Navigation – Plan du site
Études

« Du bateau au village »… et parfois à Jérusalem

Des olim marocains face à la politique migratoire israélienne (1948-1961)
From boat to village”… and sometimes to Jerusalem. The Moroccan Olim faced with Israeli State Immigration Policy (1948-1961)
Yann Scioldo-Zürcher et Yaron Tsur
p. 167-187

Résumés

L’immigration juive en Israël, au cours de la décennie 1950, a été marquée par la politique de répartition géographique dite « Du bateau au village », rendant difficile l’accès à Jérusalem. Cet article étudie la façon avec laquelle les olim (migrants juifs en Israël) ont été empêchés de s’installer à leur convenance dans la capitale de l’État, en mobilisant notamment des données statistiques inédites portant sur l’immigration marocaine du milieu de la décennie 1950. Par ailleurs, les auteurs de cet article étudient en détail les trajectoires de ceux qui ont pu parvenir en Jérusalem, soit dès leur débarquement, soit par une migration interne, elle aussi pourtant strictement encadrée par l’État.

Haut de page

Dédicace

Ils veulent une aliya1 vers Jérusalem2. Jusqu’à maintenant on ne déplace pas de nouveaux immigrants à Jérusalem.
David Ben Gourion, Journal, 17 janvier 1956.

Notes de l’auteur

Les auteurs remercient Jonathan Bensousan, pour son aide apportée à la recherche en archives.

Texte intégral

  • 3 Olim : migrants juifs effectuant l’aliya.
  • 4 Un moshav est un village agricole ; un kibboutz est une collectivité agricole.
  • 5 « L’Agence juive pour la Palestine » a été créée en 1929. Elle avait pour fonction de soutenir le p (...)
  • 6 Entre 1882, début du sionisme, et 1948, cinq principales vagues de migrants juifs sont venues d’abo (...)
  • 7 Une première vague d’immigration en provenance du Maroc se déroule au terme de la Première Guerre m (...)
  • 8 Y. Tsur, 2002, p. 387-390. Cette dernière consistait à envoyer immédiatement les migrants, par bus (...)
  • 9 National Office of Statistics, Eliezer Brutzkus, Report on problems of Geographical Distribution of (...)
  • 10 Mizrahim : « population orientale ». Le terme, dans son emploi actuel, désigne les immigrants juifs (...)
  • 11 À titre d’illustration, l’absence d’école secondaire et de possibilité d’emploi ralentissaient les (...)
  • 12 S. Chétrit, 2004.
  • 13 A. Kemp, 2002.

1La volonté de développement économique et de répartition homogène de la population juive sur le territoire d’Israël a conduit le gouvernement de David Ben Gourion, dès 1950, à organiser dans le jeune État une distribution autoritaire des olim3. Le ministère du Travail et son département de la Planification, en partenariat avec l’Agence juive et son département de l’absorption (Mahleket Ha-Klita), tous deux en charge, selon les termes idoines, de l’immigration en Israël et de « l’absorption des immigrants », préconisaient dès lors une orientation vers les districts ruraux et les petits centres urbains (« villes de développement », moshavim, et dans une moindre mesure kibboutzim4)5. Le jeune État d’Israël, en effet, était dans la nécessité économique et géopolitique d’accroitre sa population, mais, au terme des cinq précédentes vagues d’immigration, ne pouvait plus orienter les migrants vers ses seuls espaces urbains déjà surpeuplés6. La « seconde vague d’aliya marocaine »7, qui débuta en 1954, fut encadrée par la politique migratoire dite « du bateau au village »8 qui consistait à éviter les installations dans les agglomérations de Tel-Aviv, Haïfa et Jérusalem qui concentraient alors 70 % de la population juive (respectivement 44 %, 15 % et 12 %)9. Les Nord-Africains et, de façon générale, les populations « mizrahim »10 venant des pays d’Islam, d’Afrique et d’Asie, furent implantés dans des lieux périphériques, où les services de l’État étaient encore balbutiants11 et les possibilités d’éducation et de promotion sociale limitées ; ce qui allait contribuer à imposer, au sein de la société israélienne en formation, une importante stratification sociale et ethnique, amplifiant la distinction entre populations ashkénazes et sépharades12. Cependant, en dépit de l’encadrement administratif dont ces migrants furent l’objet, on constate qu’une faible minorité s’est installée à Jérusalem. L’étude de leurs trajectoires apparaît ici centrale, car elle permet d’observer le lien qui s’est tissé entre une politique migratoire contraignante et l’autonomie des migrants. En effet, en n’analysant pas cette immigration depuis les lieux « marocains d’Israël » (Dimona, Be’er Sheva, Tibériade, Kyriat Shemona…), mais depuis « l’espace empêché de Jérusalem », nous sommes en mesure de comprendre quels furent les ménages qui ont su s’émanciper des règles édictées à leur intention, et les « stratégies » qu’ils ont développées pour réaliser un projet migratoire différent de celui qui avait été pensé pour eux13.

La fin d’une « centralité migratoire » hiérosolomytaine (1948-1961)

  • 14 S. Sitton, 1962, p. 30. La population de ce premier million n’y reste cependant pas. En 1948, on ne (...)
  • 15 Ibid., p. 89.

2Le « champ migratoire sioniste » s’est considérablement renforcé avec la création de l’État israélien qui, après 1948, avait désormais une plus grande capacité de mettre en œuvre le drainage des Juifs de la diaspora vers son espace national. On estime ainsi à 1,5 million le nombre de migrants en Palestine entre 1882 et 1948, et à 900 000 celui des arrivants entre 1948 et 195814. Au cours de cette décennie, ce fut dans la courte période 1955-1956 que l’immigration nord-africaine fut à son acmé. Elle comptait alors entre 80 % et 90 % de l’immigration juive totale. Parmi elle, les Juifs marocains occupaient une place prépondérante15. Et en dépit de l’importance de ces flux, l’État israélien ne faillit pas à son objectif d’encadrement et de distribution des nouveaux immigrants.

  • 16 Les catégories « originaires d’Europe et d’Amérique » et « originaires d’Asie et d’Afrique » sont c (...)

3Le recensement de la population israélienne de 1961 montre très clairement « le frein » imposé par l’État à l’installation des nouveaux migrants internationaux dans sa capitale (voir le graphique 1 et sa courbe linéaire de croissance négative). Si entre 1947 et 1954, leur nombre avait crû de 44 % (en passant de 27 490 personnes juives nées en dehors d’Israël à 39 565 individus en 1954), la période 1955-1961, quant à elle, marque une brusque inflexion ; le nombre de nouveaux olim installés dans la ville passe alors de 39 565 à 11 480 individus (soit un taux de croissance négatif de -71 %). Mais, tandis que les arrivées de populations catégorisées comme « originaires d’Europe et d’Amérique » chutaient de façon continue (soit -262 % entre 1948 et 1961), celles des migrants « originaires d’Asie et d’Afrique » connut une importante croissance entre 1948 et 1955 (de +66 %), avant de connaitre une chute drastique du nombre de nouveaux olim (-317 %)16. Aussi, durant les quatorze premières années de l’existence de l’État, là où l’on répertoriait cent nouveaux migrants internationaux à Jérusalem en 1947, l’on ne dénombrait plus en 1961 que soixante-treize nouveaux « Asiatiques et Africains » et vingt-huit nouveaux « Européens ou Américains ». Il ne faudrait pas lire ces données comme une diminution du nombre d’immigrés. Jérusalem comptait désormais 164 980 habitants. Cependant la croissance de sa population, contrairement au reste du pays, n’était plus assurée, dès le milieu de la décennie 1950, par la seule migration internationale, mais par un important accroissement naturel et, dans une moindre mesure, une immigration interne.

Graphique 1 Olim arrivant directement à Jérusalem depuis l’étranger, de 1947 à 1961
Source : Bureau national des Statistiques, Recensement de la population israélienne, Jérusalem, 1961 (en hébreu et en anglais)

  • 17 À titre d’illustration de ce que fut la vie dans la ville partitionnée, voir J. Augier, 2013. Quelq (...)
  • 18 V. Rivière-Tencer et A. Attal, 1997.
  • 19 La traduction des noms des quartiers est de notre fait.
  • 20 Les chicounim étaient des petites barres d’immeubles équivalentes aux HLM de France.
  • 21 National Office of Statistics, Distribution géographique et statistiques des implantations urbaines (...)
  • 22 Yishouv : de l’hébreu « implantation ». Le terme désigne l’établissement juif de Palestine avant la (...)
  • 23 Ma’abara (plur. ma’abaroth) : camp de transit, composé de tentes et de petites maisons de tôles, où (...)
  • 24 Pour une description détaillée de la nouvelle ville juive au terme de l’époque britannique, voir Y. (...)

4La capitale, on le sait, était partitionnée. « La vieille ville » et ses « lieux saints », situés à l’est de la « Ligne verte », sous autorité jordanienne, restèrent inaccessibles aux populations juives jusqu’en 196717. La frontière se matérialisait par treize kilomètres de barbelés et de béton au long desquels des échauffourées eurent occasionnellement lieu18. La ville israélienne était, quant à elle, administrativement séparée en quatre quartiers19 (voir carte 1) : Mercaz Haa’ir (« centre-ville »), Maa’rav Haa’ir (« quartier à l’ouest de la ville »), Chicoun’ Maa’rav Haa’ir (« quartier des chicounim20 à l’ouest de la ville ») et Drom Haa’ir (« quartier au sud de la ville »)21. Cette division n’était qu’administrative, et ne reflètait ni cohérence géographique, ni unité sociale. Il s’agissait là d’une distinction purement historique, distinguant quartiers construits à la fin du 19e siècle, de ceux de l’époque mandataire et de ceux postérieurs à la création de l’État d’Israël. Le premier, composé de plusieurs îlots urbains bâtis à la fin de l’époque ottomane, était le centre de la vie économique et administrative hiérosolomytaine. De par l’ancienneté de ce quartier, certains des îlots qui le composaient jouxtaient les murailles de la vieille ville et la frontière jordanienne. Le sous-quartier 11, incluant Mea Shearim, regroupait les populations juives ashkénazes de pratique religieuse orthodoxe et dont les familles étaient présentes dans la cité durant la période dite du Yishouv22. Les habitants des îlots Musrara et Mamilla, dans le sous-quartier 14, étaient des nouveaux immigrants originaires d’Afrique du Nord, tandis que le sous-quartier 16, qui comprenait Rehavia, était un des plus aisés de la ville. Le quartier 2, quant à lui, était composé d’unités urbaines datant de la période mandataire et accueillait la nouvelle classe moyenne israélienne. Il comprenait aussi quelques anciens villages arabes, dont celui de Lifta, vidé de sa population d’origine pendant la guerre de 1948, mais qui restait très isolé des autres quartiers urbains. Le quartier 3 était à la fois composé d’anciens villages arabes, de quartiers datant de l’époque britannique et des îlots de chicounim, construits en hâte après 1948. Le quatrième quartier, enfin, était composé de sous-quartiers arabes et juifs socialement mixtes. Il accueillait aussi les ma’abarot23 de Talpiot et de Mekor Haïm (au sud du sous-quartier 43), les plus importants camps d’olim de la ville. Ces derniers, composés d’un bâti précaire de tentes, de petites maisons de tôle et de bois, accueillaient les populations juives en attente d’un logement public. Les plans d’urbanisme, dont celui de 1957, prévoyaient d’unifier ce complexe agencement urbain par des parcs et des espaces verts24.

Carte 1 Plan de la ville israélienne de Jérusalem, 1961

  • 25 C. Cohen, 1975.

5La ville de Jérusalem a été décrite, avec raison, comme un ensemble d’unités de voisinages ethniquement, religieusement et socialement distinctes. Les populations « mizrahim » y étaient généralement les plus précaires. Le tableau 1 (infra), montre qu’avant 1947, les migrants « orientaux » représentaient entre un quart et un tiers des migrants installés dans les quartiers de Jérusalem. Ils étaient une minorité ethnique et culturelle, répartie dans des rues et des espaces spécifiques. L’analyse plus fine, à l’échelle des sous-quartiers de la ville (tableau 2, infra) corrobore l’idée qu’il existait bien des « espaces ethnicisés » qui se sont renforcés au cours de la décennie 1950. Alors que les « populations orientales » ne comptaient que pour 7 % des migrants de Rehavia (dans le sous-quartier 16), le sous-quartier 15 voisin comptait des îlots composés, dans leur majorité, par des populations sépharades (71 %). Dans la période suivante, entre 1948 et 1954, lorsque les seules migrations « d’Africains et d’Asiatiques » restent élevées, les nouveaux migrants « mizrahi » se répartissent dans tous les quartiers de la ville, et dans une moindre mesure, dans les sous-quartiers les plus aisés. Rehavia n’accueille alors que 29 % « d’Orientaux », le sous-quartier 31 (Ein Kerem, Kyriat Hayovel, Ir Ganim) 29 % également. La ségrégation ethnique se manifeste, non plus à l’échelle des îlots, mais à celle des rues, sinon des immeubles. Les artères entourant le marché de Mahané Yehouda, dans le sous-quartier 15, sont dès lors qualifiées de Kurdi, pour désigner les espaces de vie de Juifs kurdes très défavorisés25. De même, l’habitat se densifiant par une intense politique de construction, tous les quartiers reçoivent de petits immeubles pour migrants, construits en série, et de facture très moyenne. Dans la période suivante, entre 1955 et 1961, la ségrégation engagée s’intensifie, donnant à certains espaces un caractère sépharade et à d’autres l’image de quartiers ashkénazes. Jérusalem-Ouest devient alors une ville mosaïque, où évoluer d’une rue à l’autre, sinon d’un immeuble à l’autre, peut s’accompagner d’un changement radical de la population, tant du point de vue ethnique que social et culturel.

Tableau 1 Part des populations « africaines et asiatiques » et « européennes et américaines » installées dans les quatre quartiers israéliens de Jérusalem, de 1947 à 1961
Source : Bureau national des Statistiques, Recensement de la population israélienne, 1961

Tableau 2 Part des populations « africaines et asiatiques » et « européennes et américaines » dans les quinze sous-quartiers israéliens de Jérusalem, de 1947 à 1961
Source : Bureau national des Statistiques, Recensement de la population israélienne, 1961

6La politique du « bateau au village » a ainsi fortement limité l’immigration à Jérusalem, sans pour autant l’empêcher. Elle n’était plus une destination privilégiée pour tous les migrants, quelle que fût leur origine. Les données issues du recensement de 1961 ne permettent cependant pas une réflexion plus approfondie. Pour pallier leurs faiblesses, dont l’absence de données sur les pays et les lieux d’origine des migrants, nous avons mené une enquête quantitative à partir de listes d’embarquement d’olim marocains effectuant leur aliya durant les années 1955-1956, afin de mettre au jour les différents parcours migratoires et dresser le profil des populations admises dans l’espace hiérosolymitain.

Du « bateau à Jérusalem » : une enquête quantitative sur les trajectoires géographiques d’olim (1955-1956)

  • 26 Y. Scioldo-Zürcher, 2016.
  • 27 Les listes d’embarquement sont à la fois conservées par les Archives centrales sionistes (Central Z (...)
  • 28 Cette base de données regroupe 70,2 % de la totalité des migrants marocains arrivés en Israël entre (...)
  • 29 Le Centre des Archives d’outre-mer, à Aix-en Provence, ne conserve aucune donnée précise concernant (...)
  • 30 Voir CZA. Les sources sont en hébreu. L’Agence juive « organisait » le transfert des populations de (...)

7La recherche en archives a consisté à croiser des sources archivistiques jusqu’alors inexploitées, afin de reconstituer les trajectoires migratoires de ménages, avant et après leur migration internationale26. La première étape ordonne, dans une base de données, les informations contenues dans les listes nominatives d’embarquement de migrants marocains partis de Casablanca pour Israël entre les mois d’août 1955 et 195627. Elles indiquent, pour 15 443 individus, la composition des ménages, le lieu de naissance, le lieu d’habitation au moment du départ et la profession occupée28. En outre, elles révèlent des caractéristiques sociales de ménages juifs que la statistique coloniale n’avait pas toujours considérées29. La seconde étape de l’enquête consiste à compléter ces données avec les listes nominatives de l’Agence juive qui indiquent les localités vers lesquelles ces migrants ont été dirigés après leur débarquement à Haïfa30. Aussi, en confrontant ces deux sources, il est possible de mesurer, à grande échelle, pour une période intercensitaire méconnue, les trajectoires géographiques des migrants, de leur naissance en pays étrangers à leur première installation dans le pays d’accueil.

8Les trajectoires migratoires mises au jour illustrent l’efficacité de la politique de réduction des flux des olim vers Jérusalem voulue par l’État. Comme le montre la carte 2, sur 667 personnes arrivées en septembre 1955, une seule fut envoyée à Jérusalem. Il s’agissait là d’un mineur qui rejoignait sa famille déjà installée dans la cité. Les autres migrants, quant à eux, ne sont pas dirigés vers les autres pôles urbains (Tel Aviv, Haïfa), mais bien vers les milieux ruraux (moshavim et kibboutzim) et les villes de développement (notamment Dimona et Be’er Sheva).

Carte 2 Lieux d’orientation en Israël de 667 Marocains, arrivés en septembre 1955

9Le constat est similaire pour les migrants qui arrivent au cours des six premiers mois de l’année 1956. Sur un ensemble de 5 501 migrants dont les trajectoires ont été identifiées, qui ont été répartis dans 125 localités, seuls cinquante-trois d’entre eux, soit 1 % de l’ensemble, furent directement conduits vers Jérusalem. La capitale de l’État arrive ainsi au vingt-cinquième rang des lieux de destination. Ici encore, ces Marocains furent très majoritairement dirigés vers les espaces ruraux israéliens (qui comptent pour 85 % des localités de destination). Les villes de développement (Be’er Sheva et Dimona) en accueillirent, quant à elles, 13,7 % ; elles se situent respectivement aux troisième et quatrième rangs des lieux d’arrivée.

10« L’admission » à Jérusalem n’est alors statistiquement pas liée à une origine géographique particulière, lieu de naissance ou dernier lieu d’habitation au Maroc. Les nouveaux habitants de la cité étaient issus à la fois d’espaces ruraux et urbains (tableaux 3 et 4) ; étaient d’anciens résidents de Casablanca, de Fès et de Meknès, mais aussi des petits bourgs de Séfrou et de Guercif. La moitié d’entre eux étaient natifs de villages ruraux, venus s’installer dans les villes marocaines par des effets de « migrations internes ».

Tableau 3 Lieux de naissance des olim marocains orientés vers Jérusalem, entre janvier et mai 1956
Source: Central Zionist Archives, Jérusalem, ISA1/15498

Tableau 4 Dernier lieu d’habitation des olim marocains orientés vers Jérusalem, entre janvier et mai 1956
Source : Central Zionist Archives, Jérusalem, ISA1/15498

11C’est au contraire dans la corrélation entre l’âge et la composition familiale que l’on décèle la façon dont ces populations ont été autorisées par l’Agence juive et le Makleket Ha-Klita à s’installer à Jérusalem. Contrairement aux autres olim, les futurs habitants de la capitale étaient de jeunes actifs, ou des mineurs voyageant seuls. Ils avaient vingt-huit ans en moyenne et vingt-trois ans d’âge médian. Un quart d’entre eux étaient âgés de moins de quinze ans. De même, onze ménages sur vingt étaient composés d’une seule personne. En d’autres termes, ces migrants présentaient des caractéristiques de mineurs rejoignant leur famille, de jeunes adultes célibataires, sinon de jeunes couples, tandis que les autres migrants marocains, dans leur ensemble, répondaient au profil d’une migration familiale.

12Plus encore, l’Agence juive avait construit des catégories d’olim distinguant les membres d’une « aliya générale » (incluant les mineurs isolés), les « militants sionistes », les « nidrachim » (« les demandés », c’est-à-dire des individus majeurs dont la famille, déjà installée à Jérusalem, demandait à ce qu’ils viennent les rejoindre) et les membres de la « classe moyenne » déjà propriétaires d’un logement en Israël (acquis auprès de la compagnie de construction Rasco, liée à l’Agence juive). Sans surprise, dans notre cohorte d’individus, les premiers étaient les plus nombreux et comptaient pour 88 % des migrants (voir tableau 5), tandis que les autres catégories étaient peu représentées. Or, on note, parmi les olim orientés vers Jérusalem, un renversement de l’ordre de ces catégories (voir tableau 6).

Tableau 5 Catégorisation générale des olim
Source : Central Zionist Archives, Jérusalem

Tableau 6 Catégorisation des olim dirigés vers Jérusalem entre les mois d’août 1955 et 1956
Source : Central Zionist Archives, Jérusalem

  • 31 Y. Tsur, 2010.
  • 32 Entretien réalisé en février 2014.
  • 33 Le Mapaï, parti de la gauche israélienne, était alors la principale force politique du pays.
  • 34 Entretien réalisé en février 2015.

13La moitié des individus autorisés à s’installer à Jérusalem sont catégorisés « nidrachim » ; ils étaient alors attendus par leurs familles qui avaient apporté à l’Agence juive les justifications nécessaires à leur venue. Il s’agit notamment d’anciens habitants de Fès. En effet, durant le protectorat français au Maroc, et avant la création de l’État d’Israël, peu de Marocains étaient venus s’installer en Palestine, hormis une petite vague d’immigration en 1921-1922 en provenance de la région de Fez. En dépit d’importants retours, une centaine d’entre eux ont créé un noyau fassi à Jérusalem31. Les rejoignaient désormais, en usant de ce réseau, les membres de leur famille jusqu’alors restés « au pays ». On retrouve, par ailleurs, dans notre cohorte ceux qui avaient préalablement acheté leur logement à Jérusalem et qui ne dépendaient pas du parc de logement public pour s’y installer. Ils étaient des commerçants et des artisans. Les membres des mouvements sionistes, quant à eux, étaient ici des militants des organisations de jeunesse. Enfin, les ménages catégorisés comme dépendant d’une aliya générale, étaient aussi bien des mineurs non-accompagnés rejoignant leurs parents dans la capitale, que des ménages sans caractéristiques précises. Ainsi la famille de Céline A., répertoriée dans notre base de données, est arrivée de Marrakech au printemps 1956. Elle se souvient très bien de l’insistance de son père, petit artisan de Casablanca, à ne vouloir s’installer qu’à Jérusalem32. Ses motivations étaient alors religieuses. « Il avait prié toute sa vie pour un retour à Jérusalem […] [Plusieurs de ses enfants, déjà mariés, s’étaient implantés dans le pays (à Haïfa et à Dimona), mais] il lui semblait impossible de venir en Israël sans être au cœur de la ville juive ». Il dut insister à de nombreuses reprises auprès de l’Agence juive de sa ville pour appuyer sa demande, qui finit par aboutir. Autre cas, celui de la famille de Simon C. : « si mon père n’avait pas été membre du Mapaï33, et connu de ses dirigeants, il n’aurait jamais pu s’installer à Jérusalem »34. Cet homme, commerçant aisé de Mogador (Essaouira), membre de l’élite intellectuelle francophone et militant sioniste, usa de ses réseaux politiques, sinon de ses amitiés, pour appuyer sa demande, qui avait été rejetée à plusieurs reprises.

« Du bateau au village » puis « du village à Jérusalem »

14Si les chemins qui conduisaient directement « du bateau à Jérusalem » avaient été restreints avec succès en restant réservés à de jeunes olim qui répondaient à de précis critères financiers, idéologiques ou de regroupement familial, il incombait aussi aux autorités en charge des migrants de limiter les mobilités internes de ceux qui, une fois installés dans le pays, tentaient de rejoindre la capitale. Et cela s’avéra administrativement plus complexe, en raison de la liberté de circulation, que l’État garantissait.

  • 35 CZA, S 84/436/2-85.
  • 36 CZA, S 84/436/2-83.
  • 37 CZA, S 84/436/2-83. On comprend qu’il désignait implicitement ici les migrants orientaux.

15C’est au cours de l’automne et de l’hiver 1955 que les pratiques administratives de réception des migrants internes à Jérusalem changèrent profondément. Les services de l’Agence juive, en charge des immigrés de la région de Jérusalem, étaient alors en proie à de fortes tensions avec le département du Travail social de la municipalité. Ce dernier, dans une lettre adressée à l’Agence juive, le 20 octobre 1955, demandait à avoir un plus grand contrôle sur les installations dans les ma’abaroth où, une fois arrivés, les migrants faisaient valoir leur droit à des aides qui n’avaient pas été budgétairement anticipées35. Au terme d’un conflit où les deux institutions se renvoyaient les responsabilités de prise en charge de ces migrants internes, il fut décidé, au cours d’une réunion tenue le 7 novembre 1955, que les admissions dans les ma’abaroth comme dans les chicounim, alors en cours de construction et livrés régulièrement, seraient désormais strictement encadrées pour les migrants internes36. Le Mahleket Ha-Klita, présentait alors les bases de sa politique de suppression des ma’abaroth, dans laquelle il préconisait le logement rapide des immigrés anglo-saxons en immeubles, à ses yeux financièrement autonomes, « et refusait catégoriquement d’autoriser la venue dans la capitale des ménages dépendants de l’aide sociale »37. Il concédait toutefois pouvoir accueillir à Jérusalem un nombre de cinquante ménages par an, à condition que celui-ci soit équivalent au nombre de ceux qui quittaient la ville. Le département de l’Absorption assurait enfin n’avoir aucune influence sur les ménages qui venaient s’installer dans la capitale de leur propre initiative et accédaient à des logements privés.

  • 38 CZA, S 84/436/2-69.

16Une toute nouvelle pratique administrative, qui semble avoir rapidement fonctionné, fut ainsi mise en place : le département de l’Absorption de chaque district décidait du nombre de familles à déplacer dans le pays pour les six mois à venir, en accord avec les municipalités et les directeurs de ma’abaroth, qui informaient du nombre de places dont ils disposaient et accordaient – ou non – l’installation des ménages38. Une commission fut donc constituée pour décider des admissions. Si tous les comptes rendus de ses réunions ne nous sont pas parvenus, nous avons pu étudier, pour l’année 1956, quatre-vingt-deux dossiers, dont trente-quatre cas de migrants marocains.

  • 39 CZA, S 584/299/2-64-65.
  • 40 CZA, S 584/299/2-50.
  • 41 CZA, S 584/299/2-101.
  • 42 CZA, S 584/299/2-46.

17On est frappé, à leur lecture, par le soin scrupuleux porté à n’admettre à Jérusalem, ou dans sa banlieue, que les ménages qui en faisaient une demande justifiée. En pratique, seuls comptaient les cas de regroupement familial, de facilitation des emplois et dans quelques rares cas les situations sociales pour des ménages jugés « méritants ». Ainsi la commission du 26 juin 1956 autorisait la famille C. à quitter la ma’abara de Talpiot pour un logement à Colonia (Mevasseret Zion depuis), village distant de l’agglomération de quelques kilomètres39. La famille avait été installée, dès son débarquement, dans la petite ville de développement de Nativot (à l’époque Azata, au sud d’Israël). Elle était rapidement venue vivre dans la capitale, chez des proches parents, pour assurer les soins d’un fils malade. Depuis ce nouveau logement, elle pouvait continuer à se rendre à l’hôpital sans trop de difficultés. Le ménage de Simon P. fut logé à Mevasseret Zion à la suite de la commission du 8 août 1956. Il avait auparavant rejoint ses beaux-parents dans le quartier de Musrara, où seize personnes vivaient dans deux pièces. Jugée « famille très positive » par les travailleurs sociaux qui les visitaient, elle avait ainsi pu bénéficier d’une attribution40. Le ménage de Salomon L., quant à lui, avait été immédiatement installé à Bet Shemesh, dans un pahon (une maison de tôle), où sa femme fit une fausse couche dès son arrivée41. Mobilisant toutes ses ressources financières pour acheter un appartement dans le quartier hiérosolomytain de Mamilla et y ouvrir une imprimerie (il était venu du Maroc avec ses machines), il logeait depuis, et de façon temporaire, chez sa belle-sœur, dans un chicoun de Beit Mazmil (un nouveau quartier de chicounim au sud-ouest de Jérusalem, aujourd’hui Kiryat Hayovel). Il fut admis, parce que considéré comme appartenant à la classe moyenne, dans un logement en dur dans la ville même. Enfin Abraham O., âgé de cinquante-huit ans, avait été envoyé avec sa famille à Be’er Sheva42. Mais Simon, son fils de 22 ans, sur qui il comptait pour assurer ses revenus, avait quitté Israël dès son arrivée, laissant la famille dans un embarras financier certain. Le chef de famille, sa femme et leur dernier enfant à charge, avaient rejoint leurs deux autres enfants adultes, précédemment venus en Israël, à Jérusalem. Mais ces derniers ne pouvaient les accueillir dans leurs petits logements respectifs. Ils demandèrent l’admission de leurs parents dans la ma’abara de Talpiot en s’engageant à les soutenir financièrement. La commission du 22 août 1956 les y autorisa.

18Ces exemples, paradigmatiques, permettent de dessiner les contours de ce que fut concrètement cette seconde politique d’attribution de logements pour migrants internes, qui consista à ouvrir les appartements des offices publics, mais avec parcimonie, tout en veillant à ne pas créer « d’appel d’air » pour les ménages voulant rejoindre Jérusalem et installés ailleurs dans le pays. De même, on y lit la « stratégie » de ces migrants, qui en usant des quelques possibilités offertes par l’administration pour obtenir un logement dans Jérusalem, présentaient des dossiers où les situations sociales étaient dûment décrites et argumentées afin d’appuyer une demande exceptionnelle de contournement de la règle fixée.

  • 43 CZA, S 584/299/2-135.

19Malheureusement, faute d’archives disponibles, nous n’avons à notre disposition que les dossiers qui ont bénéficié d’un accord de l’administration. Il nous est impossible de connaître les motifs de refus de ces attributions. On remarque cependant le cas des ménages composés de peu de personnes, dont les dossiers, bien qu’admis, ont été constamment renvoyés à des commissions plus tardives. Ainsi, la lettre collective datée du 5 février 1956, adressée au département de l’Absorption, dans laquelle « plus de vingt ménages » se plaignent d’être logés de façon précaire dans la ma’abara Mekor Haïm depuis « plus de cinq années », et qui menacent alors de faire « la grève de shabbat » et de publiciser le fait « que le gouvernement [les] abandonne »43. « Nous en avons assez de notre vie misérable. Vous nous traitez comme des chiens et vous ne nous donnez pas de chicounim où nous pouvons vivre avec dignité ». L’attente de relogement aurait été justifiée, selon eux, au motif que ces ménages étaient tous composés de moins de quatre personnes.

*

20Alors que dans la plupart des pays d’immigration occidentaux le peuplement s’organisa en fonction du marché de l’emploi, ce qui entraina en période d’immigration de masse le développement et la pérennisation de bidonvilles, en Israël au contraire, et à Jérusalem en particulier, le très fort interventionnisme de l’État en matière de politique migratoire sut imposer une politique d’insertion des migrants par leur répartition géographique dans le pays. Ainsi, à partir du tournant de la décennie 1950, le projet de peuplement mis en place par l’État explique que seuls quelques rares olim s’acheminent de façon directe vers Jérusalem, malgré le fait que cette destination revient de manière plus qu’insistante dans les projets migratoires des ménages. C’était là une rupture dans les précédentes trajectoires migratoires des olim marocains. Avant 1950, la ville de Jérusalem était une destination privilégiée, qui ne devint qu’exceptionnelle par la suite. Cette nouvelle « immigration hiérosolomytaine choisie », répondait à des catégories administratives précises et, dans de très rares cas, était due à l’insistance et la persuasion de quelques chefs de famille. Cet encadrement administratif de la migration internationale fut aussi complété par une politique de maîtrise des flux internes vers la capitale. Les administrations en charge des olim instaurèrent ainsi une pratique d’accueil, en camp de transit, et d’attribution de logements publics stricte, qui consistait à ne pas inciter les populations du pays à s’installer à Jérusalem de leur propre initiative. Les quelques ménages marocains étudiés eurent ainsi à leur disposition une très étroite marge de manœuvre pour organiser leur venue à Jérusalem, sans pouvoir éviter des situations extrêmes d’inconfort. L’année 1955 inaugure ainsi un cycle de douze années durant lequel le développement industriel et la densification du pays furent préférés au développement de la capitale. Ce modus vivendi changea évidemment après 1967 et la réunification de la ville puis, au terme de la décennie 1980, avec la création politique et urbanistique du « Grand Jérusalem ». Les enjeux politiques, sociaux et économiques étaient dès lors tout autre, et la densification de la capitale n’était désormais plus perçue comme concurrente au développement du pays.

Haut de page

Bibliographie

Abécassis Frédéric, Dirèche Karima et Aouad Rita (dir.), La bienvenue et l’adieu. Migrants juifs et musulmans au Maghreb (XVe-XXe siècle), Actes du colloque d’Essaouira, Migrations, identité et modernité au Maghreb, 3 vol., Casablanca, Paris : La croisée des chemins, Karthala, 2012.

Augier Justine, Jérusalem, Arles : Actes Sud, 2013.

Ben-Arieh Yehoshua, The New Jewish City of Jerusalem during the British Mandate Period. Neighborhoods, Houses, People, Jérusalem : Yad Ben-Zvi, 2011.

Chétrit Samy-Shalom, The Mizrahi Struggle in Israel: 1948-2003, Between Oppression and Liberation, Identification and Alternative [en hébreu], Tel Aviv : Am-Oved, Ofakim Series, 2004.

Cohen Claudine, Grandir au quartier kurde. Rapports de générations et modèles culturels d’adolescents israéliens d’origine kurde, Paris : Institut d’ethnologie, Musée de l’Homme, 1975.

Picard Avi, Cut to measure, Israel’s Policies Regarding the Aliyah of North African Jews, 1951-1956 [en hébreu], Be’er Sheva : The Ben Gurion Resarch Institute, Ben Gurion University of the Negev, 2013.

Kemp Adriana, 2002, « “L’errance des peuples ou la grande brûlure” : la domination étatique et son opposition dans les périphéries israéliennes », in Pnina Motzafi-Haller, Hannan Hever et Yehouda Shenhav (ed.), Mizrahim in Israel: A Critical Observation into Israel’s Ethnicity, Jérusalem : The Van Leer Jerusalem Institute, Hakibbutz Hameuchad, 2002, p. 36-67.

Rivière-Tencer Valérie et Attal Armand, Jérusalem, destin d’une métropole, Paris : L’Harmattan, 1997.

Sand Schlomo, Penslar Derek et Shlaïm Avi, Israël face à son passé, Paris : Arkhê, 2010.

Scioldo-Zürcher Yann, « Contourner l’obstacle de sources archivistiques éparses pour l’étude de la diaspora juive marocaine en Israël », Diasporas : circulations, migrations, histoire, no 27, 2016, p. 161-177.

Sitton Shlomo, Israël, immigration et croissance, Paris : Cujas, 1962.

Tsur Yaron, A Torn Community: The Jews of Morocco and Nationalism 1943-1954 [en hébreu], Tel Aviv : Am Oved, 2002.

Tsur Yaron, « L’“exode de Fez” : sur les origines de l’émigration sioniste du Maroc », in Frédéric Abécassis, Karima Dirèche et Rita Aouad (dir.), La bienvenue et l’adieu. Migrants juifs et musulmans au Maghreb (xve-xxe siècle), Actes du colloque d’Essaouira, Migrations, identité et modernité au Maghreb, Casablanca, Paris : La croisée des chemins, Karthala, 2012, vol. 3, p. 9-19.

Haut de page

Note de fin

1 Aliya : « la montée », (plur. aliyot), en termes religieux et sioniste, l’immigration en Israël.

2 En 1949, Israël déclare Jérusalem Ouest capitale de l’État juif.

3 Olim : migrants juifs effectuant l’aliya.

4 Un moshav est un village agricole ; un kibboutz est une collectivité agricole.

5 « L’Agence juive pour la Palestine » a été créée en 1929. Elle avait pour fonction de soutenir le projet sioniste en Palestine. Après 1948, elle est devenue « Agence juive pour Israël » ; elle conservait son rôle mais était dès lors coordonnée par le gouvernement du nouvel État. Le Mahleket Ha-Klita gérait, quant à lui, « l’absorption » des migrants.

6 Entre 1882, début du sionisme, et 1948, cinq principales vagues de migrants juifs sont venues d’abord en Palestine ottomane, puis en Palestine mandataire britannique. Originaires d’Europe centrale et orientale, ces migrants se sont installés en majorité dans les villes.

7 Une première vague d’immigration en provenance du Maroc se déroule au terme de la Première Guerre mondiale. La seconde vague, au milieu des années 1950, est due à la volonté du Mahleket Ha-Klita d’organiser l’insertion des populations nord-africaines, dont la venue après 1952, année durant laquelle peu de personnes émigrent en Israël, est jugée indispensable au développement de l’État.

8 Y. Tsur, 2002, p. 387-390. Cette dernière consistait à envoyer immédiatement les migrants, par bus ou taxi, vers les lieux qui leur étaient destinés. Voir aussi A. Picard, 2013.

9 National Office of Statistics, Eliezer Brutzkus, Report on problems of Geographical Distribution of Population in Israel, Planning Department, 10 avril 1954, p. 7 (en anglais).

10 Mizrahim : « population orientale ». Le terme, dans son emploi actuel, désigne les immigrants juifs d’Asie et d’Afrique, et leurs descendants en Israël. Sa diffusion et sa grande popularité dans la société israélienne débutent dans la décennie 1970. Il lui était indifféremment préféré auparavant les termes « sépharades » ou « edot ha mizrah ». Aujourd’hui le terme Mizhari est moins utilisé dans le monde religieux, qui lui préfère celui de sépharade. Ce terme est le résultat de la catégorisation coloniale européenne qui avait distingué les Juifs européens des non européens. Cette dichotomie a eu une importante influence sur la société israélienne en formation.

11 À titre d’illustration, l’absence d’école secondaire et de possibilité d’emploi ralentissaient les possibilités d’ascension sociale.

12 S. Chétrit, 2004.

13 A. Kemp, 2002.

14 S. Sitton, 1962, p. 30. La population de ce premier million n’y reste cependant pas. En 1948, on ne dénombre plus que 650 000 Juifs en Israël.

15 Ibid., p. 89.

16 Les catégories « originaires d’Europe et d’Amérique » et « originaires d’Asie et d’Afrique » sont celles du recensement de la population de 1961.

17 À titre d’illustration de ce que fut la vie dans la ville partitionnée, voir J. Augier, 2013. Quelques Arabes chrétiens, quant à eux, pouvaient se rendre à l’est, notamment à Bethléem, durant la seule période des fêtes de la Nativité.

18 V. Rivière-Tencer et A. Attal, 1997.

19 La traduction des noms des quartiers est de notre fait.

20 Les chicounim étaient des petites barres d’immeubles équivalentes aux HLM de France.

21 National Office of Statistics, Distribution géographique et statistiques des implantations urbaines en Israël, avril 1962 (en hébreu), Municipal Boundary map. Le quartier 1 se décompose en sous-quartier 11 : Sanhedria, Mahanaïm, Beit Israel, Mea Shearim ; sous-quartier 12 : Kerem Avraham, Chicoun Hassidof, Mekor Baruh, Chrounat Habouharim, Gueoula, Schneller ; sous-quartier 13 : Rehov Ben-Yehouda, Rehov Shamaï ; sous-quartier 14 : Migrash Haroussim, Musrara  ; sous-quartier 15 : Mahané Yehouda, Zihon Youssef, Nahalat Ahim, Shaar Yerushalaïm ; sous-quartier 16 : Gan Haatzmaout, Rehavia, Shaarei hessed. Le quartier 2 se décompose en sous-quartier 21 : Givat Shaul, Beit Romema, Lifta ; sous-quartier 22 : Yafé Nof, Beit Végan, Kyriat Moshé, Beit Hakerem ; sous-quartier 23 : Givat hanassi. Le quartier 3 se décompose en sous-quartier 31 : Ein Kerem, Kyriat Hayovel, Ir Ganim ; sous-quartier 32 : Katamon Aleph, Katamon Beit, Katamon Guimel, Katamon Dalet, Katamon Hé, Katamon Vav ; sous-quartier 33 : Givat Mordechai, Givat Oren. Le quartier 4 se décompose en sous-quartier 41 : Talbié, Yamin Moché, sous-quartier 42 : Mochava Germanit, Mochava Iavanit, Katamon ; sous-quartier 43 : Baka, Dir Abu Tor, Talpiot, Mekor Haïm, Beit Safafa, Hir Zion, Arnona. La délimitation administrative de ces espaces semble avoir reposé sur des critères de densité de populations.

22 Yishouv : de l’hébreu « implantation ». Le terme désigne l’établissement juif de Palestine avant la création de l’État d’Israël. On distingue « l’ancien » Yishouv, durant la période ottomane et avant les premières migrations sionistes, du « nouveau » Yishouv, désignant la venue des immigrants sionistes.

23 Ma’abara (plur. ma’abaroth) : camp de transit, composé de tentes et de petites maisons de tôles, où les migrants étaient accueillis avant d’accéder à des logements pérennes. Le lieu n’ayant pas été pensé par ses initiateurs comme un espace de relégation, mais bien comme un lieu temporaire de transition, on ne peut pas traduire le terme ma’abara par bidonville.

24 Pour une description détaillée de la nouvelle ville juive au terme de l’époque britannique, voir Y. Ben-Arieh, 2011.

25 C. Cohen, 1975.

26 Y. Scioldo-Zürcher, 2016.

27 Les listes d’embarquement sont à la fois conservées par les Archives centrales sionistes (Central Zionist Archives, Jérusalem – CZA par la suite) et les Archives nationales israéliennes. Elles sont dispersées et non répertoriées sous des cotes précises. Elles ont été extraites de plusieurs centaines de cartons par les soins de Yaron Tsur.

28 Cette base de données regroupe 70,2 % de la totalité des migrants marocains arrivés en Israël entre les mois d’août 1955 et 1956.

29 Le Centre des Archives d’outre-mer, à Aix-en Provence, ne conserve aucune donnée précise concernant les populations juives issues des territoires isolés de l’Atlas et de l’Anti-Atlas marocains. Par ailleurs, la mémoire des villages juifs s’est rapidement perdue, si bien que le Maroc actuel n’est pas en mesure de répertorier tous les sites ruraux où les populations juives étaient installées.

30 Voir CZA. Les sources sont en hébreu. L’Agence juive « organisait » le transfert des populations des lieux de départ aux lieux d’arrivée, au moyen d’une administration particulièrement performante qui désignait ainsi pour chaque ménage les lieux d’installation. À ce stade de l’enquête, 5 501 trajectoires ont été recréées.

31 Y. Tsur, 2010.

32 Entretien réalisé en février 2014.

33 Le Mapaï, parti de la gauche israélienne, était alors la principale force politique du pays.

34 Entretien réalisé en février 2015.

35 CZA, S 84/436/2-85.

36 CZA, S 84/436/2-83.

37 CZA, S 84/436/2-83. On comprend qu’il désignait implicitement ici les migrants orientaux.

38 CZA, S 84/436/2-69.

39 CZA, S 584/299/2-64-65.

40 CZA, S 584/299/2-50.

41 CZA, S 584/299/2-101.

42 CZA, S 584/299/2-46.

43 CZA, S 584/299/2-135.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Graphique 1 Olim arrivant directement à Jérusalem depuis l’étranger, de 1947 à 1961Source : Bureau national des Statistiques, Recensement de la population israélienne, Jérusalem, 1961 (en hébreu et en anglais)
URL http://journals.openedition.org/eac/docannexe/image/1250/img-1.jpg
Fichier image/, 268k
Légende Carte 1 Plan de la ville israélienne de Jérusalem, 1961
URL http://journals.openedition.org/eac/docannexe/image/1250/img-2.jpg
Fichier image/, 648k
Légende Tableau 1 Part des populations « africaines et asiatiques » et « européennes et américaines » installées dans les quatre quartiers israéliens de Jérusalem, de 1947 à 1961Source : Bureau national des Statistiques, Recensement de la population israélienne, 1961
URL http://journals.openedition.org/eac/docannexe/image/1250/img-3.jpg
Fichier image/, 264k
Légende Tableau 2 Part des populations « africaines et asiatiques » et « européennes et américaines » dans les quinze sous-quartiers israéliens de Jérusalem, de 1947 à 1961Source : Bureau national des Statistiques, Recensement de la population israélienne, 1961
URL http://journals.openedition.org/eac/docannexe/image/1250/img-4.jpg
Fichier image/, 272k
Légende Carte 2 Lieux d’orientation en Israël de 667 Marocains, arrivés en septembre 1955
URL http://journals.openedition.org/eac/docannexe/image/1250/img-5.jpg
Fichier image/, 1,4M
Légende Tableau 3 Lieux de naissance des olim marocains orientés vers Jérusalem, entre janvier et mai 1956Source: Central Zionist Archives, Jérusalem, ISA1/15498
URL http://journals.openedition.org/eac/docannexe/image/1250/img-6.jpg
Fichier image/, 96k
Légende Tableau 4 Dernier lieu d’habitation des olim marocains orientés vers Jérusalem, entre janvier et mai 1956Source : Central Zionist Archives, Jérusalem, ISA1/15498
URL http://journals.openedition.org/eac/docannexe/image/1250/img-7.jpg
Fichier image/, 60k
Légende Tableau 5 Catégorisation générale des olimSource : Central Zionist Archives, Jérusalem
URL http://journals.openedition.org/eac/docannexe/image/1250/img-8.jpg
Fichier image/, 68k
Légende Tableau 6 Catégorisation des olim dirigés vers Jérusalem entre les mois d’août 1955 et 1956Source : Central Zionist Archives, Jérusalem
URL http://journals.openedition.org/eac/docannexe/image/1250/img-9.jpg
Fichier image/, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Scioldo-Zürcher et Yaron Tsur, « « Du bateau au village »… et parfois à Jérusalem », Études arméniennes contemporaines, 9 | 2017, 167-187.

Référence électronique

Yann Scioldo-Zürcher et Yaron Tsur, « « Du bateau au village »… et parfois à Jérusalem », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/eac/1250 ; DOI : 10.4000/eac.1250

Haut de page

Auteurs

Yann Scioldo-Zürcher

CNRS, Centre de recherche français de Jérusalem

Yaron Tsur

Université de Tel Aviv

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • OpenEdition Journals