Navigation – Plan du site
Introduction

Repenser les « massacres hamidiens » : la question du précédent

Rethinking the “Hamidian massacres”: the issue of the precedent
Boris Adjemian et Mikaël Nichanian
p. 7-18

Résumés

Ce texte est l’introduction au numéro spécial d’Études arméniennes contemporaines sur « Les massacres de l’époque hamidienne : récits globaux, approches locales ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 S. Deringil, 2009.
  • 2 Voir D. Rodogno, 2012 ; M. L. Anderson, 2015 ; J. Laycock, 2009 ; V. Duclert, 2015 ; M. Tusan, 2014 (...)
  • 3 B. Lewis, 1961 ; E. Zürcher, 1993, notamment p. 76-93. F. Georgeon, 2003.
  • 4 H.-L. Kieser, 2000 ; F. Dündar, 2010 ; S. Astourian, 2001.

1Les violences extrêmes qui ont frappé les Arméniens de la fin de l’Empire ottoman sous le règne du sultan Abdülhamid II, entre 1894 et 1897, ont laissé d’innombrable traces dans les mémoires tout au long du 20e siècle et jusqu’à nos jours. Elles ont durement frappé et déstabilisé les communautés arméniennes de l’Est anatolien, entraînant une catastrophe socio-économique due aux spoliations, d’importantes vagues de conversions1, mais aussi de migrations internes et externes, en particulier vers Constantinople et les centres urbains de l’Anatolie, le Caucase, l’Égypte et le Nouveau Monde. Plus que le génocide de 1915-1916, perpétré à un moment où les « opinions publiques » européennes étaient tout entières absorbées par la guerre en cours, les massacres de la période hamidienne ont la particularité d’avoir été réalisés à un moment où l’Empire ottoman et l’Europe n’étaient confrontés à aucun conflit majeur. C’est l’une des raisons pour lesquelles ces massacres ont attiré l’attention soutenue de la presse étrangère, aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans le reste de l’Europe. Ils ont entraîné en leur temps des mobilisations inédites de la part d’intellectuels, d’activistes et de philanthropes en faveur des Arméniens, notamment en Angleterre et en France, mais aussi en Russie, en Italie, en Allemagne, aux États-Unis. Ils marquent à ce titre un moment important dans l’histoire de l’action et de la réflexion humanitaire, qui a d’ailleurs fourni la matière d’importants travaux récents2. Ces violences ont également contribué à ternir l’image chez une large partie de ses contemporains de celui qui fut accusé d’avoir été leur principal instigateur, Abdülhamid II (1876-1909), affublé dans la presse des surnoms de « Sultan rouge » et de « Grand Saigneur », mais qui a aussi été présenté par certains historiens comme un modernisateur de l’État et de l’empire3. Alors que ces massacres furent longtemps présentés en Europe comme les vestiges persistants d’une barbarie « asiatique » et « primitive », par opposition à des crimes de masse commis avec des moyens « modernes », et même industriels, comme la Shoah, la lecture du règne du sultan Abdülhamid sous le prisme de la modernité jette une lumière nouvelle sur les massacres de la période hamidienne, analysés désormais dans la perspective d’une première volonté étatique d’homogénéisation, sinon ethnique, du moins religieuse, de l’Anatolie4.

  • 5 J.-M. Carzou, 1975.
  • 6 Voir une première tentative d’ouvrage collectif sur ce thème avec R. Suny, 2001.
  • 7 Y. T. Cora et al., 2016.
  • 8 J. Jongerden et J. Verheij, 2012, traitent la question des massacres de 1895-1897 en détail pour ce (...)
  • 9 Il n’est pas possible de rendre compte ici de cette abondante bibliographie qui inclut désormais de (...)
  • 10 R. Kévorkian, 2013.
  • 11 Voir notamment V. Tachjian, 2017.

2Pourtant des pans entiers de l’histoire de ces violences restent à écrire. Longtemps perçues de manière téléologique comme un ensemble d’événements paroxystiques annonciateurs du génocide, comme une « répétition générale » pour citer l’argument d’un ouvrage grand public qui fit date5, les violences perpétrées contre les Arméniens ottomans n’ont pas jusque récemment fait l’objet de recherches de fond6, restant dans l’ombre de la recherche consacrée au génocide. Celle-ci a progressé à pas accélérés à partir des années 1990, pendant lesquelles elle s’est ouverte à de nouvelles disciplines et a commencé à bénéficier de l’intérêt d’un nombre croissant d’historiens et de spécialistes des violences de masse. Le retard historiographique dont a souffert, dans le même temps, la recherche sur les violences anti-arméniennes du règne d’Abdülhamid, ne fait pas de doute. Il n’est d’ailleurs pas propre aux massacres « hamidiens » mais, plus globalement, au caractère longtemps marginal des études historiques menées sur « l’Est ottoman » au 19e siècle, parent pauvre de l’historiographie turque et ottomaniste, mais aussi, paradoxalement, des études arméniennes7. Ce retard se traduit encore aujourd’hui par l’absence de synthèse majeure sur le sujet, et à plus forte raison de la moindre monographie régionale8, alors que le génocide de 1915-1916 a donné lieu ces dernières années à un nombre impressionnant de publications9. Affranchies de l’injonction d’apporter des « preuves » et de répondre aux arguments négationnistes, à l’image d’une historiographie se réduisant, jusque dans les années 1980, à tenter d’établir les faits, les recherches sur le génocide arménien ont commencé à explorer des champs et des thématiques élargis10, à considérer d’autres sources et de nouveaux questionnements, qui incluent les aspects politiques, idéologiques, économiques et démographiques du génocide, mais commencent à saisir également l’événement par le prisme de l’histoire sociale et culturelle11. Autant de questions qui commencent à peine à être soulevées en ce qui concerne les massacres de la période hamidienne.

  • 12 Les rapports du Patriarcat arménien de Constantinople établis au moment des troubles ou juste après (...)
  • 13 Sur ces régiments, voir J. Klein, 2011. La question de leur implication dans les massacres arménien (...)

3Les violences et les crimes commis contre les Arméniens de l’Empire ottoman dans la période 1894-1897, certes massifs, mais dont aucune étude n’a encore su établir avec précision l’étendue géographique ni le nombre des victimes12, ne disposent d’ailleurs pas d’une terminologie propre. Ils sont fréquemment désignés sous l’appellation de « massacres hamidiens », comme une manière de les rattacher au règne du sultan Abdülhamid mais aussi de souligner la responsabilité de ce dernier, raison pour laquelle on ne trouvera guère cette expression dans les historiographies turque et ottomaniste classiques. Au-delà des questions de qualification, la perpétration et le bilan des violences sur le terrain sont encore très mal connus, de même que l’identification de leurs acteurs, l’appréciation du rôle des représentants de l’État et des potentats ou des notables locaux, de l’armée ottomane et des milices tribales (les fameux régiments kurdes hamidiye13), apparemment fort variable selon les lieux. Ces questions commencent à peine à faire l’objet de travaux de fond, c’est-à-dire mobilisant l’ensemble des matériaux disponibles – en particulier la presse et les archives ottomanes, européennes, russes et arméniennes – et donnant lieu à la rédaction de monographies régionales. Idéalement, la terminologie employée devrait donc permettre de rendre compte des questionnements qui subsistent. Cependant, le terme même de « massacres », des plus imprécis, soulève autant de questions qu’il n’apporte de réponses quant à la nature de ces violences et à ce qui permet de les distinguer ou de les rapprocher d’autres types de violences : celles perpétrées auparavant dans l’Empire ottoman par exemple (contre les maronites au Liban en 1860, ou encore les « atrocités bulgares » en 1876) ou celles qui leur ont été postérieures comme le génocide de 1915-1916, mais encore les massacres perpétrés par les forces kémalistes contre les Arméniens réfugiés en Cilicie ou de retour de déportation en Anatolie, au lendemain de la Grande Guerre. En quoi les violences du milieu des années 1890 diffèrent-elles de la violence ordinaire exercée contre les Arméniens des vilayets orientaux tout au long de la seconde moitié du 19e siècle et de nouveau localement, et à plusieurs reprises, au début des années 1900 ? Où se situe le changement d’échelle et implique-t-il un changement dans la nature même des violences commises ?

  • 14 Voir la synthèse historiographique de R. Hovannisian, 2015.

4Les massacres de la période hamidienne, comme le génocide de 1915-1916, ont longtemps été étudiés au crible de la « question arménienne », dans une perspective qui faisait la part belle à l’histoire diplomatique – celle des relations internationales entre la Sublime Porte et les Puissances, de l’interventionnisme de ces dernières au nom de la protection des chrétiens dans les Balkans et en Orient –, histoire scandée par les conflits (la guerre de Crimée en 1853-1856, la guerre russo-ottomane de 1877-1878, la guerre de Tripolitaine en 1911-1912, les guerres balkaniques en 1912-1913, la Première Guerre mondiale) et les traités (San Stefano et Berlin en 1878, Sèvres en 1919, Lausanne en 1923, etc.) Cette perspective de longue durée (quoique inscrite dans une histoire de type événementiel), ajoutée au fait que de nombreux acteurs et observateurs privilégiés de la période, en Europe, avaient été des contemporains tant des massacre de 1894-1897 que du génocide – à l’exemple de James Bryce en Angleterre et de Johannes Lepsius en Allemagne – explique sans doute en partie les rapprochements faits par de nombreux auteurs entre ces deux épisodes de violences extrêmes, jusqu’à les confondre parfois ou les inclure dans une même série de massacres. L’historiographie du génocide en Arménie continue à les associer, parlant d’un plan d’extermination des Arméniens ottomans qui aurait été conçu dès l’époque du congrès de Berlin et des exigences européennes de réformes en faveur des chrétiens de l’empire, et aurait été mis en application tout au long de la période, avec pour point final le génocide de 1915-1916. Les historiens d’Arménie inscrivent ainsi le génocide dans un long continuum de violences extrêmes commencé dans les années 1890, voire les années 187014.

  • 15 R. Kévorkian, 2006.
  • 16 L’ouvrage de V. Duclert, 2015, qui couvre surtout la période des massacres antérieurs au génocide, (...)

5Telle n’est pas, cependant, la tendance récente observée dans les historiographies européennes et plus largement occidentales. Dans son ouvrage de référence sur le génocide15, Raymond Kévorkian, s’il accorde une place très importante aux massacres d’Adana (1909), ne rouvre pas le dossier des massacres des années 1890. La relégation de ces derniers à l’arrière-plan n’est pas anodine ; elle se fait à dessein : il s’agit de souligner les spécificités des violences de masse commises en 1915-1916 en termes de contexte (la guerre totale, le contrecoup des guerres balkaniques), d’idéologie (l’ultranationalisme du Comité Union et Progrès), de motivations (l’éradication définitive de la présence arménienne en Anatolie, et non la seule volonté de faire taire les revendications en leur faveur), mais aussi de pratiques adoptées à l’encontre des victimes (à commencer par les déportations, la délégation nette des tueries aux commandos de « bouchers » de l’Organisation spéciale, etc.) Il n’y a pourtant pas d’unanimité, ou plutôt pas de réflexion commune des historiens sur la question et, même en Europe ou aux États-Unis, la tentation de rapprocher ces deux grands épisodes de violences persiste16, avec parfois une acception du concept de « génocide » difficile à soutenir lorsqu’elle semble englober toute la période qui va des massacres du Sassoun (1894) à la Première Guerre mondiale, ou bien encore du Congrès de Berlin (1878) au Traité de Lausanne (1923). La diversité des interventions entendues au grand colloque international sur le génocide des Arméniens, organisé à Paris en mars 2015, a démontré qu’il existait encore un grand flou, plutôt que de véritables divergences argumentées, sur ces questions. Les contradictions de l’historiographie ne sont, en somme, que la traduction d’une recherche sur les massacres de la période hamidienne qui a tardé à se développer. Le retard pris dans l’étude de cette période est d’autant plus dommageable qu’il fragilise la validité des comparaisons établies ou recherchées entre les massacres des années 1894-1897 et les crimes de masse ultérieurs : les massacres d’Adana de 1909 ; le génocide perpétré au cours de la Grande Guerre ; les massacres également commis par les forces kémalistes au début des années 1920, sans même évoquer les violences de masse qui ont touché d’autres communautés chrétiennes (grecques, assyro-chaldéennes), ou musulmanes, de l’empire. Or la comparaison et, par là-même, la recherche de continuités et de ruptures, est essentielle pour la compréhension de chacun de ces épisodes de violence extrême et collective. Au cœur de cette recherche se pose la question du précédent : quels liens est-il possible d’établir entre le génocide et les crimes de masse qui l’ont précédé — une question qui se pose avec acuité pour d’autres génocides au 20e siècle : que l’on songe au Rwanda de 1994 et 1957 par exemple, ou au lourd héritage des pogroms, de l’antisémitisme et, de manière plus générale encore, des violences contre les civils dans de vastes régions d’Europe de l’Est, avant la Seconde Guerre mondiale et les crimes nazis.

  • 17 Voir V. Dadrian, 2001. Pour une critique des présupposés culturalistes à l’œuvre dans large partie (...)
  • 18 Voir V. Dadrian, 1989, 1995a et 1995b.

6Une réflexion critique semble ici d’autant plus nécessaire que la conception continuiste, telle que développée par exemple dans les travaux de Vahakn Dadrian, tend à présenter les massacres de la période hamidienne, à commencer par celui du Sassoun, comme annonciateurs du génocide17, mais aussi comme le produit d’un moule culturel, ottoman et islamique, porteur d’un antagonisme indépassable entre musulmans et chrétiens qui aurait conduit à l’annihilation des Arméniens de manière inéluctable18, au risque de déshistoriciser l’étude de ces violences de masse. Pour autant, poser la question des liens entre le génocide et les violences qui l’ont précédé d’une vingtaine d’années fait pleinement sens d’un point de vue historien. Non pas dans l’optique de conforter d’illusoires trajectoires, à deux décennies d’intervalle, mais bien dans la perspective d’une compréhension affinée des ressorts et des conséquences de la violence collective dans l’Empire ottoman tardif. Dans l’un et l’autre cas, la perpétration des crimes a bien souvent mis face à face les mêmes acteurs, qu’il s’agisse des bourreaux et des prédateurs ou de leurs victimes, ou encore des tiers (témoins oculaires, missionnaires et diplomates, acteurs des mobilisations en faveur des Arméniens à l’étranger). Cette période de violences extrêmes, qui correspond aussi à une période charnière dans l’histoire politique et sociale de l’Empire ottoman, appelle de nombreuses questions sur les éléments de continuité et de rupture, questions qui dépassent de loin les débats sur la chronologie et la terminologie. En quoi les massacres de la période hamidienne constituent-ils un précédent pour le génocide ? Quelle fut la part de 1895 dans la violence perpétrée en 1915 ? Qu’est-ce que la connaissance de l’un apporte à la compréhension de l’autre ?

  • 19 Pour mesurer l’ampleur des divergences à ce sujet, voir par exemple R. Hovannisian, 1997 ; F. Georg (...)
  • 20 Voir les nombreux éléments apportés par Raymond Kévorkian dans R. Kévorkian et P. Paboudjian, 1992, (...)
  • 21 S. Deringil, 1999.
  • 22 Voir de nouveau V. Dadrian, 2001, ainsi que R. Morris, 2001. Pour une mise au point récente, voir M (...)
  • 23 H.-L. Kieser, 2000 ; S. Deringil, 2009 ; S. Astourian, 2011 ; E. Hartmann, 2013.

7Ces questions concernent autant les pratiques des contemporains que leurs représentations. Elles engagent bien sûr le débat sur l’existence d’une planification au plus haut niveau des crimes commis contre les Arméniens dans les années 1890, soit sur la responsabilité du pouvoir central ottoman19. Celle-ci a, dès l’époque des faits eux-mêmes, été avancée sur le fondement des très nombreux témoignages de contemporains européens, mais aussi, plus récemment, par l’étude des multiples rapports produits par le Patriarcat arménien de Constantinople qui ont donné lieu à d’importants travaux de Raymond Kévorkian, mais dont l’utilisation est encore trop faible dans l’historiographie ultérieure 20. Elle est désormais également envisagée à la lumière de sources officielles ottomanes21, sans pour autant se limiter à la question de la responsabilité personnelle du sultan ni à la démonstration d’une « préméditation du crime ». Plus largement, les recherches actuelles mettent au jour l’élaboration des discours de déni de la part des autorités ottomanes, dès la crise du Sassoun en 1894, discours dont on ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec ceux exprimés au sujet du génocide, avec la thèse de la révolte et/ou de la trahison de l’ennemi intérieur arménien (utilisée au sujet de Van par exemple en avril 1915), ou bien encore l’inversion des rôles entre victimes et criminels22. Des travaux récents ont également permis d’explorer davantage la complexité des relations arméno-kurdes et de les envisager comme une des clés de compréhension essentielle des dommages et des violences qui ont frappé les communautés arméniennes et assyro-chaldéennes dans les années 1894-189723.

8Ce numéro spécial d’Études arméniennes contemporaines est la première étape d’un projet de publication lancé il y a un an sur les massacres de la période hamidienne, et qui sera suivi prochainement d’un second volume en cours de préparation. Étant donné la cruelle absence, jusque récemment, d’études consacrées à la perpétration des violences sur le terrain, nous avons souhaité réserver ce premier volume à des essais de monographies régionales. L’article d’Edip Gölbaşı analyse le langage et la terminologie utilisés par les autorités ottomanes, au plan local et impérial, pour qualifier les violences. En mettant l’accent sur les événements survenus dans la région de Sıvas, il montre comment ces pratiques discursives ont permis très tôt de rejeter la faute sur les victimes, tout en garantissant l’impunité des criminels. Déjà auteur de travaux importants sur cette période peu étudiée, Jelle Verheij fait un état des sources et des connaissances aussi précis que possible sur le déroulement des événements de 1895-1897 dans deux districts ruraux du vilayet de Bitlis. Il affine ainsi à l’échelon infrarégional notre connaissance des violences, de leurs victimes (en termes de nombre) et de leurs auteurs (au regard de leur identification), mais souligne également les limites interprétatives des sources disponibles. Par une approche résolument micro-historique des massacres de Harput (Kharpert) qui interroge la notion de violence collective, Ali Sipahi confronte et déconstruit les différents récits en présence des événements. Il montre le glissement discursif qui s’est opéré de la part des autorités, dès le lendemain de ces violences, de l’incrimination des Kurdes à la thèse d’une provocation des révolutionnaires arméniens qui s’est imposée par la suite et pour longtemps dans une partie de l’historiographie. Étudiant les massacres du Sassoun de l’été 1894 et leur postérité historiographique à travers une grande variété de sources, Owen Miller tente de les mettre en perspective dans une histoire longue de la centralisation du pouvoir impérial ottoman et de sa mainmise sur les zones de montagnes. Deborah Mayersen retrace le déroulement des massacres à Harput et leurs conséquences humaines et sociales, à travers l’étude d’un corpus d’archives missionnaires. Enfin, les sources présentées par David Gaunt, en fin de volume, mettent en lumière le sort méconnu des communautés syriaques – ici dans le vilayet de Diyarbekir – au cours des massacres de la période hamidienne. Si nous faisions le constat, au début de cette introduction, de la faiblesse relative des publications sur ce sujet, les textes réunis ici apportent un regard neuf sur ces violences encore très peu connues et, nous en sommes convaincus, augurent de prometteuses perspectives de recherche.

Haut de page

Bibliographie

Anderson Margaret L., « A responsibility to protest ? The public, the Powers and the Armenians in the era of Abdülhamit II », Journal of Genocide Research, September 2015, vol. 17, no. 3, p. 259-283.

Astourian Stephan, « Le génocide arménien : massacre à l’asiatique ou effet de modernité ? », dans Stéphane Courtois (dir.), Quand tombe la nuit. Origines et émergence des régimes totalitaires en Europe, Lausanne : L’Âge d’Homme, 2001, p. 63-77.

Astourian Stephan H., « The Silence of the Land : Agrarian Relations, Ethnicity, and Power », dans R. G. Suny et al., 2011, p. 55-81.

Carzou Jean-Marie, Arménie 1915 : un génocide exemplaire, Paris : Flammarion, 1975, réédition 2006.

Cora Yaşar Tolga, Derderian Dzovinar et Sipahi Ali, The Ottoman East in the Nineteenth Century : Societies, Identities and Politics, Londres, New York : I. B. Tauris, 2016, p. 1-15.

Dadrian Vahakn, « Genocide as a Problem of National and International Law : The World War I Armenian Case and Its Contemporary Legal Ramifications », Yale Journal of International Law, vol. 14, no 2, été 1989, p. 221-334.

Dadrian Vahakn, The History of the Armenian Genocide : Ethnic Conflict from the Balkans to Anatolia to the Caucasus, Providence : Berghahn Books, 1995 (a).

Dadrian Vahakn, Autopsie du génocide arménien, Bruxelles : Complexe, 1995 (b).

Dadrian Vahakn, « The 1894 Sassoun Massacre : A Juncture in the Escalation of the Turko-Armenian Conflict », Armenian Review, printemps-été 2001, vol 47, no 1-2, p. 5-37.

Deringil Selim, « “The Armenian question is finally closed” : Mass Conversions of Armenians in Anatolia during the Hamidian Massacres of 1895-1897 », Comparative Studies in Society and History, vol. 51, no 2, 2009, p. 344-371.

Deringil Selim, The Well-Protected Domains. Ideology and the Legitimation of Power in the Ottoman Empire, 1876-1909, Londres : I. B. Tauris, 1999.

Duclert Vincent, La France face au génocide des Arméniens, Paris : Fayard, 2015.

Dündar Fuat, Crime of numbers. The role of statistics in the Armenian question (1878-1918), New Brunswick, NJ : Transaction Publishers, 2010.

Georgeon François, Abdülhamid II. Le sultan calife (1876-1909), Paris : Fayard, 2003.

Gutman David, « The Political Economy of Armenian Migration from the Harput Region to North America in the Hamidian Era, 1885-1908 », dans Y. T. Cora et al., 2016, p. 42-61.

Hartmann Elke, « The Central State in the Borderlands : Ottoman Eastern Anatolia in the Late Nineteenth Century », dans Omer Bartov et Eric D. Weitz (dir.), Shatterzone of empires, Bloomington, Indianapolis : Indiana University Press, 2013, p. 172-192.

Hovannisian Richard « The Armenian Question in the Ottoman Empire, 1876-1914 », dans Richard Hovannisian Richard (dir.), The Armenian people from ancient to modern times, 1997, New York : St. Martin’s press, 1997, vol. 2.

Hovannisian Richard, « Le génocide des Arméniens : radicalisation en temps de guerre ou continuum prémédité ? » dans Gérard Dédéyan et Carol Iancu (dir.), Du génocide des Arméniens à la Shoah : typologie des massacres du xxe siècle, Toulouse : Éd. Privat, 2015, p. 209-226.

Ihrig Stefan, Justifying Genocide in Germany. Violence against the Ottoman Armenians and German reactions, from Bismarck to Hitler, Cambridge : Harvard University Press, 2016,

Kévorkian Raymond H. et Paboudjian Paul B., Les Arméniens de l’Empire ottoman à la veille du génocide, Paris : ARHIS, 1992, p. 43-51.

Kévorkian Raymond H., « Un bref tour d’horizon des recherches historiques sur le génocide des Arméniens : sources, méthodes, acquis et perspectives », Études arméniennes contemporaines, no 1, 2013, p. 61-74.

Kévorkian Raymond H., Le génocide des Arméniens, Paris : Odile Jacob, 2006.

Kieser Hans-Lukas, Der Verpasste Friede. Mission, Ethnie und Staat in den Ostprovinzen der Türkei, 1839-1938, Zürich : Chronos, 2000.

Klein Janet, The Margins of Empire: Kurdish Militias in the Ottoman Tribal Zone, Stanford : Stanford University Press, 2011.

Laycock Joan, Imagining Armenia. Orientalism, ambiguity and intervention, 1879-1925, Manchester : Manchester University Press, 2009.

Lewis Bernard, The Emergence of Modern Turkey, Londres : Oxford University press, 1961.

Morris Rebecca, « A Critical Examination of the Sassoun Commission of Inquiry Report », Armenian Review, printemps-été 2001, vol. 47, no 1-2., p. 79-112.

Nichanian Mikaël, Détruire les Arméniens. Histoire d’un génocide, Paris : Presses universitaires de France, 2015.

Polatel Mehmet, « The Complete Ruin of a District : the Sasun Massacre of 1894 », dans Y. T. Cora et al., 2016, p. 179-198

Rodogno Davide, « Non-intervention on behalf of the Ottoman Armenians (1886-1909) », dans idem, Against Massacre: Humanitarian Interventions in the Ottoman Empire (1815-1914), Princeton : Princeton University Press, 2012, p. 185-211.

Suny Ronald G. (dir.), The Sassoun Massacres, numéro spécial d’Armenian Review, printemps-été 2001, vol. 47, no 1-2.

Suny Ronald G., « Writing Genocide : The Fate of the Ottoman Armenians », dans Ronald G. Suny, Fatma Müge Goçek et Norman M. Naimark, A Question of Genocide : Armenians and Turks at the end of the Ottoman Empire, Oxford : Oxford University Press, 2011, p. 15-41.

Suny Ronald G., “They Can live in the Desert but Nowhere Else” : A History of the Armenian Genocide, Princeton, Oxford : Princeton University Press, 2015.

Tachjian Vahé, Daily Life in the Abyss : Genocide Diaries, 1915-1918, New York : Berghahn, 2017.

Tusan Michelle, « “Crimes against Humanity” : Human Rights, the British Empire, and the Origins of the Response to the Armenian Genocide », American Historical Review, vol. 119, no 1, février 2014, p. 47–77.

Verheij Jelle et Jongerden Joost, Social relations in Ottoman Diyarbekir, 1870-1915, Leyde, Boston : Brill, 2012.

Yeghiayan Eddie, The Armenian Genocide : A Bibliography, Cité du Vatican : Libreria editrice Vaticana, 2015.

Zürcher Eric, Turkey. A Modern History, Londres: I. B. Tauris, 1993.

Haut de page

Note de fin

1 S. Deringil, 2009.

2 Voir D. Rodogno, 2012 ; M. L. Anderson, 2015 ; J. Laycock, 2009 ; V. Duclert, 2015 ; M. Tusan, 2014 ; S. Ihrig, 2016.

3 B. Lewis, 1961 ; E. Zürcher, 1993, notamment p. 76-93. F. Georgeon, 2003.

4 H.-L. Kieser, 2000 ; F. Dündar, 2010 ; S. Astourian, 2001.

5 J.-M. Carzou, 1975.

6 Voir une première tentative d’ouvrage collectif sur ce thème avec R. Suny, 2001.

7 Y. T. Cora et al., 2016.

8 J. Jongerden et J. Verheij, 2012, traitent la question des massacres de 1895-1897 en détail pour cette région.

9 Il n’est pas possible de rendre compte ici de cette abondante bibliographie qui inclut désormais de nombreux titres dans les grandes langues européennes, mais aussi en arménien et en turc. Pour une tentative récente, voir E. Yeghiayan, 2015.

10 R. Kévorkian, 2013.

11 Voir notamment V. Tachjian, 2017.

12 Les rapports du Patriarcat arménien de Constantinople établis au moment des troubles ou juste après font état de près de 300 000 décès directement causés par ces massacres, sans compter les victimes additionnelles dues aux famines et aux épidémies, qui se comptent par dizaines de milliers. La fourchette des estimations données dans la littérature sur le sujet est comprise entre 100 000 et 300 000 tués. Par ailleurs, on manque aussi d’éléments pour évaluer l’ampleur du mouvement d’émigration intérieure et extérieure qui a touché les communautés arméniennes de l’empire. À ce sujet, voir D. Gutman, 2016.

13 Sur ces régiments, voir J. Klein, 2011. La question de leur implication dans les massacres arméniens est évoquée à plusieurs reprises dans le présent volume, notamment dans les articles d’Ali Sipahi et de Jelle Verheij.

14 Voir la synthèse historiographique de R. Hovannisian, 2015.

15 R. Kévorkian, 2006.

16 L’ouvrage de V. Duclert, 2015, qui couvre surtout la période des massacres antérieurs au génocide, en fournit une illustration.

17 Voir V. Dadrian, 2001. Pour une critique des présupposés culturalistes à l’œuvre dans large partie de l’historiographie du génocide arménien et des violences qui l’ont précédé, lire R. Suny, 2011.

18 Voir V. Dadrian, 1989, 1995a et 1995b.

19 Pour mesurer l’ampleur des divergences à ce sujet, voir par exemple R. Hovannisian, 1997 ; F. Georgeon, 2003 ; M. Nichanian, 2015, p. 19-64 ; R. Suny, 2015, p. 105-123.

20 Voir les nombreux éléments apportés par Raymond Kévorkian dans R. Kévorkian et P. Paboudjian, 1992, p. 43-51.

21 S. Deringil, 1999.

22 Voir de nouveau V. Dadrian, 2001, ainsi que R. Morris, 2001. Pour une mise au point récente, voir M. Polatel, 2016. Pour un élargissement de cette notion de responsabilité, lire l’article d’Edip Gölbaşı, dans le présent volume.

23 H.-L. Kieser, 2000 ; S. Deringil, 2009 ; S. Astourian, 2011 ; E. Hartmann, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Adjemian et Mikaël Nichanian, « Repenser les « massacres hamidiens » : la question du précédent », Études arméniennes contemporaines, 10 | 2018, 7-18.

Référence électronique

Boris Adjemian et Mikaël Nichanian, « Repenser les « massacres hamidiens » : la question du précédent », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 10 | 2018, mis en ligne le 10 septembre 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/eac/1385 ; DOI : 10.4000/eac.1385

Haut de page

Auteurs

Boris Adjemian

Bibliothèque Nubar, IMAf

Articles du même auteur

Mikaël Nichanian

Bibliothèque nationale de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • OpenEdition Journals