Navigation – Plan du site
Études

Militer pour l’Arménie et la Société des Nations

Les relations entre les militants de la cause arménienne et les organisations pro-SDN (1918-1925)
Campaigning for Armenia and for the League of Nations: the Relations between Armenian Activists and Pro-League of Nations Organizations (1918-1925)
Christian Birebent
p. 91-119

Résumés

Des relations existent avant la Première Guerre mondiale et le génocide, entre des pacifistes d’Europe occidentale et des militants de la cause arménienne. Après 1915, on constate parmi les organisations qui se mobilisent en faveur des Arméniens, la présence de personnalités qui jouent un rôle majeur dans la promotion de la Société des Nations en France et au Royaume-Uni, tels que Lord James Bryce, Lord Robert Cecil ou Aneurin Williams. Cet article étudie comment se manifeste l’intérêt de ces « pacifistes modérés » pour le sort des Arméniens et si ces liens débouchent sur des actions communes et efficaces.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Gilles Le Béguec et Claire Fredj pour leur soutien, et Boris Adjemian et Julien Zarifian pour leur accueil attentif à la Bibliothèque Nubar.

Texte intégral

  • 1 Pro Armenia, 10-25 avril 1902.

1Pourquoi le film Auction of souls, évoquant par le biais du sort d’une rescapée, le génocide de 1915, est-il diffusé au Royaume-Uni en 1919 grâce à l’appui de la League of Nations Union (LNU), la puissante organisation britannique de soutien à la Société des Nations ? Plus généralement on peut s’interroger sur les liens tissés entre des « pacifistes modérés », anglais et français en particulier, et la cause arménienne dans l’immédiat après-Première Guerre mondiale. Des relations existent entre pacifistes et militants arméniens avant la guerre et le génocide. Pierre Quillard, par exemple, intervient au Congrès de la Paix à Monaco en avril 1902, au nom de l’Union des étudiants arméniens d’Europe, pour demander l’intervention des grandes puissances afin d’empêcher de nouveaux massacres1.

  • 2 M. Ceadel, 1987.
  • 3 L. Bourgeois, 1909, p. 190-218.
  • 4 J.-M. Guieu, 2008, p. 14.

2Cependant il faut souligner que la réalité du pacifisme est complexe et diverse. On peut reprendre la distinction opérée par Martin Ceadel entre les « pacifistes », pour qui la guerre n’est jamais justifiée, et les « pacificistes » et « pacifistes modérés » qui peuvent l’imaginer mais en dernier recours2. Avant 1914, des auteurs envisagent une organisation universelle pour garantir la paix, comme Léon Bourgeois qui publie la Société des Nations3. C’est paradoxalement durant le conflit que cette utopie devient possible, lorsque le président américain Woodrow Wilson en fait un objectif politique. La naissance de la Société des Nations (SDN) suscite un grand intérêt chez une partie des pacifistes mais aussi dans des cercles refusant cette étiquette. Pour Jean-Michel Guieu, le militantisme pro-SDN incarne « l’aile modérée du combat pour la paix entre les deux guerres, et s’inscrit ouvertement dans la droite ligne du pacifisme juridique d’avant-guerre », même s’il use peu du terme pacifiste, en raison de la confusion souvent faite durant la guerre avec un mot rejeté : « défaitiste »4.

  • 5 C. Birebent, 2007, p. 278-280.
  • 6 G. Egerton, 1983.
  • 7 Lord Robert Cecil (1864-1958), sous-secrétaire d’État pour les Affaires étrangères, ministre du blo (...)
  • 8 Lord James Bryce (1838-1922), homme politique, juriste, ambassadeur de Grande-Bretagne aux États-Un (...)
  • 9 Aneurin Williams (1859-1924), homme politique libéral, député aux Communes.
  • 10 David Davies (1880-1944), homme politique libéral et philanthrope, vice-président de la LNU.

3Au Royaume-Uni, la LNU a des relations distantes avec un autre grand mouvement, ouvertement pacifiste, l’Union for Democratic Control (UDC)5. Georges W. Egerton estime que la mise en œuvre de la SDN constitue un programme libéral et internationaliste. Les libéraux britanniques et américains la perçoivent comme l’amorce d’un contrat social entre les nations et un moyen de mettre fin à l’anarchie des relations internationales6. Les organisations qui se structurent durant la première après-guerre recrutent aussi parmi les « pacifistes modérés » trouvant dans la SDN un moyen d’obtenir le désarmement et une paix générale. En leur sein, on constate la présence de personnalités qui jouent un rôle majeur en faveur de la SDN tout en se mobilisant pour les Arméniens, comme Lord Robert Cecil7, Lord Bryce8, Aneurin Williams9 et David Davies10. L’organisation internationale elle-même intervient rapidement à propos du devenir de l’Arménie. Ces questions font l’objet de débats passionnés lors de la première assemblée générale.

  • 11 Le douzième point de Wilson précise « Aux régions turques de l’Empire ottoman actuel devraient être (...)

4Le génocide de 1915 suscite une grande émotion aux États-Unis, alors neutres, et au sein de la Triple Entente11. Aider les Arméniens et favoriser la création d’une Arménie libre apparaissent nécessaires pour répondre à cette injustice. L’idée est alors que cela mettrait en valeur le nouvel ordre international dont la SDN serait l’expression. Aussi nous formulons l’hypothèse que, durant les années 1918-1922, les organisations pro-SDN se sont intéressées à la cause arménienne et que, réciproquement, des défenseurs de la cause arménienne ont cherché à s’appuyer sur ces organisations.

  • 12 D. Birn, 1981, p. 34-35.

5Cette période est importante et délicate pour la SDN – qui se met en place malgré l’absence des États-Unis –, pour le mouvement pro-SDN naissant, mais aussi et surtout pour les Arméniens. Ceux-ci passent de l’espoir de la création d’un État aux déceptions liées aux échecs politiques et militaires. L’étude des relations croisées entre ces organisations, les militants de la cause arménienne et la SDN apparaît donc ici centrale. Mais ces relations s’inscrivent avant tout dans le cadre des évolutions militaires, complexes et dramatiques, dans l’Empire ottoman et dans le Caucase, et des évolutions politiques et géopolitiques en Europe et au Moyen-Orient. Les acteurs majeurs des relations internationales demeurent les grandes puissances, garantes en théorie de l’ordre né des conférences de paix. Au début des années 1920, les difficultés apparaissent entre les deux grands partenaires, la France et le Royaume-Uni, en raison du dossier allemand, mais aussi du devenir du Proche-Orient, le tout sur fond de jeux politiques complexes, notamment au Royaume-Uni. En 1922, Lloyd-George, à la tête d’une coalition, quitte le pouvoir quand les Conservateurs lui retirent leur soutien. La LNU ayant comme leader le conservateur Lord Cecil mais recrutant largement parmi les Libéraux, doit tenir compte de cette nouvelle donne12. L’action des groupements voulant exercer un rôle dans les relations internationales se situe à l’intersection de ces influences.

6Dans ce contexte, nous tenterons de déterminer si les cercles pro-SDN et pro-arméniens se superposent ou s’il s’agit plutôt de rencontres d’individus et de personnalités. Nous nous demanderons également comment se manifeste l’intérêt des « pacifistes modérés » pour le sort des Arméniens, et quel a été l’impact d’éventuelles actions communes. Il est tout d’abord nécessaire de présenter ces nouveaux acteurs, les organisations pro-SDN en France et en Grande-Bretagne, avant d’examiner leur action en faveur de l’Arménie. Dans un second temps nous tenterons d’apprécier l’intérêt témoigné par les militants de la cause arménienne au mouvement pro-SDN.

Une organisation britannique plus influente que les associations françaises ?

7Si l’idée d’une SDN apparaît avant 1914, sa création est défendue avant même la fin du conflit par des organisations pacifistes et par de nouvelles structures.

La prépondérance de la League of Nations Union

  • 13 C. Birebent, 2007, p. 73-80.
  • 14 E. Carr, 2015, p. 85.

8Au Royaume-Uni, deux organisations, œuvrant pour la création de la SDN mais en désaccord sur sa future composition, sont créées : la League of Nations Society en 1915 et la League of Free Nations Association en 1918. À la demande de grands leaders libéraux disposés à apporter leur soutien à l’entreprise, Sir Edward Grey et David Davies, elles fusionnent pour créer la League of Nations Union en octobre 1918. Il faut souligner le rôle de Lord Robert Cecil, conservateur atypique, remarquablement secondé par un universitaire oxfordien, libéral, Gilbert Murray. Même si la LNU recrute avant tout parmi les Libéraux, des hommes politiques de tous les partis la rejoignent : Arthur Balfour, Herbert Asquith, Edward Grey, le général Smuts. Elle déploie très tôt une immense activité de propagande au Royaume-Uni, a des contacts aux États-Unis, grâce notamment au colonel House, conseiller du président Wilson. En 1919, elle est associée aux projets britanniques relatifs à la future organisation internationale. Ses effectifs ne cessent de croître : 5 000 membres en 1918, 142 000 en 1921, 650 000 en 192913. Elle dispose de solides relais à la Chambre des Communes, parmi les différentes Églises et dans la société. Elle mène une propagande très active, notamment en direction des jeunes, publie de très nombreux périodiques s’adressant à des publics précis et se dote d’un journal de qualité, Headway. Ses responsables souhaitent en faire un mouvement de masse, afin de convaincre l’opinion publique de l’intérêt de l’organisation genevoise pour le maintien de la paix. Ils veulent aussi en faire un lobby, capable de peser sur la politique étrangère du gouvernement britannique afin que la LNU intègre la SDN comme le lieu majeur où peuvent se régler les différends internationaux. Ces pacifistes modérés comptent beaucoup sur les opinions publiques, qu’il faut instruire et mobiliser afin de peser sur les gouvernements, de créer une véritable opinion publique internationale. Lord Cecil explique à la Chambre des Communes le 21 juillet 1919, lors du débat sur la ratification du Traité de Versailles, qu’on ne doit pas compter sur la force pour mettre en œuvre une décision de la SDN. « Nous comptons en fait sur l’opinion publique […] et si nous nous trompons sur ce point, alors tout l’édifice est bancal. »14

Un mouvement français balkanisé

  • 15 R. Fabre, 1993.
  • 16 C. Birebent, 2007, p. 154-156.
  • 17 N. Ingram, 1991, p. 22.
  • 18 G. Le Béguec, 1990 ; C. Birebent, 2004, p. 14-19.
  • 19 Raymond Poincaré utilise en vain cet argument pour influencer les prises de position des délégués f (...)

9Les initiatives ne manquent pas en France non plus. En 1917, Henri Barbusse anime la Ligue de solidarité intellectuelle pour le triomphe de la cause internationale, avec Anatole France et Jules Romains. Parallèlement l’Association de la Paix par le Droit, une organisation pacifiste bien ancrée dans les milieux protestants, créée en 1887 par Théodore Ruyssen et Jules Prudhommeaux, lance l’idée d’un « congrès des Nations »15. La Ligue des Droits de l’homme défend les mêmes idées lors de ses congrès de 1916 et 1917. Jean Hennessy et Charles Brun, deux partisans du régionalisme, fondent la Ligue pour l’organisation de la Société des Nations en 1918. Mais le groupement le plus important est l’Association française pour la Société des Nations (AFSDN), proche des milieux gouvernementaux et animée par Léon Bourgeois. Le jeune mouvement français est donc divisé malgré la tentative d’organiser en 1920 la Fédération française des Associations pour la SDN, regroupant treize associations en 1924, en faveur de la SDN, mais aussi appartenant à la galaxie pacifiste, comme l’Association de la Paix par le Droit16. Cette dernière, pour Norman Ingram, apparaît comme le lien entre les quelques initiatives d’avant-guerre favorables à une organisation internationale et les groupes pro-SDN17. Chaque relance du mouvement se traduit par la naissance de nouveaux groupes, comme le Groupement universitaire pour la SDN (GUSDN) en 1923, sans doute le plus dynamique, faisant le lien entre la génération du feu et les étudiants18. Moins doté en militants, plus balkanisé que son homologue britannique, sans véritable organe d’information et dépendant souvent de ressources gouvernementales19, le mouvement français est néanmoins actif.

Comment évaluer l’apport de ces organisations ?

  • 20 C. Birebent, 2007, p. 127-134.

10Le décalage d’importance et d’influence entre les mouvements britanniques et français est constant. Les dirigeants britanniques s’exaspèrent d’ailleurs des divisions de leurs homologues français avec lesquels ils entretiennent des relations régulières lors des réunions de l’Union internationale des associations pour la SDN, à Genève, ou pour des actions communes. Cela explique la naissance en 1924 d’une branche parisienne de la LNU, censée accueillir les membres de la communauté britannique mais qui apparaît comme un modèle d’organisation à suivre20. Toutefois, il ne faut pas exagérer la puissance de la LNU. Elle n’est jamais en mesure d’influencer les grands choix stratégiques des autorités britanniques. Si la plupart des responsables manifestent de l’intérêt pour la LNU, ils ne se convertissent pas pour autant à son idéologie. Celle-ci est d’ailleurs bien floue en raison de la nécessité de composer entre les tendances politiques et religieuses que la LNU abrite.

  • 21 C. Birebent, 2014, p. 1096-1099. La Peace Collection est particulièrement intéressante, les directi (...)

11L’étude de ces organisations dépend des sources disponibles et, là aussi, un décalage existe entre Britanniques et Français. Les fonds d’archives sont plus complets au Royaume-Uni. À la London School of Economics, on peut consulter les archives de la LNU. Les références à l’Arménie n’y sont pas rares. La British Library conserve les archives de Lord Cecil, celles de Gilbert Murray étant à la Bodleian Library d’Oxford. Pour les organisations françaises, les fonds complets sont rares, hormis ceux de l’Association de la Paix par le Droit. On dispose depuis leur retour de Moscou, en 2001, des archives du Groupement universitaire pour la SDN aux Archives diplomatiques, mais il n’y a pas de trace d’un intérêt pour la cause arménienne. On peut glaner des renseignements à la Contemporaine de Nanterre (notamment dans le fonds Jules Prudhommeaux), à l’Institut Marc Sangnier, à Sciences Po et à la Bibliothèque nationale de France. Mais, à propos des relations avec l’Arménie, il s’agit surtout de périodiques, de publications éphémères. Nous ne savons pas si ces questions sont abordées lors des réunions des différents groupements et nous ne trouvons pas trace d’actions militantes, ce qui ne signifie pas qu’elles n’ont pas existé. Des données sur le sujet figurent peut-être dans les fonds de la SDN au Palais des Nations à Genève, la Peace Palace Library à La Haye et surtout la Peace Collection du Swarthmore College à Philadelphie21, mais nous n’avons pas été en mesure de les consulter.

L’intérêt du mouvement pro-SDN pour la cause arménienne

  • 22 K. Watenpaugh, 2010. p. 1319-1320.

12Les organisations pro-SDN ont pour objet principal le soutien à l’organisation internationale naissante et sa promotion auprès de l’opinion publique, mais sont également amenées à s’intéresser à l’Arménie. Cela s’explique par l’indignation suscitée par son martyre, par l’intérêt ancien d’un certain nombre de propagandistes et parce que son sort fait l’objet de débats au sein de la SDN. Pour Keith David Watenpaugh, l’organisation internationale naissante se perçoit comme réparant les dommages que la guerre a infligés à des populations et comme un agent majeur du changement apportant la paix et la sécurité au Proche et Moyen-Orient22.

  • 23 « Ayant désespérément cherché une puissance mandataire occidentale, la “vaillante petite alliée” (s (...)

13Durant cette courte période, c’est-à-dire entre 1920 et 1922, la situation ne cesse de se dégrader pour les Arméniens en Orient, après une période d’espoirs marquée par les avancées du Traité de Sèvres, conclu en août 1920. Les nouveaux massacres qui ont lieu alors et les différentes péripéties de la République arménienne sont connus en Occident, mais avec un certain retard. On est en présence de trois types de temporalité, sur fond d’événements politiques et militaires contradictoires et confus sur le terrain, qui se succèdent rapidement. La première temporalité est imprimée par les victoires des troupes kémalistes à l’automne 1920 et la prise de contrôle de la République arménienne par les bolcheviks. La deuxième est celle de la diplomatie, qui court toujours après les événements : en novembre 1920, il est trop tard quand l’Assemblée générale de la SDN, marquée par les interventions de Lord Cecil, de Lord Balfour et de René Viviani, discute le 22 novembre 1920 de ce qu’il faut faire. De même, le président Wilson rend sa décision à propos des frontières de l’Arménie alors qu’elles sont enfoncées23. La troisième temporalité est celle des militants en Occident, tenus au courant des événements de manière plus ou moins rapide, qui tentent d’informer le public, voire de faire pression sur leurs gouvernements respectifs. Or, l’Arménie n’est qu’un aspect de l’organisation d’un ordre mondial qu’ils souhaitent, même si son devenir constituerait pour nombre d’entre eux une preuve de l’efficacité de la SDN.

L’activisme de la League of Nations Union et la question de son efficacité

  • 24 V. Calzolari-Bouvier, 2017, p. 25.
  • 25 S. Garibian, 2016.
  • 26 M. Tusan, 2012, p. 136.
  • 27 Voir l’illustration parue dans le Times du 26 janvier 1920 et reproduite à la fin de l’article.
  • 28 Dans cette ville du Pendjab indien, le 13 avril 1919, après plusieurs jours de violences contre des (...)
  • 29 M. Tusan, 2017, p. 221-222.

14La LNU s’est beaucoup plus intéressée à la question arménienne que ses homologues françaises, mais cet intérêt a rapidement décliné. La projection à Londres du film américain Auction of souls montre cet engagement. Cette œuvre repose sur le témoignage d’une jeune Arménienne, Archaluys Mardiguian, rescapée du génocide et réfugiée aux États-Unis en 1917. Recherchant son frère, elle fait passer des petites annonces dans la presse et est interviewée par des journaux. Un couple d’éditeurs, Nora Waln et Harvey Gates, lui propose de publier le récit de son calvaire. Ils américanisent son nom, en Aurora Mardiganian, et publient l’ouvrage intitulé Ravished Armenia dès 191824. Des épisodes sont modifiés : la mise à mort de jeunes Arméniennes violées et empalées est remplacée dans le livre par une scène de crucifixion. Un an plus tard, l’ouvrage est diffusé au Royaume-Uni sous le titre Auction of souls. Le succès est partout au rendez-vous. Un pionnier du cinéma, William N. Selig, propose d’en faire un film en faveur de l’American Committee for Armenian and Syrian Relief, créé en 1915 et ancêtre du Near East Relief. Tourné en un temps record par Oscar Afpel, cette œuvre fait appel à des membres de la communauté arménienne et Aurora joue son propre rôle, quelque peu transformé. Il s’agit d’une œuvre militante mais aussi d’un véritable « blockbuster » reposant, comme l’indique Sévane Garibian, sur trois piliers : le sexe, la religion et la vérité25. La campagne de promotion a pour slogan « une jeune chrétienne qui a survécu à de grands massacres ». Le film est bien reçu dans un contexte favorable à la dénonciation aux États-Unis de la politique d’extermination menée par l’Empire ottoman. Mais il suscite aussi des critiques et des controverses au Royaume-Uni. Il est présenté à plusieurs reprises en octobre 1919 à Londres, notamment lors d’une séance le 29 octobre au Queens Hall en présence de James Bryce, Herbert Gladstone et des membres du clergé26. Mais des courriers sont adressés au Times mettant en cause les scènes de violence et de nudité. Une scène spectaculaire montre des jeunes filles en partie dénudées, crucifiées le long d’une route27. Le British Board of Film Censors souhaite que des coupes soient faites. Lord Curzon et le Foreign Office craignent que le film suscite des sentiments anti-turcs au Royaume-Uni et que la dénonciation des violences contre les chrétiens n’entraîne des troubles en Inde, peu de temps après le massacre d’Amritsar28, en Égypte et ailleurs dans le monde musulman. Même si l’Empire britannique n’a jamais été aussi vaste, les motifs d’inquiétude ne manquent pas. D’après Michelle Tusan, le Bureau d’information islamique (Islamic information bureau) intrigue auprès du Home Office pour arrêter sa diffusion29. De plus, comme le remarque alors le philanthrope et homme politique arménien Boghos Nubar Pacha (1851-1930), qui dirige la Délégation nationale arménienne, des courants favorables à la Turquie s’organisent et se font entendre en France comme au Royaume-Uni. Nous sommes dans la période de négociation des traités de paix, huit mois avant la conclusion de celui de Sèvres, et les responsables britanniques ne veulent pas compliquer ni envenimer les choses.

  • 30 Bibliothèque Nubar de l’UGAB [BNu], Correspondance Arménie, dossier XX, décembre 1919 - janvier 192 (...)
  • 31 M. Tusan, 2012, p. 140-141.

15Le 19 janvier 1920, un article du Times précise que la LNU, présidée par le Vicomte Grey et ayant Lloyd George, Balfour et Asquith comme présidents honoraires, prend la responsabilité de la diffusion d’une œuvre reposant « sur le livre Ravished Armenia et sur le rapport de la commission présidée par Lord Bryce ». Des encarts reprenant l’image d’une jeune fille crucifiée, publiés dans le Times et d’autres périodiques pour la promotion du film, mentionnent la LNU. La compagnie cinématographique s’adresse aussi à Boghos Nubar pour convenir d’un accord pour la diffusion du film en France également, film qui serait « un important moyen de propagande ». Auction of souls a bien été diffusé en France mais la Délégation arménienne ne semble pas avoir répondu à cet appel30. Pourquoi la LNU s’est-elle investie dans cette affaire ? Elle s’intéresse très tôt aux supports permettant de toucher le plus grand nombre : photographies, films, voire plus tard émissions de radio. D’après Michelle Tusan, son soutien et le fait qu’elle accueille des personnalités et des membres du gouvernement auraient contribué à politiser la réception du film31.

  • 32 Sir Sidney Olivier (1859-1943), membre de la Fabian Society, puis du Parti travailliste.
  • 33 LNU Archives, London School of Economics, MF 416.
  • 34 D. Birn, 1981, p. 25.

16Les polémiques ont des conséquences pour l’organisation. Lord Cecil doit fournir des explications lors d’une séance un peu houleuse du conseil général de la LNU, le 5 février 1920. Sir Sidney Olivier32 demande que les responsabilités du Comité exécutif dans la projection du film soient examinées avant toute autre question. La réponse de Lord Cecil est embarrassée : le Comité a fait en sorte que ce film puisse être vu car ses membres ont eu l’impression qu’il est une « représentation frappante » des horreurs de la guerre et personne n’avait imaginé que cela déboucherait sur un problème entre religions33. Les dirigeants reculent. Ils ont, suivant la formule de Donald S. Birn, une « stratégie centriste », très prudente afin de rassembler le maximum de soutiens, au-delà des partis : il faut éviter de se diviser34.

  • 35 Lors de l’explication du 5 février 1920, les responsables indiquent que le Comité exécutif vient d’ (...)
  • 36 « En Angleterre, les ministres étaient harcelés par les pétitions et les mémoires en faveur de l’Ar (...)
  • 37 Le 21 février 1920, le Times évoque l’organisation de meetings à Londres et dans le reste du pays. (...)

17Lord Cecil apparaît un peu dépassé par l’ampleur de cette affaire et l’explication donnée est un peu courte35. En fait, durant cet hiver 1919-1920, les initiatives se multiplient afin d’influencer le gouvernement anglais et la Conférence de la Paix au sujet des réclamations arméniennes36. Des manifestations sont organisées par le British Armenia Committee, dont une réunion publique à Caxton Hall le 22 janvier 1920, présidée par Aneurin Williams et animée par Charles Gore (1853-1932), évêque anglican d’Oxford. Le cardinal Bourne, archevêque de Canterbury, et Lord Cecil envoient des messages de soutien37. Cet engagement de la LNU est au croisement de deux préoccupations : la cause arménienne et la lutte pour une paix durable. Celle-ci n’est possible que si la SDN joue un rôle et si l’organisation des relations internationales se fait en fonction de la volonté des populations.

  • 38 LNU Archives, MF 417.

18La LNU évoque souvent la question arménienne entre 1919 et 1922 lors de ses travaux. Son fonctionnement présente alors des analogies avec celui de la SDN, avec la présentation de rapports et la réunion de commissions spécialisées. Lors d’une réunion du conseil général de la LNU, présidée par Lord Cecil, le 5 mars 1920, la situation en Turquie, dans la perspective du futur traité de paix, est longuement abordée. Une résolution, rédigée par Gilbert Murray et présentée par David Davies, demande un contrôle international de Constantinople. Une autre, proposée par Aneurin Williams, et adoptée par onze voix contre sept, précise que les réglementations turques sur les nationalités doivent être abolies au profit d’une tutelle par une ou plusieurs puissances, mandataires de la SDN. Le 30 mars 1920, le Comité exécutif examine une résolution sur l’Arménie à l’instigation de Lord Cecil. « Il est de la plus grande importance pour le futur de la SDN qu’elle ne refuse aucune responsabilité ou devoirs qui lui seraient confiés par le Conseil suprême en lien avec le futur des Arméniens ou des minorités raciales en Turquie et nous demandons au Gouvernement de presser ses représentants au Conseil d’agir en ce sens.38 » On perçoit une inquiétude et une impatience. Cela est manifeste lors d’une réunion le 22 avril. Les membres du Comité exécutif discutent de l’action du Conseil de la SDN à propos du mandat pour l’Arménie, alors évoqué, et expriment leur mécontentement relatif au manque de transparence des décisions du Conseil. La question n’est ensuite abordée indirectement que le 1er juillet 1920 à propos du traité de paix avec la Turquie, qui sera signé le 10 août 1920. On demande qu’il soit rapidement publié et que les évolutions protégeant les minorités raciales, linguistiques et religieuses soient soumises au Conseil de la SDN. Mais il ne se passe plus grand chose quand l’Arménie perd son indépendance. Le 5 mai 1921, le Comité examine un mémorandum du Major Davies sur la révision du traité avec la Turquie et deux membres proposent de rédiger des projets de résolutions sur les minorités et sur Constantinople pour la réunion suivante… Cette ville intéresse manifestement plus que les Arméniens malgré la référence aux minorités.

  • 39 LNU Archives, MF 417.
  • 40 BNu, Correspondance Arménie, dossier XXVI, mars-mai 1921, lettre de Boghos Nubar à A. de Morsier, s (...)

19Le 2 juin 1921, le Comité exécutif s’intéresse de nouveau à Constantinople et aux populations non turques. Il attire l’attention de la SDN sur l’article 22 du pacte. Certaines communautés des ex-territoires ottomans – arméniennes, grecques et syriennes – ont reçu la promesse d’une « reconnaissance provisoire » comme « nations indépendantes » devant recevoir une assistance d’une puissance mandataire. Il exhorte donc la SDN pour des raisons « d’honneur, d’équité et pour une paix permanente » au respect sans délai des promesses faites39. Cela correspond aux démarches engagées en février 1921 par Boghos Nubar pour la Délégation nationale arménienne et par Avédis Aharonian (1866-1948), haut responsable du parti politique arménien Dachnak (ou FRA – Fédération révolutionnaire arménienne), pour la Délégation de la République arménienne. Ils sont invités à s’exprimer le 26 février 1921 lors d’une séance du Conseil suprême des Alliés, présidée par Lord Curzon. Il s’agit alors de sauver ce qui reste du traité de Sèvres en misant sur la création d’un foyer national arménien dans les territoires turcs de l’Asie mineure orientale. Lord Curzon leur rappelle à cette occasion que les puissances « ne sont pas en état de donner aux Arméniens un concours ni militaire, ni financier pour les faire entrer en possession des territoires, soit de Turquie, soit de Transcaucasie, dont le Traité de Sèvres a formé l’État arménien.40 »

  • 41 LNU Archives, MF 417.
  • 42 Il s’agit sans doute d’un des nombreux comités spécialisés de la LNU, à distinguer de l’« Eastern C (...)
  • 43 J. Campbell, 1977, p. 22 ; C. Birebent, 2007, p. 241-242.

20Le 11 août 1921, le Comité exécutif examine de nouveau un mémorandum sur l’Arménie et la SDN, préparé par Aneurin Williams et John Harris. « Le Comité exécutif de la LNU désire attirer l’attention de l’Assemblée sur la situation présente des affaires en Arménie, et demande qu’elle renomme, lors de l’ouverture de sa session, un comité pour étudier ces questions et d’en faire un rapport devant l’assemblée avant sa conclusion.41 » On tourne en rond : les démarches mêmes de la LNU renvoient à l’impuissance de l’institution qu’elle soutient. Désormais, les sujets relatifs aux populations de l’Empire ottoman ne sont plus envisagés que sous un aspect humanitaire. Il faut trouver des moyens d’empêcher la répétition de massacres, notamment à Smyrne. C’est l’objet des nombreuses réunions d’une autre instance de la LNU, le « Near Eastern Settlement Committee »42, où on compte parmi ses membres le professeur Arnold Toynbee et Gilbert Murray. Un Comité Arménie, animé par Aneurin Williams, est mentionné à plusieurs reprises dans les comptes rendus de 1923, sans plus de détails. S’agit-il d’un comité spécialisé ou d’une référence au British Armenia Committee ? À cette date, les questions politiques préoccupent les cadres de la LNU. Au début des années 1920, Lord Cecil et Gilbert Murray envisagent même une nouvelle formation rassemblant les libéraux, des conservateurs et des travaillistes modérés pour remplacer Lloyd George. Le soutien à la SDN et la participation à la LNU en auraient constitué l’axe central. En novembre 1923, après l’arrivée au pouvoir des conservateurs et avant de nouvelles élections, Gilbert Murray rêve encore de cette solution43. Sur la scène extérieure, l’occupation franco-belge de la Ruhr accapare largement l’attention de l’organisation. De nombreux militants, très hostiles à cette action, trouvent d’ailleurs que les réactions de leurs dirigeants, comme celles du gouvernement Bonar Law, sont bien tièdes.

L’implication mesurée des organisations françaises

21Les organisations pro-SDN françaises se contentent surtout d’informer leurs militants de l’évolution de la situation en Arménie et ont quelques relations avec des Arméniens. Ceux-ci sont représentés en Europe par deux organismes. La Délégation nationale arménienne tout d’abord, qui existe depuis 1912 et a été voulue par le chef de l’Église arménienne, le catholicos d’Etchmiadzin, pour faire connaître la cause arménienne. Cette délégation représente les Arméniens de l’Empire ottoman et est dirigée par Boghos Nubar Pacha, fils d’un premier ministre d’Égypte, ancien directeur des chemins de fer égyptiens, et parfaitement intégré parmi les élites politiques et sociales des puissances alliées. À partir de février 1919, la Délégation nationale emmenée par Boghos Nubar est « concurrencée » par une deuxième délégation, dirigée par Avédis Aharonian, qui représente la République d’Arménie, nouvellement proclamée dans le Caucase.

  • 44 Bulletin de l’Association française pour la SDN, no 3, février-mars 1919.
  • 45 « Chronique », La Paix par le Droit, février 1921.
  • 46 « Chronique », La Paix par le Droit, mai 1921.

22Le Bulletin de l’AFSDN, en février 1919, titre « l’Arménie demande le protectorat de la SDN » et reprend une interview de Boghos Nubar44. Mais de tels articles sont rares. Les organisations pro-SDN naissantes n’ont pas de véritables journaux, à la différence de l’Association de la Paix par le Droit. En mai 1921, La Paix par le Droit publie un grand dossier sur la première assemblée générale de la SDN à Genève et Jules Prudhommeaux décrit précisément les débats de novembre 1920 sur l’Arménie. Mais sa conclusion peut surprendre. « Ces événements ont tout naturellement amené l’abstention du Président Wilson et de la SDN elle-même, peu désireux l’un et l’autre de se rencontrer avec le gouvernement de Lénine. Du côté de Kemal Pacha, du moins la situation s’est améliorée, et il est permis d’espérer qu’une paix solide de l’Entente avec la Turquie viendra bientôt adoucir de ce côté le sort de la malheureuse Arménie.45 » Le ton est plus offensif dans d’autres articles comme celui d’Alphonse Jouet, « Diplomatie et principes », qui dénonce le lâchage des Arméniens par les grandes puissances, s’en prenant plus particulièrement aux États-Unis et à la politique de Franklin-Bouillon amenant la France à traiter avec Mustafa Kemal46.

  • 47 J.-C. Allain et al., 2005, p. 311.

23Les responsables français n’agissent pas par hostilité envers les Arméniens. Nombre d’entre eux appartiennent au mouvement arménophile, comme Clemenceau. Avec des moyens limités, ils cherchent à protéger l’essentiel, le mandat syrien, et sont peu désireux d’aider les Britanniques favorables à l’intervention grecque en Turquie. Ceux-ci semblent vouloir obtenir la suprématie en Asie Mineure et au Moyen-Orient et sont de plus en plus critiques envers la politique française de stricte application du traité de Versailles envers l’Allemagne : les différents théâtres d’opération sont liés47.

  • 48 « Minorités en Asie Mineure », La Paix par le Droit, juillet-août 1921.

24La question arménienne n’est désormais plus vue que sous l’angle des minorités. Dans le numéro de juillet-août 1921 de La Paix par le Droit, les travaux du Congrès de l’Union internationale des associations pour la SDN à Prague sont présentés. Il y est souligné qu’il appartient aux États membres du Conseil de la SDN d’utiliser les « moyens d’action de la Société » pour soustraire les populations aux massacres. Il est aussi indiqué que « l’Union internationale des Associations pour la SDN a le devoir de faire appel à tous les États membres du Conseil pour qu’ils agissent dans le sens indiqué.48 »

  • 49 T. Ruyssen, 1922.
  • 50 La Paix par le Droit, décembre 1922.

25À nouveau, en octobre 1922, Théodore Ruyssen évoque « la tragédie d’Orient » et rappelle que le Traité de Sèvres a « posé en principe l’idée d’un Foyer national arménien ». « Si beaucoup d’autres clauses en sont évidemment caduques, celle-là du moins demeure plus que jamais juste et moralement nécessaire.49 » Deux mois plus tard, le journal se fait le relais d’un appel du Bureau international pour la paix, « pour la paix en Orient en appelant à l’intervention de la SDN ».50 Tout ceci demeure platonique et se limite à un commentaire sur la situation en Orient, même si on pointe les faiblesses du rôle des puissances.

Un bilan limité

  • 51 F. Macler, 1922.

26Le bilan de l’action des organisations des deux côtés de la Manche est limité. Les associations n’ont guère les moyens d’influencer les autorités françaises, qui changent de politique en 1920-1921, se rapprochent de Mustafa Kemal et oublient les promesses faites aux Arméniens. Même si elles éprouvent une sympathie réelle pour ces derniers, leur objectif principal est de valoriser l’action de la SDN, pivot d’une pacification des relations internationales. Mais, comme le remarquent des militants pacifistes et des militants de la cause arménienne, la SDN naissante est impuissante face à une de ses premières grandes crises. Frédéric Macler, dans L’Arménie et son droit, écrit : « si la SDN n’a pas fait ce qu’elle devait faire à l’égard de l’Arménie, c’est qu’elle ne l’a pas pu. Et si elle ne l’a pas pu, c’est qu’elle, SDN, émanation des Nations occidentales n’a pas eu les mains libres pour accomplir une tâche toute de justice et d’équité.51 » Du côté de la LNU, la question arménienne est de moins en moins évoquée et elle l’est avant tout comme un des problèmes du Proche-Orient. En 1920 elle est abordée deux fois par l’Assemblée générale, cinq fois par le Comité exécutif. Durant l’année 1921, on y fait référence à cinq reprises, mais le plus souvent à l’occasion de débats sur les minorités. L’année suivante, elle est citée cinq fois, notamment à propos des conséquences de la victoire kémaliste. Dans au moins un cas, c’est une initiative locale qui amène la direction de la LNU à réagir. Le 15 juin 1922, le Comité exécutif traite d’une résolution adressée par les Églises de Haddenham et de l’île d’Ely, demandant une action du gouvernement britannique pour protéger les chrétiens menacés par les Turcs.

  • 52 M. Tusan, 2017, p. 237.
  • 53 La relation que Lord Cecil fait des interventions relatives à l’Arménie devant l’assemblée générale (...)

27La LNU, comme les organisations françaises, doit tenir compte de la prudence croissante du gouvernement britannique, alors que la situation se détériore en raison des progrès des kémalistes. D’après Michelle Tusan, le British Armenian Committee presse en 1920-1921 le gouvernement britannique d’encourager à l’établissement d’un mandat américain sur les territoires arméniens52. Mais les arrière-pensées ne manquent pas. Lord Cecil, qui a participé aux négociations sur la création de la SDN, est aussi le délégué de l’Union sud-africaine auprès de la SDN, avant d’intégrer le gouvernement de Stanley Baldwin en 192353. Il appartient comme d’autres membres majeurs, Gilbert Murray, Lord Bryce, aux élites politiques britanniques. En 1919, ils ne veulent pas doter l’organisation internationale d’une armée car ils croient en l’extension de la démocratie, des principes libéraux à l’échelle du monde, et la SDN est désarmée. Ils ne cessent pas de faire des compromis entre leurs idéaux et les réalités mouvantes de la politique étrangère britannique. Lord Cecil considère en 1919-1920 que, face aux besoins des populations arméniennes, l’aide des associations humanitaires américaines et de Washington est indispensable. Pour autant, il ne souhaite pas que ceci débouche sur une situation de concurrence pour les Britanniques dans la région.

  • 54 M. Tusan, 2017, p. 238.
  • 55 C. Laderman, 2015, p. 693.

28Les combats dans le Caucase et dans les régions arméniennes de l’Empire ottoman en décident autrement. Pour Michelle Tusan, « la Grande Bretagne déposa l’échec du mandat sur l’Arménie aux pieds des États-Unis, qui en dernier ressort refusèrent de prendre le contrôle du territoire.54 » Malgré un discours éloquent du sénateur Williams expliquant que les États-Unis ne peuvent pas tirer parti de leur nouvelle position dans le monde sans accepter certaines responsabilités, le Sénat refuse en mai 1920 la demande du président Wilson d’exercer un mandat sur l’Arménie55.

Les militants de la cause arménienne et leur intérêt pour le mouvement pro-SDN

Un intérêt limité

29L’idée de créer une organisation arménienne pro-SDN apparaît dès 1919, au moment où ces associations se multiplient en Europe. Mais l’initiative émane de Français à la fois arménophiles et militants de la SDN, comme Albert Thomas, l’élu socialiste devenu ministre de l’Armement. Le 3 juin 1919, il adresse une lettre à Boghos Nubar :

  • 56 BNu, Correspondance Arménie, dossier XVIII, juin-juillet 1919.

Pourquoi les Arméniens ne sont-ils pas représentés dans l’Union des Associations pour la SDN ? Est-ce que vous n’avez pas en Arménie de Ligue pour la SDN ? À défaut de Ligue, pourquoi des représentants de l’Arménie ne prennent-ils pas part aux travaux communs ? Les Roumains, les Yougo-Slaves sont représentés. Vous estimerez certainement comme moi qu’il y a là une lacune à combler. Une grande réunion doit avoir lieu comprenant des représentants des pays alliés et des pays neutres à la fin de juin, réunion qui sera présidée par M. Léon Bourgeois. Il faut à tout prix que nos amis arméniens soient représentés. Écrivez donc un mot à Léon Bourgeois, […] en lui exprimant ce désir. Constituez d’ici là, si vous le pouvez, un premier groupement. […] PS : J’envoie ce jour la même lettre à M. Aharonian.56

  • 57 BNu, Correspondance Arménie, dossier XVIII, juin-juillet 1919.
  • 58 BNu, Correspondance Arménie, dossier XVIII, juin-juillet 1919.
  • 59 BNu, lettre du 27 janvier au secrétaire administratif de l’AFSDN, dossier XX, février-mars 1920.
  • 60 LNU Archives, MF 417. On ne trouve pas trace du rapport.

30Le 17 juin, le chef de la Délégation nationale arménienne lui répond : « J’ai voulu, avant de répondre à votre lettre, voir Mr. Dubreuihl. C’est fait ; il m’a donné tous les renseignements nécessaires, et d’accord avec Mr. Aharonian nous allons maintenant v[n]ous occuper de […] fonder un groupement en vue de la SDN.57 » L’initiative apparaît donc intéressante pour Boghos Nubar mais nous ne savons pas si Aharonian a répondu. Dans tous les cas, les choses ne sont pas allées très loin58. Les organisations entretiennent des relations courtoises mais superficielles. Ainsi la Délégation nationale arménienne est invitée pour la « Manifestation en l’honneur de la SDN », organisée à la Sorbonne le 30 janvier 1920 par l’AFSDN. Quand la Délégation nationale arménienne et la Délégation de la République arménienne se rendent à Londres, elles ne cherchent pas à contacter la LNU. Pourtant, les liens entre James Bryce et Boghos Nubar sont très étroits. En revanche, la LNU a des relations plus actives avec les organisations britanniques de soutien aux Arméniens, le British Armenia Committee et les Friends of Armenia59. Ainsi, le 4 août 1921, le Comité exécutif de la LNU demande à Aneurin Williams et John Harris de proposer aux Amis de l’Arménie de rédiger un mémorandum sur l’Arménie et la Société des Nations. Le texte est adopté le 11 août afin de servir de base pour une résolution de la LNU destinée à l’Assemblée générale de l’organisation internationale60.

Le mouvement arménophile et ses relais

  • 61 Pierre Quillard (1864-1912), secrétaire général de la Ligue des droits de l’homme, rédacteur en che (...)
  • 62 A. Vahramian, 2004 ; E. Naquet, 2013.
  • 63 S. Prévost, 2016.
  • 64 J. Bryce, A. Toynbee, 1917 et 2012.
  • 65 M. Tusan, 2017, p. 153.

31On peut considérer que les différentes institutions arméniennes n’ont pas alors besoin de ces mouvements pro-SDN. En effet, il existe depuis la fin du 19e siècle un mouvement arménophile influent en France et en Angleterre et les relais existent déjà. En France, un « parti arménophile » se développe à partir des années 1890, ralliant des personnalités diverses comme Aristide Briand, Victor Bérard, Denys Cochin, Charles Péguy, Jean Jaurès, et des pacifistes comme Frédéric Passy, afin de mobiliser l’opinion publique lors des grands massacres hamidiens et d’appeler – déjà – les puissances à faire quelque chose. En 1900, un périodique ambitieux, Pro Armenia, est créé par Pierre Quillard61, par des membres des milieux arméniens, en particulier du parti Dachnak (même si tout ceci repose, au final, sur un nombre réduit de militants62). En Angleterre et aux États-Unis, la cause arménienne mobilise toute une génération de philanthropes, d’hommes politiques, voire le grand public à l’époque de Gladstone63. En 1915, le Livre bleu écrit par Lord Bryce et Toynbee, qui dénonce une politique préméditée d’élimination des Arméniens et des minorités chrétiennes de l’Empire ottoman, est largement repris et commenté64. Les anciennes organisations pro-arméniennes regagnent en vigueur, alors que d’autres font leur apparition. Le British Armenia Committee s’adresse au Parlement et l’Anglo-Armenian Association de Bryce rappelle que les Arméniens ont été des alliés loyaux. D’autres, comme l’Eastern Question Association ou les Friends of Armenia, expliquent que l’aide aux Arméniens fait partie d’obligations humanitaires qui découlent des traités65. Boghos Nubar entretient des relations directes et suivies avec nombre de ces responsables politiques, par ailleurs présents au sein des organisations pro-SDN, comme Aneurin Williams, ou dans d’autres groupements, comme par exemple John Harris de l’Anti-Slavery and Aborigene Protection Society.

  • 66 BNu, Correspondance Arménie, dossier XX, lettre du 8 janvier 1920 à Lord Bryce

32La correspondance de Boghos Nubar est particulièrement riche avec Lord Bryce en 1919-1920 et comprend plusieurs courriers échangés chaque semaine ou presque. La lettre qu’il lui adresse le 8 janvier 1920 est particulièrement intéressante. « Mr Clemenceau après avoir été un grand ami des Arméniens jusqu’à une époque très récente, nous témoigne une hostilité manifeste qui m’inquiète infiniment. Il explique son changement par le fait que nous aurions travaillé contre les intérêts de la France, en demandant que la Cilicie fît partie de l’Arménie intégrale, et que nous nous serions jetés dans les bras des États-Unis, en demandant un mandat américain.66 » On voit le retournement qui s’opère alors, y compris parmi des partisans anciens de la cause arménienne, et la confiance que témoigne le dirigeant de la Délégation nationale arménienne à son interlocuteur anglais. Il lui demande même d’essayer de faire pression sur Clemenceau, car aucun homme politique français ne peut le faire… De fait, la position arménienne est affaiblie par la présence de deux délégations, même si elles collaboreront en février 1919 avec la présentation d’un mémorandum commun, puis en 1921 lors de la conférence de Londres. Si Boghos Nubar est mieux implanté parmi les élites européennes qu’Avédis Aharonian, ce dernier signe seul le traité de Sèvres, comme représentant de la République arménienne.

Quel interlocuteur pour la SDN ?

  • 67 E. Gzoyan, 2011.
  • 68 Henri La Fontaine (1854-1943), homme politique, pacifiste et féministe belge, Prix Nobel de la Paix (...)
  • 69 Société des Nations - Actes de la 1re Assemblée, 1920, LSE.

33Les différents représentants des Arméniens ne prennent pas uniquement en compte les grandes puissances et s’adressent directement à la SDN, notamment en novembre 1920, alors que l’organisation internationale débat de ces questions. Edita Gzoyan remarque que les communautés arméniennes en Belgique, en Angleterre, en Allemagne mais aussi en Égypte, en Inde ou en Roumanie, et les organisations et partis arméniens à l’étranger, s’adressent au président de la SDN afin qu’un vote soit organisé à propos de la résolution présentée le 17 novembre par Lord Cecil devant l’Assemblée générale67. Son texte, amendé par le représentant belge, Henri La Fontaine68, propose « que le Conseil soit invité à prendre immédiatement en considération la situation de l’Arménie et à soumettre à l’examen de l’Assemblée des propositions en vue de parer au danger qui menace actuellement ce qui reste de la race arménienne.69 »

  • 70 H. Bozarslan et al., 2015, p. 322-323.

34L’interlocuteur naturel de la SDN devrait être en principe la Délégation de la République arménienne qui présente en septembre 1920 la candidature du nouvel État arménien. Déclarée recevable, elle est toutefois refusée par un vote le 16 décembre 1920 en raison de l’instabilité de la situation. Malgré tout, en 1920, la SDN suscite un intérêt croissant parmi les partisans de la cause arménienne, dont la Délégation nationale arménienne, face à l’inaction des grandes puissances, censées défendre depuis 1915 la cause arménienne70. Il s’agit pour ces milieux arméniens de trouver des interlocuteurs auprès de l’organisation genevoise.

  • 71 BNu, Correspondance Arménie, dossier XXIV, août-novembre 1920, « Principes et considérations relati (...)

35Un nouveau mouvement semble vouloir jouer les intermédiaires, la Ligue internationale philarménienne (LIP). Elle est créée à l’initiative de comités suisses lors de deux congrès à Paris et à Genève en 1920, où elle établit son siège. Liée à des organisations britanniques et américaines, elle comprend dans ses instances Aneurin Williams, Arnold Toynbee et Harold Buxton, membres du British Armenia Committee et de la LNU. Ses ambitions initiales sont grandes. Lors de la conférence internationale philarménienne de juillet 1920, on explique que cette ligue doit devenir, « en attendant la Puissance mandataire, le guide et l’ami de la République arménienne », tout en étant reconnue officiellement par la SDN, « à laquelle elle pourra servir d’intermédiaire.71 » Mais, dans un premier temps, elle ne semble pas beaucoup intéresser Boghos Nubar. Les choses changent en raison de la détérioration de la situation et parce que la ligue internationale philarménienne peut éventuellement servir de relais auprès de la SDN, voire des puissances. Le 6 novembre 1920, Boghos Nubar s’adresse au professeur Édouard Naville, président de la LIP, afin qu’elle intervienne à ses côtés pour que la France crée une administration autonome chrétienne en Cilicie. Le départ des troupes française risque alors en effet de laisser les populations sans défense.

  • 72 BNu, Correspondance Arménie, dossier XXV, 1er décembre 1920 - 28 février 1921, copie d’une lettre a (...)

36Les échanges se multiplient en 1921. La LIP réclame la création dans l’Arménie turque d’un foyer national indépendant de la Turquie, aux frontières plus limitées que celles envisagées un temps par Wilson, mais avec un débouché sur la Mer Noire. Mais cette organisation fait aussi l’objet de critiques. Un courrier de l’Anti-Slavery and Aborigenes Protection Society, lui apportant pourtant son concours, explique que « Messieurs Naville, Fabre et de Morsier sont des hommes bons, qui sans aucun doute veulent bien agir, mais malheureusement ils n’ont aucun instinct politique, et manquent certainement de qualités essentielles, l’habileté et l’énergie, pour organiser les choses.72 » Mais, pour la Délégation nationale arménienne, la LIP joue quelque peu le rôle des organisations pro-SDN, à la fois associations de militants, lobbys et intermédiaires. Au début des années 1920, il n’en existe pas encore chez les Arméniens.

La création d’une organisation arménienne pro-SDN

Une naissance tardive

37L’Association arménienne pour la SDN est créée en 1922, après la fin de l’indépendance de la République d’Arménie et la conquête par les troupes kémalistes des territoires arméniens de la Turquie. Il est paradoxal de noter que cette organisation censée, comme toutes les autres, regrouper les militants pro-SDN d’un État, apparaît alors même que l’Arménie a perdu son indépendance. Aussi, cette organisation ne représente pas les populations de ces territoires mais est composée de membres de la diaspora. Elle n’est pas la seule dans ce cas, comme le montrent les exemples des deux associations russes pour la SDN et des deux associations ukrainiennes.

  • 73 V. Pastakean, 1923, p. 69.
  • 74 Léon Gumuchguerdan ou Léon Guerdan (1886-1949), intellectuel et militant arménien, membre du consei (...)
  • 75 Archag Tchobanian (1877-1954), personnalité du mouvement arménophile en France, fondateur de la rev (...)
  • 76 Bulletin de l’Union internationale des Associations pour la SDN, 6e conférence, Prague, 4-7 juin 19 (...)
  • 77 On note aussi la présence d’une Association nationale turque pour la SDN dont le siège est à Consta (...)

38On sait peu de choses sur les circonstances de cette naissance. Vardan Pastakean, dans un petit opuscule, la situe au printemps 192273. Durant la même année, l’Association arménienne pour la SDN demande à entrer au sein de l’Union internationale des associations pour la SDN (UIASDN). Elle est présente comme société candidate lors de la sixième conférence de l’UIASDN. Les dirigeants mentionnés sont Léon Gumuchguerdan74 et Archag Tchobanian75. Le second, un écrivain, connu et engagé dans la diaspora, a notamment défendu la cause des Arméniens de Cilicie auprès des autorités françaises76. En 1925, l’Association arménienne pour la SDN figure comme membre à part entière de l’UIASDN, a son siège au 15, rue Jean Goujon à Paris, c’est-à-dire à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de l’Église apostolique arménienne, et apparaît dans la section Asie77.

  • 78 Alexandre Khatissian (1874-1945), homme politique arménien, premier ministre de la République d’Arm (...)
  • 79 La Contemporaine (Nanterre), Fonds Prudhommeaux, UIASDN, 9e Assemblée plénière, Varsovie, 1925 : Tr (...)

39Nous ne savons pas si cette organisation a une véritable activité. En effet, on ne trouve pas trace d’archives organisées à la Bibliothèque Nubar, à la Bibliothèque nationale de France, aux Archives diplomatiques (notamment dans les Fonds rapatriés de Moscou) ou auprès des organisations arméniennes contactées. En 1925, la Fédération des Associations françaises pour la SDN doit organiser une commission internationale devant étudier une question délicate, « l’émigration et le traitement équitable des étrangers », pour la session prochaine de l’UIASDN. À cet effet, elle réunit une commission préparatoire qui auditionne en février 1925 des personnalités originaires de Roumanie, de Suède, d’Italie, de Russie, de Pologne et de Chine, ainsi qu’Alexandre Khatissian78, président de l’Association arménienne pour la SDN79.

  • 80 V. Pastakean, 1923, p. 69. Une Association arménienne pour la Ligue des droits de l’homme existe av (...)
  • 81 Annuaire de la Société des Nations, 1920-1927.
  • 82 Bulletin hebdomadaire du GUSDN, no 16, 21 mai 1925.

40Organisation d’exilés, aux effectifs sans doute limités, cette association semble aussi subir des divisions, des difficultés internes d’après Vardan Pastakean, un des rares à l’évoquer. Il met en accusation les partis politiques arméniens désireux de contrôler toute forme d’expression. « Ainsi, quand, au printemps 1922, quelques intellectuels arméniens ne participant à aucun des partis politiques, ont commencé à former (à Paris) une Association arménienne pour la Ligue des Nations […], on a pu voir les efforts d’un parti politique pour y obtenir une importance prédominante ; en même temps, un parti rival, en attirant de préférence ses adhérents, organisa l’Association arménienne de la Ligue des droits de l’homme. Au résultat, ces deux Associations sont devenues presque des organisations de parti.80 » S’agit-il d’une mise en cause du parti Dachnak ? Deux ans plus tard, cette organisation figure encore sur les tablettes de l’Union internationale81. On trouve encore en 1925 la trace d’une réunion du Groupement universitaire pour la Société des Nations en mai 1925 consacrée au thème « Minorités et Nationalisme » sous la présidence de Robert Lange, où interviennent le jeune Pierre Mendès-France, des délégués polonais, bulgare, grec et un Arménien, Chabazian82.

La participation à un mouvement plus vaste

  • 83 S. Sierpowski, 1983, p. 176.

41Cette création en 1922 n’est pas le fait du hasard. Après la naissance des premiers groupements durant les années 1917-1919, on assiste à une deuxième vague d’apparition de nouvelles organisations comme le GUSDN en France, animé par un militant très actif, Robert Lange, mais aussi en Lettonie, au Japon, en Suisse, en Lituanie. À Varsovie naît aussi une Association de l’Ukraine occidentale pour la SDN, en exil. À cette date la SDN acquiert une place encore limitée mais réelle dans la vie internationale. Les associations françaises, plus faibles que la puissante LNU, ont besoin de relais au sein de l’Union internationale des associations. Elles ne peuvent que soutenir l’apparition d’une société arménienne dont le siège est à Paris. Alors que les Britanniques souhaitent l’admission d’organisations vraiment représentatives dans l’Union, une société par État, les Français sont favorables à un accès plus large. Par ailleurs, comme le remarque Stanislaw Sierpowski, on veut alors populariser l’action de l’organisation genevoise. Il faut donc donner le sentiment que les militants et les organisations se multiplient, et qu’une opinion publique internationale émerge83.

  • 84 D. Kévonian, 2015.
  • 85 D. Kévonian, 2015, p. 185.

42Du côté arménien, la situation en 1922 est dramatique après les espoirs de la fin de la guerre. La SDN acquiert une importance croissante en raison de l’action menée auprès des réfugiés avec la création du passeport Nansen ou les différents projets pour établir certains d’entre eux sur des territoires préservés au Proche et au Moyen-Orient. Il est donc important d’avoir des relais auprès de la SDN malgré son impuissance en 1920-1921, laquelle s’explique d’abord par le retrait ou le changement de politique des grandes puissances. Pour les militants arméniens, il importe d’être présent au sein d’un mouvement d’opinion qui semble se développer et exister au niveau international, alors même que l’Arménie n’est plus un État et n’est pas représentée dans la SDN. On peut aussi imaginer que cette organisation fait partie des « structures privées », composées de membres des élites de la diaspora, évoquées par Dzovinar Kévonian, qui sont des interlocutrices des autorités françaises, notamment pour la question des réfugiés84. Ainsi « dans le cas français, les deux délégations arméniennes constituées lors de la conférence de la Paix sont investies de cette gestion déléguée en 1924-1925 et sont pérennisées sous les noms de Comité central des réfugiés arméniens et office des réfugiés arméniens.85 » Elles représentent les réfugiés au sein du comité consultatif des organisations privées du Haut-commissariat pour les réfugiés à Genève, alors que l’Association arménienne pour la SDN est présente au sein de l’Union internationale des associations pour la SDN.

*

  • 86 E. Naquet, 2013, p. 53.

43Malgré des contacts entre les groupements pro-SDN, les mouvements arménophiles et les représentants des Arméniens en Europe dès la fin de la Première Guerre mondiale, de grands décalages existent entre ces groupes, dont les objectifs et les pratiques sont souvent très différents, et l’osmose peine à se produire. Les premiers mènent des actions en rapport avec la question arménienne, en 1919-1920, mais ces actions sont limitées et représentent souvent peu de chose, parmi tant d’autres activités qui cherchent à valoriser la SDN. Face à l’échec évident des initiatives en faveur des Arméniens dans le Caucase et en Turquie, les groupements pro-SDN changent progressivement d’objectifs et se concentrent de plus en plus sur la Haute-Silésie, l’affaire de Corfou puis l’occupation de la Ruhr. Les défenseurs des Arméniens, pouvant s’appuyer sur des liens nombreux et anciens au sein des sociétés française et britannique, en particulier avec leurs élites, s’intéressent plus tardivement aux organisations pro-SDN. Ils constatent peut-être l’impuissance de leurs relais traditionnels, alors que la SDN se montre très active dans l’aide aux réfugiés. Par ailleurs, l’opinion publique européenne est beaucoup plus partagée sur la question arménienne qu’il n’y paraît. Très tôt, Boghos Nubar Pacha et les militants anglais s’inquiètent de l’importance croissante d’un mouvement turcophile en France et au Royaume-Uni. Le gouvernement français, qui pratique la « realpolitik » et s’embarrasse peu de morale et de respect des engagements, négocie avec Mustafa Kemal. D’autres causes mobilisent les opinions publiques, dans le contexte très particulier de la première après-guerre avec ses deuils, dans une Europe en crise et toujours divisée. Emmanuel Naquet remarque d’ailleurs dans son étude consacrée à la Ligue des droits de l’Homme et aux Arméniens, que même avant 1914, cette organisation, pourtant considérée comme arménophile, n’allait guère au-delà d’évocations rituelles86. Le mouvement pro-SDN, en particulier la LNU, oublie assez vite cet échec sur des terres aux marges de l’Europe et cherche avant tout à montrer l’utilité de l’organisation genevoise, ainsi qu’à souligner ses succès. Il s’agit pourtant bel et bien d’un réel abandon des Arméniens et de leur cause.

Figure 1 Publicité parue dans The Times du 26 janvier 1920

Haut de page

Bibliographie

Allain Jean-Claude, Guillen Pierre, Soutou Georges-Henri, Theis Laurent, Vaïsse Maurice, Histoire de la diplomatie française, t. 2, De 1815 à nos jours, Paris : Perrin, 2005.

Birebent Christian, « Le GUSDN face aux crises des années trente », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 74, avril-juin 2004, p. 14-19.

Birebent Christian, Militants de la paix et de la SDN. Les mouvements de soutien à la SDN en France et au Royaume-Uni, 1918-1925, Paris : l’Harmattan, 2007.

Birebent Christian, « Militer pour la paix : du rêve à l’illusion », in Robert Kolb (dir.), Commentaire sur le pacte de la Société des Nations, Bruxelles : Bruylant, 2014, p. 1095-1130.

Birn Donald, League of Nations Union. 1918-1945, Oxford : Clarendon Press, 1981.

Bozarslan Hamit, Duclert Vincent, Kévorkian Raymond, Comprendre le génocide des Arméniens. 1915 à nos jours, Paris : Tallandier, 2015.

Bourgeois Léon, La Société des Nations, Paris : Alcan, 1909.

Bryce James, Toynbee Arnold, Livre Bleu. Le traitement des Arméniens dans l’Empire ottoman, 1915-1916. Documents présentés au vicomte Grey of Falloden, Paris : Payot, 1917.

Calzolari-Bouvier Valentina, « L’American Committee for Armenian and Syrian Relief et l’instrumentalisation du témoignage d’Aurora Mardiganian (1918-1919) », Relations internationales, n171, 2017, p. 17-30.

Campbell John, Lloyd George, the Goat in the Wilderness 1922-1931, Upper Saddle River, NJ : Gregg Revivals, 1977.

Cecil Robert, A great experiment, Londres : Jonathan Cape, 1941.

Ceadel Martin, « The Peace movement between the wars: problems of definition », in Richard Taylor et Neil Young (dir.) Campaigns for peace: British peace movements in the twentieth century, Manchester : Manchester University Press, 1987, p. 73-99.

Duclert Vincent, La France face au génocide des Arméniens, Fayard : Paris, 2015.

Egerton George, « Collective security as political myth: liberal internationalism and the League of Nations in politics and history », International history review, no 3-4, 1983, p. 496-524.

Fabre Rémi, « Un exemple de pacifisme juridique : Th. Ruyssen et le mouvement “La Paix par le Droit” 1884-1950 », Vingtième siècle, no 39, 1993, p. 38-54.

Garibian Sévane « Ravished Armenia (1919): Bearing witness in the Age of Mechanical Reproduction » in Jocelyne Chabot, Richard Godin, Stefanie Kappler et Sylvia Kasparian (dir.), Mass media and the genocide of the Armenians. One hundred years of uncertain representation, Londres : Palgrave, 2016, p. 36-50.

Guieu Jean-Michel, Le Rameau et le Glaive. Les militants français pour la SDN, Paris : Presses de la FNSP, 2008.

Gzoyan Edita, « The Turkish-Armenian war of 1920 and the League of Nations », Central and Eastern European Review, vol. 5, 2011, p. 2-15.

Hovannisian Richard, The Republic of Armenia, t. 2, 1919-1920, Los Angeles :

University of California Press, 1982.

Ingram Norman, The politics of Dissent, Oxford : Clarendon Press, 1991.

Kévonian Dzovinar, « Hôtel des peuples et maisons-wagons. L’action internationale face aux réfugiés et apatrides arméniens dans les années 1920 » in Conseil scientifique international pour l’étude du génocide des Arméniens, Le génocide des Arméniens, Paris : Armand Colin, 2015, p. 178-189.

Laderman Charlie, « Sharing the Burden? The American Solution to the Armenian Question, 1918-1920 », Diplomatic History, vol. 40, 2016, p. 664-694.

Le Béguec Gilles, « Le GUSDN », Provinces contemporaines, PULIM, no 1, 1990, p. 33-49.

Macler Frédéric, « l’Arménie et son droit » in Antony Krafft-Bonnard, Frédéric Macler, Elie Gounelle (dir.), Pour le droit de l’Arménie, Paris : Délégation nationale arménienne, 1922.

Morris James, Farewell the Tumpets. An imperial retreat, Londres : Penguin Books, 1986.

Mouradian Claire, « La question d’Orient ou la sanglante agonie de “l’homme malade” », Revue d’histoire de la Shoah, le monde juif, no 177-178, janvier-août 2004, p. 63-87.

Mouradian Claire (dir.), Arménie. Une passion française, Paris : Magellan & Cie, 2007.

Naquet Emmanuel, « L’action de la Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme entre les deux guerres », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 95, 2009, p. 53-64.

Naquet Emmanuel, « Quelques défenseurs des droits de l’homme face à la cause arménienne », Études arméniennes contemporaines, no 2, 2013, p. 43-64.

Pastakean Vardan, De l’organisation à établir parmi les étudiants arméniens à l’étranger, Vienne : Vardan Pastakean, 1923.

Prévost Stéphanie, « L’opinion publique britannique et la Question arménienne (1889-1896) : quelles archives pour quel récit », Études arméniennes contemporaines, no 8, décembre 2016, p. 51-90.

Sierpowski Stanislaw, « Le mouvement de soutien à la SDN dans les années 1919-1926 », Acta Poloniae Historica, t. 48, 1983, p. 165-193.

Stewart Graham, Burying Caesar. Churchill, Chamberlain and the Battle for the Tory Party, Londres : Phoenix, 1999.

Stray Christopher (dir.), Gilbert Murray Reassessed. Hellenism, Theatre & International Politics, Oxford : Oxford University Press, 2007.

Toynbee Arnold, Le massacre des Arméniens. Le meurtre d’une nation (1915-1916), édition annotée et préfacée par Claire Mouradian, Paris : Payot & Rivages, 2012.

Tusan Michelle, Smyrna’s Ashes. Humanitarianism, Genocide, and the Birth of the Middle East, Los Angeles : University of California Press, 2012.

Tusan Michelle, The British Empire and the Armenian genocide, Londres : I. B. Tauris, 2017.

Vahramian Agnès, « De l’affaire Dreyfus au mouvement arménophile : Pierre Quillard et Pro Armenia », Revue d’histoire de la Shoah, no 177-178, janvier-août 2003, p. 335-355.

Haut de page

Note de fin

1 Pro Armenia, 10-25 avril 1902.

2 M. Ceadel, 1987.

3 L. Bourgeois, 1909, p. 190-218.

4 J.-M. Guieu, 2008, p. 14.

5 C. Birebent, 2007, p. 278-280.

6 G. Egerton, 1983.

7 Lord Robert Cecil (1864-1958), sous-secrétaire d’État pour les Affaires étrangères, ministre du blocus, Prix Nobel de la Paix en 1937.

