Navigation – Plan du site
Études

L’opinion publique britannique et la Question arménienne (1889-1896)
Quelles archives pour quel récit ?

Britain and the Armenian Question
Memory and Power Issues in British national and private archives (1889-1896)
Stéphanie Prévost
p. 51-90

Résumés

Cet article revient sur le vif émoi que les « massacres hamidiens » ont déclenché au Royaume-Uni entre 1894 et 1896. Celui-ci est quasi absent de l’historiographie sur l’importance de la Question arménienne pour ce pays avant le génocide de 1915, à tel point que le consensus historiographique prépondérant est celui d’un désintérêt des Britanniques pour le sort des Arméniens ottomans. Il s’agira de rectifier cette erreur d’interprétation en montrant que ce silence relatif s’explique par l’apparente disparition des traces qui sont habituellement associées à la manifestation d’un tel émoi – à savoir des pétitions publiques – des fonds d’archives où on les attendrait : le Foreign Office et les collections parlementaires à Westminster. Pourquoi ces documents n’ont-ils pas été archivés et comment cette non-mise en archive a-t-elle par la suite donné lieu à la fausse idée que le mouvement arménophile au Royaume-Uni avait été très limité ? Cet article tentera de répondre à cette question, mais aussi de dresser l’historique, à partir de sources inédites, d’un des mouvements extraparlementaires les plus suivis au Royaume-Uni en cette fin de 19e siècle, pour une question de politique étrangère.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier Edward Hampshire, Mai Takayanagi et Raymond Kévorkian pour leurs conseils avisés concernant les fonds dont ils ont (eu) la charge, à savoir respectivement les Foreign Office Papers (National Archives, Kew, Londres), les archives parlementaires de Westminster (Londres) et les collections de la bibliothèque Nubar (Paris). J’en sais également gré à Anahide Ter Minassian, qui a eu la très grande gentillesse de m’apporter son éclairage sur l’affaire Gulizar. Enfin, je tiens à adresser mes remerciements aux relecteurs anonymes de la revue pour leurs commentaires précieux.

Texte intégral

  • 2 Sur la naissance du terme « G-word », Thomas de Waal écrivait en 2015 dans la revue Foreign Affairs(...)
  • 3 Pour comprendre le contexte de production du Livre bleu et son contenu, voir l’introduction critiqu (...)
  • 4 Tout comme celle d’autres États, comme les États-Unis par exemple. Sur la position américaine, voir (...)
  • 5 Ian Black, 2015, « Britain Sidesteps Armenian Genocide Recognition a Century after Killings », The (...)

1La sévérité du verdict prononcé en avril 2015 par le comité formé à Londres trois ans plus tôt, en vue des commémorations du centenaire du génocide arménien (The Armenian Genocide Centenary Commemoration Committee, AGCCC) était sans appel. Péremptoire à l’endroit des dirigeants britanniques depuis le 19e siècle, ce jugement constituait le point d’orgue d’un livret informatif destiné à convaincre les Britanniques de la justesse de la cause du comité : la reconnaissance du génocide arménien par le Royaume-Uni. En effet, tandis que le qualificatif a officiellement été adopté par vingt-trois États depuis 1965, les Exécutifs britannique et américain se démarquent par leur refus d’utiliser officiellement le G-word2. Pourtant ce fut bien le Livre bleu présenté par le vicomte James Bryce et Arnold Toynbee au Parlement britannique en 1916 (The Treatment of Armenians in the Ottoman Empire, 1915-1916) qui contribua, avec le témoignage de l’ambassadeur américain à Constantinople, Henry Morgenthau, dès 1915-1916, à sensibiliser l’opinion mondiale quant au sort des Arméniens ottomans3. Il ne nous appartient pas dans cet article d’expliciter la position britannique, qui est en réalité bien plus ambivalente qu’il n’y paraît4, si ce n’est pour souligner que par-delà la question de l’application a posteriori du G-word à des événements précédant sa définition juridique en 1948, les réticences de l’État britannique envers ce terme sont enracinées dans des considérations diplomatiques, géostratégiques et géoéconomiques. Plus directement en lien avec ce qui sera étudié ici, ce refus du mot « génocide » par le Royaume-Uni soulève la question du rôle des États dans la préservation de la mémoire5.

  • 6 Ealing Council, 2010, « Official Recognition of Armenian Genocide », 16 décembre 2010, https://www. (...)
  • 7 House of Commons Hansard archives, Débat à la chambre des Communes du 23 mars 2015, vol. 594, col.  (...)

2Le 23 mars 2015, Stephen Pound, député travailliste de la circonscription londonienne d’Ealing North où le conseil municipal avait, dès 2010, opté pour ce terme6, insista sur la nécessité pour le gouvernement britannique d’y recourir officiellement par respect pour les survivants et leurs descendants vivant sur le sol britannique, dont la mémoire, qu’elle soit directe ou indirecte, se trouvait affectée par l’attitude du Royaume-Uni, pourtant puissance ayant montré à plusieurs reprises sa considération pour le problème arménien dès le 19e siècle7. On pourrait ainsi considérer que, tout en récusant la formulation de l’Armenian Genocide Centenary Commemoration Committee, Pound, par ailleurs vice-président du British-Armenian All-Party Parliamentary Group, partage avec ce lobby l’idée d’une dette morale de la part de son pays envers les Arméniens, et en particulier envers la communauté anglo-arménienne. Pour lui, c’est cette même dette qui devrait inciter le gouvernement britannique à adopter le G-word.

  • 8 P. Ricœur, 2000, p. 589.
  • 9 A. Ter Minassian, 1983, p. 9.
  • 10 F. Georgeon, 2003, p. 295.
  • 11 I. Jablonka, 2015.
  • 12  Voir par exemple Rouben Paul Adalian, « Hamidian (Armenian) Massacres », http://www.armenian-genoc (...)

3Plutôt qu’une injonction véhémente à un devoir de mémoire, une perspective ricœurienne inviterait à entreprendre un « travail de mémoire », qui permettrait de « dire sur un mode apaisé, sans douleur » les griefs8. Pour l’heure, d’un point de vue historiographique, cela présupposerait déjà de mieux comprendre le lien fort, historique entre le Royaume-Uni et ce qu’on a appelé « la Question arménienne » – à savoir « la question des réformes à accomplir dans les provinces orientales de l’Empire ottoman en faveur du paysan et de l’artisan arméniens9 ». Et cela, bien en amont des événements tragiques de 1915. Plus précisément, c’est la relation entre le Royaume-Uni et les Arméniens ottomans au moment des « massacres » dits « hamidiens » des années 1894-1896 qui mériterait clarification. Cette quête semble d’autant légitime que ces derniers sont aujourd’hui présentés par les historiens non-négationnistes comme une « répétition générale de 1915 ». Le sultan joua a minima un rôle d’observateur passif, souligne François Georgeon dans sa biographie d’Abdülhamid II10. De nombreux spécialistes cependant lui prêtent volontiers un rôle plus actif et appellent à comprendre le génocide de 1915 à la lumière des « massacres hamidiens »11. Confirmant les estimations avancées par l’Armenian National Institute, les derniers travaux s’arrêtent sur un chiffre de plus de 200 000 morts, de 100 000 personnes victimes de conversion forcée et d’un nombre équivalent de femmes et jeunes filles mises en esclavage. En outre, ces massacres auraient entraîné l’émigration d’environ 200 000 Arméniens12.

4Outre le point de basculement de la Question arménienne que les années 1890 représentent, il est une autre raison de s’intéresser à la relation entre le Royaume-Uni et les Arméniens ottomans à cette période : celle d’un décrochage entre l’opinion publique britannique et les gouvernements successifs du Libéral Lord Rosebery (1894-juillet 1895) et du Conservateur Lord Salisbury (à compter de juillet 1895) sur ce que devait être la politique de leur pays dans le contexte des « massacres hamidiens ». Rappelons que le Royaume-Uni, signataire des traités de Paris de 1856 et de Berlin de 1878, était garant de la bonne application par le Sultan des réformes envers les sujets chrétiens ottomans. Or, si cette hypothèse d’un décalage a été avancée par l’Armenian Genocide Centenary Commemoration Committee en 2015, les études historiques n’ont pas forcément mis au jour un émoi populaire britannique en faveur des Arméniens à l’époque.

  • 13 S. Prévost, 2015, p. 96.
  • 14 R. T. Shannon, 1963, p. 226.

5Comprendre la place de la Question arménienne dans la vie politique britannique à la fin du 19e siècle nécessite de la resituer dans l’historiographie de la Question d’Orient, notamment celle de l’importance de cette dernière pour le Royaume-Uni. La littérature sur cette question internationale est foisonnante. Elle a trait au démembrement progressif de l’Empire ottoman entre 1774 et 1923 sous l’œil avide des principales puissances européennes (à savoir la France, la Russie, le Royaume-Uni, l’Autriche-Hongrie, l’Allemagne et l’Italie). En raison de sa dimension internationale et géopolitique intrinsèque, l’importance de la Question d’Orient dans l’histoire nationale de ces pays européens demeure trop souvent sous-estimée. C’est le cas pour le Royaume-Uni, même si depuis quelques années, un tournant s’est opéré, reprenant là le chantier où il avait été laissé dans les années 1960-197013. S’il ne fut pas le premier à incarner cette tendance – on pensera ici à l’ouvrage pionnier de David Harris publié en 1939, Britain and the Bulgarian Horrors of 1876 –, Richard T. Shannon en demeure l’exemple le plus patent. Dans son ouvrage Gladstone and the Bulgarian Agitation 1876 paru en 1963, il devait conclure : « l’agitation autour des “atrocités bulgares” n’avait permis qu’une perturbation superficielle et temporaire de la politique orientale du Royaume-Uni »14.

  • 15 R. Gill, 2013, p. 91.
  • 16 House of Commons Hansard archives, Débat à la Chambre des Communes, 31 juillet 1876, vol. 231, col. (...)

6Les conclusions de l’ouvrage de Shannon sont demeurées inébranlées jusqu’à la thèse de l’historienne Rebecca Gill en 2008, Calculating Compassion (parue en 2013), dans laquelle elle démontrait que les actions caritatives entre 1870 et 1914 étaient souvent la vitrine idéalisée de l’humanitarisme apolitique15. L’épisode humanitaire qui s’était mis en place au moment des « atrocités bulgares » lui servait à échafauder son argumentation : selon Gill, les initiatives de 1876 donnent l’illusion d’être spontanées pour mieux permettre aux différents agents du champ de l’humanitaire de les instrumentaliser, à des fins électorales, mais aussi notamment pour renforcer l’image d’un Royaume-Uni éclairé et bienfaisant. Elle mettait ainsi au jour une dynamique complexe qui rendait caduque toute idée de spontanéité et réévaluait le rôle de Gladstone, qui se retrouvait le porte-parole, bon gré mal gré, de différents réseaux qui s’identifiaient à la cause bulgare pour des raisons diverses, voire contradictoires. Gill remettait ainsi en cause la stricte spontanéité du mouvement de dénonciation des « atrocités bulgares » au Royaume-Uni en 1876, sans pour autant interroger la thèse principale de Richard Shannon. Fondamentalement pour ce dernier, la portée politique de la Question d’Orient dans ce pays avait quasi cessé avec le décès de Benjamin Disraeli en 1881 : pour lui en effet, elle avait pris surtout son sens dans la rivalité, au moment de la crise bulgare de 1876, entre le Premier ministre conservateur et le Libéral Gladstone. Disraeli, chef du gouvernement, ne s’était-il pas ri des rumeurs funestes concernant la situation de ces dhimmî ottomans, les qualifiant devant le parlement de Westminster de « racontars de bistrot16 », déclenchant alors une vive altercation, ce 31 juillet 1876, avec Gladstone ?

  • 17 S. Prévost, 2013, p. 14.
  • 18 D’après Shannon, A. P. Saab explore plus avant l’idée que Gladstone rejoint tardivement le mouvemen (...)

7En l’espace de quelques mois, ce dernier fut d’ailleurs promu à la tête du mouvement extraparlementaire qui condamnait non seulement les Ottomans pour leur rôle dans les exactions à l’encontre des chrétiens bulgares, mais aussi la politique turcophile du gouvernement britannique. Gladstone se fit alors le porte-parole de la vox populi, ou tout du moins, c’est ainsi qu’il aimait à l’envisager dans sa correspondance. Force est de constater que l’aura de celui qui avait déjà occupé la fonction de Premier ministre en 1868 et 1874, avant de se retirer suite à l’échec cinglant de son parti aux élections de 1874, faisait un retour très remarqué sur la scène politique à l’occasion des « atrocités bulgares ». William T. Stead, alors journaliste au Northern Echo, se sentit enhardi par le discours de Gladstone à Blackheath du 9 septembre 1876, qui intervenait quelques jours après la publication de son Bulgarian Horrors and the Question of the East. Comparant cette intervention à une effusion prophétique, Stead n’hésitait pas à utiliser les colonnes du Northern Echo pour mettre en mots ce qu’il percevait comme une indignation généralisée du peuple britannique contre l’Empire ottoman et contre la politique turcophile du gouvernement Disraeli – indignation que Gladstone avait déjà exprimée dans son Bulgarian Horrors17. La crise orientale commencée en 1875 avec la guerre balkano-turque et clôturée juridiquement par le traité de Berlin de 1878 opposa tout du long Benjamin Disraeli, turcophile convaincu, et William E. Gladstone, défenseur d’un moralisme chrétien qui pesa dans la victoire de son parti aux élections législatives de 188018. Ainsi, pour les historiens qui considèrent que la rivalité entre Disraeli et Gladstone était la raison d’être d’un intérêt extraparlementaire pour la Question d’Orient dans ces années-là, le décès en 1881 de celui qu’on surnommait « Dizzy » disqualifie l’hypothèse même que ses développements subséquents eussent pu passionner le public britannique.

