Navigation – Plan du site

Résumés

Ce texte est l’avant-propos du numéro spécial d’Études arméniennes contemporaines, « Les massacres de la période hamidienne (II) : représentations et perspectives ».

Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro spécial d’Études arméniennes contemporaines est une nouvelle fois consacré à l’étude des massacres commis contre les Arméniens de l’Empire ottoman sous le règne du sultan Abdülhamid II dans les années 1894-1897, en prolongement du volume qui l’a précédé. Dans ce dernier nous avions privilégié des études locales ou régionales, basées sur le croisement de sources officielles ottomanes, européennes et arméniennes ou syriaques. Il s’agissait de mettre en avant des approches qui dérogeaient à la classique analyse de la « question arménienne » sous l’angle de l’histoire des relations internationales et des rapports de force entre les puissances, incarnées par leurs ministres des Affaires étrangères et leurs correspondances. Cette approche a longtemps prévalu, expliquant en partie l’absence de travaux de fond consacrés à la perpétration de ces violences sur le terrain et la faiblesse des connaissances sur les massacres de la période hamidienne, par comparaison avec le renouveau des études sur le génocide depuis les années 1990-2000. Il est clair cependant, à la lecture de certaines des monographies publiées dans le précédent volume, que la compréhension du déroulement des massacres dans leur contexte local est en train de progresser.

2Ce second volume a pour fonction de replacer la question des massacres de 1894-1897 dans des perspectives plus larges. Dans ce but, il revient en partie à une approche internationale, sans toutefois se restreindre à l’histoire diplomatique. Au Royaume-Uni, Oded Steinberg retrace l’itinéraire militant d’un activiste emblématique de la cause arménienne, celui de James Bryce entre les années 1870 et 1894-1896. Il montre l’importance du lien noué entre l’homme politique et historien britannique et les États-Unis, où la question des massacres et de l’aide à apporter aux chrétiens de l’Empire ottoman allait trouver une caisse de résonance encore plus forte qu’au Royaume-Uni ou en Europe jusqu’à la Première Guerre mondiale. Oded Steinberg souligne en particulier la place du combat au long cours mené par Bryce jusqu’au génocide des Arméniens dans la fabrique des représentations collectives de ces événements. Vu d’une autre Europe, celle des tsars, Vazken Davidian met en lumière les mobilisations philanthropiques, peu étudiées, qui ont eu lieu en Russie en faveur des Arméniens, à travers l’étude de plusieurs œuvres et de l’engagement personnel du célèbre peintre arméno-russe Ivan (Hovhannes) Ayvazovski. Il montre ainsi comment les tableaux et les dessins de l’artiste eux-mêmes sont devenus à l’époque des acteurs de ces mobilisations, en contribuant à forger les représentations et la mémoire collective des événements, et notamment du massacre des Arméniens de Trébizonde en 1895, au sein des élites socio-culturelles russes et arméniennes de Russie. Enfin, Stefan Ihrig revient sur la genèse des perceptions et de la politique menée, dans l’Allemagne wilhelmienne, face aux massacres des Arméniens depuis l’époque du règne d’Abdülhamid II. En s’intéressant plus précisément aux écrits de l’un des pères du libéralisme politique allemand, Friedrich Naumann, et à l’influence qu’ils ont pu avoir en leur temps, il estime que le laisser-faire qui a caractérisé l’attitude officielle de l’Allemagne face à ces violences marque un tournant vers une politique étrangère dénuée de considérations humanitaires.

  • 1 Boris Adjemian et Mikaël Nichanian, « Repenser les “massacres hamidiens” : la question du précédent (...)
  • 2 The Sassoun Massacres, numéro spécial d’Armenian Review, vol. 47, no 1-2, printemps-été 2001.
  • 3 Ronald Grigor Suny, « Empire and Nation : Armenians, Turks, and the End of the Ottoman Empire », Ar (...)

3Le fil rouge de ces diverses contributions est la question du précédent, déjà posée dans le premier volume consacré aux massacres de la période hamidienne1. La question n’est pas nouvelle. Elle était déjà soulevée en filigrane dans un numéro spécial d’Armenian Review consacré aux massacres du Sassoun (1894), en 20012, mais surtout, de manière explicite et argumentée, dans un des premiers numéros de la revue Armenian Forum. Celle-ci convoquait, en 1998, un débat « franc et constructif » de plusieurs spécialistes autour d’un article de Ronald Suny3 qui, déjà, soulignait les problèmes historiques que posait la thèse de la continuité et de la similitude des violences entre les massacres de l’époque hamidienne et le génocide. Deux des participants de ce débat nous font ici l’honneur de contribuer à Études arméniennes contemporaines : Ronald Suny, dans la postface qu’il a bien voulu écrire à l’ensemble constitué par cette double parution sur les massacres de 1894-1897, et Selim Deringil, dans un entretien où il revient sur l’historiographie de la période hamidienne, son contexte particulier et l’idéologie impériale ottomane de l’époque, très différents de ceux instaurés par le Comité Union et Progrès au moment du génocide, pour mieux souligner la difficulté, voire les risques, à comparer les deux événements.

4Enfin, toujours pour mettre les massacres de l’époque hamidienne « en perspectives », il semblait nécessaire non seulement de les replacer dans un contexte international élargi, mais également de poser la question du précédent dans de tout autres contextes historiques et historiographiques. Dans un long entretien, Florent Piton explique tout l’intérêt heuristique qu’il y a à soulever à bras le corps l’hypothèse du précédent dans l’étude de ce type de crimes de masse, au-delà de l’indispensable prudence méthodologique. En praticien d’une étude de l’histoire des violences de masse dans la durée, il plaide pour ne pas négliger, et au contraire pour investir complètement, la part des antécédents dans la genèse de ces crimes, comme au Rwanda pour le génocide des Tutsi de 1994, précédé par plusieurs épisodes de violences collectives significatifs comme les massacres de 1962-1963 ou la « Toussaint rwandaise » de 1959. Un point de vue très stimulant pour les historiens du génocide arménien et des massacres de l’Empire ottoman tardif, mais aussi, et sans limite de temps ni d’aires géographiques, pour les spécialistes de l’étude des violences de masse.

*

5Les recherches historiques sur les massacres de la période hamidienne sont en train de prendre un nouveau départ à la faveur de l’émergence de nouvelles générations de chercheurs, de plus en plus enclins à élargir le spectre de leurs sources et de leurs questionnements. Comme pour l’étude du génocide des Arméniens, la sortie de l’hyperspécialisation et l’ouverture à une histoire globale représentent un enjeu scientifique essentiel dont les contributeurs à ces deux volumes ont donné quelque aperçu. Toutefois il y a encore beaucoup à faire. La parution de ces deux recueils d’articles successifs n’aura certes pas permis d’embrasser toutes les facettes d’une histoire qui reste mal connue. Que l’on songe seulement aux migrations engendrées par les massacres, qui contribuèrent de manière importante à la formation de la diaspora arménienne. Les conséquences humaines et socio-économiques, ainsi que l’impact culturel des massacres de la période hamidienne restent à étudier en profondeur, non seulement pour ce qui concerne les provinces orientales de l’Empire ottoman, mais aussi l’évolution des représentations du pays, le yergir, comme parmi les Arméniens de Constantinople et d’autres grands foyers culturels et intellectuels. Enfin la question de la construction des mémoires – et de l’oubli – de ces massacres, dans l’ombre de ceux de 1915, n’a été ici qu’effleurée. Souhaitons en tout cas que les jalons posés dans ces pages soient une incitation à de futures recherches.

Haut de page

Notes

1 Boris Adjemian et Mikaël Nichanian, « Repenser les “massacres hamidiens” : la question du précédent », Études arméniennes contemporaines, no 10, 2017, p. 7-18.

2 The Sassoun Massacres, numéro spécial d’Armenian Review, vol. 47, no 1-2, printemps-été 2001.

3 Ronald Grigor Suny, « Empire and Nation : Armenians, Turks, and the End of the Ottoman Empire », Armenian Forum. A Journal of Contemporary Affairs, no 2, été 1998, p. 17-51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Adjemian, « Avant-propos », Études arméniennes contemporaines, 11 | 2018, 5-8.

Référence électronique

Boris Adjemian, « Avant-propos », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/eac/1771

Haut de page

Auteur

Boris Adjemian

Bibliothèque Nubar de l’UGAB, IMAf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • OpenEdition Journals