Navigation – Plan du site
Études

Les massacres arméniens de 1895 à Diyarbekir
à travers le témoignage du vice-consul Gustave Meyrier

The Armenian Massacres of 1895 in Diyarbekir through the Testimony of French Vice-Consul Gustave Meyrier
Giancarlo Casà
p. 91-118

Résumés

Cet article étudie les massacres « hamidiens » perpétrés entre 1894 et 1896 en Anatolie orientale dans une perspective micro-historique. La perpétration des ces violences dans la région de Diyarbekir (actuel Diyarbakır) est éclairée par un corpus d’archives diplomatiques et missionnaires, qui permettent de comprendre le rôle particulier des acteurs européens présents sur place au moment des faits.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les « massacres hamidiens » désignent les violences extrêmes commises contre la minorité arménienne (...)

1Au cours des dernières décennies, les études sur les violences de masses commises à l’encontre de minorités ethniques ou religieuses ont été approfondies sous des angles d’analyse de plus en plus diversifiés, c’est-à-dire non plus seulement d’un point de vue strictement historique mais en recourant à des méthodologies multidisciplinaires. Cette récente évolution laisse présager de nombreux renouvellements possibles de l’étude de ces violences, même lorsque celles-ci pouvaient sembler d’ores et déjà bien connues, comme la question arménienne à la fin du 19e siècle. C’est ce que suggère, en particulier, l’étude des massacres « hamidiens1 » perpétrés entre 1894 et 1896 en Anatolie orientale, dans la région de Diyarbekir (actuel Diyarbakır) et de son vilayet, dont la perpétration sur le terrain est éclairée dans cet article par un corpus d’archives diplomatiques et missionnaires. Ces documents, en plus de l’éclairage qu’ils apportent sur des événements rarement étudiés dans le détail, nous permettent aussi de comprendre le rôle particulier qu’ont pu y jouer les acteurs européens présents sur place au moment des faits.

  • 2 J. Jongerden et J. Verheij, 2012.
  • 3 R. Kévorkian et P. B. Paboudjian, 1992.
  • 4 J. Klein, 2011.
  • 5 Voir notamment les travaux menés par l’anthropologue Adnan Çelik sur les mémoires kurdes de l’exter (...)

2La bibliographie disponible sur l’histoire de cette région à la fin du 19e siècle fournit déjà une matière appréciable. L’étude pluridisciplinaire de Jongerden et Verheij2, donne une vision générale des conditions sociales, économiques et politiques existantes dans un vilayet caractérisé par son contexte multiethnique et multiconfessionnel, tout en exposant les réalités différentes connues par les communautés rurales et urbaines de la région. Cet ouvrage, et d’autres tels que la somme documentaire déjà ancienne produite par Kévorkian et Paboudjian sur les Arméniens dans l’Empire ottoman3, ou encore le travail plus récent de Janet Klein sur les milices tribales kurdes et les régiments hamidiye4, sont d’une grande utilité pour comprendre la complexité et les particularités du contexte local dans lequel évoluèrent les acteurs français présents sur le terrain au cours de ces années critiques. Le recours aux sciences sociales réserve encore certainement des possibilités d’avancées futures à la recherche sur la perpétration de ces violences, mais aussi sur leurs retentissements plus contemporains5. Avant d’aller plus loin, qu’il nous soit permis ici d’exposer dans ses grandes lignes le contexte historique des massacres hamidiens et de présenter la documentation à partir de laquelle nous proposons d’étudier la situation qui a prévalu dans le vilayet de Diyarbekir.

  • 6 Voir R. Mantran, 1989, chap. 12 (Paul Dumont) : « La période des Tanzimat (1839-1879) ».

3Après les soulèvements dans les Balkans en 1875-1876 (notamment l’insurrection bulgare d’avril 1876) et la guerre consécutive de 1877-1878 contre la Russie, l’Empire ottoman était dans une situation critique menaçant à la fois son unité territoriale et sa stabilité socio-économique. La propagation des idées nationalistes et les pressions de plus en plus fortes des puissances européennes, ainsi que les contradictions du long processus de réformes de l’ère dite des Tanzimat, avaient renforcé les tendances centrifuges à l’intérieur de l’empire6. L’Anatolie orientale, espace frontière et de confrontation militaire directe lors de la guerre de 1877-1878, était grandement déstabilisée. Les transformations démographiques brutales qui s’y étaient produites avaient eu de lourdes conséquences, en particulier pour les communautés chrétiennes.

4En 1878, le traité de San Stefano signé entre la Russie et l’Empire ottoman, puis le congrès de Berlin, avaient renforcé la perspective d’un démembrement des domaines du sultan – que beaucoup jugeaient alors inexorable. Parallèlement à l’émergence de la Question d’Orient dans les Balkans et à l’accroissement des tensions avec la Russie, la Sublime Porte avait aussi dû constater la naissance d’une question arménienne dans les provinces orientales de l’Anatolie. Avant le congrès de Berlin, le problème arménien – c’est-à-dire la question des réformes exigées par les Arméniens au bénéfice de leur sécurité et du respect de leurs propriétés face aux violences perpétrées par les tribus kurdes et circassiennes – avait généralement été considéré comme une affaire intérieure ottomane. Cependant, par l’article 61 du congrès de Berlin, la question avait acquis une dimension internationale, conduisant les puissances européennes à intervenir dans le processus de réforme des six vilayets orientaux où habitait la majorité de la population arménienne ottomane à la fin du 19e siècle. Déjà conditionnés par les pressions diplomatiques accrues des puissances européennes, les termes de la « question arménienne » furent considérablement modifiés après l’accession au trône du sultan Abdülhamid II (1876), par la mise en œuvre de politiques panislamistes et d’une sorte de colonisation de l’Anatolie orientale, avec l’installation de réfugiés musulmans originaires des Balkans et du Caucase, les muhacir.

  • 7 Les régiments de cavalerie hamidiye, composés essentiellement de Kurdes et, pour une part secondair (...)
  • 8 H.-L. Kieser, 2010, p. 43-60.
  • 9 Par exemple dans P. Quillard et L. Margery, 1897.

5La question foncière kurdo-arménienne, l’absence de réformes administratives susceptibles de résoudre le problème de la double taxation des paysans arméniens, et l’incurie de l’administration provinciale, furent d’autres facteurs des premiers cas de violences de masse commises contre les Arméniens dans les provinces orientales de l’Anatolie, avec la participation des régiments de cavalerie kurdes hamidiye7 et de l’armée ottomane8. Ces violences, désignées dans les publications et sources de l’époque sous les termes de « massacres » ou « atrocités »9, ne concernent toutefois pas uniquement l’élimination physique des victimes mais, plus largement, un ensemble d’actes d’agression et de déprédation ayant contribué à une profonde déstabilisation de la société arménienne locale.

  • 10 La mention officielle « provinces arméniennes » ou « six vilayets » fut utilisée lors du congrès de (...)
  • 11 D. Bloxham, 2007, p. 69.

6Après l’été 1894, date d’un premier massacre dans la région du Sassoun, les puissances européennes pressèrent le sultan de produire un projet de réformes pour l’ensemble des six vilayets orientaux, alors communément appelés « provinces arméniennes10 ». Un an plus tard, Abdülhamid II promulgua effectivement un projet de réformes, mais celui-ci n’eut d’autre conséquence directe, dans un premier temps, qu’une explosion de violences d’un niveau encore inégalé contre les chrétiens dans les provinces orientales11. Cet événement historique, que l’historiographie qualifie de « massacres hamidiens » peut être considéré comme une première tentative de « résolution » par la violence de la question arménienne.

  • 12 G. Meyrier, 2010.
  • 13 Dans V. Bérard, 1897.
  • 14 C. Mouradian in G. Meyrier, 2010, p. 35-36.
  • 15 C. Mouradian in G. Meyrier, 2010, p. 25.
  • 16 M. Bloch, 1995, p. 148-151.
  • 17 Notamment quand, comme dans le cas de Meyrier, elles exagèrent l’importance du facteur religieux et (...)

7Dans ce contexte de violences extrêmes et d’urgence humanitaire, la diplomatie européenne a joué un rôle très important, non seulement au niveau des relations internationales entre la Sublime Porte et les puissances européennes, mais aussi par l’intermédiaire des représentants de ces puissances sur le terrain. En effet, pendant que les chancelleries et les gouvernements européens cherchaient à instrumentaliser la question arménienne comme un moyen de pression sur l’Empire ottoman, les acteurs de la diplomatie européenne sur le terrain – ambassadeurs, mais aussi consuls et vice-consuls ou chargés d’affaires, sans parler des missionnaires – entreprenaient de nombreuses démarches et actions concrètes dans le but de protéger la population chrétienne ou de lui venir en aide. Ils se posaient parfois comme médiateurs entre la population victime, les autorités ottomanes et les notables locaux, prodiguant une assistance sanitaire et une aide économique pour la reconstruction des communautés détruites et de leurs lieux et moyens d’existence. Les témoignages écrits produits par les acteurs européens présents sur place au moment des massacres offrent un apport non négligeable pour l’étude de ces événements, à l’instar des archives diplomatiques britanniques (Kew) et françaises (Nantes), qui forment l’un des principaux corpus disponibles. La documentation britannique s’avère plus volumineuse que la française, bénéficiant du grand nombre de communications faites par des agents externes au corps diplomatique mais actifs sur le terrain au moment des faits. Toutefois, cette documentation, si elle présente l’avantage de couvrir un vaste territoire, reste surtout descriptive. À l’opposé, les archives diplomatiques françaises, moins nombreuses, ne recèlent pas uniquement des faits relevés au jour le jour par les agents du ministère des Affaires étrangères, mais aussi de véritables efforts d’analyse de leur part. Elles révèlent également l’investissement de certains de ces agents face à des événements dont ils ne furent pas toujours que des spectateurs passifs. C’est le cas en particulier pour les archives relatives à la province de Diyarbekir : leur production témoigne de l’activité d’une mission de représentation diplomatique – le consulat français de Diyarbekir – ayant assuré au cours de ces événements une fonction non seulement d’observation mais aussi d’intervention directe. Une partie de ces archives a déjà été publiée, notamment la correspondance du vice-consul Gustave Meyrier avec l’ambassade de France à Constantinople entre 1894 et 189612, dont nous commentons ici certains passages ainsi que des archives encore inédites. Comme le souligne Claire Mouradian, les rapports des diplomates français en poste dans l’Empire ottoman eurent un rôle important dans la sensibilisation de l’opinion publique française et européenne. Des extraits en furent publiés dans le Livre jaune du ministère français des Affaires étrangères, paru en 1897, ainsi que par Victor Bérard13 et dans la presse de l’époque, qui se fit l’écho de l’action du vice-consul Meyrier et de son épouse14. La question a été posée de savoir si les diplomates sont, en l’occurrence, « des témoins fiables pour l’historien »15 – question qui pourra d’ailleurs paraître vaine si l’on songe au constat déjà ancien selon lequel « il n’y a pas de bon témoin »16. Quelles que puissent être les limites de ces sources et les réserves émises à leur égard17, les témoignages apportés dans le vilayet de Diyarbekir entre 1894 et 1897 par le vice-consul de France sont très importants pour la reconstitution du déroulement des violences dans un contexte complexe marqué par la place des tribus kurdes dans la vie économique et politique de la province. Ils donnent aussi à voir les modes opératoires de la diplomatie française de l’époque dans des situations extrêmes telles que les violences de masse perpétrées sur une aussi grande échelle. Ils montrent en effet comment, dans un contexte très instable et en dépit de grandes difficultés logistiques et matérielles, le vice-consul de France Gustave Meyrier, en interaction constante avec l’ambassadeur de France Paul Cambon à Constantinople, a cherché à influer dans une certaine mesure sur le cours des événements tragiques dont furent victimes les Arméniens de la province de Diyarbekir.

  • 18 La présence de missionnaires capucins dans le vilayet de Diyarbekir remonte au 17e siècle. La missi (...)
  • 19 Ces archives ecclésiastiques sont conservées à l’Archivio Generale dei Cappuccini à Rome.
  • 20 Les relations entre la France et l’Empire ottoman à la veille des massacres de 1894-1896 étaient in (...)

8Les raisons d’étudier en particulier le cas du vilayet de Diyarbekir sont multiples : elles concernent la présence dans le chef-lieu et dans le reste de la province d’acteurs européens pendant la durée de cette crise, mais aussi le caractère multiethnique de la population de cette province, avec notamment l’importance des présences arménienne et kurde. La documentation du Centre des Archives diplomatiques de Nantes tient une place essentielle dans l’analyse qui va suivre car y sont conservées toutes les communications en provenance du consulat de France à Diyarbekir, alors placé sous la responsabilité du vice-consul Gustave Meyrier, ainsi que la correspondance entre ce consulat et l’ambassade de France à Constantinople, dirigée par Paul Cambon. En outre, la correspondance des missionnaires capucins de la mission de Diyarbekir18 et le manuscrit laissé sur ces événements par celui qui la dirigeait, le père Giambattista da Castrogiovanni, sont des sources d’archives précieuses qui gagnent à être croisées avec les correspondances du vice-consul français, dont elles aident à mieux comprendre le rôle19. Permettant d’affiner notre connaissance de ces violences, ces sources mettent également en évidence l’existence d’une dichotomie, et même d’une contradiction, entre les principes de la politique étrangère du ministre Gabriel Hanotaux20 envers l’Empire ottoman d’Abdülhamid II et l’activité sur le terrain de certains agents du Quai d’Orsay. Après une première partie dans laquelle j’exposerai la situation générale du vilayet de Diyarbekir au moment des troubles et rappellerai la nature et le bilan des violences commises en 1895, je vais tenter de montrer, à travers la figure de Meyrier, quelles sortes d’interventions ont été menées par des diplomates français dans cette situation de violences d’une gravité exceptionnelle, et quels effets elles ont eu sur le terrain.

Le vilayet de Diyarbekir à la fin du 19e siècle et la fragilité des équilibres locaux

  • 21 Sur les conversions à l’islam au cours des massacres de 1894-1896, voir S. Deringil, 2012.
  • 22 Centre des archives diplomatiques de Nantes [CADN], 166 PO E, 98-73-11, Affaires Politiques – Turqu (...)

9Les premiers massacres perpétrés en 1894 dans le Sassoun ont rapidement eu de graves répercussions dans un vilayet de Diyarbekir caractérisé par la mixité de sa population, en particulier arménienne et kurde. Les massacres dans le vilayet de Diyarbekir ont eu pour conséquences directes d’affaiblir la présence arménienne, mais cet affaiblissement n’est pas seulement lié aux pertes humaines et n’a pas seulement concerné leur présence physique. En effet les transformations ont également été nombreuses sur le plan socio-économique, en raison des nombreuses conversions – qu’elles soient forcées ou volontaires – à l’islam, ainsi que de la destruction ou de la confiscation des exploitations agricoles appartenant à des Arméniens ou d’autres chrétiens avant la crise21. D’après les chiffres recueillis par le vice-consul Meyrier, ont été comptabilisés « dans le seul sandjak de Diyarbekir plus de 30 000 morts, 119 villages détruits ou brûlés », ainsi qu’une cinquantaine de jeunes filles enlevées dans la ville de Diyarbekir elle-même, alors que le total des pertes subies dans les villages et les parties rurales du vilayet restait « incalculable »22. Un constat sans ambiguïté de la situation des chrétiens dans l’ensemble de la province après les massacres est donné par le père capucin Giambattista da Castrogiovanni, grâce aux nombreux contacts dont il disposait à l’extérieur du chef-lieu :

  • 23 Archivio Generale dei Cappuccini [AGC], H72 – Mesopotamia acta ordinis (1896-1899), lettre no 12, G (...)

Il n’y a plus de chrétiens dans les villages. Ceux qui ont survécu au fer et au feu n’ont sauvé leur peau qu’en apostasiant le christianisme ou en se réfugiant dans les villes, dont ils sont venus accroître la misère des habitants. La charité des Européens et des Américains en faveur de ces miséreux, il est vrai, a été immense, mais c’est une source qui ne manquera pas de se tarir, et alors les chrétiens rescapés n’auront d’autre choix que de mourir de faim ou d’apostasier. Il n’y a à présent aucun espoir d’échapper à ces deux fléaux. La misère est désormais générale parmi les chrétiens démunis de travail et dont le commerce est ruiné.23

  • 24 J. Jongerden et J. Verheij, 2012, p. 155.
  • 25 J. Klein, 2011, p. 160-161.

10Afin de prendre la mesure des bouleversements subis par les habitants de la région, il convient de rappeler les équilibres et les divisions qui régnaient entre les diverses populations du vilayet de Diyarbekir avant que n’éclatent les massacres du Sassoun en 1894. La province de Diyarbekir était caractérisée par la présence d’une société tribale kurde dont les chefs contrôlaient la partie rurale du territoire, et par l’existence concomitante d’importantes communautés chrétiennes, surtout arméniennes, dans des villes comme Diyarbekir, Mardin, Palou, Lidje et Silvan, dont elles étaient le moteur économique. Avant les massacres de 1894-1897, des communautés arméniennes étaient également présentes dans les villages des campagnes du vilayet, où elles cohabitaient avec diverses populations de confessions musulmanes. Là elles se soumettaient à l’autorité de chefs tribaux kurdes, leur payant une taxe en nature ou en argent, en échange d’une protection contre les attaques éventuelles de membres d’autres tribus. Il existait en effet de nombreuses tribus kurdes sur le territoire de la province et elles étaient très souvent en lutte les unes contre les autres pour le contrôle des ressources locales, des zones d’influences ainsi que pour la perception des taxes. Les plus importantes familles tribales du vilayet de Diyarbekir étaient les Milli, les Miran, les Tay, les Bilikan, les Karakeçi et les Dekori. En dehors de la gestion de leurs propres activités et intérêts locaux, entre 1891 et 1893, la plus grande partie des tribus kurdes de la province avait été intégrée aux régiments de cavalerie hamidiye fondés par le sultan24. Les chefs kurdes les plus connus dans la province et qui entretenaient des liens politiques et économiques étroits avec la Sublime Porte étaient Ibrahim Paşa, de la tribu des Milli, et Mustafa Paşa, des Miran. Ces deux personnalités du monde tribal kurde de la province de Diyarbekir, fréquemment en concurrence pour établir leur suprématie dans la région, fondaient leur prestige et leur autorité sur les pillages, les exactions qui les accompagnaient, et le commerce du bétail25.

  • 26 FO 442/178 ; FO 195/1846, Le père Andrus au vice-consul Boyadjian, 17 novembre 1893, cité dans J. K (...)
  • 27 AGC, AD, 82-83, Giambattista da Castrogiovanni, « Storia della Missione dei Padri Cappuccini in Mes (...)

11Dans les zones rurales soumises à une telle prédation, les musulmans, autant que les chrétiens, étaient les victimes de ces activités criminelles, comme le relevaient les Européens présents sur place26. Toutefois, dans le sud du vilayet, entre Urfa, Viranşehir et Mardin, les chrétiens et les voyageurs étrangers n’avaient pas à se plaindre du chef kurde Ibrahim Paşa, de la tribu des Milli, qui ne les soumettait à aucune taxe indue ni à quelque violence. Avant et pendant les troubles survenus entre 1894 et 1897, Ibrahim Paşa était aussi en bons rapports avec le vice-consul de France à Diyarbekir, Gustave Meyrier, ainsi qu’avec le père capucin Giambattista da Castrogiovanni. Selon le missionnaire italien, le chef kurde considérait le diplomate français et les missionnaires comme des amis dignes de sa protection et de son estime27.

  • 28 V. Cuinet, 1894, vol. 2, p. 444-445.
  • 29 Ibid.

12En contrepoint à la présentation de ce rapport particulier entre Kurdes et Arméniens et des équilibres socio-économiques fragiles qui caractérisaient les parties rurales du vilayet, il importe de souligner les réalités politiques économiques très différentes vécues au même moment par les habitants des parties urbaines du territoire. Avant les grands massacres de la fin du 19e siècle, la cohabitation de communautés religieuses et ethniques ne posait pas de problème majeur dans les principales villes de la province comme Diyarbekir, Mardin, Severek, Arghana, Midat et Nissibine. Par exemple, la, population de Diyarbekir était composée d’Arméniens, de Syriaques, de Kurdes, de Turcs, de Grecs et de juifs. Chacune de ces communautés était représentée par des personnalités religieuses servant de référents et gérant les rapports avec l’administration ottomane et les diplomates européens. Selon les chiffres publiés par Vital Cuinet entre 1889 et 1891, la population totale du vilayet de Diyarbekir était de 471 462 habitants : 143 923 dans le sandjak de Diyarbekir, 134 517 dans le sandjak d’Arghana et 193 022 dans le sandjak de Mardin28. Du point de vue confessionnel, la population de la province avait la composition suivante : 328 644 musulmans (Turcs, Kurdes, Zazas et Arabes) et 132 549 chrétiens (Arméniens, Grecs, Chaldéens et Syriaques), 1 296 juifs et 9 000 Yézidis et Tsiganes29.

  • 30 R. Kévorkian, 2011, p. 268.

13Toutefois, ces chiffres doivent être considérés comme indicatifs car, à la fin du 19e siècle, la démographie des vastes zones rurales du vilayet de Diyarbekir restait mal connue. En outre, d’autres statistiques furent produites à cette époque, avec des chiffres sensiblement différents. Par exemple, selon les études du patriarcat arménien de Constantinople, entre 1882 et 1892, le vilayet de Diyarbekir comptait près de 150 000 Arméniens30, ce qui excède de loin l’estimation avancée plus haut pour l’ensemble des chrétiens.

  • 31 J. Joseph, 1983, p. 26.

14Indépendamment du débat sur les chiffres, force est de constater la grande mixité des groupes nationaux et/ou religieux au sein de la population du vilayet de Diyarbekir. Jusqu’en 1876, on peut même dire que ce caractère multiethnique était partie intégrante de l’équilibre socio-économique du vilayet, basé sur une sorte de complémentarité des divers groupes qui le peuplaient, même si cet « équilibre » ne pouvait faire oublier les problèmes liés aux pillages exercés par les tribus kurdes, à la pratique de la double taxation imposée aux chrétiens et aux atteintes nombreuses à la propriété foncière des populations sédentaires rurales. Après la guerre russo-turque, avec l’aggravation progressive des tensions internes et internationales au sujet de la question arménienne, l’apparente stabilité de la province commença à se déliter. Entre 1878 et 1893, les témoignages des Européens présents dans le vilayet concordent à dire que la paix sociale pouvait être troublée, surtout dans les zones rurales, par le fait d’une mauvaise administration et de pillages sporadiques, mais sans que cela ne dégénère jamais en une généralisation des violences31. Si dans les campagnes la situation antérieure aux massacres pouvait être assimilée à un calme précaire, les diplomates et les missionnaires résidant dans les grandes villes comme Diyarbekir, jusqu’à l’été 1894, faisaient plutôt le constat d’une société urbaine dynamique caractérisée par la cohabitation de ses différentes communautés.

  • 32 J. Jongerden et J. Verheij, 2012, p. 5.
  • 33 Ibid. Le vice-consul Gustave Meyrier a mis en évidence l’existence d’un réseau de relations solides (...)

15À Diyarbekir par exemple, les différentes communautés, bien que résidant dans des quartiers distincts, partageaient cependant sans heurts apparents les espaces communs tels que le marché chrétien dans le quartier arménien et les écoles religieuses gérées par les capucins. Toutefois, il se trouvait aussi en ville une bourgeoise musulmane (kurde et turque) qui supportait mal l’importance économique et politique grandissante des tribus kurdes directement entrées au service du sultan, et n’acceptait pas non plus les pressions des puissances européennes pour imposer des réformes en faveur des chrétiens arméniens minoritaires. Ces deux motifs de mécontentement étaient considérés par la bourgeoise musulmane de Diyarbekir comme remettant en cause son pouvoir dans la gestion des affaires politiques, économiques et administratives du vilayet32. Les membres les plus éminents de cette frange supérieure de la société urbaine de la province résidaient à Diyarbekir même et exerçaient leur influence à la fois au sein de l’administration ottomane et du monde des propriétaires fonciers. Le plus célèbre d’entre eux était Arif Pirinççizade, le gendre de Ziya Gökalp, le père du nationalisme turc contemporain33.

16C’est dans ce contexte particulier que débutèrent les violences qui allaient ensanglanter la province de Diyarbekir à partir du 1er novembre 1895. Comme nous allons le voir maintenant, l’action menée par le vice-consul de France Gustave Meyrier en faveur de la protection des Arméniens, en contradiction avec la politique ambiguë et passive du Quai d’Orsay à la même époque, elle-même dénoncée par Jean Jaurès dans sa célèbre adresse au ministre Hanotaux à la Chambre des députés.

L’action du vice-consulat de France à Diyarbekir pendant et après les massacres

17Grâce à la correspondance entre le vice-consul Gustave Meyrier et l’ambassadeur de France à Constantinople, Paul Cambon, complétée par la documentation produite par le père Giambattista da Castrogiovanni, on peut mettre en évidence plusieurs phases dans le développement de la crise survenue à Diyarbekir et dans sa région. La première tâche de Meyrier, probablement la plus importante pour un diplomate sur le terrain, fut d’observer les phénomènes en cours et d’en rendre compte avec soin, le plus souvent par l’envoi de rapports détaillés sur la situation à sa hiérarchie. Après une concertation rapide entre l’ambassade et le consulat, il était d’usage que Meyrier adopte les directives de Cambon. Toutefois, il prit à plusieurs reprises l’initiative d’intervenir lorsqu’il jugeait que des considérations humanitaires l’y forçaient, sans en référer préalablement à son supérieur à Constantinople. En deuxième lieu, l’activité du vice-consul pendant la crise s’est illustrée par ses enquêtes menées sur le terrain, ainsi que par l’accomplissement de ses démarches auprès du vali (gouverneur) du vilayet, Aniz Paşa, et de l’administration ottomane locale. Enfin, surtout pendant les mois de violences et ceux qui suivirent les massacres, le vice-consul déploya une intense activité de protection des communautés chrétiennes, de secours humanitaire à l’heure de la reconstruction, et de médiation entre les parties en présence.

L’action de Meyrier face aux violences contre les Arméniens

18Les événements survenus dans le vilayet de Diyarbekir à partir de l’automne 1894 jusqu’au milieu de l’année 1897 peuvent être subdivisés en trois phases : celle de l’intensification des tensions sociales, celle des massacres et celle des processus de reconstruction et de pacification de la province. À chaque étape, le vice-consul de France a exercé un rôle important dans la protection de la population chrétienne.

  • 34 C. Mouradian in G. Meyrier, 2010, rapport de Gustave Meyrier à l’ambassadeur Paul Cambon daté du 4  (...)

19Dans la première phase, les répercussions des violences perpétrées dans le Sassoun et l’afflux de nombreux réfugiés en fuite suscitèrent une profonde inquiétude au sein de la population chrétienne du vilayet de Diyarbekir. La tension n’était pas seulement avivée par les terribles récits des survivants, mais aussi par le fait que les plus importantes tribus kurdes du vilayet de Diyarbekir avaient participé au massacre de Sassoun. Ces dernières, après s’en être prises aux chrétiens dans la province de Bitlis, avaient commis de nombreuses exactions dans les villages situés aux confins des régions de Palou et de Silvan34.

  • 35 J. Jongerden et J. Verheij, 2012, p. 95.
  • 36 CADN, 166 PO-E, 97-73-3, Affaires arméniennes (1895), no 112, Meyrier à Cambon, 9 février 1895.

20S’employant à rassurer les chrétiens dans ce premier moment de turbulences, le vice-consul Meyrier commença aussitôt à exiger de l’administration et du vali qu’ils éloignent le cheikh kurde Zilan de la province de Diyarbekir, au motif qu’il était impliqué dans le massacre de Sassoun35. Parallèlement, Paul Cambon et Gustave Meyrier découvraient que le nouveau et contesté vali avait pris part à un trafic d’enfants arméniens rescapés et qu’il entretenait de solides liens personnels avec le chef kurde Zilan. Ces révélations permirent à la diplomatie française d’obtenir le départ de ce chef kurde du vilayet de Diyarbekir, entraînant en retour le début d’une période de frictions avec le vali. Toutefois, avant de partir, le cheikh Zilan eut la possibilité, grâce à l’appui du vali, de faire un discours en public visant à liguer les musulmans de la ville de Diyarbekir contre les chrétiens, tenus pour responsables de la déliquescence de l’Empire ottoman36. En dépit des protestations du vice-consul et de son activisme auprès du vali, la tension perceptible dans le vilayet ne tarda pas à se traduire par des provocations et des agressions contre les Arméniens, dont Meyrier communiquait la liste à Cambon dès le début de l’année 1895 :

  • 37 CADN, 166 PO-E, 97-73-3, Affaires arméniennes (1895), no 2, Meyrier à Cambon, 9 février 1895.

Hier, à la suite d’une querelle sans importance entre un musulman et un chrétien, une bande de 25 à 30 Kurdes a assailli, sans provocation [de leur part] les ouvriers arméniens du marché des chaudronniers, qui travaillaient paisiblement, les a battus et a proféré contre eux et leurs coreligionnaires des menaces de mort, [clamant] le couteau ou le sabre à la main, qu’ils allaient tuer tous les chrétiens. Les Arméniens, ne voulant pas exaspérer leurs agresseurs, ne se sont pas défendus. Ils ont porté plainte au Commissariat de police, où un des employés les a d’abord brutalement renvoyés et, sur leur insistance, les a frappés et en a fait mettre deux en prison. Ne trouvant aucun appui auprès des autorités, ils sont venus en masse, 150 environ, au Consulat et m’ont prié d’intervenir en leur faveur auprès du Gouvernement local pour avoir protection. Je les ai calmés et rassurés de mon mieux, en les invitant à retourner à leur travail ou dans leurs maisons, s’ils craignaient une nouvelle attaque, et à n’agir qu’avec une extrême prudence dans leurs rapports avec les musulmans. Ils se sont, en effet retirés et j’ai, de mon côté, envoyé le drogman du vice-consulat chez le Vali par intérim pour lui exposer les faits qui s’étaient passés et le prier de prendre en considération la demande fort juste que je lui transmettais de la part de ces Arméniens. Aniz [Paşa] m’a fait remercier de mon intervention purement désintéressée et des conseils de modération que j’avais donnés à ses administrés. Il m’a prié de prendre des mesures, de faire une enquête et, s’il y a lieu, de punir sévèrement les coupables. En effet, des ordres ont été immédiatement donnés pour que les Arméniens arrêtés soient relâchés, le commissaire de police a été sévèrement réprimandé et de sérieuses dispositions ont été prises au marché pour que les chrétiens ne soient plus, à l’avenir, troublés dans leur tranquillité et mis dans l’impossibilité de se livrer à leurs occupations.37

  • 38 CADN, 166 PO-E, 97-73-3, Affaires arméniennes (1895), no 117, Meyrier à Cambon, 24 mars 1895.

21Entre le début de l’année 1895 et la fin de l’été, les cas d’agressions contre les chrétiens sont monnaie courante. Le vice-consul Meyrier enchaîne les protestations et les interventions auprès du vali et de l’administration. Toutefois, à la fin du mois de mars, il fait valoir auprès de l’ambassadeur Cambon la nécessité d’une intervention plus forte afin de juguler la montée des violences, suggérant que certaines figures de l’administration ottomane provinciale qui avaient témoigné d’une inquiétante hostilité aux chrétiens fussent remplacées38. Si dans le chef-lieu du vilayet, Meyrier avait réussi à calmer la situation, dans le reste de la province la situation des Arméniens était de plus en plus préoccupante. Un mois après son dernier rapport adressé à Cambon, le vice-consul décrivait avec ces mots la situation du vilayet :

  • 39 CADN, 166 PO-E, 97-73-3, Affaires arméniennes (1895), no 9, Meyrier à Cambon, 29 avril 1895.

[…] La situation est de plus en plus grave dans la province. De tous les côtés, à Mardin, à Silvan, à Arghana, dans les environs de Diarbekir, on signale des attaques souvent meurtrières de la part des Kurdes qui prétendent ouvertement avoir reçu l’ordre du Gouvernement de faire périr tous les chrétiens. L’inaction et l’attitude des autorités semblent les confirmer dans cette idée. L’insécurité est complète, les chrétiens n’osent plus sortir de leurs villages […]. Les esprits sont très excités, dans les campagnes surtout, et tout fait craindre des troubles graves si des mesures ne sont pas prises sérieusement. Aniz Pacha, dont l’incapacité est la cause de ce manque de sécurité, est encore à la tête du Gouvernement.39

  • 40 AGC, AD 82-83, Giambattista da Castrogiovanni, « Storia della Missione dei Padri Cappuccini in Meso (...)

22Après un été de calme apparent, entre la fin de septembre et le début d’octobre, les représentants civils et religieux de la communauté chrétienne du chef-lieu furent sommés par Aniz Paşa d’envoyer au sultan un télégramme en faveur du vali et dénonçant la conduite du vice-consul français40. Mise au fait de cette injonction, la population chrétienne de Diyarbekir commença une grande protestation dans les rues de la ville contre ses propres autorités religieuses et contre le vali, exigeant l’annulation du message envoyé au sultan à Constantinople. Durant quatre jours, le vice-consul et le capucin Castrogiovanni durent s’employer comme médiateurs entre les représentants religieux des communautés chrétiennes et leurs ouailles.

  • 41 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarb (...)
  • 42 AGC, H72 – Mesopotamia XIII – Historica V, Le père Giambattista da Castrogiovanni au père Bernardo (...)

23Avec la promulgation du projet de réformes en faveur des Arméniens du 20 octobre 1895, le vilayet de Diyarbekir entra dans la deuxième phase des événements que nous décrivons, avec l’ouverture d’une période de violences généralisées. À partir de la nuit du 30 octobre, la ville et toute la province furent le théâtre de pillages, de meurtres et de violences qui commencèrent dans le quartier chrétien de Diyarbekir. Le chef-lieu fut plongé dans le chaos cinq jours durant, tandis que le reste de la province connaissait massacres et destructions pendant plusieurs mois. Dans cette période de grande détresse humanitaire et de danger, le consulat français apparut comme le principal lieu d’aide et de protection pour les Arméniens et les autres chrétiens du territoire. Le vice-consul et sa famille restèrent enfermés dans les locaux du consulat lors des deux premières journées du massacre, après avoir ouvert les portes et accueilli près de 500 réfugiés arméniens41. Sur l’ensemble de la durée des violences, le consulat français servit de refuge à près d’un millier d’Arméniens, tandis que la mission des capucins en accueillait jusqu’à 5 00042. Avec l’aide de Castrogiovanni, Meyrier était très tôt en mesure de communiquer à Constantinople un compte rendu à chaud des événements :

  • 43 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarb (...)

Les Kurdes de la campagne sont entrés, hier matin, dans la ville et, sans provocation, ont, avec de nombreux musulmans de Diarbekir, pillé le marché, l’ont entièrement incendié et massacrent encore un grand nombre de chrétiens de toutes religions. Depuis, le mouvement ne fait qu’augmenter. Toute la population est menacée, nous comme les autres. Nous sommes bloqués dans nos maisons et ce serait courir à une mort certaine que d’en sortir.43

  • 44 AGC, H72 – Mesopotamia XIII – Historica V- Castrogiovanni à Andermatt, Diyarbekir, 10 décembre 1895 (...)

24Meyrier eut non seulement à obtenir de la part du gouverneur du vilayet qu’il fasse efficacement protéger le consulat d’éventuels assaillants, mais également la mission des capucins, afin d’éviter un massacre des Arméniens qui y avaient trouvé refuge44. Le vice-consul et les missionnaires français, cantonnés dans leurs résidences, continuèrent à soigner et nourrir les rescapés sans distinction. Parallèlement à ces premières actions menées pour répondre à l’urgence de la situation, Meyrier continua ses enquêtes visant à identifier les responsables des violences :

  • 45 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarb (...)

[…] Cependant, l’agitation se faisait sentir plus forte que jamais parmi les musulmans. Toutes les armes du marché étaient enlevées à des prix fabuleux ; les rumeurs les plus sinistres circulaient dans la ville (on y signalait la présence des personnages les plus dangereux de la contrée, tels que le Cheik de Zilan et un certain Rechid Agha, bien connu dans le pays, et on remarquait des réunions chez de nombreux musulmans, plus particulièrement chez Djémil Pacha, ancien Gouverneur dans le Yémen, où se discutaient les projets les plus inquiétants).
Le mercredi, 30 octobre, à 8 heures du soir, j’allai voir le Vali pour lui faire part de ces bruits et le prier de prendre des mesures afin d’empêcher les troubles que l’on appréhendait. Il me répondit qu’il n’y avait absolument rien à craindre, que les musulmans étaient calmes, que leur religion leur défendait de tuer et qu’il répondait de la tranquillité si les chrétiens ne faisaient rien pour la troubler. Il me priait même de les inviter à ne pas donner lieu à des désordres, à ne pas céder à la peur et à aller au travail comme en temps ordinaire. […] Le vendredi, premier novembre, jour de la Toussaint, j’étais allé à la messe avec ma famille ; en dehors de quelques Kurdes armés, rien de particulier ne nous avait frappés. En rentrant chez moi, on me dit qu’un musulman avait, dans la matinée, parcouru les rues de la ville en excitant ses coreligionnaires au massacre des chrétiens. L’Évêque arménien schismatique s’était rendu chez le Vali pour lui signaler le fait et, sur les assurances de ce dernier qu’il n’y avait rien à redouter, il était allé lui-même au marché pour encourager les chrétiens, les engager à ne pas avoir peur et à ne pas abandonner leur travail. Le malheureux Évêque, depuis ce jour, se reproche amèrement cette action et s’accuse des conséquences qu’elle a pu produire. Heureusement, c’était fête pour les catholiques ; ils n’avaient pas ouvert leurs boutiques. Vers les 11 heures, mon drogman, vint me dire que la panique s’emparait des chrétiens […] que tout le monde courrait dans la rue et que, déjà, on avait tué plusieurs personnes […].45

  • 46 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarb (...)
  • 47 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – troubles de Diarb (...)

25Dans les mois suivants, Meyrier parvint à découvrir le rôle de cadres du parti de la « Jeune Turquie » – c’est-à-dire des jeunes-turcs opposés à l’arbitraire du sultan et dont une grande partie des membres se trouvait alors en exil en Europe – dans l’organisation des violences dans l’ensemble de la province. À Diyarbekir, cette organisation politique avait à sa tête un notable bien connu, en la personne d’Arif Pirinççizade, ainsi que d’autres membres de la bourgeoisie kurde et turque de la ville. Elle était également liée au vali et à d’autres membres importants de l’administration provinciale. Selon les informations collectées par Meyrier, le but de ces activistes était de déchaîner des violences contre les Arméniens afin de pousser les puissances européennes à l’intervention armée contre le sultan. L’affaiblissement du pouvoir d’Abdülhamid II aurait permis aux jeunes-turcs de prendre le pouvoir par un coup d’État à Constantinople46. La réalisation d’un tel plan s’appuyait en particulier sur les craintes suscitées, parmi les musulmans de Diyarbekir, par l’annonce de réformes en faveur des Arméniens, perçues comme devant inéluctablement entraîner la fin d’une domination musulmane en Anatolie orientale47. Toutefois, un mois après le début de la flambée de violences, le vice-consul français eut la certitude que l’administration ottomane du vilayet avait, elle aussi, une grande part de responsabilité. Le 12 décembre 1895, Meyrier adressait à Cambon des accusations précises à l’encontre du vali et d’autres personnalités de l’administration ottomane :

  • 48 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarb (...)

[…] Je dois à ma conscience de déclarer fermement que les massacres à Diarbékir ont été faits, sans provocation, par les musulmans de la ville ; que le Gouverneur Général, le Commandant militaire et le chef de la gendarmerie sont restés impassibles devant ces scènes d’horreur et qu’ils n’ont rien fait pour les arrêter ; que s’ils n’y ont pas participé directement, leur attitude était de nature à les encourager ; que j’ai vu de mes propres yeux les soldats et les zaptiés [gendarmes] se joindre aux musulmans et aux Kurdes pour tirer sur les chrétiens ; que ceux-ci enfin n’ont fait usage de leurs armes que pour se défendre lorsqu’ils y étaient absolument forcés. La police et la troupe ne sont intervenues que pour frapper sur les victimes […].48

  • 49 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarb (...)

26Alors que le consulat et les missionnaires capucins cherchaient à empêcher les violences, ou du moins à limiter le nombre de victimes, Meyrier se distingua particulièrement pour ses activités de médiateur. Grâce aux bonnes relations construites dans le temps entre Meyrier et les notables de la ville, musulmans comme chrétiens, le vice-consul français sut se rendre disponible pour s’interposer entre les parties et tenter de favoriser une sortie de crise49. Après le décès en septembre du consul britannique Thomas Boyadjian, Meyrier était le dernier représentant d’un gouvernement européen encore actif à Diyarbekir. Selon Castrogiovanni, l’action du vice-consul auprès du vali fut décisive pour limiter la durée et l’extension des massacres dans la ville, en recourant notamment à la menace d’une intervention française :

  • 50 AGC, AD 82-83, Giambattista da Castrogiovanni, « Storia della Missione dei Padri Cappuccini in Meso (...)

[…] Monsieur Meyrier, ayant perdu espoir de voir la fin [du massacre] appela l’officier commandant les soldats qui se trouvaient face à lui et, sans égard pour le danger auquel il s’exposait d’être tué par une des balles tirées par les assassins, se hissa sur la terrasse de sa maison en agitant un petit étendard, et cria de tout son souffle : « Assez, assez, êtres inhumains ! Ayez pitié de vos semblables ! » Et se tournant vers l’officier, il lui dit : « Observez de vos yeux que ce ne sont pas les Turcs et les Kurdes qui massacrent, mais qu’avec eux se trouvent encore des gendarmes et des soldats de votre gouvernement, qui sous l’uniforme militaire sont encore plus féroces que les autres, et par conséquent plus coupables qu’eux. Allez voir le Vali, dites-lui en mon nom que je proteste contre ces actes de sauvagerie et que s’il ne met pas immédiatement fin à ce carnage je télégraphierai à mon ambassadeur pour me plaindre de lui. »50

  • 51 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarb (...)

27À partir du milieu de l’année 1896 et jusqu’en décembre 1897, le vilayet de Diyarbekir et particulièrement son chef-lieu firent l’objet d’un processus de retour à l’ordre et de reconstruction. Gustave Meyrier et la représentation diplomatique française continuèrent à jouer un rôle significatif pendant cette période, que ne vint pas amoindrir l’arrivée d’un nouveau vice-consul britannique. Les fortes protestations émises par le ministère français des Affaires étrangères et son ambassade à Constantinople auprès du gouvernement ottoman, en conséquence notamment des nombreux rapports délivrés par Meyrier lui-même et par son supérieur hiérarchique Paul Cambon, eurent pour effet la mise sur pied d’une commission d’enquête conduite par le commissaire Abdullah Paşa. L’arrivée de la commission permit à Meyrier de contribuer efficacement aux opérations de reconstruction dans le vilayet. En outre, par deux fois au cours de l’année 1896, la collaboration entre le vice-consul et la commission d’enquête permit de prévenir l’explosion de nouvelles violences contre les chrétiens à Diyarbekir. L’aide d’Abdullah Paşa et de ses collaborateurs venus de Constantinople fut essentielle pour démasquer la participation du chef local des activistes jeunes-turcs, Arif Pirinççizade, dans l’organisation des violences de 1895, ainsi que la complicité du vali. Grâce à ce travail d’enquête et des pressions exercées auprès de la Sublime Porte, Paris parvint à obtenir l’exil à Mossoul des plus importants personnages liés localement au parti de la « Jeunesse turque » et la promesse de la nomination d’un nouveau vali avant la fin de l’année 189751.

L’action du vice-consulat de France à Diyarbekir dans la reconstruction du vilayet

28En 1897 le journaliste Pierre Quillard, figure de proue du mouvement arménophile, décrivait par ces mots la condition des Arméniens des provinces orientales de l’Empire ottoman au lendemain des « massacres hamidiens » :

  • 52 P. Quillard et L. Margery, 1897, p. 20-21.

L’Anatolie, dont les revenus fiscaux étaient considérables, a été désertée par ses seuls producteurs, les Arméniens. Ceux qui n’ont pu la quitter sont morts ou restent sous la menace continuelle d’un nouveau massacre. En détruisant les Arméniens, les Turcs ont détruit les esclaves et les bêtes de somme qui fertilisaient leurs terres. Les tributs exorbitants que l’on exigeait d’eux, la rapacité des fonctionnaires, l’insécurité même pour leurs personnes, ont découragé les autres. L’agriculture est morte en Turquie, et avec elle disparaît la principale source des recettes budgétaires. En outre, la fuite à l’étranger des plus riches familles arméniennes a enlevé depuis six mois, 30 à 40 millions au moins d’or limpide [sic].52

  • 53 Sur le rôle historique de l’humanitarisme européen dans l’Empire ottoman, voir D. Rodogno, 2012.
  • 54 CADN, 166 PO E, 98-73-11, no 622, 9 novembre 1896.

29Pendant que le vilayet commençait à retrouver une relative stabilité face aux risques de nouvelles violences, la situation économique et sociale des Arméniens qui avaient échappé aux massacres restait critique. Les attaques subies par les communautés rurales et urbaines arméniennes avaient causé de graves dommages à leurs activités productives et, par conséquent, réduit à la pauvreté des milliers de chrétiens. La diplomatie française tenta également de répondre à cet enjeu de la reconstruction par l’intermédiaire de son vice-consul, lequel considérait l’aide économique aux Arméniens comme la priorité du redressement de la province. Au-delà d’une somme de mille francs mise à disposition par le consulat dès les premiers jours du massacre, Meyrier et les missionnaires capucins unirent leurs efforts en faveur de la distribution des aides53 provenant d’Europe et qui avaient été rassemblées à Constantinople auprès de l’ambassade de France54. Le consulat de France à Diyarbekir utilisa les aides reçues aussi bien pour répondre aux besoins immédiats des chrétiens rescapés que pour la reconstruction des habitations, mais aussi des moyens de production des agriculteurs et des artisans. Toutefois, la majeure partie de l’argent réuni pour les secours en provenance de France fut gérée et dispensée par les missionnaires capucins sous la direction de Castrogiovanni :

  • 55 C. Mouradian in G. Meyrier, 2010, dépêche no 26, Meyrier à Cambon, 17 avril 1896, p. 188-189.

[…] j’ai fait remettre, par l’entremise de la Direction de la Régie à Karpout, au Préfet apostolique des Capucins qui se trouve dans cette ville, les sommes de 600 francs et de 114 livres turques, envoyées au Frère Adriano et à la mission de Malatia par le ministère des Affaires étrangères autrichien, Mme la Comtesse de Funfkirchn et les Frères Mekhitaristes de Vienne […]. J’ai également remis contre reçus ci-annexés : à Mgr Pierre Marouta, 938 piastres or, de la part du Père Marcel […] au R. P. Jean-Baptiste, Supérieur de la mission de Diarbékir, spécialement autorisé par le Préfet apostolique, de la part de l’Œuvre des Écoles d’Orient 2 020 [francs], de la part du Père Charmetant 1 000 [francs], de la part du même 1 000 [francs], total 4 020 [francs]. De mon côté, j’ai reçu des mêmes provenances : télégramme du 19 février, 2 000 [francs] ; télégramme du 7 mars, 100 [francs] ; télégramme du 17 mars, 1 000 [francs] ; télégramme du 24 mars, 1 000 [francs]. Total : 5 000 francs.55

30Avant d’obtenir son affectation dans un autre poste consulaire, Meyrier se chargea aussi en 1896-1897 de l’organisation des opérations de recherche et de libération de femmes et d’enfants chrétiens qui avaient été enlevés par des Kurdes pendant les massacres de 1895 et parfois convertis de force à l’islam. Malgré la collaboration du chef de la commission d’enquête Abdullah Paşa et la destitution du vali Aniz Paşa, ces activités de sauvetage eurent des résultats limités. Ce rapport envoyé par Meyrier à l’ambassadeur à Constantinople décrit bien la difficulté posée par le vaste problème des enlèvements :

  • 56 Après la découverte et la dénonciation de cas de conversions forcées et d’enlèvements lors des opér (...)
  • 57 C. Mouradian in G. Meyrier, 2010, dépêche no 139, Meyrier à Cambon, 3 avril 1896, p. 183.

Riza Effendi et le chrétien56, envoyés par le Gouvernement à la recherche des femmes enlevées, sont revenus. Ils ont ramené une femme et sa fille qui ont déclaré vouloir être musulmanes. Ce sont les seules qu’ils ont trouvées sur une centaine qui composait la liste que je leur avais remise. Ils n’ont découvert aucune trace des femmes et enfants Keledjian. On assure qu’avant leur départ, les Kurdes avaient été prévenus de cacher les femmes qu’ils détiennent et, au besoin, de les transporter d’un village à un autre. Cette épreuve [sic] est concluante ; elle prouve qu’il n’y a rien à espérer des autorités. Abdullah Pacha qui, au début, avait pris cette affaire à cœur, m’a dit dernièrement qu’il était découragé et qu’il ne voulait plus et ne pouvait plus s’en occuper. Il a certainement reçu des ordres supérieurs qui ont modifié, sinon sa manière de voir, du moins sa manière d’agir. Le Gouvernement a signifié aux chefs de communautés de lui faire connaître les secours qu’ils ont reçus et de ne les distribuer que sous son contrôle. Je crains bien que cette mesure ne cache une nouvelle persécution.57

31Le rôle du vice-consul de France est bien expliqué dans les mémoires du père Giambattista da Castrogiovanni, qui exposent certains des résultats obtenus en faveur des communautés arméniennes du vilayet :

  • 58 AGC, AD 82-83, Giambattista da Castrogiovanni, « Storia della Missione dei Padri Cappuccini in Meso (...)

[…] Dans les premiers mois après les massacres, Monsieur Meyrier réussit à libérer de nombreuses femmes et enfants de Diarbekir qui avaient été enlevés par les Kurdes, comme à Kiterbel, Silva, Seert et ailleurs. […] Parmi les libérés de Diarbekir se trouvèrent trois enfants, une jeune fille de douze ans orpheline de son père Monsieur Butruy Ibakine, qui se trouvait à Lidje dans les premiers jours du massacre alors que ses enfants étaient à Aghil. Craignant pour leur vie, il avait voulu les rejoindre accompagné d’un seul musulman, qui l’assassina en cours de route. Les trois enfants avaient été confiés par leur père avec leur vieille tante au chef des Turcs d’Aghil, qui pensa les faire musulmans et maria la jeune fille à son fils de quatorze ans. Leur oncle paternel, régisseur procureur de la mission à Diarbekir en eut vent et me pria d’intercéder auprès du Consul pour les faire libérer […]. Par la suite la majeure partie de ces malheureux resta aux mains de ses ravisseurs en vertu de la pratique musulmane employée par Néron [Aniz Paşa]. Quand parfois le Consul lui en faisait la demande, celui-ci [Aniz] faisait venir les femmes, évitant de lui opposer un refus ouvertement. Il les mettait dans la maison du Mufti ou de quelque autre notable turc, et les faisait soumettre à la torture afin de les terroriser et de les dissuader de revenir au christianisme […].58

32Dans cette phase de reconstruction, les obstacles les plus importants rencontrés par la diplomatie française furent surtout la non-coopération de l’administration ottomane du vilayet, la difficulté à intervenir dans les zones rurales de la province pour des questions logistiques et de sécurité, l’hostilité témoignée par la population musulmane et par le vali Aniz Paşa au cours des enquêtes, ainsi que le manque de soutien de la part du gouvernement central ottoman pour les opérations de sauvetage conduites en faveur des femmes et des enfants enlevés. Ce sont ces mêmes problèmes qu’eut à affronter par la suite le successeur de Meyrier à Diyarbekir, le vice-consul Laffont, arrivé sur place au mois d’août 1896.

  • 59 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarb (...)

33Malgré ces difficultés, les archives étudiées montrent que jusqu’à la fin de l’année 1897, la diplomatie française a continué à se montrer très présente, par l’intermédiaire de son nouveau vice-consul à Diyarbekir, auprès des Arméniens rescapés des massacres. Toutefois, en l’absence d’application réelle des réformes sur le terrain, la condition de ces derniers restait précaire et à la merci de nouvelles violences, le gouvernement ottoman n’étant pas parvenu à restaurer l’ordre dans les six vilayets orientaux. Le vice-consul Laffont, dans les mois qui suivirent le départ de Meyrier, continua à demander des financements pour aider économiquement les chrétiens du vilayet de Diyarbekir, mais les résultats de ces efforts furent limités faute d’une coopération sincère de la part de l’administration locale59.

  • 60 Ibid.

34Au début de l’année 1897, plusieurs milliers d’Arméniens avaient commencé à émigrer à l’étranger et nombreux étaient ceux qui attendaient les documents requis pour quitter l’Empire ottoman. Ces départs massifs affectèrent à leur tour la physionomie du vilayet de Diyarbekir où beaucoup d’Arméniens avaient perdu leurs propriétés agricoles, occupées par des tribus kurdes au lendemain des massacres. Démunies de ressources, ces personnes n’avaient d’alternative, pour survivre dans un tel contexte, que de se contenter du minimum nécessaire et de se convertir à l’islam, ou bien d’émigrer pour l’Europe et les États-Unis60.

  • 61 CADN, 166PO E, 98-73-11, Affaires Politiques – Turquie, troubles dans l’Empire – Troubles de Diarbe (...)
  • 62 CADN, 166 PO E, 116-73, Tables générales des massacres (vilâyet de Diarbekir), no 1430 et 991, Laff (...)

35Selon les chiffres dont disposait le vice-consul Laffont en 1896-1897, une part importante des Arméniens demeurant encore dans le vilayet de Diyarbekir, soit environ 35 000 personnes, était réduite à la faim, ceci dans des proportions croissantes à mesure que l’on s’éloignait des principaux centres urbains de la province61. Par ailleurs, les violences n’avaient pas disparu et continuaient à se traduire par des enlèvements et des cas de conversions forcées à l’islam. Au printemps 1897, le vice-consul Laffont fit une dernière tentative de ramener à leurs familles des femmes et des enfants arméniens qui avaient été enlevés. Après une longue période de recherche et d’enquête, il identifia le chef kurde Mustapha Bey comme une des personnes du vilayet les plus impliquées dans cette question des enlèvements. Grâce à la collaboration de son homologue du consulat britannique, le vice-consul français parvint à sauver un groupe de femmes chrétiennes. Toutefois, en raison de l’obstruction des autorités ottomanes de la province et de l’impunité accordée de fait aux ravisseurs, les campagnes en faveur de la libération des personnes enlevées n’offrirent que de maigres résultats62 :

  • 63 CADN, 166 PO E, 116-73, Tables générales des massacres, no 1252, Laffont à Cambon, 6 octobre 1897.

La famille des personnes enlevées refuse de poursuivre les ravisseurs. Dans les circonstances actuelles, à ce moment surtout où des paniques injustifiées recommencent ici, je crois qu’il ne se trouvera pas un chrétien qui ose accuser un musulman devant les tribunaux tandis que les Turcs seront tous d’accord pour innocenter les coupables. Je vous prie de me télégraphier si, dans ces conditions vous jugez que je dois demander des poursuites d’office […].63

36Dans le courant de l’année 1897, alors que les massacres proprement dits avaient cessé sous l’effet des pressions tardives des puissances européennes, ces dernières se détournèrent peu à peu du problème arménien pour se consacrer à de nouvelles crises considérées comme touchant plus directement à leurs intérêts impériaux, comme en Crète et en Afrique du Sud avec la guerre engagée par les Britanniques contre les Boers. La Grande-Bretagne, la France, la Russie et les autres États qui avaient participé aux tractations avec la Sublime Porte, abandonnèrent les Arméniens à leur sort. Il faudrait attendre dix-huit ans, avec le génocide de 1915, pour que la question arménienne soit de nouveau inscrite sur l’agenda de la diplomatie européenne et internationale.

*

37L’étude d’un cas régional spécifique comme celui de la province de Diyarbekir pendant les massacres hamidiens dans les années 1894-1896 met en exergue les liens qui ont existé entre trois niveaux distincts d’intervention et de participation, directe ou indirecte, dans cette crise et ces événements. En premier lieu, l’angle d’étude monographique que nous avons privilégié permet de mesurer les conséquences sur le terrain du contexte diplomatique international après le Congrès de Berlin de 1878, fortement orienté par les tentatives répétées des puissances européennes pour jouer un rôle dans les affaires intérieures de l’Empire ottoman et pour y gagner en influence politique et économique. Parallèlement à ce premier niveau, l’étude des massacres hamidiens et de leurs conséquences à Diyarbekir donne un aperçu des conséquences concrètes des transformations des pratiques politiques et répressives internes dans l’Empire ottoman sous le règne d’Abdülhamid II, avec la création des régiments de la cavalerie kurde hamidiye, mais aussi l’exclusion et les déprédations qui frappaient les Arméniens des provinces d’Anatolie orientale, alors que se poursuivait simultanément une intense pression en faveur de leur islamisation. La conjonction de ce contexte international et de ces politiques internes a eu un impact fondamental dans l’augmentation des tensions entre communautés « nationales » (kurdes et arméniennes en particulier) et religieuses. Enfin, l’approche micro-historique dont on a pu avoir un aperçu dans les pages qui précèdent, offre bien sûr l’intérêt de mesurer par le bas certaines des mutations démographiques, politiques et économiques de l’Empire ottoman tardif. Dans le cas qui nous occupe à présent, elle interroge également l’apport des témoignages d’observateurs étrangers, tels que le vice-consul de France Gustave Meyrier, qui ont entretenu des liens directs avec les acteurs locaux ou même, parfois, ont été parties prenantes des événements qu’ils décrivent. Le témoignage de ce dernier contribue à la reconstruction factuelle des violences qui affectèrent les Arméniens de la province de Diyarbekir. Il montre l’écart qui a pu exister entre les principes de politique étrangère édictés depuis un cabinet ministériel et leur application par les agents impliqués sur le terrain. Sur ce point, le contraste entre l’action de Meyrier pour venir en aide aux Arméniens, pendant et après la crise (période ou s’illustre également son successeur), et la politique ottomane de Gabriel Hanotaux tant mise en cause par les arménophiles les plus célèbres à Paris, mais aussi par l’ambassadeur Cambon à Constantinople, mérite d’être souligné. Toutefois l’apport d’une telle documentation est certainement plus large. En effet, qu’il soit diplomate ou missionnaire, l’œil du témoin étranger, devenu lui-même acteur des faits que nous étudions, ici se tourne en permanence à la fois vers le terrain auquel il est immédiatement confronté et vers le monde extérieur auquel il est rattaché par les fonctions qu’il exerce et par les destinataires de ses écrits. En cela, la correspondance de Meyrier et les rapports dressés par le père capucin Castrogiovanni aident aussi à comprendre la manière dont l’événement local s’imbrique dans une histoire qui le dépasse amplement, puisqu’elle concerne l’ensemble des transformations qui ont affecté l’Anatolie ottomane et, au-delà, l’histoire des relations internationales et celle des réactions et mobilisations citoyennes et intellectuelles aux massacres d’Arménie, dans l’Europe du tournant des 19e et 20e siècles.

Haut de page

Bibliographie

Bérard Victor, La Politique du Sultan, Paris : Calmann Lévy, 1897.

Bloch Marc, « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre » (1921), in Étienne Bloch (éd.), Histoire et historiens, Paris : Armand Colin, 1995, p. 148-151.

Bloxham Donald, The Great Game of Genocide: Imperialism, Nationalism, and the Destruction of the Ottoman Armenians, Oxford, New York : Oxford University Press, 2007.

Bozarslan Hamit, Duclert Vincent et Kévorkian Raymond H., Comprendre le génocide des Arméniens, Paris : Tallandier, 2015.

Bozarslan Hamit, Histoire de la Turquie : de l’Empire à nos jours, Paris : Tallandier, 2013.

Çelik Adnan et Dinç Namık Kemal, Yüz Yıllık Ah ! Toplumsal Hafızanın Izinde. 1915 Diyarbekir, Istanbul : Hrant Dink Vakfı, 2015.

Çelik Adnan, « Mémoires du génocide des Arméniens à Diarbakır : une présence par l’absence », Études arméniennes contemporaines, no 7, juin 2016, p. 7-37.

Dennis Brad, Kurdish-Armenian relations in late Ottoman Empire: power structures and interactive behavior, thèse de doctorat, University of Utah, 2008.

Deringil Selim, Conversion and Apostasy in the late Ottoman Empire, Cambridge : Cambridge University Press, 2012.

Georgeon François, Abdulhamid II, le Sultan-Calife (1876-1909), Paris : Fayard, 2003.

Green Frederick Davis, The Armenian Crisis in Turkey: The massacres of 1894, its antecedents and significance, Londres : G.P. Putnam’s, 1895.

Greene Molly, Minorities in the Ottoman Empire, Princeton : Markus Wiener, 2005.

Ingegneri Gabriele, Giannantonio Zucchetti (1843-1931) : Prefetto Apostolico di Mesopotamia e Arcivescovo di Smirne, Rome : Istituto Storico dei Cappuccini, 2014.

Jongerden Joost et Verheij Jelle, Social relations in Ottoman Diyarbekir 1870-1915, Leyde : Brill, 2012.

Joseph John, Muslim-Christian Relations and inter-Christian rivalries in the Middle East: the case of the Jacobites in an age of transition, Albany : State University of New York Press, 1983.

Karpat Kemal H., Ottoman Population 1830-1915: Demographic and Social Characteristics, Londres : The University of Wisconsin Press, 1985.

Kévorkian Raymond et Paboudjian Paul B., Les Arméniens dans l’Empire ottoman à la veille du génocide, Paris : Arhis, 1992.

Kévorkian Raymond, Le génocide des Arméniens, Paris : Odile Jacob, 2006.

Kévorkian Raymond, The Armenian Genocide : A Complete History, Londres : I. B. Tauris, 2011.

Kieser Hans-Lukas, « Réformes ottomanes et cohabitation entre chrétiens et kurdes (1839-1915) », Études rurales, no 186/2, 2010, p. 43-60.

Kieser Hans-Lukas, The squandered peace: Missionaries, ethnicity and the state in the eastern provinces of Turkey 1839-1938, Zürich : Chronos, 2000.

Klein Janet, The Hamidiye Light Cavalry and the Struggle over the Ottoman Kurdistan 1890-1914, thèse de doctorat, Princeton University, 2002.

Klein Janet, The Margins of Empire: Kurdish Militias in the Ottoman tribal zone, Stanford : Standford University Press, 2011.

Mantran Robert (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris : Fayard, 1989.

Marko Jacov, La Questione d’Oriente vista attraverso la tragedia armena (1894-1897), Cracovie : Polska Akademia Umiejetnosci, 2011.

Meyrier Gustave, Les massacres de Diarbékir : correspondance diplomatique du vice-consul de France, 1894-1896, éd. Claire Mouradian et Michel Durand-Meyrier, Paris : L’Inventaire, 2010.

Mutlu Servet, « Late ottoman population and its ethnic distribution », Turkish Journal of Population Studies, no 25, 2003, p. 3-38.

Quillard Pierre et Margery Louis, La question d’Orient et la politique personnelle de M. Hanotaux : ses résultats en dix-huit mois, les atrocités arméniennes, la vie et les intérêts de nos nationaux compromis, la ruine de la Turquie, l’imminence d’un conflit européen, les réformes, Paris : P.-V. Stock, 1897.

Rodogno Davide, Against Massacre: Humanitarian Interventions in the Ottoman Empire (1815-1914), Princeton (NJ), Oxford : Princeton University Press, 2012.

Russo Maurizio, « La formation des régiments Hamidié (1891-1893) », Revue d’histoire arménienne contemporaine, vol. 1, 1995, p. 29-49.

Ruyssen Georges-Henri, La Questione Armena, vol.1, 1894-1896. Documenti dell’Archivio Segreto Vaticano, Rome : Ediz. Orientalia Christiana, Valore Italiano, 2013.

Ruyssen Georges-Henri, La Santa Sede e i massacri degli armeni, 1894-1896, Rome : Pontificio Istituto Orientale, 2012.

Salt Jeremy, Imperialism, evangelism and the Ottoman Armenians, 1878-1896, Londres : Frank Cass, 1993.

Thobie Jacques, Intérêts et impérialisme français dans l’empire ottoman : 1895-1914, Paris : Publications de la Sorbonne, 1977.

Haut de page

Note de fin

1 Les « massacres hamidiens » désignent les violences extrêmes commises contre la minorité arménienne ottomane sous le règne du sultan Abdülhamid II entre 1894 et 1896. La majeure partie des publications relatives à ces événements sont antérieures à la Première Guerre mondiale. C’est seulement dans les dernières décennies que les historiens se sont à nouveau saisis du sujet. Voir H. Bozarslan, V. Duclert et R. H. Kévorkian, 2015, notamment p. 255-272, « L’Europe face aux grands massacres hamidiens : naissance d’une conscience humanitaire ». Lire également M. Jacov, 2011, et, parmi les prises de position contemporaines, celles de J. Jaurès, 2005 ; D. F. Green, 1895; P. Quillard et L. Margery, 1897.

2 J. Jongerden et J. Verheij, 2012.

3 R. Kévorkian et P. B. Paboudjian, 1992.

4 J. Klein, 2011.

5 Voir notamment les travaux menés par l’anthropologue Adnan Çelik sur les mémoires kurdes de l’extermination des Arméniens du vilayet de Diyarbekir en 1915, dans A. Çelik et N. K. Dinç, 2015. Voir aussi A. Çelik, 2016.

6 Voir R. Mantran, 1989, chap. 12 (Paul Dumont) : « La période des Tanzimat (1839-1879) ».

7 Les régiments de cavalerie hamidiye, composés essentiellement de Kurdes et, pour une part secondaire, de Circassiens et Lazes furent créés par le sultan Abdülhamid II entre 1890 et 1893. Officiellement, les régiments hamidiye avaient pour mission de contrôler les frontières orientales de l’Anatolie menacées par l’expansionnisme de la Russie. Voir J. Klein, 2002 ; M. Russo, 1995.

8 H.-L. Kieser, 2010, p. 43-60.

9 Par exemple dans P. Quillard et L. Margery, 1897.

10 La mention officielle « provinces arméniennes » ou « six vilayets » fut utilisée lors du congrès de Berlin de 1878. En fait, selon les sources européennes et arméniennes de l’époque, la majorité de la population arménienne ottomane était concentrée entre les six vilayets de Van, Diyarbekir, Sivas, Mamuret-ul-Aziz, Bitlis, et Erzurum. Ces provinces étaient au centre du débat concernant le projet de réformes en faveur des Arméniens ottomans. Pour avoir une idée de la situation démographique de l’Anatolie Orientale à cette époque, voir S. Mutlu, 2003 ; K. H. Karpat, 1997, p. 350.

11 D. Bloxham, 2007, p. 69.

12 G. Meyrier, 2010.

13 Dans V. Bérard, 1897.

14 C. Mouradian in G. Meyrier, 2010, p. 35-36.

15 C. Mouradian in G. Meyrier, 2010, p. 25.

16 M. Bloch, 1995, p. 148-151.

17 Notamment quand, comme dans le cas de Meyrier, elles exagèrent l’importance du facteur religieux et de l’antagonisme entre chrétiens et musulmans dans les massacres hamidiens. Voir C. Mouradian in G. Meyrier, 2010, p. 22, 26.

18 La présence de missionnaires capucins dans le vilayet de Diyarbekir remonte au 17e siècle. La mission de Diyarbekir fut fondée en 1667, celle de Mardin en 1685. Pour une histoire de la mission, voir G. Ingegneri, 2014.

19 Ces archives ecclésiastiques sont conservées à l’Archivio Generale dei Cappuccini à Rome.

20 Les relations entre la France et l’Empire ottoman à la veille des massacres de 1894-1896 étaient influencées par les importants investissements économiques français sur le territoire ottoman. La politique étrangère menée par le ministre Hanotaux à l’égard de Constantinople avait deux lignes directrices : d’une part, contenir l’influence britannique et ses intromissions dans les affaires internes ottomanes et, d’autre part, protéger l’intégrité territoriale et politique de l’Empire ottoman afin de mieux préserver les intérêts économiques français. Voir J. Thobie, 1977 ; P. Quillard et L. Margery, 1897.

21 Sur les conversions à l’islam au cours des massacres de 1894-1896, voir S. Deringil, 2012.

22 Centre des archives diplomatiques de Nantes [CADN], 166 PO E, 98-73-11, Affaires Politiques – Turquie, troubles dans l’Empire – troubles de Diarbekir, no 18, Meyrier à Cambon, 18 décembre 1895.

23 Archivio Generale dei Cappuccini [AGC], H72 – Mesopotamia acta ordinis (1896-1899), lettre no 12, Giambattista da Castrogiovanni au père Samuele da Chiaramonte, 18 mars 1896, p. 1-2.

24 J. Jongerden et J. Verheij, 2012, p. 155.

25 J. Klein, 2011, p. 160-161.

26 FO 442/178 ; FO 195/1846, Le père Andrus au vice-consul Boyadjian, 17 novembre 1893, cité dans J. Klein, 2011, p. 160-161.

27 AGC, AD, 82-83, Giambattista da Castrogiovanni, « Storia della Missione dei Padri Cappuccini in Mesopotamia ed in Armenia preceduta da cenni preistorici della Missione dei Francescani nell’Asia », 1941, chap. 76, p. 1489.

28 V. Cuinet, 1894, vol. 2, p. 444-445.

29 Ibid.

30 R. Kévorkian, 2011, p. 268.

31 J. Joseph, 1983, p. 26.

32 J. Jongerden et J. Verheij, 2012, p. 5.

33 Ibid. Le vice-consul Gustave Meyrier a mis en évidence l’existence d’un réseau de relations solides entre Arif Pirinççizade et les plus importants personnages de l’administration ottomane de Diyarbekir.

34 C. Mouradian in G. Meyrier, 2010, rapport de Gustave Meyrier à l’ambassadeur Paul Cambon daté du 4 octobre 1894, p. 41-43.

35 J. Jongerden et J. Verheij, 2012, p. 95.

36 CADN, 166 PO-E, 97-73-3, Affaires arméniennes (1895), no 112, Meyrier à Cambon, 9 février 1895.

37 CADN, 166 PO-E, 97-73-3, Affaires arméniennes (1895), no 2, Meyrier à Cambon, 9 février 1895.

38 CADN, 166 PO-E, 97-73-3, Affaires arméniennes (1895), no 117, Meyrier à Cambon, 24 mars 1895.

39 CADN, 166 PO-E, 97-73-3, Affaires arméniennes (1895), no 9, Meyrier à Cambon, 29 avril 1895.

40 AGC, AD 82-83, Giambattista da Castrogiovanni, « Storia della Missione dei Padri Cappuccini in Mesopotamia ed in Armenia preceduta da cenni preistorici della Missione dei Francescani nell’Asia », 1941, chap. 67, p. 1200.

41 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarbekir, no 574, Meyrier à Cambon, 2 novembre 1895.

42 AGC, H72 – Mesopotamia XIII – Historica V, Le père Giambattista da Castrogiovanni au père Bernardo Christen da Andermatt, Diyarbekir, 10 décembre 1895, f. 1-2.

43 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarbekir, no 570, Meyrier à Cambon, 2 novembre 1895.

44 AGC, H72 – Mesopotamia XIII – Historica V- Castrogiovanni à Andermatt, Diyarbekir, 10 décembre 1895, f. 3.

45 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarbekir, no 18, Meyrier à Cambon, 18 décembre 1895.

46 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarbekir, no 221, Meyrier à La Boulinière, 6 mars 1896.

47 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – troubles de Diarbekir, no 746, Meyrier à Cambon, 30 novembre 1895.

48 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarbekir, no 18, Meyrier à Cambon, 18 décembre 1895.

49 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarbekir, no 593, Meyrier à Paul Cambon, 5 novembre 1895.

50 AGC, AD 82-83, Giambattista da Castrogiovanni, « Storia della Missione dei Padri Cappuccini in Mesopotamia ed in Armenia preceduta da cenni preistorici della Missione dei Francescani nell’Asia », 1941, chap. 69, p. 1266-1267.

51 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarbekir, no 221, Meyrier à La Boulinière, 6 mars 1896.

52 P. Quillard et L. Margery, 1897, p. 20-21.

53 Sur le rôle historique de l’humanitarisme européen dans l’Empire ottoman, voir D. Rodogno, 2012.

54 CADN, 166 PO E, 98-73-11, no 622, 9 novembre 1896.

55 C. Mouradian in G. Meyrier, 2010, dépêche no 26, Meyrier à Cambon, 17 avril 1896, p. 188-189.

56 Après la découverte et la dénonciation de cas de conversions forcées et d’enlèvements lors des opérations de recherches menées par le vice-consul, le gouvernement ottoman dépêcha une commission d’enquête qui incluait des fonctionnaires chrétiens afin de réaffirmer, auprès des ambassades européennes, la volonté du sultan de remédier à ce problème.

57 C. Mouradian in G. Meyrier, 2010, dépêche no 139, Meyrier à Cambon, 3 avril 1896, p. 183.

58 AGC, AD 82-83, Giambattista da Castrogiovanni, « Storia della Missione dei Padri Cappuccini in Mesopotamia ed in Armenia preceduta da cenni preistorici della Missione dei Francescani nell’Asia », 1941, chap. 70, p. 1307.

59 CADN, 166 PO E, 98-73-11, Affaires politiques – Turquie, troubles dans l’empire – Troubles de Diarbekir, no 5, Laffont à Cambon, 8 décembre 1896.

60 Ibid.

61 CADN, 166PO E, 98-73-11, Affaires Politiques – Turquie, troubles dans l’Empire – Troubles de Diarbekir, no 15, Laffont à Cambon, 2 février 1896.

62 CADN, 166 PO E, 116-73, Tables générales des massacres (vilâyet de Diarbekir), no 1430 et 991, Laffont à Cambon, 22 septembre et 1er octobre 1897.

63 CADN, 166 PO E, 116-73, Tables générales des massacres, no 1252, Laffont à Cambon, 6 octobre 1897.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giancarlo Casà, « Les massacres arméniens de 1895 à Diyarbekir
à travers le témoignage du vice-consul Gustave Meyrier
 », Études arméniennes contemporaines, 8 | 2016, 91-118.

Référence électronique

Giancarlo Casà, « Les massacres arméniens de 1895 à Diyarbekir
à travers le témoignage du vice-consul Gustave Meyrier
 », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 30 mai 2017, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/eac/1175 ; DOI : 10.4000/eac.1175

Haut de page

Auteur

Giancarlo Casà

Université de Pavie

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • OpenEdition Journals