Navigation – Plan du site
Études

La Russie de Vladimir Poutine et l’intégration économique de l’espace post-soviétique

Vladimir Putin’s Russia and economic integration of the post-soviet space
Lilit Vardanyan
p. 27-42

Résumés

Cet article analyse la politique russe vis-à-vis des anciennes républiques socialistes soviétiques devenues indépendantes en 1991 et qui ont initié des processus de rapprochement avec des organisations internationales d’émanation occidentale, comme l’OTAN et l’Union européenne. Il mesure notamment les enjeux politiques et stratégiques de l’extension en cours de l’Union douanière à ces États, défendue par l’actuel président russe Vladimir Poutine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lancé en 2004, la PEV visait à améliorer les relations de l’UE avec ses voisins afin d’assurer la s (...)
  • 2 « Signatures and declarations at the third Eastern Partnership summit », Vilnius, 29 novembre 2013, (...)
  • 3 « The RA president Serzh Sargsyan’s remarks at the press conference on the results of the negotiati (...)
  • 4 « Украина не будет подписывать соглашение с Евросоюзом » [Ukraïna ne boudet podpisyvat’ soglachenie (...)
  • 5 « Il est clair que cette démarche [le rejet de la signature de l’accord d’association par l’Ukraine (...)

1Les 28 et 29 novembre 2013, Vilnius accueillait le troisième sommet du Partenariat oriental (PO) de l’Union européenne, une des trois formes de coopération régionale de la Politique européenne de voisinage (PEV)1 qui compte six États anciennement soviétiques (l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Géorgie, l’Ukraine, la Biélorussie et la Moldavie). Le remplacement des accords bilatéraux de partenariat et de coopération en vigueur par des accords d’association plus ambitieux, avec un volet commercial portant sur la création des zones de libre-échange, était à l’ordre du jour du sommet. Mais seules la Géorgie et la Moldavie ont finalement paraphé les accords d’association2. L’Azerbaïdjan a signé un accord de facilitation du régime des visas, alors qu’aucun progrès n’a été enregistré pour l’Arménie, l’Ukraine et la Biélorussie, ces trois États étant pays candidat (dans le cas de l’Arménie), pays observateur (pour l’Ukraine) ou pays membre (pour la Biélorussie) de l’Union douanière (UD), une plateforme d’intégration économique proposée par Moscou dans le cadre de la Communauté économique eurasiatique (CEEA). Les jours et les heures qui ont précédé le sommet en question ont été très tendus. L’Arménie, puis l’Ukraine, ont renoncé à la signature de l’accord d’association avec l’UE. Le 3 septembre 2013, à la grande surprise des Européens, le président arménien, en visite de travail à Moscou, a signé avec son homologue russe une déclaration commune, dans laquelle il a annoncé la volonté de son pays de faire partie de l’Union douanière et de l’Espace économique uni. Une décision « raisonnable, qui correspond aux intérêts nationaux de l’Arménie », selon Serge Sarkissian3. À son tour, le gouvernement ukrainien, une semaine avant le sommet de Vilnius, a reporté la préparation de la signature de l’accord avec l’Union européenne (UE) jusqu’à ce que Bruxelles et Kiev se mettent d’accord sur les « circonstances normales » d’attribution d’une aide financière à l’Ukraine4. Si l’Arménie et l’Ukraine expliquent leur choix par leurs intérêts économiques et stratégiques, les responsables européens évoquent une pression sur les dirigeants arménien et ukrainien, de la part de Moscou, afin de les attirer vers l’intégration économique dans le cadre de l’espace post-soviétique5.

2Du fait de leur ampleur, ces événements placent sous le feu des projecteurs les récents projets d’intégration eurasiatique promus par Vladimir Poutine et, au-delà, la question du statut et du rôle de la Russie dans l’espace ex-soviétique. Ces problématiques ne sont toutefois pas nouvelles. Elles trouvent leurs origines dans l’immédiat après-URSS et deviennent, à Moscou, des questions centrales dès la seconde moitié des années 1990. L’accession de Vladimir Poutine au pouvoir, en 1999, et son maintien depuis, voient l’accentuation de cette tendance et l’affirmation d’une stratégie qui vise à maintenir et/ou augmenter l’influence politique et économique de la Russie sur son « étranger proche » (selon l’expression utilisée alors à Moscou). L’objectif de cet article sera d’analyser ce processus. Nous reviendrons d’abord sur les aspects centraux de la politique extérieure russe des années 1990, afin, en particulier, d’expliquer l’évolution de la vision russe des pays de la CEI, puis nous étudierons la stratégie eurasiatique de Vladimir Poutine et les différentes étapes de ce que nous identifions comme un processus d’intégration économique.

La politique étrangère russe de Boris Eltsine à Vladimir Poutine : l’évolution de la place de l’« étranger proche »

  • 6 Yann Breault, Pierre Jolicœur et Jacques Lévesque, La Russie et son ex-empire. Reconfiguration géop (...)
  • 7 Jacques Lévesque, « La gestion de l’ancien Empire ou les vestiges de la puissance », Critique inter (...)
  • 8 Julien Zarifian, « Les relations entre les États-Unis et la Russie, ou la perpétuelle recherche d’u (...)
  • 9 Evgueni Primakov, Au cœur du pouvoir. Mémoires politiques, traduit du russe par Galia Ackerman et J (...)
  • 10 Thomas Gomart, « Vladimir Poutine ou les avatars de la politique étrangère russe », Politique étran (...)

3Après la chute de l’URSS et l’apparition immédiate de nouveaux acteurs géopolitiques dans l’espace post-soviétique, l’influence russe sur ce territoire a été très vite remise en cause. Mais si aujourd’hui la Russie, pour des raisons stratégiques et économiques évidentes, tient beaucoup à maintenir un statut permanent dans son « étranger proche », cela n’a pas toujours été le cas, notamment au début des années 1990. Convaincu que l’héritage soviétique et les républiques de la périphérie ralentissaient la modernisation de l’État russe, Boris Eltsine, le premier président russe, a, durant son premier mandat, privilégié le vecteur européen et la relation avec les États-Unis dans sa politique extérieure, repoussant la Communauté des États Indépendants (CEI) – toutefois créée – au deuxième plan6. Cette approche, posant la question de l’identité russe, du rôle et de la place de la nouvelle Russie dans le monde, correspondait à la doctrine d’Andreï Kozyrev, ministre des Affaires étrangères entre 1992-1996, et des « Occidentalistes », alors dominants au Kremlin7. Mais la guerre en Tchétchénie et les vives critiques occidentales du gouvernement russe pour son traitement musclé du conflit tchétchène, ainsi que le plan d’élargissement de l’OTAN vers l’Europe de l’Est ou encore le conflit en Yougoslavie, ont contraint Eltsine à changer de stratégie8. Ce n’est, donc, qu’en 1996, à l’arrivée d’Evgueny Primakov à la tête de la diplomatie russe, que le concept d’« étranger proche » est mis en avant. L’intégration diversifiée, dans le cadre de la CEI, et la formation d’un noyau hautement intégratif des États les plus intéressés à participer à un projet de rapprochement de la Russie et des anciens pays soviétiques, ont constitué les bases de ce concept. D’autres éléments proposés par Primakov ont servi de fondement pour la nouvelle stratégie de la politique étrangère russe, dont, notamment, celles de la priorité des intérêts russes et du rejet du rôle de « petit frère » afin de nouer des relations sur un pied d’égalité avec l’Occident, tout en évitant la dégradation de ces relations9. Dans sa logique de vision d’un monde multipolaire, il proposait également de mener une politique multivectorielle, de rechercher de nouveaux partenaires à l’Est et de poursuivre l’intégration économique de la Russie dans le nouveau monde globalisé. Ces certitudes, mixées avec certains aspects de la doctrine pro-occidentale de Kozyrev, ont été reprises pas Vladimir Poutine qui, contrairement à son prédécesseur, participe personnellement à l’élaboration de la politique extérieure du pays10. Plus équilibrée pour les uns, plus pragmatique pour les autres, la stratégie poutinienne a donné un « coup de pouce » au processus d’intégration au sein de la CEI dès le début des années 2000.

  • 11 Dmitri Trenine, « Le quatrième vecteur de Vladimir Poutine. Politique étrangère russe : qu’est-ce q (...)
  • 12 Dans l’analyse géopolitique des rivalités de pouvoir sur un territoire donné, le rôle personnel des (...)
  • 13 Hélène Carrère d’Encausse, La Russie entre deux mondes, Paris, Arthème Fayard/Pluriel, 2010, p. 327 (...)
  • 14 Il est fait référence ici aux « gestes de bonne volonté » de la Russie après le 11 septembre, à sav (...)
  • 15 Pour mener sa guerre contre le terrorisme international, approuvée par la Russie, Washington a envo (...)
  • 16 Voir Anastasia Mitrofanova, « La géopolitique dans la Russie contemporaine », Hérodote, 2012/3 no 1 (...)
  • 17 Alexandre Douguine, Le Prophète de l’eurasisme, Paris : Avatar, 2006, p. 29.

4Depuis déjà plus d’une décennie, Poutine dirige directement ou indirectement la Fédération de Russie. Il a été tour à tour premier ministre de Boris Eltsine, président, premier ministre de Dimitri Medvedev (tout en conservant, selon la plupart des observateurs, la mainmise sur le pouvoir11), puis président à nouveau, depuis mai 2012. Ses conceptions et sa personnalité12 ont déterminé les choix intérieurs et extérieurs russes tout au long de cette période. Hélène Carrère d’Encausse met en évidence un élément caractéristique de sa vision du monde. Dans son livre La Russie entre deux mondes13, elle montre comment Poutine est arrivé à son choix eurasiatique dans la définition de l’identité et de l’intérêt national russes. Selon elle, c’est une double identité de son pays, à la fois asiatique et européenne, qu’il voulait affirmer. Au début de son mandat présidentiel, en 2000, la question qui le préoccupe le plus est la reconnaissance du statut de puissance de la Russie et que celle-ci soit respectée et considérée comme un égal par les États décideurs sur la scène internationale. En faisant quelques gestes de bonne volonté14 et en acceptant une certaine ouverture à l’Occident de ses alliés15 Poutine envisage un temps, selon H. Carrère d’Encausse, de se rapprocher de l’Alliance atlantique et des États-Unis. Mais la vague des révolutions de couleur (Géorgie, Ukraine, Kirghizstan) de la première moitié des années 2000, les plans européens de diversification des approvisionnements énergétiques au détriment de la Russie et ceux de l’élargissement de l’OTAN et de l’UE, ainsi que les décisions politiques et militaires prises plus ou moins unilatéralement par les États-Unis, comme la guerre en Irak en 2003, l’ont conduit à se retourner, dès les années 2003-2004, vers le concept d’Eurasie, au sein duquel l’espace post-soviétique occupe une place centrale. Conseillé par Alexandre Douguine – personnage souvent provocateur et très controversé, qui dirige depuis 2003 le mouvement eurasiste16 – Poutine semble convaincu que l’eurasisme offre un équilibre raisonnable entre l’idée nationale russe et les droits de nombreux peuples habitant la Russie et plus largement l’Eurasie17.

La stratégie poutinienne d’intégration politique, économique et sécuritaire dans l’espace post-soviétique

  • 18 Jacques Lévesque, « La gestion de l’ancien Empire… », art. cit., p. 162.
  • 19 Voir Vicken Cheterian, « L’Asie centrale… », art. cit. ; Frederick Starr et Svante E. Cornell, The (...)
  • 20 Voir le site officiel du GUAM, http://www.guam-organization.org/en/node.

5Mais les efforts de Vladimir Poutine n’ont pas abouti aux résultats souhaités, essentiellement du fait de la réticence des anciennes républiques soviétiques vis-à-vis d’une réintégration politique, sécuritaire et économique avec Moscou. Déjà en 1991, lors de la formation de la CEI, seules onze des quinze anciennes républiques y ont adhéré (certaines attendront jusqu’en 1993 et 1994 pour le faire), les trois États baltes et la Géorgie refusant d’en faire partie. Bien que la Géorgie ait finalement intégré la Communauté en 1993, son parlement a, juste après la guerre russo-géorgienne d’août 2008, massivement voté la fin de son adhésion à une organisation au sein de laquelle, de toutes les façons, elle n’avait jamais été réellement active. Selon Jacques Lévesque, Moscou était le premier responsable de cette situation. Tout d’abord, le gouvernement Eltsine a commis une erreur en essayant de promouvoir l’intégration dans un ensemble en pleine désintégration, et en souhaitant cette intégration à la condition qu’elle ne freine pas la transition de la Russie vers l’économie de marché, alors même que la plupart des républiques de la CEI n’en avait pas encore pris le chemin. Ensuite, le gouvernement russe a pris des décisions unilatérales en matière de politique monétaire, provoquant une inflation astronomique dans tout l’espace post-soviétique18. Cette même réticence est constatable également en matière d’intégration sécuritaire et économique. Ces deux éléments centraux ont été mis en avant dès le début de la dislocation de l’URSS, quand il s’est agi de définir la nature des liens entre Moscou et les républiques nouvellement indépendantes. Si le vide économique consécutif à la chute de l’État soviétique a été comblé, au moins partiellement, par les grands acteurs occidentaux19, la responsabilité de la sécurité, notamment dans les zones de conflits dits gelés, est demeurée essentiellement à la charge de la Russie et du pacte de sécurité collective signé en 1992, à Tachkent, dans le cadre de la CEI. En 2002, ce pacte a été reconduit et baptisé Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), qui regroupe aujourd’hui six membres (Russie, Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizstan et Tadjikistan). Ainsi, l’OTSC n’est jamais devenu une organisation semblable à l’OTAN, comme on le souhaitait à Moscou. Cependant, un regroupement alternatif à ce pacte – le GUAM – créé en 1996 par la Géorgie, l’Ukraine et l’Azerbaïdjan, devenu GUUAM en 1999 avec l’adhésion de l’Ouzbékistan, puis de nouveau GUAM en 2001, quand l’Ouzbékistan s’en est retiré, existe. Bien que le GUAM n’ait donné lieu à aucune réalisation concrète, ou peu s’en faut, car limité par le manque de moyens et d’objectifs communs précis, il constitue tout de même un défi pour la Russie dans la mesure où l’organisation est soutenue par les États-Unis20.

  • 21 « Положение о статусе наблюдателя при Евразийском экономическом сообществе » [Polojenie o statoussé (...)

6En ce qui concerne l’intégration économique et la création d’une plateforme unie dans le cadre de la CEI, c’est en octobre 2000, à Astana, que le Conseil interétatique de la Russie, de la Biélorussie, du Kazakhstan, du Tadjikistan et du Kirghizstan s’est constitué en Communauté économique eurasiatique (CEEA). L’Ouzbékistan a bien rejoint la CEEA en 2006, mais, toujours incertain dans ses choix, s’en est retiré deux ans plus tard. En 2002, la Moldavie, l’Ukraine et, en 2003, l’Arménie ont obtenu le statut d’observateur auprès de cette organisation. Ce statut leur permet d’assister aux réunions officielles, d’avoir accès aux documents élaborés par la CEEA et de prendre connaissance des décisions prises par ses dirigeants, mais ne leur donne pas de droit de vote lors des processus de prise de décisions. Ils ne peuvent signer aucun document officiel de la CEEA et ne profitent pas non plus des avantages tarifaires et commerciaux octroyés aux pays membres21.

  • 22 « Кirghizstan/Union douanière : une feuille de route adoptée en 2013 », 3 avril 2013, RIA Novosti, (...)

7Cependant, lorsqu’en octobre 2007 le Conseil interétatique, l’organe suprême de la CEEA, formé par les présidents des pays membres, a voulu passer à l’étape suivante de l’intégration et signer un document définissant les bases juridiques de l’Union douanière (UD), seuls trois États membres de la CEEA (Russie, Biélorussie et Kazakhstan) ont adhéré. C’est en septembre 2013, six ans après la création de l’UD, que les candidatures de l’Arménie, du Tadjikistan et du Kirghizstan sont à l’ordre du jour22.

8C’est donc essentiellement sur la base des relations bilatérales que la Russie avait construit jusqu’ici ses relations avec les États de la CEI. Ce n’est qu’en octobre 2011, à Saint-Pétersbourg, que ce régime de libre-échange quelque peu « anarchique » a été régularisé par un accord portant sur la création d’une zone de libre-échange. Cet accord a remplacé un certain nombre d’accords multilatéraux et environ une centaine d’accords bilatéraux, et il a simplifié le cadre juridique des relations commerciales et économique entre les neuf pays signataires, en instaurant une base solide pour leur éventuelle intégration à l’UD.

  • 23 Jean-Sylvestre Mongrenier, « Vilnius et le Partenariat oriental de l’Union européenne : les enjeux (...)
  • 24 Dmitri Trenine, « Le quatrième vecteur… », art. cit., p. 77.
  • 25 La tribune publiée par Vladimir Poutine sur l’Union eurasienne en octobre 2011, à la veille des éle (...)

9Le retour de Vladimir Poutine au poste de président de la Fédération de Russie pour son troisième mandat, en 2012, a ouvert un nouveau cycle de la politique étrangère russe gardant pour horizon prioritaire le cadre territorial de l’ex-URSS. Le plaidoyer en faveur d’une Union eurasiatique s’inscrit dans une conception géopolitique particulière du rôle de la Russie, qui correspond aux choix défendus par Vladimir Poutine depuis de longues années23. Ainsi que nous l’avons déjà souligné, dès son arrivée au pouvoir, un de ses objectifs était la reconnaissance de la Russie en tant que puissance mondiale, en tant que l’un des pôles du monde multipolaire du début du xxie siècle. Fidèle à cette logique, Poutine semble désormais convaincu que ce sont les alliances économiques ou/et politiques régionales qui vont constituer les pôles du monde de demain, et que la géopolitique de demain sera celle des alliances. Cette vision est fondée sur une représentation particulière des relations internationales : dans le monde nouveau, c’est l’intérêt de groupe qui prime. Selon Dmitri Trenin, directeur du Centre Carnegie de Moscou, de toute évidence, Vladimir Poutine a tiré une grande leçon de la crise économique mondiale, l’intégration régionale étant désormais plus prometteuse à ses yeux que la mondialisation24. Une ligne dont il n’a pas dévié depuis : l’Espace économique commun (EEC) de ces trois pays (Russie, Biélorussie, Kazakhstan) est officiellement en vigueur depuis 2012, et une Union économique eurasienne complète est censée voir le jour en 201525.

  • 26 À en croire Poutine et Nazarbaïev, le président du Kazakhstan, l’Inde et la Turquie ont manifesté l (...)
  • 27 Aïdos Sarym, politologue kazakh, dans une interview à Vesti Azerbaïdjan expliquait: « Pour le Kazak (...)
  • 28 De son côté, le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, avait déclaré lors d’une rencon (...)

10On notera toutefois que, si le processus d’intégration visait à l’origine à la création d’un noyau au sein de l’espace post-soviétique, la nouvelle plateforme proposée est, théoriquement, ouverte à tous les États qui souhaitent en faire partie26. Un processus d’adhésion, s’appuyant sur le principe du consensus, a été élaboré : il est sensé prendre en compte les intérêts de chacun des pays membres. Mais on peut s’interroger sur la crédibilité de ce processus. On a, en effet, par exemple, observé une opposition kazakhe et biélorusse à l’adhésion de l’Arménie à l’UD27. De fait, les deux États n’ont pas hésité à faire référence au conflit du Karabagh, entre l’Azerbaïdjan et la partie arménienne, pour justifier leur opposition28 et obtenir plus d’avantages de Moscou, qui est visiblement le plus intéressé par une participation de l’Arménie à l’UD.

11Pour mieux comprendre ces réticences des républiques, il est nécessaire d’examiner quelles sont les vocations de ces plateformes et ce qu’elles proposent précisément aux pays membres.

La CEEA, l’UD, l’EEU, l’UEEA29 : les étapes concrètes de l’intégration économique

  • 29 CEEA (Communauté économique eurasiatique), UD (Union douanière), EEU (Espace économique uni), UEEA (...)

12Ces acronymes d’organismes ou d’institutions post-soviétiques symbolisent, en quelque sorte, les quatre étapes principales du processus d’intégration et de constitution de l’espace économique eurasiatique impulsé par Vladimir Poutine.

  • 30 Договор об учреждении Евразийского Экономического Сообщества [Dogovor ob outchrejdenii Evraziïskogo (...)

13La première étape a commencé en 2000, avec la création de la Communauté économique eurasiatique (CEEA). Celle-ci a pour vocation « la promotion de la coopération économique et commerciale, ainsi que la préparation de la formation de l’Union douanière (UD) et de l’Espace économique uni (EEU) afin de coordonner l’intégration des pays membres de la CEEA dans l’économie mondiale et dans le système commercial international »30.

  • 31 Alekseï Vlasov, Alexandre Karavaev, Yulia Yakucheva, « Перспективы взаимодействия Армении и стран е (...)

14Selon un rapport analytique préparé par le centre de recherche russe « Nord-Sud », en dix ans d’existence, le volume des échanges commerciaux entre les pays membres de l’organisation aurait été multiplié par trois, de 31 milliards de dollars en 2001 à 95,2 milliards de dollars en 201031. Compte tenu de la part considérable des hydrocarbures dans ces échanges et de l’évolution tout aussi considérable de leur prix sur le marché international pendant la dernière décennie, il faut néanmoins relativiser ces chiffres.

15La deuxième étape du projet, concrétisée plusieurs années après la première, en 2010, avec la création de l’Union douanière, faisait suite à la signature par les présidents des pays membres de l’accord de Douchanbé, la capitale du Tadjikistan, en 2007, définissant la base juridique de l’UD. L’UD « est une forme d’intégration commerciale et économique, qui offre un territoire douanier commun, au sein duquel aucune restriction de caractère économique et aucune taxe douanière ne s’appliquent, à l’exception de protections spéciales et de mesures antidumping32 et compensatoires »33. C’est l’Union douanière, qui prévoie les fameux mécanismes communs de régulation économique basés sur le principe du marché et sur l’application de normes juridiques coordonnées en vue d’harmoniser la politique commerciale, douanière, fiscale et monétaire des pays membres. Cette étape d’intégration avancée comprend également la formation d’institutions supranationales et, en premier lieu, de la Commission de l’UD.

  • 34 « Le volume des échanges mutuels entre la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan », infographie su (...)
  • 35 Il faut toutefois prendre en compte, ici, les 17 millions de km2 du territoire de la Russie et sa p (...)

16Après avoir enregistré une augmentation de 45,5 % des échanges par rapport à 201034, les pionniers de l’intégration économique sont passés en 2012 à la troisième étape du projet : l’établissement de l’Espace économique uni. L’EEU regroupe les territoires des pays membres de l’UD, soit plus de 20 millions de km2, avec une population d’environ 170 millions d’habitants (2012)35. Les mécanismes communs qui opèrent sur ce vaste ensemble sont conçus pour garantir la libre circulation des biens, des services, du capital et de la main-d’œuvre.

17La quatrième étape, prévue pour 2015, finalisera cette intégration pour aboutir à la création de l’Union économique eurasiatique (UEEA).

  • 36 « Il a fallu 40 ans aux Européens pour passer de la CECA à l’Union européenne. La mise en place de (...)

18Il est clair que l’expérience mondiale, et notamment européenne, a été largement prise en compte par ceux qui ont élaboré ce projet géopolitique d’envergure36. Si l’on tient compte de la désorganisation économico-politique de l’ancien espace soviétique des années 1990, mais aussi de la perte d’influence de la Russie dans cet espace et dans cette période, il faut admettre que ce projet a relativement bien avancé. Mais, outre un net ralentissement dans les années 2000 et quelques défections parmi les États anciennement soviétiques, il a rencontré quelques difficultés et montre des limites, en laissant, notamment, parfois penser qu’il ne prend pas véritablement en compte la spécificité et la diversité de l’espace post-soviétique.

Difficultés et fragilités du nouveau projet d’intégration

  • 37 Mohammad-Reza Djalili et Thiery Kellner, « L’Asie centrale, terrain de rivalité », Le courrier des (...)
  • 38 L’activation de la « diplomatie publique » [poublitchnaya diplomatia, expression russe pour désigne (...)

19Bien que l’UD et l’EEU aient été déclarés ouverts à tout pays, il est évident que le cadre territorial de l’ex-URSS est visé en premier lieu, comme en atteste l’utilisation constante et unique de la langue russe dans les documents officiels et de travail de ces deux structures. Mais cet espace se divise désormais en nouvelles zones d’influence, dont la plupart se sont formées, ces vingt dernières années, au détriment de la Russie. Parfaitement consciente de cette concurrence euro-atlantique, turque et chinoise37 sur la quasi totalité des territoires ex-soviétique, la Russie a accéléré sa politique d’intégration et n’hésite pas à recourir à toute sorte de moyens pour faire aboutir son projet. Si la politique étrangère russe a recours au soft power et montre qu’elle sait agir par la persuasion38, les leviers de pression « traditionnels » économique, politique ou militaire – le hard power – restent encore dominants. C’est surtout à l’aide de ces derniers que la Russie essaye, jusqu’aujourd’hui, de construire ces projets d’intégration.

  • 39 « Armenia-Kazakh Relations on High Level », News.am, 11 janvier 2012.
  • 40 Voir l’interview d’Aïdos Sarym à Vesti Azerbaïdjan, 4 septembre 2013, http://www.vesti.az/news/1720 (...)

20Sur le plan institutionnel, l’Union douanière est de fait une forme d’intégration interétatique, qui prévoie la création d’instances supranationales et l’établissement d’une politique commerciale harmonisée et coordonnée non seulement dans le cadre de l’UD et de l’EEU, mais également lors des échanges avec des pays tiers. Des problèmes peuvent se poser si ce ne sont pas des intérêts communs qui servent de force unificatrice ou si des divergences, politiques ou géopolitiques, existent entre deux ou plusieurs des pays membres. C’est notamment le cas, comme nous l’avons évoqué plus haut, de l’Arménie et du Kazakhstan. Bien que ces deux pays entretiennent des relations cordiales, facilitées par la présence de plusieurs dizaines de milliers d’Arméniens au Kazakhstan39, les autorités kazakhes tiennent à marquer leur proximité avec le monde turc en général et l’Azerbaïdjan40, alors même que l’Arménie est en état de guerre avec Bakou, dans le cadre du conflit « gelé » du Haut-Karabagh.

  • 41 L’Arménie est le pays candidat le plus sensible à cette question, pour lequel le choix entre l’UE e (...)
  • 42 Kuzmina Elena, « ТС и ЕЭП в контексте отношений между Россией и Южным Кавказом », [TS i EEP v konte (...)

21Dans un autre registre, le système de prise de décisions dans le cadre des organes suprêmes, bien que fondé sur le consensus, semble peu convaincant. C’est surtout le cas pour les opposants à l’intégration économique eurasiatique au sein des pays membres ou des pays candidats à l’EEU41, dans la mesure où ce système propose une aliénation, ou, en tout cas, une diminution de la souveraineté nationale au profit d’autres structures centrales. Or, dans l’espace post-soviétique, les organes centraux n’ont pas spécialement bonne réputation et ont tendance à rappeler de mauvais souvenirs, surtout quand ils sont plus ou moins ouvertement dominés par la Russie. Conscient de cette situation, le gouvernement russe a lancé un appel d’offre pour une étude sur les possibilités de création des instances supranationales dans le cadre de la nouvelle Union eurasiatique42. En revanche, les pays ex-soviétiques semblent plus motivés par l’accord pour la création d’une zone de libre-échange au sein de la CEI, évoqué plus haut dans cet article : pas moins de neuf membres de la CEI (Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, Moldavie, Russie, Ukraine, Kirghizstan, Tadjikistan et Ouzbékistan) l’ont signé. De fait, par rapport à l’Union douanière, une zone de libre-échange laisse une autonomie totale aux pays membres en matière d’établissement de leurs politiques commerciales.

  • 43 « Быть или не быть Евразийскому союзу к 2015 » [Byt’ ili ne byt’ Evraziïskomu soïuzou k 2015], tabl (...)
  • 44 Ibidem.

22Un autre point qui rend fragiles le processus et ses perspectives à long terme, selon Elena Kuzmina, experte au Centre de recherche post-soviétique de l’Institut d’économie de l’Académie des sciences russe, c’est son imprévisibilité. L’Union eurasiatique, projet éminemment politique, car impliquant des choix géopolitiques et réaffirmant une sphère d’influence géopolitique, n’existera vraiment et ne sera pérenne, on peut le supposer, que si en Russie, en Biélorussie et au Kazakhstan les dirigeants et leurs positions ne changent pas43. D’après un autre expert, Sergueï Mikheev, directeur du Centre de la conjoncture politique, le leadership constitue jusqu’ici la base des plateformes et les perspectives du processus sont trop attachées aux personnalités des dirigeants des pays dont il est question44. En d’autres termes, tout changement de régime dans ces pays pourrait impliquer leur remise en question.

  • 45 « Казахстан и Евросоюз подпишут новое соглашение о сотрудничестве » [Kazakhstan i Evrosoïuz podpich (...)
  • 46 Elena Egorova, « Младший Лукашенко поиграл с Путином в войну » [Mladchiï Loukachenko poigral s Puti (...)

23Cela semble particulièrement vrai dans le cas du Kazakhstan et de la Biélorussie. La personnalité des présidents de ces deux républiques joue ici un rôle central. Les deux hommes sont issus de la nomenklatura soviétique. Ils sont habitués à l’autorité, comme composante centrale d’un système politique totalitaire à parti unique, doté d’un chef tout-puissant. La prise de décision gouvernementale est souvent la simple expression de leur volonté ou de leurs intérêts personnels. Noursultan Nazarbaïev, président kazakh depuis 1990, réélu à ce poste pour la cinquième fois en 2011, a commencé sa carrière politique en 1984, en tant que président du Conseil des ministres de la RSS kazakh. Au pouvoir depuis la chute de l’URSS, soit depuis 23 ans, cet homme n’a pas hésité à réécrire la Constitution du pays pour pouvoir se déclarer le coauteur de l’hymne national. Malgré l’établissement d’un régime ultra-conservateur, il arrive à entretenir de bonnes relations non seulement avec la Russie, mais également avec l’UE, dont les investissements dans l’économie kazakhe s’élèvent à près de 80 milliards de dollars45. Mais dans le domaine le plus rentable de son économie, l’énergie, Nazarbaïev préfère mener une politique coordonnée avec la Russie, dans le cadre de la Commission économique eurasiatique, organe centrale de l’EEU. Et ce n’est pas un hasard : dès 1994, quand les pays de la CEI cherchaient à créer une union économique, Nazarbaïev a été le premier à proposer un projet d’Union eurasiatique dotée d’une monnaie unique, le rouble, et d’un commandement militaire intégré. Cela explique l’enthousiasme avec lequel il a soutenu Vladimir Poutine à ses débuts. Si le président kazakh est depuis longtemps ancré dans ce choix, l’opposition du pays, où, d’ailleurs, la jeunesse est largement présente, et quelques sociétés métallurgiques n’en ont pas moins demandé, début 2013, la tenue d’un référendum pour sortir de l’Union douanière. Cette demande n’a pas abouti, mais tend à démontrer qu’un éventuel changement à la tête du pouvoir pourrait engendrer un recentrage de la politique nationale au détriment de l’Union économique eurasiatique. En ce qui concerne la Biélorussie, son président Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994 et souvent qualifié de « dernier dictateur d’Europe », est trop dépendant de la Russie en matière énergétique pour pouvoir même envisager une stratégie indépendante. Bénéficiant des tarifs plus avantageux et ne disposant pas de moyens financiers pour payer les importations d’hydrocarbures russes à un prix plus élevé, Loukachenko a tout intérêt à ménager ses relations personnelles avec l’élite politique russe46.

*

  • 47 « Le Concept de la politique étrangère de la Fédération de Russie », Moscou, février 2013, http://w (...)
  • 48 Il est fait référence ici des ressources de persuasion du soft power, telles qu’expliquées dans : J (...)

24L’intégration de l’espace eurasiatique, qui débute véritablement au début des années 2000, est redevenue, après une période de retrait relatif, une priorité de la politique étrangère russe dès le début du troisième mandat présidentiel de Vladimir Poutine. Le nouveau concept de la politique étrangère de la Fédération de Russie, entériné par le président en février 201347, confirme sa volonté de redynamiser le processus d’intégration dans le cadre de la CEI. En étudiant de près la structure des plateformes d’intégration, ainsi que la stratégie russe de leur promotion auprès des pays de l’espace post-soviétique, on peut constater que les efforts de la Russie pour asseoir son influence dans cet espace paient de plus en plus. L’Ukraine, tout comme l’Arménie il y a quelques mois, semble s’être rapprochée de la sphère d’influence politico-économique russe, au détriment de celle de l’Europe. Mais les manifestations massives en Ukraine, ainsi que les protestations en Arménie contre le rapprochement avec l’UD et l’EEU témoignent de la fragilité et du manque de confiance dans les rapports entre la Russie et les républiques post-soviétiques. Ainsi, on constate que, malgré les efforts russes en matière de « diplomatie publique », Moscou est encore incapable de persuader la plupart des pays-membres de la CEI de l’attractivité des nouveaux projets d’intégration, sans avoir à user de la force, voir même de la menace directe ou indirecte. Privée de certaines ressources du soft power48 telles qu’une image ou une réputation positives, ou de fers de lance qui, dans les domaines économique, scientifique ou technologique, pourraient redorer son blason, la stratégie russe dans ce domaine repose encore sur l’héritage culturel soviétique et la mémoire historique des sociétés post-soviétiques pour les retenir dans sa sphère d’influence. Et c’est donc surtout à l’aide des leviers économiques ou politiques que la Russie essaye, jusqu’à présent, de modeler l’Eurasie en fonction de ses intérêts. Ce grand projet est, au niveau mondial, une des tentatives de (re-)composition géopolitique les plus significatives de ces vingt dernières années. Malgré des résultats encore limités, et peut-être fragiles, cette politique ambitieuse a permis à la Russie de maintenir un rang qu’elle avait été plusieurs fois, au cours de ces deux dernières décennies, en passe de perdre.

Haut de page

Bibliographie

Breault Yann, Jolicœur Pierre et Lévesque Jacques, La Russie et son ex-empire. Reconfiguration géopolitique de l’ancien espace soviétique, Paris : Presses de Sciences Po, 2003.

Carrère d’Encausse Hélène, La Russie entre deux mondes, Paris, Arthème Fayard/Pluriel, 2010.

Cheterian Vicken, « L’Asie centrale, base arrière américaine », Le Monde diplomatique, février 2003.

Djalili Mohammad-Reza et Kellner Thierry, « L’Asie centrale, terrain de rivalité », Le courrier des pays de l’Est, no 1057, septembre-octobre 2006, pp. 4-16.

Douguine Alexandre, Le Prophète de l’eurasisme, Paris : Avatar, 2006.

Gomart Thomas, « Vladimir Poutine ou les avatars de la politique étrangère russe », Politique étrangère, n3-4, 2003, pp. 789-802.

Lacoste Yves, Dictionnaire de Géopolitique, Paris, Flammarion, 1995.

Lévesque Jacques, « La gestion de l’ancien Empire ou les vestiges de la puissance », Critique internationale, n12, juillet 2001, pp. 159-174.

Mitrofanova Anastasia, « La géopolitique dans la Russie contemporaine », Hérodote, 2012/3 no 146-147.

Nye Joseph S., Soft power: The means to success in world politics, New York : Public Affairs, 2004.

Peyrouse Sébastien, « La présence chinoise en Asie centrale », Les Études du CERI, no 148, septembre 2008, pp. 2-33.

Primakov Evgueni, Au cœur du pouvoir. Mémoires politiques, traduit du russe par Galia Ackerman et Jean-Christophe Thiabaud, Paris : Éditions des Syrtes, 2002.

Starr Frederick et Cornell Svante E., The Baku-Tbilisi-Ceyhan pipeline: Oil window to the West, Uppsala : Uppsala University, 2005.

Trenine Dmitri, « Le quatrième vecteur de Vladimir Poutine. Politique étrangère russe : qu’est-ce qui a changé ? », Russia in global affairs, vol. 11, 2013, pp. 71-82.

Zarifian Julien, « Les relations entre les États-Unis et la Russie, ou la perpétuelle recherche d’un “rythme de croisière”», AFRI (Annuaire Français de Relations Internationales) 2012, septembre 2012, pp. 479-494.

Haut de page

Notes

1 Lancé en 2004, la PEV visait à améliorer les relations de l’UE avec ses voisins afin d’assurer la stabilité et la sécurité à ses frontières. La PEV, qui comptait seize pays partenaires à sa création, est portée depuis 2009 par trois formes de coopération régionale : le Partenariat oriental, l’Union pour la Méditerranée et la Synergie de la mer Noire. La PEV est souvent perçue en rivalité directe avec la Russie, car elle concerne essentiellement d’anciennes républiques soviétiques.

2 « Signatures and declarations at the third Eastern Partnership summit », Vilnius, 29 novembre 2013, Fact sheet 131129/05, European Union External action, http://www.eeas.europa.eu/statements/docs/2013/131129_05_en.pdf.

3 « The RA president Serzh Sargsyan’s remarks at the press conference on the results of the negotiations with the RF president Vladimir Putin », 3 septembre 2013, http://www.president.am.

4 « Украина не будет подписывать соглашение с Евросоюзом » [Ukraïna ne boudet podpisyvat’ soglachenie s Evrosoïuzom], « L’Ukraine ne signera pas d’accord avec l’UE », Kommersant Ukraïna, no193, 22 novembre, 2013, http://kommersant.ua/doc/2349301.

5 « Il est clair que cette démarche [le rejet de la signature de l’accord d’association par l’Ukraine] est une réponse à une série de mesures prises par la Fédération de Russie, à la suite desquelles le commerce bilatéral a été sérieusement réduit et de nombreux citoyens ukrainiens ont été confrontés à des difficultés économiques ». Voir l’interview de Stefan Füle, commissaire européen chargé de l’élargissement et de la PEV, Moscou, 28 novembre, 2013, http://www.interfax.ru/txt.asp?sec=1483&id=343905.

6 Yann Breault, Pierre Jolicœur et Jacques Lévesque, La Russie et son ex-empire. Reconfiguration géopolitique de l’ancien espace soviétique, Paris : Presses de Sciences Po, 2003, p. 26-27.

7 Jacques Lévesque, « La gestion de l’ancien Empire ou les vestiges de la puissance », Critique internationale, n12, juillet 2001, pp. 159-174 (p. 161).

8 Julien Zarifian, « Les relations entre les États-Unis et la Russie, ou la perpétuelle recherche d’un “rythme de croisière”», AFRI (Annuaire Français de Relations Internationales) 2012, septembre 2012, pp. 479-494 (pp. 482-483).

9 Evgueni Primakov, Au cœur du pouvoir. Mémoires politiques, traduit du russe par Galia Ackerman et Jean-Christophe Thiabaud, Paris : Éditions des Syrtes, 2002, p. 163-164.

10 Thomas Gomart, « Vladimir Poutine ou les avatars de la politique étrangère russe », Politique étrangère, n3-4, 2003, pp. 789-802 (p. 791).

11 Dmitri Trenine, « Le quatrième vecteur de Vladimir Poutine. Politique étrangère russe : qu’est-ce qui a changé ? », Russia in global affairs, vol. 11, 2013, pp. 71-82 (p. 71).

12 Dans l’analyse géopolitique des rivalités de pouvoir sur un territoire donné, le rôle personnel des dirigeants, leur personnalité et leurs fantasmes dans le choix ou l’abandon d’une stratégie ont leur importance. Voir Yves Lacoste, Dictionnaire de Géopolitique, Paris, Flammarion, 1995, p. 34.

13 Hélène Carrère d’Encausse, La Russie entre deux mondes, Paris, Arthème Fayard/Pluriel, 2010, p. 327.

14 Il est fait référence ici aux « gestes de bonne volonté » de la Russie après le 11 septembre, à savoir la fermeture des bases militaires que la Russie avait conservées à Cuba et au Vietnam, ainsi que l’interruption des manœuvres militaires, qui a permis aux Américains de lancer leur grande offensive en Afghanistan. Hélène Carrère d’Encausse, La Russie…, op. cit., pp. 87-88.

15 Pour mener sa guerre contre le terrorisme international, approuvée par la Russie, Washington a envoyé des troupes dans plusieurs pays de l’ex-Union soviétique. Les premières arrivèrent sur la base aérienne ouzbèke de Khanabad, d’où elles jouèrent un rôle majeur dans la campagne aérienne menée contre les talibans basés dans le nord de l’Afghanistan. Depuis, des forces américaines stationnent dans d’autres bases au Tadjikistan, et près de l’aéroport de Manas, au Kirghizstan. Un groupe de deux cents soldats des forces spéciales a également gagné la Géorgie, afin de former l’armée du pays et de l’aider à mener des opérations antiterroristes dans les gorges du Pankisi, près de la frontière avec la Tchétchénie. Lire Vicken Cheterian, « L’Asie centrale, base arrière américaine », Le Monde diplomatique, février 2003.

16 Voir Anastasia Mitrofanova, « La géopolitique dans la Russie contemporaine », Hérodote, 2012/3 no 146-147, pp. 183-192.

17 Alexandre Douguine, Le Prophète de l’eurasisme, Paris : Avatar, 2006, p. 29.

18 Jacques Lévesque, « La gestion de l’ancien Empire… », art. cit., p. 162.

19 Voir Vicken Cheterian, « L’Asie centrale… », art. cit. ; Frederick Starr et Svante E. Cornell, The Baku-Tbilisi-Ceyhan pipeline: Oil window to the West, Uppsala : Uppsala University, 2005, p. 150.

20 Voir le site officiel du GUAM, http://www.guam-organization.org/en/node.

21 « Положение о статусе наблюдателя при Евразийском экономическом сообществе » [Polojenie o statoussé nablïoudatelïa pri Evrasiïskom économitcheskom soobshestve], « Le statut d’observateur au sein de la Communauté économique eurasiatique », décision no 46 du Conseil interétatique de la CEEA du 13 mai 2002, http://www.evrazes.com/docs/view/25.

22 « Кirghizstan/Union douanière : une feuille de route adoptée en 2013 », 3 avril 2013, RIA Novosti, http://fr.rian.ru/world/20130403/197977865.html ; « Union douanière : le Tadjikistan prêt à s’engager dans la procédure d’adhésion », 19 décembre 2012, RIA Novosti, http://fr.ria.ru/world/20121219/196988835.html.

23 Jean-Sylvestre Mongrenier, « Vilnius et le Partenariat oriental de l’Union européenne : les enjeux d’un sommet », Institut Thomas More, 25 novembre 2013, http://www.institut-thomas-more.org/actualite/vilnius-et-le-partenariat-oriental-de-lunion-europeenne-les-enjeux-dun-sommet-2.html.

24 Dmitri Trenine, « Le quatrième vecteur… », art. cit., p. 77.

25 La tribune publiée par Vladimir Poutine sur l’Union eurasienne en octobre 2011, à la veille des élections législatives, a été le premier manifeste de politique étrangère du nouveau cycle de la politique russe. Lire Vladimir Poutine, « Новый интеграционный проект для Евразии », [Novyiï integratsionnyiï proekt dlïa Evrazii], « Un nouveau projet d’intégration pour l’Eurasie », 3 octobre 2011, Izvestia, http://izvestia.ru/news/502761.

26 À en croire Poutine et Nazarbaïev, le président du Kazakhstan, l’Inde et la Turquie ont manifesté leur intérêt pour une adhésion ou une coopération avec l’UD. « Назарбаев предлагает принять Турцию в члены Таможенного союза » [Nazarbaev predlagaet priniat’ Tourtsiu v tchleny Tamojennogo soïouza], « Nazarbaïev propose accepter la candidature de Turquie comme membre de l’UD », 24 octobre 2013, Regnum.ru,   http://www.regnum.ru/news/polit/1724006.html ; « Индию заинтересовал Таможенный союз» [Indiïou zainteresoval Tamojennyï soïouz], « L’Inde s’intéresse à l’UD », 22 octobre 2013, Vedomosti.ru, http://www.vedomosti.ru/politics/news/17757601/indiya.

27 Aïdos Sarym, politologue kazakh, dans une interview à Vesti Azerbaïdjan expliquait: « Pour le Kazakhstan cela [la validation de la candidature arménienne à l’UD] comporte des risques de réputation, aussi bien interne qu’externe. Le Kazakhstan a des engagements sérieux vis-à-vis de l’Azerbaïdjan, qui est un partenaire stratégique dans la question du statut de la Caspienne et dans le processus d’intégration turque. Et si le Kazakhstan valide la candidature de l’Arménie […] sans faire référence à la question du Karabagh, cela sera entendu comme une énième concession illogique à la Russie », 4 septembre 2013, http://www.vesti.az/news/172069.

28 De son côté, le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, avait déclaré lors d’une rencontre avec les représentants des médias des pays de la CEI, le 23 octobre 2013, qu’« il faut prendre en compte la position de l’Azerbaïdjan, avec lequel l’Arménie est en conflit territorial » avant d’accepter cette dernière dans l’UD. Voir http://www.regnum.ru/news/fd-abroad/armenia/1723489.html.

29 CEEA (Communauté économique eurasiatique), UD (Union douanière), EEU (Espace économique uni), UEEA (Union économique eurasiatique).

30 Договор об учреждении Евразийского Экономического Сообщества [Dogovor ob outchrejdenii Evraziïskogo ekonomitcheskogo soobchestva], L’accord sur la création de la CEEA, Astana, 10 octobre, 2000, Voir le site officiel de la CEEA, http://www.evrazes.com.

31 Alekseï Vlasov, Alexandre Karavaev, Yulia Yakucheva, « Перспективы взаимодействия Армении и стран евразийского интеграционного проекта » [Perspektivi vza’imodeïstvia Armenii i stran evraziïskogo integratsionnogo proekta], « Les perspectives de coopération entre l’Arménie et les pays du projet d’intégration eurasiatique », étude analytique du centre de recherche russe « Nord-Sud », Moscou, 2012.

32 Les taxes antidumping sont des taxes douanières auxquelles peut être soumis, à son entrée dans un pays, un produit dont le prix de vente est inférieur au prix pratiqué dans son pays d’origine.

33 Voir le site officiel de la CEEA, http://www.evrazes.com/customunion.

34 « Le volume des échanges mutuels entre la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan », infographie sur http://eurasiancommission.org.

35 Il faut toutefois prendre en compte, ici, les 17 millions de km2 du territoire de la Russie et sa population qui s’élève à plus de 140 millions d’habitants, avec une répartition très disproportionnée. Par comparaison, le territoire de l’Union européenne représente 4,5 millions de km2 et sa population s’élève à environ 508 millions d’habitants.

36 « Il a fallu 40 ans aux Européens pour passer de la CECA à l’Union européenne. La mise en place de l’UD et de l’espace économique commun est bien plus rapide, car elle s’inspire de l’expérience de l’UE et d’autres organisation régionales, en prenant en compte leur réussites et leurs échecs ». Vladimir Poutine, « Le nouveau projet d’intégration pour l’Eurasie, un futur qui commence aujourd’hui », Izvestia, 3 octobre 2011.

37 Mohammad-Reza Djalili et Thiery Kellner, « L’Asie centrale, terrain de rivalité », Le courrier des pays de l’Est, no 1057, septembre-octobre 2006, pp. 4-16 ; Sébastien Peyrouse, « La présence chinoise en Asie centrale », Les Études du CERI, no 148, septembre 2008, pp. 2-33.

38 L’activation de la « diplomatie publique » [poublitchnaya diplomatia, expression russe pour désigner le soft power] et la création de différents fonds ou de « clubs » (Club Valdaï, Fonds Gorchakov) montrent en particulier l’importance que la Russie commence à accorder à ce type de moyens d’influence.

39 « Armenia-Kazakh Relations on High Level », News.am, 11 janvier 2012.

40 Voir l’interview d’Aïdos Sarym à Vesti Azerbaïdjan, 4 septembre 2013, http://www.vesti.az/news/172069.

41 L’Arménie est le pays candidat le plus sensible à cette question, pour lequel le choix entre l’UE et l’UD s’identifie directement à celui entre souveraineté et sécurité du pays. Armen Martirosyan, le vice-président du parti « Jarangutyun » explique par exemple : « La voix de l’Arménie serait plus audible dans les instances européennes, qu’elle le sera au sein de l’UD, et on n’aurait pas de problèmes liés à la perte de souveraineté du pays » (4 septembre 2013), tandis que les représentants du parti « Démocrates libres » indiquent : « En entrant dans l’UD, l’Arménie perd la possibilité de mener sa propre politique étrangère et commerciale – les attributs clés de son indépendance », (http://www.panarmenian.net/arm/details/169577/, 5 septembre 2013.

42 Kuzmina Elena, « ТС и ЕЭП в контексте отношений между Россией и Южным Кавказом », [TS i EEP v kontekste otnoweniï mejdou Rossieï i Ioujnym Kavkazom], « L’UD et l’EEU dans le contexte des relations entre la Russie et le Caucase du Sud », intervention dans le cadre du « Dialogue caucasien 2013 », Rostov sur le Don, 28 novembre 2013.

43 « Быть или не быть Евразийскому союзу к 2015 » [Byt’ ili ne byt’ Evraziïskomu soïuzou k 2015], table ronde sur les perspectives de l’Union eurasiatique pour 2015, Moscou, le 8 novembre, 2013. Vidéo disponible sur http://www.pnp.ru/video/detail/41262.

44 Ibidem.

45 « Казахстан и Евросоюз подпишут новое соглашение о сотрудничестве » [Kazakhstan i Evrosoïuz podpichout novoe soglachenie o sotrudnitchestvé], « Le Kazakhstan et l’UE vont signer un nouvel accord de coopération », 3 juin 2013, http://www.russian.rfi.fr.

46 Elena Egorova, « Младший Лукашенко поиграл с Путином в войну » [Mladchiï Loukachenko poigral s Putinom v voïnu], « Le fils du Loukachenko a joué à la guerre avec Poutine », 24 septembre 2013, http://www.mk.ru.

47 « Le Concept de la politique étrangère de la Fédération de Russie », Moscou, février 2013, http://www.mid.ru/brp_4.nsf/0/6D84DDEDEDBF7DA644257B160051BF7F.

48 Il est fait référence ici des ressources de persuasion du soft power, telles qu’expliquées dans : Joseph S. Nye, Soft power: The means to success in world politics, New York : Public Affairs, 2004, p. 208.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/eac/docannexe/image/218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lilit Vardanyan, « La Russie de Vladimir Poutine et l’intégration économique de l’espace post-soviétique », Études arméniennes contemporaines, 2 | 2013, 27-42.

Référence électronique

Lilit Vardanyan, « La Russie de Vladimir Poutine et l’intégration économique de l’espace post-soviétique », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/eac/218 ; DOI : 10.4000/eac.218

Haut de page

Auteur

Lilit Vardanyan

Doctorante, Institut français de géopolitique (université Paris 8)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals