Navigation – Plan du site
Notes de lecture

John M. Evans, Truth Held Hostage. America and the Armenian Genocide – What Then? What Now?

Julien Zarifian
p. 129-134
Référence(s) :

John M. Evans, Truth Held Hostage. America and the Armenian Genocide – What Then? What Now?, Londres, Gomidas Institute, 2016, 174 p.

Texte intégral

  • 1 Pour une mise au point sur ce dossier, voir Julien Zarifian, « The US and the (Non-)Recognition of (...)

1Les États-Unis font partie, avec le Royaume-Uni et Israël notamment, des quelques États importants de la scène internationale qui n’ont pas encore pleinement et officiellement reconnu le génocide des Arméniens de 1915. De nombreuses institutions fédérales et locales l’ont fait, pressées en ce sens par les Arméno-Américains et les deux groupes de pression qui s’en réclament, l’Armenian National Committee of America (ANCA) et l’Armenian Assembly of America (AAA). Le Congrès, souvent sensible aux intérêts particuliers et aux questions liées aux droits de l’Homme, est prêt, et de longue date, à s’engager également dans cette voie. Chacune de ses deux chambres et certaines de ses commissions ont d’ailleurs déjà voté en faveur d’une reconnaissance. Mais, du fait de pressions de l’exécutif, quel qu’en soit le bord politique et au moins depuis les années 1970, le Congrès n’a pas encore été en mesure de légiférer sur cette question. Les raisons pour lesquelles la branche exécutive, en général sous l’impulsion de la présidence, du département d’État et du département de la Défense, a bloqué toutes les initiatives de reconnaissance officielle au niveau fédéral, sont essentiellement – bien que pas uniquement – géopolitiques. Leur but principal est de ménager la Turquie, considérée comme un allié otanien et moyen-oriental de première importance, et dont les autorités s’activent pour bloquer les progrès de ce dossier au niveau international1. C’est dans ce contexte spécifique que les mémoires récemment publiés de John Evans, ancien ambassadeur des États-Unis en Arménie, prennent tout leur intérêt.

2Cet ancien ambassadeur des États-Unis en Arménie, avait défrayé la chronique quand, lors d’une visite sur le sol américain alors qu’il était en fonction, il s’était démarqué de cette ligne officielle des autorités américaines en choisissant d’utiliser le terme « génocide » pour évoquer l’élimination des Arméniens ottomans en 1915-1916. C’était en 2005, et cette prise de position publique, répétée à plusieurs reprises au cours du mois de février, inédite pour un diplomate américain en poste, lui valut, entre autres, d’être contraint à la démission par sa hiérarchie, entraînant par là même la fin précipitée d’une belle carrière au sein du département d’État. Désormais à la retraite, John Evans revient dans le présent ouvrage, préfacé par l’historien Dickran Kouymjian, sur son long parcours de diplomate et plus spécifiquement sur la question qui a marqué les dernières années de son parcours et qui l’a également fait connaître du grand public, celle de la reconnaissance du génocide de 1915, « un des plus grands tabous de la politique étrangère américaine » selon ses termes (p. xxi).

3L’auteur structure son propos en trois parties, assez inégales s’agissant de leur taille, mais avec chacune des objectifs bien définis. La deuxième et la troisième sont courtes et essentiellement de nature pédagogique et prospective. La deuxième, d’une dizaine de pages seulement, revient sur la notion de génocide, présente le cas arménien et explique en quoi il constitue un génocide. L’auteur analyse brièvement la position des États-Unis. Surtout, il explique en quoi la position ambiguë de l’exécutif américain sur la question fait le jeu du négationnisme de la Turquie (p. 119). La troisième et dernière partie de l’ouvrage propose des perspectives d’avenir et explique ce que les autorités américaines devraient faire pour sortir de l’impasse diplomatique dans laquelle elles se trouvent en refusant de reconnaître formellement et pleinement le génocide de 1915. Au moyen de dix propositions, l’auteur invite, sans surprise, les autorités américaines à inverser radicalement leur politique sur le sujet. Il les invite également à accompagner la Turquie et l’Arménie, et les Arméniens et les Turcs, dans un cheminement vers la reconnaissance et des réparations éventuelles – au demeurant assez peu évoquées dans l’ouvrage. L’auteur s’adresse aussi directement à l’Arménie et à la Turquie qui, selon lui, devraient faire des pas l’une vers l’autre (p. 144).

4La partie la plus importante, de loin la plus longue (une centaine de pages), est la première. Intitulée « Voyage of Discovery », elle présente conjointement le parcours personnel de l’auteur et son rapport à l’Arménie et au monde arménien, depuis son enfance jusqu’à son mandat d’ambassadeur à Erevan. Riche en informations inédites pour la plupart des lecteurs, elle traite de questions nombreuses et diverses, telles que le peu d’exposition des Américains aux thématiques arméniennes, la manière dont John Evans perçoit l’Arménie, ses activités en tant qu’ambassadeur en Arménie, ou encore sur ses relations avec sa hiérarchie et avec les autorités d’Arménie. Mais le cœur du propos porte sur le fait d’armes majeur de l’auteur, sa reconnaissance publique du génocide de 1915, ainsi que sur les raisons qui motivèrent sa décision et le cheminement qui l’y amena.

5John Evans, lorsqu’il prend ses fonctions à Erevan en 2003, a déjà une longue expérience de diplomate, à Washington, mais surtout à l’étranger. Spécialiste de la Russie, il officie, à partir des années 1970, dans ce pays, en Europe de l’Est, à Bruxelles et en Iran. Il est donc déjà au fait de la situation de l’Arménie et joue notamment un rôle important, de Washington, dans la coordination de l’effort humanitaire en réaction au tremblement de terre de 1988. Il reçoit d’ailleurs pour ce rôle une récompense de la part des autorités d’Arménie soviétique (p. 30). Il rencontre et côtoie, en diverses occasions durant son parcours, des Arméniens, dont il a visiblement une image positive. Il constate par exemple que, lors de son passage à l’ambassade américaine de Téhéran dans les années 1970, les employés arméniens sont alors si nombreux qu’elle est malicieusement surnommée par certains « the Armenian Embassy » au lieu de « the American Embassy » (p. 23). Cependant, comme beaucoup d’Américains de sa génération et sans doute des suivantes, il explique n’avoir jamais été vraiment exposé à la question du génocide de 1915, ni dans son parcours scolaire et universitaire aux États-Unis, ni durant l’essentiel de sa carrière professionnelle. C’est une fois qu’il est nommé ambassadeur en Arménie que cette question s’impose à lui.

6Après de nombreuses missions à Washington et à l’étranger, et après avoir été pressenti dans la seconde partie des années 1990 pour prendre le poste d’ambassadeur en Azerbaïdjan, Evans est choisi pour prendre la tête de l’ambassade des États-Unis en Arménie. Il passe sans embûche les différentes étapes qui mènent à la nomination par le président et la confirmation par le Sénat, dont l’audition face à une commission de la Chambre haute. Sans donner plus de détails, l’auteur explique qu’il sait parfaitement que tout l’enjeu de cette audition est pour lui de montrer aux sénateurs qui l’interrogent – et dont certains sont proches de la communauté arméno-américaine – qu’il sait ce qui est arrivé aux Arméniens en 1915 et qu’il est sensible à leurs souffrances, tout en évitant d’employer le terme « génocide ». Il parvient à le faire et sa nomination est entérinée dans la foulée. Entre cette audition et son départ pour Erevan, Evans lit de nombreux ouvrages sur l’Arménie et s’initie à l’arménien (sur les conseils du sénateur Sarbanes – son entourage au département d’État lui ayant signifié que sa maîtrise du russe lui suffirait pour sa mission [p. 37]). Ses lectures lèvent définitivement ses doutes sur la réalité du génocide et il explique être, à partir de ce moment, perturbé par cette question et par la stratégie de l’exécutif américain, qui consiste à éviter d’utiliser le « G Word » pour traiter des massacres de 1915 et à bloquer toute reconnaissance par le Congrès, afin de ménager la Turquie (p. 41). L’élément déclencheur qui l’amène à décider de rompre avec la tradition diplomatique américaine sur ce dossier est apparemment ce que l’on pourrait nommer « l’affaire des “notes de contexte” » (Background Notes). Avant même son départ pour l’Arménie, puis une fois en poste, l’ambassadeur Evans demande explicitement et à plusieurs reprises que les « massacres de 1915 » soient au moins mentionnés, en ces termes, dans la « note de contexte » sur l’Arménie. Il s’agit d’un document informatif produit par le département d’État et en accès libre sur son site internet. Malgré un accord de principe de sa hiérarchie immédiate, en la personne de la secrétaire d’État adjointe Beth Jones, et en dépit de ses insistances répétées, durant plusieurs mois, l’ajout n’a pas lieu. Evans est surpris, frustré et comprend que les forces favorables à la Turquie au département d’État sont puissantes et tendent à se renforcer (p. 55). Régulièrement confronté à la question du génocide dans ses activités et sa vie de tous les jours en Arménie, il considère que cette situation est anormale et que l’omerta concernant le génocide des Arméniens au département d’État doit cesser. Il explique : « quelqu’un devait faire quelque chose […] et cette personne devait sans doute être moi. » D’autant que, pour reprendre à nouveau ses termes : « Personne d’autre que [lui] ne se sentait concerné par la question ou était en position de faire quoi que ce soit à ce sujet. » (p. 55).

7L’Ambassadeur Evans décide donc de prendre ses responsabilités. Lors d’une tournée de conférences sur le sol américain, essentiellement accueillies par des centres de recherche universitaires en études arméniennes, en février 2005, il utilise à plusieurs reprises le terme « génocide » pour qualifier les massacres de 1915. Il le fait de manière explicite et sans ambiguïté, mais insiste sur le fait qu’il exprime là sa propre vision des choses et pas la position officielle du gouvernement américain (p. 64). Il est conscient, toutefois, que son initiative ne manquera pas de susciter des réactions de la part de sa hiérarchie et qu’il pourrait peut-être perdre son poste en Arménie, voire son emploi au département d’État. Il ne se trompe pas : les réactions sont immédiates. Il se fait tout d’abord « réprimander » (« rebuke » dans le texte en anglais) verbalement par la vice-secrétaire d’État adjointe puis à nouveau, plus formellement et par écrit, par la secrétaire d’État adjointe Jones. De retour à Erevan, il est ensuite sommé de publier un télégramme admettant que son utilisation du terme génocide avait été « inappropriée », ce qu’il fait (p. 72). Malgré tout, il continue de parler de « génocide arménien » en plusieurs occasions privées – mais en présence de personnalités publiques et en sa qualité d’ambassadeur. Parallèlement, sa prise de position reçoit de forts échos à Washington et au niveau international, et s’avère appréciée et approuvée par beaucoup d’observateurs et même parmi les cercles diplomatiques américains. C’est sans doute en partie pour cette raison, afin de « faire un exemple » et d’éviter que le comportement d’Evans soit reproduit par d’autres diplomates, que les autorités du département d’État décident de le démettre de ses fonctions, un an avant le terme de son mandat d’ambassadeur. Il n’a d’autre choix que d’accepter cette décision et informe sa hiérarchie qu’il prendra dans la foulée une retraite anticipée (p. 85).

8La courageuse prise de position de John Evans est largement saluée en Arménie, parmi la diaspora arménienne, et même au-delà, mais elle ne permet pas de faire bouger les lignes de l’exécutif et du département d’État. Elle est symboliquement forte, crée un précédent, mais la fermeté de la réponse des plus hautes autorités de la diplomatie américaine puis, sur le plan politique, le fait qu’en fin de compte assez peu de personnalités prennent publiquement position en faveur d’Evans et d’une reconnaissance pleine et entière du génocide par l’exécutif, montrent combien il est difficile de faire bouger les lignes. Le fait que Barack Obama, fervent défenseur de cette reconnaissance lorsqu’il était sénateur de l’Illinois, ne respecte pas sa parole de candidat et, une fois élu président en 2008, n’utilise pas le « G Word », le montre encore plus.

9L’ouvrage est passionnant et bien mené, et tant le parcours de John Evans que sa décision courageuse de briser un tabou de la diplomatie américaine forcent l’admiration. Truth Held Hostage laisse toutefois le lecteur quelque peu sur sa faim. Ce qui est expliqué et analysé par l’auteur l’est parfaitement mais certains aspects importants du dossier ne sont pas vraiment abordés, en particulier s’agissant des luttes de pouvoir, à Washington, au sujet de la reconnaissance du génocide de 1915 par les États-Unis. Y a-t-il des personnalités qui, parmi la branche exécutive, sont en faveur d’une telle reconnaissance ? Qui y est le plus radicalement opposé ? Pourquoi ? Au-delà de la hiérarchie immédiate de John Evans au département d’État, le sujet est-il abordé par les plus hautes autorités de l’État américain et, si oui, quelles sont les positions exactes du président Bush, du vice-président Cheney, du secrétaire à la Défense Rumsfeld, du secrétaire d’État Powell, de la secrétaire pour la Sécurité nationale – et secrétaire d’État à partir de 2005 – Rice, etc. ? Comment se positionnent les personnages clés des milieux intellectuels et médiatiques américains ? Quid du rôle des lobbies, notamment turcs, mais aussi pro-israéliens et du monde des affaires dans la non-reconnaissance du génocide de 1915 par les États-Unis ? Sans doute l’auteur n’a-t-il pas toutes les réponses à ces questions. Peut-être est-il toujours tenu, formellement ou non, à une certaine confidentialité sur quelques-unes d’entre elles. On aurait toutefois pu espérer qu’il apporte plus d’éléments ou de pistes de réflexion à leur propos. L’ouvrage n’en demeure pas moins riche, intéressant et instructif, et permet une réelle plongée tant dans le quotidien d’un diplomate américain rigoureux et passionné, que dans le cheminement personnel d’un homme honnête confronté à la violence de la non-reconnaissance d’un génocide. Les lecteurs les plus enthousiastes regretteront en fait simplement que la plongée ne soit pas encore plus profonde.

Haut de page

Note de fin

1 Pour une mise au point sur ce dossier, voir Julien Zarifian, « The US and the (Non-)Recognition of the Armenian Genocide », Études arméniennes contemporaines, no 1, septembre 2013, p. 75-95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Zarifian, « John M. Evans, Truth Held Hostage. America and the Armenian Genocide – What Then? What Now? », Études arméniennes contemporaines, 8 | 2016, 129-134.

Référence électronique

Julien Zarifian, « John M. Evans, Truth Held Hostage. America and the Armenian Genocide – What Then? What Now? », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/eac/1199

Haut de page

Auteur

Julien Zarifian

Université de Cergy-Pontoise

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals