Navigation – Plan du site

Avant-propos

Boris Adjemian, Sossie Andézian et Talin Suciyan
p. 9-13

Résumés

Ce texte est l’avant-propos des actes du colloque international La genèse de Jérusalem : espaces construits et communautés historiques, organisé au monastère arménien des Saints-Jacques à Jérusalem, du 2 au 4 juillet 2014.

Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro spécial d’Études arméniennes contemporaines rassemble une sélection des travaux présentés lors de la conférence internationale « La genèse de Jérusalem : espaces construits et communautés historiques » qui s’est tenue à Jérusalem du 2 au 4 juillet 2014, dans la bibliothèque Calouste Gulbenkian du couvent arménien des Saints-Jacques. Une série de conférences avait déjà été rendue possible sur les mêmes lieux par le soutien de la fondation Calouste Gulbenkian (Lisbonne), dans les années précédentes. Ces conférences, organisées grâce aux efforts de Kevork Hintlian et de Claude Mutafian, avaient alors essentiellement porté sur les études arméniennes. La conférence de 2014, ouverte cette fois aux chercheurs de toutes les disciplines de sciences humaines et sociales et de toutes les aires culturelles, a eu pour objectif d’explorer la fabrique de la ville de Jérusalem, en prêtant une attention particulière à la formation historique de ses diverses communautés, ainsi qu’à la relation que ces communautés entretenaient avec des espaces eux-mêmes construits.

2Les raisons qui ont présidé au choix de cette thématique sont multiples. Dès l’origine du projet, une motivation majeure était celle de poursuivre l’organisation de conférences de ce type à l’intérieur du monastère arménien des Saints-Jacques, au cœur du quartier arménien de Jérusalem. Ce quartier occupe en effet une place exceptionnelle dans la diaspora arménienne, non seulement en raison de sa longue histoire, mais aussi en vertu de la situation et de la nouvelle centralité qui furent la sienne dans les années qui ont suivi le génocide de 1915-1916. Les conflits contemporains qui l’affectent depuis la seconde moitié du 20e siècle, dans le contexte international, moyen-oriental et palestino-israélien contribuent également à cette singularisation. Cependant, l’histoire de la Jérusalem arménienne ne saurait être envisagée isolément de son environnement social, économique, politique et culturel. C’est la raison pour laquelle la conférence a eu pour ambition de favoriser les croisements entre des histoires de Jérusalem qui incluraient les perspectives d’acteurs pluriels, depuis la population locale formée au cours des siècles aux pèlerins et aux voyageurs, aux religieux et aux institutions. La question fait d’autant plus sens dans un espace aussi contesté que celui de Jérusalem, où les communautés, les religions et les diverses confessions rivalisent dans la revendication de leurs droits sur les lieux et les édifices ou ce qu’il en reste. La construction de l’espace est donc ici entendue comme un processus historique qui se conjugue à la construction des communautés, qu’elles soient confessionnelles, sociales ou politiques. C’est la nature complémentaire de ces processus qui est au cœur de la réflexion. De fait, la conférence « La genèse de Jérusalem » se situait dans le prolongement de l’approche développée par Maurice Halbwachs dans son ouvrage fondateur sur la relation nourrie par l’espace et la mémoire, La topographie légendaire des évangiles en Terre Sainte : étude de mémoire collective (1941).

3Il convient ici de souligner les spécificités de Jérusalem en tant qu’objet et terrain de recherche. Sans surprise, l’une des difficultés principales est liée à la manière dont la conflictualité politique ambiante influe sur les collaborations possibles et effectives entre savants et chercheurs palestiniens et israéliens. Les séparations physiques, telles que celles engendrées par les murs ne favorisent évidemment pas les discussions et la mutualisation des savoirs sur les sources, ni la confrontation des récits historiques. La perspective de parvenir à l’écriture d’histoires connectées est donc rendue plus lointaine par cette situation politique, mais aussi par les réelles difficultés posées dans l’accès aux archives. En effet, dans un contexte où la compétition pour la possession de la terre et des pierres donne à la vieille ville de Jérusalem et à de nombreux espaces situés hors-les-murs le caractère d’un vaste site archéologique, les archives tendent à être considérées comme des preuves de propriété, de paternité sur les lieux, d’autochtonie, et sont couramment mobilisées comme des instruments de pouvoir par les nombreuses institutions en présence, qu’elles soient politiques ou religieuses. Ainsi, la plupart des archives communautaires soumises à l’autorité d’institutions ecclésiastiques ou monastiques, ne sont pas ouvertes aux chercheurs. Cette inaccessibilité s’explique en partie par le contexte politique local, mais aussi par le fait que, bien souvent, ces collections ne sont ni cataloguées ni indexées, et que les institutions qui les possèdent ne disposent pas forcément de l’expertise nécessaire pour en permettre une véritable mise à disposition des chercheurs. Cette mise en valeur, quand elle existe, est bien souvent déléguée au secteur associatif, à des particuliers ou des chercheurs indépendants. Toutefois, certaines des communautés en présence ont récemment accepté de rejoindre le projet « Open Jerusalem » financé par l’European Research Council et dirigé par Vincent Lemire. Son but est de permettre l’ouverture des archives des différentes communautés et institutions de Jérusalem à une histoire connectée, en favorisant la traduction des documents, leur numérisation et leur indexation. En dépit des limites imposées par la situation politique actuelle, on voit donc que la communauté scientifique ne ménage pas ses efforts pour faire émerger des espaces de débats et de partage de connaissances.

4Les travaux présentés au cours de la conférence « La genèse de Jérusalem », dans leur diversité, illustrent ce pari d’étudier l’histoire de Jérusalem sans s’en tenir aux cadres narratifs communautaires habituels. Les interventions ont sollicité une multiplicité de sources : archives étatiques, archives communautaires, données archéologiques, sources orales, sources iconographiques, sons, littérature de voyage, journaux intimes, etc. Vingt-six chercheurs venus de huit pays, dont l’Italie, la France, l’Allemagne, la Turquie, l’Arménie, le Maroc, Israël et la Grande-Bretagne, ont participé à la conférence. Il faut cependant déplorer la quasi-absence de participation de chercheurs palestiniens (exception faite des résidents de Jérusalem comme Khader Salamah), en raison des restrictions d’accès à Jérusalem imposées par les autorités israéliennes aux résidents de Cisjordanie, comme Salim Tamari qui devait intervenir lors de la table ronde de clôture mais en a été empêché. Les chercheurs présents à la conférence ont collectivement regretté l’absence de leurs collèges palestiniens, dont les contributions aux échanges sur les nombreux sujets abordés ont manqué.

5La session d’ouverture de la conférence a donné l’occasion d’entendre s’exprimer d’éminents spécialistes, tels que Khader Salamah (archives d’Al-Aqsa et bibliothèque Khalidi), Michael Stone et Reuven Amitai (de l’université hébraïque de Jérusalem), ainsi que le directeur de la Bibliothèque nationale d’Arménie, Tigran Zargaryan. Les sessions suivantes ont porté sur les thèmes suivants : la construction de l’image de Jérusalem et de ses différents espaces ; les récits de voyage comme source pour l’histoire de la ville ; l’incidence des évolutions politiques de la première moitié du 20e siècle ; le rôle des Églises, de la foi et des pèlerins ; l’effet des migrations internationales.

6Les lecteurs du présent volume y trouveront neuf articles dont la plupart ont été sélectionnés parmi les présentations faites à la conférence. Tous ont été évalués par des spécialistes et amendés par leurs auteurs. En étudiant l’histoire des pèlerinages aux Lieux saints chrétiens, Anthony Bale questionne les interactions qui ont existé au Bas Moyen Âge entre chrétiens d’Orient et Latins. Chafik Benchekroun montre comment Jérusalem est idéalisée dans les écrits du voyageur marocain al-Zayānī, au début du 19e siècle. En historien de l’art, Mikayel Arakelyan présente un manuscrit enluminé arménien de la fin du 17e siècle, véritable guide de voyage en Terre sainte destiné aux pèlerins. Anne Kazazian décrit la relation à distance qui s’est instituée entre les Arméniens d’Égypte et Jérusalem au cours du 19e siècle, à travers les pèlerinages, les donations et la gestion des biens communautaires. L’anthropologue Elsa Grugeon analyse la place de la relation entretenue avec la mosquée Al-Aqsa dans la formation contemporaine d’une communauté musulmane, à l’intérieur de la vieille ville de Jérusalem. Amos Reichman et Vincent Lemire exposent et interprètent les enjeux politiques locaux qui se jouèrent à la tête de la municipalité de Jérusalem durant la Seconde Guerre mondiale, à la fin de la période du mandat britannique sur la Palestine. Yann Scioldo-Zürcher et Yaron Tsur déconstruisent les politiques mises en œuvre par l’État d’Israël dans les années 1950 pour limiter l’installation à Jérusalem des migrants juifs originaires du Maroc. Sossie Andézian analyse le processus qui a mené à la formation d’une communauté arménienne catholique, l’une des nombreuses communautés chrétiennes de la vieille ville de Jérusalem, sous le mandat britannique. Enfin, à travers l’étude d’une archive photographique et de l’histoire des orphelinats et des orphelins arméniens après le génocide, Boris Adjemian et Talin Suciyan interrogent la contribution des mémoires à la construction de l’espace et du communautaire dans le quartier arménien de Jérusalem.

7En dépit du petit nombre de cas d’études qui sont proposés ici et de leur dimension parcellaire inévitable, ce numéro spécial d’Études arméniennes contemporaines entend porter sa pierre à l’élargissement des chemins de la connaissance sur Jérusalem en faisant émerger de nouveaux sujets, données et angles d’approches. Nous souhaitons aussi qu’une telle démarche contribue à l’intégration et à la valorisation des travaux sur la présence arménienne dans le cadre global des recherches actuellement consacrées à Jérusalem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Adjemian, Sossie Andézian et Talin Suciyan, « Avant-propos », Études arméniennes contemporaines, 9 | 2017, 9-13.

Référence électronique

Boris Adjemian, Sossie Andézian et Talin Suciyan, « Avant-propos », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/eac/1292

Haut de page

Auteurs

Boris Adjemian

Bibliothèque Nubar de l’UGAB, IMAf

Articles du même auteur

Sossie Andézian

IIAC-Lahic, EHESS

Articles du même auteur

Talin Suciyan

Ludwig-Maximilians-Universität München

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • OpenEdition Journals