Navigation – Plan du site
Études

Jérusalem, 1939-1945 : une ville en paix ?

Jerusalem, 1939-1945: a city at peace? Municipal rivalry and urban coexistence during World War II
Amos Reichman et Vincent Lemire
p. 143-165

Résumés

Il y eut une Seconde Guerre mondiale à Jérusalem. Jusqu’ici peu évoquée par l’historiographie, cette période n’en reste pas moins décisive pour comprendre l’évolution récente de la ville. Ainsi, entre 1939 et 1945, Jérusalem peut être considérée comme une cité paisible dans un monde en guerre. Paisible par rapport à tant d’autres villes en guerre. Paisible par rapport aux périodes qui précèdent et suivent le conflit mondial à Jérusalem. Parce que sous mandat britannique, parce que sur les cartes des états-majors, elle n’en reste pas moins impliquée, embarquée dans la guerre. C’est ainsi que Jérusalem en est sans y être, traversée par une guerre qui ne l’emporte pourtant jamais tout à fait. Une période de suspension s’ouvre alors dans l’histoire de la ville, dont les habitants pressentent que le destin se joue dans les combats de l’ailleurs. Émergent de nouveaux possibles, un singulier rapport à l’autre et une intense vie citadine. Dans le même temps, à la mairie de Jérusalem, des conflits politiques se cristallisent, laissant présager les affrontements des lendemains.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire d’Olga Fink

Texte intégral

  • 1 Cet article est le résultat d’une collaboration entamée en 2011-2012 à l’occasion d’un travail de r (...)
  • 2 Ministère des Affaires étrangères [MAE], Centre des archives de Nantes [CADN], Jérusalem, Série C, (...)
  • 3 P. Chassaigne et J.-M. Largeaud (dir.), 2004.

1Nous sommes le 14 mai 1945. Guy du Chaylard, le consul général de France à Jérusalem s’adresse à son ministre de tutelle, Georges Bidault1. Moins d’une semaine après la capitulation allemande, le consul évoque les célébrations du « jour de la victoire » et pourtant, la liesse attendue n’est pas au rendez-vous. Même si Jérusalem est sous mandat britannique depuis le début des années 1920, contrairement à Londres, la ville sainte ne semble pas avoir gagné la guerre : « Les fêtes organisées à Jérusalem ont été exceptionnellement maigres de même que la participation populaire ; les drapeaux arborés sur les immeubles privés étaient assez peu nombreux pour une ville de plus de 100 000 habitants. La seule cérémonie publique a consisté le 9 au soir en une sorte de retraite exécutée par quinze bagpipers écossais qui ont fait pendant plus d’une heure les cent pas devant le King David Hotel, siège de l’état-major britannique. La foule assez compacte groupée devant l’hôtel faisait preuve d’un enthousiasme dont le moins qu’on puisse dire est qu’il n’avait rien d’excessif ; il faut avouer que cette manifestation était d’ailleurs extrêmement monotone »2. C’est bien l’étrangeté de ce lendemain de guerre à Jérusalem que l’on perçoit ici. C’est qu’à Jérusalem, la Seconde Guerre mondiale ne fut pas celle des grandes capitales européennes, ni occupation, ni bombardement3. Parce qu’elle est placée sous mandat britannique, Jérusalem est prise dans la tension du conflit mondial, mais elle n’en reste pas moins à la marge du conflit, comme décalée, voire paradoxalement « apaisée ».

  • 4 R. W. Zweig, 1978.
  • 5 M. Kolinsky, 1999.
  • 6 G. Biger, 1994.

2En effet, de 1939 à 1945, on peut d’abord dire de Jérusalem qu’elle apparaît comme un refuge, une zone de repli. Refuge pour certains « grands exilés », le négus éthiopien Hailé Sélassié, Pierre de Yougoslavie, Georges II de Grèce par exemple. Refuge encore pour des soldats tchèques, autrichiens, polonais, ayant décidé de poursuivre le combat face aux forces de l’Axe à partir d’une ville préservée. Refuge enfin pour de nombreux Juifs persécutés fuyant l’Europe. Cette fonction de refuge est cependant encadrée par un compromis précaire établi juste avant la guerre : le 17 mai 1939, les Britanniques ont publié un Livre Blanc qui devait limiter à 75 000 le nombre de Juifs autorisés à immigrer en Palestine pour les cinq prochaines années4. Si Jérusalem est préservée sur le plan militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, c’est notamment parce qu’elle est un pion majeur dans la stratégie britannique. Les Britanniques ne peuvent se permettre de mettre en danger la ville : la Palestine est en effet au centre d’un espace cohérent qui s’étend de l’Égypte à l’Irak et qui garantit à l’Empire la sécurité du Canal de Suez et de la route des Indes, enjeu fondamental dans le conflit mondial5. Pour les Britanniques, Jérusalem, et plus largement le mandat sur la Palestine, est un verrou géostratégique majeur6.

  • 7 B. Wasserstein, 1991 ; R. El-Eini, 2006.
  • 8 M. Kolinsky, 1993.
  • 9 G. El Khazen, 2005.
  • 10 C. Enderlin, 2008, p. 220-224.

3La période 1939-1945 est également une parenthèse historique pour la ville sainte. Depuis 1920 et la conférence de San Remo qui voit les Britanniques recevoir un mandat de la Société des nations (SDN) sur la Palestine, les tensions sont multiples entre partisans du projet sioniste et nationalistes palestiniens7. En 1929, de violentes émeutes éclatent autour du mur des Lamentations8. De 1936 à 1939, c’est la « révolte arabe », la première grande intifada qui enflamme tout le territoire de la Palestine mandataire9. Mais lorsque la guerre mondiale éclate, la tension retombe : le conflit local semble s’atténuer et entrer en sommeil. Finalement, c’est avec la fin de la guerre que le conflit propre à la Palestine reprend force et vigueur. C’est peut-être ce que comprennent intuitivement les habitants de Jérusalem, peu pressés de participer aux réjouissances du 8 mai 1945. Les affrontements reprennent effectivement rapidement et la violence culmine le 22 juillet 1946 avec l’explosion de l’hôtel King David à la suite d’un attentat perpétré par l’Irgoun, un groupe terroriste juif10. L’attentat du King David (91 morts) marque la clôture de cette étrange parenthèse que fut la Seconde Guerre mondiale à Jérusalem.

Quand l’histoire murmure, au risque de l’oubli

  • 11 De ce point de vue, une étude parallèle avec la Première Guerre mondiale pourrait être utilement me (...)
  • 12 Deux exceptions, qui concernent davantage la politique britannique en Palestine dans son ensemble q (...)
  • 13 S. Sebag Montefiore, 2011.
  • 14 Ibid., p. 540-542.

4Entre l’insurrection palestinienne des années 1936-1939 et la première guerre israélo-arabe des années 1947-1949, la période de la Seconde Guerre mondiale apparaît donc comme un moment d’accalmie, un temps étrangement suspendu dans l’histoire mouvementée de Jérusalem. Une histoire presque immobile, quasi silencieuse, tissée de murmures et de lents déplacements plutôt que de déclarations tonitruantes et d’actions d’éclats11. C’est sans doute pour cela que les historiens de Jérusalem se sont jusqu’ici globalement détournés de cette période12. Habitués à répondre à ce qu’ils considèrent sans doute comme une demande éditoriale indépassable, ils réservent l’essentiel de leur énergie à une Jérusalem à feu et à sang, dont l’histoire plusieurs fois millénaire leur offre, il est vrai, quantité d’épisodes alléchants. La monumentale Biographie de Jérusalem, publiée récemment par Simon Sebag Montefiore, illustre bien cette tendance à une histoire sensationnelle, fracassante et fracassée de la ville sainte : sur les 660 pages de l’ouvrage, on ne compte pas les descriptions de massacres, de conquêtes et de destructions, alors que les quatre plutôt paisibles siècles de la période ottomane (1516-1917), par exemple, n’occupent que 21 pages d’un récit qui dissimule mal l’ennui et la mélancolie de son auteur, pressé d’en finir avec ce calme déprimant, ce faux plat chronologique déconcertant13. Pour la Seconde Guerre mondiale, l’évitement est encore plus net puisque Simon Sebag Montefiore passe sans transition d’un chapitre sur « la révolte arabe » de 1936-1939 au chapitre suivant sur « la sale guerre » de 1945-1947. La période 1939-1945 est donc escamotée, si ce n’est quelques paragraphes sur la poignée de main entre le mufti de Jérusalem, Hadj Amin al-Hussein, et Hitler, le 28 novembre 1941, à Berlin14.

  • 15 Sur les 400 pages de son ouvrage Jerusalem in the twentieth century (1996), Martin Gilbert consacre (...)
  • 16 P. Boucheron, 2012.

5Les historiens de Jérusalem aiment le sang et les larmes ; pour la période 1939-1945, ils sont mal servis, et la plupart d’entre eux referment subrepticement le dossier à l’automne 1939 aux derniers feux des actions terroristes croisées, pour le rouvrir avec gourmandise au bruit de l’explosion du King David Hôtel, le 22 juillet 194615. Pour ce qui nous concerne, nous voudrions au contraire nous attarder sur cette histoire en creux, sur cet épisode mezzo voce, non pas par esprit de contradiction mais parce que, comme entre-temps historique, il nous apparaît révélateur des tendances historiques latentes des périodes immédiatement antérieures et ultérieures16. Tendances historiques qui sont rendues inaudibles et illisibles par le fracas effectivement assourdissant des affrontements armés dans les périodes qui précèdent et qui suivent ce moment singulier.

  • 17 L. Bantigny et Q. Deluermoz, 2013.
  • 18 N. Lafi, 2013, p. 325-335.
  • 19 J. Chapuis, 2013.
  • 20 Chiffres proposés par H. Laurens, 2000.
  • 21 S. Tamari, 1999 ; E. Sanbar, 1984.
  • 22 I. Salenson, 2014.

6Ménager une pause historiographique sur le moment 1939-1945, tel est donc l’enjeu de cette contribution. Mais il ne s’agit pas simplement de combler sommairement un trou d’histoire incommodant, une déplaisante lacune chronologique. Il nous faut considérer cet épisode méconnu dans son caractère distinctif, dans son historicité propre, c’est-à-dire précisément dans une tension particulière entre passé récent et futur proche17. La période de la Seconde Guerre mondiale à Jérusalem est un moment de bascule décisif mais ambigu qui relie l’insurrection palestinienne des années 1936-1939 à la première guerre israélo-arabe de 1948-1949. Pendant cet entre-deux équivoque, la ville sainte porte encore la trace des affrontements sanglants des années 1930 qui ont contribué à la polarisation communautaire de ses différents quartiers, mais elle ne forme encore qu’une seule et même entité territoriale et juridique, une seule municipalité qui gère, tant mal que bien, la vie quotidienne de l’ensemble de ses résidents, quelle que soit leur affiliation religieuse ou ethno-communautaire18. C’est une ville déjà segmentée mais non encore divisée, déjà fragmentée mais non encore disjointe, déjà hétérogène mais non encore séparée19. C’est à ce titre que l’étude de ce moment d’histoire se révèle décisive ; c’est cela, précisément, qui justifie cette étude spécifique. En 1945, la municipalité compte environ 150 000 habitants, dont 90 000 juifs (60 %), 30 000 chrétiens et 30 000 musulmans20. À partir de 1948, la ville est coupée en deux par la ligne de front (qui deviendra en 1949 la ligne de cessez-le-feu ou « ligne verte ») séparant les positions de l’armée israélienne à l’ouest et celles de l’armée jordanienne à l’est21. L’annexion de Jérusalem-Est par l’armée israélienne à la suite de la guerre des Six Jours en juin 1967 n’annulera pas cette division de la ville en deux entités distinctes : au regard du droit international l’annexion reste jusqu’à ce jour nulle et non avenue et les 300 000 Palestiniens de Jérusalem-Est (38 % de la population si l’on prend en compte les limites de la municipalité israélienne actuelle) refusent encore aujourd’hui de participer aux scrutins municipaux, pour éviter de reconnaître ainsi le fait accompli de l’annexion22.

  • 23 Y. Avci et V. Lemire, 2005.

7Pour analyser cette séquence historique dans sa spécificité, nous avons notamment choisi de focaliser notre attention sur la municipalité, pivot institutionnel de la communauté citadine. Fondée en 1867 à l’initiative de la notabilité locale, la municipalité de Jérusalem est une des toutes premières de l’Empire ottoman23. Pourtant, ses archives ont été jusqu’ici peu mobilisées par les historiens, plus enclins à utiliser les sources diplomatiques ou les archives des institutions religieuses, qui correspondent mieux à l’image traditionnelle de Jérusalem : un champ de bataille géopolitique parsemé de lieux saints concurrents.

  • 24 M. Benvenisti, 1996, chap. 4, « Monsieur le Maire », p. 103-131.
  • 25 N. E. Nashashibi, 1990 ; P. Mattar, 2000.
  • 26 I. Friedman, 1987.
  • 27 M. Benvenisti, 1996, p. 114.
  • 28 V. Lemire et G. Vareilles, à paraître (2017).

8Il n’est pas question ici de nier les conflictualités qui traversent et perforent même par moment le tissu urbain et la société citadine de Jérusalem à cette époque, mais il s’agit de les approcher au ras du sol, au ras des pavés et au plus près de son institution charnière que représente la municipalité. Le choix du maire (président du conseil municipal) est en particulier l’enjeu d’une concurrence tantôt feutrée, tantôt retentissante, car l’importance symbolique du premier édile de la ville sainte n’échappe à personne24. La municipalité offre ainsi un point de vue irremplaçable pour observer les aléas et les contradictions internes de la « citadinité » dans la ville sainte, car elle est à la fois le laboratoire institutionnel concret d’un possible vivre-ensemble et en même temps le lieu où s’expriment et se formalisent les conflits et les conflictualités. Pour autant, l’institution municipale n’est pas un milieu d’observation chimiquement pur, tant s’en faut, car très tôt les autorités britanniques ont agi sur elle, de façon brouillonne et désordonnée, pour tenter d’en faire un levier au service de choix politiques eux-mêmes incohérents et inconstants. Au printemps 1920, à la suite d’émeutes nationalistes palestiniennes, le gouverneur britannique a ainsi révoqué le maire Moussa Kazem al-Husseini, accusé d’avoir encouragé les émeutiers, et l’a remplacé par Raghib Bey Nashashibi, membre d’une grande famille arabe rivale des Husseini et notoirement connu pour sa bienveillance envers le projet sioniste25. La municipalité n’est alors plus l’incarnation institutionnelle d’une communauté citadine autonome et consciente d’elle-même mais devient le jouet des atermoiements de la diplomatie britannique26. En mars 1918, déjà, à la mort du maire en place Hussein al-Husseini, les autorités britanniques avaient modifié unilatéralement la composition du conseil municipal en y nommant deux musulmans, deux chrétiens et deux juifs, comme si la confessionnalisation de la municipalité pouvait éteindre les risques de conflit27. Cette même obsession des catégories religieuses a présidé aux réformes municipales britanniques de 1926 et 1934, qui prévoyaient d’organiser les futurs scrutins municipaux sur la base de districts confessionnels28. La communautarisation de l’institution municipale, ainsi encouragée et même instituée, n’a pas tardé à donner les résultats prévisibles : à la suite des élections municipales de 1934, le conseil municipal est devenu un lieu d’affrontements entre conseillers juifs et arabes et le maire Hussein Fakhri al-Khalidi, accusé à son tour d’une trop visible sympathie pour les nationalistes palestiniens, est exilé aux Seychelles en 1937. Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, la municipalité de Jérusalem est donc déjà un enjeu cardinal pour les parties en présence, ce qui justifie d’autant plus de la placer ici au centre de l’analyse, après avoir évoqué le contexte général de cette « drôle de guerre » à Jérusalem.

La guerre si loin si proche

  • 29 H. Z. Nusseibeh, 2009, p. 50.

9 Le 3 septembre 1939, lorsque la Grande-Bretagne déclare la guerre à l’Allemagne nazie qui vient d’envahir la Pologne, Jérusalem est embarquée dans le conflit mondial. Diverses sources évoquent l’atmosphère qui règne alors dans la ville sainte. Revenant sur les violences en Palestine à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Hazem Zaki Nusseibeh, membre d’une grande famille palestinienne, écrit : « La Palestine et sa capitale, Jérusalem, furent prises dans les affres de la rébellion, de la violence et des affrontements qui se poursuivirent jusqu’à ce qu’éclate la Seconde Guerre mondiale. Durant la Seconde Guerre mondiale, aussi étrange que cela puisse paraître aujourd’hui, Jérusalem et le reste de la Palestine, connurent une période de paix et de prospérité sans précédent »29. C’est ainsi que le début de la guerre mondiale coïncide avec la fin des violences en Palestine. On peut émettre l’hypothèse que la conscience du désastre mondial, l’engrenage fatal d’une guerre qui se joue ailleurs tend à remettre en perspective les tensions propres à la Palestine : il apparaît sans doute évident pour chacun que l’avenir de la ville et de la région dépendra au moins autant des développements locaux que de l’issue du conflit mondial.

  • 30 J. N. Tleel, 2007, p. 13.
  • 31 C. Destremau, 2011, p. 179.

10Cette « guerre paisible » de Jérusalem a marqué les esprits, comme l’évoque également un texte de John N. Tleel, I am Jerusalem. L’auteur vient d’une vieille famille grecque orthodoxe, installée à Jérusalem depuis le 16e siècle. Né en 1928, il raconte ses souvenirs d’enfance dans la Jérusalem de la Seconde Guerre mondiale : « je n’oublierai jamais ces cinq années, ce furent les meilleurs et les plus paisibles de ma vie […]. Une paix tacite régnait dans notre région alors que la guerre faisait rage en Europe et en Afrique du Nord »30. En novembre 1939, quelques semaines après la déclaration de guerre, un soldat britannique stationné à Jérusalem décrit sensiblement la même atmosphère : « La guerre a laissé peu d’empreintes sur ce pays et, lorsqu’on en parle, c’est sur le ton de la plaisanterie. Une bonne chose qui en a découlé, c’est le fait que la campagne de terreur a été interrompue et que l’avenir a l’air beaucoup plus prometteur, nous n’avons pas eu un seul assassinat dans cette zone depuis plus d’une semaine » ; fin décembre, il se montre encore plus optimiste : « Le pays est très calme et paisible, plus sans doute qu’il ne l’a été depuis deux mille ans. Les Juifs et les Arabes ont commencé à travailler ensemble et il semble que la Palestine se dirige vers une période de prospérité dans les années qui viennent »31. Nos trois témoins transmettent la même idée : « une période de paix et de prospérité », « une paix tacite », un pays « calme et paisible », comme s’ils étaient frappés par le même étonnement qui est le nôtre aujourd’hui. Au beau milieu du conflit mondial et entre deux épisodes d’affrontements armés (1936-1939 et 1946-1949), Jérusalem connaît un incontestable moment d’accalmie.

  • 32 Historical Archives of the Jerusalem Municipality [HAJM], 849-5-3.
  • 33 A. Oz, 2004, p. 52.

11La guerre lointaine n’en reste pas moins une réalité, présente au quotidien. De nombreuses précautions sont prises. Des abris sont construits dès l’automne 1939 tandis qu’un comité Air Raid Precautions est mis en place par la municipalité de la ville afin d’assurer la sécurité des habitants32. La ville vit désormais au rythme de la guerre, suivant l’actualité à la radio, sur les grandes cartes étendues dans les appartements privés, comme l’évoque Amos Oz : « Chez nous, pendant la guerre mondiale, quand j’avais, mettons, quatre ou cinq ans, il y avait dans le couloir une grande carte des zones de bataille, avec des épingles que nous déplacions une fois tous les deux jours environ, selon les nouvelles ; alors je construisais par terre des fronts à ma façon »33.

  • 34 E. Said, 2002, p. 52.
  • 35 L. Denisty, 2006 ; P. Mattar, 1992 ; Y. Porath, 1971.

12La crainte culmine lors de l’avancée des troupes de Rommel au printemps 194234. Pour les Juifs de Jérusalem, cette avancée est vécue comme une possible catastrophe. En effet, bien qu’en lutte contre la politique britannique en Palestine, notamment celle du Livre Blanc de 1939, la grande majorité des Juifs de Jérusalem n’en reste pas moins fidèle aux autorités mandataires pendant la guerre, l’Allemagne nazie demeurant l’ennemi fondamental. Concernant les Arabes palestiniens, les positions sont plus ambiguës et l’ambivalence de l’attitude des Britanniques n’y est pas pour rien. D’un côté, le Livre Blanc de 1939 est venu conforter les revendications arabes en limitant l’immigration juive, mais, de l’autre, les Britanniques continuent d’envoyer régulièrement des signaux positifs aux responsables sionistes. Ainsi, pour les Arabes, une défaite britannique – bien plus qu’une victoire allemande – aurait l’avantage de fragiliser considérablement les revendications sionistes. En somme, la position des nationalistes palestiniens est davantage motivée par un rejet des Britanniques que par un soutien à l’Allemagne nazie. Il est, en conséquence, totalement erroné de faire du grand mufti de Jérusalem, Hadj Amin al-Husseini, le représentant de la position de la communauté arabo-musulmane de Jérusalem pendant la Seconde Guerre mondiale. En effet, il est absent de Jérusalem depuis octobre 1937 et ses multiples tribulations (Beyrouth, Bagdad, Téhéran, Istanbul, Rome, Berlin, Sarajevo, Zagreb…) révèlent surtout son isolement croissant35.

  • 36 H. Sakakini, 1990, p. 94.

13Au sein d’une même famille, les écarts générationnels pouvaient également nourrir les désaccords politiques, comme l’indique Hala Sakakini, née à Jérusalem en 1924, fille d’un important notable arabe, dans ses mémoires : « En ces années, la plus jeune génération des Arabes de Palestine était admiratrice du rôle de l’Allemagne dans les affaires politiques. Dans beaucoup de familles palestiniennes, le fossé entre les générations s’exprimait dans les débats politiques. La sympathie des parents allait généralement à la Grande-Bretagne ou à la France, tandis que les plus jeunes soutenaient traditionnellement l’Allemagne. La plus jeune génération admirait l’Allemagne parce qu’elle défiait les puissances coloniales établies »36. Cet écart générationnel peut donc accompagner une tendance à la radicalisation des positions, que l’on retrouve d’ailleurs également au sein de certaines communautés juives de Jérusalem.

  • 37 A. Ruppin, 1992, p. 300.
  • 38 Ibid., p. 301.
  • 39 Ibid., p. 305.

14Une question, peu abordée par l’historiographie, doit être posée : que peut-on savoir précisément de la perception de la Shoah par les Juifs de Jérusalem, dont certains, récemment immigrés, ont encore de la famille en Europe ? Dès le début de la guerre, la direction du mouvement sioniste a clairement conscience de la menace qui pèse sur les communautés juives européennes, comme en témoigne le Journal d’Arthur Ruppin, un des hauts responsables de l’agence juive vivant à Jérusalem. Le 5 novembre 1939, il écrit : « Hitler veut concentrer les Juifs polonais et d’autres nations (de Vienne, de Prague), dans la région de Lublin. Un état juif ou un ghetto juif par la volonté d’Hitler ! »37. Deux mois plus tard, le même Ruppin décrit non plus simplement une politique de déportation mais des cas d’assassinats : « D’horribles nouvelles sont arrivées de Pologne qui a été occupée par les Allemands, ainsi que d’Autriche et du protectorat tchèque, à propos de l’humiliation, de la maltraitance, de la paupérisation et de l’assassinat de Juifs »38. Pourtant, en septembre 1940, Ruppin se montre encore incrédule face aux témoignages reçus : « Des témoins visuels ont rapporté les persécutions des Juifs en Pologne perpétrées par les Allemands à l’automne 1939, c’est stupéfiant ; j’aimerais croire que ces rapports sont exagérés, sinon il y aurait à désespérer de l’humanité et de sa civilisation »39.

  • 40 Ministère des Affaires étrangères, Centre des Archives de Nantes [MAE, CADN], Jérusalem, Série C, c (...)

15Ce n’est qu’en décembre 1942, presque un an après la conférence de Wannsee du 20 janvier 1942, que la réalité de l’extermination systématique des Juifs d’Europe devient une information publique au sein des communautés juives de Jérusalem. Le 4 décembre 1942, le consul de France à Jérusalem transmet ce rapport saisissant à ses autorités de tutelle à Alger : « Depuis quelques semaines la presse hébraïque ne cesse de publier des informations sur l’extermination des Juifs par les nazis […]. La communauté juive a proclamé cette semaine un deuil national de trois jours dans tout le pays. Dimanche, un “conclave” de rabbins s’est réuni à la grande synagogue de la vieille ville d’où l’assistance s’est rendue au Mur des Pleurs, pour prier en masse et commémorer les morts […]. Toute la ville a pavoisé de drapeaux noirs. Un chômage général des éléments juifs a eu lieu ce jour-là dans tout le pays en signe de deuil ; les fonctionnaires israélites du Gouvernement étaient autorisés à s’absenter de leur service »40. Ce document en atteste : à partir de l’automne 1942, la tragédie du judaïsme européen est clairement et intensément perçue au sein des communautés juives de la ville.

  • 41 MAE, CADN, Jérusalem, Série C, carton 9, affaires politiques.

16La guerre a d’autres conséquences concrètes pour certains habitants de Jérusalem. Ainsi, dès septembre 1939, près de 2 000 citoyens allemands résidents de la ville sainte – ceux de la Société des Templiers notamment, principalement arrivés au 19e siècle dans un contexte missionnaire – sont arrêtés et incarcérés car considérés comme ennemis potentiels par les autorités mandataires britanniques. Sur ces 2 000 individus incarcérés, 500 furent ensuite échangés contre des civils anglais détenus en Allemagne, 500 envoyés en Australie, tandis que les 1 000 restants furent emprisonnés, notamment au sein de l’hospice autrichien, au cœur de la vieille ville41. Jérusalem en guerre, ce sont donc ces prisonniers allemands de la vieille ville, mais aussi ces nouveaux arrivants, soldats, venus des quatre coins du monde qui attendent d’en découdre depuis cette ville de garnison située à l’arrière du front. Soldats du Commonwealth, venus pour certains d’Australie, d’Inde, de Nouvelle-Zélande, ou encore de Tchécoslovaquie, de Pologne voire d’Autriche, ils partagent l’espace de la ville, vivant pour beaucoup dans l’immeuble du YMCA, en face de l’hôtel du King David.

  • 42 Journal tenu au quotidien par les Sœurs du couvent.
  • 43 Diaire des Sœurs de Sion, couvent de l’Ecce Homo, Jérusalem, 7-8 avril 1941.

17Dernier témoignage, certes plus anecdotique, de la « visibilité » de la guerre à Jérusalem : le passage du général de Gaulle au couvent de l’Ecce Homo, sur la Via dolorosa, dans la vieille ville de Jérusalem. Dans le diaire42 des Sœurs de Sion, en date du 7 avril 1941, c’est la grande histoire qui fait ainsi son entrée au couvent : un appel téléphonique annonce à la Mère Supérieure du couvent « que le Général de Gaulle, qui est le Chef de la France libre de passage à Jérusalem, viendra visiter l’Ecce Homo, demain matin ». Et le mardi 8 avril, Sœur Delphine de Sion peut faire le récit de la visite du grand homme au couvent : « À onze heures et demie, visite du Général de Gaulle, accompagné du Général Catroux et de son aide de camp. Le Général demande à aller d’abord prier à la Basilique puis il descend au Lithostrotos qu’il trouve émouvant. La visite est courte mais très aimable et bienveillante, le Général demande qu’on prie beaucoup pour lui, et laisse une généreuse offrande à Notre Mère »43. Ainsi, Jérusalem, en marge du conflit, n’en reste pas moins traversée par une guerre qui transforme la ville et la vie de ses habitants. Mais pendant cette longue « drôle de guerre » vécue par Jérusalem entre 1939 et 1945, on peut également se demander comment les différentes communautés se sont partagé ou disputé l’espace politique commun de la cité : la municipalité ?

Conflit politique à la mairie

  • 44 V. Lemire, 2013, p. 135-163.

18La mairie de Jérusalem est à la fois le laboratoire et l’observatoire des tensions qui traversent les diverses communautés de Jérusalem44. Si pendant la Seconde Guerre mondiale, les violences physiques diminuent, il n’en reste pas moins que le conflit opposant les mouvements sionistes aux nationalistes arabes palestiniens se rejoue autour de la question de la mairie de Jérusalem. Conflit tout politique qui voit chaque parti avancer ses pions afin d’obtenir le pouvoir davantage symbolique qu’effectif d’être à la tête de la ville sainte.

  • 45 Y. Avci et V. Lemire, 2005.
  • 46 G. Young, 1905, vol 1, p. 69-84, chap. « Municipalités provinciales » ; B. Lewis, 1991.
  • 47 O. Halabi, 1993 ; A. Mannâ, 1986.
  • 48 M. Benvenisti, 1996, p. 116.

19C’est dans les dernières décennies de l’Empire ottoman, à l’époque des réformes des Tanzimat, que Jérusalem s’est doté d’une autorité municipale45. Le maire est alors nommé par le gouverneur ottoman parmi les membres du conseil élus au suffrage censitaire conformément à la loi sur les municipalités de 187746. À l’époque ottomane, le maire est toujours de confession musulmane compte tenu de l’importance des grandes familles musulmanes au sein du corps électoral municipal, composé exclusivement de citoyens ottomans propriétaires acquittant un certain niveau d’impôt foncier47. Avec l’arrivée des Britanniques, la question de l’origine religieuse du maire se pose en des termes nouveaux : conçue au départ pour être au service de l’intérêt général de la cité, la mairie devient peu à peu le lieu d’expression des tensions nationalistes qui traversent Jérusalem. Dans un premier temps, c’est le choix du statu quo qui est adopté par les Britanniques mais, progressivement, une approche communautaire est privilégiée, assez caractéristique de la politique mandataire britannique dans son ensemble. Ainsi, en 1934, Jérusalem est divisée en douze arrondissements, le découpage se faisant sur un critère religieux, chacun des douze arrondissements étant clairement marqué par la prédominance d’une communauté sur les autres48. Chaque arrondissement devait élire un conseiller municipal et le futur maire se trouverait choisi parmi ces douze conseillers élus. Au moment d’instituer ce nouveau système électoral en 1934, les Britanniques s’engagent par écrit à maintenir un relatif statu quo quant à l’origine religieuse du maire : il demeure musulman mais il est désormais assisté de deux adjoints, un juif et un chrétien, auxquels des prérogatives spéciales sont attribuées. Ainsi, si le maire en exercice venait à ne plus être en mesure d’exercer ses fonctions, c’est son adjoint juif qui devrait le remplacer. C’est là l’origine de bien des tensions politiques qui vont secouer la mairie de Jérusalem pendant la Seconde Guerre mondiale.

  • 49 P. Mattar, 2000 ; R. Khalidi, 1997.
  • 50 Les mémoires du dernier maire élu de la municipalité mixte de Jérusalem viennent d’être publiés par (...)
  • 51 U. Schmelz, 1973, p. 53-54.
  • 52 Public Record Office, Colonial Office, Londres [PRO, CO], 733-337-17, the mayoralty of Jerusalem (1 (...)
  • 53 Ibid.
  • 54 Israel State Archives, Jérusalem [ISA], RG 65, 343-50-P, 25 juillet 1938.

20En 1934, c’est le docteur Hussein Fakhri al-Khalidi, membre d’une famille très anciennement impliquée dans les affaires municipales, qui est désigné maire parmi les douze membres élus du conseil49. En 1937, il est arrêté par les Britanniques et exilé aux Seychelles. Les Britanniques lui reprochent son soutien au soulèvement palestinien qui embrase alors le pays50. C’est son adjoint, de confession juive, Daniel Auster, qui prend sa place à la tête de la mairie. Dès lors, les représentants des communautés juives de Jérusalem considèrent que la tête de la municipalité doit leur revenir de droit et dans la durée en raison de la majorité démographique juive à l’échelle des limites municipales de la ville51. En octobre 1937, Isaac Ben Zvi, le chef du Conseil national juif, écrit ainsi au Haut-Commissaire britannique MacMichael : « La majorité manifeste de la population de Jérusalem ainsi que celle des contribuables est juive »52. La position des conseillers arabes de la municipalité s’appuie au contraire sur une majorité démographique à l’échelle de la Palestine tout entière. Elle est clairement exprimée dans un courrier envoyé en novembre 1937 par des conseillers municipaux arabes au Haut-Commissaire britannique : « La Mairie de Jérusalem est un droit acquis par les Arabes musulmans de Palestine en vertu de leur majorité numérique dans le pays et considérant le fait que Jérusalem est la capitale de la Palestine ; et alors que l’accomplissement de cette charge par n’importe quel maire adjoint nuit tant à ce droit qu’aux positions proportionnelles des Conseillers, nous, dès lors, demandons à Son Excellence de nommer un conseiller musulman comme maire en exercice »53. Les Britanniques décident finalement de maintenir le système en place et choisissent de nommer un remplaçant au docteur Hussein Fakhri al-Khalidi. C’est finalement un membre de la même famille, Mustafa al-Khalidi, qui est nommé par les Britanniques en juin 1938. Un maire essentiellement choisi pour son manque d’ambition supposé : « il est certainement un garçon inoffensif », affirment les Britanniques54. Il s’agit a priori d’un mandat de transition, pour une année, jusqu’aux prochaines élections municipales. Mais la guerre mondiale vient contrarier les plans des Britanniques.

  • 55 MAE, CADN, Jérusalem, Série B, carton 98, « Affaires juives ».
  • 56 PRO, CO, 733-422-8, Municipal corporations : Jerusalem (1940).
  • 57 Ibid.
  • 58 Ibid.

21Les prochaines élections municipales sont prévues pour la fin décembre 1939, alors que la question de la municipalité est désormais un terrain explicite d’affrontements. Mais dans son édition du 27 novembre 1939, le Palestine Post (quotidien de la communauté juive sioniste, qui deviendra, après 1948, le Jerusalem Post) annonce qu’« il n’y aura pas d’élections à cause de la guerre »55. Le déclenchement de la guerre offre ainsi aux Britanniques un peu de répit et le temps nécessaire pour trouver une solution à ce conflit local de portée nationale. Mustafa al-Khalidi reste à la tête de la municipalité pour une durée indéterminée, Daniel Auster demeurant son adjoint. En février 1940, le Haut-Commissaire britannique MacMichael écrit à Londres pour proposer ce qu’il pense être la meilleure des solutions : « un maire britannique présidant un conseil composé d’un nombre égal d’Arabes et de Juifs »56. Autre solution proposée : un « système de rotation qui garantirait à chacune des trois communautés, musulmane, juive et arabe chrétienne, l’office de maire tour à tour »57. Pour le Colonial Office, « la présente dispute à la mairie de Jérusalem est un test pour l’application de notre politique »58. Jérusalem est bien considérée comme le lieu de cristallisation du conflit palestinien. Reste que, pendant la guerre, les Britanniques ont d’autres fronts à traiter et, les années passant, ils laissent la situation perdurer en l’état. Qui plus est, ils notent que l’entente s’améliore graduellement entre les conseillers municipaux, ce qui permet au moins de gérer les affaires courantes.

  • 59 Central Zionist Archives, Jérusalem [CZA] A-297-33.
  • 60 ISA, 205-34-N, 11 mai 1944.

22En mai 1944, alors que la fin de la guerre semble proche, la parenthèse chronologique commence à se refermer et les affrontements reprennent à la mairie. Les conseillers municipaux juifs protestent contre la présence de Mustafa al-Khalidi à Jaffa lors d’une réunion des maires arabes opposés au projet sioniste. Daniel Auster et les autres conseillers juifs refusent de continuer de siéger à la table du conseil municipal. Cette crise agite l’opinion publique locale, comme en atteste cet éditorial du quotidien Haaretz : « La protestation des membres juifs du conseil municipal de Jérusalem contre la participation du Maire à la conférence des municipalités arabes au cours de laquelle des résolutions antijuives ont été adoptées, est justifiée. Mustapha Bey Khalidi aurait pu participer comme personnalité privée ou comme représentant des conseillers arabes, mais sa participation au nom de la ville de Jérusalem, dont les deux tiers des habitants sont juifs, constitue un abus d’autorité »59. De façon significative, le conflit déborde rapidement vers les autres grandes villes arabes de Palestine, dont les maires se mobilisent pour soutenir Khalidi, comme le maire de Jénine qui, le 11 mai, « condamne fermement l’attitude agressive qui a été montrée par les conseillers juifs de Jérusalem par rapport à Mustafa Bey Al-Khalidi »60. La crise est finalement dénouée par les Britanniques qui décident de maintenir Mustafa al-Khalidi à la tête de la municipalité.

23Cette fois-ci pourtant, le statu quo n’allait pas durer. Quelques mois plus tard, en août 1944, le maire Mustafa al-Khalidi meurt brutalement. Daniel Auster, maire adjoint, est censé remplacer Mustafa al-Khalidi et les conseillers juifs réclament à nouveau une responsabilité permanente à la tête de la mairie, alors que les conseillers arabes s’y opposent farouchement. Les autorités mandataires britanniques font face à une situation inextricable. Elles ont conscience que la nomination d’un maire arabe leur mettrait à dos l’immense majorité de l’opinion publique juive, alors que les actions violentes perpétrées par des groupes terroristes juifs contre les Britanniques menacent au même moment de reprendre. A contrario, maintenir Daniel Auster à la tête de la mairie serait s’assurer le rejet des habitants arabes de Palestine. Après des mois d'atermoiements, les Britanniques n’ont pas d’autres choix que d’imaginer une solution alternative.

  • 61 HAJM, 832-1-22, 21 mars 1945.
  • 62 Falastin, 23 mars 1945, cité dans PRO, CO, 733-458-4.
  • 63 PRO, CO, 733-458-4 (20 avril 1945).
  • 64 Davar, 23 mars 1945, cité dans PRO, CO, 733-458-4.
  • 65 Haaretz, 27 mars 1945, cité dans PRO, CO, 733-458-4.

24Le 21 mars 1945, à l’occasion d’un conseil municipal extraordinaire, les Britanniques avancent leurs propositions : l’ajout de deux conseillers municipaux britanniques au sein du conseil municipal et la mise en place d’une rotation annuelle à la tête de la mairie entre musulmans, juifs et chrétiens. C’est bien la logique confessionnelle qui l’emporte explicitement instituant une rotation religieuse à la tête de la municipalité et permettant au passage aux Britanniques de faire leur entrée officielle au sein du conseil municipal61. Dès le surlendemain le quotidien arabophone Falastin annonce que « la Palestine arabe va immédiatement répondre à l’innovation proposée à la mairie de Jérusalem par une grève générale demain ; les Arabes sont tous unis pour défendre leurs droits traditionnels, leur capitale »62. Plus grave et plus symptomatique d’une fragmentation graduelle de l’espace urbain, les conseillers arabes avancent également l’hypothèse « que la vieille ville et certaines zones majoritairement peuplées par les Arabes soient séparées de la ville moderne de Jérusalem »63. On voit ici que la partition entre Jérusalem-Ouest et Jérusalem-Est, que l’on présente généralement comme le résultat fortuit de la guerre de 1948, s’inscrit dans un long cheminement de luttes politiques internes à la ville. La réaction des leaders des communautés juives est moins nette : si le quotidien Davar dénonce le 23 mars une réforme qui « transforme une majorité en minorité » et donne « aux deux tiers de la population de la ville seulement un tiers de la mairie »64, Haaretz écrit avec un certain humour le 27 mars qu’il faut « s’arranger avec une proposition d’arrangement dans une situation qui n’a pas d’autre solution, au moins pour le moment, que l’arrangement »65.

  • 66 PRO, CO, 733-458-5.
  • 67 I. Pappe, 2000.

25Depuis que les propositions britanniques ont été mises sur la table, les conseillers arabes refusent de siéger au conseil municipal. Absents trois semaines consécutivement, ils sont automatiquement disqualifiés comme membres du conseil. Face à cette situation de blocage, les Britanniques refusent d’organiser de nouvelles élections et mettent en place une simple « commission municipale » chargée de gérer les affaires courantes, composée de personnalités britanniques, avec à sa tête un officiel britannique à la retraite : G. H. Webster. Finalement, devant l’impossibilité de trouver une solution viable qui permettrait l’entente des différentes communautés de la ville, les Britanniques s’installent eux-mêmes à la tête de la municipalité. Malgré les plaintes des représentants des communautés juives et arabes de la ville qui crient à l’injustice, rien n’y fait : jusqu’à la fin du mandat britannique, le poste de maire de Jérusalem échappe tant aux Arabes qu’aux Juifs, les Britanniques tirant désormais les ficelles de façon officielle. Comme l’annonce le District Commissioner lors de l’ultime réunion du 11 juillet 1945 : « le [mandat du] présent conseil doit être considéré comme expiré »66. La municipalité mixte de Jérusalem, fondée par la notabilité locale au milieu des années 1860, disparaît donc quatre-vingts ans plus tard, avant que la ville elle-même ne se déchire en deux67.

Coexister, lutter

  • 68 V. Lemire, 2013, p. 135-163.
  • 69 Y. Cohen-Yashar, 1996, p. 66-71.
  • 70 HAJM, 839-1-72-1.
  • 71 HAJM, 836-1-42-31, 8 juin 1943.

26La mairie est certainement un des lieux emblématiques de la cristallisation des tensions propres à Jérusalem, mais elle est également le laboratoire d’une possible coexistence entre les communautés68. Les archives de la municipalité laissent entrevoir cette profonde ambivalence d’une institution qui est tout autant le lieu de formulation et d’expression du conflit que le lieu de son possible dépassement69. C’est cette ambivalence qui fait tout l’intérêt d’une étude approfondie de l’institution municipale, à travers ses archives propres. Ce dépassement peut se manifester par une simple cordialité formelle : ainsi dans le rapport d’exercice 1940-1941, le maire Mustafa al-Khalidi se félicite des bons indicateurs économiques et « exprime sa reconnaissance à ses collègues au sein du conseil », sans s’attarder sur leurs différences confessionnelles70. La coopération entre élus juifs et arabes peut prendre des formes plus concrètes : en prévision de la fin de la guerre, un comité au post war development est mis en place en mai 1943, sous la direction de Daniel Auster, assisté de trois conseillers municipaux arabes71. Ce comité réfléchit aux travaux à engager au lendemain du conflit mondial, signe de la conscience de son impact sur le quotidien de la municipalité. Chaque membre du conseil municipal est ainsi affecté à un comité particulier, qu’il dirige en collégialité avec d’autres membres du conseil, sans que la question des origines confessionnelles ne vienne interférer dans ce travail municipal quotidien et banalisé.

  • 72 HAJM, 852-10-2.

27À la municipalité revient la responsabilité de nommer les noms des rues, mais aussi de décider des heures de projections dans les cinémas ou de gérer les latrines publiques, autant de décisions aussi minuscules que tangibles traitées en commun par les conseillers municipaux. Certaines affaires témoignent d’une municipalité globalement soucieuse du maintien de l’ordre public et de la tranquillité des habitants : le 6 décembre 1939, l’organisation juive orthodoxe Agudath Israel en appelle au maire Mustafa al-Khalidi car « des équipes de football juives (Degel Zion, etc.) font des matchs pendant le Sabbat juif sur le terrain de la municipalité dans le quartier de Beth Israël, et ces matchs publics sont vécus comme une profanation par les habitants lors du Sabbat. Plusieurs fois, cela a eu pour conséquence des querelles et également des agressions des joueurs sur les juifs religieux à la suite des protestations faites par les habitants de ce quartier contre la profanation du Sabbat »72. Le 19 janvier 1940, le maire Mustafa al-Khalidi propose le terrain de football du quartier Boukharien de Jérusalem pour jouer ces matchs et demande que la police intervienne si des matchs avaient lieu à nouveau dans le quartier de Beth Israel un jour de Sabbat. Aucune trace du conflit entre Juifs et Arabes ici, mais seulement la vision d’un certain consensus autour du respect de la liberté religieuse et des exigences de tranquillité publique. Si crispation religieuse il y a, c’est davantage celle qui résulte d’une montée des tensions internes aux différentes communautés juives et du renforcement des revendications propres des communautés ultra-orthodoxes vis-à-vis des juifs laïcs ou des juifs observants non-orthodoxes.

  • 73 ISA, 217-9-N.
  • 74 Ibid.
  • 75 HAJM, 848-5-0-25, 23 décembre 1944.

28Cet horizon commun peut devenir trait d’union dans le contexte de luttes sociales, y compris dans l’enceinte de la municipalité. En effet, la guerre contribue logiquement à la paupérisation des petits employés de la municipalité. À la fin du mois d’octobre 1941, ils signent une pétition adressée au conseil municipal, rédigée en trois langues (anglais, arabe, hébreu) afin de demander la mise en place d’une cantine à la mairie pour faire face aux difficultés économiques. Le 6 décembre 1942, un membre de l’administration britannique, l’inspecteur du travail Chudleigh, écrit au maire Mustafa al-Khalidi pour lui adresser une plainte collective des travailleurs de la municipalité : « Le Conseil des travailleurs juifs et la Société des travailleurs arabes de Palestine […] m’ont approché […] afin de vous solliciter pour un rendez-vous au sujet des mesures à prendre en faveur des travailleurs de la municipalité de Jérusalem face à l’augmentation du coût de la vie »73. L’union fait la force, semble-t-il, puisque le 14 décembre le maire Mustafa al-Khalidi répond favorablement à cette demande et débloque une enveloppe de 30 000 livres palestiniennes74. Plus significatif encore, lorsque les autorités britanniques cherchent à dresser la liste d’éléments potentiellement grévistes en 1944, il est bien précisé qu’aux yeux des responsables de la police, il n’est « pas besoin de diviser cette liste entre Arabes et Juifs »75. Si cette précision est inutile, aux yeux des responsables policiers eux-mêmes, c’est qu’elle n’est pas significative en l’espèce.

  • 76 ISA, 3223-1-P.
  • 77 Z. Lockman, 1993.

29Les organisations communistes contribuent également à ce rapprochement entre travailleurs juifs et arabes et les autorités britanniques ne manquent pas de s’inquiéter de liens entre des organisations communistes arabes et des organisations juives communistes dont « le rapport au sionisme est tiède voire inexistant »76. L’internationalisme communiste contribue ainsi logiquement à une coexistence possible, ainsi que certains auteurs ont pu le constater dans d’autres contextes sociaux en Palestine, concernant les travailleurs du chemin de fer par exemple77.

  • 78 B. Spafford-Vester, 1988.
  • 79 CZA, A, 125-38.

30Ces réalités propres à la société de Jérusalem ont également des échos dans certaines organisations qui œuvrent au rapprochement entre Juifs et Arabes78. Dans les archives personnelles de Henrietta Szold, une juive américaine qui réside alors à Jérusalem, fondatrice de l’organisation féminine Hadassah et favorable à la création d’un État binational en Palestine après le départ des Britanniques, on trouve des documents témoignant de la vitalité – au moins intellectuelle – de ce type d’organisations pendant la guerre. Dans une lettre rédigée le 7 mai 1942, Henrietta Szold développe ainsi les thématiques habituelles de l’horizon binational, en prenant soin d’établir une symétrie équitable entre les « deux peuples » appelés à se partager la Palestine : « a) Faire tous les efforts possibles pour arriver à un rapprochement dans les sphères économique, sociale et culturelle avec les Arabes tant dans les villages que dans les villes. b) Essayer d’organiser des réunions et des discussions avec certains des Arabes qui pourraient succéder aux actuels leaders après la chute de Hitler, et qui souhaiteraient arriver à une compréhension informelle avec les Juifs concernant le futur politique des relations entre les deux peuples »79. Pour Henrietta Szold, c’est par la présence de l’autre, par sa fréquentation au quotidien qu’une reconnaissance mutuelle peut advenir, rendant possible une vie collective qui n’aurait même plus à être partagée dès lors qu’elle serait commune. L’organisation politique dirigée par le directeur de l’université hébraïque, Judah Magnes, œuvre ouvertement en ce sens. Son parti, l’Ihud (l’« Union »), cherche à rapprocher communautés juives et arabes, avec comme horizon la création d’un espace de souveraineté commun et partagé. À soixante-dix ans de distance, on peut prendre le parti de sourire avec ironie ou amertume à l’évocation de ces aspirations. On peut aussi, plus simplement, les considérer pour ce qu’elles sont : des projets datés qui témoignent d’un certain espoir de coexistence alors perceptible à Jérusalem, en plein cœur de la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Bibliographie

Aaronsohn Ran et Trimbur Dominique (dir.), De Balfour à Ben-Gourion. Les puissances européennes et la Palestine, 1917-1948, Paris : CNRS éditions, 2008.

Avci Yasemin et Lemire Vincent, « De la modernité administrative à la modernisation urbaine : une réévaluation de la municipalité ottomane de Jérusalem (1867-1917) », in Nora Lafi (dir.), Municipalités méditerranéennes, les réformes urbaines ottomanes au miroir d’une histoire comparée, Berlin : Klaus Schwarz Verlag, 2005, p. 73-138.

Bantigny Ludivine et Deluermoz Quentin (dir.), Historicités du 20e siècle. Coexistence et concurrence des temps, numéro spécial de la revue Vingtième siècle, no 117, 2013.

Benvenisti Meron, Jérusalem, une histoire politique, Paris : Solin-Actes Sud, 1996.

Biger Gideon, An Empire in the Holy Land. Historical Geography of the British Administration in Palestine, 1917-1929 New York, Jérusalem : St Martin’s Press, Magnes Press, 1994.

Boucheron Patrick, L’entre-temps. Conversation sur l’histoire, Paris : Verdier, 2012.

Chapuis Julie (dir.), Villes en guerre au Moyen-Orient, numéro spécial de la revue Eurorient, n o 43, 2013.

Chassaigne Philippe et Largeaud Jean-Marc (dir.), Villes en guerre 1914-1945, Paris : Armand Colin, 2004.

Cohen Michael J., Palestine: Retreat from the Mandate: The Making of British Policy 1936-1948, Londres : Paul Elek, 1978.

Cohen-Yashar Yochanan, « Les archives municipales de Jérusalem », Ariel, 1996, p. 66-71.

Denisty Louis, Le Grand Mufti et le nationalisme palestinien : Hajj Amin al-Hussayni, la France et la Grande-Bretagne face à la révolte arabe de 1936-1939, préface de Daniel Rivet, Paris : L’Harmattan, 2006.

Destremau Christian, Le Moyen-Orient pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris : Perrin, 2011.

El-Eini Roza, Mandated landscape: British imperial rule in Palestine, 1929-1948, Londres : Routledge, 2006.

El Khazen Ghassan (préface de Henry Laurens), La grande révolte arabe de 1936 en Palestine, Beyrouth : Dar An-Nahar, 2005.

Enderlin Charles, Par le feu et par le sang. Le combat clandestin pour l’indépendance d’Israël 1936-1948, Paris : Albin Michel, 2008.

Fakhri al-Khalidi Hussein, Wa mada ´ahd al mujamalat [Le temps des politesses est fini], 3 vol., Amman, Ramallah : Dar al shorok, 2014.

Friedman Isaiah (ed.), Riots in Jerusalem, San Remo Conference April 1920, New York, Londres : Garland, 1987.

Gilbert Martin Jerusalem in the twentieth century, New York : John Wiley & Sons, 1996.

Halabi Osama, The Jerusalem Arab Municipality, 1863-1993, Jérusalem : PASSIA, 1993.

Jacobson Abigail, From Empire to Empire: Jerusalem between Ottoman and British Rule, New York : Syracuse University Press, 2011.

Khalidi Rashid, Palestinian Identity: The Construction of a Modern National Consciousness, New York, Columbia University Press, 1997.

Kolinsky Martin, Britain’s war in the Middle East : strategy and diplomacy, 1936-1942, Basingstoke : Macmillan, 1999.

Kolinsky Martin, Law, order, and riots in mandatory Palestine, 1928-1935, Londres : St. Martin’s Press, 1993.

Lafi Nora, « Mediterranean Cosmopolitanism and its Contemporary Revivals: a Critical Approach », New Geographies, no 5, 2013, p. 325-335.

Laurens Henry, « Jérusalem, capitale de la Palestine mandataire », in Farouk Mardam-Bey et Elias Sanbar (dir.), Jérusalem, le sacré et le politique, Arles : Sindbad, Actes Sud , 2000, p. 209-240.

Laurens Henry, La question de Palestine, vol. 2, 1922-1947, Paris : Fayard, 2002.

Lemire Vincent et Vareilles Guillaume, « Jerusalem in the 20th century: a History of Borders? », in Ulrike Freitage, Nora Lafi et Florian Riedler (dir.), Visible and invisible Urban Boundaries in the Ottoman and Post-Ottoman in a comparative perspective, Berlin : Zentrum Moderner Orient, à paraître, 2017.

Lemire Vincent, Jérusalem 1900. La ville sainte à l’âge des possibles, Paris : Armand Colin, 2013, p. 135-163.

Lewis Bernard, « Baladiyya / Turquie », Encyclopédie de l’Islam, 3e éd., vol. 1, 1991, p. 1002-1012.

Lockman Zachary, « Railway Workers and Relational History: Arabs and Jews in British-Ruled Palestine », Comparative Studies in Society and History, vol. 35, no 3, juillet 1993, p. 601-627.

Mannâ Adil, A’lam Filastin fi awakhir al-’ahd al-’uthmani 1800-1918 [Notables de Palestine à la fin de la période ottomane], Jérusalem : Jam’iyat al-Dirasat al-Arabiyya, 1986.

Mattar Philip (dir.), Encyclopedia of the Palestinians, New York : Facts on File, 2000.

Mattar Philip, The Mufti of Jerusalem: Al-Hajj Amin al-Husayni and the Palestinian National Movement, New York : Columbia University Press, 1992.

Mazza Roberto, Jerusalem from the Ottomans to the British, London / New York, 2009.

Nashashibi Nasser Eddin, Jerusalem’s Other Voice. Ragheb Nashashibi and Moderation in Palestinian Politics, 1920-1948, Exeter :Ithaca Press, 1990.

Nusseibeh Hazem Zaki, Jerusalemites: a living Memory, Nicosie : Rimal Publications, 2009, p. 50.

Oz Amos, « Une Enfance à Jérusalem », in Id., Les deux morts de ma grand-mère, Paris Gallimard, 2004, p. 52.

Pappe Ilan, La guerre de 1948 en Palestine, aux origines du conflit israélo-arabe, Paris : La Fabrique, 2000 (1re éd., Londres, 1992).

Porath Yehoshua, « Hajj Amin al-Husayni, Mufti of Jerusalem: His Rise to Power and the consolidation of his Position », Asian and African Studies: Journal of the Israel Oriental Society, vol. 7, 1971, p. 121-156.

Ruppin Arthur, Memoirs, Diaries, Letters, Jérusalem : Herzl Press, 1992.

Said Edward, À contre-voie, Paris : Le Serpent à plumes, 2002.

Sakakini Hala, Jerusalem and I: A personal record, Amman : Economic Press, 1990.

Salenson Irène, Jérusalem. Bâtir deux villes en une, La Tour-d’Aigues : éditions de l’Aube, 2014.

Sanbar Elias, Palestine 1948 : l’expulsion, Paris : Institut des études palestiniennes, 1984.

Schmelz Uziel, « The Evolution of Jerusalem’s Population », in David Amiran et al. (dir.), Urban Geography of Jerusalem: A Companion to the Atlas of Jerusalem, Berlin, New York, 1973, p. 53-54.

Sebag Montefiore Simon, Jérusalem. Biographie, Paris : Calmann-Lévy, 2011.

Spafford-Vester Bertha, Our Jerusalem. An American Family in the Holy City, 1881-1949, Jérusalem : Ariel Publishing House, 1988.

Tamari Salim, Jerusalem 1948. The Arab Neighbourhoods and their Fate in the War, Bethléem : Institute of Jerusalem Studies, 1999.

Tleel John N., I am Jerusalem, Jérusalem (publication à compte d’auteur), 2007.

Wasserstein Bernard, The British in Palestine: the mandatory government and the Arab-Jewish conflict 1917-1929, Oxford : Blackwell, 1991.

Young Georges, Corps de Droit ottoman, Oxford : Clarendon Press, 1905.

Zweig Ronald British policy to palestine, May 1939 to 1943: The fate of the white paper, Cambridge : Cambridge University Press, 1978.

Zweig Ronald, Britain and Palestine during the Second World War, Woodbridge : Royal Historical Society, 1986.

Haut de page

Notes

1 Cet article est le résultat d’une collaboration entamée en 2011-2012 à l’occasion d’un travail de recherche mené par Amos Reichman et supervisé par Vincent Lemire: « Jérusalem, 1939-1945 : une ville en paix ? », mémoire de master 1, École normale supérieure de Lyon, juin 2012.

2 Ministère des Affaires étrangères [MAE], Centre des archives de Nantes [CADN], Jérusalem, Série C, carton 3, 14 mai 1945.

3 P. Chassaigne et J.-M. Largeaud (dir.), 2004.

4 R. W. Zweig, 1978.

5 M. Kolinsky, 1999.

6 G. Biger, 1994.

7 B. Wasserstein, 1991 ; R. El-Eini, 2006.

8 M. Kolinsky, 1993.

9 G. El Khazen, 2005.

10 C. Enderlin, 2008, p. 220-224.

11 De ce point de vue, une étude parallèle avec la Première Guerre mondiale pourrait être utilement menée, grâce à deux ouvrages parus récemment sur cet autre « moment creux » de l’histoire de Jérusalem : R. Mazza, 2009 ; A. Jacobson, 2011.

12 Deux exceptions, qui concernent davantage la politique britannique en Palestine dans son ensemble que Jérusalem elle-même : R. Zweig, 1986 ; M. J. Cohen, 1978. Henry Laurens (2002) consacre un chapitre entier et passionnant à « La Palestine dans le second conflit mondial » (p. 453-509) mais ne s’attarde pas particulièrement sur Jérusalem, qui n’est pas son sujet.

13 S. Sebag Montefiore, 2011.

14 Ibid., p. 540-542.

15 Sur les 400 pages de son ouvrage Jerusalem in the twentieth century (1996), Martin Gilbert consacre 9 pages à la période de la Seconde Guerre mondiale. Autre exemple : l’ouvrage de R. Aaronsohn et D. Trimbur (2008) ne contient pas un seul article sur la période de la Seconde Guerre mondiale.

16 P. Boucheron, 2012.

17 L. Bantigny et Q. Deluermoz, 2013.

18 N. Lafi, 2013, p. 325-335.

19 J. Chapuis, 2013.

20 Chiffres proposés par H. Laurens, 2000.

21 S. Tamari, 1999 ; E. Sanbar, 1984.

22 I. Salenson, 2014.

23 Y. Avci et V. Lemire, 2005.

24 M. Benvenisti, 1996, chap. 4, « Monsieur le Maire », p. 103-131.

25 N. E. Nashashibi, 1990 ; P. Mattar, 2000.

26 I. Friedman, 1987.

27 M. Benvenisti, 1996, p. 114.

28 V. Lemire et G. Vareilles, à paraître (2017).

29 H. Z. Nusseibeh, 2009, p. 50.

30 J. N. Tleel, 2007, p. 13.

31 C. Destremau, 2011, p. 179.

32 Historical Archives of the Jerusalem Municipality [HAJM], 849-5-3.

33 A. Oz, 2004, p. 52.

34 E. Said, 2002, p. 52.

35 L. Denisty, 2006 ; P. Mattar, 1992 ; Y. Porath, 1971.

36 H. Sakakini, 1990, p. 94.

37 A. Ruppin, 1992, p. 300.

38 Ibid., p. 301.

39 Ibid., p. 305.

40 Ministère des Affaires étrangères, Centre des Archives de Nantes [MAE, CADN], Jérusalem, Série C, carton 6, 4 décembre 1942.

41 MAE, CADN, Jérusalem, Série C, carton 9, affaires politiques.

42 Journal tenu au quotidien par les Sœurs du couvent.

43 Diaire des Sœurs de Sion, couvent de l’Ecce Homo, Jérusalem, 7-8 avril 1941.

44 V. Lemire, 2013, p. 135-163.

45 Y. Avci et V. Lemire, 2005.

46 G. Young, 1905, vol 1, p. 69-84, chap. « Municipalités provinciales » ; B. Lewis, 1991.

47 O. Halabi, 1993 ; A. Mannâ, 1986.

48 M. Benvenisti, 1996, p. 116.

49 P. Mattar, 2000 ; R. Khalidi, 1997.

50 Les mémoires du dernier maire élu de la municipalité mixte de Jérusalem viennent d’être publiés par sa fille : H. Fakhri al-Khalidi, 2014.

51 U. Schmelz, 1973, p. 53-54.

52 Public Record Office, Colonial Office, Londres [PRO, CO], 733-337-17, the mayoralty of Jerusalem (1937).

53 Ibid.

54 Israel State Archives, Jérusalem [ISA], RG 65, 343-50-P, 25 juillet 1938.

55 MAE, CADN, Jérusalem, Série B, carton 98, « Affaires juives ».

56 PRO, CO, 733-422-8, Municipal corporations : Jerusalem (1940).

57 Ibid.

58 Ibid.

59 Central Zionist Archives, Jérusalem [CZA] A-297-33.

60 ISA, 205-34-N, 11 mai 1944.

61 HAJM, 832-1-22, 21 mars 1945.

62 Falastin, 23 mars 1945, cité dans PRO, CO, 733-458-4.

63 PRO, CO, 733-458-4 (20 avril 1945).

64 Davar, 23 mars 1945, cité dans PRO, CO, 733-458-4.

65 Haaretz, 27 mars 1945, cité dans PRO, CO, 733-458-4.

66 PRO, CO, 733-458-5.

67 I. Pappe, 2000.

68 V. Lemire, 2013, p. 135-163.

69 Y. Cohen-Yashar, 1996, p. 66-71.

70 HAJM, 839-1-72-1.

71 HAJM, 836-1-42-31, 8 juin 1943.

72 HAJM, 852-10-2.

73 ISA, 217-9-N.

74 Ibid.

75 HAJM, 848-5-0-25, 23 décembre 1944.

76 ISA, 3223-1-P.

77 Z. Lockman, 1993.

78 B. Spafford-Vester, 1988.

79 CZA, A, 125-38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amos Reichman et Vincent Lemire, « Jérusalem, 1939-1945 : une ville en paix ? », Études arméniennes contemporaines, 9 | 2017, 143-165.

Référence électronique

Amos Reichman et Vincent Lemire, « Jérusalem, 1939-1945 : une ville en paix ? », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 30 octobre 2017, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/eac/1107 ; DOI : 10.4000/eac.1107

Haut de page

Auteurs

Amos Reichman

Agrégé d’histoire

Vincent Lemire

Université Paris-Est, directeur du projet ERC Open-Jerusalem

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • OpenEdition Journals