Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Les Comunidades de Castille. Guer...Les Comunidades de Castille. Guer...

Les Comunidades de Castille. Guerre civile et restauration de l’ordre monarchique au XVIe siècle

Les Comunidades de Castille. Guerre civile et restauration de l’ordre monarchique au XVIe siècle

Introduction
Béatrice Perez et Sylvain André

Texte intégral

1La question proposée au concours de l’agrégation d’espagnol pour les années 2024-2025 est une question ramassée chronologiquement, ne présentant pas de complexité thématique, si ce n’est celle de connaître avec précision, dans ses acceptions politique, économique, sociale, idéologico-religieuse, la période historique évoquée et les sursauts des premières décennies du XVIe siècle. Dans la formulation de ce programme1, la première chose qui interpelle et doit attirer l’attention est la notion de « guerre civile » immédiatement posée en exergue. C’est un des enjeux de la question que celui de trancher en faveur de la conception d’une guerre civile, qui n’a pas toujours été nommée ainsi. Révolte comunera ? Révolution ? Guerre civile ?

Enjeux sémantiques, débat idéologique

2Ce premier débat terminologique recoupe, au demeurant, un titre de Joseph Pérez, « De la Révolte à la révolution » – terminologie que l’historien contourne souvent par l’appellation « mouvement comunero ». La formulation du sujet évacue, toutefois, tout axiome idéologique, pour prendre en compte une complexité sémantique qui requiert une analyse contextualisée des termes et des concepts. C’est le sens de l’article d’Hipólito Rafael Oliva Herrer, « La semántica del término comunidad, el cambio institucional en las ciudades y las interpretaciones del conflicto comunero », démontrant combien la charge sémantique du terme comunidad entérine les évolutions progressives des structures urbaines. Les grands axes d’analyse se dessinent logiquement, depuis les crises et les effervescences sociales entre les années 1504-1520 (le déséquilibre commercial et les relations tendues avec les Flandres ; les premiers jalons d’un mercantilisme castillan en faveur d’une politique économique « nationale » ; l’élection impériale et ses enjeux économiques) jusqu’au conflit.

  • 2 Quod omnes tangit ab omnibus tractari et approbari debet, formule tirée du droit romain qui veut qu (...)

3Un arrêt sur image dissèque les forces en présence – que l’on aurait tort de tenir pour des entités clairement distinctes – ; la sociologie vrillée du mouvement ; la conception idéologico-politique non moins enchevêtrée ; les grandes idées par-delà les actes, découlant des théories médiévales liant le roi au royaume, le roi à ses sujets, le roi à sa noblesse, dans une appréhension fluctuante des termes de « libertad » et de « bien común ». Sans cesse, en filigrane, est posée la question du consentement du plat pays, cette idée somme toute banale en cette première modernité du Quod omnes tangit, ab omnibus debet approbari, vieil adage que les comuneros réaffirment haut et fort2.

  • 3 Obras del ilustrisímo señor don Antonio de Guevara, obispo de Mondoñdo, predicador, cronista, y del (...)

4La particularité de ce mouvement de 1520 demeure, sans nul doute, le choc que provoque la déflagration insurrectionnelle, alors que les signes analysés a posteriori orientaient clairement vers une acmé violente. Mais justement, les contemporains n’ont pas pris la mesure du mécontentement, ni celle de la force des revendications politiques, quand bien même celles-ci furent confuses ou confusément exprimées par les uns et les autres. Les termes de « guerre », de « grande révolution », sont d’ailleurs souvent employés par les contemporains eux-mêmes. Ainsi, fray Antonio de Guevara, dans une lettre à Antonio de Zúñiga écrit-il « en tiempo de tan gran revolución como ésta »3.

5Dans tous les cas, la guerre des Comunidades est la première révolution de caractère moderne en Espagne, et sans doute parmi les premières en Europe. Elle est moderne, et à la fois très ancrée dans des problématiques médiévales. Dans ses formes, elle demeure chargée de traditions chevaleresques ; dans ses revendications, elle est moderne en cela qu’elle annonce, à la fois, les prémisses d’une économie mercantiliste et une rupture institutionnelle de la conception roi-royaume, c’est-à-dire de la conception théocratique du pouvoir royal modifiant la perception d’un « roi vicaire de Dieu » qui ne serait – au regard des Cortès, siège de la soberanía – qu’un « roi mercenaire » du peuple et stipendié par lui par le truchement du servicio.

6Les éléments de revendication comme la fiscalité ; l’ordre et la structuration politique de la société ; l’opposition dans l’articulation roi-royaume (où, sans revenir sur l’origine divine de la monarchie, le centre de gravité de la soberanía se déplaçait du pouvoir royal – soit, de la magestad – au reino (terme désignant à la fois le royaume et les sujets) dont la représentation était l’institution des Cortès. Le conflit portait sur un point de fiscalité qui, bien que détonateur, ne fut rien d’autre que l’achoppement saillant de la conception politique du royaume et du rôle du roi dans ce corps politique de la Castille. Et cet affrontement fut avant tout idéologico-politique.

  • 4 Alain MILHOU, Pouvoir royal et absolutisme dans l’Espagne du XVIe siècle, Toulouse : Presses univer (...)

7Aujourd’hui, nul ne nie le substrat idéologique de cette guerre, depuis les thèses magistrales de Joseph Pérez et celles de José Antonio Maravall. L’idée n’est plus contestée ni contestable, ni discutée, tant elle est reconnue et circonstanciée. « Le royaume n’appartient pas au roi, mais à la communauté [El reino no es del rey sino de la comunidad] ». Cette phrase de Martín de Azpilcueta (grand théoricien de la soberanía et de la pensée scolastique sous Philippe II) est celle qui sous-tend, très en amont, la guerre des Comunidades. Cette pensée, qui se fonde sur la tradition démocratique du thomisme universitaire, sur la tradition castillane du concejo abierto et sur la tradition des jurisconsultes ou civilistes italiens – une forme de républicanisme aristotélicien –, n’est pas celle qui va s’imposer, mais elle « pose de vraies questions qui sont encore d’actualité »4. Le mouvement avait des fondements solides théorico-politiques, certes avec des racines qui plongeaient profondément dans le XVe siècle, mais qui se doublaient de réflexions extrêmement novatrices, en termes de fiscalité et de modernité politique, en établissant un lien de causalité intrinsèque dans le rapport roi-peuple-bien commun. De la sorte, en partant de principes scolastiques traditionnels, les comuneros ont énoncé une théorie de la souveraineté du « plat pays » (el pueblo llano, la comunidad) venant borner le pouvoir du roi. Cette inversion du rapport de force constitue le caractère proprement « révolutionnaire » de la pensée du mouvement.

« Rey » et « Reino » : les tensions d’une construction politique moderne

8Les premières Cortès réunies par Charles, celles de Valladolid en 1518, avaient affirmé que le roi « était un mercenaire appointé par la nation » : il était, certes, le plus haut membre du corps politique du royaume, mais il n’était pas autre chose qu’un homme exerçant « le métier » (el oficio) de roi au service du royaume. Cette idée d’un roi appointé par le royaume est, avant l’heure, l’inspiration de la rébellion des comuneros.

9Pourtant, cette phrase si souvent mise en exergue, ne représente guère une nouveauté.

10Un demi-siècle plus tôt, aux Cortès d’Ocana, en 1469, on avait entendu une solennelle déclaration de principe similaire. S’adressant au roi, un député avait résumé en une phrase l’esprit qui inspirait la philosophie politique du contrat liant le roi au peuple : « Vous êtes notre mandataire/mercenaire et vos sujets vous payent pour remplir une fonction ».

  • 5 Remedios MORÁN MARTÍN, « Alteza… mercenario soys. Intento de ruptura institucional en las Cortes de (...)

11On lui faisait l’affront de lui rappeler les définitions les plus élémentaires de sa charge de roi. Être roi, c'était rendre droitement la justice (« que el oficio de rey [...] era regir, y hase de entender bien regir, que el rey que mal rige, no rige sino disipa »), c'est-à-dire donner à chacun ce qui lui revenait (« dar a cada uno lo suyo es oficio de rey y este tal ejercicio se llama justicia »). Voilà en quoi consistait le « métier de roi » : rendre la justice, car c'était là la contrepartie de la solde reçue par le peuple, et c’était là une lourde charge et non une sinécure (« vuestra dignidad real, cargo tiene y a cargoso trabajo es subieta, y vuestro cargo es que mientras vuestros súbditos duermen, vuestra alteza vele guardándolos »5).

12Ce texte, dont les échos se feront entendre en 1518, révèle les tensions extrêmes d'un pouvoir institutionnel en crise et les formules, loin d'être simplement de chancellerie, s'insèrent dans des contextes qui donnent à la forme une intentionnalité particulière et une virulence toute calculée. Depuis un « roi vicaire de Dieu » et inviolable à un vulgaire mercenaire du « plat pays », c'est toute la complexité de la relation roi-royaume qui travaille le corps politique.

  • 6 Discours prononcé par les villes aux Cortès d’Olmedo en 1445. Voir Angus MACKAY, La España de la Ed (...)

13À Olmedo préalablement, en 1445, les villes, réunies à la demande du roi Jean II quelques jours avant la bataille décisive contre les Infants d’Aragon, avaient travaillé à l’interprétation de la loi XXV de la Segunda Partida, título 13, afin d’en permettre la promulgation officielle par le souverain. Cette loi, « Cual deve el pueblo ser e conoçer e amar e temer e onrrar e gardar al rey », érigeait en devoir immuable l’amour et le respect que le peuple devait avoir pour son roi, rappelant aux sujets, qu’en toute occasion, ils devaient protéger leur souverain, au détriment même de sa propre politique, fût-elle erronée, car son cœur se trouvait entre les mains de Dieu et il était la tête et l'âme du peuple6

14Cette idée, à son tour, avait été énoncée préalablement en 1439, par Jean II, « Los que al rey resisten son vistos querer resistir a la orden de Dios » – sous l’inspiration d’Álvaro de Luna –, et les Cortès l’avaient reprise en 1445 pour des questions politiques (le discours s’inspire directement de l’Épître aux Romains de Saint-Paul, « Si bien que celui qui résiste à l’autorité se rebelle contre l’ordre établi par Dieu »).

15En vertu de cette loi, le roi était « el señor puesto en la tierra en logar de Dios », ce qui renforçait le principe d'un pouvoir dit « descendant » d'une monarchie de droit divin et, en tant que vicaire de Dieu sur terre, il ne connaissait, au temporel, nulle autorité au-dessus de lui, se déclarant ipso facto dégagé de l’observance des lois (princeps legibus solutus est).

  • 7 José Manuel NIETO SORIA, « El ‘poderío real absoluto’ de Olmedo (1445) a Ocaña (1469): la monarquía (...)
  • 8 Béatrice PEREZ, « Figure d’un favori exemplaire au XVe siècle : le règne d’Alvaro de Luna, “mayor s (...)

16Il pouvait ainsi légiférer en vertu de sa « certaine science » (« mi cierta ciencia ») et de son « motu propio » (sa seule initiative)7. Le peuple devait alors s’en remettre au roi, le protéger en toute circonstance et tout acte de trahison ou de déloyauté envers lui devait être puni sans clémence aucune. La loi XXV, Segunda Partida, título 13, dans son argumentaire interprétatif, se gardait d’évoquer la figure du tyran pour mieux passer sous silence le « devoir de résistance » que certains voulaient promouvoir8.

17Un texte politique trop méconnu encore sous cet angle nous intéresse particulièrement pour comprendre les racines du « devoir de résistance », le Memorial que le bachiller tolédan García de Mora rédigea en 1449 pour défendre la Sentence-Statut, première velléité d’ostracisme des judéoconvers de la ville de Tolède. Celle-ci, pour se protéger de la « tyrannie » du favori et combler ce « defecto de jurisdicción » d’un monarque incapable de gouverner (manifestant « remisa y negligente condición de rey », tel que l’écrit Fernán Pérez de Guzmán dans les Generaciones y Semblanzas) avait, de sa propre initiative, fomenté la révolte de la comunidad contre les conversos et contre le favori Álvaro de Luna pour garantir la justice et combler ainsi les défaillances du pouvoir monarchique :

  • 9 Memorial del Bachiller Marquillos de Mazarambros, in : Eloy Benito RUANO, Los orígenes del problema (...)

Conoscida cosa sea cómo en las grandísimas e intolerables crueldades e inhumanidades hechas en el género humano y cristiano de los dichos Reinos de Castilla y de León, de cuatro años a esta parte, por el malo tyrano D. Álvaro de Luna, Condestable que se llama de Castilla [...] y porque no mana de su voluntad [del rey] pues aquélla está presa y opresa con todos sus reynos del dicho tirano cuyos mandamientos obtempera, cumple y obedece el dicho señor rey [...] porque sobre esto requirieron muchas veces al señor rey y non fallaron en él justicia, en defecto de la cual, por su propia autoridad pudieron [la comunidad de Toledo] hacer lo que hicieron9.

18Ce qui importe, par-delà la conjoncture, c’est ce principe de « devoir de résistance » contre la figure d’autorité suprême qui prenait définitivement corps dans la société castillane de la fin du XVe siècle.

19Au lendemain de la révolte de 1449, le bachiller Marcos García de Mora livrait, dans son Memorial, une justification du mouvement en déployant un programme politique donnant la prééminence à une comunidad désormais seule instance rectrice d’une monarchie défaillante. Contre la tyrannie du souverain, « los pueblos » pouvaient agir, après un premier devoir de critiques, pour corriger un pouvoir royal défaillant.

  • 10 José Antonio MARAVALL, Las comunidades de Castilla, Madrid : Alianza Universidad, 1994 (1979), p. 6 (...)

20Les Rois Catholiques, pour leur part, considéraient la politique comme l’affaire exclusive de la couronne, une affaire dont les sujets ne devaient point se mêler et n’étaient nullement consultés. Le jeu des Cortès ne servait, dès lors, qu’à la négociation autour du servicio et du vote du subside. Cette volonté de « dépolitisation » de la comunidad s’affirme nettement dans les municipalités dirigées par des oligarchies resserées, exclusivement chargées des tâches de gestion. À l’échelle de la couronne de Castille, la noblesse et les Cortès furent soigneusement tenues à l’écart des affaires politiques du royaume. Or, la forme de gouvernement qui émerge avec force à la Renaissance ne se conçoit pas sans les villes, parce que l’État se construit en prenant appui justement sur les réseaux politiques et économiques urbains. En cela, le mouvement des comuneros, dans ses revendications, met en jeu des éléments protonacionales tels que la capacité à fédérer les villes à la fin du XVe siècle, le pouvoir monarchique comme élément d’unification et d’intégration politique, contre un modèle imprégné du « poderío real absoluto » concentrant la tendance fédératrice du reino entre les seules mains du monarque. Le sentiment s’accentue d’une perception irréconciliable entre l’éthos politique proto-national des villes et des comunidades castillanes, d’une part, et une dignité impériale à vocation universelle, l’impérialisme habsbourgeois, d’autre part10.

21Ainsi, la Real provisión de Charles en date du 5 septembre 1519, depuis Barcelone, logiquement clamait qu’en vertu de sa dignité impériale, il nommait régent le cardinal d’Utrecht « cómo es la dignidad imperial tan grande y sublime sobre todas las otras dignidades temporales de la tierra ».

22Pourtant, en attendant le retour du roi, il fallait dire qui exercerait le pouvoir à sa place. La Junte voulait peser sur le choix de ce régent en récusant le cardinal Adrien d’Utrecht. C’est ce qui explique que la reine, dans les références, ait été inlassablement antéposée dans sa dignité de « reine légitime propriétaire du royaume » à la dignité impériale de Charles (chez les comuneros, on n’entend pas, ou plus, ces revendications de la chrétienté médiévale du totius orbis). C’est comme si les choses du Saint Empire avaient relevé d’une juridiction qui ne recouvrait en rien celle du roi de Castille. Dans cette négation à reconnaître une union ou superposition partielle entre la Couronne de Castille et l’Empire, se fait jour le principe très bartolien faisant de chaque ville ou reino un corps politique « superiorem non recognoscentes ».

23La critique ne portait pas sur la personnalité des hommes (encore que certains suscitaient un profond rejet), mais sur le mode de désignation, car le roi n’avait pas consulté, pour ce faire, le royaume, niant la conception démocratique du thomisme universitaire, rompant le pacte le liant au royaume représenté par les Cortès et balayant la nécessaire association du royaume aux décisions de politique intérieure. Au cœur de la crise, l’un des vice-rois, l’amiral de Castille, résume parfaitement la position des rebelles : ils voulaient inverser la prééminence et mettre le royaume au-dessus du roi.

  • 11 Béatrice PEREZ, « Une triple résistance au “poderío real absoluto” sous Henri IV de Castille : nobl (...)

24Désormais, le royaume – et la Junte en son nom – entend assumer la réalité du pouvoir en bornant l’autorité ou l’arbitraire du roi. Le chroniqueur Pedro Mejía l’exprime sans ambigüité : les comuneros veulent mettre le roi sous tutelle. Ainsi, entre la déclaration d’Álvaro de Luna défendant un roi, Jean II, au-dessus des lois (« Todas las leyes tiene so sy »11) et la conception des comuneros, qui voulaient faire du royaume le siège d’exercice de la souveraineté, en se hissant à la hauteur du roi, ou un peu au-dessus, on mesure l’incommensurable écart politique… Le contre-point, sans cesse, s’établit entre une conception revendiquée comme proprement castillane et une nouvelle modalité dynastique d’exercice du pouvoir :

  • 12 J. A. MARAVALL, op. cit., p. 75.

Ellos eran solo Reyes destos Reinos, de nuestra lengua, nacidos y criados entre nosotros, conocían a todos, criaban los hijos e hijas en su Corte, arraigáabase el amor ; los que morían en su servicio, pensaban que en ellos dejaban padres a hijos, sabían a quien hacían las mercedes ; y siempre las hacían a los que más las merecían ; jamás se veían sin rey, andaban por sus Reinos, eran conocidos de grandes y pequeños ; comunicables con todos, oían sin aspereza y respondían con amor que en verdad tanto contentaba una buena respuesta como una merced ; en su mesa y cámara andaban todos ; ellos tenían confianza dellos y ellos dellos ; no veían la extrañeza de agora, ni la gente de armas comoer los pueblos, que la gente menuda tanto siente12.

25Les articles qui sont présentés dans ce volume monographique abordent différents aspects de la guerre des Comunidades pour en offrir une vision originale et complémentaire du programme d’agrégation, sans prétendre à l’exhaustivité tant la bibliographie est abondante sur la question.

26Juan Manuel Carretero Zamora offre une analyse de la fiscalité et de la politique financière qui embrassaient, au cœur du programme des comuneros, des aspects fondamentaux tels que la gestion des revenus et des dépenses publiques, dans un contexte d’opposition frontale entre deux modèles : la politique de la cour de Charles Ier (défenseur des urgences privées de la dynastie de Bourgogne-Habsbourg) et la politique castillane, opposée à la modification des pactes traditionnels entre la couronne et le royaume du temps des Rois Catholiques et du cardinal Cisneros.

27Celui d’Alberto Marcos Martín étudie la défense du patrimoine royal et le sens des aliénations pécuniaires du patrimoine royal. Elles ont fonctionné comme un enjeu de l’adhésion au projet politique de la monarchie de tous ceux qui bénéficiaient de ces ventes. D’une certaine façon, Charles et les nobles avaient partie liée : le premier réaffirmait ses prérogatives ; les seconds, leurs privilèges qu’ils tenaient du roi lui-même, qu’il ne fallait point trop affaiblir au risque de s’affaiblir indirectement – d’autant plus que de nombreux municipes cherchaient à s’affranchir du régime seigneurial pour se rattacher au domaine du realengo.

28Il y avait, dans cette manière de gouverner de Charles (« esta nueva guisa » ou « estos nuevos modos » comme on lit chez les contemporains), quelque chose qui heurtait le mode de gouvernement des Rois Catholiques, lesquels avaient posé les premiers ferments de l’état moderne en Castille quand Charles faisait preuve d’une conception dynastique « patrimoniale » de la monarchie. En ce sens, l’article d’Alberto Marcos Martín essaie de démêler ces enjeux patrimoniaux, le patrimoine étant entendu tantôt comme un bien public, tantôt comme un bien privé de la couronne. En étudiant les propositions des villes afin de défendre l’inaliénabilité du patrimoine royal, l’auteur met en lumière les effets désastreux des ventes patrimoniales et la conscience aigüe que les comuneros en avaient.

29Hipólito Rafael Oliva dissèque la sémantique politique du terme comunidad, qui se charge de virulence institutionnelle au gré des conjonctures historiques. Ainsi, « l'analyse dans leur contexte des significations du terme montre, toutefois, que ces changements institutionnels découlent de l’évolution des structures existantes et qu'il procède du protagonisme désormais acquis par l'ensemble de la communauté politique urbaine au cours du conflit ».

30Béatrice Perez analyse, pour sa part, la comunidad de Séville et pose la question de l’appréhension de cette révolte éphémère (« alboroto ») dans l’économie général d’un mouvement historique de cet ampleur. Elle constate qu’en dépit du coup d’éclat fugace que représenta la révolte sévillane des 16 et 17 septembre 1520, l’historiographie n’a eu de cesse d’interroger les faits, les récits, la sociologie des individus mentionnés, leurs impulsions profondes, leurs espoirs secrets, preuve s’il en est qu’il y eut, derrière cette micro révolte, des éléments complexes : des luttes seigneuriales et de clans nobiliaires ; des conflits idéologico-religieux ; une lutte démagogique confuse ; des aspirations vers autre chose.

31Claudio César Rizzuto se centre sur les aspects religieux et ecclésiastiques de la révolte en portant une attention particulière aux éléments liés à la réforme de l’Église pendant ces temps troubles en Europe, et c’est un aspect qui aide à mieux comprendre les comunidades dans une histoire qui la dépasse et l’englobe.

32Enfin, Ricardo García Cárcel et Rosa María Alabrus Iglesias introduisent un élément comparatif salutaire entre les Comunidades et les Germanías de Valence et de Majorque. Si les premières avaient été une révolte essentiellement politique opposée à l’Empire tel qu’il fut conçu par le roi Charles, les Germanías n'auraient été – selon l’historiographie jusque dans les dernières années du XXe siècle – qu’une profusion de vulgaires jacqueries propres aux convulsions de l’époque, à caractère plus sociales que politiques. L’article montre que les points de concordance, pourtant, furent bien plus nombreux qu'on ne l’a répété.

33Nous remercions la revue e-Spania et sa directrice, Hélène Thieulin-Pardo, de nous accueillir pour ce volume monographique. C’est une chance et un honneur d’y publier le résultat de la journée d’études qui nous a rassemblés en janvier 2024.

34Enfin, nous voudrions citer, pour finir, Raquel Ferrón et Victoria Villalba, toutes deux doctorantes contractuelles de la Faculté des Lettres au sein de l’équipe CLEA, qui ont aidé grandement à la publication de ce volume. Elles ont relu avec nous les articles, et Victoria Villalba a traduit celui d’Alberto Marcos Martín. Qu’elles soient toutes deux remerciées pour ce travail immense au bénéfice de l’équipe.

Haut de page

Notes

1 https://www.devenirenseignant.gouv.fr/media/8360/download

2 Quod omnes tangit ab omnibus tractari et approbari debet, formule tirée du droit romain qui veut que ce qui concerne tout le monde, soit approuvé par tous. Il est le socle des théories de la représentation politique dans les monarchies modernes.

3 Obras del ilustrisímo señor don Antonio de Guevara, obispo de Mondoñdo, predicador, cronista, y del Consejo de S. M., contiene las Epístolas familiares..., « Letra para don Antonio de Zúñiga », p. 37, en ligne : https://books.google.fr/books?id=cytFAQAAMAAJ&pg=PA39&lpg=PA39&dq=%22en+tiempo+de+tan+gran+revolucion+como+esta%22++antonio+de+guevara&source=bl&ots=LeqigBARGn&sig=ACfU3U3rhyDkB7iBsFIW7RdjLDXyXxW9SQ&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjZo-qSjqSEAxXOR6QEHes-DfsQ6AF6BAgOEAM#v=onepage&q=%22en%20tiempo%20de%20tan%20gran%20revolucion%20como%20esta%22%20%20antonio%20de%20guevara&f=false

4 Alain MILHOU, Pouvoir royal et absolutisme dans l’Espagne du XVIe siècle, Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 1999.

5 Remedios MORÁN MARTÍN, « Alteza… mercenario soys. Intento de ruptura institucional en las Cortes de León y Castilla », Coups d'État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid : Casa de Velázquez, 2005, p. 110, appendice livrant le texte des Cortès d’Ocaña.

6 Discours prononcé par les villes aux Cortès d’Olmedo en 1445. Voir Angus MACKAY, La España de la Edad Media desde la frontera hasta el imperio, Madrid : Cátedra, 1977, p. 151 et p. 153: « [...] el rey cuyo corazón es en las manos de Dios, y lo él guía e inclina a todo lo quel plaze, el cual es vicario y tiene su logar en la tierra y es cabeza y corazón y alma del pueblo [...] ». Voir également le texte publié dans Manuel TUÑÓN DE LARA, Historia de España, vol. XI, Textos y documentos de historia antigua, media y moderna, Madrid : Labor, 1984, p. 309-310.

7 José Manuel NIETO SORIA, « El ‘poderío real absoluto’ de Olmedo (1445) a Ocaña (1469): la monarquía como conflicto », in : En la España Medieval, n° 21, Madrid : Universidad Complutense, 1998, p. 167 : « En efecto, con la alusión a ‘de mi cierta ciencia’, que da justificación a la aplicación del ‘poderío real absoluto’, se muestra a un rey que se eleva por encima de la ley como consecuencia de su conocimiento de una causa justa (el bien común), que sólo él conoce en todas sus implicaciones y exigencias, motivando la producción de normas que no explica, sino que impone como poseedor que es de un poderío real absoluto, que usa por su particular y libérrima iniciativa, ‘motu propio’ [...] ».

8 Béatrice PEREZ, « Figure d’un favori exemplaire au XVe siècle : le règne d’Alvaro de Luna, “mayor señor sin corona” », in : Ricardo SAEZ (dir.), L’Espagne des validos, 1598-1645, Rennes : PUR, 2009. Voir également B. PEREZ, « “Guarda que tus pueblos no osen dezir, que si osaren dezir, osarán fazer”. Quelques discours de légitimation comme prélude à la déposition (1366, 1464) », in : Christine RIVALAN-GUEGO et Denis RODRIGUES (dir.), Écho de l’événement, de l’époque moderne à l’époque contemporaine, Rennes : PUR, 201.

9 Memorial del Bachiller Marquillos de Mazarambros, in : Eloy Benito RUANO, Los orígenes del problema converso, Barcelona : El Albir, 1976, p. 103, 108, p. 111. Nous soulignons.

10 José Antonio MARAVALL, Las comunidades de Castilla, Madrid : Alianza Universidad, 1994 (1979), p. 68-71.

11 Béatrice PEREZ, « Une triple résistance au “poderío real absoluto” sous Henri IV de Castille : noblesse, villes, conversos », in : Anita GONZÁLEZ-RAYMOND (dir.), Résister, Montpellier : Presses de l'Université de Montpellier, 2011. En 1439, Jean II, face à des griefs formulés par certains nobles, prononce, sous les auspices de son favori, un discours sans équivoque : « E el conocimiento y juicio y determinación final de lo tal [...], no pertenece a otro alguno, después de Dios salvo a mí solo, y a mi ejercicio y palabra deven y son tenidos y obligados y constreñidos de estar con humildad y reverencia y sujeción todos mis vasallos y súbditos y naturales [...]. A los cuales expresamente es vedado y defendido retraer ni murmurar de lo tal en alguna manera ni aun osar fablar dello so muy grandes y graves penas [...]. Según las cuales, tan grande es el derecho del poder del rey, que todas las leyes y todos los derechos tiene so sy, y no lo ha de los hombres mas de Dios cuyo lugar tiene en todas las cosas temporales ».

12 J. A. MARAVALL, op. cit., p. 75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Perez et Sylvain André, « Les Comunidades de Castille. Guerre civile et restauration de l’ordre monarchique au XVIe siècle »e-Spania [En ligne], 47 | Février 2024, mis en ligne le 17 février 2024, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/50560 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.50560

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search