana de Aragón9 – a pu conduire à un sursaut agonisant du séculaire conflit entre maison d’Arcos et maison de Medina Sidonia.

  • 10 Manuel GIMÉNEZ FERNÁNDEZ, Bartolomé de Las Casas, t. II, Política inicial de Carlos I en Indias, Ma (...)
  • 11 Joseph PÉREZ, op. cit., p. 394 : « [...] los Medina Sidonia se mostraban más favorables a ciertas o (...)
  • 12 Rafael SÁNCHEZ SAUS, Linajes sevillanos medievales. Estudios históricos, Sevilla : Guadalquivir Edi (...)

14Dans la Séville tumultueuse des années américaines de ces premières navigations atlantiques, l’intromission de nouveaux secteurs dans la société – conversos comme Alfonso Gutiérrez de Madrid, Génois comme Grimaldo et Centurión, vieux chrétiens comme les Tellos – est venue perturber ce billard à deux bandes ou la faction des Medina Sidonia et celle des Arcos se disputaient le pouvoir. Du moins, la maison d’Arcos, de plus en plus fragilisée, continuait-elle de disputer le pouvoir des Guzmán sur la ville, incontestable depuis le début du XVIe siècle. Selon Manuel Jiménez Fernández, ce serait en 1519, lors d’un voyage à Barcelone où se trouve la cour, que les conversos sévillans (alors sous l’autorité de Francisco del Alcázar), voyant que « allí se hacía poca mención del dicho duque (de Arcos) » auraient pris le parti de changer de camp10. Joseph Pérez, fort habilement, reprend cette idée en la doublant d’une affaire de compatibilité des pratiques commerciales11 et d’intérêts communs. Pour autant, il nous semble que cette vision est largement tributaire d’une lecture trop circonscrite autour des diverses interprétations des comunidades. En 1490 déjà, les revers politiques du lignage d'Arcos, la mort du titulaire et la restitution de Cadix imposée par Isabelle la Catholique avaient fini de convaincre les judéoconvers que la protection du duc de Medina Sidonia, un partisan au demeurant bien tiède de la reine, était plus certaine. Pedro del Alcázar et son fils, Francisco del Alcázar, à la tête d'un groupe de pression très influent à Séville, quittent le duc dont ils percevaient l’acostamiento pour s'inscrire dans la dépendance de don Enrique de Guzmán12 et gagner sa faveur, preuve de la filiation intrinsèque à la maison de Medina Sidonia.

  • 13 Joseph PÉREZ, op. cit., p. 395.

15La particularité de la comunidad de Séville est précisément que le mouvement a été dirigé contre les conversos : l’idée de Juan de Figueroa et de Francisco Ponce de León étaient de soulever le común (le peuple, soit le plat-pays) en canalisant le mécontentement contre les conversos13. Pour autant, faut-il y voir un signe d’inspiration conversa du mouvement ? Ou tout bonnement la conséquence d’une forte présence judéoconverse dans la ville qui aurait donné, au mouvement, sa coloration plus conjoncturelle qu’idéologique ? En outre, l’invective anti-conversa y fut toujours d’une grande banalité au point que les saillies et injures à caractère raciales de 1520 sont, hélas, monnaie courante dans la ville.

b) Une ville conversa

16Séville est une ville judéoconverse, sans l’ombre d’un doute, et si j’élargis l’analyse à la région, la radiographie des conversos depuis la fin du XVe siècle atteste sans contredit le soutien que ceux-ci apportent à la maison ducale des Medina Sidonia.

17Sur un échantillon de 2500 foyers fiscaux pour l’archevêché de Séville et 650 pour l’évêché de Cadix, 71% des conversos vivent dans seulement sept centres urbains (Séville, Sanlúcar, Écija, Jerez, Lepe, Medina Sidonia et Trigueros), et plus de 80% des conversos sont urbains quand la même proportion de la population est rurale. Plus pertinent sans doute pour notre affaire, la répartition des conversos sous juridiction seigneuriale offre une grille de lecture davantage politique. La vie politique en Basse Andalousie étant indissociable des aléas conflictuels nobiliaires, observer l’un donne une juste appréhension de l’autre.

  • 14 Béatrice PEREZ, « Conversos por tierras ducales. ¿Una encrucijada ideológica? », in : Araceli Guill (...)
  • 15 Ibid., Inquisition, Pouvoir, Société. La province de Séville et ses judéoconvers sous les Rois Cath (...)

18Les judéoconvers, par le choix du lieu de leur résidence, ont manifesté leurs craintes de voir la monarchie s'affirmer dans une forme de pouvoir sans partage s’attachant la protection seigneuriale des Medina Sidonia. En constituant plus de 50% de la population de Sanlúcar de Barrameda, et entre 13 et 21% des populations sur les autres terres ducales14, ils apportent un soutien indéfectible aux diverses prétentions des Guzmán dans la région. Ils font, pour ainsi dire, le pari d'une noblesse seigneuriale forte. Le plébiscite est manifeste pour le duc de Medina Sidonia : 75,5% des habitants conversos sous domination seigneuriale vivent sur ses terres. Le duc de Cadix n'attire, sur ses terres, à l’extrême fin du XVe siècle, guère plus de 8% de la population judéoconverse (d’après les recensement d’habilités du tribunal de la fin du XVe15).

  • 16 Ibid., p. 454-463.

19Quelques éléments supplémentaires permettent de mesurer cette confiance dans la capacité à les protéger du duc de Medina Sidonia, cette vie plus suave dans ces zones protégées : le sens des mouvements de population, quand on les perçoit, et le niveau moyen de richesse. Ainsi, dix-neuf conversos ont abandonné la capitale à la suite d’une condamnation, seize d’entre eux se sont réfugiés sur les terres du duc et les trois autres ont fui au Portugal. Dans tout l’évêché de Jerez et l’archevêché de Cadix, six judéoconvers jouissaient d’un patrimoine supérieur à 300.000 maravédis et tous les six vivaient à Sanlúcar de Barrameda. Je pourrais multiplier les exemples, mais il me semble que les choses paraissent assez clairement. Qu’il me suffise d’ajouter que le patrimoine moyen des conversos dans l’archevêché de Séville est de 39.500 maravédis ; de 47.500 maravédis dans l’évêché de Cadix et de 53.500 maravédis à Sanlúcar de Barrameda16.

c) La grande banalité de l’invective anti-conversos

20Comme je le disais tantôt, l’injure à caractère racial maintient effervescente la tension à l’encontre des conversos (pour le dire pudiquement), et la violence de l’injure, si monotone, procède de ce que Pierre Chaunu nommait fort bien « la société de scandale ». Et la chose ne naît nullement en 1520.

  • 17 AGS, Secretaría de Estado, leg. 12, fol. 192 : « En Medina del Campo. Pesquisa contra algunos que h (...)

21D’ailleurs, les conversos retrouvent même une sorte de mordant, après la chute de l’inquisiteur de triste mémoire, Diego Rodríguez Lucero, qui l’avait été de Jerez de la Frontera et la chute du nom moins célèbre inquisiteur général Diego de Deza, encore archevêque de Séville au moment de la comunidad [nous le reverrons]. À Medina del Campo, en 1509, certains conversos – croit-on – avaient calomnié la reine défunte et son mari cupide et la chose était rapporté par le corregidor lui-même, García Sarmiento : « que la reina católica estaba en el infierno y que el rey católico venía a robar el reino »17.

  • 18 Béatrice PEREZ, « ‘Regards braqués’: le texte face à l’Inquisition, entre dénonciation et dissim (...)
  • 19 Archivo de la Catedral de Sevilla, sección IX, Fondo Histórico General, leg.182, exp. 98.
  • 20 Ibid.

22À Séville, Diego Rodríguez Lucero sévit à la cathédrale, en dépit des crimes commis à Cordoue ayant mis la ville à feu et à sang en 150618 par le bon vouloir et la protection de Diego de Deza. En août 1520, alors qu'on célèbre, en la cathédrale, la Saint Augustin, « saliendo la procesión del coro martes día de San Agostín cerca de las tumbas del coro »19, Diego Rodríguez Lucero, chanoine prébendé, décocha à Francisco de Medina, un autre chanoine : « hijo de puta judío, so yo hereje que avéis de fazer pesquiza de mí »20. Diego Rodríguez Lucero, il est vrai, est un personnage inquiet et brutal qui fut écarté définitivement du Saint-Office en 1508, lors d’une congrégation générale célébrée à Burgos [pour finir des jours heureux à Séville], après avoir été inquisiteur de Jerez de la Frontera, puis de Séville, puis enfin de Cordoue. L’affaire de l’insulte ci-dessus évoquée suscita une réprobation de la hiérarchie qui diligenta une enquête pour savoir qui devait être châtié à titre d’exemple. Quatre témoins défilèrent pour raconter l’échange de mots, parmi lesquels deux furent plutôt favorables à Diego Rodríguez Lucero, reportant sur Francisco de Medina l’initiative de l’injure ; deux autres, Juan Cortés et Diego Godo (tout un programme...) accusèrent sans hésitation le bouillonnant Lucero. Dans tous les cas, la teneur des propos rapportée fut la même : Lucero menait enquête pour débusquer les ancêtres juifs de Medina et ce dernier, agacé, aurait clamé qu’il ferait lui aussi sa petite enquête sur les terres originelles de la famille Lucero, car en vérité, nul ne savait vraiment qui était ce Diego Rodríguez Lucero. Ce à quoi l’aimable Lucero avait répliqué par l’offense, ajoutant publiquement « andad para judío ». Et ce qui ne cesse de surprendre, c’est que Francisco de Medina, malgré sa bonne foi et son bon droit, fut débouté et sanctionné.

23Tout concourt à confirmer plusieurs choses dans l’analyse du climat comunero de Séville. Les conversos furent partie prenante, comme élément prégnant de la vie urbaine et municipale autant que comme relais et soutien du duc de Medina Sidonia pris à parti par le coup d’éclat de Juan de Figueroa. Le climat conflictuel qui les désigna comme cibles n’indique nullement qu’ils fussent fragilisés par l’action inquisitoriale. Bien au contraire, ils se structurent en parti politique entre 1508 et 1519 sous l’égide de Pedro del Alcázar et de son fils, Francisco del Alcázar.

II – Alcázar-Gutiérrez de Madrid : un parti dans la ville

24Avant de présenter mes deux hommes dans la Séville des premières décennies du XVIe siècle, il me faut dire que je ne les ai pas choisis au hasard. Lorsqu’on établit des liens entre la comunidad et les conversos ayant cherché à influencer leur programme, c’est précisément à ces deux sévillans que l’on réfère.

  • 21 Fidel FITA, « Los judaizantes españoles… », art. cit., p. 328-329.
  • 22 Ibid.

25En 1531, une information autour de l’argent qu’Alfonso Gutiérrez de Madrid aurait prêté à Juan de Padilla est ouverte sur ordre des membres du Conseil. Sept témoins déclarent sur l’honneur. La somme prêtée par le trésorier a été considérable et elle fut gagée sur un collier ayant appartenu au père de Juan de Padilla, don Pedro López de Padilla. Le prêt d’Alfonso Gutiérrez de Madrid et son offre sibylline « que sabía mucho de los libros de la hacienda del reino »21 n’étaient pas dictés par l’intérêt financier, mais par le souci de voir inscrit dans le programme des comuneros des éléments de réforme de l’Inquisition que le trésorier négociait directement auprès de la Curie Romaine. Ces requêtes ne sont pas nouvelles, elles furent portées entre autres par la réforme avortée de Jean Le Sauvage en 1518. Mais en l’espèce, ce qui est intéressant est que le trésorier portait la demande avec un certain « fulano del Alcázar, veinticuatro y vecino de Sevilla » (notre Francisco) et que celle-ci avait été défendue par le cousin, Luis Gutiérrez, auprès du pape directement qui y avait consenti en octroyant d’une bulle ayant coûté, il faut bien le dire, la coquette somme de 12.000 ducats22. Entre les deux hommes, Alfonso Gutiérrez de Madrid et Francisco del Alcázar, les points communs sont de taille, autant que les différences. La famille Alcázar, conversa, est sévillane de temps immémoriale et relais puissant du duc de Medina Sidonia dans la ville ; Alfonso Gutiérrez de Madrid, converso, est un sévillan d’opportunisme, tout aussi puissant et intouchable.

a) Alcázar, un lignage sévillan de temps immémorial

  • 23 Béatrice PEREZ, « Variété des réseaux sévillans et spécificités marchandes entre Valence et Séville (...)
  • 24 Archivo Histórico Provincial de Sevilla [AHPS], sección Protocolos, leg. 3212, 1483, fol. 3v.
  • 25 Ibid., leg. 19725, 1489, fol. 96v-97r.
  • 26 Ibid., leg. 1497, 1497, fol. 16.

26Si j’observe attentivement les Alcázar, je constate, dans un premier temps, que le lignage est ancien et fortement implanté à l’ombre des ducs de Medina Sidonia, dans une spécialisation socio-professionnelle qui très tôt le prédispose à la promotion sociale (comitre del rey, comme l’était en 1455 Juan Alfón del Alcázar, ou afinador de oro comme l’était Diego del Alcázar en 149523). Cette obédience nobiliaire se lit sans cesse dans le soutien le plus anodin et quotidien. Iohán Bocanegra, caballero de la casa de duque de Medina Sidonia (chevalier de la maison du duc de Medina Sidonia) vend, en 1493, à Gonzalo del Alcázar « hermano del licenciado Pedro González del Alcázar (le frère du licencié Pedro González del Alcázar) » des maisons rue Francos24. En 1489, les rentes du partido (démarcation fiscale) de Jerez de la Frontera et du comté de Niebla sont affermées par Gonzalo de Valencia et par Pedro del Alcázar25. En 1497, Pedro del Alcázar est désormais arrendador (fermier) et recaudador mayor de las rentas de las impusiciones del partido de la madera (collecteur principal des rentes des impositions du bois)26.

  • 27 Archivo General de Simancas [AGS], Contaduría Mayor de Cuentas [CMC], primera época, leg. 100, Inqu (...)

27Cet appui ferme ne fait nul doute et l’on ne peut comprendre autrement le fait qu’en octobre 1496, Diego de Medina, receveur de l’Inquisition de Séville, reconnaisse que Gonzalo del Alcázar lui doit encore 7.250 maravédis des 12.250 maravédis imposés au titre de son « habilitation des choses interdites »27. Il a bien versé 5.000 maravédis en 1494, mais depuis deux ans la dette court sans que personne n'ose l'inquiéter. Et cette complaisance inquisitoriale n'est rien au regard de la déférence royale envers la famille Alcázar. En 1513, Francisco del Alcázar, le fils de Pedro del Alcázar, affermait les rentes de l’almojarifazgo de Séville avec Gonzalo del Puerto. La condamnation inquisitoriale de Gonzalo del Puerto entraîna la confiscation de ses biens et mit Francisco del Alcázar dans une situation des plus délicates. Ferdinand le Catholique en personne, sur la requête de Pedro del Alcázar, en personne ordonna aux inquisiteurs d'abandonner sur-le-champ leurs investigations :

  • 28 AGS, CMC, primera época, leg. 5, sf.

Venerables padres inquisidores del arzobispado de Sevilla e doctor Zumel, teniente de asistente de la dicha ciudad [...] vos están cometidas las cuentas y averiguaciones y debates tocantes al almojarifazgo mayor de Sevilla de los años de 1509 y 1510 y 1511, de que fueron recaudador mayor Gonzalo del Puerto y receptor Francisco del Alcázar [...] se tomó asiento con Pedro del Alcázar, por ser en nombre del dicho Francisco del Alcázar, su hijo, y para lo que toca a lo que la dicha renta del almojarifazgo valió [...] yo vos mando que no vos entremetáis a conocer ni conocéis más de las cuentas e cosas tocantes al dicho almojarifazgo [...] ni en otra manera en lo que toca al dicho Francisco del Alcázar ni a los fazedores del dicho almojarifazgo de los dichos años [...]28.

  • 29 Claudio GUILLEN, « Un padrón de conversos sevillanos (1510) », Bulletin Hispanique, Annales de la F (...)

28Ainsi, ce lignage est cimenté par deux hommes, Pedro del Alcázar et son fils, Francisco del Alcázar, qui s’imposent à la tête d’un groupe de pression tenace à Séville. Dès 1508, ils prennent la tête d’un véritable parti judéoconvers pour négocier directement avec Ferdinand le Catholique des compositions fiscales : le 8 décembre 1508, moyennant une somme de 20.000 ducats, ils obtiennent que les judéoconvers puissent récupérer l'intégralité des biens confisqués jusqu’à la date du 30 novembre 1508, du moins ce qui en restait (la mesure était une réplique aux spoliations abusives du sinistre Diego Rodríguez Lucero) ; le 22 septembre 1509, Pedro del Alcázar et quelques autres, moyennant la somme de 40.000 ducats, obtiennent cette fois l'annulation des confiscations prononcées depuis le 30 novembre 1508. Enfin le 15 juin 1511, la troisième composition offre l'habilitation sociale complète aux conversos de Séville (déclarés aptes pour exercer toute charge de leur choix sans contrainte somptuaires) ; elle leur donne aussi la possibilité de faire le voyage aux Indes29. Ces concessions sont importantes, mais la somme versée ne l'est pas moins : 80.000 ducats. De fait, Pedro del Alcázar est le deuxième plus fort contributeur de la composition de 1511, au prorata du patrimoine déclaré.

29À ce moment déjà, on peut penser que le poids de Francisco del Alcázar lui vient de son engagement au service de l’affermage des rentes du roi. Depuis le xve siècle, il a pris à ferme les rentes des guardas reales, puis celles de l’alcabala de l’huile, puis de l’almojarifazgo, enfin celle des diezmos. Avec son père, ils prennent à ferme les rentes du roi, non seulement à Séville, mais également aux Îles Canaries à partir des années 1520.

  • 30 Éviter d’être payé en monnaie canarienne relève de la prudence la plus élémentaire puisque la monna (...)
  • 31 Luis Álvarez est le frère du drapier Gonzalo Suárez, de Séville, qui s’habilite en 1510 contre la s (...)
  • 32 L. A. ANAYA HERNÁNDEZ, « Los judeoconversos y la creación de la Inquisición canaria a través de un (...)

30Ce déplacement vers les Îles Canaries m’intéresse foncièrement, car l’associé de Pedro del Alcázar, Alfón de Sevilla, se fait payer aux Îles Canaries, preuve qu’ils y ont des intérêts essentiels, car traditionnellement les contrats sont stipulés en monnaies castillanes et payés en Castille30, tant il est vrai que la monnaie canarienne est muable. Ils y ont aussi toute une sociabilité conversa qui vit à Las Palmas de Gran Canaria sous leur protection. Luis Álvarez, marchand « estante en Gran Canaria »31, est fermier pour le compte de Pedro et de Francisco del Alcázar, avec pour mission celle de la collecte de l’almojarifazgo, des tercias et des pechos dans les îles. Accusé, en 1505, d’être le rabbin d’une synagogue clandestine à Las Palmas où se réunit de nuit, toute l’élite financière conversa de l’île, les Alemán, les Boniel, les Carmona, etc., il disparaît opportunément pour réapparaître à Madère grâce à l’intercession des Alcázar32.

  • 33 Mercedes BORRERO FERNÁNDEZ, « Efectos del cambio económico en el ámbito rural. Los sistemas de créd (...)
  • 34 AGS, CMC, primera época, leg. 5, sans numérotation, « Receptoría de los señoríos de Sevilla deste a (...)

31En 1520, Francisco del Alcázar, au faîte du pouvoir (il est regidor, alcalde, tesorero, arrendador) achète le domaine d’Alpízar, dans l’Aljarafe sévillan33 (« señorío y castillo de Alpízar »34) pour devenir un noble local de renom, et fonder, dans les années 1530, quatre majorats en achetant des terres au duc de Medina Sidonia, comme l’écrit le spécialiste Antonio Herrera García :

  • 35 Antonio HERRERA GARCÍA, « La riqueza de algunos descendientes de conversos: los mayorazgos fundados (...)

Todos los indicios que tenemos nos señalan que los negocios de Francisco del Alcázar fueron viento en popa: las adquisiciones de bienes raíces eran de gran volumen y, las que conocemos, se efectuaron directa o indirectamente a sus protectores los Guzmanes, duques de Medina Sidonia, en cuya circunstancia nos es posible intuir la necesidad de numerario de esta casa nobiliaria andaluza [...]35.

Sur la constitution des majorats par Francisco del Alcázar, voir Antonio HERRERA GARCÍA, art. cit.

  • 36 Dans un document inquisitorial de 1516, les judéoconvers sévillans sont qualifiés sans ambiguïté de (...)
  • 37 AGS, section Diversos de Castilla, leg. 8, fol. 86. Le document n'est pas daté, mais nous pouvons a (...)

32En conclusion, il est notoire qu’entre 1508 et 1517, une des familles les plus riches de Séville n'a pas craint de manifester publiquement son origine conversa en se faisant le porte-voix d’un groupe politique de pression36 qui s'auto-désigne « los conversos ». Dans un document sévillan, probablement du début du xvie siècle, on peut lire ceci : « lo que se pide y suplica de parte de los conversos ». Les revendications sont connues, se sont celles que défend Alfonso Gutiérrrez de Madrid auprès des comuneros, celles-là mêmes qui figureraient dans le projet de réforme rédigé par Jean le Sauvage en 151837 :

  • que l’on ne confisque pas leurs biens (« que por el crimen y delito de herejía, non puedan ser confiscados los bienes ») ;

  • que l’on ne puisse prononcer contre eux d’incapacités légales (« que non puedan ser inhabilitados de honras ni beneficios sino que así de lo pasado como de lo porvenir sean hábiles para todo ») ;

  • que ceux qui avaient pris la fuite pour trouver refuge hors du royaume puissent revenir sans peine aucune « a sus casas y faziendas ».

33Le document se termine sur l’évocation de l'aval du pape, qui vient cautionner la légitimité des revendications : « dicen que todo esto se les puede conceder justísimamente por su magestad, y que tratando desta materia, el papa lo tenía concedido, que se tiene por muy cierto que si no fuera justo, no lo concediera ».

b) Alfonso Gutiérrez de Madrid, un Sévillan d’opportunisme ou la conjonction des îles Canaries

  • 38 Pour Miguel Ángel LADERO QUESADA ou Pablo ORTEGO RICO, ces éléments semblent essentiel à comprendre (...)

34Francisco del Alcázar et Alfonso Gutiérrez de Madrid partagent trois points communs qui permettent d’expliquer leur prééminence. Ils sont tous deux conversos et je dirai, au risque de choquer, que ce point ne me semble ni suffisant ni déterminant38. Pour preuve, il est des superbes familles conversas qui disparaissent de la représentation politique en 15 ans à peine et d’autres qui se maintiennent. Un seul exemple suffira à étayer mon propos sans démonstration. La sœur de Francisco del Alcázar, Leonor del Alcázar est marié à Alonso Alemán, fils d’Alemán Poca Sangre el Grande (le patronyme dit la superbe), plus grande famille conversa de la fin du XVe siècle… qui disparaît totalement de la scène politique au XVIe siècle pour se maintenir à peine comme courtiers des Jorge en Amérique. Il en va des conversos comme des Génois : les Riberol (Sopranis de Ripparolio) disparaissent de la Séville impériale alors qu’ils étaient l’antonomase de la puissance ligure dans la ville, au profit de nouveaux lignages de « parvenus ». C’est sans doute la complexité de l’histoire sociale : les choses ne sont jamais binaires comme on voudrait qu’elles le soient : judéoconvers versus Génois ; vieux chrétiens versus judéoconvers. Sans nul doute, la paramètre importe, mais il n’est qu’un paramètre parmi un faisceau d’intérêts.

35Ce sont tous deux des hommes des chiffres et des rentes du royaume, compromis dans la gestion fiscale, implantés aux Îles Canaries tous deux, et qui partagent (ce qui me semble essentiel) une immense richesse.

36Alfonso Gutiérrez de Madrid, je le connais de longue date, non pour les comunidades, ni même pour Séville, mais parce que mes recherches sur les Riberol sévillans m’ont amenée à le fréquenter.

37Francisco de Riberol et Francisco Palomar (deux Génois de la fin du XVe siècle passés par Valence) établissent des liens avec les Lugo, conquérants des Îles Canaries, à la suite de leur rencontre à Madère autour de la commercialisation du sucre dans la dépendance de Bartolomeo Marchionni et de Giannoto Berardi. Leur investissement auprès d’Alonso de Lugo les lie : l’un, avec un droit censitaire viager sur la propriété sucrière d’Agaete (Francisco de Riberol) ; l’autre, avec un titre de propriété sur cette même exploitation (Francisco Palomar). Banquier génois vivant à Valence, Francisco Palomar, gère en association avec Pedro Sánchez (de la famille des trésoriers Sánchez de la couronne d’Aragon sous Ferdinand le Catholique), à Valence, l’une des premières banques génoises de poids.

  • 39 Béatrice PEREZ, « ‘Matemáticas de la negra codicia’, ‘matemáticas de la salvación’. Circuitos econó (...)
  • 40 Mariano GAMBÍN GARCÍA, El ingenio de Agaete. Oro dulce en Gran Canaria a comienzos del siglo XVI [I (...)

38Cette banque de Valence fait l’objet d’une enquête diligentée par Isabelle la Catholique, et menée par Fernando Tello, procureur, et par Alfonso Gutiérrez de Madrid, alors trésorier de Tolède, pour évasion fiscale par utilisation abusive et frauduleuse des lettres de change permettant la sortie illégale de numéraire du territoire castillan vers le royaume de Valence. L’enquête donne lieu à un procès retentissant, en 1503, mettant un coup d’arrêt net à la banque de Valence, et condamnant à la peine maximale Francisco Palomar (qui disparaît un temps, pour réapparaître comme par enchantement aux Îles Canaries où il conserve des intérêts considérables). Sa condamnation dans l’affaire de la banque de Valence a entraîné – après moult vicissitudes – la confiscation de la superbe propriété d’Agaete, donnée – ô bonté divine ! – à Alfonso Gutiérrez de Madrid, qui la revend au demi-frère de Francisco Palomar, Antón Cerezo39. Pourquoi cet homme, si puissant dans la Tolède du tournant du siècle, investit-il dans le commerce du sucre aux Îles Canaries ? Parce que l’affaire est rentable sans nul doute. Et son investissement suit un cheminement lent. En 1505, il prend possession officiellement de la propriété d’Agaete, déclenchant contre lui une série de procès et de réclamations en cascades de Génois proches de Francisco Palomar. Ces procès le contraignent à un premier déplacement sur l’île en 1507, puis à des tractations plus ou moins favorables qui s’étirent de 1511 à 1517, date à laquelle Alfonso Gutiérrez de Madrid, désormais installé à Séville, prend le parti de vendre Agaete à Antón Cerezo pour mettre un terme à toutes les affaires en cours40.

39Deux conclusions ou constats dans un premier temps.

  • 41 Ibid., p. 194.

40Premier constat : 1511-1517, les deux dates marquent, pour Alfonso Gutiérrez de Madrid, deux moments d’afflux de liquidités depuis les îles Canaries. En 1511, il prête un somme importante à la Couronne « sacando a la corona de otro problema de falta de liquidez monetaria, tan crónico durante todo el siglo XVI »41. Cette puissance financière est à la fois une cause et une conséquence.

41La cause de son maintien aux affaires, au point que Martín de Salinas le comparait à un des « quatre évangélistes » (avec l’archevêque de Grenade Rojas, l’évêque de Burgos Fonseca et Juan de Vozmediano)  et écrivait en avril 1524 :

  • 42 Ramón CARANDE, Carlos V y sus banqueros, t. 2, Barcelona : Editorial Crítica, 1990 [1967], p. 87.

En conclusión, Su Magestad ha dado a Alonso Gutiérrez de Madrid todo el reino e Indias; maestrazgos, cruzadas, composiciones, servicios: personas y bienes y potestad, nuevamente, para vender 20.000 ducados de juros y libremente, sin haber contador mayor ni quien le embarace, salvo que de todo lo que se distribuyere y librare tome razón, de él, Juan de Vozmediano. Veis aquí toda la potestad de la hacienda [...]42.

  • 43 Manuel GIMÉNEZ FERNÁNDEZ, Política inicial de Carlos en Indias, t. II, op. cit., p. 276.

42La conséquence de cette gestion des affaires comptables du royaume – desquelles il tire des liquidités qui le place au centre des surenchères dans l’affermage des rentes du royaume, au cœur du négoce américain et des affaires bancaires avec les Grimaldo et les Centurión43.

  • 44 Béatrice PEREZ, « Au nom des siens, pour l’honneur et la réputation. Luis de Riberol, Génois ‘espur (...)
  • 45 Enrique GARRIDO RAYA et Valentín MORENO ESCALANTE, « La red mercantil de los Grimaldi y su proyecci (...)

43Deuxième constat : Alfonso Gutiérrez de Madrid gravite dans la mouvance des Centurión-Grimaldo, nouvelle faction génoise qui a supplanté l’ancienne sociabilité ligure des Riberol-Cairrasco-Uso de Mar au sein du consulat44. Entre 1504 et 1508, la banque des Grimaldi s’impose dans le marché de l’assurance, du prêt à la couronne et au duc de Medina Sidonia, lequel, auparavant, empruntait auprès de Francisco de Riberol45. On le voit sans cesse, l’idée d’un monde génois ayant remplacé les conversos à la faveur de l’action inquisitoriale est trop schématique ou trop simpliste au regard de la complexité des relations d’intérêts nobiliaires, clientélistes, bancaires, etc.

III – La comunidad et les judéoconvers. Les aspirations confuses d’un temps nouveau

a) Alboroto et comunidad. Judéoconvers et loyauté au roi

44Cette complexité est tangible dans le mouvement sévillan, à peine qualifié d’« alboroto » plus que de « comunidad », mais dont la masse documentaire et narrative – pour ce qui ne fut qu’une tempête dans un verre d’eau – atteste la bataille et les enjeux d’une revendication politique des uns et des autres. Pour les zélateurs de la cause monarchique, il importait de laisser trace de leur action pour mieux revendiquer charge et honneur auprès du roi. Un exemple assez éloquent. En 1528, la liste des emplois vacants de Séville envoyée à la Cámara de Castilla et conservée à Simancas nous informent que deux charges d’alcalde (alcadías) sont occupées par Francisco del Alcázar et par Francisco Tello ; Luis del Alcázar, de son côté, est ensayador de la moneda (inspecteur des monnaies). En somme, le pouvoir royal n’a pas été ingrat avec ses défenseurs.

  • 46 AGS, Secretaría de Estado, leg. 16,

[...] hay una escribania del juzgado de causas civiles que tiene un hijo del licenciado Tello difunto que es a proveer a v.m. pareceme que podra bien dar 1.000 ducados [...] hay dos alcaldia delantera que se dicen alcaldes veedores la una tiene Francisco del Alcazar y la otra Francisco Tello son a proveer a v.m. y por la facultad suso dha podra dar por cada una 300 ducados.[...] hay ensayador que tiene Luis del Alcazar renta le 100.000 maravedis es a proveer a v.m. y dandole la facultad dara 500 ducados46.

  • 47 Antonio COLLANTES DE TERÁN, “El alboroto a titulo de comunidad. De 1520 en Sevilla”, art. cit.

45Pour le clan d’Arcos, il importait de maintenir le duc très éloigné de l’action de ses deux jeunes frères – comme si cela eût pu être possible pour ceux qui connaissent les mécanismes de responsabilités de la famille pour les titulaires des majorats, a fortiori pour les détenteurs d’un duché du poids de celui d’Arcos – et de présenter leur geste comme une folie de jeunesse irréfléchie (« fue liviandad de mancebos », comme dit le Discurso de la comunidad). Pourtant, 700 hommes accompagnaient Juan de Figueroa, des « caballeros, ciudadanos y oficiales desta ciudad »47, et tous avaient songé rançonner les riches marchands de la cal de Genoveses et cal de Francos (où ont leur demeure les Alcázar) ou à les passer par le fil de l’épée en cas de refus.

  • 48 Ibid., p. 404, note 55 y p. 440.

46À Séville, la ville s’est divisée entre « alborotados » (révoltés) et « realistas » (royalistes), bien que les revendications aient été d’une confusion sans nom. Les comuneros ont crié « Viva el rey y la comunidad » ; les royalistes ont répliqué « Viva el rey y su justicia »48. Dans la justification idéologique, il faut bien reconnaître que les idées furent pour le moins chaotiques, relevant davantage d’une démagogie éhontée et démontrant qu’en vérité ceux qui se réclamaient de la comunidad n’en avaient pas une idée clairement dessinée.

  • 49 Béatrice PEREZ, Inquisition, Pouvoir, Société…, op. cit., p. 218-220.
  • 50 Antonio COLLANTES DE TERÁN, art. cit., p. 410.
  • 51 Ibid., p. 444.

47Parmi les royalistes, le spectre politique est si vaste qu’on a du mal à concevoir la cohérence du groupe, n’eût-ce été l’intérêt privé des uns et des autres. D’un côté, on trouve les zélateurs de l’Inquisition anti-conversos, les Tello et Diego de Deza (leurs parents, puisqu’Ana de Deza, la sœur de l’archevêque avait épousé Gómez Tello, l’alguazil de l’Inquisition et avait été largement favorisée par l’institution dans les ventes aux enchères des biens des conversos49). De l’autres, les troupes du duc de Medina Sidonia pro-conversos. Et les deux clans, bien que royalistes tous deux, ne se mélangent pas. Tous les témoins soulignent que « las gentes del duque y las de los Tellos iban separadas » 50. Les Tellos sont des clientèles féales à Ferdinand qui se sont faits par accointance avec le personnel inquisitorial. Ils sont tout ce que les conversos sévillans et, partant, le duc, honnissent. Ce sont eux aussi qui ont confisqué la propagande pour mieux capter la lumière et se pousser du collier. D’ailleurs, un témoin raconte que certains criaient « Viva el duque, y los dichos Tellos reñían con ellos diciéndoles que no dixesen ¡Biva el duque! sino ¡Biva el rey! Y que no iban ellos allí sino por servir al rey y no al duque »51. Les Tellos sont ces opportunistes qui ont spéculé sur le roi plutôt que sur le duc. Ils se sont faits les chantres de la cause royaliste pour mieux passer devant le duc. Et les témoins disent que les troupes des Tello marchaient devant ; celles du duc, derrière.

b) Des aspirations confuses vers une réforme spirituelle

  • 52 Manuel GIMÉNEZ FERNÁNDEZ, Bartolomé de las Casas, t. II, op. cit., p. 953, note 3191.

48Si les conversos ont été confusément pris pour cible ici, ils ont compris le parti qu'ils pouvaient tirer ailleurs, en Castille, de ce grand mouvement de contestation pour faire progresser leur propre cause. Alfonso Gutiérrez de Madrid avec Francisco del Alcázar, hommes politiques habiles, jouaient à Rome de leur crédit (au propre et au figuré) pour convaincre le pape de réduire les prérogatives inquisitoriales (« que las cosas del Santo Oficio de la Inquisición se hiciesen con cárcel abierta y testigos públicos »), pendant qu’Alfonso Gutiérrez de Madrid se rapprochait, à Tolède, de Padilla pour lui proposer un appui financier… avec l’espoir de voir la junta comunera de Tolède52 inscrire dans le programme un allégement des rigueurs de la procédure inquisitoriale.

  • 53 Cité par Augustin REDONDO, « Luther et l'Espagne de 1520 à 1536 », Mélanges de la Casa de Velázquez(...)

49Je constate que les judéoconvers que l’on avait cherché à évincer de la représentation politique à une époque où ils ne semblaient pas constituer une faction très solidaire, sont revenus sur le devant de la scène, mieux organisés et plus virulents au point d'amener l'Inquisition au bord de la faillite au moment des Cortès de Valladolid en 1518. Alors qu'on avait cherché à les évincer de l'affermage des alcabalas et des tercias, ils sont les nouveaux fermiers principaux de la monarchie et leur prestige semble restauré. Si en 1492, la lutte inquisitoriale repose sur l'apostasie des conversos voués à la dissidence religieuse ; en 1520, leur restructuration a déplacé le sens de la contestation vers une réforme plus profonde. Sans la conjoncture de Worms, l'Inquisition n'aurait sans doute pas survécu dans sa forme originelle. L'hérésie de Luther, dès les origines de la diète, va autoriser le cardinal Adrien d'Utrecht, alors inquisiteur général, à raffermir l'institution sur de nouvelles bases confessionnelles solides, ruinant ainsi les tentatives de réformes inquisitoriales entreprises par les judéoconvers depuis l'avènement de Charles. Le 12 avril 1521, le cardinal Adrien d'Utrecht et l'Amiral de Castille mettent en garde Charles Quint contre le péril à laisser se répandre les thèses de Martin Luther dans la péninsule, d'autant que ceux qui y travaillaient ambitionnaient la ruine de l'Inquisition : « [...] con incitación y ayuda de algunos destas partes que desean impedir o enervar el Santo Oficio de la Inquisición ha tenido forma de hacer traducir y poner en lengua castellana sus heregías y blasfemias y embiarlas a sembrar y publicar en esta católica nación [...] »53.

50Officiellement, à Worms, une rétractation de Luther restait possible. Mais le courrier du cardinal, antérieur à la réunion, manifeste précisément les inquiétudes des instances dirigeantes espagnoles devant la rencontre des aspirations des conversos et de la Réforme protestante dans un contexte de turbulence politique due à la révolte des comuneros.

  • 54 Hervé MARTIN, « Le legs du Moyen Âge (1450-1520) », in : François Lebrun (dir.), Histoire des catho (...)

51Luther a ouvert la voie vers une réforme spirituelle qui devait permettre aux judéoconvers, à tout le moins l’ont-ils cru !, de réhabiliter la religion ancestrale. Certains conversos, taraudés comme leurs contemporains par des inquiétudes spirituelles nouvelles, n'ont-ils pas ressenti alors « des aspirations confuses vers autre chose »54 ?

  • 55 Marc LIENHARD, « Luther et l'Europe », in : Pierre Chaunu (dir.), L'aventure de la réforme. Le mond (...)
  • 56 Ibid., Martin Luther. Un temps, une vie, un message, Histoire et Société, nº 21, Genève : Labor et (...)

52En 1523, les marranes d'Anvers ont traduit l'œuvre de Luther Que Jésus Christ est né Juif55, qui fait l'objet, cette année-là, de neuf éditions56. Dans cet ouvrage, Martin Luther affirme la solidarité entre les chrétiens et les juifs, appelant de ses vœux un dialogue interconfessionnel qui annoncerait la fin de l'affrontement religieux. Quelques temps auparavant déjà, dans la Préface à l'Ancien Testament, Luther redonnait toute sa place à l'Ancienne Loi dans l'interprétation du Nouveau Testament, niant la pertinence des censures inquisitoriales prononcées contre les Bibles en langue vulgaire :

  • 57 Martin LUTHER, Préface à l'Ancien Testament, in De la liberté du chrétien. Préfaces à la Bible, tra (...)

Il faut donc estimer précieux l'Ancien Testament, dans la mesure même où il ne faut pas mépriser le fondement et la démonstration du Nouveau57.

  • 58 José Luis GONZÁLEZ NOVALÍN, « La herejía luterana y el nuevo rumbo del Santo Oficio », in : Ricardo (...)

53Des positions de ce type ne pouvaient que séduire les conversos que Luther ne vouait pas aux gémonies, affirmant même que la responsabilité des échecs des conversions incombait aux chrétiens eux-mêmes, peu exemplaires dans leurs pratiques d’une foi dépurée. On s'est toujours demandé comment les conversos de Séville avaient pris connaissance des œuvres de Luther. On avance fréquemment l'idée d'une introduction frauduleuse de celles-ci dans des tonneaux de vin58 et il est vrai qu’à Séville, les judéoconvers entretiennent des liens commerciaux privilégiés avec le nord de l'Europe affrétant des navires chargés de vinos bastardos.

  • 59 Pierre CHAUNU (dir.), L'aventure de la Réforme. Le monde de Calvin, Paris: Desclée de Brouwer, 1986 (...)
  • 60 Cette haine et la répression sévère qu'il exerce à l'encontre des conversos suscitent les protestat (...)

54Sans doute la présence du parti converso sévillan à Rome depuis 1516 apporte-t-elle une réponse. En 1516, la Curie a pris position pour Johannes Reuchlin dans le conflit violent qui l'oppose aux dominicains de Cologne. Reuchlin avait alors pris la défense du Talmud contre un repris de justice, juif apostat qui, pour prix de sa liberté, avait renié sa religion et s'était lancé dans une diatribe contre le Talmud. Pfefferkorn (tel était son nom), soutenu par les dominicains, avait rédigé divers pamphlets contre la littérature rabbinique, entraînant dans la polémique l'humaniste Reuchlin qui plaçait la littérature rabbinique au centre d'une érudition nouvelle, dans la ligne de Lorenzo Valla, Cisneros ou Érasme, selon le principe de la collation (la comparaison)59. « L'affaire Reuchlin » (comme l'a qualifiée Érasme) a dessiné les solidarités humanistes qui s’affirment contre les hommes « obscurs » − comme les qualifie l'humaniste Von Hutten (et les humanistes du groupe d’Erfurt) qui publie en 1515 Les épîtres des hommes obscurs − contre les barbares, comprenons, contre les dominicains. Cette affaire ne fut pas une chose isolée, puisque le Ve concile de Latran jugea pareillement que rien, ni dans la lettre du Talmud ni dans l’esprit, n’était contraire au christianisme. Sans nul doute, ces débats eurent une résonnance dans le clan converso sévillan qui en prit connaissance par le biais de leur relais à Rome, suscitant une quasi attente eschatologique. En 1523, la haine anti-conversa hors de propos qu'éprouve García de Loaysa60, Général de l'Ordre des dominicains en Espagne et nouvel Inquisiteur Général, ne se comprend guère si l’on ne garde à l’esprit cette propagande judéoconverse qui assimile dans un même rejet « dominicains, obscurantisme et Inquisition ».

55Ce mouvement de la comunidad ou alboroto sévillan, en vérité, est passionnant, non pour son inscription dans l’économie générale de la Comunidad castillane, mais pour ce qu’il est le souffle palpitant de cette société inquiète que l’on entend encore aujourd’hui. Son programme idéologique n’est qu’un bruit assourdissant et confus, parce que justement les groupes se sont ni soudés, ni cohérents, ni structurés. Ils sont l’agrégat des intérêts des uns et des autres qui se rencontrent au gré des conjonctures et des sursauts historiques. Les conversos ont été cibles et acteurs à la fois, proches du duc de Medina Sidonia et ennemis des Tellos et du clan inquisitorial des Deza, pourtant tous royalistes. Sans doute aussi étaient-ils plus proche du duc d’Arcos et de Juan de Figueroa, en dépit de son geste d’éclat aussi vain que futile…

Haut de page

Notes

1 José Antonio MARAVALL, Las comunidades de Castilla, Madrid : Alianza Editorial, 1994 [1963], p. 189, cite Juan Ignacio GUTIÉRREZ-NIETO, “Los conversos y el movimiento comunero”, Hispania, 1964, XXIV.

2 Fidel FIDA, « Los judaizantes españoles en los cinco primeros años (1516-1520) del reinado de Carlos I. Investigación histórica », Boletín de la Real Academia de la Historia, t. 33 (1898), p. 321.

3 Antonio COLLANTES DE TERÁN SÁNCHEZ, « El ‘alboroto’, a título de Comunidad, de 1520 en Sevilla », Boletín de la Real Academia Sevillana de Buenas Letras, Minervae Baeticae, n° 40 (2012), p. 385-452.

4 Joseph PÉREZ, La revolución de las comunidades de Castilla (1520-1521), Madrid : Siglo XXI, 1998 [1977], p. 393.

5 AGS, Secretaría de Estado, leg. 17, fol. 50.

6 AGS, Secretaría de Estado, leg. 8, fol. 10.

7 AGS, Patronato Real, leg. 1, fol. 51, 12 septembre 1520.

8 Ignacio BAUER LANDAUER, Don Francisco de Benavides. Cuatralvo de las galeras de España, Madrid : Imprenta de Jesús López, 1921, p. 65 : « Don Valencia de Benavides, llamado el Bravo, quien casó por primera vez con doña Leonor de Guzmán, hija natural de don Juan de Guzmán, duque de Medina Sidonia ».

9 Araceli GUILLAUME-ALONSO, « Señorío y Monarquía. El ducado de Medina Sidonia y la política imperial », Carlos V, europeísmo y universalidad, Madrid : Sociedad estatal para la conmemoración de los centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001 (5 t.), t. IV, p. 347-364.

10 Manuel GIMÉNEZ FERNÁNDEZ, Bartolomé de Las Casas, t. II, Política inicial de Carlos I en Indias, Madrid : CSIC/Escuela de Estudios Hispanoamericanos, 1984, p. 952.

11 Joseph PÉREZ, op. cit., p. 394 : « [...] los Medina Sidonia se mostraban más favorables a ciertas operaciones [...]. Bien Medina Sidonia apoyó con toda su influencia a los conversos para permitirles obtener la concesión de las alcabalas y la licencia de exportación [...] o bien los conversos no tenían necesidad de recomendación alguna, y serían entonces los Medina Sidonia quienes habrían comprendido la necesidad de colaborar con los más fuertes y ricos ».

12 Rafael SÁNCHEZ SAUS, Linajes sevillanos medievales. Estudios históricos, Sevilla : Guadalquivir Ediciones, 1991, « Familia Alcázar ».

13 Joseph PÉREZ, op. cit., p. 395.

14 Béatrice PEREZ, « Conversos por tierras ducales. ¿Una encrucijada ideológica? », in : Araceli Guillaume-Alonso et Béatrice Perez (dir.), Influences, confluences: Sanlúcar de Barrameda, ville monde à l'époque moderne, e-Spania, février 2017, https://e-spania.revues.org/26211.

15 Ibid., Inquisition, Pouvoir, Société. La province de Séville et ses judéoconvers sous les Rois Catholiques, Paris : Honoré Champion, 2007, p. 405-416.

16 Ibid., p. 454-463.

17 AGS, Secretaría de Estado, leg. 12, fol. 192 : « En Medina del Campo. Pesquisa contra algunos que hablan mal de la reina católica y de su marido [...] (1509) ».

18 Béatrice PEREZ, « ‘Regards braqués’: le texte face à l’Inquisition, entre dénonciation et dissimulation », in : Anne Duprat (dir.), Violence de l’interprétation (XVIe-XVIIe siècle). Le texte devant l’Inquisition, Leiden/Boston : Brill/Rodopi, 2016. AGS, Patronato Real, leg. 28, doc. 40, « Memorial de la ciudad de Córdoba a la reina sobre los excesos cometidos por el inquisidor mayor Diego de Deza, arzobispo de Sevilla, y por algunos de sus ministros como Diego Rodríguez Lucero ».

19 Archivo de la Catedral de Sevilla, sección IX, Fondo Histórico General, leg.182, exp. 98.

20 Ibid.

21 Fidel FITA, « Los judaizantes españoles… », art. cit., p. 328-329.

22 Ibid.

23 Béatrice PEREZ, « Variété des réseaux sévillans et spécificités marchandes entre Valence et Séville », in : Anita Gonzalez-Raymond, Miguel Jiménez Monteserín et Fabrice Quéro (dir.), Normes, Marges et Confins. Hommage au Professeur Raphaël Carrasco, t. I, Montpellier : Presses Universitaires de la Méditerraée, 2018, p. 249-283.

24 Archivo Histórico Provincial de Sevilla [AHPS], sección Protocolos, leg. 3212, 1483, fol. 3v.

25 Ibid., leg. 19725, 1489, fol. 96v-97r.

26 Ibid., leg. 1497, 1497, fol. 16.

27 Archivo General de Simancas [AGS], Contaduría Mayor de Cuentas [CMC], primera época, leg. 100, Inquisition de Séville, fol. 364. La numérotation est de nous.

28 AGS, CMC, primera época, leg. 5, sf.

29 Claudio GUILLEN, « Un padrón de conversos sevillanos (1510) », Bulletin Hispanique, Annales de la Faculté des Lettres de Bordeaux, t. LXV, 1963, p. 54 et suivantes.

30 Éviter d’être payé en monnaie canarienne relève de la prudence la plus élémentaire puisque la monnaie canarienne est extrêmement muable. Ainsi le réal vaut-il 34 maravédis en Castille et 42 aux Îles Canaries en 1509, puis 48 en 1521 [voir Enrique Otte, « Canaria : plaza bancaria europea en el siglo XVI », in : Francisco Morales Padrón (dir.), IV Coloquio de historia canario-americana, Las Palmas : Universidad de Gran Canarias, 1980].

31 Luis Álvarez est le frère du drapier Gonzalo Suárez, de Séville, qui s’habilite en 1510 contre la somme de 11.250 maravédis pour faire le voyage aux Amériques [voir Claudio GUILLEN, « Un padrón de conversos sevillanos (1510) », art. cit., p. 49-98. Voir également, pour le lien de parenté, Francisco MORALES PADRÓN, art. cit., p. 93 : « Abril 1506, martes. Bartolomé Fontana (vecino y Regidor de la Ysla de Gran Canaria) debe a Gonzalo Suárez (trapero, vecino de Sevilla en la collación de Santa María) e a vos Luys Alvares su hermano, estantes en dicha Ysla, nueve mil ciento cincuenta maravedís, por razón de cierto paño que de vos Gonzalo Suárez recibí comprado, y se obliga a pagarlo en la Ysla de Gran Canaria a Luis Alvarez a fin de junio primero venidero [...] ».

32 L. A. ANAYA HERNÁNDEZ, « Los judeoconversos y la creación de la Inquisición canaria a través de un documento inédito », Tebeto. Anuario del Archivo histórico insular de Fuerteventura (Islas Canarias), n° 14, 1991, p. 13-28.

33 Mercedes BORRERO FERNÁNDEZ, « Efectos del cambio económico en el ámbito rural. Los sistemas de crédito en el campo sevillano (fines del siglo XV y principios del XVI) », En la España medieval V, Estudio en homenage al profesor Claudio Sánchez Albornoz, Madrid : Université de la Complutense, 1986, p. 239-243.

34 AGS, CMC, primera época, leg. 5, sans numérotation, « Receptoría de los señoríos de Sevilla deste año de 1510 ».

35 Antonio HERRERA GARCÍA, « La riqueza de algunos descendientes de conversos: los mayorazgos fundados por el sevillano Francisco de Alcázar », Sefarad, vol. 41, n° 1, 1981, p. 95.

36 Dans un document inquisitorial de 1516, les judéoconvers sévillans sont qualifiés sans ambiguïté de « faction » (partido) : « Comisión de Su Magestad el año de 1516 [...] sobre ciertas querellas que se dieron por parte de la ciudad de Sevilla contra Pedro de Villacis, receptor que fue en aquella Inquisición [...] en que se pretendía el dicho receptor aver fecho exacciones y agravios a diversas personas de aquel partido [...] » (Archivo Histórico Nacional, section Inquisición, libro 1254, fol. 11).

37 AGS, section Diversos de Castilla, leg. 8, fol. 86. Le document n'est pas daté, mais nous pouvons affirmer qu'il est contemporain de la pragmatique de réforme de Jean le Sauvage, précisément en raison de la teneur des revendications qu'il contient. Pour plus de précisions, se reporter à la pragmatique, reproduite dans l'ouvrage publié sous la direction de Raphaël CARRASCO, Aux premiers temps de l'Inquisition espagnole (1478-1561), Montpellier : Université de Montpellier III, 2002, p. 300-312.

38 Pour Miguel Ángel LADERO QUESADA ou Pablo ORTEGO RICO, ces éléments semblent essentiel à comprendre je-ne-sais-bien si un atavisme ou le ciment d’un réseau, comme une « grammaire tribale ».

39 Béatrice PEREZ, « ‘Matemáticas de la negra codicia’, ‘matemáticas de la salvación’. Circuitos económicos genoveses del Mediterráneo al Atlántico a principios de la época moderna », in : Juan José IGLESIAS RODRÍGUEZ, José Jaime GARCÍA BERNAL et Isabel María MELERO MUÑOZ (coord.), Ciudades atlánticas del sur de España. La construcción de un mundo nuevo (siglos XVI-XVIII), Sevilla : Universidad de Sevilla, 2021.

40 Mariano GAMBÍN GARCÍA, El ingenio de Agaete. Oro dulce en Gran Canaria a comienzos del siglo XVI [I], Santa Cruz de Tenerife : Oristán y Gociano Editores, p. 170 et suivantes.

41 Ibid., p. 194.

42 Ramón CARANDE, Carlos V y sus banqueros, t. 2, Barcelona : Editorial Crítica, 1990 [1967], p. 87.

43 Manuel GIMÉNEZ FERNÁNDEZ, Política inicial de Carlos en Indias, t. II, op. cit., p. 276.

44 Béatrice PEREZ, « Au nom des siens, pour l’honneur et la réputation. Luis de Riberol, Génois ‘espurio y bastardo’, contre le clan des Grimaldi et consorts », in : Béatrice Perez (dir.), La Reputación, quête individuelle et aspiration collective dans l’Espagne des Habsbourg. Hommage à la Professeure Araceli Guillaume-Alonso, Paris : PUPS, coll. « Iberica », 2018.

45 Enrique GARRIDO RAYA et Valentín MORENO ESCALANTE, « La red mercantil de los Grimaldi y su proyección desde Sevilla a La Española », Temas americanistas, n° 29, 2012, p. 11-12.

46 AGS, Secretaría de Estado, leg. 16,

47 Antonio COLLANTES DE TERÁN, “El alboroto a titulo de comunidad. De 1520 en Sevilla”, art. cit.

48 Ibid., p. 404, note 55 y p. 440.

49 Béatrice PEREZ, Inquisition, Pouvoir, Société…, op. cit., p. 218-220.

50 Antonio COLLANTES DE TERÁN, art. cit., p. 410.

51 Ibid., p. 444.

52 Manuel GIMÉNEZ FERNÁNDEZ, Bartolomé de las Casas, t. II, op. cit., p. 953, note 3191.

53 Cité par Augustin REDONDO, « Luther et l'Espagne de 1520 à 1536 », Mélanges de la Casa de Velázquez, I (1965), p. 122.

54 Hervé MARTIN, « Le legs du Moyen Âge (1450-1520) », in : François Lebrun (dir.), Histoire des catholiques en France, Paris : Privat, col. Pluriel, 1980, p. 72.

55 Marc LIENHARD, « Luther et l'Europe », in : Pierre Chaunu (dir.), L'aventure de la réforme. Le monde de Calvin, Paris : Hermé, 1986, p. 104.

56 Ibid., Martin Luther. Un temps, une vie, un message, Histoire et Société, nº 21, Genève : Labor et Fides, 1991.

57 Martin LUTHER, Préface à l'Ancien Testament, in De la liberté du chrétien. Préfaces à la Bible, traduction de Philippe Büttgen, Paris : Point Essais, 1996, p. 99.

58 José Luis GONZÁLEZ NOVALÍN, « La herejía luterana y el nuevo rumbo del Santo Oficio », in : Ricardo García-Villoslada (dir.), Historia de la Iglesia en España, Madrid : BAC, 1980.

59 Pierre CHAUNU (dir.), L'aventure de la Réforme. Le monde de Calvin, Paris: Desclée de Brouwer, 1986, p. 70-71 et Renée NEHER-BERNHEIM, Histoire juive de la renaissance à nos jours. Faits et documents, Paris : Klincksieck, 1971.

60 Cette haine et la répression sévère qu'il exerce à l'encontre des conversos suscitent les protestations très vives des représentants des villes aux Cortès de Valladolid en 1523. Voir Ricardo GARCÍA-VILLOSLADA (dir.), Historia de la Inquisición en España y América, t. I, p. 447-448.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Sur la constitution des majorats par Francisco del Alcázar, voir Antonio HERRERA GARCÍA, art. cit.
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/50269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Perez, « Inquisition, judéoconvers et comunidad à Séville. Les aspirations confuses d’un temps nouveau »e-Spania [En ligne], 47 | Février 2024, mis en ligne le 17 février 2024, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/50269 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.50269

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search