  • 19 Voir J. A. Perkins, 2014 et B. P. Dackombe, 2008.
  • 20 R. Douglas, 1976, p. 113.
  • 21 A. J. Kirakossian, 2008, p. 49 ; S. Prévost, 2013, p. 4.

8Si deux thèses de doctorat soutenues au Royaume-Uni dernièrement se sont intéressées aux groupes de pression qui, au début du 20e siècle au Royaume-Uni, ont tenté de mobiliser le peuple britannique autour de la question macédonienne, autre volet de la Question d’Orient, la réponse extraparlementaire britannique aux « massacres arméniens » des années 1890 demeure un parent pauvre de l’historiographie19. En 1976, Roy Douglas, qui y consacrait néanmoins un article, se demandait si la Question arménienne présentait une quelconque importance, hormis pour les Arméniens eux-mêmes et peut-être pour quelques libéraux britanniques, avant de répondre par la négative20. Quant à l’ancien ambassadeur d’Arménie aux États-Unis, Arman J. Kirakossian, s’il recueillit bien en 2008, pour son ouvrage The Armenian Massacres 1894-1896 : British Media Testimony, des témoignages journalistiques qui semblaient démontrer le contraire, il ne put en tirer des conclusions probantes. En effet, aucune archive ne semblait étayer les hypothèses esquissées par les articles d’Emile Dillon pour le Daily Telegraph, ou dans l’opuscule The Haunting Horrors of Armenia (1896) du célèbre journaliste William T. Stead21 sur la mobilisation britannique. Faut-il alors croire que le sort des Arméniens ottomans dans les années 1890 n’ait pas eu d’écho au Royaume-Uni, au contraire de celui des Bulgares chrétiens quelque vingt ans plus tôt ?

9Cet article cherche à démontrer que tel n’est pas le cas. Dans la droite ligne de Rebecca Gill, nous postulons que la véritable nature de la relation entre l’opinion publique britannique et la Question arménienne a été mal comprise, suite à une trop grande confiance portée par les chercheurs au régime d’authenticité des archives du Foreign Office, censées permettre de mesurer l’existence d’un émoi populaire. Cette démonstration se déroulera en trois temps. Tout d’abord, il nous faudra justifier la posture épistémologique consistant à prendre le contre-pied du postulat historiographique, toujours majoritaire, sur la réception de la Question arménienne au Royaume-Uni en faisant référence aux pratiques archivistiques du Foreign Office et du Parlement. Dans un deuxième temps, nous montrerons que le silence (relatif) des archives du ministère britannique des Affaires étrangères doit être aussi envisagé sous l’angle de la manipulation historique. Enfin, nous essaierons de proposer une histoire du mouvement extraparlementaire britannique en faveur des Arméniens pour les années 1894-1896 à partir de différentes archives et de sources journalistiques.

Interpréter le silence des archives du Foreign Office et du Parlement britannique

  • 22 J. Derrida, 1995, p. 7.
  • 23 P. Ricœur, 2000, p. 181.
  • 24 K. Pomian, 1997, p. 4007.
  • 25 M. Cerutti et al., 2006, p. 8.

10En 1995, Jacques Derrida dépeignait de manière vibrante la fièvre qui s’empare du chercheur en quête de vérité historique. Compulsive, voire maladive, cette fébrilité provoquerait un état « en mal d’archive », qui érigerait « l’attente sans horizon d’attente, l’impatience absolue d’un désir de mémoire22 ». L’archive occupe effectivement une place privilégiée dans le matériau historique, car elle représente notamment une sédimentation du passé, ou pour reprendre les mots de Ricœur « un décrochage de l’histoire par rapport à la mémoire au plan formel de l’espace et du temps23 ». De plus, là où la mémoire, qu’elle soit individuelle ou collective, opérerait une sélection quant à ce qui est digne d’être remémoré, l’histoire, par le biais de l’archive notamment, permettrait d’approcher au plus près de la vérité. Chaque sujet d’enquête historique suppose une matière à partir de laquelle faire sourdre cette vérité. Hormis la délimitation d’un corpus de sources, l’historien doit également se poser la question de leur fiabilité. Cela s’applique bien sûr aux archives, notamment celles d’État, qui sont là pour rendre compte d’une histoire nationale au travers d’activités de personnes, d’organismes ou d’institutions, etc., à son service. Au sein du projet collectif des Lieux de Mémoire (1984-1992) coordonné par Pierre Nora, Krzysztof Pomian faisait d’ailleurs très justement remarquer à propos des archives nationales françaises : « aucune décision expresse n’est nécessaire pour qu’elles se forment ; s’il en faut une, c’est pour les détruire24 ». Tout ceci nous rappelle combien il est nécessaire de « penser l’archive » tout au cours du processus historique. En d’autres termes, « avant de gagner un dépôt d’archives, il faut savoir pourquoi et comment les fonds se sont constitués.25 » Conserver ces principes à l’esprit est indispensable pour comprendre le silence – nous le montrerons, relatif – des archives du Foreign Office et du Parlement britannique sur le mouvement d’agitation extraparlementaire dénonçant les « massacres hamidiens ». Mais avant cela, il convient d’expliquer comment l’hypothèse selon laquelle la mobilisation des Britanniques ait pu être similaire en 1876 et en 1894-1896 a faussé la compréhension du mouvement arménophile au Royaume-Uni au moment des « massacres hamidiens ».

Sur les traces d’un émoi populaire : l’agitation extraparlementaire face aux « atrocités bulgares »

  • 26 R. Douglas, 1976, p. 113 et p. 118-119.

11Les « massacres arméniens » (novembre 1894-août 1896) ont, tout comme les « atrocités bulgares » de 1876, suscité un mouvement de protestation au Royaume-Uni. Force est pourtant de constater qu’à la différence du mouvement de 1876, celui des années 1890 est presque absent de l’historiographie. Les quelques travaux qui s’y sont intéressés – entre autres, les articles de Peter Marsh et de Roy Douglas, respectivement intitulés « Lord Salisbury and the Ottoman Massacres » (1972) et « Britain and the Armenian Question » (1976) ; le chapitre de l’ouvrage de Jeremy Salt sur « l’agitation arménienne » dans son Imperialism, Evangelism and the Ottoman Armenians, 1878-1896 (1993) et l’introduction d’Arman J. Kirakossian au volume The Armenian Massacres 1894-1896: British Media Testimony (2006) – ont fait un rapprochement entre les deux périodes pour conclure que les « massacres hamidiens » n’étaient pas parvenus à susciter un émoi similaire aux « atrocités bulgares ». Selon Douglas, le mouvement de protestation mis en place en 1894 aurait été relativement superflu du fait que le gouvernement libéral du comte de Rosebery avait déjà, conjointement avec la France et la Russie, demandé au Sultan de faire toute la lumière sur les massacres et qu’en conséquence, les manifestations ne pouvaient rien apporter de plus26. Douglas insinue que cette superfluité ôtait au mouvement de protestation qui débute en 1894 son intérêt en tant qu’objet historique.

  • 27 W. H. Dawson, 1923, p. 231.
  • 28 J. A. S. Grenville, 1970, p. 47.
  • 29 J. Salt, 1993, p. 124.
  • 30 D. Steele, 1999, p. 321.
  • 31 D. Bebbington, 1982, p. 118-119 ; S. Brown, 2008, p. 264-265.
  • 32 Dans le contexte britannique, le terme non-conformiste désigne des protestants qui ne sont pas de c (...)

12Pourtant, ce mouvement a bel et bien existé, et fut même plus nourri encore que celui de 1876, comme l’ont évoqué quelques rares historiens. Dès 1923, William H. Dawson avait noté qu’il y « avait eu une forte indignation de la part d’individus généreux et philanthropes alors que le gouvernement libéral de Rosebery ne prenait aucune mesure unilatérale pour contraindre la Sublime Porte27 ». Depuis cette date, quelques historiens travaillant dans le domaine britannique ont fait référence à un tel mouvement de protestation, en des termes toutefois assez vagues. Ainsi, en 1964, John A. S. Grenville mentionnait un afflux massif de pétitions au Foreign Office à l’automne 1895 seulement, mais sans apporter de précisions28. Dans son Imperialism, Evangelism and the Ottoman Armenians, 1878-1896 (1993), Jeremy Salt qualifiait les résolutions adoptées lors des rassemblements durant ces deux années de « tirade prolongée contre les Ottomans, dans laquelle Abdülhamid jouait le rôle du grand méchant des “saturnales mahométanes” »29, sans en faire un véritable objet d’étude. Dans sa biographie de Salisbury (1999), David Steele indiquait que les « massacres hamidiens » provoquèrent un « émoi international et une tempête de protestation au Royaume-Uni », sans plus d’informations30. A priori, seuls David Bebbington en 1984, dans un ouvrage portant sur la conscience non-conformiste, et plus récemment Stewart J. Brown dans Providence and Empire (2008), mentionnaient l’existence d’un mouvement de protestation qui a duré pendant toute la période des « massacres arméniens »31. Tous deux y voyaient des similitudes avec celui de 1876, notamment à cause de la forte implication des non-conformistes32, sans vraiment s’interroger précisément sur son ampleur ou ses divergences. Est-ce si surprenant ?

  • 33 A. P. Saab, 1991, p. 2-3.
  • 34 « The Old Crusaders », Punch, 18 mai 1895 ; A. P. Saab, 1991, p. 96-97.
  • 35 M. Tusan, 2010, p. 218.
  • 36 Sur ce point, voir J.-L. Delmas, 1995, p. 111-115.

13Le catalogue des archives nationales britanniques n’a pas d’entrée pour des pétitions envoyées au Foreign Office à propos des « massacres arméniens » – alors qu’il le fait pour celles envoyées au moment des « atrocités bulgares ». Or, traditionnellement, jusque dans les années 1990, c’était leur présence dans de tels fonds archivistiques qui attestait d’un mouvement socio-politique extraparlementaire passé33. Devant ce qui semblait être une absence de preuves tangibles, la tendance chez les historiens a été de considérer que le mouvement de 1894-1896 avait été relativement limité. L’absence de mention de pétitions dénonçant les « massacres hamidiens » dans le catalogue des archives du Foreign Office tendait à asseoir la théorie de Richard T. Shannon, selon laquelle la crise bulgare était le seul moment où la Question d’Orient avait généré un véritable émoi chez les Britanniques, jusqu’au point de dénoncer la politique de leurs dirigeants. Ce raisonnement s’appuyait sur l’hypothèse d’une stricte similitude entre les deux crises orientales, qui était non seulement présente à l’époque, mais qui surtout n’a pas été remise en question au 20e siècle34. Or, Rebecca Gill avait en 2008 fait la démonstration que la spontanéité de l’agitation de 1876 était fallacieuse : celle du mouvement de dénonciation des « massacres arméniens » l’est tout autant, comme le reste de cet article le montrera. Enfin, l’approche diplomatique demeurant prédominante dans le champ de l’historiographie du rapport du Royaume-Uni à la Question d’Orient, cela a très certainement encouragé les historiens à ne pas porter une véritable attention à la presse, ou aux archives privées de personnes considérées comme secondaires (Malcolm MacColl, George W. E. Russell, Henry Broadhurst, etc.)35. Pourtant, l’élargissement du corpus est instructif36.

  • 37 J. Thompson, 2013, p. 133.
  • 38 C. Mouradian, 2007.
  • 39 R. T. Shannon, 1963, p. xvii.

14Pour ceux qui se sont effectivement intéressés à un éventuel mouvement philarmène au Royaume-Uni dans les années 1890, le présupposé était double : d’une part, un mouvement de protestation extraparlementaire de grande ampleur générait nécessairement l’envoi de pétitions – émanant en particulier de grands rassemblements – au ministère concerné, ici le Foreign Office, et au Parlement ; d’autre part, il était attendu que ces institutions conservent toute trace des documents reçus37. L’absence apparente de pétitions dans ces fonds d’archives a naturellement conduit d’aucuns à la conclusion que, contrairement à la France pour laquelle l’Arménie était devenue une « passion »38, le peuple britannique n’avait pas (vraiment) exprimé son soutien. La pétition publique occupait une place particulière dans la culture politique britannique au 19e siècle en ce qui concerne l’expression d’une vox populi. Cela est à remettre dans le contexte de l’extension du suffrage censitaire masculin par le Reform Act de 1867, mais aussi à comprendre avec l’encouragement que Disraeli distillait à tout un chacun, au début des années 1870 : se forger une opinion de la politique extérieure britannique et en faire un sujet décisif dans le temps électoral39. Alors qu’il y avait eu jusqu’alors un consensus entre les politiques de tous bords pour que la politique étrangère demeurât la prérogative des diplomates, Disraeli faisait voler en éclats cette règle. Ses propos validaient l’idée selon laquelle l’opinion publique pouvait dorénavant influencer non seulement la conduite de la politique étrangère, mais aussi faire ou défaire un gouvernement.

  • 40 P. Milza, 1981, p. 663.
  • 41 M. Engelken-Jorge, 2015, p. 265.
  • 42 J.-B. Duroselle, 1956, p. 509 ; P. Milza, 1981, p. 664.
  • 43 M. Engelken-Jorge, 2015, p. 265 ; J. Thompson, 2013, p. 88. Pour notre étude, les éditions des anné (...)

15La pétition publique paraît une source incontournable pour quiconque veut tenter de cerner l’opinion publique sur un sujet, en l’occurrence sur la politique étrangère. La tâche est pourtant malaisée. Outre la question de la préservation de ces témoignages, il s’agit de jauger dans quelle mesure un envoi massif de pétitions trahit réellement « un phénomène qui s’enracine profondément dans la mémoire ou dans l’inconscient collectifs d’un groupe, d’une classe sociale, d’une nation » plutôt que « des états éphémères du sentiment collectif40 », sans pour autant qu’on connaisse bien l’ampleur de celui-ci. Dans un contexte où toute mesure scientifique, à l’image des sondages contemporains, est inexistante, la notion d’opinion publique présente des difficultés épistémologiques intrinsèques41. Cependant, définie comme « une des “forces profondes” qui commandent les choix de politique étrangère »42, cette notion sera utilisée dans cet article comme une manifestation de ce que les Britanniques pensaient de la Question arménienne. Elle permettra aussi de voir en quoi elle pouvait constituer une contrainte sur la politique étrangère des gouvernements de l’époque. « Phénomène multiple dans ses formes, variable dans le temps, divers selon l’espace à l’intérieur duquel il est circonscrit », l’opinion publique est difficile à appréhender. Si les pétitions publiques semblent refléter le pouls d’un peuple avant la généralisation des premiers sondages à partir des années 1930, elles ne peuvent être le seul matériau de l’historien, qui doit également s’intéresser à la presse (et notamment le courrier des lecteurs), aux discours politiques, aux mouvements sociaux et lobbys, ainsi qu’à des correspondances privées, entre autres43. Ainsi en dépit de la prépondérance des pétitions publiques, faire une confiance aveugle aux documents aujourd’hui consignés dans les archives parlementaires et du Foreign Office induit en erreur quant au mouvement extraparlementaire britannique concernant les « massacres hamidiens ».

Les balbutiements de l’archivage ministériel et parlementaire lors des « massacres hamidiens »

  • 44 R. Drayton, 2012.

16En vue de mieux comprendre les réactions britanniques aux « massacres hamidiens », certaines sources semblent avoir été trop peu exploitées, en particulier les articles journalistiques concernant des rassemblements (notamment du quotidien libéral le Daily News et de son homologue conservateur le Daily Telegraph qui s’attachèrent à faire la lumière sur ces événements tragiques), les pétitions adressées au Foreign Office ainsi qu’au Parlement, et les correspondances privées – en particulier celles de Gladstone, Salisbury et du chanoine anglican libéral Malcolm MacColl, ami de Gladstone, pour les années 1894-1896. Le croisement de ces sources invite à postuler que ces pétitions ont juste disparu des fonds d’archives du Foreign Office et du Parlement. Pour autant, faut-il y voir une malveillance, à l’instar du scandale révélé par le Guardian en 2011 concernant la dissimulation par le Foreign Office de plus de deux mille boîtes d’archives en provenance d’anciennes colonies44 ? Dans le cas étudié ici, la situation est bien plus complexe qu’il n’y paraît.

  • 45 V. Carr, 2008, « The Public Record Office ».
  • 46 Public Records Act 1958 (C. 51)1&2

17Interrogé lors d’une entrevue aux Archives nationales, à Londres, en septembre 2010 sur l’hypothèse d’une telle disparition, Edward Hampshire, alors responsable du département des archives diplomatiques et coloniales, rappelait qu’en dehors de destructions accidentelles, comme lors du Blitz, les fonds conservés tout d’abord par le Public Record Office (PRO), puis à partir de 2003 par les National Archives, avaient pu faire l’objet de destructions sélectives, selon les critères exposés dans les Public Record Office Acts de 1898 et 1958 en particulier, notamment pour des documents jugés de peu de valeur45. Le même s’empressait de souligner que l’archivistique demeurait, en cette fin de 19e siècle, une discipline relativement neuve. Par ailleurs, les documents du ministère des Affaires étrangères qui nous sont parvenus pour cette période ont été classifiés en deux temps – si on excepte les reclassements postérieurs, intervenus au 20e siècle : au sein du Foreign Office tout d’abord, avant d’être éventuellement versés aux archives nationales gérées par le PRO depuis sa création en 1838. En effet, si le Public Record Office Act insistait sur la création d’une telle institution (le PRO) dans l’intérêt public, elle n’avait néanmoins pas le pouvoir de contraindre les structures qui détenaient des archives considérées comme nationales de les y transférer46.

  • 47 R. Jones, 1971, p. 40, 52 et 78.
  • 48 T. G. Otte, 2011, p. 193.
  • 49 Z. S. Steiner, 1969, p. 214.
  • 50 FO 366/760, Foreign Office Papers, National Archives, Kew, Londres, registre du Chief Clerk, secrét (...)

18Il convient également de nous souvenir que les années 1890 représentaient un moment charnière dans l’histoire de ce ministère prestigieux qui, des décennies durant, s’était arc-bouté contre les réformes administratives que le Treasury voulait imposer47. Dans son ouvrage The Foreign Office Mind (2011), le spécialiste d’histoire diplomatique Thomas G. Otte écrivait d’ailleurs : « Les années 1890 s’avérèrent une période de changements, qui amorcèrent la transformation de la politique étrangère britannique. […] Tandis qu’auparavant, l’esprit de réformes était plutôt interne au Foreign Office, désormais, c’était des facteurs exogènes qui les rendaient nécessaires. »48 Au moment des « massacres hamidiens », le secrétariat général du ministère (Chief Clerk’s Office), ainsi que la bibliothèque en charge de l’archivage devaient déjà faire face à une explosion du volume de documents reçus suite à la multiplicité des crises où la diplomatie britannique se trouvait, de près ou de loin, impliquée : l’Ouganda en 1894, le Venezuela en 1895, l’Empire ottoman (en réalité depuis 1889 au moins), l’Afrique du Sud avec le raid du Dr Jameson en 1895, et l’explosion de la Question extrême-orientale en 1898, au moment même où les Britanniques se trouvaient aux prises avec la France au Soudan. Les plaintes concernant la charge de travail titanesque, ainsi que les rémunérations devinrent alors chroniques au sein du Foreign Office et il n’était pas rare, dans ces conditions, que la question de l’archivage soit posée deux à trois années après réception des documents au ministère. Cela affectait notamment les deux départements dits « politiques » dont Thomas Sanderson avait la charge. Sur les cinq que comportait le Foreign Office (avant la création d’un sixième en 1898), le Western Department et l’Eastern Department furent les plus touchés par ce raz-de-marée documentaire. Cela était en particulier exact pour l’Eastern Department dont le périmètre couvrait l’Empire ottoman, au même titre que d’anciens territoires ottomans (la Grèce, le Monténégro, la Roumanie, la Serbie), mais aussi la Russie, la Perse, l’Égypte, l’Abyssinie, la Somalie et l’Asie centrale49. À compter de 1896, cette inflation volumétrique, qui n’avait pu être anticipée, atteignait une proportion telle que le Chief Clerk se retrouvait confronté à un problème de place, ce qui pouvait influer sur la conservation de certains documents50. La rationalisation de l’archivage, contrainte entre autres par l’exiguïté des locaux, est-elle alors la clé de la disparition de pétitions témoignant de l’émoi des Britanniques envers les Arméniens ottomans au moment des « massacres hamidiens » ? En réalité il n’en est rien.

  • 51 Ibid.
  • 52 « Foreign and Commonwealth correspondence and records from 1782 », National Archives, http://www.na (...)

19Quand des destructions d’archives étaient opérées, elles épargnaient les registres de correspondance établis par le Foreign Office, par souci de conserver une trace des documents reçus51. Or, ces registres, jusqu’en 2014, n’apparaissaient pas dans le catalogue en ligne des National Archives. Aucune mention n’en est faite dans les travaux sur la Question arménienne et pour cause, le descriptif donné sur le site des Archives nationales précise que seuls les registres de correspondance des ministères jusqu’en 1890 permettent d’avoir une véritable vision panoramique des courriers reçus et envoyés, à la différence de ceux des années 1891-190552. Sur le conseil d’Edward Hampshire, il m’a néanmoins été possible d’exhumer trois de ces volumes en lien avec les événements ottomans pour les années 1890, à savoir FO 566/1001, 1004 et 1005. Après examen minutieux, il apparaît qu’en réalité, près de cinq mille pétitions ont été adressées au Foreign Office au moment des « massacres hamidiens », entre les mois de novembre 1894 et décembre 1896.

  • 53 Sur ce point, les décomptes qui ont été donnés (dans R. T. Shannon, 1963 et A. P. Saab, 1991 notamm (...)

20Les volumes FO 506/1001 et 1004 se présentent comme des registres habituels, divisés par des onglets séparant les différents types de correspondance : diplomatique, consulaire, commerciale, et intérieure. Les protestations concernant le sort des Arméniens ottomans se trouvent listées dans cette dernière section (domestic) parmi d’autres lettres envoyées au Foreign Office, en lien avec l’Empire ottoman. FO 566/1005 offre un visage différent dès sa première page. Non seulement ce registre concerne exclusivement « des résolutions à propos des Arméniens et la Crète, 1896-1897 », mais il comporte, notée en exergue, en rouge la décision suivante : « veuillez noter que toute la correspondance a été détruite sur ordre du ministre ; voir les comptes rendus des 17 et 21 janvier 1901 ; E. P. 23/1/1901 ». Ce sont 3 564 pétitions envoyées au Foreign Office entre septembre et décembre 1896 pour dénoncer les « massacres hamidiens » et environ huit cents qui témoignent d’un soutien aux chrétiens ottomans en Crète (pour l’année 1897), qui ont été détruites sur ordre du marquis de Lansdowne au mois de janvier 1901, alors qu’il venait de succéder à Salisbury au poste de ministre des Affaires étrangères (en novembre 1900) – Salisbury cumulait en effet cette fonction avec celle de Premier ministre. Le texte de la décision n’a pu être retrouvé ni dans les archives du secrétaire général du Foreign Office (FO 366/760), ni dans celles du sous-secrétaire d’État permanent affecté aux affaires ottomanes, le baron de Sanderson (Foreign Office Papers, FO 800/2), ni même dans celles de Lansdowne (Foreign Office Papers, FO 800/115-146) et de Salisbury. Autre constat mystérieux : tandis que les documents listés dans le registre de correspondance ont été officiellement détruits en 1901, ceux mentionnés dans les volumes FO 566/1001 (pour 1894) et 1004 (pour 1895 et 1896) demeurent introuvables, alors qu’ils devraient être dans les archives du Foreign Office. Cela concerne, d’après nos estimations à partir des registres, 1 359 résolutions. La trace est ainsi perdue de la totalité des documents envoyés au ministère des Affaires étrangères en réponse aux « massacres hamidiens » entre novembre 1894 et décembre 1896 (soit 4 923). Ce chiffre en fait un des mouvements extraparlementaires les plus nourris de l’histoire britannique au 19e siècle. Son ampleur est sans commune mesure avec la mobilisation liée aux « atrocités bulgares » de 1876, qui généra alors l’envoi d’environ cinq cents pétitions seulement53. Pourtant, c’est cette dernière qui domine encore très largement l’historiographie des mobilisations relatives à la Question d’Orient au Royaume-Uni.

  • 54 House of Commons Information Office, 2010 ; H. Miller, 2012, p. 882-891.
  • 55 HC/CL/JO/6/723, Reports of the Committees on Public Petitions, Houses of Parliament, Londres, annex (...)
  • 56 Voir B. Brunswick, 1878, article 61.
  • 57 S. Prévost, 2010, p. 382-383.
  • 58 Cabinet Papers (CAB Papers), Archives nationales, Kew, Londres, CAB 41/8/7, réunion du 23 mars 1877 (...)
  • 59 Calcul réalisé à partir du volume HC/CL/JO/6/722 (archives parlementaires, Londres).
  • 60 Décompte à partir des volumes HC/CL/JO/6/710, 722 et 733.

21Les archives parlementaires attestent également de l’existence et de l’ampleur du mouvement, bien que là encore, les textes des pétitions, à l’exception d’une seule, soient désormais perdus. En effet, la procédure de leur traitement changea en 1842 suite à l’augmentation de leur nombre, avec deux conséquences majeures : d’une part, il était établi qu’une commission (Committee on Public Petitions) devait répertorier les pétitions publiques et sélectionner celles qui méritaient d’être publiées en vue d’être ensuite discutées au sein des Chambres de Westminster ; et d’autre part, quand plusieurs pétitions avaient trait au même sujet et allaient dans le même sens, il n’était pas inhabituel qu’une seule soit publiée54. Les pétitions publiques auraient alors pu perdre de leur valeur aux yeux des sujets de la reine, puisque peu avaient de facto la chance de susciter un débat parlementaire. Ce ne fut néanmoins pas le cas et la session parlementaire de 1893-1894 donne ainsi à voir une recrudescence du phénomène des pétitions publiques envoyées au Parlement. C’est précisément dans ce contexte que 253 y furent réceptionnées en réponse aux « massacres hamidiens » entre juin 1894 – c’est-à-dire avant même la publication par les rédactions européennes de rumeurs à propos d’exactions dans le Sassoun – et décembre 1896. Pourtant, une seule parut finalement dans les rapports du comité pour ces années-là55. Toutes les autres ont disparu, peut-être parce que leur contenu était jugé similaire. L’instance parlementaire en charge de l’examen des pétitions a peut-être jugé qu’elles ne faisaient qu’interpeller, d’une seule voix, le Parlement à débattre du sort des Arméniens ottomans et l’invitaient, ainsi que le gouvernement, à réfléchir aux devoirs du Royaume-Uni à leur égard au titre de l’article 61 du traité de Berlin. Ce dernier stipulait : « La Sublime Porte s’engage à réaliser, sans plus de retard, les améliorations et les réformes qu’exigent les besoins locaux dans les provinces habitées par les Arméniens et à garantir leur sécurité contre les Circassiens et les Kurdes. Elle donnera connaissance périodiquement des mesures prises à cet effet aux Puissances qui en surveilleront l’application.56 » Le nombre de 253 pétitions est certes très en deçà de celui des envois au Foreign Office évoqués plus haut. De telles pétitions ayant peu de chances d’être effectivement débattues au Parlement, d’autres destinataires étaient privilégiés par les pétitionnaires, avec l’espoir que ces derniers prendraient en compte un tel émoi populaire. C’est dans cet esprit que le Foreign Office avait déjà été ciblé par le mouvement extraparlementaire de 1876 et qu’il le fut de nouveau dans les années 1890, en priorité. N’oublions pas de plus, que pour ceux qui s’intéressaient à la Question arménienne, Salisbury recelait un espoir plus prometteur que son prédécesseur libéral : en succédant à Gladstone en mars 1894, le comte de Rosebery n’avait en effet pas véritablement souhaité reprendre le flambeau du Grand Old Man dans la défense de la cause des chrétiens ottomans57. Salisbury, qui avait marqué son soutien aux chrétiens bulgares entre 1876-1878 – s’opposant alors frontalement au sein du gouvernement à Disraeli – avait marqué les esprits arménophiles58. D’ailleurs, le nombre de pétitions augmenta à l’annonce des élections en mai 1895 et avec la perspective grandissante d’un retour de Salisbury au pouvoir. Tandis que 59 furent envoyées au Parlement entre le 5 février et le 21 mai 1895, il y en eut 111 entre le 21 mai et le 10 juin de la même année59. Le nombre de signataires, qui nous est inconnu pour les pétitions envoyées au Foreign Office, crût également : en 1894, le Parlement reçut 22 pétitions signées par 56 personnes en tout ; en 1895, il en reçut 205 signées par 32 622 personnes ; puis 26 en 1896 comportant 10 822 signatures. Ces chiffres sont fiables car ils ont été vérifiés par le Committee on Public Petitions. Ils nous apportent des renseignements précieux sur l’ampleur croissante de cette mobilisation, dont les pétitions publiques ne sont nécessairement qu’une quote-part modeste60.

Le silence des archives du Foreign Office : manipulation historique ou réécriture de l’histoire ?

  • 61 B. Muller, 2001, p. 51.
  • 62 « History of the Public Records Office Act », National Archives, [n. d.], http://www.nationalarchiv (...)
  • 63 I. Hesketh, 2016, p. 3.

22Indéniablement, le mouvement arménophile au Royaume-Uni entre 1894-1896 n’a pas été aussi limité que les historiens ont longtemps eu tendance à le penser. Cependant, de nombreuses questions restent en suspens, par-delà même celle d’une rationalisation de l’archivage. Si la quasi-invisibilité des pétitions envoyées au Parlement s’explique par le nouveau règlement de 1842, la disparition de celles des collections du Foreign Office – de la section FO 78, consacrée à l’Empire ottoman et qui accueille les pétitions de 1876 – mérite qu’on prenne en considération le point de vue des acteurs principaux au sein de ce ministère quant au potentiel des archives pour une (ré-)écriture de l’histoire. À son ouverture en 1838, le Public Record Office opéra une tentative de centraliser les archives – opération dont le succès dépendait du bon vouloir des corps constitués (ministères notamment) d’y verser leurs fonds – mais il ne s’agit là qu’un des versants de la nationalisation : en effet « parce qu’elles sont désormais ouvertes au public, les archives sont propriété, expression et à disposition de la nation61 ». Une salle de consultation publique des archives fut d’ailleurs ouverte, et l’entrée possible sur conditions donnant accès à des documents de plus cent ans. L’embargo ne fut d’ailleurs réduit à cinquante ans qu’en 195862. Alors que les disciplines s’institutionnalisaient plus nettement en cette fin de 19e siècle, on s’acheminait alors vers une écriture de l’histoire plus scientifique, notamment sous l’influence de l’historien allemand Leopold von Ranke, qui privilégiait les archives pour dire les événements sans affect, objectivement. Le Royaume-Uni illustrait alors parfaitement cette tendance63.

23Faut-il alors voir dans la disparition des pétitions répertoriées dans le registre de correspondance FO 506/1005 du Foreign Office la volonté conjointe de Salisbury et de son successeur, le marquis de Lansdowne, de faire disparaître toute trace du mouvement d’agitation pour modifier le sens de l’histoire ? Et si oui, dans quels buts ? La disparition du texte ordonnant la destruction du contenu listé dans le volume FO 506/1005 ne nous permet que de formuler des hypothèses, d’autant que l’absence des pétitions mentionnées dans les index FO 566/1001 et FO 566/1004 demeure tout aussi mystérieuse.

  • 64 K. Nilson et T. Otte, 2008, p. 98.
  • 65 FO 566/1005 (1896), Foreign Office Papers, Archives nationales, Kew, Londres, f. 37.

24Pour tenter de répondre à ces questions, il nous paraît nécessaire de procéder à une comparaison des documents envoyés au Foreign Office en septembre 1896, tels qu’ils sont décrits dans les registres de correspondance. D’emblée, il apparaît que ces derniers sont répartis dans deux index – à savoir FO 566/1004 (pour les années 1895-1896) et FO 566/1005 (pour la période de septembre 1896 à juin 1897) – et que le classement n’est pas strictement chronologique. C’est peut-être là un hasard, mais Thomas Sanderson, alors sous-secrétaire d’État au Foreign Office, encourageait le personnel subalterne en charge des archives à procéder avec discernement pour déterminer quels documents devaient être préservés64. De surcroît, l’afflux de documents conduisait à leur archivage tardif plusieurs mois, voire plusieurs années, après leur réception. Il est alors tout à fait raisonnable de penser que l’archivage des pétitions dans tel ou tel volume pouvait relever d’un choix politique, dont l’objectif aurait été de transmettre une interprétation particulière du mouvement extraparlementaire de 1894-1896. Notons qu’une note de bas de page sur le registre FO 566/1004 (1896, p. 277) renvoie l’historien au volume séparé, consacré exclusivement aux différentes protestations et dénonciations des « massacres arméniens » (« for further resolutions etc. regarding the Armenians, see special register ») et que les deux volumes couvrent l’ensemble du mois de septembre 1896. S’il s’était agi pour l’archiviste de l’époque de prendre un autre volume pour consigner ensemble tous les documents, FO 566/1005 contiendrait exclusivement des documents reçus après ceux consignés dans FO 566/1004. Or, ça n’est pas le cas : tous deux comportent des documents du début du mois de septembre. D’ailleurs, les brèves descriptions accompagnant chaque pétition dans le registre FO 566/1004 (descriptions absentes du FO 566/1005) donnent majoritairement l’image d’une nation qui renouvelle son soutien à Salisbury. En d’autres termes, les documents contenus dans le premier registre remettent moins en cause la gestion salisburienne de la Question arménienne que ceux du FO 566/1005, qui contient, par exemple, la mention d’une lettre dont il est dit de son auteur, un certain révérend C. A. Maginn, qu’il était prêt à « menacer de mettre tout en œuvre pour renverser le gouvernement britannique, à moins que des mesures efficaces [en vue du règlement de la Question arménienne] ne soient prises65 ».

  • 66 T. W. L. Newton, 1929, p. 190.
  • 67 A. Roberts, 1999, p. 644-645.
  • 68 Lettre de Sanderson à O’Conor du 30 septembre 1896, The Papers of Sir Nicholas and Lady (Minna) O’C (...)
  • 69 « Lord Salisbury at the Guildhall , The Leeds Mercury, 10 novembre 1896, p. 5

25L’absence de dépôt pour ces pétitions a effectivement orienté la mise en récit historique du passé national sur la Question arménienne, mais quel sens faut-il y donner ? Si l’hypothèse de la manipulation historique est retenue, le contexte de la destruction des documents répertoriés dans FO 566/1005 en janvier 1901 n’est très certainement pas neutre : sur recommandation personnelle de la reine Victoria, au mois de novembre précédent, le libéral-unioniste Lansdowne, ministre de la Guerre dans le gouvernement de coalition conservateur-unioniste de Salisbury depuis 1895, venait précisément de succéder à ce dernier – par ailleurs son mentor – à la tête du Foreign Office66. Outre la santé déclinante de Salisbury, Lansdowne semble avoir été affecté par l’impasse diplomatique européenne concernant la Question arménienne et notamment par le refus du tsar, en visite à Londres en septembre 1896, de soutenir quelque initiative britannique (unilatérale ou non) pour secourir les Arméniens67. Sans l’appui des grandes puissances européennes – et en particulier en l’absence de solidarité au sein de la « Triplice pour l’Arménie » (composée de la France, du Royaume-Uni et de la Russie) –, il était inconcevable pour les gouvernements britanniques d’agir sans violer les traités de 1856 et 1878 par lesquels était garantie la souveraineté ottomane. Ainsi, alors que Sanderson informait en septembre 1896 l’ambassadeur britannique en Russie que « les résolutions des rassemblements publics continuaient d’affluer de tout le pays au Foreign Office68 », Salisbury déclarait deux mois plus tard dans son discours au Guildhall, à Londres que le Royaume-Uni ne pouvait obtenir des changements radicaux sans aide internationale69.

  • 70 Lettre de Gladstone à Westminster, du 13 mars 1897, Gladstone Papers, British Library, Londres, Add (...)
  • 71 Candidat à Leeds et à Midlothian (en Écosse), Gladstone avait axé sa campagne contre la politique é (...)

26Cet aveu d’impuissance retentissait comme un échec d’autant plus cuisant que Salisbury lui-même avait participé à la rédaction du traité de 1878. Il engendra dépit et désabusement au sein d’une génération d’hommes politiques qui avaient eu foi en l’engagement du Royaume-Uni envers les chrétiens ottomans par le biais des traités de Paris et de Berlin, respectivement signés en 1876 et 1878. À cette génération appartenait également Gladstone qui, dans une lettre privée du 13 mars 1897, rappelait au duc de Westminster que c’était à l’aune de l’histoire que serait jugée la politique orientale des gouvernements des pays signataires de ces traités70. Cet avertissement concernait bien sûr le gouvernement du Premier ministre Salisbury, lequel en avait bien conscience. La cuisante défaite des Tories et de Disraeli aux élections législatives de 1880, à la suite d’une campagne de Gladstone essentiellement axée contre la politique orientale de son adversaire, lui en avait donné un avant-goût71.

  • 72 T. G. Otte, 2011, p. 16.
  • 73 T. W. L. Newton, 1929, p. 69.
  • 74 Voir par exemple la lettre de Morel Bey à Tevfik Pacha du 5 décembre 1895, citée dans B. N. Simsir, (...)

27Avec le développement d’une telle conscience historique, qui se retrouve également dans la culture du Foreign Office en cette fin de siècle, il ne paraît pas impensable que les documents listés dans le volume FO 566/1005 aient été supprimés dans le but de ne pas ternir la réputation de fin diplomate de Salisbury, alors qu’elle était entachée des scandales dans la guerre des Boers, auxquels Lansdowne avait pris part72. Peut-être faut-il corréler les deux épisodes, celui des « camps de concentration » durant la deuxième guerre des Boers (1899-1902) et celui des « massacres arméniens », pour comprendre la destruction de ces documents et mesurer l’incidence de la notion de moralisme que les discours britanniques sur la Question d’Orient étaient parvenus à ancrer profondément dans la culture politique du Royaume-Uni ? La correspondance personnelle de Lansdowne pour cette période, également conservée aux Archives nationales (PRO 800/115-46), présente en effet un blanc presque complet entre 1896 et 1900 et un silence troublant concernant les « massacres hamidiens ». La seule biographie disponible de Lansdowne, publiée en 1929, ne revient d’ailleurs pas véritablement sur l’épisode des « massacres hamidiens », si ce n’est pour en atténuer la gravité par comparaison (« comparatively tame Armenian massacres ») avec les agissements de l’émir afghan Abdur Rahman Khan en 1895-1896 lors de la conversion forcée à l’islam des populations du Kafiristan et de la suppression violente d’une révolte dans le Turkestan73. Quant à Sanderson, il s’était montré très circonspect face au mouvement de protestation arménophile au Royaume-Uni : son désaveu des stratégies révolutionnaires employées par certains Arméniens l’encourageait dans ce sens et le conduisit même, en tant que chef de l’Eastern Department du Foreign Office, à régulièrement communiquer des informations – pourtant confidentielles – concernant les amis britanniques de la cause arménienne, au chargé d’affaires ottoman à Londres74.

28Quoi qu’il en soit, la question de la manipulation reste – et restera peut-être – difficile à trancher. Ce qui est certain, c’est que sans trace d’une quelconque mobilisation populaire dans les archives du Foreign Office et avec une telle perspective sur les « massacres hamidiens » donnée par Newton ou Sanderson d’ailleurs, la Question arménienne ne pouvait alors que devenir essentiellement diplomatique dans l’historiographie. Mais que pouvons-nous dire du mouvement d’agitation extraparlementaire en faveur des Arméniens ottomans entre 1894-1896 ?

Pour une histoire des mobilisations britanniques en faveur des Arméniens

  • 75 Lettre de Mavroyeni Bey à Tevfik Pacha, 17 septembre 1896, in B. N. Simsir, 1999, vol. 4, p. 108.

29Sans l’agitation anglaise en faveur des Arméniens, il n’y aurait pas eu une agitation américaine. C’est là un fait certain. […] Telle étant la situation des choses et comme je constate en ce moment une énorme agitation anti-turque en Angleterre, il faudra s’attendre à voir surgir presque parallèlement une explosion de haine américaine contre nous.75

  • 76 Lettre de Sanderson à O’Conor, OCON 6/1/6/2.
  • 77 « Lord Salisbury at the Guildhall , The Leeds Mercury, 10 novembre 1896, p. 5.

30Ce sentiment que Mavroyeni Bey, envoyé ottoman à Washington, exprimait à Tevfik Pacha, le ministre des Affaires étrangères de la Sublime Porte dans une lettre datée du 17 septembre 1896, faisait suite à la multiplication d’articles dans les quotidiens britanniques – en particulier libéraux, comme le Daily News et le Daily Chronicle – et de rassemblements à travers tout le pays. Tous dénonçaient le sultan et son gouvernement pour leur rôle, quelle qu’en soit la nature exacte, dans la troisième vague de « massacres arméniens ». Dans une lettre privée du 30 septembre, Sanderson confiait d’ailleurs que le Foreign Office avait été récipiendaire de pas moins de 960 pétitions la semaine précédente76. Comment alors comprendre l’émotion qui s’empara d’une partie des Britanniques pour des événements se déroulant dans un territoire a priori mal connu du grand public à l’époque, au point que, lors de son discours au Guildhall au mois de novembre 1896, Salisbury indiqua, sous forme de boutade, à tous ceux qui réclamaient que le Royaume-Uni intervienne pour arrêter les massacres dans l’Empire ottoman, qu’« aucune flotte au monde ne pouvait aller en haut des montagnes du Taurus pour protéger les Arméniens77 » ?

L’Arménie, une question de spécialistes ? (1878-1894)

  • 78 Joan George remarque que Papasian orthographiait son patronyme avec un « s » pour se distinguer des (...)
  • 79 « Mr. Gladstone’s Manifesto , The Pall Mall Gazette, 18 septembre 1885, p. 12.

31À plus d’un égard, la Question arménienne parut être le domaine des spécialistes à partir de 1878, date du traité de Berlin, jusque plus ou moins 1894. L’arrivée de Gladstone au pouvoir en 1880 avait laissé entrevoir un espoir pour les Arméniens ottomans, notamment avec l’envoi de la note collective du Concert européen qui venait rappeler au sultan Abdülhamid la nécessité de mettre en place les réformes. Après de longs mois de discussions qui avaient dévoilé au Premier ministre britannique la fragilité du Concert, aucune solution ne fut trouvée pour les Arméniens – et ce, au grand désespoir des leaders du mouvement arménophile britannique qu’étaient James Bryce, Garabed Hagopian et Garabed H. Papasian78. La Question arménienne semblait alors tombée dans l’oubli jusqu’à un moment plus opportun et devint le parent pauvre de la diplomatie britannique, au motif qu’au contraire de la situation dans les Balkans, elle n’était « pas si immédiatement liée à la tranquillité publique » de l’Europe79.

  • 80 W. Stubbs, 1878, p. 52-53.
  • 81 J. Laycock, 2009, p. 19.
  • 82 W. Everett, « Report on the Population of Asia Minor and the Turkish Provinces to the Eastward », j (...)

32Peu importait l’entregent du juriste Bryce, président de l’Anglo-Armenian Society qu’il fonda en 1879 avec le soutien de son ami Gladstone, de Hagopian, président du Comité Patriotique Arménien fondé à Londres en mars 1878, ou encore de Charles ou Garabed Papasian, un riche banquier arménien installé à Manchester et digne représentant de la première génération anglo-arménienne : la Question arménienne restait méconnue et opaque pour le grand public. L’Arménie ottomane – qui s’étendait sur les vilayets de Van, Erzeroum, Karpout, Bitlis, Diyarbekir et Sivas –, était parfois confondue avec d’autres territoires portant le même nom et respectivement situés en Russie et en Perse. Par ailleurs, aucune de ces trois régions ne correspondait exactement aux anciens royaumes d’Arménie, dont les frontières avaient été particulièrement mouvantes au cours de l’histoire. Comme l’illustrent deux conférences prononcées par le Regius Professor d’histoire moderne, William T. Stubbs, en 1878 l’Arménie ottomane était fréquemment envisagée au prisme d’une histoire idéalisée, voire mythique, que ce soit pour faire référence à la grandeur de l’Église grégorienne à l’époque médiévale, ou pour rappeler que l’Arche de Noé aurait échoué sur le mont Ararat80. Comme le rappelle Jo Laycock dans Imagining Armenia (2009), les discours publics portés sur l’Arménie au Royaume-Uni, à partir des années 1870, alimentaient les confusions chronologiques et tendaient à faire de l’Arménie ottomane un espace imaginé sans grand rapport avec la réalité81. Par ailleurs, la confusion entre différents référents géographiques (Arménie ottomane, Grande Arménie, Petite Arménie, etc.) contribuait d’autant plus à rendre floue l’identité de l’Arménie ottomane pour les Britanniques que sa population était très hétérogène – tant du point de vue des appartenances ethniques et nationales (Kurdes, Circassiens, Arméniens, Tartares, Arabes, Perses, Grecs, Roms, etc.) que des croyances religieuses (chrétiens grégoriens, orthodoxes, nestoriens, catholiques et protestants, musulmans, yézidis et juifs) qui y étaient représentées. De plus, un pourcentage non négligeable des Arméniens de l’Empire ottoman vivait en dehors des six vilayets qui composaient l’Arménie ottomane82. Tout ceci rendait la Question arménienne complexe d’autant plus qu’il était, à l’époque, difficile d’avoir des informations fiables, y compris au niveau des ambassades ou consulats, du fait de la censure ottomane, de la difficulté d’atteindre certains villages reculés, voire parfois par manque d’intérêt du personnel diplomatique étranger.

  • 83 Voir sur ce point A. J. Kirakossian, 2008.
  • 84 G. Meyrier, 2000, note 10, p. 41.

33Ainsi, si la Question arménienne ne disparut pas complètement des journaux et périodiques britanniques entre 1878 et 1894, elle s’y fit relativement discrète – exception faite de « l’affaire Moussa Bey » en 1889. En effet, la nouvelle du rapt d’une jeune Arménienne de quatorze ans, Gulizar, par ce chef kurde en 1889, avait provoqué une émotion sans précédent au Royaume-Uni, au moment du retentissant procès qui se tint à Constantinople83. Certes, cet événement fut l’occasion pour les philarmènes britanniques, notamment de l’Anglo-Armenian Society et du Comité patriotique arménien, de solliciter le Premier ministre britannique, Salisbury, afin qu’il demande au sultan de rendre des comptes aux puissances européennes. Toutefois, l’intérêt retomba d’autant plus rapidement que ces cercles arménophiles furent systématiquement associés par leurs opposants aux révolutionnaires arméniens du parti hentchag qui venaient de s’installer à Londres. Or, depuis la création, en 1887, de ce parti social-démocrate d’influence marxiste par des étudiants arméniens à Genève, ils avaient fait de la « conscientisation », de l’armement de la paysannerie arménienne et de l’insurrection leurs mots d’ordre – ce qui inspirait la suspicion au Royaume-Uni, d’autant qu’un autre parti révolutionnaire arménien, le parti tachnag, venait d’être créé à Tiflis en 189084. Dans ces conditions, la cause arménienne redevint relativement confidentielle au Royaume-Uni jusqu’en novembre 1894.

Le « nouveau journalisme » au service de la cause arménienne (1894-1895)

34Du propre aveu de Gladstone en 1885, la Question arménienne n’arrivait pas à trouver de règlement pérenne, car au contraire des troubles dans d’anciens territoires ottomans des Balkans, elle ne menaçait pas aussi directement que la question bulgare le fragile équilibre européen. Ainsi, en dépit de sympathies personnelles de Gladstone et de Salisbury envers les Arméniens ottomans, la situation géographique de cette province, hors d’Europe, faisait que la question de leur sort demeurait un parent pauvre de la diplomatie britannique entre 1878 et 1894 au moins.

35Les rumeurs d’exactions à l’encontre de la communauté arménienne ottomane du Sassoun, révélées en novembre 1894 dans les pages du Daily News, furent alors reçues avec beaucoup de circonspection : les liens étroits entre le rédacteur-en-chef de ce quotidien libéral (Philip Clayden) et certains membres du Comité exécutif de l’Anglo-Armenian Society, rebaptisée en 1893 Anglo-Armenian Committee (Comité anglo-arménien, CAA), encourageaient les Turcophiles britanniques à soupçonner une tendance à l’exagération destinée à favoriser les revendications arméniennes. Notons que la même incrédulité s’était d’ailleurs fait sentir en 1876 au moment de la révélation des « atrocités bulgares », au point que le Premier ministre Disraeli avançait qu’elles avaient été grossies par l’opposition libérale à des fins électoralistes.

  • 85 « The Massacres in Armenia », The Daily News, 5 décembre 1894, p. 5.
  • 86 « The Alleged Armenian Atrocities », The Birmingham Daily Post, 10 janvier 1895, p. 5.
  • 87 « Occasional Notes », The Pall Mall Gazette, 10 janvier 1895, p. 2.

36La confirmation par l’agence Reuters, au début du mois de décembre 1894, des massacres collectifs, viols et autres incendies dévoilés quelques semaines auparavant par le correspondant du Daily News, Franck Scudamore, n’y changea rien85. Les doutes concernant la véracité des récits de massacres s’amplifièrent quand, en janvier 1895, plusieurs journaux reprirent un entretien d’un correspondant de Reuters avec un certain Señor Ximenes, un Espagnol qui résidait dans le vilayet de Bitlis au moment des massacres et qui estimait que ces récits étaient « non seulement exagérés, mais également faux dans les moindres détails86 ». Le nouveau rédacteur en chef de la Pall Mall Gazette, le député conservateur Henry Cust, commentait même qu’il n’y avait aucune raison de mettre en doute l’honnêteté de ce témoignage, puisque Ximenes était « européen » et probablement « chrétien »87.

  • 88 W. T. Stead, 1886, « Government by Journalism », p. 67.

37La tentative de jeter le discrédit sur l’étendue des massacres était insupportable pour deux journalistes-reporters, Frank Scudamore du Daily News et Emile Dillon du Daily Telegraph, ainsi que pour William T. Stead, ancien rédacteur en chef de la Pall Mall Gazette, qui, suite à un désaccord avec la direction du quotidien, avait décidé de fonder la Review of Reviews en 1890. Dans les mois qui suivirent, tous trois s’employèrent à montrer que ces récits de massacres qualifiés de « sensationnels » par Ximenes étaient peut-être extraordinaires, mais en aucune sorte fantaisistes. Animés par le désir de faire toute la lumière sur la situation en Arménie ottomane et de sensibiliser le public britannique au caractère chronique des exactions subies par les Arméniens ottomans, plus particulièrement lorsqu’ils étaient de confession grégorienne, Scudamore, Dillon et Stead signaient des articles que leurs détracteurs dénonçaient comme sensationnalistes. Trait du « nouveau journalisme », ce sensationnalisme était pour eux « justifiable dans la mesure où il [était] impératif d’attirer l’œil du public et de l’obliger à admettre la nécessité d’agir88 ».

  • 89 E. Ashmead-Bartlett, « Letter to the Editor: The “Daily Telegraph” and Armenia », The Pall Mall Gaz (...)
  • 90 Claire Mouradian (in G. Meyrier, 2010, p. 54) fait remarquer que la commission d’enquête s’était ré (...)
  • 91 Cette différence dans les chiffres fut utilisée par les plus sceptiques pour dénoncer les articles (...)
  • 92  « The Massacre at Erzeroum », The Graphic, 7 décembre 1895, p. 725.
  • 93 R. Barthes, 2008, p. 138.
  • 94 « London Correspondence », The Freeman’s Journal, 12 décembre 1895, p. 5.

38Bien que contesté dans sa démarche – et accusé de ne s’être jamais rendu sur place par le député turcophile et conservateur Ellis Ashmead-Bartlett89 –, Dillon livra un reportage poignant intitulé « The Truth about Armenia » qui donna lieu à neuf articles publiés dans le quotidien conservateur le Daily Telegraph entre le 27 février et le 23 mai 1895. Le fait que ses conclusions furent globalement corroborées par la commission internationale chargée d’enquêter sur la première vague d’exactions90 – à l’exception du nombre de victimes, estimé à 265, contre 8 000 chez Dillon – fit sortir la Question arménienne de l’ombre et ce, même si l’écart entre les chiffres fut ensuite ardemment débattu91. En effet, Dillon avait réussi à devancer les résultats de cette enquête, qui furent communiqués en août 1895, soit près d’un an après sa commande par la France, le Royaume-Uni et la Russie. Mais c’est le reportage publié dans le quotidien illustré le Graphic du 7 décembre 1895 qui contribua définitivement à faire connaître le sort des Arméniens ottomans du plus grand nombre des Britanniques. « À partir de photographies » qui auraient été prises trois jours après le principal massacre de la deuxième vague – celui d’Erzeroum du 30 octobre 1895 –, le correspondant anonyme du Graphic entendait révéler la vérité des « résultats [immédiats] des massacres92 » en donnant une « copie du réel passé93 ». Le Graphic insistait alors sur le fait qu’aucun retour à la vie normale n’était possible pour la communauté arménienne après les massacres et suggérait même que les Arméniens ottomans étaient en voie d’extinction. En plus d’une exposition des clichés dans la vitrine des bureaux du Graphic située dans l’East End londonien, le reportage connut une large diffusion dans les quotidiens à travers le pays. Il fit par exemple écrire au rédacteur en chef d’un journal nationaliste irlandais, le Freeman’s Journal, que personne ne pouvait regarder ces images « sans ressentir un frisson94 ».

39À l’aube de la troisième vague de massacres d’août-septembre 1896, la Question arménienne était désormais largement médiatisée au Royaume-Uni. Indéniablement, le tournant « sensationnaliste » dans sa représentation influença, voire structura le mouvement extraparlementaire que certains politiques et ecclésiastiques avaient mis en place à compter de l’automne 1894.

L’orchestration du mouvement extraparlementaire philarmène au Royaume-Uni

40En dépit de similarités, ce mouvement en faveur des Arméniens ottomans au Royaume-Uni diverge de celui mis en place en 1876 au moment des atrocités bulgares : par sa longueur, par son intensité et par une coordination très organisée que nous révèle la consultation des articles de journaux (en particulier le Daily Telegraph et les quotidiens libéraux le Daily News et le Daily Chronicle), des archives privées de Gladstone, Salisbury, MacColl et des registres de correspondances du Foreign Office déjà évoqués. La mise en regard de ces différentes sources nous montre que les mobilisations philarmènes britanniques en réponse aux « massacres hamidiens » se sont déroulées en trois temps.

  • 95 The Anglo-Armenian Association Committee, « Letter to the Editor: Disturbed Armenia », The Times, 1 (...)
  • 96 « Mr. Gladstone and the Armenians », The Sheffield and Rotherham Independent, 26 mars 1895, p. 6.
  • 97 « Occasional Notes », The Pall Mall Gazette, 26 mars 1895, p. 5.
  • 98 J. P. Rossi, 1978, p. 37.

41La phase initiale débuta avec les premières réactions britanniques aux « massacres arméniens » (le 23 novembre 1894) et prit fin avec la nomination de Salisbury au poste de Premier ministre le 2 juillet 1895. Le Foreign Office reçut alors environ huit cents courriers de protestation. Ces derniers firent notamment suite à la publication du reportage d’Emile Dillon dans les pages du Daily Telegraph à partir du mois de février 1895. Durant cette période, il s’agissait, pour le Comité anglo-arménien, de sensibiliser la population britannique aux conditions de vie des chrétiens d’Arménie ottomane et de pousser le gouvernement britannique à agir95. « Truth about Armenia » constituait une occasion inespérée pour le CAA. En effet, à l’hiver 1894-1895, ses membres, Malcolm MacColl en tête, avaient multiplié les démarches auprès du Premier ministre libéral, le comte de Rosebery, et son ministre des Affaires étrangères, Lord Kimberley, pour tenter de faire appliquer l’article 61 du Traité de Berlin. Cela resta vain, tout autant d’ailleurs que leur tentative de générer un élan populaire autour de la Question arménienne96. Forts de leur expérience au sein de l’Eastern Question Association – qui avait été créée en 1876 pour tenir informés les Britanniques de la crise orientale et infléchir la politique de Disraeli en la matière –, plusieurs membres du CAA savaient qu’un leader charismatique leur faisait défaut. Comme en 1876, ils espéraient que Gladstone, qui s’était retiré de la scène politique au printemps 1894, l’incarnerait. Dès la révélation des massacres dans le Sassoun, MacColl relaya ce souhait auprès du Grand Old Man… sans succès. Gladstone, alors âgé de 86 ans et presque aveugle, ne souhaitait pas mettre en difficulté son successeur, Rosebery, qui avait, après tout, œuvré avec la France et la Russie pour commander l’enquête officielle sur les massacres de l’automne 1894. Mais le refus opiniâtre de Rosebery et de Kimberley de prolonger le grand combat libéral en faveur des chrétiens ottomans le persuada finalement de donner sa caution aux actions du CAA. D’ailleurs, ce comité profita de l’onde de choc causée par les articles de Dillon pour faire pression sur le gouvernement à partir de la fin mars 1895 en multipliant les réunions d’information à travers le pays et en utilisant leurs liens privilégiés avec le Daily News, par le biais de Clayden, pour faire campagne. Officiellement, toutes ces actions, comme la convention nationale du 7 mai 1895 convoquée à Londres par le CAA, n’avaient pour autres buts que de soutenir le gouvernement britannique et de lui rappeler son devoir envers les chrétiens d’Arménie97. La création d’une autre structure, The Grosvenor House Committee, sous l’égide de MacColl et du duc de Westminster (Hugh Lupus Governor) au sortir de cette manifestation ne dupa néanmoins personne : s’engageait une campagne anti-Rosebery féroce, menée par les instigateurs du mouvement d’agitation en faveur des chrétiens ottomans de Bulgarie en 1876. Avec la perspective du retour de Gladstone en tant que porte-parole d’un moralisme chrétien qui avait fait les heures de gloire du parti libéral dans les années 187098, ces derniers en oubliaient leurs divisions sur la question du home rule irlandais, projet qui visait à octroyer une certaine autonomie à l’Irlande, tout en la maintenant dans le giron britannique. Ainsi, ils n’hésitaient pas à soutenir le chef de l’opposition conservatrice, le marquis de Salisbury, dans la campagne électorale de l’été 1895 : en raison de sa position sur la crise orientale de 1876, lui seul leur semblait digne de diriger la nation. La stratégie du CAA donna non seulement lieu à une augmentation du nombre de pétitions au Foreign Office à compter de la publication du reportage de Dillon en mars 1895, mais elle semble avoir également joué un rôle dans la victoire des conservateurs aux élections législatives du début de juillet 1895.

  • 99 « Mr. Gladstone and the Armenians », The Times, 7 août 1895, p. 7; House of Lords Hansard archives, (...)
  • 100 MacColl demeura un libéral toute sa vie, mais à plusieurs moments-clés, servit d’intermédiaire auto (...)
  • 101 Cf. la lettre de MacColl à Salisbury, du 14 septembre 1896, in G. W. E. Russell, 1914, p. 158-159.
  • 102 « Lord Salisbury at the Guildhall », The Leeds Mercury, 10 novembre 1896, p. 5.
  • 103 J. A. S. Grenville, 1970, p. 79-80.
  • 104 House of Lords Hansard archives, Débat à la Chambre des Lords, 19 janvier 1897, vol. 45, col. 29.

42Le retour de Salisbury au pouvoir coïncidait ainsi avec le début d’une nouvelle ère, celle de l’union nationale derrière le Premier ministre conservateur, réclamée par MacColl, au nom du Comité de Grosvenor House. Cette phase s’étala du 3 juillet 1895 à la fin du mois d’août 1896 et correspondit à l’envoi d’environ 550 pétitions et lettres au Foreign Office, la plupart prodiguant des encouragements au Premier ministre dans sa difficile tâche de trouver, en partenariat avec les autres puissances européennes, une solution sinon à la Question d’Orient, au moins à la Question arménienne. Même s’il n’allait pas jusqu’à créditer officiellement Salisbury de son soutien dans le règlement de la Question arménienne, comme Gladstone le fit dans un discours à Chester prononcé le 2 août 1895, Rosebery devait finalement déclarer le 15 août 1895, non sans ironie, que « le sujet de l’Arménie […] [était] en dehors de toute considération partisane »99. La campagne à l’encontre de ce dernier, orchestrée par MacColl, se poursuivit néanmoins dans la presse libérale et en particulier dans les pages du quotidien radical Daily Chronicle100. À cette période, le chanoine voulait insinuer dans l’esprit de la nation que Salisbury était empêché par la politique de son prédécesseur sur la Question arménienne et que, sans son soutien inconditionnel, il ne parviendrait pas à convaincre la Russie et la France de faire pression sur le sultan pour que les réformes soient enfin appliquées101. Bien conscient de l’extrême délicatesse de la situation diplomatique, Salisbury souhaitait se distancier du mouvement de dénonciation des massacres que Malcolm MacColl essayait d’utiliser en sa faveur. Non seulement le Premier ministre se méfiait de la vox populi, mais surtout il croyait toujours en la diplomatie secrète, celle de ses Accords méditerranéens de 1887, plutôt qu’en celle du Concert européen – et ce même s’il savait que toute action unilatérale contre l’Empire ottoman, fût-ce pour venir en aide aux chrétiens ottomans, représentait un casus belli vis-à-vis des signataires des traités de 1856 et de 1878102. Celui qu’Andrew Roberts appellerait « le titan victorien » ne pouvait ainsi porter qu’une confiance désabusée en cette diplomatie européenne héritée du Congrès de Vienne de 1814-1815 – confiance que les tensions croissantes entre les membres de la Triplice d’une part (l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie) et la Russie et la France d’autre part, achevèrent de déliter. Le refus du tsar, lors de sa venue en Écosse en septembre 1896, de poursuivre l’œuvre engagée par son pays, aux côtés de la France et du Royaume-Uni, au moment de l’enquête officielle publiée un an plus tôt, paracheva le sentiment de Salisbury. Et ce d’autant plus que Nicolas II refusait toute ingérence britannique dans cette zone, au motif que l’Empire ottoman représentait l’arrière-cour de son empire103. Cette impasse diplomatique se trouvait renforcée par la rivalité coloniale avec la France en Afrique et celle avec la Russie en Asie centrale, mieux connue sous le nom du Grand Jeu. Mais surtout, elle conduisait Salisbury à la plus grande prudence envers MacColl et ses velléités d’orchestrer le mouvement d’agitation. Il savait que ce dernier avait défait Rosebery et qu’un sort similaire pouvait l’attendre, au vu de son impuissance dans le dossier arménien. Ainsi, le « titan victorien » garda ses distances avec MacColl. Cela lui donnait une marge pour faire des commentaires partisans à l’encontre de Rosebery, mais aussi de Gladstone – notamment quand il lui reprochait d’avoir « défendu le mauvais cheval [c’est-à-dire l’Empire ottoman] » au moment de la guerre de Crimée104. Gladstone, tout comme Argyll, tenait en effet son intérêt pour la Question d’Orient de son appartenance au gouvernement de Palmerston qui, au moment du traité de Paris de 1856 mettant fin à ce conflit, avait exprimé son engagement envers la défense des chrétiens ottomans. Le traité insistait dans le même temps sur la nécessité de préserver l’intégrité de l’Empire ottoman.

  • 105 MacColl à Salisbury, le 12 septembre 1896, in G. W. E. Russell, 1914, p. 151.
  • 106 Ibid.
  • 107 « It may become necessary to distinguish […] », The Scotsman, 18 septembre 1896, p. 4.
  • 108 G. W. E. Russell, 1897, p. 21.

43Attisée par le reportage du Graphic de décembre 1895, l’impatience des non-conformistes face à la politique salisburienne dans le cadre de la Question d’Orient atteignit son paroxysme au début du mois de septembre 1896, à la suite de la perpétration de nouveaux massacres – d’abord à Constantinople, dans la foulée de la prise de la Banque ottomane par des militants du parti révolutionnaire tachnag, puis à Amassia, Mouch et Ourfa, entre autres. MacColl s’inquiéta alors de voir l’élan de mobilisation en faveur des Arméniens lui échapper. Dans une lettre à Salisbury datée du 12 septembre 1896, il lui confiait d’ailleurs qu’il n’était plus temps de se poser « la question [de savoir s’il fallait des rassemblements ou non], [mais qu’]il s’agi[ssai]t de les orchestrer105 ». Il ajoutait : « Il y a trois semaines, je pensais que la nation avait sombré dans la torpeur de laquelle les nouvelles concernant les horreurs en Turquie semblaient incapables de la tirer. Aujourd’hui, la situation a changé et l’indignation du peuple doit pouvoir s’exprimer. Cela me ravit, car je pense qu’elle peut être contenue dans des bornes raisonnables.106 » MacColl manquait néanmoins de clairvoyance. Les registres de correspondance FO 566/1004 et FO 566/1005 nous indiquent qu’à la suite de cette troisième vague de massacres, 2 358 pétitions parvinrent au Foreign Office, dont 1 836 (celles contenues dans FO 566/1005) étaient particulièrement critiques à l’endroit du cabinet Salisbury et de tous ceux qui l’avaient soutenu. C’était le cas en particulier des pétitions émises par les non-conformistes impliqués au sein du Comité anglo-arménien, qui dès janvier 1896, s’étaient progressivement démarqués du discours d’union nationale porté par MacColl. En septembre 1896, ces Églises non-conformistes furent à l’origine de près de 61 % des pétitions répertoriées dans FO 566/1005. Deux autres groupes affirmèrent leur opposition, à la fois à la gestion par Salisbury de la Question arménienne et à l’orchestration du mouvement de protestation par MacColl : ces détracteurs étaient les proches de l’ancien Premier ministre Rosebery et les Liberal Forwards du député libéral George William E. Russell. Tandis que Charles A. Cooper, rédacteur en chef du Scotsman, officiait pour Rosebery en montrant que la campagne menée contre lui par MacColl avait finalement été contre-productive puisqu’elle révélait, en réalité, l’impuissance du gouvernement en place107, Russell blâmait le chanoine anglican de n’avoir pas fait du mouvement de protestation une question partisane108.

  • 109 The Information (Armenia) Bureau publie régulièrement des feuillets à propos de la situation et off (...)
  • 110 J. Guinness Rogers, 1897, p. 26.
  • 111 « The Armenian Question: Great Meeting in St James’s Hall », The Times, 20 octobre 1896, p. 4.

44Face à l’émoi national, MacColl essaya de sensibiliser Salisbury à l’urgence d’agir s’il ne voulait pas perdre la confiance des électeurs et organisa une nouvelle convention nationale au St James’s Hall le 19 octobre 1896, dans l’espoir de réunir la nation. À l’instar des nombreux non-conformistes qui se languissaient de la situation en Arménie ottomane, le baptiste John Clifford, le wesleyen J. Agar Beet et le congrégationaliste James Guinness Rogers avertissaient qu’ils s’attendaient à ce que le gouvernement conservateur prît enfin des mesures. La même impatience et la même vigilance animaient l’Information (Armenia) Bureau, une petite association qui avait été créée au mois de février 1896 autour de l’évêque de Rochester (Edward S. Talbot), en marge d Comité anglo-arménien et du Grosvenor House Committee – mais avec le soutien de nombreux non-conformistes –, et qui visait à informer le public et les organisateurs de rassemblements sur la situation en Arménie, ainsi qu’à leur rappeler les devoirs du Royaume-Uni à l’égard des chrétiens d’Arménie109. Toutes ces initiatives traduisaient la volonté de ces hommes d’Église, très souvent libéraux en politique, d’indiquer au Premier ministre conservateur que la confiance qu’ils lui faisaient n’était pas aveugle et qu’ils le soutenaient simplement parce qu’ils avaient le sentiment qu’il fallait donner une chance à « l’homme qui [était] à la barre110 » d’enfin montrer ce dont il était capable. Ainsi, en dépit d’une tribune reflétant différentes positions arménophiles – y compris certaines, sévères contre Salisbury –, la Question d’Orient qui avait fédéré les libéraux en 1876 s’avérait désormais, plus que jamais, source de divisions pour un parti éclaté111. L’ouverture d’une nouvelle crise orientale – cette fois-ci crétoise, dès l’hiver 1896 – paracheva cette implosion et marqua aussi un net déclin du mouvement d’agitation.

*

  • 112 L’engagement féminin au Royaume-Uni sur la Question arménienne a impliqué des sections féminines du (...)
  • 113 Sur la France, « nation emblématique de l’abandon des Arméniens », voir V. Duclert, 2015, p. 42.

45Cet article a tenté de démontrer que le mouvement arménophile britannique au moment des « massacres hamidiens » a trop longtemps souffert d’un manque d’intérêt de la part des historiens. En cause essentiellement, les aléas archivistiques concernant les pétitions reçues au Foreign Office et au Parlement entre 1894 et 1896. S’il est difficile de savoir dans quelle mesure Salisbury, Lansdowne et d’autres acteurs importants de la période comme Sanderson ont tenté d’infléchir l’écriture de cette histoire, l’analyse des registres de correspondance FO 566/1001, 1004 et 1005, ainsi que des archives parlementaires, nous révèle que ce mouvement, nourri, a constitué un tournant au Royaume-Uni. Certes, les mobilisations des années 1894-1896 ont bien confirmé un certain nombre de traits déjà esquissés en 1876, à savoir que la spontanéité des protestations n’était qu’illusoire et que la cause des chrétiens ottomans, présentée comme étrangère à toute considération partisane, demeurait avant tout un combat pour les libéraux. Toutefois, le relatif échec de MacColl à façonner ce mouvement est celui d’un faiseur d’opinion, qui s’illusionnait sur sa capacité et sur celle de lobbys (le Grosvenor House Committee et avec lui, le Comité anglo-arménien) à gagner l’assentiment de tout un peuple, fût-ce pour une cause noble. D’ailleurs, bien que peu nombreuses (environ 200 sur 4 923), les pétitions émanant de sections féminines d’associations libérales locales ou d’associations ouvrières indépendantes entre 1894 et 1896 sont le symptôme de sujets qui, privés du droit de vote aux élections législatives, tentaient tout de même d’exprimer leur point de vue sur une question de politique étrangère – traditionnellement la prérogative des élites112. En mars 1897, l’envoi de 78 protestations individuelles au Foreign Office (sur un total de 527) témoigne précisément d’un phénomène grandissant d’individuation au sein d’une action plus collective, qui demandait expressément au gouvernement britannique de ne pas s’engager dans une guerre contre la Grèce. Russell et Stead l’encourageaient, avec un sens de responsabilisation, invitant chacun à prendre part à la construction d’une histoire nationale. L’absence de résultats concrets, face aux intérêts divergents des puissances européennes, et le décès de grandes figures associées à ce combat pour les chrétiens ottomans – Gladstone mourut en 1898, Westminster en 1899, Argyll en 1900, et même Salisbury en 1903 – contribuèrent très certainement à ce qu’après 1897, la Question arménienne retombe dans les limbes au Royaume-Uni. Rien n’était pourtant réglé. Le quasi-silence historiographique qui entoure ce mouvement s’explique justement par l’aspect fugace – en surface – de cet émoi collectif, aujourd’hui presque complètement oublié – hormis par ceux qui en ont hérité la mémoire. L’Armenian Genocide Centenary Commemoration Committee, qui dénonce l’abandon des Arméniens par le Royaume-Uni à compter du 19e siècle, est un exemple révélateur de ce hiatus entre histoire et mémoire113.

Haut de page

Bibliographie

Armenian Genocide Centenary Commemoration Committee, « The Armenian Genocide: A Plea for Justice. An Information Booklet on the Facts Pertaining to the Genocide », http://agccc.org.uk/wp-content/uploads/2015/04/info_booklet.pdf (consulté le 10 avril 2016).

Barthes Roland, La Chambre claire : note sur la photographie, Paris : Gallimard, Le Seuil, 2008 [1980].

Bebbington David W., The Non-Conformist Conscience : Chapel and Politics, 1870-1914, Londres : Allen & Unwin, 1982.

Bozarslan Hamit, Duclert Vincent et Kévorkian Raymond H., Comprendre le génocide des Arméniens. 1915 à nos jours, Paris : Tallandier, 2015.

Brown Stewart J., Providence and Empire : Religion, Politics and Society in the United Kingdom, 1815-1914, Édimbourg : Pearson Education Ltd., 2008.

Brunswick Benoît, Le Traité de Berlin, annoté et commenté, Paris : Plon, 1878.

Carr Vanessa, « The Public Record Office, The National Archives and the historian », Making History, 2008, http://www.history.ac.uk/makinghistory/resources/articles/PRO_TNA.html#f9 (consulté le 5 juin 2016).

Cerutti Mauro, Fayet Jean-François et Porret Michel (éd.), Penser l’archive, Lausanne : Antipodes, 2006.

Dackombe Barry P., « Single-Issue Extra- Parliamentary Groups and Liberal Internationalism, 1899-1920 », thèse de doctorat, The Open University (UK), 2007.

Dawson William H. « Book V, Chapter III : Imperial Policy in the Old and the New World, 1885-1899 », in A. W. Ward et G.P. Gooch (eds.), The Cambridge History of British Foreign Policy, vol. 3: 1866-1919, Cambridge: Cambridge University Press, 1923, p. 187-262.

De Waal Thomas, « The G-Word: The Armenian Massacre and the Politics of Genocide », Foreign Affairs, janvier-février 2015, https://www.foreignaffairs.com/articles/united-states/g-word (consulté le 18 octobre 2015).

Delmas Jean-Loup, « L’élargissement de la notion de source », in François Bédarida (dir.), L’Histoire et le métier d’historien en France, 1945-1995, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995, p. 111-117.

Derrida Jacques, Mal d’archive, Paris : Galilée, 1995.

Douglas Roy, « Britain and the Armenian Question, 1894-7 », The Historical Journal, vol. 19, no 1, 1976, p. 113-133.

Drayton Richard, « Britain’s Secret Archive of Decolonisation », History Workshop Online, billet du 19 avril 2012, http://www.historyworkshop.org.uk/britains-secret-archive-of-decolonisation/ (consulté le 15 mai 2016).

Duclert Vincent, La France face au génocide des Arméniens, Paris : Fayard, 2015.

Duroselle Jean-Baptiste, « L’élaboration de la politique étrangère française », Revue française de science politique, vol. 6, n3, 1956. p. 508-524.

Engleken-Jorge Marcos, « The Epistemic Value of Public Opinion : Theoretical and Practical Considerations », Critical Horizons, vol. 16 , n3, 2015, p. 264-279.

George Joan, Merchants in Exile: The Armenians in Manchester, England, 1835-1935, Princeton, Londres : Gomidas Institute, 2002.

Georgeon François, Abdülhamid II : Le sultan calife (1876-1909), Paris : Fayard, 2003.

Gill Rebecca, Calculating Compassion: Humanity and Relief in War, 1870-1914, Manchester : Manchester University Press, 2013.

Grenville John A. S., Lord Salisbury and Foreign Policy: the Close of the Nineteenth Century, Londres : Athlone Press, 1970 [1964].

Guinness Rogers James, « The Liberal Leadership », The Nineteenth Century, vol. 41, no 239, janvier 1897, p. 17-27.

Hesketh Ian, The Science of History in Victorian Britain: Making the Past Speak, Londres, New York : Routledge, 2016 [2011].

House of Commons Information Office, « Public petitions - Factsheet P7 Procedure Series », Parliament, 2010, https://www.parliament.uk/documents/commons-information-office/P07.pdf (consulté le 15 avril 2016).

Jablonka Ivan, « 1915 : le génocide des Arméniens. Entretien avec Vincent Duclert », La Vie des idées, 24 avril 2015, http://www.laviedesidees.fr/1915-le-genocide-des-Armeniens.html.

Johnson Robert, British Imperialism, Houndmills, Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2003.

Jones Ray, The Nineteenth Century Foreign Office : An Administrative History, Londres : London School of Economics, 1971.

Kévorkian Raymond, Le génocide des Arméniens, Paris : Odile Jacob, 2006.

Kirakossian Arman J., The Armenian Massacres 1894-1896: British Media Testimony, Dearborn : The Armenian Research Centre, University of Michigan, 2008.

Laycock Jo, Imagining Armenia : Orientalism, Ambiguity and Intervention, Manchester : Manchester University Press, 2009.

Marsh Peter, « Lord Salisbury and the Ottoman Massacres », The Journal of British Studies, vol. 11, n2, mai 1972, p. 63-83.

Matthew H. C. G., « MacColl, Malcolm (1831-1907)  », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford: Oxford University Press, http://www.oxforddnb.com/view/article/34688 (consulté le 23 octobre 2016).

Meyrier Gustave, Les massacres de Diarbékir : correspondance diplomatique du vice-consul de France, 1894-1896, éd. Claire Mouradian et Michel Durand-Meyrier, Paris : L’Inventaire, 2000.

Miller Henry, « Popular Petitioning and the Corn Laws, 1833-46 », English Historical Review, vol. 127, n527, août 2012, p. 882-919.

Milza Pierre, « Opinion publique et politique étrangère », in École française de Rome, Opinion publique et politique extérieure en Europe. I. 1870-1915. Actes du colloque de Rome (13 au 16 février 1980), Rome : École française de Rome, 1981, p. 663-687.

Mouradian Claire (dir.), Arménie, une passion française : Le mouvement arménophile en France (1878-1923), Paris : Magellan & Cie, 2007.

Mouradian Claire, L’Arménie, Paris : Presses universitaires de France, 2009 [1995].

Muller Bertrand, « Des archives en mutation et du vertige de l’historien. Remarques historiographiques », Études et sources, no 27, décembre 2001, p. 49-63.

Newton Thomas W. L., Lord Lansdowne: A Biography, Londres : Macmillan & Co., 1929.

Nilson Keith et Otte Thomas, The Permanent Under-Secretary for Foreign Affairs, 1854-1946, New York, Londres : Routledge, 2008.

Otte Thomas G., The Foreign Office Mind: The Making of British Foreign Policy, 1865–1914, Cambridge : Cambridge University Press, 2011.

Perkins James A., « British Liberalism and the Balkans », thèse de doctorat, Birkbeck College, Université de Londres, 2014.

Pomian Krzysztof, « Les archives. Du Trésor des chartes au Caran », in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, vol. 3, Paris : Gallimard, 1997, p. 3999-4067.

Prévost Stéphanie, « New perspectives on the Eastern Question(s) in Late-Victorian Britain, Or How “the Eastern Question” Affected British Politics (1881-1901) », in Catherine Delmas et Isabelle Gadoin (éd.), Représentations : « Naming, Labelling and Addressing », Grenoble : Université de Grenoble, 2015, p. 91-112.

Prévost Stéphanie, « Les “abominations ottomanes” dans le discours libéral féminin au Royaume-Uni (1875-1896) : de la dénonciation au militantisme féministe », Genre & Histoire no 14, printemps 2014,.

Prévost Stéphanie, « W. T. Stead and the Eastern Question ; Or How to Rouse England and Why ? », 19: Interdisciplinary Studies in the Long Nineteenth Century [En ligne], no 16, 2013, http://www.19.bbk.ac.uk/index.php/19/article/view/654

Prévost Stéphanie, La Question d’Orient dans la culture politique britannique : Réception et influences (1875-1898), thèse de doctorat, Université de Tours, 2010.

Ricœur Paul, La Mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris : Seuil, 2000.

Roberts Andrew, Salisbury: Victorian Titan, Londres : Phoenix, 2000.

Rossi John P., « The Transformation of the British Liberal Party: A Study of the Tactics of the Liberal Opposition, 1874-1880 », Transactions of the American Philosophical Society, vol. 68, no 8, 1978.

Russell George W. E.  (éd.), Malcolm MacColl : Memoirs and Correspondence, Londres : Smith, Elder & Co., 1914.

Russell George W. E., « Armenia and the Liberal Forward Movement », The Nineteenth Century, vol. 71, janvier 1897.

Saab Ann P., Reluctant Icon: Gladstone, Bulgaria and the Working Classes, 1856-1878, Cambridge (Massachusetts) : Harvard University Press, 1991.

Salt Jeremy, Imperialism, Evangelism and the Ottoman Armenians, 1878-1896, Londres : Franck Cass, 1993.

Sarafian Ara, « Introduction », in James Bryce et Arnold Toynbee, The Treatment of Armenians in the Ottoman Empire, 1915-1916, éd. Ara Sarafian, Londres : Gomidas Institute, 2005, P. vii-xxiii.

Shannon Richard T., Gladstone and the Bulgarian Agitation 1876, Londres : Thomas Nelson & Sons, Ltd., 1963.

Simsir Bilal N. (éd.), Documents diplomatiques ottomans : Affaires arméniennes, Ankara : Société turque d’histoire, 1999, vol. 3 (1895-1896) et vol. 4 (1896-1900).

Stead William T., « Government by Journalism », The Contemporary Review, vol. 49, mai 1886, p. 653-674.

Stead William T., Political Papers for the People, No. 1: The Haunting Horrors of Armenia, Londres : “Review of Reviews” Office, 1896.

Steele David, Lord Salisbury. A Political Biography, Londres : University College London Press, 1999.

Steiner Zara S., The Foreign Office and Foreign Policy, 1898-1914, Cambridge : Cambridge University Press, 1969.

Stubbs William, The Medieval Kingdoms of Cyprus and Armenia: Two Lectures Delivered on Oct. 26 and 29, 1878, Oxford : E. Pickard Hall, s. d. [1878 ?].

Ter Minassian Anahide, La Question arménienne, Rocquevaire : Parenthèses, 1983.

Thompson James, British Political Culture and the Idea of ‘Public Opinion’, Cambridge : Cambridge University Press, 2013.

Turner Elizabeth, « Catalogue of the papers of James, Viscount Bryce, 1826-1958 », http://www.bodley.ox.ac.uk/dept/scwmss/wmss/online/1500-1900/bryce/bryce.html (consulté le 20 octobre 2016).

Tusan Michelle, « Britain and the Middle East: New Historical Perspectives on the Eastern Question », History Compass, vol. 8, no 3, 2010, p. 212-222.

Vertanes Charles A., « Alice Stone Blackwell: A Symposium », Armenian Affairs: A Journal on Armenian Studies, vol. 2, no 1, 1950, p. 135-150.

Zarifian Julien, « The United States and the (Non-)Recognition of the Armenian Genocide », Études arméniennes contemporaines, no 1, 2013, p. 75-95.

Haut de page

Note de fin

2 Sur la naissance du terme « G-word », Thomas de Waal écrivait en 2015 dans la revue Foreign Affairs : « Au fil des ans, le débat s’est articulé autour d’un seul terme, celui de “génocide”. Il a acquis une telle force que certains se refusent à le prononcer ouvertement, lui préférant celui de G-Word. »

3 Pour comprendre le contexte de production du Livre bleu et son contenu, voir l’introduction critique de sa réédition par A. Sarafian, 2005.

4 Tout comme celle d’autres États, comme les États-Unis par exemple. Sur la position américaine, voir J. Zarifian, 2013.

5 Ian Black, 2015, « Britain Sidesteps Armenian Genocide Recognition a Century after Killings », The Guardian, 23 avril 2015.

6 Ealing Council, 2010, « Official Recognition of Armenian Genocide », 16 décembre 2010, https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/359527/FOI_ref_0298-14_Attachment_07.pdf (consulté le 15 mai 2016).

7 House of Commons Hansard archives, Débat à la chambre des Communes du 23 mars 2015, vol. 594, col. 1260.

8 P. Ricœur, 2000, p. 589.

9 A. Ter Minassian, 1983, p. 9.

10 F. Georgeon, 2003, p. 295.

11 I. Jablonka, 2015.

12  Voir par exemple Rouben Paul Adalian, « Hamidian (Armenian) Massacres », http://www.armenian-genocide.org/hamidian.html (consulté le 5 juin 2016). Voir aussi H. Bozarslan et al., 2015, p. 347.

13 S. Prévost, 2015, p. 96.

14 R. T. Shannon, 1963, p. 226.

15 R. Gill, 2013, p. 91.

16 House of Commons Hansard archives, Débat à la Chambre des Communes, 31 juillet 1876, vol. 231, col. 203.

17 S. Prévost, 2013, p. 14.

18 D’après Shannon, A. P. Saab explore plus avant l’idée que Gladstone rejoint tardivement le mouvement en faveur des chrétiens d’Orient dans son Reluctant Icon (1991). Sur la Question d’Orient comme cause fédératrice du parti libéral entre 1876 et 1880, voir J.-P. Rossi, 1978. Sur les intérêts commerciaux comme une des causes de la turcophilie au Royaume-Uni du 19e siècle, voir R. Johnson, 2003, p. 22.

19 Voir J. A. Perkins, 2014 et B. P. Dackombe, 2008.

20 R. Douglas, 1976, p. 113.

21 A. J. Kirakossian, 2008, p. 49 ; S. Prévost, 2013, p. 4.

22 J. Derrida, 1995, p. 7.

23 P. Ricœur, 2000, p. 181.

24 K. Pomian, 1997, p. 4007.

25 M. Cerutti et al., 2006, p. 8.

26 R. Douglas, 1976, p. 113 et p. 118-119.

27 W. H. Dawson, 1923, p. 231.

28 J. A. S. Grenville, 1970, p. 47.

29 J. Salt, 1993, p. 124.

30 D. Steele, 1999, p. 321.

31 D. Bebbington, 1982, p. 118-119 ; S. Brown, 2008, p. 264-265.

32 Dans le contexte britannique, le terme non-conformiste désigne des protestants qui ne sont pas de confession anglicane.

33 A. P. Saab, 1991, p. 2-3.

34 « The Old Crusaders », Punch, 18 mai 1895 ; A. P. Saab, 1991, p. 96-97.

35 M. Tusan, 2010, p. 218.

36 Sur ce point, voir J.-L. Delmas, 1995, p. 111-115.

37 J. Thompson, 2013, p. 133.

38 C. Mouradian, 2007.

39 R. T. Shannon, 1963, p. xvii.

40 P. Milza, 1981, p. 663.

41 M. Engelken-Jorge, 2015, p. 265.

42 J.-B. Duroselle, 1956, p. 509 ; P. Milza, 1981, p. 664.

43 M. Engelken-Jorge, 2015, p. 265 ; J. Thompson, 2013, p. 88. Pour notre étude, les éditions des années 1875-1900 des titres de presse ont systématiquement été consultées.

44 R. Drayton, 2012.

45 V. Carr, 2008, « The Public Record Office ».

46 Public Records Act 1958 (C. 51)1&2

47 R. Jones, 1971, p. 40, 52 et 78.

48 T. G. Otte, 2011, p. 193.

49 Z. S. Steiner, 1969, p. 214.

50 FO 366/760, Foreign Office Papers, National Archives, Kew, Londres, registre du Chief Clerk, secrétaire général du Foreign Office (1893-1904), entrée du 31 mars 1898, f. 240-242.

51 Ibid.

52 « Foreign and Commonwealth correspondence and records from 1782 », National Archives, http://www.nationalarchives.gov.uk/help-with-your-research/research-guides/foreign-commonwealth-correspondence-and-records-from-1782/#11-other-record-categories (consulté le 10 avril 2016).

53 Sur ce point, les décomptes qui ont été donnés (dans R. T. Shannon, 1963 et A. P. Saab, 1991 notamment) concordent.

54 House of Commons Information Office, 2010 ; H. Miller, 2012, p. 882-891.

55 HC/CL/JO/6/723, Reports of the Committees on Public Petitions, Houses of Parliament, Londres, annexe 1.

56 Voir B. Brunswick, 1878, article 61.

57 S. Prévost, 2010, p. 382-383.

58 Cabinet Papers (CAB Papers), Archives nationales, Kew, Londres, CAB 41/8/7, réunion du 23 mars 1877. 

59 Calcul réalisé à partir du volume HC/CL/JO/6/722 (archives parlementaires, Londres).

60 Décompte à partir des volumes HC/CL/JO/6/710, 722 et 733.

61 B. Muller, 2001, p. 51.

62 « History of the Public Records Office Act », National Archives, [n. d.], http://www.nationalarchives.gov.uk/information-management/legislation/public-records-act/history-of-pra/ (consulté le 10 avril 2016).

63 I. Hesketh, 2016, p. 3.

64 K. Nilson et T. Otte, 2008, p. 98.

65 FO 566/1005 (1896), Foreign Office Papers, Archives nationales, Kew, Londres, f. 37.

66 T. W. L. Newton, 1929, p. 190.

67 A. Roberts, 1999, p. 644-645.

68 Lettre de Sanderson à O’Conor du 30 septembre 1896, The Papers of Sir Nicholas and Lady (Minna) O’Conor, Churchill Archives Centre, Churchill College, Cambridge, OCON 6/1/6/2.

69 « Lord Salisbury at the Guildhall , The Leeds Mercury, 10 novembre 1896, p. 5

70 Lettre de Gladstone à Westminster, du 13 mars 1897, Gladstone Papers, British Library, Londres, Add MSS 44337, f. 409-412.

71 Candidat à Leeds et à Midlothian (en Écosse), Gladstone avait axé sa campagne contre la politique étrangère et impériale du gouvernement, notamment en Orient et en Afrique du Sud. Voir S. Prévost, 2010, p. 216 ; M. R. D. Foot, 1971.

72 T. G. Otte, 2011, p. 16.

73 T. W. L. Newton, 1929, p. 69.

74 Voir par exemple la lettre de Morel Bey à Tevfik Pacha du 5 décembre 1895, citée dans B. N. Simsir, 1999, vol. 3, p. 153.

75 Lettre de Mavroyeni Bey à Tevfik Pacha, 17 septembre 1896, in B. N. Simsir, 1999, vol. 4, p. 108.

76 Lettre de Sanderson à O’Conor, OCON 6/1/6/2.

77 « Lord Salisbury at the Guildhall , The Leeds Mercury, 10 novembre 1896, p. 5.

78 Joan George remarque que Papasian orthographiait son patronyme avec un « s » pour se distinguer des autres Papazian vivant au Royaume-Uni (2002, p. 51).

79 « Mr. Gladstone’s Manifesto , The Pall Mall Gazette, 18 septembre 1885, p. 12.

80 W. Stubbs, 1878, p. 52-53.

81 J. Laycock, 2009, p. 19.

82 W. Everett, « Report on the Population of Asia Minor and the Turkish Provinces to the Eastward », juin 1895, Cabinet Papers, CAB 37/38.

83 Voir sur ce point A. J. Kirakossian, 2008.

84 G. Meyrier, 2000, note 10, p. 41.

85 « The Massacres in Armenia », The Daily News, 5 décembre 1894, p. 5.

86 « The Alleged Armenian Atrocities », The Birmingham Daily Post, 10 janvier 1895, p. 5.

87 « Occasional Notes », The Pall Mall Gazette, 10 janvier 1895, p. 2.

88 W. T. Stead, 1886, « Government by Journalism », p. 67.

89 E. Ashmead-Bartlett, « Letter to the Editor: The “Daily Telegraph” and Armenia », The Pall Mall Gazette, 7 mars 1895, p. 5.

90 Claire Mouradian (in G. Meyrier, 2010, p. 54) fait remarquer que la commission d’enquête s’était réunie sous la pression des puissances européennes, notamment du Royaume-Uni, en raison d’une mobilisation publique.

91 Cette différence dans les chiffres fut utilisée par les plus sceptiques pour dénoncer les articles de Dillon comme de la propagande anti-ottomane. Pourtant, un tel écart doit être reconsidéré à la lumière d’un autre point de la conclusion du rapport officiel, où les enquêteurs précisent leurs difficultés pour obtenir des informations fiables, en raison des pressions des autorités ottomanes sur les témoins arméniens et du faible nombre de ces derniers. De l’aveu des enquêteurs eux-mêmes, le nombre qu’ils annoncent est probablement très largement inférieur à la réalité – réalité qu’il est encore aujourd’hui difficile de chiffrer précisément. Voir S. Prévost, 2010, p. 391.

92  « The Massacre at Erzeroum », The Graphic, 7 décembre 1895, p. 725.

93 R. Barthes, 2008, p. 138.

94 « London Correspondence », The Freeman’s Journal, 12 décembre 1895, p. 5.

95 The Anglo-Armenian Association Committee, « Letter to the Editor: Disturbed Armenia », The Times, 10 décembre 1894, p. 10.

96 « Mr. Gladstone and the Armenians », The Sheffield and Rotherham Independent, 26 mars 1895, p. 6.

97 « Occasional Notes », The Pall Mall Gazette, 26 mars 1895, p. 5.

98 J. P. Rossi, 1978, p. 37.

99 « Mr. Gladstone and the Armenians », The Times, 7 août 1895, p. 7; House of Lords Hansard archives, Débat à la Chambre des Lords, 15 août 1895, vol. 36, Rosebery, col. 31-32. À noter que les archives des partis libéral et conservateur ne conservent pas de trace de contact entre ces structures et les groupes de pression liés à la Question d’Orient.

100 MacColl demeura un libéral toute sa vie, mais à plusieurs moments-clés, servit d’intermédiaire autoproclamé entre Gladstone et Salisbury, quand ce dernier était au pouvoir. Pour plus d’éléments biographiques, voir H. C. G. Matthew, 2004.

101 Cf. la lettre de MacColl à Salisbury, du 14 septembre 1896, in G. W. E. Russell, 1914, p. 158-159.

102 « Lord Salisbury at the Guildhall », The Leeds Mercury, 10 novembre 1896, p. 5.

103 J. A. S. Grenville, 1970, p. 79-80.

104 House of Lords Hansard archives, Débat à la Chambre des Lords, 19 janvier 1897, vol. 45, col. 29.

105 MacColl à Salisbury, le 12 septembre 1896, in G. W. E. Russell, 1914, p. 151.

106 Ibid.

107 « It may become necessary to distinguish […] », The Scotsman, 18 septembre 1896, p. 4.

108 G. W. E. Russell, 1897, p. 21.

109 The Information (Armenia) Bureau publie régulièrement des feuillets à propos de la situation et offre des résumés des principaux discours sur l’Arménie. Plus tard en 1896, la structure est intégrée à une autre association qui a les mêmes objectifs et le même fonctionnement, l’International Association of the Friends of Armenia. Pour leurs archives, voir « Armenian Leaflets », London School of Economics, Coll. Misc. 0019.

110 J. Guinness Rogers, 1897, p. 26.

111 « The Armenian Question: Great Meeting in St James’s Hall », The Times, 20 octobre 1896, p. 4.

112 L’engagement féminin au Royaume-Uni sur la Question arménienne a impliqué des sections féminines du parti libéral, des ligues de tempérance, le Women’s Armenian Relief Fund et le Women’s Scottish Armenian Relief Fund. Pour plus d’informations, voir S. Prévost, 2014, en particulier note 16.

113 Sur la France, « nation emblématique de l’abandon des Arméniens », voir V. Duclert, 2015, p. 42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Prévost, « L’opinion publique britannique et la Question arménienne (1889-1896)
Quelles archives pour quel récit ?
 », Études arméniennes contemporaines, 8 | 2016, 51-90.

Référence électronique

Stéphanie Prévost, « L’opinion publique britannique et la Question arménienne (1889-1896)
Quelles archives pour quel récit ?
 », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 30 octobre 2017, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/eac/1170 ; DOI : 10.4000/eac.1170

Haut de page

Auteur

Stéphanie Prévost

Université Paris-Diderot, USPC, LARCA, UMR-8225

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • OpenEdition Journals