8 Lord James Bryce (1838-1922), homme politique, juriste, ambassadeur de Grande-Bretagne aux États-Unis.

9 Aneurin Williams (1859-1924), homme politique libéral, député aux Communes.

10 David Davies (1880-1944), homme politique libéral et philanthrope, vice-président de la LNU.

11 Le douzième point de Wilson précise « Aux régions turques de l’Empire ottoman actuel devraient être assurées la souveraineté et la sécurité ; mais aux autres nations qui sont maintenant sous la domination turque, on devrait garantir une sécurité absolue de vie et la pleine possibilité de se développer d’une façon autonome », discours du 8 janvier 1918.

12 D. Birn, 1981, p. 34-35.

13 C. Birebent, 2007, p. 73-80.

14 E. Carr, 2015, p. 85.

15 R. Fabre, 1993.

16 C. Birebent, 2007, p. 154-156.

17 N. Ingram, 1991, p. 22.

18 G. Le Béguec, 1990 ; C. Birebent, 2004, p. 14-19.

19 Raymond Poincaré utilise en vain cet argument pour influencer les prises de position des délégués français lors d’une réunion de l’Union internationale des associations pour la SDN en 1923. C. Birebent, 2007, p. 287.

20 C. Birebent, 2007, p. 127-134.

21 C. Birebent, 2014, p. 1096-1099. La Peace Collection est particulièrement intéressante, les directions successives du Swarthmore College ayant collecté des publications pacifistes du monde entier.

22 K. Watenpaugh, 2010. p. 1319-1320.

23 « Ayant désespérément cherché une puissance mandataire occidentale, la “vaillante petite alliée” (selon l’expression de Clemenceau) est progressivement abandonnée à son sort. » C. Mouradian, 2004, p. 86.

24 V. Calzolari-Bouvier, 2017, p. 25.

25 S. Garibian, 2016.

26 M. Tusan, 2012, p. 136.

27 Voir l’illustration parue dans le Times du 26 janvier 1920 et reproduite à la fin de l’article.

28 Dans cette ville du Pendjab indien, le 13 avril 1919, après plusieurs jours de violences contre des Européens, des soldats indiens du Raj britannique massacrent plusieurs centaines de manifestants et font plus d’un millier de blessés.

29 M. Tusan, 2017, p. 221-222.

30 Bibliothèque Nubar de l’UGAB [BNu], Correspondance Arménie, dossier XX, décembre 1919 - janvier 1920, lettre de David P. Howells Company, 27 décembre 1919.

31 M. Tusan, 2012, p. 140-141.

32 Sir Sidney Olivier (1859-1943), membre de la Fabian Society, puis du Parti travailliste.

33 LNU Archives, London School of Economics, MF 416.

34 D. Birn, 1981, p. 25.

35 Lors de l’explication du 5 février 1920, les responsables indiquent que le Comité exécutif vient d’informer la compagnie productrice du film que le nom de la LNU ne doit plus être utilisé pour sa promotion. Mais, lors d’une réunion ultérieure du Comité exécutif de la LNU, le 30 mars 1920, on apprend que le Major David Davies a adressé un chèque de 1 251 livres sterling à la LNU pour couvrir les pertes liées au film. Ceci montre qu’elle est bien plus engagée dans cette affaire qu’on ne l’a dit un mois plus tôt.

36 « En Angleterre, les ministres étaient harcelés par les pétitions et les mémoires en faveur de l’Arménie, et le cabinet de Lloyd George était souvent embarrassé par les requêtes précises faites au Parlement. » R. Hovannisian, 1982, p. 435.

37 Le 21 février 1920, le Times évoque l’organisation de meetings à Londres et dans le reste du pays. Le 4 mars, il annonce l’organisation par le British Armenia Committee d’une grande réunion à Caxton Hall pour demander « la libération immédiate des provinces arméniennes du joug turc », en présence de Lord Bryce et de Aneurin Williams.

38 LNU Archives, MF 417.

39 LNU Archives, MF 417.

40 BNu, Correspondance Arménie, dossier XXVI, mars-mai 1921, lettre de Boghos Nubar à A. de Morsier, secrétaire général de la Ligue internationale philarménienne, 25 avril 1921.

41 LNU Archives, MF 417.

42 Il s’agit sans doute d’un des nombreux comités spécialisés de la LNU, à distinguer de l’« Eastern Committee » du War Cabinet qui prend en charge la question arménienne à partir de mars 1918. Lord Cecil et Lord Curzon en sont membres. Voir M. Tusan, 2017, p. 169. Le Near Eastern Settlement Committee travaille avec le Comité exécutif de la LNU. Ainsi, le 24 mai 1922, après rédaction d’un mémorandum, il recommande que les différends entre la Grèce et « Angora », et l’éventuelle révision du traité de Sèvres, soient transmis au Conseil de la SDN. LNU Archives, MF 417.

43 J. Campbell, 1977, p. 22 ; C. Birebent, 2007, p. 241-242.

44 Bulletin de l’Association française pour la SDN, no 3, février-mars 1919.

45 « Chronique », La Paix par le Droit, février 1921.

46 « Chronique », La Paix par le Droit, mai 1921.

47 J.-C. Allain et al., 2005, p. 311.

48 « Minorités en Asie Mineure », La Paix par le Droit, juillet-août 1921.

49 T. Ruyssen, 1922.

50 La Paix par le Droit, décembre 1922.

51 F. Macler, 1922.

52 M. Tusan, 2017, p. 237.

53 La relation que Lord Cecil fait des interventions relatives à l’Arménie devant l’assemblée générale en novembre 1920, dans son autobiographie est singulière. Alors que la SDN a été impuissante, il met en avant le rôle de l’assemblée, sa volonté de manifester un « esprit de corps ». Lord R. Cecil, 1941, p. 113.

54 M. Tusan, 2017, p. 238.

55 C. Laderman, 2015, p. 693.

56 BNu, Correspondance Arménie, dossier XVIII, juin-juillet 1919.

57 BNu, Correspondance Arménie, dossier XVIII, juin-juillet 1919.

58 BNu, Correspondance Arménie, dossier XVIII, juin-juillet 1919.

59 BNu, lettre du 27 janvier au secrétaire administratif de l’AFSDN, dossier XX, février-mars 1920.

60 LNU Archives, MF 417. On ne trouve pas trace du rapport.

61 Pierre Quillard (1864-1912), secrétaire général de la Ligue des droits de l’homme, rédacteur en chef du journal Pro Armenia.

62 A. Vahramian, 2004 ; E. Naquet, 2013.

63 S. Prévost, 2016.

64 J. Bryce, A. Toynbee, 1917 et 2012.

65 M. Tusan, 2017, p. 153.

66 BNu, Correspondance Arménie, dossier XX, lettre du 8 janvier 1920 à Lord Bryce

67 E. Gzoyan, 2011.

68 Henri La Fontaine (1854-1943), homme politique, pacifiste et féministe belge, Prix Nobel de la Paix en 1913.

69 Société des Nations - Actes de la 1re Assemblée, 1920, LSE.

70 H. Bozarslan et al., 2015, p. 322-323.

71 BNu, Correspondance Arménie, dossier XXIV, août-novembre 1920, « Principes et considérations relatifs au projet de la constitution de la Ligue internationale philarménienne », 6-7 juillet 1920.

72 BNu, Correspondance Arménie, dossier XXV, 1er décembre 1920 - 28 février 1921, copie d’une lettre adressée à Walter George Smith, 20 janvier 1921.

73 V. Pastakean, 1923, p. 69.

74 Léon Gumuchguerdan ou Léon Guerdan (1886-1949), intellectuel et militant arménien, membre du conseil de l’UGAB.

75 Archag Tchobanian (1877-1954), personnalité du mouvement arménophile en France, fondateur de la revue littéraire en arménien Anahide.

76 Bulletin de l’Union internationale des Associations pour la SDN, 6e conférence, Prague, 4-7 juin 1922.

77 On note aussi la présence d’une Association nationale turque pour la SDN dont le siège est à Constantinople, qui est présentée dans la section Europe.

78 Alexandre Khatissian (1874-1945), homme politique arménien, premier ministre de la République d’Arménie en 1919-1920 (entre autres fonctions), succède à Avédis Aharonian comme président de la délégation de la République d’Arménie.

79 La Contemporaine (Nanterre), Fonds Prudhommeaux, UIASDN, 9e Assemblée plénière, Varsovie, 1925 : Traitement équitable des Étrangers et Émigration. Rapport général sur les travaux de la commission spéciale.

80 V. Pastakean, 1923, p. 69. Une Association arménienne pour la Ligue des droits de l’homme existe avant 1914. E. Naquet, 2009.

81 Annuaire de la Société des Nations, 1920-1927.

82 Bulletin hebdomadaire du GUSDN, no 16, 21 mai 1925.

83 S. Sierpowski, 1983, p. 176.

84 D. Kévonian, 2015.

85 D. Kévonian, 2015, p. 185.

86 E. Naquet, 2013, p. 53.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 Publicité parue dans The Times du 26 janvier 1920
URL http://journals.openedition.org/eac/docannexe/image/2173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Birebent, « Militer pour l’Arménie et la Société des Nations », Études arméniennes contemporaines, 12 | 2019, 91-119.

Référence électronique

Christian Birebent, « Militer pour l’Arménie et la Société des Nations », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 28 février 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/eac/2173 ; DOI : 10.4000/eac.2173

Haut de page

Auteur

Christian Birebent

Institut des Sciences sociales du Politique - UMR 7220

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals