Navigation – Plan du site
Études

Des Arméniens dans les Brigades internationales

Armenians in the International Brigades
Astrig Atamian
p. 7-25

Résumés

En se fondant sur une documentation d’archive originale, cet article retrace les parcours d’une poignée d’immigrants arméniens communistes qui se sont engagés dans les brigades internationales pendant la guerre d’Espagne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archives de la République d’Arménie [ARA], fonds 1536, inventaire 1, dossier 18, lettre de Vahé Ata (...)

Pour moi ne vous tourmentez pas, tu penses comme je suis heureux de servir mon idéal. Je vis en ce moment les heures les plus douces de ma vie car je fais mon devoir et c’est beaucoup tu sais. Je sais que si je vous parle ainsi vous me comprenez qu’à moitié mais je ne désespère pas de voir un jour ma famille toute entière d’avoir mes points de vue, pour cela je suis totalement persuadé comme je suis de même pour le degré d’élévation de pensée de notre famille.
Je pense beaucoup à toi Anaïs et je t’aime bien, je te demande pardon pour le manque d’égard que j’eu envers toi, comme ton frère âgé j’avais beaucoup d’obligation à m’acquitter, je regrette d’y avoir manqué, tu dois voir maintenant à quoi je me livrais, l’amour de mes semblables m’avait totalement gardé. Je n’ai pu accepter d’autre obligation de servir que celle de tous les peuples1.

  • 2 Expression qui revient régulièrement dans l’historiographie du PCF quant au rôle de la capitale fra (...)
  • 3 D’après les chiffres de Rémi Skoutelsky, auteur de L’espoir guidait leur pas. Les volontaires franç (...)
  • 4 Voir sur le lien entre ces deux engagements, Rémi Skoutelsky, « Brigadistes internationaux et résis (...)

1Nous sommes en décembre 1937. Le jeune Vahé Atamian, 24 ans, vient d’arriver en Espagne pour se battre aux côtés des Républicains. Devinant les réticences naturelles que ses parents – deux apatrides arméniens réfugiés en France en 1925 – auraient opposées à ce que leur fils risque sa vie pour une cause bien trop éloignée de leurs préoccupations, c’est sans les avertir qu’il est parti. Depuis le 17 juillet 1936, une insurrection militaire dirigée par le général nationaliste Franco tente de renverser le gouvernement de Frente popular arrivé au pouvoir le 16 février 1936. Afin de contrebalancer l’aide pourvue par l’Allemagne et l’Italie aux nationalistes, l’Internationale communiste (IC, Komintern ou IIIe Internationale) met sur pied, à la fin de l’été 1936, des Brigades internationales dans lesquelles des volontaires de tous pays peuvent s’engager pour défendre la République espagnole. Le gouvernement Blum, qui a adopté une politique de non-intervention, laisse néanmoins le parti communiste français (PCF) faire de Paris la « plaque tournante »2 des volontaires internationaux envoyés en Espagne. Entre l’automne 1936 et la fin 1938, ils sont ainsi 32 000 à s’engager dans les Brigades internationales. Un peu moins du tiers de ce contingent est composé de Français, dont une bonne moitié sont des communistes3. Parmi les brigadistes comptabilisés comme Français se trouvent, en réalité, des centaines d’Italiens, d’Allemands et de Juifs d’Europe centrale réfugiés en France suite à l’avènement de régimes fascistes ou du nazisme dans leur pays d’origine. Certains sont de simples militants ou sympathisants communistes, d’autres sont des cadres des partis communistes italien ou allemand en exil. Leur motivation à en découdre avec Franco n’est pas tellement sujette à interrogation : il s’agit, avant tout, pour ces hommes, de freiner l’expansion du fascisme dont ils ont pu mesurer, avant de gagner la France, les ravages jusque dans leur chair. Bien que plus confidentiel, l’engagement de ces réfugiés antifascistes qui se sont précipités en Espagne pour défendre la République est souvent rapproché de la détermination avec laquelle les immigrés communistes ont lutté contre l’occupant en France quelques années plus tard. Cette comparaison ne saurait d’ailleurs être que symbolique dans la mesure où la formation militaire clandestine réunissant les étrangers que le PCF met sur pied au printemps 1942, les Francs-Tireurs et Partisans de la Main d’œuvre Immigrée (FTP-MOI), compte de nombreux combattants qui avaient « fait l’Espagne » et dont l’expérience martiale a constitué un atout majeur dans la menée des opérations de la Résistance intérieure4.

2Vahé Atamian, aussi, rejoindra les rangs de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Est-ce également le cas des autres Arméniens partis comme lui en Espagne ? Car, en effet, aux côtés de ces exilés aux motivations antifascistes évidentes et de ces militants français que le PCF fait converger vers les Brigades internationales, se trouve une poignée de réfugiés arméniens. En France depuis une douzaine d’années, ils ont, à l’image de Vahé Atamian, quitté leur patrie d’accueil et traversé la frontière espagnole pour devenir interbrigadistes. Qui sont ces hommes ? Combien étaient-ils ?  Comment retracer leurs trajectoires et connaître ce qui les avait ainsi animés pour les mener jusqu’en Espagne ? Leur engagement se rapproche-t-il de celui des réfugiés ayant une conscience aiguë des dangers du fascisme ou est-il davantage, à travers l’adhésion aux pratiques et aux idéaux du Front populaire, le reflet de l’infusion progressive d’une certaine culture politique française dans la communauté arménienne ?

Interbrigadistes arméniens : ancrage en France à travers un départ en Espagne ?

  • 5 Les « nationalités » organisées, en groupes (ou sous-sections) de langue, par le PCF sont : les Ita (...)
  • 6 Au cours du second semestre 1927, la sous-section arménienne, qui comptait encore 450 membres au pr (...)

3Quelques mois avant son départ pour la Catalogne, Vahé Atamian avait adhéré au PCF. À Lyon avec sa famille, alors en proie à des difficultés matérielles, lot de bien des réfugiés arméniens, Vahé Atamian avait dû abandonner sa scolarité et se mettre en quête d’une place chez un employeur. En 1937, il rejoint la cellule PCF de son lieu de travail. Parallèlement à ce militantisme ouvrier, il est rattaché à la sous-section arménienne du PCF. Il partage cette appartenance et cet engagement avec les autres interbrigadistes arméniens. Militants communistes, ils font également partie de la sous-section arménienne du PCF dont les groupes de travail les plus importants se trouvent à Paris, Lyon et Marseille ainsi que dans la Drôme et l’Isère, là où les besoins de l’industrie française s’étaient traduits par l’embauche de milliers de réfugiés arméniens. En 1924, afin de ne pas laisser les travailleurs étrangers affluant sur le marché du travail français au lendemain de la Première Guerre mondiale, « casser les prix » et devenir un instrument aux mains du patronat, le PCF, qui existait depuis à peine trois ans, avait créé une douzaine de groupes de langue réunis au sein d’une Commission de la MOE (Main-d’œuvre étrangère) - MOI (Main-d’œuvre immigrée) à partir de 19325. Le groupe de langue arménienne, qui prendra l’appellation de sous-section arménienne en 1926, en fait partie. La propagande du parti y est non seulement traduite mais adaptée aux préoccupations de la jeune communauté arménienne. Composée majoritairement de réfugiés arméniens de l’Empire ottoman, celle-ci est essentiellement convoitée par le parti dachnak – reconstitué en diaspora après son éviction du pouvoir en Arménie – et par les Soviétiques via le Comité d’aide à l’Arménie ou HOK (Hayastani Oknoutian Komité) créé à Erevan en 1921 et doté de branches dans le monde et en France à partir de 1925. Après la vague de répression anticommuniste du gouvernement Poincaré, la sous-section arménienne du PCF comptera rarement plus d’une centaine de membres6. Ces effectifs restreints ne font néanmoins que représenter le noyau dur des prosoviétiques arméniens de France que l’on retrouve au HOK, où le message adressé à la communauté arménienne, principalement axé sur l’Arménie soviétique, loin d’être purement ouvriériste, use du sentiment national et a vocation à concurrencer l’influence du parti dachnak. La plupart des adhérents de la sous-section arménienne sont venus au PCF à travers leurs responsabilités au sein du HOK et leur engagement en faveur de l’Arménie soviétique. Mais il arrive aussi que la trajectoire militante soit inversée et que l’intérêt porté aux questions sociales et à la vie politique française ait précédé la participation aux activités de l’organisation de masse arménienne. La sous-section arménienne du PCF est par ailleurs dotée d’une Commission du HOK au même titre qu’une Commission du travail syndical ou d’une Commission pour la propagande. Très imbriqués, la sous-section arménienne du PCF et le HOK ne poursuivent pourtant pas les mêmes buts. Tandis que l’une se donne pour objectif d’entraîner les réfugiés arméniens à intégrer les syndicats unitaires et à prendre part aux luttes sociales en France, l’autre les en dissuade tout en louant l’œuvre accomplie par les bolchéviques en Arménie.

  • 7 Bernard Pudal, « Les communistes », in Jean-Jacques Becker et Gilles Candar (dir.), Histoire des ga (...)
  • 8 Le 18 septembre 1934.
  • 9 L’URSS signe le 2 mai 1935, un pacte d’assistance mutuelle avec la France.
  • 10 De moins de 30 000 adhérents fin 1933, le PCF passe à 328 000 en 1937. Voir Stéphane Courtois et Ma (...)
  • 11 En 1936, au moment où s’organise le nerkaght, le HOK compte, en France, 68 sections et 3 500 membre (...)
  • 12 Claire Mouradian, De Staline à Gorbatchev : histoire d’une république soviétique, l’Arménie, Paris  (...)

4Les militants qui partent en Espagne font, a priori, partie de la deuxième génération de communistes arméniens en France, celle qui est venue au PCF dans l’élan du Front populaire. Les adhérents de la première heure, ceux qui sont entrés dans les rangs du parti à l’heure de la bolchévisation, de la stalinisation, puis de la tactique « classe contre classe », dans les années où les effectifs du PCF ne lui permettaient pas encore de s’imposer comme un acteur majeur de la scène politique française et où l’engagement militant était « total »7, étaient, pour beaucoup, partis s’installer en Arménie soviétique. En effet, avant même le rapatriement (nerkaght) du 9 mai 1936 – qui emporte à bord du Sinaïa 1 800 Arméniens presque tous communistes ou membres du HOK –, une partie de la première génération de communistes arméniens avaient déjà quitté la France en raison du chômage ou de la répression policière. On en trouve également à bord du Sinaïa mais il semble que, parmi ses passagers, ceux qui ont adhéré après 1934 aient été majoritaires. Ces derniers étaient justement venus au PCF dans l’espoir de pouvoir s’inscrire sur les listes du rapatriement. Les prémices du Front populaire (émeutes du 6 février 1934, manifestation unitaire du 12 février), le repositionnement de l’IC (abandon de sa ligne « classe contre classe »), l’évolution de la diplomatie soviétique (entrée de l’URSS à la SDN8, signature de l’accord franco-soviétique9, lutte commune de l’Union soviétique et des démocraties occidentales contre le fascisme) avaient fait affluer des dizaines de milliers de nouveaux adhérents au PCF10. Enfin, le 3 mai 1936, avec les 72 sièges qu’il remporte à l’Assemblée nationale, le PCF se hisse au sein de la majorité de rassemblement populaire. Sans que l’on puisse quantifier exactement les effets de cette conjoncture nouvelle sur la sous-section arménienne, l’on sait que la branche française du HOK s’est particulièrement développée durant les années 1933-193611. Ainsi, en termes d’effectifs et d’influence, pour la période de l’entre-deux-guerres, les garmir (rouges) de la communauté arménienne de France sont à leur apogée au moment du départ du Sinaïa : les intérêts de l’URSS et de la France coïncidant, l’appartenance au PCF n’est plus subversive et la loyauté envers l’Arménie soviétique, plus répréhensible. Puis, après avoir connu une affluence circonstancielle, cette mouvance se vide en l’espace de quelques mois entre mai et août 1936. En emportant encadrants et sympathisants, le rapatriement a grevé ses forces. Mais la volatilisation des troupes s’explique surtout par le déclenchement des purges en Arménie dont l’assassinat – maquillé en suicide – d’Aghassi Khandjian, le Premier Secrétaire du parti communiste d’Arménie (PCA), fin juillet 1936, dans le bureau de Béria à Tbilissi, est considéré comme le coup d’envoi12. Assez enclins à se laisser affecter par les mauvaises nouvelles venant de l’Est dont se font l’écho la presse nationale et diasporique, les sympathisants appartenant aux cercles concentriques les plus éloignés du noyau dur des encartés au PCF désertent le HOK. Parmi eux, certains ont même déjà reçu des lettres de leurs proches récemment installés en Arménie. À travers des messages équivoques, ils ont su décrypter l’avertissement suivant : « ne nous rejoignez pas ! »

  • 13 Sur le modèle de la Commission des cadres du parti communiste de l’Union soviétique (PCUS) créée en (...)
  • 14 Cf. Stéphane Courtois, Denis Peschanski, Adam Rayski, Le sang de l’étranger : les immigrés de la MO (...)

5À la fin de l’été 1936, les communistes et prosoviétiques arméniens de France se retrouvent donc en comité plutôt réduit. Après le déclenchement des purges, leur lien avec l’Arménie soviétique va se distendre progressivement jusqu’à rompre complètement, fin 1937, avec la liquidation du HOK à Erevan. Assez désemparés par l’évolution de la situation en Arménie, les dirigeants de la branche française du HOK se trouvent alors également confrontés à des difficultés financières. Mais ce relâchement des relations avec l’URSS va justement permettre au petit groupe réuni autour du dernier secrétaire du HOK, le docteur Kaldjian, de se développer plus sereinement et de voir émerger les figures phares du mouvement communiste arménien en France, tel que Missak Manouchian, qui avait adhéré au PCF en 1934 et été élu au Comité central du HOK de France en 1935. Jusqu’alors, la tutelle soviétique exercée sur les communistes de la communauté arménienne via le HOK, n’avait pas toujours été du goût de la Commission de la MOI du PCF. Le thème d’une « double direction » empêchant le bon fonctionnement de la sous-section arménienne était régulièrement évoqué. Nombre de dossiers de militants arméniens passant devant la Commission des cadres du PCF en portaient la marque, et les avertissements et exclusions prononcés étaient souvent motivés par un soupçon de double allégeance13. Ainsi, au moment où le PCF entreprend – à partir de 1937 – de « serrer la vis » aux sous-sections de la MOI qu’il juge s’être trop émancipées dans l’atmosphère du Front populaire14, l’affaiblissement puis la disparition du HOK lui permirent de récupérer dans son orbite les communistes et les prosoviétiques de la communauté arménienne.

  • 15 Au printemps et à l’été 1936, Chavarch Missakian consacre une série d’éditoriaux et d’articles aux (...)

6C’est donc à partir de 1936 que l’appartenance au PCF devient un vecteur d’intégration pour les Arméniens qui, certes, sont encouragés par l’esprit du Front populaire (de même que l’est l’ensemble de la MOI) mais qui, surtout, se trouvent coupés de l’Arménie soviétique et dégagés pour un temps de la « double direction ». La participation aux cortèges de manifestants, aux grèves et occupations d’usines, que rapporte même Haratch, le quotidien d’obédience dachnak dirigé par Chavarch Missakian, illustre cette insertion progressive dans la société environnante15. Et « l’affaire espagnole » ne symbolise que davantage l’intégration des Arméniens du PCF dans une certaine société française, celle de la « culture des camarades ». En effet, même s’ils ne font que suivre les injonctions du Komintern, pour la première fois des immigrés arméniens vivant en France sont prêts à risquer leur vie pour une cause qui n’est pas strictement arménienne mais universelle : la lutte contre le fascisme. Cette participation des Arméniens de France à la guerre d’Espagne, aux côtés des Républicains, ne concerne certes qu’un petit groupe ; elle jette cependant les bases d’un futur engagement dans la Résistance. Mais si, grâce à la figure de Missak Manouchian, la contribution des Arméniens communistes à la Résistance au sein de la MOI est largement connue et tend, parfois, à résumer l’existence même d’une frange communiste et prosoviétique dans la communauté arménienne de France, la participation des Arméniens du PCF à l’épopée des Brigades internationales reste un épisode oublié.

État des sources

  • 16 Dikran Drampian (Տիգրան Դրամբեան), Ֆրանսահայ կոմունիստները դիմադրության տարիներին, 1941-1944, [Les (...)
  • 17 Les FTP-MOI de Paris, dirigés par Missak Manouchian du mois d’août 1943 à son arrestation en novemb (...)
  • 18 Diran Vosguéritchian, Հայ Արձակազէնի մը յուշերը [Les mémoires d’un franc-tireur arménien], Beyrouth (...)
  • 19 Dictionnaire biographique du monde ouvrier français « Le Maitron », Paris, L’Atelier, 1997.
  • 20 « Ինտերնացիոնալ բրիգադներ » [« Brigades internationales »], Հայկական Սովետական Հանրագիտարան [Encycl (...)
  • 21 En ce qui concerne le 5e régiment dans lequel officient des Soviétiques, les volontaires arméniens (...)

7Un ouvrage paru à Erevan en 1967 sur les Arméniens communistes dans la Résistance en France consacre environ une page et demie aux Arméniens du PCF dans les Brigades internationales16. L’auteur, Drampian, les évalue à une centaine. Diran Vosguéritchian, l’ancien FTP-MOI du « groupe Manouchian »17, donne dans ses Mémoires d’un franc-tireur arménien, la même approximation18. En réalité, il semblerait que les membres de la sous-section arménienne du PCF partis en Espagne aient plutôt été une quinzaine. Le dictionnaire Maitron19 en recense sept : Artin Gagoussian, A. Carakulakian – porté disparu à Caspe –, Vahé Atamian et Khatchik Amirkhanian dans le 4e bataillon de la 14e Brigade internationale, Simon Andonian – affecté aux transports –, Haïg Hagopian et Kévork Salorian dans la 13e Brigade. Les rédacteurs de l’Encyclopédie soviétique arménienne20 citent, quant à eux, les volontaires Roudolf Chahinian et Hagop Mardirossian et listent ceux qui sont  « tombés en héros » : Krikor (Grégoire) Haroyan, Achod Andrassian, Gaïdzag Karagozian, Karnig et Toross Lopassian, Hovanès Pokralian, Boghos Berdjensian, Hovanès Topalian. Selon Drampian, c’est essentiellement au sein des 13e et 14e Brigades que l’on retrouve les Arméniens mais également au sein du 5e régiment de l’armée républicaine21. La principale source sur laquelle il s’appuie est l’organe des Brigades internationales – Volontaires de la liberté – qu’il a dépouillé à la recherche de patronymes arméniens. Il en cite treize : Krikor (Grégoire) Haroyan, le Capitaine Vahan Tcherkayan, Hovanès Pokralian, Roudolf (Khatchig) Chahinian, Vahé Atamian, Khatchig Amirkhanian, Toross Lobassian (de Marseille), le Lieutenant « Carlo » de Paris, Yeramian, Karnig (de la Seyne dans le Var), Souren et Simon. Il s’agit, pour la plupart, des mêmes que ceux qui figurent dans Le Maitron et dans l’Encyclopédie soviétique arménienne.

  • 22 En reprenant les chiffres de Rémi Skoutelsky qui estime que 49 à 58 % des 9 000 à 10 000 brigadiste (...)
  • 23 Stéphane Courtois, Denis Peschanski, Adam Rayski, Le sang de l’étranger…, op. cit., p. 41.

8Les interbrigadistes arméniens ne sont donc pas nombreux. Mais notre estimation, ramenée aux effectifs de la sous-section arménienne, représente une proportion non négligeable. Environ 15 % des Arméniens du PCF seraient partis en Espagne, soit cinq fois plus que lorsque l’on rapporte les dix mille brigadistes français aux effectifs globaux du PCF à cette date22. Doit-on y voir un lien avec la présence de David Davidian, le secrétaire de la sous-section arménienne depuis 1934, au sein de la toute petite équipe chargée de recruter les volontaires depuis les baraquements de la MOI de l’avenue Mathurin-Moreau23 ?

  • 24 ARAM, fonds Stéphane Aghadjanian, témoignage écrit de Stéphane Aghadjanian – militant de la sous-se (...)
  • 25 Garabed Demerdjian a été blessé à la tête par des éclats de grenade et Hayazad Helvadjian, au bras (...)
  • 26 Dès 1937, des rapatriés sanitaires sont en effet rentrés en France. Voir Rémi Skoutelsky, « L’engag (...)
  • 27 « Au sujet des Arméniens, on me signale que certains d’entre eux, qui s’étaient engagés comme volon (...)

9Dans son témoignage écrit déposé à Marseille aux Archives de l’association arménienne ARAM (Association pour la Recherche et l’Archivage de la mémoire), l’ancien résistant Stéphane Aghadjanian se réfère aux trois militants de la sous-section arménienne de Marseille, appartenant à la cellule de la rue Nationale qui se sont engagés dans les Brigades internationales : Krikor (Grégoire) Haroyan, Garabed Demirdjian et Hayazad Helvadjian24. Le premier, déjà cité plus haut, est tombé en octobre 1938 au cours des derniers engagements de la bataille de l’Ebre, tandis que les deux autres étaient rentrés, à l’été 1938, gravement blessés25. Tandis que certains Arméniens n’arrivent en Espagne qu’à la fin de l’année 1937, d’autres ont repassé la frontière française dès le printemps 1937. Dès avril 1937, en effet, les services chargés de la surveillance des étrangers en signalent une dizaine ayant regagné la région lyonnaise. Quelles pourraient être les raisons de ce retour relativement rapide ? Ont-ils été blessés et rapatriés après quelques mois seulement passés au front26 ou font-ils partie des quelques 500 Français ayant déserté les Brigades27 ?

  • 28 Mélinée Manouchian, Manouchian, Paris, Les Éditeurs Français Réunis, 1974, p. 57. D’après Alice Mav (...)
  • 29 Mélinée Manouchian, Manouchian, op. cit., p. 58.
  • 30 Témoignage d’Arsène Tchakarian cité par Émile Temime, « Des hommes dans la tourmente. Les Arméniens (...)
  • 31 [Encyclopédie soviétique…], notice citée, p. 356.

10Dans sa biographie de Missak Manouchian, Mélinée Manouchian évoque elle aussi l’épisode espagnol : Missak voulait s’engager dans les Brigades internationales mais « on a préféré le garder en France, où les cadres n’étaient pas si nombreux »28. S’il ne part pas en Espagne, certaines de ses missions sont malgré tout dédiées à la cause espagnole. Dans Zangou, l’organe du HOK en 1936-1937, Manouchian livre régulièrement son analyse de la question espagnole, fait paraître des lettres de brigadistes et lance à plusieurs reprises des appels pour recruter des volontaires29. Il se rend aussi à Valence avec le jeune militant Arsène Tchakarian (futur FTP-MOI parisien), chercher des chaussures chez les bottiers arméniens pour les envoyer aux républicains espagnols30. Et selon l’Encyclopédie soviétique arménienne, les associations arméniennes de France auraient fait parvenir un million de francs au Comité d’aide à l’Espagne républicaine31. Ainsi, l’engagement en faveur des républicains espagnols, qui en France suscite un immense engouement populaire, créant une ligne de fracture entre ceux qui y prennent part et ceux que ce combat indiffère ou rebute, touche également les communautés arméniennes. Les victoires sociales remportées par la gauche avaient exacerbé les clivages politiques. L’hostilité à l’égard de la classe ouvrière et des étrangers se faisait de plus en plus virulente. En participant matériellement à l’aide en faveur de l’Espagne, ces Arméniens signifient qu’ils partagent les préoccupations d’une partie de la société française, inquiète à la perspective du renversement d’un gouvernement de Front populaire par un coup d’État fasciste.

La correspondance de Vahé Atamian

  • 32 ARA, fonds 1536, inventaire 1, dossiers 1 à 66.
  • 33 Plus de 50 % des brigadistes français ont entre 26 et 34 ans. Un quart ont – comme Vahé Atamian – e (...)
  • 34 Voir l’exposition « La Valise mexicaine, Capa, Taro, Chim. Les négatifs retrouvés de la guerre civi (...)

11La découverte, dans le fonds de l’ex-Institut du marxisme-léninisme à Erevan32, de la correspondance que tient le militant communiste Vahé Atamian avec sa famille alors qu’il se trouve à Barcelone puis à Albacete, au quartier général des Brigades, a été fondamentale dans notre perception de la nature de l’engagement des militants de la sous-section arménienne du PCF en Espagne. L’abnégation que Vahé Atamian manifeste dans le message adressé à sa sœur – cité en introduction – paraît quasi-mystique. Ses lettres, dans lesquelles il prie sa famille de l’excuser de ce départ précipité et gardé secret et expose les raisons qui l’ont amené à la quitter, portent à la fois l’enthousiasme extrême d’un jeune homme parti se battre dans les Brigades internationales33, son espoir de voir sa sœur se ranger à ses opinions, sa fierté de faire partager à son frère les détails des combats, sa peine de ne pas être compris par son père. À son frère Badrig, Vahé fait part de la conscience qu’il a de risquer sa vie, de la dimension sacrificielle de son engagement et formule, dans le même temps, la requête bien concrète de lui faire parvenir des cigarettes. À la lecture de ces billets surgissent immanquablement les clichés de Capa, Taro et Chim34. Ces lettres constituent un matériau inédit et nous avons souhaité en restituer ici quelques extraits.

12Vahé arrive à Valencia en décembre 1937, au moment où débute l’offensive républicaine de Teruel. Il écrit à sa sœur Anaïs :

  • 35 ARA 1536.1.18, lettre de Vahé Atamian, Valencia, 13 décembre 1937. Vahé arrive en Espagne au moment (...)

Je suis arrivé à Valencia sain et sauf et je pars pour Albacete cet après-midi.
Pendant plusieurs jours tu peux t’attendre à ne pas avoir de nouvelles de moi car les communications sont difficiles.
Je suis enchanté de l’Espagne républicaine, toute la population aspire à la liberté et sa défaite est impossible.
Par ma prochaine lettre je te donnerai mon adresse35.

  • 36 ARA 1536.1.18, lettre de Vahé Atamian, Albacete, 16 décembre 1937, déjà citée.

13Quand il arrive à Albacete le 16 décembre, Vahé écrit de nouveau à sa sœur Anaïs. Il semble désolé d’inquiéter les siens et pourtant si exalté de servir une cause universelle36. Le 20 janvier 1938, il remercie son frère Badrig de ne pas lui avoir tenu rigueur de l’avoir ainsi quitté sans l’avertir et lui demande de lui envoyer du tabac « la seule chose indispensable » :

  • 37 ARA 1536.1.18, lettre de Vahé Atamian, Albacete, 20 janvier 1938.

Il me manque presque la seule chose indispensable ici, du tabac et tu peux m’en envoyer car tous les miliciens en reçoivent régulièrement. […] Alors Badrig si tu pouvais m’adresser 3 paquets de tabac gris par quinzaine je te serai très reconnaissant et nous fumerons entre camarades infortunés d’avoir des expéditeurs en France37.

14Toujours à Albacete depuis plus d’un mois, il réaffirme sa résolution à combattre. Sa lettre reflète l’enthousiasme du volontaire qui attend avec hâte de partir au front alors que lui parviennent les nouvelles des succès remportés par les républicains à Teruel et les débuts de la contre-offensive des nationalistes :

  • 38 Ibid.

Tu me demandes dans ta lettre ce que je fais ici. Tu comprendras qu’il m’est impossible de te le dire, comme je présume tu désires mais sache que jamais un instant je reculerai à donner le maximum de moi-même pour la Cause que je suis ici, comme je te l’avais dit dans ma première lettre je te répète de nouveau je m’en veux infiniment de n’avoir pas pris l’initiative de venir accomplir mon devoir plus tôt.
Je suis heureux et tranquille malgré tout ce que tu peux imaginer comme difficultés que je peux avoir à m’habituer à la vie militaire.
J’espère bientôt et dans un laps de temps très court que tu liras dans les journaux ce que nous faisons nous les combattants de la liberté mêlés à un peuple ayant un instinct extraordinaire de la liberté38.

15Le jeune homme exprime de nouveau son déchirement d’avoir quitté les siens mais ses lignes trahissent néanmoins la grande fierté qui l’anime d’être devenu un « révolutionnaire professionnel » :

  • 39 Ibid.

Pour Jacques, je n’en doute pas, il doit certainement penser à moi mais ne rien comprendre de mon départ précipité. Je souffre beaucoup tu sais loin de vous quand je pense aux conditions dans lesquelles j’ai quitté la maison. Mais je m’en console car le métier de révolutionnaire exige un dur apprentissage, il faut s’en habituer à refouler certains sentiments permanents39.

16En février 1938, les républicains, exsangues, doivent se résoudre à reculer à Teruel face à la contre-offensive des nationalistes. Dès lors, et jusqu’à mi-avril quand ils commencent leur offensive sur Valencia, les franquistes ne rencontrent presque pas d’obstacle dans leur avance vers la Méditerranée. Quand Vahé écrit à son frère le 25 avril 1938, les républicains ont essuyé de lourds revers depuis deux mois mais reçoivent à nouveau – depuis une semaine à peine – des armes et des munitions depuis la France. Ils vont ainsi réussir à contenir l’offensive des nationalistes jusqu’en juillet. Vahé – qui se trouve alors à Barcelone – se veut rassurant, persuadé que « les fascistes n’auront pas la victoire totale et définitive » :

  • 40 ARA 1536.1.18, lettre de Vahé Atamian, Barcelone, 25 avril 1938.

Je fais tout ce qui est humainement possible pour servir la cause ESPAGNOLE qui est la mienne.
Vous avez lu en FRANCE dans les journaux les événement de ces derniers temps concernant la guerre espagnole, quoi que tu ai lu, quoi qu’ont t’ai dis, mets toi ca bien dans la tête mon vieux frère que nous emporterons la victoire totale, nous l’emporterons car nous sommes décidés, car nous préférons mourir que de laisser passer la barbarie. Les journaux disent beaucoup de choses, le milieu dans lequel on vie prophétise pas mal de combinaisons, mais cela ne vaut pas la déclaration de celui qui a vu de ses propres yeux, qui vit en pleine bagarre et qui a ses ennemis quelquefois à 50 mètres. Je te dis que les fascistes n’auront pas la victoire totale et définitive car il ne mérite pas, car les soldats mercenaires ou forcés pour faire la guerre, que nous voyons, s’en foutent royalement du résultat.
Je les ai vu Badrig, cavaller en voyant notre approche malgré leur artillerie 100 contre 10, leur aviation 50 contre zéro. Tu ne peux pas t’imaginer exactement la situation que nous avions ces derniers temps, on a écrit en FRANCE que c’était plus fort qu’à VERDUN de la grande guerre, mais pense un instant ce que represente d’être bombardés des journées entières par l’artillerie et l’aviation, des bombes qui te tombe à deux mètres, que tu marche des nuits entieres.
Malgré tout cela, retourne le tableau et tu verras que des hommes après avoir éprouvés ces experiences rassemblent leur forces et luttent magnifiquement pour leur idées et leur idéal, et arrivent a mettre en fuite leurs ennemis qui ne font que donner un acte de presence, étant donné le materiel formidable de guerre.
Tu diras, mais vous avez reculé, oui, certes, mais rassure toi, dans une guerre, il y a des hauts et des bas, pendant la grande guerre, les allemands n’était-ils pas à 50 km de Paris ?40

17Et de nouveau, jaillit à travers ses écrits la fougue du jeune combattant en butte à l’incompréhension de sa famille :

  • 41 Ibid.

Notre père me demande de rentrer en FRANCE, et que je pourrais me retourner après, qu’il est malade et qu’il aimerait me voir près de lui.
Badrig veux-tu lui dire que je regrette de ne pas pouvoir donner suite à sa demande, premièrement parce que ca ne depend pas de moi et deuxiement ne croit-tu pas qu’il serait lache de ma part de vouloir quitter mes frères de combat au moment le plus critique de la guerre Espagnole41.

18S’il s’épanche longuement sur ses sentiments contrastés – la peine d’abandonner les siens, la joie et l’exaltation d’être intégré à sa nouvelle famille : la Révolution – la correspondance de Vahé Atamian nous renseigne sur les différents postes qui lui ont été attribués. Ainsi, après avoir été fourrier, il a « l’immense honneur d’assumer la tache de secrétaire général du commissariat politique de la 14e Brigade “La Marseillese” » :

  • 42 Ibid.

Je crois t’avoir dis dans ma precedente lettre que j’étais délégué sportif, et fourrier d’une Cie de l’armée populaire, mais depuis les évenement derniers ca a changé considérablement. J’ai l’immense honneur d’assumer la tache de secrétaire général du commissariat politique de la 14eme Brigade « La Marseillese » […].
Il te serait peut-etre difficile de te representer ce que cela donne, mais pour t’édifier sache que le commissaire délégué de guerre est le camarade RENE HAMON qui fut le secrétaire de PAUL VAILLANT-COUTURIER jusqu’à la mort de ce dernier42.

19Enfin, dans sa lettre du 18 mai 1938, Vahé Atamian se déclare résolu à combattre jusqu’à la mort :

  • 43 ARA 1536.1.18, lettre de Vahé Atamian, Barcelone, 18 mai 1938.

Quand à notre situation militaire, je dois te dire que plus que jamais nous sommes décidés à la Victoire.
Je t’avais dit dans ma précédente lettre que j’étais le Secrétaire général du Commissaire de guerre du bataillon « Henry Barbusse » de la Brigade « La Marseillaise » mais ne crois pas que je me trouve en l’arrière de la ligne du combat, au contraire nous participons à la lutte et il faut vous attendre à de mauvaises nouvelles un jour ou l’autre, à ce moment je vous demande d’avoir du courage43.

20Dans le même temps et alors qu’il est Commissaire politique ou « de guerre » du bataillon Henri Barbusse de la 14e Brigade, Vahé Atamian s’inquiète de ses obligations militaires en France. Il doit faire son service militaire et, en tant que soldat, ne veut pas y échapper. Un mois après la deuxième démission de Léon Blum qui entérine l’échec du Front populaire – dont l’avènement avait certainement conditionné son adhésion au PCF – Vahé Atamian affirme, à travers cette requête qu’il formule à son frère, son attachement à la France :

  • 44 Ibid.

Voudras-tu faire le nécessaire qu’on m’envoie immédiatement la convocation de ma période militaire pour que je fasse le nécessaire afin que par mon absence je ne ferme à jamais les portes de la France44.

  • 45 Le FNA est une branche du Front national (FN) qui avait été lancée au printemps 1941 par Staline da (...)
  • 46 Pour rappel, en décembre 1947, le Pobeda en emportera environ 2 500.
  • 47 Cf. l’expression d’Anahide Ter Minassian, « Une biographie arménienne exemplaire », au sujet de Mis (...)

21Rentré en France à l’automne 1938, Vahé Atamian travaille à Lyon pour le Comité d’aide au peuple espagnol. Comme beaucoup de brigadistes de retour en France, il mettra son expérience espagnole au service de la lutte contre le nazisme. Pendant la Seconde Guerre mondiale, après avoir été mobilisé puis prisonnier au Stalag XI A – qui regroupe nombre d’Arméniens de France qui s’étaient battus dans l’armée française –, Vahé Atamian devient l’un des responsables de la Résistance arménienne en zone sud. Dirigeant du FNA (Front national arménien) – organisation née dans la clandestinité et qui entreprend de fédérer la communauté arménienne à la Libération45 – il est, dès 1945, l’un des plus actifs propagandistes en faveur du rapatriement des Arméniens de la diaspora en Arménie soviétique. Il part s’y installer en septembre 1947, à bord du Rossia où plus de 3 500 Arméniens de France ont également pris place46, et, fait assez rare pour être signalé, intègrera même le PCA dans les années 1960. Son parcours de communiste arménien est « exemplaire » 47.

Se battre pour un idéal ?

  • 48 Pour les plus jeunes, partir en Espagne peut également être la manifestation « d’un désir d’émancip (...)

22Le plus frappant dans la correspondance de Vahé Atamian est l’absence de référence à l’Arménie soviétique, à cet horizon arménien rarement absent de l’esprit de ceux qui militent au sein de la sous-section arménienne du PCF. Vahé Atamian se bat pour la République espagnole, contre le fascisme, pour « la liberté » et « tous les peuples » mais – alors même que certaines de ses lettres sont écrites en arménien – il ne le fait pas en tant qu’Arménien, en tant que réfugié de l’Empire ottoman pour qui l’Arménie transcaucasienne et soviétisée représente le seul vestige d’une patrie perdue. Son engagement pour l’Espagne républicaine semble ainsi être la manifestation la plus éclatante de son appartenance à la France du Front populaire. Lui qui a vécu à Constantinople jusqu’à ses douze ans et qui partira en Arménie soviétique à 35 ans, a entre-temps été prêt à mourir pour l’Espagne, puis pour la France pendant la Deuxième Guerre mondiale. C’est bien évidemment un idéal internationaliste qui le guide ainsi, mais l’abstraction faite de ses origines a de quoi surprendre. En l’absence d’écrits similaires produits par les autres interbrigadistes arméniens, il nous sera difficile d’extrapoler sur la nature de leur engagement. Toutefois, le jeune âge de Vahé Atamian, au moment où il arrive en Espagne, peut en partie expliquer le détachement qu’il affiche quant aux questions arméniennes48. Vahé a grandi dans une famille de réfugiés arméniens. Originaires de Constantinople, ils n’ont vraisemblablement pas connu les affres de la déportation mais traînent, comme tous ceux qui ont échoué sur les quais de Marseille avec un passeport barré de la mention « retour interdit », la douleur diffuse de l’exil forcé. L’on imagine alors que la maladie du père n’assombrissait que davantage l’atmosphère à laquelle Vahé a voulu échapper. Les Brigades internationales devaient représenter à ses yeux une famille bien plus vigoureuse. Les autres interbrigadistes arméniens ont pu, quant à eux, afficher plus ouvertement leur volonté de combattre l’allié d’un ennemi de l’Union soviétique.

23Quelques années plus tard, alors qu’il prend activement part à la Résistance en tant que cadre du FNA, Vahé Atamian aura pourtant bien à l’esprit cet horizon arménien qui guide les communistes arméniens dans la lutte contre l’Occupant. Outre leur volonté de défendre leur pays d’accueil en proie aux nazis, l’entrée en résistance des Arméniens qui militaient au PCF s’explique autant par la nécessité de se battre pour l’Arménie soviétique que celle de combattre l’Allemagne, alors vue comme l’alliée de la Turquie, ce qu’elle avait par ailleurs été lors de la Première Guerre mondiale. Au-delà d’un premier cercle de combattants et de militants qui œuvrent au sein de la MOI et de sa branche armée, les FTP-MOI, la plupart des Arméniens qui ont rejoint la Résistance dépendent plus ou moins directement du FNA. Non communistes pour la plupart, et pas nécessairement prosoviétiques avant la guerre, ils avaient été sensibilisés par le thème de la patrie arménienne en danger. Les tracts que diffuse le FNA, à partir de l’été 1943, pour mobiliser massivement la communauté arménienne font, en effet, largement appel au souvenir des massacres, à la peur du Turc, et évoquent même quelques fois la geste des fedayi arméniens, ces irréguliers, mi-révolutionnaires mi-paysans, qui, dès la fin du xixe siècle s’étaient donné pour mission de défendre les villageois arméniens dans l’Empire ottoman. Et c’est justement ce qui transparaît à la lecture de ce tract du FNA trouvé dans les archives personnelles de Vahé Atamian :

  • 49 ARA 1536.1.4, feuillet 29, « Aux jeunes Arméniens », tract non daté (rédigé en français).

Nous jeunes arméniens avons depuis longtemps tiré les conclusions logiques des combats de nos pères en Turquie qui préférèrent aller les armes à la main à la montagne (comme les patriotes de maintenant) dès que le signal de déportation fut donné, signal de massacre.
Nous inspirant des pages immortelles de notre histoire nationale, que s’il y a des arméniens encore en vie [sic] ils la doivent à leur combat et à leur sacrifice sublime.
Nous virils héritiers de ces héros, avons inscrit à notre drapeau [sic] dans cette bataille sans merci où le destin des peuples se joue : unir notre jeunesse et abattre l’ennemi49.

24En 1943-1944, la volonté combattante qui étreint une partie de la jeunesse arménienne se teinte indéniablement de références à la tradition révolutionnaire arménienne. Corollaire de la guerre, la réactivation du sentiment national autorise les communistes arméniens à convoquer le souvenir des fedayi, qui pourtant appartiennent essentiellement à la mythologie dachnak.

25L’élan guerrier qui anime les Arméniens ayant franchi les Pyrénées est-il aussi inspiré par cette même mythologie révolutionnaire des fedayi ? Rien ne permet de l’affirmer. Ce qui est certain en revanche, c’est la prégnance du souvenir des « combattants de la liberté » dans le récit national arménien. Que cet héroïsme légendaire – qui a nourri les récits épiques de plusieurs générations d’Arméniens – ait pu alimenter le romantisme sacrificiel des interbrigadistes arméniens ne serait donc pas à exclure.

Haut de page

Bibliographie

« Ինտերնացիոնալ բրիգադներ » [« Brigades internationales »], Հայկական Սովետական Հանրագիտարան [Encyclopédie soviétique arménienne], vol. 4, Erevan, 1978, p. 355.

Ayanian Jean, Le Kemp, une enfance intra-muros, Marseille : Parenthèses, 2001.

Courtois Stéphane, Peschanski Denis, Rayski Adam, Le sang de l’étranger : les immigrés de la MOI dans la Résistance, Paris : Fayard, 1989.

Courtois Stéphane, « Le Front national », in Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), La France des années noires, Paris : Le Seuil, 2000 (1re éd. 1993), pp. 107-120.

Courtois Stéphane, « Le PCF et la question de l’immigration, 1936-1948 », in Pierre Milza, Denis Peschanski (dir.), Exils et migration : Italiens et Espagnols en France (1938-1946), Paris : L’Harmattan, 1994, pp. 217-232.

Courtois Stéphane et Lazar Marc, Histoire du Parti communiste français, Paris : PUF, 2000 (1re éd. 1995).

Dictionnaire biographique du monde ouvrier français « Le Maitron », Paris : L’Atelier, 1997.

Drampian Dikran (Տիգրան Դրամբեան), Ֆրանսահայ կոմունիստները դիմադրության տարիներին, 1941-1944, [Les Arméniens communistes de France dans les années de la Résistance, 1941-1994], Erevan : Midk, 1967, pp. 36-38.

Georges-Picot Grégoire, L’innocence et la ruse : des étrangers dans la Résistance en Provence (1940-1944), Paris : Tirésias, 2000.

Kaldjian Hayg, Ոդիսեւս։ Աքսոարկան յուշեր [Mon odyssée : mémoires d’exil], Erevan : Nor-Tar, 2004.

Kriegel Annie, « Le Parti communiste français sous la Troisième République. Évolution de ses effectifs », Revue française de sciences politique, vol. 16, n1, 1966, pp. 5-35.

Manouchian Mélinée, Manouchian, Paris : Les Éditeurs Français Réunis, 1974.

Mouradian Claire, De Staline à Gorbatchev : histoire d’une république soviétique, l’Arménie, Paris : Ramsay, 1989.

Pennetier Claude et Pudal Bernard, « La politique d’encadrement : l’exemple français », in Michel Dreyfus, Bruno Groppo, Claudio Ingerflom, Roland Lew, Claude Pennetier, Bernard Pudal, Serge Wolikow (dir.), Le siècle des communismes, Paris : L’Atelier, 2002 (1re éd. 2000), pp. 539-552.

Pennetier Claude et Pudal Bernard, « Le questionnement biographique communiste en France (1931-1974) », in Pennetier Claude et Pudal  Bernard (dir.), Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Paris : Belin, 2002, pp. 119-156.

Pennetier Claude et Pudal Bernard, « Le PCF, le stalinisme et l’invention des cadres 1930-1939 », in Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Cultures communistes au xxe siècle, entre guerre et modernité, Paris : La Dispute, 2003, pp. 187-201.

Pudal Bernard, « Les communistes », in Jean-Jacques Becker et Gilles Candar (dir.), Histoire des gauches en France, vol.  2, xxe siècle : à l’épreuve de l’Histoire, Paris : La Découverte, 2005.

Robrieux Philippe, Histoire intérieure du parti communiste (1920-1945), Paris : Fayard, 1980.

Schaber Irme, Gerda Taro : une photographe révolutionnaire dans la guerre d’Espagne, (trad. de l’allemand par Pierre Gallissaires), Monaco : Éditions du Rocher, 2006.

Skoutelsky Rémi, « Brigadistes internationaux et résistants », in Michel Dreyfus, Bruno Groppo, Claudio Ingerflom, Roland Lew, Claude Pennetier, Bernard Pudal, Serge Wolikow (dir.), Le siècle des communismes, Paris : L’Atelier, 2002 (1re éd. 2000), pp. 655-673.

Skoutelsky Rémi, « L’engagement des volontaires français en Espagne républicaine », Le Mouvement social, 1997/4, no 181, pp. 7-29.

Skoutelsky Rémi, L’espoir guidait leur pas. Les volontaires français dans les Brigades internationales, 1936-1939, Paris : Grasset, 1998.

Temime Émile, « Des hommes dans la tourmente. Les Arméniens en France dans la Seconde Guerre mondiale », Revue drômoise, dossier : Les Arméniens de Valence, Histoire et mémoire, no 515, mars 2005, pp. 65-72.

Vosguéritchian Diran, Հայ Արձակազէնի մը յուշերը [Les mémoires d’un franc-tireur arménien], Beyrouth, Imprimerie G. Doniguian et Fils, 1974.

Haut de page

Notes

1 Archives de la République d’Arménie [ARA], fonds 1536, inventaire 1, dossier 18, lettre de Vahé Atamian, Albacete, 16 décembre 1937. À l’automne 2007, lors d’un terrain en Arménie où nous compulsions les dossiers, conservés dans les fonds de l’ancien parti communiste d’Arménie conservé par les ARA, de 65 militants arméniens du PCF partis s’installer en Arménie soviétique en mai 1936, les archivistes attirèrent notre attention sur les archives personnelles de Vahé Atamian. Celles-ci venaient d’être déposées aux ARA quelques années plus tôt par son fils. Vahé Atamian, membre du PCF avait émigré en Arménie soviétique en 1947. Ses archives personnelles, rassemblées en 66 dossiers, comportent aussi bien des documents antérieurs que postérieurs à son installation en Arménie. C’est grâce aux restes d’une correspondance qu’il entretenait avec sa famille depuis l’Espagne, en 1937 et 1938 (regroupés au sein du dossier 18), que l’on découvre le passé d’interbrigadiste de Vahé Atamian. Nous avons voulu dans cet article faire une large part à ces écrits qui constituent un matériau à la fois inédit et original. La plupart de ces lettres sont écrites en français, quelques-unes le sont en arménien. Nous ne publions ici que celles qui sont rédigées en français, en faisant le choix de respecter systématiquement l’orthographe et l’expression de Vahé Atamian, qui sont autant de témoignages des traits de sa personnalité, de son niveau d’instruction et du phrasé propre à sa génération.

2 Expression qui revient régulièrement dans l’historiographie du PCF quant au rôle de la capitale française dans le recrutement et le cheminement des brigadistes.

3 D’après les chiffres de Rémi Skoutelsky, auteur de L’espoir guidait leur pas. Les volontaires français dans les Brigades internationales, 1936-1939, Paris, Grasset, 1998, les membres du PCF formeraient entre 49 et 58 % des brigadistes français. Voir Rémi Skoutelsky, « L’engagement des volontaires français en Espagne républicaine », Le Mouvement social, 1997/4, no 181, p. 18. En 1980, Philippe Robrieux avançait le chiffre de 3 000 communistes parmi les volontaires français. Voir Philippe Robrieux, Histoire intérieure du parti communiste (1920-1945), Paris : Fayard, 1980, p. 470.

4 Voir sur le lien entre ces deux engagements, Rémi Skoutelsky, « Brigadistes internationaux et résistants », in Michel Dreyfus, Bruno Groppo, Claudio Ingerflom, Roland Lew, Claude Pennetier, Bernard Pudal, Serge Wolikow (dir.), Le siècle des communismes, Paris : L’Atelier, 2002 (1re éd. 2000), pp. 655-673.

5 Les « nationalités » organisées, en groupes (ou sous-sections) de langue, par le PCF sont : les Italiens, les Espagnols, les Polonais, les Juifs, les Hongrois, les Bulgares, les Tchèques (ou Tchécoslovaques selon les différents rapports de la MOI), les Roumains, les Russes, les Arméniens et, à certaines dates seulement, les Ukrainiens, les Albanais, les Grecs et les Yougoslaves.

6 Au cours du second semestre 1927, la sous-section arménienne, qui comptait encore 450 membres au printemps, perd les trois-quarts de ses effectifs. Certains de ses cadres et militants ont été arrêtés puis expulsés et la plupart de ses adhérents, craignant un sort similaire, ont déserté le PCF. Voir Archives du PCF, 3MI 6/35 _ 250, « Rapport de la section centrale de la MOE sur son activité pendant la période du 25 avril au 25 mai 1927 » et « Rapport mensuel de la section centrale de la MOE 26 décembre 1927 (novembre et décembre) ». Si les militants français les plus chevronnés ne redoutent pas tellement la politique d’un gouvernement qui les considère comme des adversaires à combattre durement (en avril 1927, Albert Sarraut, le Ministre de l’Intérieur déclarait « Le communisme, voilà l’ennemi ! »), les conséquences d’une arrestation peuvent en revanche s’avérer dramatiques pour les étrangers du PCF : ils sont bien souvent expulsés du territoire français. Les Arméniens, apatrides, ne peuvent être renvoyés dans leur pays d’origine. Sous le coup d’un arrêté d’expulsion, ils reçoivent, la plupart du temps, l’autorisation de l’ambassade de l’URSS de se rendre en Arménie soviétique.

7 Bernard Pudal, « Les communistes », in Jean-Jacques Becker et Gilles Candar (dir.), Histoire des gauches en France, vol.  2, xxe siècle : à l’épreuve de l’Histoire, Paris : La Découverte, 2005, p. 52.

8 Le 18 septembre 1934.

9 L’URSS signe le 2 mai 1935, un pacte d’assistance mutuelle avec la France.

10 De moins de 30 000 adhérents fin 1933, le PCF passe à 328 000 en 1937. Voir Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris : Puf, 2000 (1re éd. 1995), p. 143.

11 En 1936, au moment où s’organise le nerkaght, le HOK compte, en France, 68 sections et 3 500 membres. Cf. Dr Hayg Kaldjian, Ոդիսեւս։ Աքսոարկան յուշեր [Mon odyssée : mémoires d’exil], Erevan, Nor-Tar, 2004, p. 598. En 1933, la branche française du HOK comptait 52 sections et 2 000 membres, cf. Archives d’État russe sur l’histoire politique et sociale [RGASPI], fonds 495, inventaire 270, dossier 7602 : Tahmazian Kourken.

12 Claire Mouradian, De Staline à Gorbatchev : histoire d’une république soviétique, l’Arménie, Paris : Ramsay, 1989, p. 49.

13 Sur le modèle de la Commission des cadres du parti communiste de l’Union soviétique (PCUS) créée en janvier 1930, une Commission des cadres se constitue au sein du PCF – ainsi que dans les autres PC affiliés à l’IC – en 1932. C’est à elle que revient la tâche de contrôler les adhérents, afin de sélectionner les éléments à promouvoir ou à éduquer, écarter du corps des permanents ceux qui n’ont pas de potentiel et éliminer du parti les indisciplinés, ceux qui font entendre des voix en discordance avec la « ligne ». Sur l’encadrement biographique au sein du PCF et l’analyse des données biographiques faite par la Commission des cadres, voir Claude Pennetier et Bernard Pudal, « La politique d’encadrement : l’exemple français », in Michel Dreyfus, Bruno Groppo, Claudio Ingerflom, Roland Lew, Claude Pennetier, Bernard Pudal, Serge Wolikow (dir.), Le siècle des communismes, op. cit., pp. 539-552 ; Claude Pennetier et Bernard Pudal, « Le PCF, le stalinisme et l’invention des cadres 1930-1939 », in Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Cultures communistes au XXe siècle, entre guerre et modernité, Paris : La Dispute, 2003, pp. 187-201 ; Claude Pennetier et Bernard Pudal, « Le questionnement biographique communiste en France (1931-1974) », in Claude Pennetier et Bernard Pudal (dir.), Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Paris : Belin, 2002, pp. 119-156.

14 Cf. Stéphane Courtois, Denis Peschanski, Adam Rayski, Le sang de l’étranger : les immigrés de la MOI dans la Résistance, Paris : Fayard, 1989, pp. 42-46 et Stéphane Courtois, « Le PCF et la question de l’immigration, 1936-1948 », in Pierre Milza, Denis Peschanski (dir.), Exils et migration : Italiens et Espagnols en France (1938-1946), Paris : L’Harmattan, 1994, pp. 217-232.

15 Au printemps et à l’été 1936, Chavarch Missakian consacre une série d’éditoriaux et d’articles aux grèves touchant les usines où les Arméniens travaillent en nombre. Voir, entre autres, les numéros de Haratch des 1er, 2, 3 et 4 juillet 1936 qui, d’Aix-en-Provence à Pont-de-Chéruy en passant par Décines, font le point des actions auxquelles les ouvriers arméniens ont pris part les semaines précédentes.

16 Dikran Drampian (Տիգրան Դրամբեան), Ֆրանսահայ կոմունիստները դիմադրության տարիներին, 1941-1944, [Les Arméniens communistes de France dans les années de la Résistance, 1941-1994], Erevan, Midk, 1967, pp. 36-38.

17 Les FTP-MOI de Paris, dirigés par Missak Manouchian du mois d’août 1943 à son arrestation en novembre, ont été communément désignés comme tels après-guerre.

18 Diran Vosguéritchian, Հայ Արձակազէնի մը յուշերը [Les mémoires d’un franc-tireur arménien], Beyrouth, Imprimerie G. Doniguian et Fils, 1974, p. 116. Au vu des effectifs de la sous-section arménienne du PCF, cette estimation de Drampian et de Vosguéritchian nous laisse perplexe.

19 Dictionnaire biographique du monde ouvrier français « Le Maitron », Paris, L’Atelier, 1997.

20 « Ինտերնացիոնալ բրիգադներ » [« Brigades internationales »], Հայկական Սովետական Հանրագիտարան [Encyclopédie soviétique arménienne], vol. 4, Erevan, 1978, p. 355.

21 En ce qui concerne le 5e régiment dans lequel officient des Soviétiques, les volontaires arméniens évoqués par l’auteur – comme le Capitaine Tcherkayan – seraient a priori des Arméniens de la RSSA et non de France. Le manque de distinction que fait ici Drampian entre Arméniens de la RSSA et de France explique, sans doute, son évaluation, qui nous paraît exagérée, du nombre d’Arméniens de France dans les Brigades internationales.

22 En reprenant les chiffres de Rémi Skoutelsky qui estime que 49 à 58 % des 9 000 à 10 000 brigadistes français seraient membres du PCF (voir Rémi Skoutelsky, « L’engagement des volontaires français en Espagne républicaine », art. cit., p. 18), nous proposons une estimation très sommaire en nous basant sur 5 000 communistes français dans les Brigades internationales. En décembre 1937 (au moment où afflue le plus grand nombre de brigadistes français), le PCF compte environ 340 000 adhérents, Annie Kriegel, « Le Parti communiste français sous la Troisième République. Évolution de ses effectifs », Revue française de sciences politique, vol. 16, n1, 1966, p. 30. Concernant les chiffres de la sous-section arménienne du PCF, nous savons d’après les rapports de la Commission centrale ou Section centrale de la MOE puis de la MOI (Archives PCF, 3MI 6/35_250 ; 3MI 6/44_304 ; 3MI 6/60_405 ; 3MI 6/107_702 et 633) que de décembre 1927 à septembre 1934, la sous-section arménienne du PCF compte une centaine de membres (à titre de comparaison, la sous-section italienne compte 1 900 membres en 1932). Nous ne connaissons pas ses effectifs pour la période ultérieure, toutefois plusieurs éléments nous incitent à penser qu’en 1937 et 1938, les chiffres de la sous-section arménienne tourneraient toujours autour d’une centaine d’adhérents. Premièrement : en septembre 1934, tandis que les effectifs du PCF avaient déjà augmenté, profitant de l’embellie due aux prémices du Front populaire, les chiffres de la sous-section arménienne n’avaient pas évolué. Deuxièmement : si l’on émet l’hypothèse qu’en 1935 et 1936, une vague d’Arméniens se soit encartée au PCF, l’on sait également que le rapatriement de mai 1936 en a emporté une grande partie et qu’ensuite le délitement progressif des liens avec l’Arménie soviétique a largement freiné, dans la communauté arménienne, les velléités de rejoindre le PCF. Troisièmement : Dès la fin 1937, l’échec du Front populaire signe le retour de la « crispation anticommuniste », dont les manifestations d’hostilité viseront essentiellement les étrangers. Il est donc assez peu probable que les effectifs de la sous-section arménienne du PCF aient augmenté à ce moment-là.

23 Stéphane Courtois, Denis Peschanski, Adam Rayski, Le sang de l’étranger…, op. cit., p. 41.

24 ARAM, fonds Stéphane Aghadjanian, témoignage écrit de Stéphane Aghadjanian – militant de la sous-section arménienne du PCF à Marseille depuis 1937 –, Marseille, 1997. Cf. également Grégoire Georges-Picot, L’innocence et la ruse : des étrangers dans la Résistance en Provence (1940-1944), Paris : Tirésias, 2000, p. 214.

25 Garabed Demerdjian a été blessé à la tête par des éclats de grenade et Hayazad Helvadjian, au bras gauche par une rafale de mitrailleuse. Voir ARAM, fonds Stéphane Aghadjanian, témoignage écrit de Stéphane Aghadjanian, déjà cité. L’on compte environ 2 500 tués parmi les brigadistes français et presque 5 000 blessés : « un volontaire sur deux est rentré marqué souvent définitivement dans sa chair » (Rémi Skoutelsky, « L’engagement des volontaires français en Espagne républicaine », art. cit., p. 27).

26 Dès 1937, des rapatriés sanitaires sont en effet rentrés en France. Voir Rémi Skoutelsky, « L’engagement des volontaires français en Espagne républicaine », art. cit., p. 27.

27 « Au sujet des Arméniens, on me signale que certains d’entre eux, qui s’étaient engagés comme volontaires en faveur des gouvernementaux espagnols, ont réussi à s’échapper d’Espagne et sont rentrés en France. Il y en aurait une dizaine tout au plus. Ils seraient à Lyon ou dans la région lyonnaise », AD Bouches-du-Rhône, 4M 2354, rapport no 1846 du Commissaire divisionnaire, chef des services de police spéciale au Préfet des Bouches-du-Rhône, Marseille, 6 avril 1937. La formulation du Commissaire divisionnaire ferait a priori plutôt penser à une désertion mais il est probable aussi que – de retour dans une France en train de tourner la page du Front populaire – les brigadistes interrogés par la police, aient évoqué une évasion afin de ne pas attirer l’attention sur leurs activités politiques (et ce d’autant qu’ils sont des immigrés ne possédant pas la nationalité française).

28 Mélinée Manouchian, Manouchian, Paris, Les Éditeurs Français Réunis, 1974, p. 57. D’après Alice Mavian – fille de Mihran Mavian, l’un des dirigeants de la sous-section arménienne –, Diran Vosguéritchian aurait également été brigadiste en Espagne. Entretien avec Alice Mavian, Paris, le 15 décembre 2008. Mais Diran Vosguéritchian n’évoque rien de tel dans ses mémoires ([Les mémoires d’un franc-tireur…]…, op. cit.)

29 Mélinée Manouchian, Manouchian, op. cit., p. 58.

30 Témoignage d’Arsène Tchakarian cité par Émile Temime, « Des hommes dans la tourmente. Les Arméniens en France dans la Seconde Guerre mondiale », Revue drômoise, dossier : Les Arméniens de Valence, Histoire et mémoire, no 515, mars 2005, pp. 65-72.

31 [Encyclopédie soviétique…], notice citée, p. 356.

32 ARA, fonds 1536, inventaire 1, dossiers 1 à 66.

33 Plus de 50 % des brigadistes français ont entre 26 et 34 ans. Un quart ont – comme Vahé Atamian – entre 21 et 25 ans. Voir Rémi Skoutelsky, « L’engagement des volontaires français en Espagne républicaine », art. cit., p. 12.

34 Voir l’exposition « La Valise mexicaine, Capa, Taro, Chim. Les négatifs retrouvés de la guerre civile espagnole », Paris, Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, février-juin 2013. Voir aussi Irme Schaber, Gerda Taro : une photographe révolutionnaire dans la guerre d’Espagne, (trad. de l’allemand par Pierre Gallissaires), Monaco, Éditions du Rocher, 2006, 315 p.

35 ARA 1536.1.18, lettre de Vahé Atamian, Valencia, 13 décembre 1937. Vahé arrive en Espagne au moment où les contingents qui affluent sont les plus importants, Rémi Skoutelsky, « L’engagement des volontaires français en Espagne républicaine », art. cit., p. 11.

36 ARA 1536.1.18, lettre de Vahé Atamian, Albacete, 16 décembre 1937, déjà citée.

37 ARA 1536.1.18, lettre de Vahé Atamian, Albacete, 20 janvier 1938.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 ARA 1536.1.18, lettre de Vahé Atamian, Barcelone, 25 avril 1938.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 ARA 1536.1.18, lettre de Vahé Atamian, Barcelone, 18 mai 1938.

44 Ibid.

45 Le FNA est une branche du Front national (FN) qui avait été lancée au printemps 1941 par Staline dans le but d’élargir la lutte contre le nazisme au-delà des seuls cercles communistes. En France, le FN ne devient effectif qu’en mai 1943, au moment où le PCF le réactive après la constitution du Conseil national de la Résistance (CNR) et la dissolution du Komintern. Voir Stéphane Courtois, « Le Front national », in Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), La France des années noires, Paris : Le Seuil, 2000 (1re éd. 1993), p. 107-120.

46 Pour rappel, en décembre 1947, le Pobeda en emportera environ 2 500.

47 Cf. l’expression d’Anahide Ter Minassian, « Une biographie arménienne exemplaire », au sujet de Missak et Mélinée Manouchian, dans Anahide Ter Minassian, « Vienne ou des étrangers dans la ville », in Jean Ayanian, Le Kemp, une enfance intra-muros, Marseille : Parenthèses, 2001, p. 46.

48 Pour les plus jeunes, partir en Espagne peut également être la manifestation « d’un désir d’émancipation familiale, d’un goût de l’aventure voire de la vie militaire », selon Rémi Skoutelsky, « L’engagement des volontaires français en Espagne républicaine », art. cit., p. 24.

49 ARA 1536.1.4, feuillet 29, « Aux jeunes Arméniens », tract non daté (rédigé en français).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Astrig Atamian, « Des Arméniens dans les Brigades internationales », Études arméniennes contemporaines, 2 | 2013, 7-25.

Référence électronique

Astrig Atamian, « Des Arméniens dans les Brigades internationales », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/eac/216 ; DOI : 10.4000/eac.216

Haut de page

Auteur

Astrig Atamian

Institut national des langues et civilisations orientales, Centre d’études des mondes russe, caucasien et est-européen (EHESS)

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • OpenEdition Journals