Navigation – Plan du site
Études

Les « fils de Jérusalem » au service de la mosquée al-Aqsa

Jerusalem’s Sons at the Service of al-Aqsa Mosque. Conviviality and Competition around the Holy Place
Elsa Grugeon
p. 189-213

Résumés

Cet article porte sur des collectifs organisés autour de l’esplanade des Mosquées et sur la relation qu’ils entretiennent avec le lieu saint, entre concurrence et convivialité. Il entend interroger l’articulation entre autochtonie et fonctions religieuses occupées dans la mosquée. Aux charges officielles effectuées par du personnel rémunéré, s’ajoutent des activités assurées par des acteurs bénévoles et informels qui, même non instituées, sont porteuses de légitimité. Comment ce registre de l’autochtonie est-il finalement mobilisé dans le rapport entretenu avec le lieu saint et mis en scène dans le contexte contemporain de Jérusalem ?

Haut de page

Texte intégral

Les souvenirs que j’ai de la mosquée al-Aqsa sont essentiellement liés à des vendredis après-midi passés à y pique-niquer et à y jouer au football.
Discussion avec une habitante palestinienne de la vieille ville de Jérusalem (Jérusalem, octobre 2013).

  • 1 Mont du Temple dans les traditions juives en souvenir du premier et du second Temple, détruit en 70 (...)
  • 2 Afin de ne pas gêner la lecture et pour la rendre accessible à un public non spécialiste, j’ai choi (...)
  • 3 « Mosquée al-Aqsa » peut désigner à la fois la mosquée du vendredi au sud de l’esplanade et l’espla (...)
  • 4 Jérusalem est en effet inaccessible pour les Palestiniens de la diaspora, exilés pour la majorité d (...)

1Véritable lieu de vie, l’esplanade des Mosquées représente un espace familier pour de nombreux habitants palestiniens de Jérusalem qui le fréquentent au quotidien. Cet article porte sur des collectifs organisés autour de l’esplanade des Mosquées. Il s’attache, d’une part, à comprendre la nature des liens existants entre ces groupes et le lieu saint et, d’autre part, à mettre au jour la façon dont leurs membres interagissent. Avec ses quatorze hectares, ce site sacré pour les trois monothéismes1 représente un sixième de la vieille ville de Jérusalem et abrite plus de deux cents monuments historiques, dont les plus célèbres, le Dôme du Rocher et la mosquée du vendredi, « oratoire de la qibla » (Musallâ l-Qiblî2) ou « mosquée al-Aqsa »3. Ce centre religieux se trouve dans la partie est de Jérusalem, occupée par Israël depuis 1967. Il est coupé d’une part importante de la communauté des musulmans et inaccessible pour un grand nombre de Palestiniens4.

  • 5 « La ville demeure unique parmi presque toutes les autres villes de l’islam pour la manière dont le (...)
  • 6 Le waqf désigne, en droit musulman, l’acte de fondation d’une institution charitable, ainsi que l’i (...)

2Ce lieu saint est le point focal de ce qui est devenu au 19e siècle le « quartier musulman » : un quartier qui abrite de nombreuses mosquées, des écoles (madrasa, kuttâb), un hospice (takiyya) qui est, jusqu’à aujourd’hui, un lieu de distributions alimentaires quotidiennes, des bâtiments administratifs musulmans, mais également des habitations. Les édifices musulmans principaux sont regroupés dans le même quartier, autour du lieu saint, ce qui fait la singularité de Jérusalem5. Tous ces biens sont sous la tutelle du ministère des Waqf-s6 jordanien, structure administrative responsable des biens de mainmorte et des affaires religieuses à Jérusalem-Est. Le Royaume de Jordanie, qui a administré Jérusalem-Est et la Cisjordanie de 1948 à 1967, conserve le contrôle de l’esplanade des Mosquées, en accord avec le gouvernement israélien, de même qu’il gère et finance l’antenne du ministère des Waqf-s à Jérusalem. Toutefois, ce sont l’armée et la police israéliennes qui contrôlent les points d’accès du lieu saint et se chargent des questions de sécurité.

  • 7 B. Debarbieux, 1995, p. 15.

3Le site est le cadre de pratiques collectives signifiantes, religieuses, sociales et politiques (prières, cours, mariages, manifestations, enterrements). Dans quelle mesure ces usages de la mosquée al-Aqsa permettent-ils aux « fils de Jérusalem » de créer du collectif ? Le lieu saint donne-t-il aux membres d’un groupement social la possibilité de « communier dans une expérience collective autour des valeurs qui leur sont communes »7 ? À partir des résultats d’une enquête ethnographique menée entre septembre 2011 et octobre 2014 à Jérusalem, il s’agit d’éclairer la manière dont la population palestinienne de Jérusalem s’investit dans la gestion de la mosquée al-Aqsa. Les fonctions de gestion, d’administration et de mise en valeur du site, officielles ou informelles, ancestrales ou récentes, sont généralement assumées par des résidents de Jérusalem. Comment le maintien d’une relation pratique avec le site, par l’intermédiaire de ces fonctions, permet-il aux habitants de la vieille ville de s’ancrer dans le territoire, de construire l’autochtonie et de défendre l’identité du territoire ? Il s’agit dans un premier temps de décrire ces fonctions et les acteurs qui en ont la charge et d’insister sur l’articulation entre ces fonctions et l’ancrage à la fois temporel et territorial dans la ville de Jérusalem. L’analyse se concentre ensuite sur la notion d’autochtonie ainsi que sur les fonctions non instituées auxquelles elle donne lieu ; ceci pour mieux comprendre la manière dont l’autochtonie est mise en scène et comment elle participe au mouvement d’identification entre le lieu saint et ses riverains.

Vivre du lieu saint et le faire vivre : ancrage, filiation et ancestralité

Qui sont les « les fils de Jérusalem » (abnâ’ l-Quds) ?

4L’expression « abnâ’ l-Quds » est très largement utilisée pour décrire à la fois le lien indéfectible qui unirait la ville de Jérusalem et ses habitants ainsi que la relation de parenté entre ces derniers. S’agit-il cependant d’un groupe homogène ? Comment la revendication de l’appartenance à la ville de Jérusalem telle qu’elle est exprimée dans la formulation « abnâ’ l-Quds », ainsi que le lien entretenu avec le lieu saint par l’intermédiaire de fonctions officielles ou informelles, permettent-ils de constituer le noyau d’une communauté ? Ceci alors que la population palestinienne, majoritairement musulmane (à environ 98 %), ne bénéficie pas d’un statut juridique unique.

  • 8 Ce statut est distinct de la citoyenneté israélienne et de celui des Palestiniens de Cisjordanie. I (...)
  • 9 Les Bédouins bénéficient encore d’un autre statut. Ils sont quelques milliers à vivre dans les fron (...)
  • 10 Y. Ben-Arieh, 1984, p. 155.
  • 11 V. Azarya, 1984 ; S. Andezian, 2015.
  • 12 S. Ricca, 2007.

5Certains des habitants palestiniens de Jérusalem sont des citoyens israéliens. D’autres ont un statut de « résidents permanents » défini par les autorités israéliennes8. D’autres enfin ont le statut de réfugiés9. En outre, l’appartenance à la ville de Jérusalem s’exprime par un attachement à différents quartiers (hara). Aujourd’hui, la description de la vieille ville respecte une division en quatre quartiers ou hara-s (arménien, juif, chrétien et musulman). Cette représentation date du 19e siècle10. A l’époque du Mandat britannique (1920-1948), la séparation en quatre quartiers s’institutionnalise mais ne correspond pas exactement à la répartition des communautés confessionnelles dans la vieille ville ; elle est plutôt liée à la proximité des lieux saints. Le quartier arménien désigne le territoire autour du couvent Saint-Jacques11 ; le quartier chrétien s’organise autour du Saint-Sépulcre et des autres églises ; l’identité du quartier juif12 lui est donnée par la présence du mur des Lamentations et d’autres synagogues. Enfin, le quartier musulman désigne les alentours de l’esplanade des Mosquées.

  • 13 Festivités autour du mariage de Muhammad Abû Sbayh qui ont lieu dans l’esplanade des Mosquées et re (...)
  • 14 Ateret Cohanim est une organisation fondée en 1978 dans le but de financer et de promouvoir la colo (...)
  • 15 Le Mouvement islamique est un parti politique créé en Israël en 1971 par ‘Abdallah Nimr Darwîsh. Il (...)
  • 16 Hizb al-Tahrîr ou parti de la libération, est un parti politico-religieux transnational fondé dans (...)

6Ce dernier se divise en plusieurs unités associées souvent à une rue ou quelques rues : al-Wâd, al-Saʿdiyya, bâb Hutta, al-Qiramî, bâb al-Silsîla. Leurs habitants s’organisent en comités (lijna) par l’intermédiaire desquels des activités et actions citoyennes sont financées et organisées. Le terme « hara » désigne donc également un espace circonscrit plus intime. Aujourd’hui, on conserve ce terme mais rarement pour faire référence à une confession. On retrouve cette référence aux hara-s dans certains slogans utilisés lors des festivités qui accompagnent le mariage de jeunes Palestiniens musulmans de la vieille ville : « unité, unité entre frères, bâb Hutta, al-Wâd et al-Saʿdiyya » (« Wahda wahda akhawiyya, bâb Hutta, al-Wâd wa l-Saʿdiyya »)13. Certains de ces quartiers, notamment les trois évoqués dans cet hymne, sont mitoyens de l’esplanade des Mosquées. Leurs noms sont pour certains identiques à ceux des portes de la mosquée, tels que le quartier de bâb Hutta ou celui de bâb al-Silsila. Ces zones sont habitées exclusivement par des familles palestiniennes musulmanes mais sont soumises depuis plusieurs années aux activités de colonisation d’une organisation israélienne, Ateret Cohanim14. Enfin, ces zones sont sous l’influence de divers partis ou organisations politiques : principalement, le Front Populaire de Libération de la Palestine, le Fatah, le Hamas, le Mouvement islamique15 et Hizb al-Tahrîr16.

7Parmi ces différents réseaux d’habitants, des groupes se distinguent par leurs fonctions, officielles ou informelles, et cherchent à s’imposer comme représentants légitimes du lieu saint. Dans ce réseau complexe de gestionnaires officiels et d’acteurs plus informels, on distingue :

  • 17 Entretien avec le secrétaire de la direction de l’administration des Waqf-s (administration des Waq (...)
  • 18 La zakâ est un des cinq piliers de la doctrine musulmane qui consiste en l’obligation pour tout mus (...)

8• les fonctionnaires des Waqf-s (personnalités religieuses,  gardiens, agents d’entretien, traducteurs, bibliothécaires, restaurateurs du patrimoine et conservateurs), organisés en sections (qism-s)17 : « conseil des Waqf-s », « direction générale », « direction des finances », « administration », « biens et propriétés », « tourisme et antiquités », « musée et bibliothèque », « développement », « mosquée al-Aqsa », « éducation et enseignement », « prédication et conseil », « hajj et ‘umra » (organisation des grands et petits pèlerinages à La Mecque), « constructions, propreté (siyâna) et ingénierie », « zakâ18 et son comité » ;

  • 19 Mouvement réformiste transnational fondé par Muhammad Ilyâs en 1927 au nord de l’Inde. De nature ap (...)

9• les différents mouvements politico-religieux (mouvement Tablîgh19, Hizb al-Tahrîr, Mouvement islamique) et partis politiques ;

10• les associations et ONG de la société civile palestinienne ;

11• la communauté locale.

  • 20 Ce mur, dont la construction commence en 2002, implique l’inclusion de facto de Jérusalem-Est dans (...)

12Haut lieu de l’islam, le site reste un important centre de pèlerinage pour des musulmans palestiniens et internationaux, principalement pendant le mois de Ramadan, et un lieu de rassemblement pour les Palestiniens venus d’Israël et des Territoires palestiniens, selon des conditions très restrictives, lors notamment de la prière du vendredi. L’accès dépend du statut de chaque visiteur, de la nationalité, de la confession, du lieu d’habitation, du genre et de l’âge des individus. Aujourd’hui, les Palestiniens citoyens d’Israël et les Palestiniens résidents de Jérusalem ont le droit d’accéder à l’esplanade des Mosquées sans permis, mais sous certaines conditions. À plusieurs moments de l’année, notamment lors des fêtes juives ou lors de tensions politiques, l’entrée dans la mosquée est exclusivement réservée aux Palestiniens âgés de plus de cinquante ans, et de moins de quinze ans (avec des variations), aux femmes et aux enfants. En outre, les Palestiniens de Jérusalem qui habitent dans les banlieues de la ville à l’extérieur du mur de séparation20 doivent d’abord passer un premier checkpoint avant de pouvoir accéder au lieu saint. Quand celui-ci n’est pas fermé par l’armée israélienne, l’attente peut y être très longue.

  • 21 Citation tirée du site Internet du Mouvement islamique en Israël (M. Dumper et C. Larkin, 2012, p.  (...)

13L’activité du lieu saint est néanmoins en grande partie garantie par les Palestiniens de Jérusalem qui sont présentés comme ses protecteurs par les personnalités politiques et religieuses palestiniennes. On insiste alors sur la mission qui leur incombe. Ce rôle est relayé par le Mouvement islamique qui décrit ainsi la population palestinienne de Jérusalem : « Notre peuple à Jérusalem est l’interface et la première porte vers la mosquée sacrée al-Aqsa »21.

14Les habitants palestiniens de Jérusalem investissent l’esplanade lors d’événements communautaires. Les cérémonies funéraires (jinâza) donnent lieu à des manifestations politiques importantes lorsqu’il s’agit de jeunes tués par l’armée israélienne. On défile aussi depuis l’esplanade, puis dans les rues de la vieille ville, pour fêter un mariage ou la libération de prisonniers palestiniens (zaffa). Le fiancé ou le prisonnier sont portés au-dessus de la foule qui chante, accompagnée de tambours militaires ou de derboukas. La mosquée reste en outre un centre d’apprentissage, même si son rayonnement est bien moindre que celui d’al-Azhar en Égypte ou d’autres mosquées du monde musulman, du fait notamment des conditions politiques. Des cours de lecture ou d’interprétations du Coran y sont donnés quotidiennement. Enfin, la mosquée est aussi un lieu de vie. Espace de jeu pour les enfants, on vient y faire des pique-niques, des balades familiales, ou on l’utilise comme un raccourci pour aller d’un point à l’autre de la ville. La population palestinienne de Jérusalem a donc un rôle majeur dans l’organisation du lieu, dans la transmission et dans la poursuite de l’accomplissement de ces rituels religieux ou communautaires.

  • 22 A. Al-ʿIbâdî, 1998, p. 43.
  • 23 Entretien avec un fonctionnaire de l’administration des Waqf-s (Jérusalem, octobre 2012).
  • 24 Ibid.

15Il faut également rappeler que l’antenne du ministère des Waqf-s jordaniens à Jérusalem emploie cinq cent dix fonctionnaires en 199422 et environ six cents aujourd’hui23. Nommés et rémunérés par la Jordanie depuis 1948, un très grand nombre d’habitants de la vieille ville travaillent ainsi dans la mosquée al-Aqsa, comme gardiens, agents d’entretien, personnalités religieuses dans le département pour l’organisation du prêche et de l’instruction spirituelle (waʿz wa irshad), ou comme imâm. Si cette institution a tout aujourd’hui d’une administration moderne dans son organisation et son fonctionnement, ses employés ne manquent pas de rappeler que « les Waqf-s sont présents depuis le temps des premiers musulmans, c’est-à-dire depuis environ mille quatre cents ans »24. Cet ancrage multiséculaire et l’ancestralité des fonctions occupées dans le lieu saint sont défendus par certaines familles de Jérusalem.

Un ancrage dans le temps : groupes familiaux et fonctions occupées dans la mosquée (wazîfa-s)

  • 25 « Man mata ‘alâ wazifa fa lil qâdî tansîb ‘alâ waladihi ».

16Le quartier musulman est le lieu d’ancrage de nombreux groupes familiaux (al-Husaynî, al-Shihâbî, al-Qazzâz, al-Nammarî, Qlaybû, etc.) qui ont eu un rôle important dans l’organisation et la gestion du lieu saint. Il existe en effet un lien fort entre les familles de Jérusalem et la mosquée al-Aqsa, notamment à travers la question des wazîfa-s, transmises de génération en génération et formalisées à la période ottomane par l’intermédiaire de firmans (décrets ottomans) sur lesquels la phrase suivante était inscrite : « C’est au juge que revient d’attribuer la fonction de celui qui meurt à son fils »25.

17On en appelle donc aux registres de la filiation et de l’ancestralité pour décrire la relation au lieu saint. Il s’agit de revendiquer un lien dans le temps avec la mosquée al-Aqsa. Une partie de la communauté musulmane de Jérusalem se présente ainsi comme garante de l’héritage ancestral représenté par le lieu saint. Ces familles ont été assignées à une multitude de tâches pour l’entretien de la mosquée : nettoyage des lieux et des objets (lampes à huile, tapis, pupitres), entretien des livres de prières et des reliques, mais aussi rénovation et restauration des bâtiments, des œuvres d’art (fresques murales, céramiques, mosaïques). Elles étaient également en charge de fonctions pratiques, comme l’allumage des lampes, ou plus directement religieuses : enseignement (ta‘lîm), prêche (khitâba’), appel à la prière (mu’âdhana), direction de la prière (imâma), juridiction (iftâ’).

  • 26 Entretien avec un des membres de la famille al-Shihâbî (Jérusalem, février 2013).
  • 27 E. Aubin Boltanski, 2007, p. 198.

18La famille al-Ansârî s’occupait de l’entretien et du nettoyage du lieu. La famille al-Nammarî gérait ce qui concernait l’art et l’architecture (travaux de restauration). La famille al-Fityânî avait la responsabilité d’émettre les avis juridiques (iftâ’). La famille al-Khâtib s’occupait du prêche (khutba), tout comme la famille Kan‘ân. La plupart des familles étaient responsables de multiples fonctions pour lesquelles elles recevaient une rétribution financière dont la somme exacte était consignée dans le firman. Dans la famille al-Shihâbî, un des hommes de la famille était chargé de la direction de la prière dans le Dôme du Rocher (imâma) et de la clé de l’armoire abritant les reliques du Dôme du Rocher. Lors de chaque célébration de l’anniversaire du Prophète (Mawlid) et de la Nuit du Destin (Laylat al-Qadr), les reliques (des mèches de cheveux du Prophète entourées de vingt-deux couches de tissus) sont mises à disposition des fidèles par la famille en possession des clés. Un autre homme de la même famille al-Shihâbî était en charge de cours d’interprétation du Coran (tafsîr al-Qur’ân) et de nettoyer la pierre, présente dans le Dôme du Rocher, sur laquelle, selon la tradition, est restée l’empreinte du pied de Muhammad. Un dernier est chargé de la récitation du Coran et d’allumer les lampes à huiles à partir du puits d’huile d’olive qui se trouve sur l’esplanade. Transmises au sein des familles, ces fonctions pouvaient aussi être achetées à un prix très élevé26. La constitution d’une élite palestinienne est liée à l’obtention de ces fonctions religieuses ou ces charges d’administration héréditaires bien rétribuées. Quelques familles (al-Husaynî, al-Khâlidî, al-ʿAlâmî) forment ainsi une oligarchie sur laquelle les pouvoirs ottomans puis mandataires s’appuient27.

  • 28 M. Dumper, 1997, p. 167.
  • 29 Entretien avec ‘Alî Qlaybû (Jérusalem, avril 2012).

19À partir de 1948, le pouvoir hachémite cherche cependant à affaiblir cette élite en abolissant la nature héréditaire des fonctions religieuses28. Imams, prêcheurs, juges et autres personnels administratifs sont désormais nommés par le gouvernement jordanien. ‘Alî Qlaybû lui-même issu d’une de ces familles influentes de Jérusalem engagées dans la vie du lieu saint, présente la période jordanienne comme un tournant : « Avant l’arrivée des Jordaniens les familles de Jérusalem étaient les véritables gardiennes du lieu saint »29.

  • 30 Entretien avec Khidir al-Shihâbî (Jérusalem, février 2013).

Aujourd’hui il n’est pas toujours aussi aisé d’hériter des fonctions familiales. En effet, à l’héritage (wirâtha) s’ajoutent les nominations (ta‘yîn) par le gouvernement de Jordanie. Il arrive donc que ces familles conservent un rôle dans la mosquée ou dans la vieille ville, mais pas uniquement au sein du ministère des Waqf-s.30

20Si Khidir al-Shihâbî travaille au département de rénovation des manuscrits de l’esplanade des Mosquées et dans la librairie al-Khâlidî située aux abords du lieu saint, son frère, Riyâd al-Shihâbî, est lui à la tête d’une ONG pour les jeunes du quartier de la rue al-Wâd et travaille en coordination avec les comités de quartier. Par ailleurs, certaines pratiques deviennent inutiles en raison des transformations technologiques, telles que l’allumage des lampes à huile. L’évolution des pratiques religieuses a également pour conséquence l’abandon de quelques fonctions. Adîb al-Shihâbî, qui était en charge des reliques du Dôme du Rocher, est toujours propriétaire des clés de l’armoire qui les abrite, mais ne les utilise plus. En 1989, le culte qui leur est voué prend fin car ces pratiques sont violemment critiquées : elles sont en effet alors considérées comme déviantes. Certaines familles ont cependant conservé leur fonction jusqu’à aujourd’hui. Les muezzins les plus réputés de la mosquée al-Aqsa sont encore issus de la famille al-Qazzâz, qui détient cette fonction d’appel à la prière depuis sept cents ans. Aujourd’hui, Firâs al-Qazzâz est le plus jeune muezzin de la mosquée ; on le surnomme « la voix d’al-Aqsa ». D’autres familles revendiquent un ancrage multiséculaire, comme la famille al-Ansârî, qui affirme être responsable de l’entretien de la mosquée sainte depuis mille quatre cents ans. Ces familles qui vivaient auprès du lieu saint, dans la vieille ville, vivaient aussi du lieu saint par l’intermédiaire de ces fonctions. La rétribution était non seulement financière, mais également symbolique. Les familles installées auprès de la mosquée al-Aqsa considèrent le fait de séjourner près du lieu saint comme un véritable acte de foi.

De pèlerins à riverains : l’héritage des mujâwirûn 

  • 31 W. Ende, 1986, p. 294.

Dans les lieux saints, les mujâwirûn, souvent mais non obligatoirement, vivaient ensemble dans des quartiers spécifiques, tels les Maghâriba (Marocains) à Jérusalem. Leurs descendants éventuels étaient en général bientôt assimilés par la population locale, qui désignait souvent les mujâwirûn d’un terme spécifique, comme à La Mecque, où presque toutes les personnes originaires d’Asie Centrale étaient qualifiées de Bukhariyyûn.31

  • 32 « Dès les premiers temps se dressèrent au voisinage de ces lieux, zâwiyas et madrasas à l’intérieur (...)

21Il existe ainsi à Jérusalem un réseau important de communautés qui entretiennent un rapport spécifique au lieu saint. Les communautés maghrébines, indiennes, africaines, ou d’Asie centrale, de la ville se sont ainsi en partie constituées au retour du pèlerinage à La Mecque. Jérusalem était en effet considérée comme une station indispensable pour compléter le rituel du pèlerinage en le sanctifiant (Taqdîs al-Hajj) et comme un des lieux privilégiés de la « mujâwara ». La notion de « mujâwara » désigne le fait de résider dans la vicinité d’un lieu saint. Des fidèles s’installent auprès de la mosquée al-Aqsa pour bénéficier de son aura, mais également pour se mettre à son service dans une relation de quasi-réciprocité32. La « mujâwara » a ses racines dans l’histoire musulmane et continue de marquer l’histoire de la vieille ville de Jérusalem.

  • 33 Entretien avec M. J., un des membres de la communauté afro-palestinienne (Jérusalem, novembre 2011)
  • 34 Désigne ici des établissements collectifs pour mystiques (qui hébergent aussi souvent les voyageurs (...)
  • 35 « Pareillement, il fut toujours méritoire d’aider à vivre les mujâwirûn d’un lieu saint donné en fo (...)

22L’exemple de la communauté afro-palestinienne illustre bien cet héritage encore vivant des mujâwirûn dans la vieille ville de Jérusalem. Les membres de cette communauté sont originaires des actuels Tchad, Soudan et Niger et s’installent au cours des 19e et 20e siècles à proximité de la mosquée al-Aqsa. Comme de nombreux pèlerins musulmans, leurs ancêtres avaient visité Jérusalem à leur retour du Hajj. Cependant, selon les récits de fondation de la communauté, ils ont choisi de s’y installer, afin d’accomplir la mission dont ils se sentaient investis de garder les lieux saints de l’esplanade des Mosquées33. Ils s’occupaient surtout du nettoyage du site, mais sont aussi décrits comme des gardiens de l’enceinte de la mosquée, comme en témoigne leur ancrage résidentiel privilégié près de l’une des portes (bâb al-Majlis). Ils sont en effet installés dans les deux ribât34 adjacents au lieu saint qui leur ont été légués par Hajj Amîn al-Husaynî 35, mufti de Jérusalem de 1921 à 1948, un des fondateurs du nationalisme palestinien, dont les gardes du corps étaient des membres de cette communauté. L’usage était resté le même pour Faysal al-Husaynî, gouverneur de Jérusalem et directeur de la maison de l’Orient. C’est Nasîr Qûs, membre d’une des familles afro-palestiniennes, qui était son garde du corps jusqu’à sa mort en 2001.

  • 36 L’African Community Society est une organisation non gouvernementale fondée en 1983. Elle a été cré (...)

23Aujourd’hui encore, cette communauté conserve des fonctions sur l’esplanade (gardes, balayeurs, guides) ou dans les institutions religieuses à proximité, comme la takiyya (bâtiment qui sert à la distribution de la soupe populaire), par l’intermédiaire des Waqf-s. En outre, les générations suivantes restent d’importants producteurs de mémoire et de contre-représentations de cette communauté. Aujourd’hui, l’African Community Society36 est très active dans la vie du quartier , ainsi que dans la promotion et la défense de l’identité palestinienne de Jérusalem. Son logo, une carte du continent africain et de la Palestine reliés par le Dôme du Rocher, rappelle ce lien fort qui unit les Afro-Palestiniens au lieu saint. De pèlerins, on passe ainsi à riverains, de l’éphémère à l’apologie de la résistance et de la durabilité (sumûd). À cette notion de mujâwara est par conséquent adossée celle d’autochtonie. Les familles qui séjournent auprès du lieu saint insistent sur leur ancrage territorial et sur leur statut d’autochtones.

  • 37 J.F. Legrain, 1999.

24Le registre de l’ancestralité et le prestige de l’histoire familiale ne sont cependant pas nécessaires pour se sentir investi d’une mission envers la mosquée al-Aqsa. Aujourd’hui, ce sont des familles originaires d’Hébron et d’implantation récente à Jérusalem pour la plupart37, qui sont engagées dans les fonctions administratives : c’est par exemple le cas du directeur actuel de l’administration des Waqf-s, ‘Adhdhâm al-Khattâb. Ces familles se présentent comme un des derniers bastions de la lutte pour l’identité palestinienne du lieu saint et de la vieille ville de Jérusalem. C’est notamment le cas de celles qui résident dans l’enceinte de l’esplanade des Mosquées, en particulier dans les anciennes écoles coraniques qui se trouvent au nord du site. Le lien avec la mosquée al-Aqsa n’est pas séculaire. Ces habitants de l’esplanade se décrivent comme une grande famille :

  • 38 La seconde Intifada désigne l’insurrection populaire palestinienne qui a débuté en 2000 et provoqué (...)
  • 39 Entretien avec Umm ‘Adil al-Dajânî (esplanade des Mosquées, février 2013).

Toutes ces familles ont des rapports entre elles. Nous formons comme une grande famille. Pendant la seconde Intifada38, nous nous soutenions beaucoup, notamment par des échanges de denrées alimentaires comme le sucre, le pain et la farine. En 1948, je vivais avec mon mari du côté de la citadelle de David (Qalaʿat Dâwud) mais nous fument forcés de quitter les lieux. Mon mari était professeur dans une des écoles islamiques de l’esplanade et c’est comme ça que nous nous sommes installés au premier étage de l’école appelée, al-madrasat al-Fârisiyya.39

  • 40 La situation humanitaire de la vieille ville est très préoccupante en raison d’un taux de pauvreté (...)
  • 41 W. Ende, 1986, p. 294.

25Il existe des rivalités entre les familles traditionnelles de Jérusalem, les communautés installées au cours de l’époque ottomane et du Mandat britannique, et les gérants officiels de la mosquée al-Aqsa (aujourd’hui en majorité originaires d’Hébron) pour savoir qui sont les véritables garants du lieu saint. Se superposent à cela des conflits d’ordre social. Il n’est pas rare que les jeunes des quartiers musulmans jouxtant l’esplanade soient décrits de façon très péjorative. La population est décrite parfois de façon stéréotypée comme « violente » et « corrompue »40. On questionne par exemple l’engagement religieux des jeunes qui fréquentent l’esplanade et les quartiers limitrophes. Cette diversité existait aux abords d’autres lieux saints dans la société des mujâwirûn : « Des personnes de classes très différentes pouvaient être mujâwirûn ou mujâwirât: veuves distinguées ou fonctionnaires en retraite, individus socialement déracinés, Sûfîs pauvres, marchands, jeunes étudiants en théologie, personnes âgées de toutes les couches de la société attendant la mort en terre sainte ».41

26Les Afro-palestiniens semblent être les seuls à conserver encore l’appellation de « mujâwirûn ». L’esplanade est néanmoins aujourd’hui le noyau d’une population de riverains qui, malgré son extrême diversité, remplit des fonctions pratiques et symboliques, religieuses, patrimoniales et mémorielles. Aux fonctions officielles définies par l’administration des Waqf-s qui a le monopole de la gestion du lieu saint, s’ajoutent des fonctions plus informelles qui aident au fonctionnement du site et au maintien des traditions locales. Il existe donc d’importantes lignes de fracture qui traversent cette communauté au service du lieu saint, notamment entre employés officiels et acteurs informels, entre travailleurs salariés et bénévoles, entre familles de notables multiséculaires et résidents dont l’implantation est plus récente, entre différents quartiers ou groupes politiques. Si, dans la pratique, les fonctions occupées permettent au voisinage de la mosquée de vivre, elles lui offrent aussi une rétribution symbolique. Fortement articulées à la notion d’autochtonie, elles permettent aux acteurs de dire leur ancrage dans le territoire (historiquement et géographiquement). En retour, l’autochtonie est mise en scène et utilisée pour justifier les compétences dans certaines fonctions médiatrices ou mémorielles.

Mise en scène et défense de l’autochtonie

  • 42 D. Fabre, 2000, p. 207.
  • 43 Entretien avec Yūsuf Abu Snaīna, imam de la mosquée al-Aqsa (Jérusalem, janvier 2014).

27Historiquement, les riverains d’un lieu saint ont un rôle à jouer dans son organisation et dans son rayonnement. Cette relation semble renforcée dans le contexte contemporain de Jérusalem, en raison des conflits qui touchent au territoire et à la mémoire. Je reprends ici la thèse de Daniel Fabre sur le rapport des autochtones au monument. On peut dire que ces riverains « côtoient le monument comme un maître dont ils font le service, comme un spectacle familier ou comme un territoire dont ils occupent une part »42. C’est dans leur proximité avec le lieu saint et par leur attachement à celui-ci que les habitants palestiniens de Jérusalem se décrivent comme « les premiers » (« al-asliyûn »), ceux qui sont à l’origine, les autochtones. Comme le déclare l’imam de la mosquée, Yûsuf Abu Snayna : « La mosquée, c’est le lieu où nous maintenons notre position d’autochtonie. Nous sommes les premiers habitants (al-asliyîn) »43.

Proximité, quotidienneté, familiarité : les « autochtones de la monumentalité »44 au service du lieu saint

  • 44 Expression empruntée à D. Fabre, 2000.

28Il existe une communauté de personnes au service de la mosquée al-Aqsa et de ses alentours ; les registres de la quotidienneté et de la familiarité sont utilisés pour décrire la relation au lieu saint, puis celui de la consubstantialité. Ces habitants ne pourraient vivre sans le lieu saint, qui ne pourrait pas exister sans eux. Aux postes rémunérés par l’administration des Waqf-s, s’ajoutent des activités plus informelles, notamment lors des fêtes religieuses. La communauté musulmane de la vieille ville a alors un rôle fondamental dans l’organisation des rituels. Lors du mois de Ramadan par exemple, les scouts (kashshâf) de la ville arborent des gilets orange et régulent la circulation à l’intérieur de la vieille ville. De la même manière, ce sont les habitants des différents quartiers musulmans, par le biais des comités, qui décorent la vieille ville. Des concours de décoration sont organisés entre les quartiers (al-Wâd, bâb Hutta, al-Qirâmî) : tous les ans, de nouvelles façons d’éclairer la vieille ville, avec des guirlandes lumineuses de toutes sortes, sont inventées. Marwân Ghanîm, un des habitants de la vieille ville, prend part à la décoration de son quartier :

Avant tout, je suis un membre du peuple palestinien, un des habitants de la vieille ville de Jérusalem, je vis à l’intérieur des murs, et ça fait donc partie de mon devoir (wajbî) en tant qu’habitant de cette ville.45

  • 46 Ibid.

29Les habitants en charge de ces décorations disent préparer, décorer la ville, pour la présenter à ses visiteurs venus du monde entier et principalement de Cisjordanie, et pour témoigner du fait que la ville reste « capitale de la Palestine »46.

  • 47 Entretien avec Y., masaḥarātī (Jérusalem, août 2013).
  • 48 Des champs d’oliviers agrémentent l’espace ouvert de l’esplanade des Mosquées. Les oliviers fournis (...)

30En outre, ce sont des jeunes des quartiers musulmans de la vieille ville qui se chargent de réveiller les gens pour le repas du suhûr qui doit être pris à l’aube avant le début du jeûne, en chantant et en jouant de la musique, « pour maintenir les traditions »47. Ces masaharâtî sont bénévoles. C’est la solidarité qui est également invoquée, notamment dans certains travaux de construction ou la cueillette des olives48 sur l’esplanade des Mosquées. Une fois par an, la récolte des olives a lieu sur l’esplanade. Il arrive que des travailleurs bénévoles participent à la récolte, comme en témoigne ce fidèle dans une vidéo diffusée sur la chaîne de télévision al-Jazeera :

Nous sommes toujours présents dans la mosquée al-Aqsa, alors pendant la saison des olives nous participons à la récolte. L’olivier est un arbre palestinien résistant et c’est pourquoi nous mangeons de ses olives et de son huile. Al-Aqsa est musulmane et l’olivier est musulman et nous lui sommes liés.49

31L’ensemble de la récolte sera donné à la presse à huile qui se trouve dans l’orphelinat de la vieille ville, puis redistribuée aux nécessiteux par le comité de zakā. Toutes ces activités sont décrites comme un devoir, une mission, de la part des habitants palestiniens de la vieille ville de Jérusalem.

L’expertise des « fils de la ville »

  • 50 Les contraintes d’accès au lieu sont nombreuses, néanmoins la mosquée al-Aqsa accueille des pèlerin (...)
  • 51 Entretien avec M. J., un des membres de la communauté afro-palestinienne (Jérusalem, 2013).

32Une autre façon de servir le lieu saint consiste à s’en faire le porte-parole. Les activités de médiation sont ainsi décrites comme une mission citoyenne pour les « fils de Jérusalem ». Lors de mon enquête, je me suis intéressée à l’organisation du lieu et à l’accueil de ses pèlerins et touristes. Le lieu saint a une valeur patrimoniale qui est transmise aux différents visiteurs palestiniens et pèlerins internationaux50. En mai 2012, lors d’un entretien avec un guide palestinien de Jérusalem, celui-ci insistait sur son statut de « fils de la ville » : « Je suis un fils de la ville. Je dois donc en savoir plus que n’importe qui car je vis ici ». L’autochtonie est très souvent mise en valeur en ce qui concerne les médiations. On considère souvent qu’il vaut mieux être guidé par un autochtone. Ainsi, un autre guide originaire de Jérusalem déclarait que, lors de ses excursions à Bethléem, il passait le relais à des guides originaires de cette ville, « beaucoup plus légitimes »51 pour accompagner son groupe.

  • 52 Observations effectuées sur l’esplanade des Mosquées, juin 2013.
  • 53 J.-Y. Trépos, 1996.

33Beaucoup de ces guides originaires de Jérusalem sont bénévoles et témoignent de leur souci de transmission de leur connaissance de la ville et de leur expérience. S’adressant à des pèlerins sur l’esplanade, un des guides bénévoles et non professionnels de la ville déclarait : « ce que je vais vous dire maintenant, vous ne le lirez pas dans les guides »52. C’est donc l’expérience qui est valorisée. Beaucoup des guides palestiniens de Jérusalem s’appuient en effet sur leur expérience en tant qu’autochtones. Ils n’ont pas de formation spécifique. Certains ont même un métier à côté et deviennent guides dans leur temps libre. L’enracinement du guide et son autochtonie font office d’expertise. Les Palestiniens, et notamment ceux de Jérusalem, deviennent les porte-paroles de l’esplanade des Mosquées. Je reprends à mon compte l’analyse de Jean-Yves Trépos53 sur la sociologie de l’expertise. C’est la proximité avec un monument religieux ou avec ce qu’il représente qui est revendiquée pour légitimer sa position d’expert. La familiarité avec le lieu saint donne une capacité à s’en faire le porte-parole ou à engager une action de mise en valeur de celui-ci. La capacité d’expertise n’est en aucun cas adossée, contrairement à son sens courant, à une profession et aux compétences qui lui sont associées. La relation entretenue avec le monument justifie la position d’expert occupée par les gestionnaires informels du lieu.

  • 54 Abû Dîs est une ville située en zone B, sous contrôle israélien et palestinien, à environ trois kil (...)
  • 55 L’association Grassroots (http://www.grassrootsalquds.net), basée à Jérusalem, cherche également à (...)

34Aujourd’hui, des initiatives sont mises en place pour permettre de former des jeunes palestiniens habitants de Jérusalem au métier de guide. Par exemple, l’association Jerusalem Tourism Cluster sélectionne les meilleurs étudiants volontaires de l’université al-Quds, située à Abû Dîs54, et organise des cours intensifs lors de camps d’été, sur la toponymie, la localisation des sites et des monuments pour les sensibiliser au métier de guide. Elle travaille en étroite collaboration avec quinze centres culturels communautaires55, notamment l’African Community Society, le Center for Jerusalem Studies ou encore Burj al-Luqluq. Les jeunes ont entre dix-huit et vingt-quatre ans. Des rencontres sont organisées avec des professionnels du tourisme qui sont les guides informels les plus influents de la société civile palestinienne, des professeurs d’histoire de l’université ou des spécialistes de la restauration du patrimoine.

Mémoire vivante du lieu saint

35Quand A., une employée des Waqf-s qui a grandi dans un quartier adjacent au lieu saint, fait la visite de l’esplanade, son discours se construit entre histoire, tradition et souvenirs personnels. La visite n’est pas normative, elle est spontanée et se passe plus ou moins au gré des souvenirs du médiateur. L’accent est mis sur la connexion émotionnelle avec le site. C’est l’expérience du lieu qui ressort. Par exemple, lorsqu’elle passe devant le minbar al-sayf – chaire dédiée au prêche du vendredi à l’extérieur des mosquées couvertes – sur l’esplanade du Dôme du Rocher, elle commence par le décrire, puis elle parle de son usage actuel et conclut par un souvenir qu’il lui évoque, et revient finalement sur un détail d’histoire :

  • 56 Extrait d’entretien avec A., employée de l’administration des Waqf-s (esplanade des Mosquées, févri (...)

Ce minbar est appelé minbar d’été, car l’imam y prêchait l’été ; mais aujourd’hui plus personne n’officie depuis ce minbar. J’y ai souvent joué, je pouvais y grimper car à l’époque il n’était protégé d’aucune barrière. C’est un homme issu d’une grande famille de Gaza qui l’a restauré, la famille Agha.56

36Yûsuf Natsha, directeur du département des Antiquités et du tourisme sur l’esplanade, lorsqu’il fait l’histoire de l’hospice mamelouke Khassaki Sultan, accolé à l’esplanade et destiné à distribuer la soupe populaire, ajoute des souvenirs très personnels, partagés par les habitants de Jérusalem :

  • 57 Y. S. Natsheh, 2000, p. 31 (traduction de l’auteur).

Les habitants de Jérusalem buvaient de la soupe à la place du petit-déjeuner, surtout parce qu’ils étaient pauvres. Quelques familles avaient l’habitude d’envoyer leurs enfants chercher de la soupe comme une bénédiction mais aussi pour son goût unique […]. Cette soupe était souvent sucrée et certains y ajoutaient de la graisse et des noix.57

  • 58 S. Sagnes, 2010, p. 88.
  • 59 À cette date, de violents heurts ont eu lieu dans l’enceinte de la mosquée. Ces incidents ont éclat (...)
  • 60 Extrait d’entretien avec A. (esplanade des Mosquées, février 2013).

37Il y a une dimension sociale qui fait que les gens sont attachés à cet endroit. Ils vont parler du goût sucré de la soupe qui était encore servi il y a quelque temps et qu’ils recevaient gratuitement. Cela fait partie de l’histoire de Jérusalem. Le lieu saint est ainsi « érigé en théâtre de la mémoire locale »58. L’histoire générale du lieu côtoie l’histoire intime et personnelle du guide qui a une fonction de témoin. Ceci est d’autant plus vrai que sont évoqués des souvenirs douloureux. Lorsqu’A. me parle des céramiques qui entourent le Dôme du Rocher, elle rappelle les événements du 8 octobre 199059 durant lesquels les céramiques ont été endommagées. L’évocation de ces céramiques fait donc remonter le souvenir de ces journées, même si celui-ci reste allusif, car A. poursuit en disant que « personne ne souhaite se souvenir de cette journée meurtrière »60. De la même manière lors d’un autre entretien, lorsque le guide, un Palestinien résident de Jérusalem, me parle de la mosquée, les premiers éléments de son discours sont des souvenirs douloureux également liés à cette journée du 8 octobre 1990, au cours de laquelle il a vu mourir trois de ses amis.

  • 61 Entretien avec deux photographes freelance de Jérusalem (locaux de l’African Community Society, Jér (...)
  • 62 Voir E. Grugeon, à paraître (a).

38 Un autre exemple important de cette mission de médiation est représenté par un groupe de photographes, tous résidents de Jérusalem, qui font de la photographie un usage citoyen et militant. Ils sont une trentaine dont le travail est reconnu, parfois même au-delà des frontières palestiniennes61. Présents quotidiennement dans la mosquée, ils en deviennent comme la mémoire vivante. Il est intéressant de relever qu’ils donnent une place très importante aux personnalités connues de la vieille ville, du quartier qui entoure la mosquée, aux autochtones qui font vivre le site. Ils médiatisent tout ce qui s’y passe et organisent des événements via Twitter et Facebook pour faire vivre les grands moments religieux aux Palestiniens privés d’accès au lieu. Au tout début du mois de juillet 2014, ils lancent par exemple une campagne qui s’intitule « Ramadân fîl-Quds ghayr » (« Le Ramadan à Jérusalem est différent »), pour témoigner du caractère exceptionnel du mois de Ramadan à Jérusalem62 :

  • 63 Extrait de la page Facebook « Ramadân fîl-Quds ghayr » en 2014 (traduction de l’auteur).

Cette campagne a pour but de révéler l’esprit de la ville de Jérusalem pendant le mois béni de Ramadan ainsi que son atmosphère spirituelle, et de les partager avec vous pendant tout ce temps, minute après minute, à travers des photographies, des vidéos, la diffusion des prières et d’autres événements. Cette campagne s’adresse aux personnes de tous les âges et toutes les nationalités, mais particulièrement à ceux qui ne peuvent pas accéder à la ville de Jérusalem ; c’est pourquoi nous devons être leurs yeux, leurs oreilles et leurs cœurs hiérosolymitains.63

  • 64 La guerre de Gaza commence le 8 juillet et prend fin le 26 août 2014.

39 Durant ce mois de Ramadan 2014, les lumières festives de la vieille ville sont restées éteintes en signe de deuil et de solidarité avec les habitants de Gaza. C’est le 8 juillet, douze jours après le début du mois de Ramadan, que commence la guerre de l’été 2014 à Gaza64. Deux des organisateurs de cette campagne sont arrêtés et sont condamnés par un tribunal israélien à rester éloignés de l’esplanade des Mosquées pendant trente jours. Les mesures de fermeture du lieu saint, essentiellement les vendredis, ont cours pendant toute la durée de la guerre. La campagne « Ramadân fîl-Quds ghayr » prend par conséquent une toute autre tournure.

40 Les habitants palestiniens de Jérusalem créent donc du lien avec les fidèles palestiniens coupés du lieu (Palestiniens de Cisjordanie, de Gaza et de la diaspora). Dans cette perspective, ils se présentent comme les derniers défenseurs du territoire de la vieille ville, et par extension du lieu saint.

« Maintenir sa position d’autochtonie »65 : la mise en scène et la défense d’un héritage palestinien et musulman ?

  • 65 Entretien avec Yûsuf Abu Snayna, imam de la mosquée al-Aqsa (Jérusalem, janvier 2014).
  • 66 M. Drouin, 2011, p. 59.

41Le patrimoine devient le lieu d’une identité à défendre, prétexte pour parler en creux des combats politiques. Hamdan Taha, secrétaire adjoint au ministère palestinien du Tourisme et des Antiquités, dans une étude sur le tourisme à Jérusalem (2013), décrit le patrimoine culturel (al-turâth al-thaqâfî) comme « la première arène de la grande lutte pour Jérusalem, par la production d’un récit historique unique ». Le patrimoine culturel et religieux est présenté comme menacé par les contingences politiques et les aspirations divergentes sur le lieu saint. La mission dont se sentent investis les habitants palestiniens de Jérusalem semble renforcée par ce sentiment de perte et de danger. Ainsi les habitants de la vieille ville pourraient être décrits comme des « sentinelles du patrimoine »66 et de son identité musulmane et palestinienne. Ils se présentent comme les gardiens d’une mémoire, les garants d’une continuité temporelle.

  • 67 M. Halbwachs, 1941.
  • 68 « On ne se prépare à partir en pèlerinage que pour se rendre à trois mosquées : la mosquée sacrée [ (...)
  • 69 E. Grugeon, à paraître (b).
  • 70 Observations sur l’esplanade des Mosquées, juillet 2014. Sur la mobilisation de la figure de Salâh (...)
  • 71 Observations, dans le quartier al-Qiramī à l’occasion du festival « ʿīsh al-hay » (« vivre le quart (...)

42La mémoire collective a besoin des lieux pour vivre et s’ancrer dans le présent67. L’autochtonie est mise en scène par les habitants de Jérusalem ; l’héritage musulman ancestral est sans cesse convoqué comme une garantie de cette autochtonie. Tout comme pour d’autres lieux saints, des récits d’ancestralité font de l’esplanade des Mosquées un lieu situé en-dehors et au-delà de l’histoire séculière, un lieu rivé à une tradition immémoriale. Première direction de la prière (qibla), des événements centraux dans la tradition musulmane lui sont associés, notamment ceux de l’Isrâ’ et du Mi‘râj, mais également des grands noms comme ceux de ‘Umar Ibn al-Khattâb (584-644) ou Salâh al-Dîn (1138-1193). Les références à cet héritage sont omniprésentes ; le transmettre est considéré comme une nécessité absolue. La référence aux miracles de l’Isrâ’ et du Mi‘râj est utilisée dans la majorité des prêches. Le hadith qui fait de l’esplanade des Mosquées un lieu de pèlerinage, au même titre que La Mecque et Médine68, est également employé de façon presque systématique dans les discours religieux (sermons, prêches)69. Ces récits sont réactualisés à des fins religieuses et politiques. Cette question de l’ancestralité et de la transmission des traditions prend un sens nouveau dans le contexte politique contemporain, car le lieu est perçu comme menacé dans son intégrité par la communauté palestinienne et, dans une moindre mesure, par les pays arabes et la communauté musulmane internationale. Salâh al-Dîn sert par exemple de référence aux nouvelles générations palestiniennes, comme un idéal politique de défense de l’identité palestinienne et musulmane. En témoignent les T-Shirts créés à son effigie70 ou des chansons populaires entonnées dans les festivals de quartier : « La mosquée al-Aqsa est blessée (majrûha). Où est Salâh al-Dîn ? Où est la communauté de Muhammad (ummat Mahmûd) ? Allons prier le vendredi à la mosquée al-Aqsa »71.

  • 72 C’est par exemple le cas de Michel Sabbah, premier arabe d’origine palestinienne nommé à la positio (...)

43En outre, des communautés de destin se dessinent entre les différents lieux saints de Jérusalem. Les incidents sur la mosquée al-Aqsa les jours de blocage par les autorités israéliennes font écho aux conditions dans lesquelles se déroulent les festivités religieuses chrétiennes, notamment Pâques, marquées par l’importance de la présence policière et les atteintes faites à la liberté de culte. Il est important de rappeler le rôle joué par les dignitaires palestiniens chrétiens engagés dans la lutte pour l’accès à la mosquée et le maintien du statu quo dans tous les lieux saints de la ville72. La mobilisation autour du lieu saint fédère par conséquent un groupe autour de certains mots d’ordre comme la défense de la liberté de culte et d’accès au lieu saint, ou celui de la lutte pour la préservation de l’identité palestinienne de Jérusalem dans un contexte où l’appropriation religieuse du territoire de la vieille ville par des nationalistes israéliens, appuyés par les politiques d’urbanisation de la municipalité israélienne de Jérusalem, est de plus en plus manifeste.

*

  • 73 M. Weber, [1921] 2003, p. 78.

44Une communauté plus large que celle qui vit à proximité du lieu saint se forme. Plusieurs groupes se distinguent par leur plus ou moins grande proximité avec le lieu, physique ou symbolique : les habitants palestiniens de la vieille ville, chrétiens comme musulmans, ceux de Jérusalem-Est, ceux de Cisjordanie, de la Bande de Gaza et d’Israël ainsi que les musulmans dans le monde. Leurs composantes se mobilisent à des degrés divers pour manifester leur attachement à la ville de Jérusalem et à ses lieux saints. Cette communauté émerge donc autour de certains moments et dans le partage de conditions communes ; elle se fonde en partie sur une « entente rationnelle par intérêt mutuel »73.

Figure 1 Logo de l’association afro-palestinienne dessiné sur le mur de ses locaux, dans le voisinage de la mosquée al-Aqsa, bâb al-Majlis
Photographie d’Elsa Grugeon, 2012

Figure 2 Décorations du mois de Ramadan dans la rue des Lamentations, au niveau de l’une des portes de la mosquée al-Aqsa, bâb Hutta
Photographie d’Elsa Grugeon, 2013

Haut de page

Bibliographie

Al-ʿIbâdî ‘Abd al-Salâm, Al-Ri’ayya al-Urduniyya al-Hashimiyya lil-Quds wa-l-Muqaddasât al-islâmiya fîhâ, al-Matâbi’ al-’Askariyya, 1998.

Andézian Sossie, « Des pèlerins secondaires. Formation d’une diaspora arménienne à Jérusalem », in Sylvia Chiffoleau et Anna Madoeuf (dir.]), Les pèlerinages au Moyen-Orient et au Maghreb. Espaces publics, espaces du public, Beyrouth : Presses de l’Ifpo, 2005, p. 81-107.

Aubin-Boltanski Emma, Pèlerinages et nationalisme en Palestine. Prophète, héros et ancêtre, Paris : Éditions de l’EHESS, 2007.

Aubin-Boltanski Emma, « Salah al-Dîn, un héros à l’épreuve. Mythe et pèlerinage en Palestine », dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 60, no 1, 2005, p. 91-107.

Azarya Victor, The Armenian Quarter of Jerusalem. Urban life behind monastery walls, Berkeley : University of California Press, 1984.

Ben-Arieh Yoshua, Jerusalem in the 19th century. The Old City, Jérusalem : Yad Izhak Ben Zvi, 1984.

Debarbieux Bernard, « Le lieu, fragment et symbole du territoire », Espace et Sociétés, no 82-83, 1995, p. 13-36.

Drouin Martin, « Les associations de patrimoine et le tourisme », Tourisme et patrimoine mondial, numéro spécial de la revue Teoros, vol. 30, no 2, 2011, p. 59-61.

Dumper Michael et Larkin Craig, « In defense of al-Aqsa: the Islamic Mouvement inside Israel and the battle for Jerusalem », Review of International Studies, no 38, 2012, p. 25-62.

Dumper Michael, The Politics of Jerusalem Since 1967, New York : Columbia University Press, 1997.

Dumper Michael, The Politics of Sacred Space: The Old City of Jerusalem in the Middle East Conflict,
Boulder (CO) : Lynne Rienner, 2002.

Ende Werner, « Mudjāwir », in Emeri Johannes van Donzel et al., Encyclopedia of Islam (deuxième édition), vol. 7, Leyde : Brill, 1986, p. 293-294.

Fabre Daniel (dir.), Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques, Paris : Maison des sciences de l’homme, 2000.

Grabar Oleg, « al-Kuds », in Emeri Johannes van Donzel et al., Encyclopedia of Islam (deuxième édition), vol. 7, Leyde : Brill, 1986, p. 322-344.

Grugeon Elsa, « Al-Aqsa 2.0 : abolir les frontières et défier la contrainte sur le Net », in Jalal al-Husseini, Abaher al-Sakka, Nicolas Dot-Pouillard et Véronique Bontemps, La Palestine en réseaux, Marseille : Éditions Diacritiques, à paraître (a).

Grugeon Elsa, « La mosquée al-Aqsa, cœur d’une “Terre sainte” musulmane ? », in Sossie Andézian et Christian Décobert (dir.), La terre sainte en héritage, Paris, CNRS Éditions, à paraître (b).

Halbwachs Maurice, La Topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte. Étude de mémoire collective, Paris : Presses universitaires de France, 1941.

International Peace and Cooperation Center, Jerusalem: The Old City. The Urban Fabric and Geopolitical Implications, Ramallah, 2009.

Legrain Jean-François, Les Palestines du quotidien. Les élections de l’autonomie (janvier 1996), numéro spécial des Cahiers du CERMOC, no 22, 1999.

Natsheh Yusuf, « My Memories of Khassaki Sultan or “The Flourishing Edifice” », Jerusalem Quaterly, no 7, 2000, p. 29-35.

United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, Occupied Palestinian Territory, East Jerusalem, Key Humanitarian Concerns, Special Focus, mars 2011. [En ligne] : https://www.ochaopt.org/content/east-jerusalem-key-humanitarian-concerns

Ricca Simone, Reinventing Jerusalem. Israel’s Reconstruction of the Jewish Quarter after 1967, Londres, New York : I.B. Tauris, 2007.

Sagnes Sylvie, « Suivez-le guide ! De l’autre à soi ou comment devenir monument », Ethnologies, vol. 32, no 2, 2010, p. 81-101.

Sencébé Yannick, « Être ici, être d’ici. Formes d’appartenance dans le Diois (Drôme) », Ethnologie française, vol. 34, no 1, 2004, p. 23-29.

Trepos Jean-Yves, La sociologie de l’expertise, Paris : Presses universitaires de France, 1996.

Weber Max, Économie et société, vol. 1, Les catégories de la sociologie, Paris : Pocket, 2003, [1921].

Haut de page

Notes

1 Mont du Temple dans les traditions juives en souvenir du premier et du second Temple, détruit en 70, ce lieu saint figure par ailleurs dans les Évangiles (Luc 2, 41-52). Enfin il représente la première qibla (direction de la prière) des musulmans et le lieu de commémoration du miracle du Voyage nocturne (Coran, XVII) durant lequel le Prophète Muhammad voyagea de La Mecque vers la mosquée al-Aqsa à Jérusalem en une nuit (al-Isrâ’), mosquée depuis laquelle eut lieu son ascension céleste (al-Mi‘râj).

2 Afin de ne pas gêner la lecture et pour la rendre accessible à un public non spécialiste, j’ai choisi un système de translittération simplifié mais qui respecte certaines des caractéristiques phonétiques des termes en arabe.

3 « Mosquée al-Aqsa » peut désigner à la fois la mosquée du vendredi au sud de l’esplanade et l’esplanade dans sa totalité. Les toponymes qui désignent l’ensemble du site sont nombreux : « Masjid al-Aqsâ », « Haram al-Sharîf », « Masjid al-Haram al-Qudsî ».

4 Jérusalem est en effet inaccessible pour les Palestiniens de la diaspora, exilés pour la majorité dans les pays arabes frontaliers (Jordanie, Syrie, Liban), et difficilement accessible pour les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza.

5 « La ville demeure unique parmi presque toutes les autres villes de l’islam pour la manière dont les édifices musulmans sont pour la plupart réunis dans un seul quartier, dans le Haram al-Sharif et ses environs » (O. Grabar, 1986, p. 334).

6 Le waqf désigne, en droit musulman, l’acte de fondation d’une institution charitable, ainsi que l’institution elle-même.

7 B. Debarbieux, 1995, p. 15.

8 Ce statut est distinct de la citoyenneté israélienne et de celui des Palestiniens de Cisjordanie. Il permet théoriquement d’obtenir les mêmes droits que ceux des citoyens israéliens mais reste très précaire et nécessite, entre autres, de ne pas résider plus de sept années cumulées en dehors de Jérusalem. Depuis 1967, 14 000 Palestiniens ont perdu leur statut de résident permanent. Sur cette question, voir le rapport de l’United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, 2011.

9 Les Bédouins bénéficient encore d’un autre statut. Ils sont quelques milliers à vivre dans les frontières de Jérusalem, définies par Israël.

10 Y. Ben-Arieh, 1984, p. 155.

11 V. Azarya, 1984 ; S. Andezian, 2015.

12 S. Ricca, 2007.

13 Festivités autour du mariage de Muhammad Abû Sbayh qui ont lieu dans l’esplanade des Mosquées et regroupent des jeunes des quartiers de la vieille ville. Voir https://www.youtube.com/watch?v=vJ-hbvgKlLw (consulté le 10 avril 2017).

14 Ateret Cohanim est une organisation fondée en 1978 dans le but de financer et de promouvoir la colonisation à Jérusalem-Est, en particulier dans la vieille ville, par l’acquisition de propriétés palestiniennes.

15 Le Mouvement islamique est un parti politique créé en Israël en 1971 par ‘Abdallah Nimr Darwîsh. Il s’est organisé comme une association religieuse militante. Depuis 1996, le parti est scindé en deux. La branche du nord est dirigée par le cheikh Râ’id Salâh. Elle boycotte les élections israéliennes et s’investit beaucoup dans les questions du patrimoine musulman en Israël, ainsi que dans les affaires concernant la mosquée al-Aqsa.

16 Hizb al-Tahrîr ou parti de la libération, est un parti politico-religieux transnational fondé dans les années 1950 à Amman, en Jordanie, par un dissident des Frères musulmans. Il défend la création d’un califat islamique mondial.

17 Entretien avec le secrétaire de la direction de l’administration des Waqf-s (administration des Waqf-s, Jérusalem, octobre 2013).

18 La zakâ est un des cinq piliers de la doctrine musulmane qui consiste en l’obligation pour tout musulman de verser une certaine proportion de ses biens légaux au bénéfice des pauvres.

19 Mouvement réformiste transnational fondé par Muhammad Ilyâs en 1927 au nord de l’Inde. De nature apolitique, il se distingue par son activité missionnaire. La prédication y est présentée comme une obligation.

20 Ce mur, dont la construction commence en 2002, implique l’inclusion de facto de Jérusalem-Est dans les frontières de la grande municipalité définie par Israël au-delà de la ligne verte, établie lors de l’armistice de 1949 entre Israël et la Jordanie. Celle-ci passe au cœur de Jérusalem, séparant la partie palestinienne, à l’est, de la partie israélienne, à l’ouest. Au-delà, la ligne verte trace la limite entre la Cisjordanie et Israël dans ses frontières de 1948.

21 Citation tirée du site Internet du Mouvement islamique en Israël (M. Dumper et C. Larkin, 2012, p. 49).

22 A. Al-ʿIbâdî, 1998, p. 43.

23 Entretien avec un fonctionnaire de l’administration des Waqf-s (Jérusalem, octobre 2012).

24 Ibid.

25 « Man mata ‘alâ wazifa fa lil qâdî tansîb ‘alâ waladihi ».

26 Entretien avec un des membres de la famille al-Shihâbî (Jérusalem, février 2013).

27 E. Aubin Boltanski, 2007, p. 198.

28 M. Dumper, 1997, p. 167.

29 Entretien avec ‘Alî Qlaybû (Jérusalem, avril 2012).

30 Entretien avec Khidir al-Shihâbî (Jérusalem, février 2013).

31 W. Ende, 1986, p. 294.

32 « Dès les premiers temps se dressèrent au voisinage de ces lieux, zâwiyas et madrasas à l’intérieur ou à proximité desquelles s’installèrent des mujâwirûn afin de recevoir leur instruction religieuse de la bouche des saints et des savants qui y vivaient, d’y enseigner eux-mêmes, de montrer les lieux saints aux visiteurs (zuwwâr) et de leur prêcher la bonne parole. Plus récemment, le terme « mujâwir » a graduellement été employé pour désigner le personnel permanent nommé sur les lieux de pèlerinage (gardes, balayeurs, guides des zuwwâr, etc.), qui appartiennent en général à la population locale », (W. Ende, 1986, p. 294).

33 Entretien avec M. J., un des membres de la communauté afro-palestinienne (Jérusalem, novembre 2011).

34 Désigne ici des établissements collectifs pour mystiques (qui hébergent aussi souvent les voyageurs).

35 « Pareillement, il fut toujours méritoire d’aider à vivre les mujâwirûn d’un lieu saint donné en fondant des Waqf-s, en faisant des dons privés, ou en collectant des fonds de cette nature. C’est ainsi qu’en Inde d’importants Awqafs furent affectés à de pieux chiites qui s’étaient rendus à Karbala ou à Nadj̲af dans le but de pratiquer la mujâwara » (W. Ende, 1986, p. 294).

36 L’African Community Society est une organisation non gouvernementale fondée en 1983. Elle a été créée à partir du Club Soudanais actif de 1935 à 1967. L’objectif initial était la protection du patrimoine de la communauté et la promotion d’un meilleur futur pour ses membres. Voir https://www.grassrootsalquds.net/community-organizations/african-community-society (consulté le 14 avril 2017).

37 J.F. Legrain, 1999.

38 La seconde Intifada désigne l’insurrection populaire palestinienne qui a débuté en 2000 et provoqué des affrontements meurtriers. Elle a été marquée par la répression menée par l’armée israélienne et la série d’attentats organisés par l’organisation politique du Hamas.

39 Entretien avec Umm ‘Adil al-Dajânî (esplanade des Mosquées, février 2013).

40 La situation humanitaire de la vieille ville est très préoccupante en raison d’un taux de pauvreté important, d’un fort décrochage scolaire, de la consommation de drogues et enfin d’affrontements violents réguliers avec l’armée et la police israéliennes, qui génèrent quotidiennement des incarcérations et des emprisonnements. Voir le rapport de l’International Peace and Cooperation Center, 2009.

41 W. Ende, 1986, p. 294.

42 D. Fabre, 2000, p. 207.

43 Entretien avec Yūsuf Abu Snaīna, imam de la mosquée al-Aqsa (Jérusalem, janvier 2014).

44 Expression empruntée à D. Fabre, 2000.

45 Documentaire réalisé sur le Ramadan 2011 par la chaîne Al-Quds Educational TV, https://www.youtube.com/watch?v=LuFXGKikwEU (consulté le 7 mars 2014).

46 Ibid.

47 Entretien avec Y., masaḥarātī (Jérusalem, août 2013).

48 Des champs d’oliviers agrémentent l’espace ouvert de l’esplanade des Mosquées. Les oliviers fournissent ainsi d’importants stocks d’huile redistribués ensuite par le comité de zakâ.

49 https://www.youtube.com/watch?v=2McpupIRpLg (consulté le 14 avril 2017).

50 Les contraintes d’accès au lieu sont nombreuses, néanmoins la mosquée al-Aqsa accueille des pèlerins musulmans internationaux dont le nombre croit depuis les années 2010. Ils viennent principalement de Turquie, d’Europe et d’Asie.

51 Entretien avec M. J., un des membres de la communauté afro-palestinienne (Jérusalem, 2013).

52 Observations effectuées sur l’esplanade des Mosquées, juin 2013.

53 J.-Y. Trépos, 1996.

54 Abû Dîs est une ville située en zone B, sous contrôle israélien et palestinien, à environ trois kilomètres au sud-est de Jérusalem.

55 L’association Grassroots (http://www.grassrootsalquds.net), basée à Jérusalem, cherche également à encourager ce tourisme communautaire.

56 Extrait d’entretien avec A., employée de l’administration des Waqf-s (esplanade des Mosquées, février 2013).

57 Y. S. Natsheh, 2000, p. 31 (traduction de l’auteur).

58 S. Sagnes, 2010, p. 88.

59 À cette date, de violents heurts ont eu lieu dans l’enceinte de la mosquée. Ces incidents ont éclaté après qu’un groupe de militants de l’organisation israélienne extrémiste, « Les fidèles du Mont du Temple », a appelé à pénétrer sur l’esplanade. Vingt-deux Palestiniens ont été tués par l’armée et la police israéliennes.

60 Extrait d’entretien avec A. (esplanade des Mosquées, février 2013).

61 Entretien avec deux photographes freelance de Jérusalem (locaux de l’African Community Society, Jérusalem, mai 2013). « M. : ceux qui travaillent bien, on dit qu’ils sont à peu près trente à Jérusalem, ceux dont le travail est acceptable et reconnu. Mais sinon, il y en a vraiment beaucoup ».

62 Voir E. Grugeon, à paraître (a).

63 Extrait de la page Facebook « Ramadân fîl-Quds ghayr » en 2014 (traduction de l’auteur).

64 La guerre de Gaza commence le 8 juillet et prend fin le 26 août 2014.

65 Entretien avec Yûsuf Abu Snayna, imam de la mosquée al-Aqsa (Jérusalem, janvier 2014).

66 M. Drouin, 2011, p. 59.

67 M. Halbwachs, 1941.

68 « On ne se prépare à partir en pèlerinage que pour se rendre à trois mosquées : la mosquée sacrée [La Mecque], ma mosquée [Médine] et la mosquée très éloignée [l’esplanade des Mosquées] ».

69 E. Grugeon, à paraître (b).

70 Observations sur l’esplanade des Mosquées, juillet 2014. Sur la mobilisation de la figure de Salâh al-Dîn en Palestine, voir E. Aubin-Boltanski, 2005.

71 Observations, dans le quartier al-Qiramī à l’occasion du festival « ʿīsh al-hay » (« vivre le quartier »), septembre 2013.

72 C’est par exemple le cas de Michel Sabbah, premier arabe d’origine palestinienne nommé à la position de patriarche latin de Jérusalem de 1987 à 2008.

73 M. Weber, [1921] 2003, p. 78.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 Logo de l’association afro-palestinienne dessiné sur le mur de ses locaux, dans le voisinage de la mosquée al-Aqsa, bâb al-MajlisPhotographie d’Elsa Grugeon, 2012
URL http://journals.openedition.org/eac/docannexe/image/1097/img-1.jpg
Fichier image/, 592k
Légende Figure 2 Décorations du mois de Ramadan dans la rue des Lamentations, au niveau de l’une des portes de la mosquée al-Aqsa, bâb HuttaPhotographie d’Elsa Grugeon, 2013
URL http://journals.openedition.org/eac/docannexe/image/1097/img-2.jpg
Fichier image/, 4,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Grugeon, « Les « fils de Jérusalem » au service de la mosquée al-Aqsa », Études arméniennes contemporaines, 9 | 2017, 189-213.

Référence électronique

Elsa Grugeon, « Les « fils de Jérusalem » au service de la mosquée al-Aqsa », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/eac/1097 ; DOI : 10.4000/eac.1097

Haut de page

Auteur

Elsa Grugeon

Doctorante en anthropologie, EHESS, Institut français du Proche-Orient

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • OpenEdition Journals