Navigation – Plan du site
Gonzalo de Berceo - Sacrement et Apocalypse - France Autesserre et Monique de Lope-Rivière

Signes qui apparaîtront avant le Jugement dernier*

Texte intégral

  • * Seul texte du XIIIe siècle en langue castillane sur ce sujet, plus largement développé ailleurs en (...)
  • 1 Le poème se déroulera sur 77 strophes, un minimum pour la perfection d’une totalité symbolique (cf. (...)
  • 2 « Raconter », « sermon » : à travers ces deux mots, le poème s’annonce à la fois comme une narratio (...)

1Mes seigneurs, si vous vouliez un peu m’écouter,
Je vous raconterais, sans trop m’y attarder1,
Un sermon2 qu’on tira d’un petit livre saint
Qu’écrivit Saint Jérôme, précïeux capitaine.

2Notre père Jérôme, pour nous pasteur et baldaquin,
Lisant en hébreu, au cours de cette lecture
Trouva bien des merveilles, de merveilleuse facture.
Qui voudra les entendre aura bonne nourriture !

3Cet homme bon trouva, parmi d’autres sujets,
Qu’avant le Jugement – le Jugement dernier –
Viendront de très grands signes, une tourmente telle
Que le monde se verra en des affres mortelles.

4Cet homme de bon sens pour ce voulut l’écrire :
Pour que crainte saisisse le Peuple fourvoyé,
Qu’il amende ses mœurs, qu’à Dieu veuille servir
Et qu’il ne soit du Christ alors abandonné.

5Voici le premier de ces signes redoutés :
La mer à plusieurs toises s’élèvera dans les nuées,
Plus haut que les montagnes et plus haut que les monts,
Tant et si bien qu’au sec resteront les poissons ;

6Mais droitement levée elle restera figée,
Ne pourra s’étaler, sera comme gelée,
Comme paroi dressée, muraille bien érigée.
Quiconque la verra sera épouvanté.

7Au second jour se montrera toute effondrée,
Plus basse que la terre, d’autant qu’elle est montée.
Personne n’osera seulement la regarder !
Mais vite elle reviendra à son état premier.

8Du troisième signe il vaudrait mieux ne pas parler,
Car l’effroi sera grand, formidable affliction !
Sur la mer marcheront alors tous les poissons
En poussant de grands cris, sans pouvoir s’arrêter.

9Les oiseaux eux aussi, les gros et les petits,
Donneront de la voix, d’un trouble affreux saisis ;
De même feront les bêtes, sauvages et domestiques ;
Elles ne pourront la nuit regagner leurs abris.

10Et le signe d’après est fort à redouter :
Les fleuves et les mers puissamment brûleront,
Les hommes s’effareront, à leur perte courront ;
Voudront, s’ils le pouvaient, sous terre s’enfoncer.

11Le cinquième des signes sèmera l’épouvante :
Des herbes et des arbres et de toute verdure,
Comme le dit Saint Jérôme, jaillira du sang pur.
Qui ne pourra le voir aura bien de la chance !

12Le sixième jour sera charbonneux et très noir !
Il ne restera plus aucun ouvrage d’aplomb :
Pas de château, de tour, ni même de rempart
Qui ne soit démoli jusqu’à ses fondations.

13Au septième jour viendra une oppression mortelle.
Tous les rochers entre eux auront vive querelle,
Se battront comme des hommes qui veulent se faire mal
Et tous s’émietteront comme des grains de sel.

  • 3 Apocalypse 6 : 15-16 : « 15 Et les rois de la terre, les grands, les riches, les capitaines et les (...)

14Les hommes, dans cette angoisse et sous cette oppression,
Devant ces signes-là de si terrible allure
Chercheront à se glisser dans la moindre fissure ;
Diront « Monts, couvrez-nous, voyez que nous ardons ! »3

15Au huitième jour il adviendra autre misère :
Le monde tremblera fortement de partout.
Il ne restera plus aucun crâne debout :
Ne sera si léger qu’il ne tombe par terre.

16Au neuvième jour viendront encore d’autres présages :
Collines et montagnes, toutes s’aplaniront ;
Des monts seront les vaux autant de compagnons,
Tous seront égalés, grandes voies, petits passages…

17Le jour suivant, une fois le neuvième passé,
Tous les hommes sortiront, chacun d’où il s’est caché :
Marcheront hébétés, peuple tant égaré,
Mais aucun n’osera ne serait-ce que parler.

18Au onzième jour, ensuite, si savoir voulez,
Si brutal sera le signe que vous en frémirez :
Les tombes s’ouvriront, que vous voyez fermées,
Et les os sortiront des murs qui les tenaient.

  • 4 Ap. 6 : 13 : « et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme lorsqu'un figuier secoué par un (...)

19Le douzième, il n’y aura qui ose le regarder,
Car on verra dans l’air grandes flammes voler ;
On verra les étoiles du firmament tomber
Comment tombent les figues qui tombent du figuier4.

20Parlons donc du treizième, après les précédents :
Tous les vivants mourront, les petits et les grands,
Mais en un bref délai seront ressuscités
Pour venir au Jugement, les justes comme les damnés.

21Au quatorzième jour, il y aura grand chambard :
Le monde entier s’embrasera, l’argent et l’or,
Les dais et les pourpres, écarlate et brocard…
Ne restera lapin au terrier ni dehors !

22Enfin le dernier jour, comme le dit le prophète,
L’ange comme un héraut sonnera la trompette.
Chacun dedans sa caisse, tous les morts l’entendront
Chacun portant sa faute, au Jugement courront.

23Tous ceux qui un jour naquirent ou furent engendrés,
Tous ceux qui eurent une âme, qui furent vivifiés,
Mangés par les oiseaux, leurs cendres dispersées,
Ce jour-là, tous seront en ce point rassemblés.

  • 5 Trente ans, l’âge où Jésus-Christ est mort et est ressuscité ; cf. Saint Augustin, La Cité de Dieu, (...)

24Tous ceux qui un jour moururent, à quelque âge que ce fût,
Dans l’enfance, hommes mûrs, ou vieillards devenus,
Tous âgés de trente ans5, nombre de Trinité,
Viendront en ce jour-là devant la Majesté.

25Du côté droit alors les justes seront placés,
À gauche les méchants, foule démesurée ;
Le Roi sera au centre, de sa face habillé,
Près de lui la Glorieuse, parfaite en charité.

26Il sera conduit là, Judas le délateur
Qui pour son mauvais sort a vendu son Seigneur ;
À l’aune de son mérite accompagné d’honneur,
Se verra en vergogne, une honte majeure !

27Il s’adressera aux justes, le roi Glorïeux,
Leur tiendra un discours plaisant et harmonieux :
« Venez, vous les bénis de mon Père précieux,
Recevez mon royaume pérenne et délicieux.

28Ayez cette récompense pour m’avoir bien servi,
Car lorsque j’ai eu faim vous m’avez rassasié,
Vous avez vu ma soif, à boire m’avez donné,
Et lorsque j’étais nu, revêtu d’un habit.

29Quand frappant à vos portes je demandais logis,
Vous me l’avez donné de bon cœur, de bon gré ;
Et dans tous mes tourments vous m’avez accueilli :
Moi, je veux maintenant tous ces comptes solder.

30Pour m’avoir bien servi, bonne récompense aurez :
Pour seculorum secula avec moi règnerez,
Vivrez en grande gloire, chagrin ne connaîtrez,
Angéliques louanges devant moi chanterez. »

31Il se tournera à gauche, plein d’ire et de fureur,
Et leur fera savoir un décret implacable :
« Allez, vous les maudits, les serviteurs du diable,
Rejoignez votre maître, c’est votre gouverneur !

  • 6 On sera sensible à l’effet de ce rare enjambement : « … el fuego que está avivado/pora vos… »

32Allez brûler dans le feu, vivement attisé
Pour vous6, allez à Lucifer, à son armée ;
Aucun secours n’aurez, c’est chose décidée.
Tel maître avez servi, telle gratitude aurez !

33Quand la faim me tenait, j’étais dans l’affliction :
N’avez voulu m’entendre ni donner une bouchée.
Si j’avais grande soif, cure vous n’en aviez…
Vous vous gardâtes bien de m’ouvrir vos maisons.

34Si vous m’aviez au moins petite chose donné,
Je l’aurais maintenant pour vous bien conservée ;
Mais vous fûtes si cruels que n’avez donné mie :
Moi, votre cruauté, jamais je ne l’oublie.

35Lorsque le pauvre hère à votre porte vint
Demander en mon nom, vêtu d’habit mesquin,
Vous n’avez pas voulu lui donner pain ni vin ;
Si l’aviez secouru, serait votre parrain… »

  • 7 Selon l’ordre retenu par Saint Augustin (Cité de Dieu, livre XXI, Introduction), Berceo commence pa (...)

36Les anges seront prêts, les anges infernaux7
Avec des fers ardents et de puissants  cordeaux ;
Ils les feront marcher à coups de fouet mortels :
Que Jésus-Christ nous garde d’avoir serviteurs tels !

37Les mèneront au feu, aux flammes infernales
Où ne verront lumière, sinon douleur et mal.
Les vêtiront chacun d’habits de rêche toile
Qui pèseront très lourd, chacun plus d’un quintal.

38Ils auront faim et froid, avec fièvre et frissons,
À la fois chaud et froid, forte soif sans mesure ;
Et dans leurs cœurs auront amère désolation
De n’avoir pas voulu croire la Sainte Écriture.

39Les serpents les mangeront et aussi les scorpions,
Qui ont dents très amères et d’aigus aiguillons ;
Leur plongeront les babines dans le cœur, jusqu’au fond !
Jamais n’auront remède, en aucune occasion.

40Auront mauvais repas, auront piètres dîners,
Fumée piquant les yeux et puanteur dans le nez ;
Vinaigre sur les lèvres, du fiel sur le palais,
Coliques dans les flancs, du feu dans le gosier.

41On pendra par la langue tous les calomniateurs,
Les faux accusateurs et aussi les railleurs ;
Ne seront épargnés ni rois ni empereurs :
Auront les serviteurs que méritent tels seigneurs.

42À tous les gens avides de l’argent bien sonnant,
Qui, pour gagner richesses, n’hésitent à pécher,
On emplira les bouches d’or à foison versé :
Ils souhaiteront alors n’avoir gagné autant !

43Ouvriers malhonnêtes et paysans tricheurs
Devront là rendre compte de leur mauvais labeur.
On mettra à l’amende tous ces méchants bergers
Qui sont passés maîtres en l’art des coups fourrés.

44Certains clercs ordonnés qui s’emparent des dons,
Qui vivent dans le siècle, en crasseuses maisons,
Ils n’auront pas peur d’eux, les diables furibonds
Qui les gratifieront de grands coups d’aiguillon.

45Les gens pleins de superbe qui volent les pauvrets,
Leur enlèvent le pain et qui boivent leur vin,
S’en iront mendïer courbés comme crochets ;
Ce qui arrivera aussi aux mauvais échevins…

46Ceux qui sont envïeux, leur sort est vraiment noir :
Eux qui le bien d’autrui désespèrent d’avoir
En enfer recevront de tous des coups de pied ;
Ce que font marâtres à beaux-fils leur sera fait.

  • 8 Cf. Marc  4 : 37-41.

47Les peines de l’enfer, il est dur de les dire
Car il y en a bien plus et aussi de bien pires !
Que Jésus-Christ nous garde de recevoir tels coups,
Lui qui a gardé Pierre sur les ondes en courroux8.

48Mais changeons de matière, sur un autre air chantons :
Sur les sujets qui fâchent trop ne nous attardons.
La bonne compagnie des justes regardons,
En vers mettons le bien que tous nous espérons !

  • 9 Comme nous l’avons indiqué dans notre introduction, c’est à la strophe 49, où le nombre dit la perf (...)

49Le Roi des rois, gouverneur juste et droiturier,
Qui ordonne les choses sans aucun conseiller,
Avec son riche cortège, Lui devant, le premier,
Entrera dans la gloire du Père de vérité9.

50La précieuse compagnie, par le Christ consacrée,
Par le Père bénie, par le Fils invitée,
Entrera dans le ciel, et joyeuse et comblée,
Rendant grâces à Dieu, à la Vierge honorée.

  • 10 Le mot est ainsi repris dans le texte.

51Les anges dans le ciel feront grande allégresse 
– Jamais en un seul jour plus grande il ne s’en fit –
De voir ainsi s’accroître plaisance et allégresse10 ;
Dieu fasse que nous entrions dans cette confrérie !

52Laissons donc les tourments voués aux infortunés
Et parlons des jouissances de tous les bienheureux :
Elles seront bien grandes, et même redoublées,
Car le corps avec l’âme se rejoindront tous deux.

  • 11 Jérémie 16 : 18.

53Le corps et l’âme ensemble au frais séjour iront :
C’est la double jouissance que clame l’évangile ;
De même les damnés double tourment auront11 :
Ces mots seuls devraient bien puissamment nous conduire.

  • 12 Berceo commence à présenter ici les propriétés des corps glorieux des élus, transformés comme celui (...)
  • 13 Clarté que le Christ avait promise aux saints après la résurrection quand il avait dit : « Les just (...)

54La première des grâces12 nous voulons vous la dire :
Ils auront vie sans terme, jamais ne vont mourir ;
Ils seront si radieux – je ne veux vous mentir –,
Sept soleils ne pourraient aussi fort resplendir !13

  • 14 Nous ne suivons pas ici l’édition de M. Garcia qui propose de lire « colinas », mais celle de M. Ra (...)

55Ils seront très subtils, leurs regards aiguisés :
Ne leur feront obstacle ni les monts ni les crêts,
Ni brumes ni brouillards14, sur des milles et des lieues ;
Jusqu’aux confins du monde ils verront de leurs yeux.

56La quatrième grâce, pour plus de perfection :
Ils seront très légers plus que ne l’est le vent ;
Ils voleront en haut, en bas, comme ils voudront…
Tout cela est écrit, sachez que je ne vous mens.

57Ainsi seront légers, c’est là la vérité,
Qu’au dedans de nous–mêmes l’est notre volonté
Qui court autant qu’elle veut sans jamais se lasser :
La contrée qui lui plaît, elle y prend ses quartiers.

58La cinquième jouissance, sur toutes capitale :
Ils seront assurés de n’avoir jamais mal.
Seigneur qui à ses serfs un don pareil octroie,
Celui-là est le vrai : nul autrement ne croie !

59Tous mettront véhémence à louer le Seigneur,
Ils auront l’un pour l’autre la charité au cœur,
Pour la paix ne prieront ni pousseront clameurs,
Ni guetteront des nuages la funeste couleur…

60Que Jésus-Christ nous mène à cette compagnie
Où tant de biens demeurent, où chacun est réjoui.
La Glorieuse nous guide, Mère Sainte Marie,
Qui est source de grâce, et chaque jour jaillit !

  • 15 Le lion est une image du Christ dans l’Apocalypse : Ap. 5 : 5  « Et l’un des vieillards me dit : Ne (...)

61Lorsque le Roi de gloire viendra pour nous juger,
Féroce comme un lion15 qui veut se rassasier,
Qui sera si hardi qu’il ose l’approcher ?
Car le lion courroucé n’est pas d’humeur à jouer !

  • 16 « Vertus », pour désigner les hiérarchies célestes, plus communément appelées « Puissances ». Berce (...)

62Et les vertus16 du ciel – l’Écriture le dit –,
Elles, qui jamais n’eurent caprice ni folie,
Elles-mêmes en ce jour seront épouvantées
Car elles verront le juge grandement courroucé.

63Lorsque les anges saints seront tremblants de peur,
Eux qui n’ont point fauté contre Dieu leur seigneur,
Que ferai-je, misérable, qui suis si grand pécheur ?
Comment pourrai-je paraître devant un tel pasteur ?

64Même si à sa vue je voulais me soustraire,
Cela ne conviendrait, ni pouvoir en aurais ;
Raison Lui opposer, moi je ne le pourrais :
Que sa pitié nous aide comme il est nécessaire !

65Il n’y aura en ce jour personne qui implore :
Tout le monde se taira, les justes et les pécheurs ;
Tout le monde aura peur et de grandes frayeurs,
Mais ceux du côté gauche, de bien pires encore.

66Tous verront de leur yeux les enfers si ardents
Et les gueules ouvertes de tous ces grands serpents,
Comme ils sortent la langue et affûtent leurs dents ;
Ils comprendront alors le mal qui les attend !

67Car ce jour-là sera, comme le dit l’Écriture,
Long à n’en plus finir et de grande amertume,
Si bien que nous devons le craindre à démesure ;
Qui ferait autrement aura grande infortune.

68Il sera long, ce jour, pour tous les bienheureux
Qui n’auront point de nuit à être soucïeux ;
Il sera très amer à tous les condamnés
Car du bien le féage ils perdront à jamais.

69Le jour du Jugement est bien à redouter,
Plus que toute autre chose qui au monde ait été ;
On aura devant soi tous ses maux à montrer,
Et on ne pourra rien de son mal occulter.

  • 17 La révélation de tout ce qui est caché est proprement apocalyptique, mais s’exprime avec l’image fa (...)

70Tout ce qu’homme a commis, que ce soit peu ou prou,
À moins que pénitence ne l’en eût absout,
Tout sera bien en vue au milieu du marché,
Tout le monde le saura, rien ne sera caché17.

71Seront là racontées de tous hommes les vies,
Des bons et des méchants elles seront honnies.
Et comme seront ouverts, sans portes, les logis,
On verra bien les murs qui furent mal construits.

72Souffrance du Jugement sera démesurée,
Les hommes ni les anges ne s’en feraient l’idée.
Que Jésus-Christ nous garde par sa vertu sacrée
Afin qu’en précipice alors n’allions tomber.

73Qui regarderait en haut verra Dieu courroucé,
En bas verra l’enfer vivement attisé
Et d’une armée sans nombre de diables entouré.
D’une vision si atroce, qui ne serait tourmenté ?

74Et si on fermait les yeux qui voir ne pourraient plus,
Dedans sera le ver qui rongera les entrailles,
Le pernicieux remords d’une vie de chenaille,
Qui fut infecte et sale, puante et corrompue.

75Que Jésus-Christ nous garde de pareilles visions,
Nous tous les chrétiens, femmes ou hommes soit-on
– Qu’au diable soient laissées de telles divisions,
Lui qui à ses amis fait amères donations.

76Nous tous les chrétiens, nous qui en le Christ croyons,
Si nous avons à cœur d’éviter ces visions,
Améliorons nos vies, pénitence faisons :
Nous gagnerons la gloire, au mal échapperons.

  • 18 Cet « Amen » – qu’il soit de l’auteur ou du copiste – ajoute à la strophe 77 un souhait de réalisat (...)

77Disons Pater noster pour obtenir ce don,
Louons la Glorïeuse, merci lui demandons,
Et tous Ave Maria en son honneur chantons
Afin qu’avec son Fils et Elle nous régnions. Amen18.

Haut de page

Notes

* Seul texte du XIIIe siècle en langue castillane sur ce sujet, plus largement développé ailleurs en Europe. On trouve cependant un bref passage qui s’y rapporte dans la General Estoria d’Alphonse X, IIIe partie, tome 2, chap. XIX, une prédiction de la Sybille Tiburtine : « Tollida será la claridat del sol, e morrá el coro de las estrellas. Rebuelto sera el cielo et perderse a la claridat de la luna. Baxar se an los collados e alçar se an los valles. E en todas la cosas de los omnes non avrá alteza alguna. Egualados serán los montes con los campos e igualadas otrosí las aguas de la mar. E todas las cosas quedarán, e la tierra será quebrantada e perecerá. E de aquella misma manera serán quemadas las fuentes e los grandes ríos con fuego. », éd. Sanchez Prieto, 2009, p. 491 (« Emportée sera la clarté du soleil et le chœur des étoiles mourra. Le ciel sera tout retourné, et la clarté de la lune sera perdue. Les collines s’abaisseront et les vallées se soulèveront. Et rien de ce qui est de la main de l’homme n’aura de hauteur. Les monts seront aplatis au niveau des champs, étales seront aussi les eaux de la mer. Et toute chose demeurera, et la terre sera brisée et périra. Et de cette même manière les sources et les grands fleuves seront brûlés par le feu ». C’est nous qui traduisons).

1 Le poème se déroulera sur 77 strophes, un minimum pour la perfection d’une totalité symbolique (cf. Introduction). C’est en quelque sorte une formule de brevitas

2 « Raconter », « sermon » : à travers ces deux mots, le poème s’annonce à la fois comme une narration et comme une prédication. L’autorité de Saint Jérôme, à qui le moyen âge attribuait le récit des ‘Quinze signes du Jugement dernier’, situe le texte dans le prolongement d’une écriture sainte. Comme nous le disions, cette tradition thématique, largement suivie en langue française aux XIIIe/XIVe siècles, n’a donné que ce poème de Berceo dans la Péninsule ibérique (cf. Salvador Rubio Real et Richard Trachsler, « Le profil du recueil : observation sur le contexte manuscrit des Quinze signes du Jugement dernier », Babel, 16, 2007, p. 101-122.

3 Apocalypse 6 : 15-16 : « 15 Et les rois de la terre, les grands, les riches, les capitaines et les puissants, tout esclave et tout homme libre, se cachèrent dans les cavernes, et dans les rochers des montagnes; 16 Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, et cachez-nous de devant la face de celui qui est assis sur le trône ».

4 Ap. 6 : 13 : « et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme lorsqu'un figuier secoué par un vent violent jette ses figues vertes ».

5 Trente ans, l’âge où Jésus-Christ est mort et est ressuscité ; cf. Saint Augustin, La Cité de Dieu, Livre  XXII, chap. 15.

6 On sera sensible à l’effet de ce rare enjambement : « … el fuego que está avivado/pora vos… »

7 Selon l’ordre retenu par Saint Augustin (Cité de Dieu, livre XXI, Introduction), Berceo commence par décrire les châtiments des damnés, avant d’évoquer les béatitudes des justes.

8 Cf. Marc  4 : 37-41.

9 Comme nous l’avons indiqué dans notre introduction, c’est à la strophe 49, où le nombre dit la perfection suprême (le 7 multiplié par lui-même), que le cortège des justes est guidé au paradis par le Christ.

10 Le mot est ainsi repris dans le texte.

11 Jérémie 16 : 18.

12 Berceo commence à présenter ici les propriétés des corps glorieux des élus, transformés comme celui du Christ ressuscité (Paul, Ph. 3 : 21). À la fin du XIe siècle, Anselme de Canterbury établit le schéma des sept béatitudes de l’âme et des sept béatitudes du corps (pulchritudo, velocitas, fortitudo, libertas, impassibilitas, voluptas, aeternitas vitae), cfDe beatitudine coelestis patriae, chap. I-XIV, PL, 159, c. 596-598. Les scolastiques du XIIIe siècle préfèrent toutefois condenser l’analyse en quatre béatitudes (claritas, agilitas, subtilitas, impassibilitas), par exemple chez Thomas d’Aquin, Summa Theologiae, III, Supp., qu. 82-85. Ici, les « grâces » sont au nombre de cinq, car Berceo distingue l’immortalité (strophe 54) de l’impassibilité (strophes 58-59).

13 Clarté que le Christ avait promise aux saints après la résurrection quand il avait dit : « Les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père » (Mt. 13 : 43). L’image des sept soleils est sans doute portée par la force structurante du 7 dans ce texte, mais on peut y voir aussi un écho de la vision du Christ au début de l’Apocalypse : « Et, après m'être retourné, je vis sept chandeliers d'or, et, au milieu des sept chandeliers, quelqu'un qui ressemblait à un fils d'homme, vêtu d'une longue robe, et ayant une ceinture d'or sur la poitrine…Il avait dans sa main droite sept étoiles…et son visage était comme le soleil lorsqu'il brille dans sa force » (Ap. 1 : 13-16)…

14 Nous ne suivons pas ici l’édition de M. Garcia qui propose de lire « colinas », mais celle de M. Ramoneda, qui porte « calinas ». Cf. aussi le dictionnaire médiéval espagnol de Martín Alonso, entrée « calina » ; la calina est une brume de chaleur ; « Ni nieblas ni calinas » forme un doublet comme « ni sierras ni oteros » au vers précédent…

15 Le lion est une image du Christ dans l’Apocalypse : Ap. 5 : 5  « Et l’un des vieillards me dit : Ne pleure point; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux ». Il offre ici un symbole de la royauté et de la colère divine.

16 « Vertus », pour désigner les hiérarchies célestes, plus communément appelées « Puissances ». Berceo suit la traduction latine de l’évangile de Matthieu 24 : 29.

17 La révélation de tout ce qui est caché est proprement apocalyptique, mais s’exprime avec l’image familière des marchandises étalées à la vue de tous sur le marché.

18 Cet « Amen » – qu’il soit de l’auteur ou du copiste – ajoute à la strophe 77 un souhait de réalisation de l’exhortation à prier qu’elle constitue. En concluant aussi, à cet endroit, l’ensemble du poème, il sacralise celui-ci dans son entier, lui donnant un statut de parole sainte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

France Autesserre et Monique de Lope-Rivière, « Signes qui apparaîtront avant le Jugement dernier », in Gonzalo de Berceo - Sacrement et Apocalypse, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Sources », 4), 2017, [En ligne], Mis en ligne le 08 mai 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spanialivres/1143

Haut de page