Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Kostas Faltaits, The Genocide of the Greeks in Turkey: Survivor Testimonies from the Nicomedia (Izmit) Massacres of 1920-1921

Raymond Kévorkian
p. 247-250
Référence(s) :

Kostas Faltaits, The Genocide of the Greeks in Turkey: Survivor Testimonies from the Nicomedia (Izmit) Massacres of 1920-1921, traduit et édité par Ellene S. Phufas-Jousma et Aris Tsilfidis, River Vale : Cosmos Publishing-Attica Editions, 2016, 155 p.

Texte intégral

  • 1 Le texte original a été publié en grec, en 1921, et traduit et publié en français sous le titre de (...)

1Les témoignages de survivants recueillis par le journaliste grec Kostas Faltaits, qui arrive au début du printemps 1921 dans la région d’Izmit pour couvrir l’affrontement entre l’armée grecque et les troupes de Mustafa Kemal avec pour enjeu le sort de l’ouest anatolien, constituent un corpus non négligeable pour documenter les exactions commises contre les civils grecs établis dans les localités autour du golfe d’Izmit1. Ce corpus est précédé d’un long prologue de Tessa Hofmann, sociologue allemande bien connue pour ses travaux sur les violences de masse, qui pose les bonnes questions sur ces crimes perpétrés avant et durant la guerre gréco-turque, en soulignant combien le cas documenté par ces témoignages n’aborde le sort que d’une infime partie des populations grecques ottomanes.

2Le titre général de cette traduction anglaise du recueil de Kostas Faltaits, évoquant le « génocide des Grecs de Turquie », bien que les événements évoqués ici ne concernent, en effet, qu’un peu plus de 12 000 victimes concentrées sur une vingtaine de localités, a le mérite de révéler une tendance récente à agréger le sort des Grecs ottomans à la politique génocidaire menée par le Comité Union et Progrès contre les populations non-musulmanes de l’Empire ottoman. Il est vrai que l’évaluation de la nature des violences de masse commises à l’encontre des Grecs ottomans est d’autant plus difficile à appréhender que ces persécutions qui aboutissent à l’éradication des Grecs d’Asie Mineure s’étalent sur près d’une dizaine d’années, entre 1914 et 1923.

  • 2 Taner Akçam, From Empire to Republic: Turkish Nationalism and the Armenian Genocide, Londres, New Y (...)

3Grâce à de récents travaux historiques2, il apparaît désormais que le comité central du Comité Union et Progrès (CUP) a décidé et mis en œuvre la déportation et la spoliation des civils grecs de l’Égée dès le début du printemps 1914 : environ 190 000 personnes ont été ainsi déracinées, une partie étant déportée vers Konya et une autre parvenant à fuir vers les îles grecques. On sait d’autre part que cette décision visait également les civils arméniens destinés à être déportés dans les déserts de Syrie et de Mésopotamie. Les guerres Balkaniques ont indéniablement contribué à la radicalisation des unionistes et à la mise en œuvre de leur politique d’homogénéisation ethnique de l’Asie Mineure, d’autant que les exactions réciproques observées durant ces mêmes guerres ont, aux yeux des mêmes unionistes, légitimé les mesures à venir.

4Concernant la période de la Grande Guerre, si des réquisitions s’apparentant à un pillage ont visé les Grecs ottomans au même titre que les Arméniens, dès le mois d’août 1914, en revanche on n’a observé que des déplacements limités de populations grecques, essentiellement ceux localisés sur les côtes de la mer Noire. Autrement dit, alors que le CUP mettait en œuvre la liquidation des Arméniens et des Syriaques, il a montré une certaine retenue à l’égard des Grecs ottomans, alors que la Grèce hésitait encore entre une alliance avec l’Entente ou une adhésion au pacte germano-turc. C’est durant la période qui s’ouvre après l’armistice de Moudros (30 octobre 1918) que le sort des Grecs, jusqu’alors relativement ménagés, se joue. Or, l’historiographie turque reste défaillante sur cette période, réduite à une épopée héroïque du libérateur Mustafa Kemal, de même que les rares travaux produits en Grèce, en Arménie, ou encore en Europe et en Amérique du Nord. La défaite et le départ précipité des chefs unionistes pour Berlin ont certes permis l’arrivée au pouvoir de libéraux turcs, qui ont, dans un premier temps, assumé les crimes commis par leurs prédécesseurs sans pour autant véritablement travailler à la réinsertion des rescapés qui rentraient dans leurs foyers, en repoussant notamment l’abrogation de la loi de confiscation des « biens abandonnés », en laissant les individus impliqués dans l’organisation du génocide arménien libres de leurs mouvements dans les villes de provinces.

5Étant sous la surveillance directe des autorités britanniques et françaises, le nouveau régime installé à Constantinople n’avait guère de pouvoir en dehors de la capitale. Son principal souci était de dissocier l’État ottoman des crimes commis par les unionistes, espérant ainsi échapper au démantèlement annoncé de l’empire. La « guerre de libération » officiellement dirigée par Mustafa Kemal est la continuation de la politique d’homogénéisation de l’Asie Mineure voulue par le CUP. Elle va mettre en place un système de harcèlement quotidien qui rend inopérant les tentatives de réinstallation des rescapés arméniens qui rentrent de déportation, sans parvenir à récupérer leurs biens immobiliers, mais vise plus encore les civils grecs dont les localités sont régulièrement pillées, leurs habitants contraints de verser des rançons aux miliciens kémalistes. Entamée dès l’été 1919, cette politique de harcèlement prend une ampleur telle qu’au printemps 1920 les localités chrétiennes du golfe d’Izmit, situées à moins de cent kilomètres de Constantinople, se trouvent menacées par les forces nationalistes – nombre de témoignages collectés par Kostas Faltaits illustrent ces événements. C’est cette menace qui pousse les troupes grecques débarquées sur les côtes de l’Égée au printemps 1919, à lancer un an plus tard une offensive vers le nord, encouragée en cela par les Britanniques qui ne disposaient pas de forces terrestres susceptibles d’intervenir, mais uniquement de forces navales qui ont gardé les miliciens nationalistes à distance des côtes de la Marmara sous la menace de leurs canons à longue portée. Les correspondances échangées entre le haut-commissaire britannique à Constantinople et le Foreign Office indiquent, en effet, sans ambiguïté, que c’est Londres qui a poussé Athènes à se départir de sa prudente occupation des zones côtières, qu’elle espérait récupérer après le démantèlement officiel de l’Empire ottoman, pour se lancer dans une offensive qui avait vocation à protéger l’arrière-pays stambouliote. On sait ce qu’il en est advenu, avec la débâcle de l’armée grecque et l’exode des civils grecs et arméniens vers la Grèce en septembre 1922, entaché d’innombrables exactions commises par les milices turques.

  • 3 Arnold Toynbee, The Western Question in Greece and Turkey, Londres, Bombay, Sydney : Constable & Co (...)

6À cet égard, dans le prologue du présent ouvrage, Tessa Hofmann rappelle que deux historiographies s’affrontent sur ces violences de masse. L’approche turque tout d’abord, qui s’appuie surtout sur les conclusions d’Arnold Toynbee. Ce dernier a affirmé3, après un bref séjour sur place en 1921, que des exactions avaient été commises sur les civils par les deux armées protagonistes, ce qui n’est pas sans rappeler les pratiques observées durant les guerres Balkaniques, au cours desquelles milices et forces régulières ont commis des massacres et poussé à l’exil chrétiens comme musulmans. Autrement dit, l’élimination ou l’expulsion des populations grecques des côtes de l’Égée et des environs de la mer de Marmara serait une mesure de rétorsion faisant suite à des exactions des troupes grecques. Quel que soit l’argumentaire utilisé, et notamment que ces faits se produisent dans un contexte où deux armées s’affrontent, le résultat est sans appel : les implantations grecques millénaires anatoliennes ont été définitivement éradiquées.

7Si, finalement, l’élimination des groupes chrétiens d’Asie Mineure, sous le régime jeune-turc et son continuateur kémaliste, relève d’un plan global du CUP, il n’en reste pas moins que ces exclusions ont pris des formes diverses qu’on ne pourra envisager de qualifier globalement de génocidaires que lorsque des travaux historiques de fond auront été menés sur le sort des civils grecs. La présente traduction anglaise des témoignages recueillis par Kostas Faltaits constitue de ce point de vue une excellente initiative qui mériterait d’être élargie à l’examen méthodique des trois étapes majeures de l’élimination des Grecs d’Asie Mineure.

Haut de page

Note de fin

1 Le texte original a été publié en grec, en 1921, et traduit et publié en français sous le titre de « Voilà les Turcs ! Récits des massacres d’Ismidt » (Athènes : Ministère des Affaires étrangères, 1922).

2 Taner Akçam, From Empire to Republic: Turkish Nationalism and the Armenian Genocide, Londres, New York : Zed Books, 2004 ; Emre Erol, The County of Foçateyn in the Decade of War 1912-22, thèse de doctorat, université de Leyde, 2014.

3 Arnold Toynbee, The Western Question in Greece and Turkey, Londres, Bombay, Sydney : Constable & Company Ltd, 1922.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond Kévorkian, « Kostas Faltaits, The Genocide of the Greeks in Turkey: Survivor Testimonies from the Nicomedia (Izmit) Massacres of 1920-1921 », Études arméniennes contemporaines, 9 | 2017, 247-250.

Référence électronique

Raymond Kévorkian, « Kostas Faltaits, The Genocide of the Greeks in Turkey: Survivor Testimonies from the Nicomedia (Izmit) Massacres of 1920-1921 », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/eac/1263

Haut de page

Auteur

Raymond Kévorkian

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • OpenEdition Journals