Navigation – Plan du site
Travaux

Temps et espaces de la violence interne

Revisiter les conflits kurdes en Turquie à l’échelle locale (du 19e siècle à la guerre des années 1990)
Times and Spaces of Internal Violence : Revisiting Kurdish conflict in Turkey at the Local Level (From nineteenth century to the war of the 1990s)
Adnan Çelik
p. 123-138

Résumés

Résumé de thèse

Haut de page

Notes de la rédaction

Présentation d’une thèse d’anthropologie soutenue à l’EHESS, novembre 2018

Texte intégral

  • 1 Partiya Karkarên Kurdistan (Parti des travailleurs du Kurdistan).
  • 2 Littéralement « protecteur » ou « gardien », terme qui sert à désigner les personnes ayant adhéré a (...)

1La présente thèse a pour objet les conflits intra-kurdes à travers le double prisme de l’échelle locale et de la longue durée. Elle part d’une interrogation sur la guerre entre le PKK1 et l’État turc durant laquelle certains habitants ont choisi de s’engager aux côtés de la guérilla, d’autres de collaborer avec l’État en devenant korucu2, d’autres encore, très minoritaires, de s’engager dans l’organisation islamiste Hizbullah. Par une étude comparatiste des localités de Lice, Kulp et Silvan (au nord-est de Diyarbakır) des années 1830 aux années 1990, elle apporte un éclairage détaillé, situé, et ancré localement des phénomènes de déstructuration et restructuration qui ont affecté les Kurdes de Turquie. Son approche se situe à la croisée de l’histoire et de l’anthropologie, combinant l’étude des sources écrites et l’enquête ethnographique, notamment à travers la réalisation d’entretiens avec plus d’une centaine d’interlocuteurs. L’axe principal de la recherche vise à exposer comment les clivages et conflits intra-kurdes ont été influencés et déterminés à̀ partir d’une série de facteurs (dynamiques locales, appartenances tribales, recompositions internes à̀ certaines familles, effets de socialisation et de politisation etc.). Les nœuds et interactions entre les dynamiques conflictuelles internes aux sociétés kurdes et la manière dont les politiques du pouvoir central entrent en jeu dans ces configurations en sont un des axes de réflexion privilégiés. La perspective mobilisée s’appuie largement sur les sources orales et s’efforce de produire une histoire commune ou connectée se démarquant des historiographies kurdo-centrées et/ou « sunno-centrées », en incluant les diverses communautés ethniques ou religieuses habitant ou ayant habité la région. Elle accorde une attention particulière aux histoires et mémoires « mineures », aux formes de résistance discrètes, ainsi qu’au rôle de la construction et de la transmission de la mémoire dans la persistance ou dans la reconfiguration des conflictualités internes. Les résultats de cette recherche attentive aux phénomènes de temporalité et de subjectivité permettent de mettre en lumière la variété des facteurs d’engagement et des loyautés, dans les situations de violence qui opposent différents acteurs kurdes entre eux.

Originalité du sujet et de l’approche

2Cette étude se distingue de la majorité des travaux existants dans le champ des études turques et ottomanes et des études kurdes par plusieurs aspects. En premier lieu le choix même de son objet : alors que la tendance dominante dans le champ privilégie le prisme du conflit interethnique et l’approche macro, la conflictualité intra-kurde est ici thématisée en tant que telle, et travaillée en profondeur grâce à la perspective spécifique qu’offre l’échelle micro. Cette thèse pose ainsi les jalons d’un questionnement largement délaissé par la recherche, et ce en dépit de la densité et la diversité des conflits au sein de l’espace kurde au 20e siècle, reflétés notamment par l’omniprésence du thème du fratricide et de la trahison dans le régime mémoriel et les représentations des Kurdes.

3En second lieu, l’approche ici mise en œuvre se démarque nettement de l’écrasante majorité des travaux académiques sur les Kurdes, qui, consciemment ou inconsciemment motivés par une perspective de construction nationale, cherchent soit à prouver l’existence et l’unité du peuple kurde, soit à dénoncer les exactions commises à son encontre. Il découle de la prééminence de ces travaux deux conséquences : la minimisation ou l’invisibilisation de l’hétérogénéité des Kurdes et le renforcement d’un régime « victimo-mémoriel », centré sur la violence d’État. Sans négliger le rôle fondamental des interventions étatiques dans la déstructuration et la restructuration des relations sociales et économiques dans les régions kurdes, l’attention centrale accordée dans la présente thèse aux clivages et violences internes permet de restituer les dynamiques conflictuelles dans toute leur complexité empirique.

  • 3 Il s’agit des deux dialectes kurdes majoritairement parlés en Turquie.

4En troisième lieu, le présent travail se distingue par sa méthode, résolument interdisciplinaire, empruntant aux différentes sciences sociales les outils susceptibles de contribuer à une compréhension fine des différents aspects impliqués par l’étude de son objet. Ainsi le focus sur l’observation des phénomènes à l’échelle locale est complété par des approches macro ou mezzo : le jeu d’échelle varie en fonction des thématiques traitées pour mettre en lumière l’articulation de dynamiques internationales, nationales (à l’échelle de la Turquie), régionales (à l’échelle du Kurdistan), locales et micro-locales, incluant également, au plus proche des acteurs et des choix individuels, un certain nombre de portraits. Les approches et apports disciplinaires de l’histoire et de l’anthropologie y sont étroitement mêlés, impliquant le traitement combiné d’un grand nombre de sources de nature hétérogène. Outre l’attention accordée aux évolutions sur le temps long, qui a nécessité de coupler les recherches de terrain avec un travail historien classique (incluant l’étude de nombreuses sources écrites, des archives ottomanes et turques aux productions militantes et récits biographiques publiés en passant par la presse locale et nationale, pour ne mentionner que les sources primaires), on y trouve exploité un matériau empirique considérable collecté selon les méthodes de l’histoire orale et de l’ethnographie. Les récits recueillis au cours d’entretiens non-directifs ou semi-directifs réalisés entre 2013 et 2017 auprès de plus de cent interlocuteurs, dans trois langues (turc, kurmandjî et zazaki3), se joignent à une connaissance intime des terrains concernés, à une ethnographie approfondie, et à l’étude de sources orales variées : chansons, contes, légendes, proverbes. La maîtrise des langues vernaculaires locales a été mise à profit pour inclure aux résultats de la présente enquête une analyse du vocabulaire, des dénominations, et des choix lexicaux employés dans ces sources. Ceci a facilité la prise en compte des subjectivités et des perceptions des acteurs des conflictualités étudiées, ainsi que l’appréhension, sous un angle renouvelé, des phénomènes de transmission mémorielle. Enfin, cette approche a permis de faire émerger et de restituer leur place à des faits, des mémoires, et des acteurs souvent perçus comme « mineurs » et invisibilisés par des approches plus globales et moins ancrées.

5En dernier lieu, il faut insister sur les effets heuristiques provenant de la démarche comparatiste poursuivie tout au long de la thèse. En choisissant pour terrain d’étude trois régions, celle-ci explore une multiplicité de situations, intègre de nombreuses variables, et permet de suivre à la trace les effets communs ou différenciés de certains phénomènes à différentes échelles temporelles. Kulp, Lice et Silvan, aujourd’hui trois circonscriptions administratives limitrophes mais intégrées au sein d’un même espace plus vaste – la région de Diyarbakır – ont suivi des trajectoires historiques et socio-économiques à la fois communes et distinctes. Chacune de ces circonscriptions est dotée de ses singularités propres, et chacune comprend plusieurs microcosmes (villes centrales, bourgs, villages, hameaux, vallées, plaines, zones forestières ou montagneuses, zones de cultures ou de pâturage…). Historiquement, elles se trouvent au cœur de la région où fut perpétré le génocide des Arméniens en 1915 mais aussi de celle qui vit la naissance et l’expansion, à la fin du 20e siècle, du PKK (pour Lice) et du Hizbullah (pour Silvan). L’étude comparée de l’évolution des différentes configurations en leur sein, attentive à leurs particularités spatiales, topographiques, linguistiques, démographiques ainsi qu’aux structures sociales et modes de subsistance différenciés qui s’y observent, permet de saisir l’importance de logiques sociales et de dynamiques multiples, d’éviter les lectures binaires, et d’interroger les différences d’intensité, voire de nature des clivages, conflits et violences dont elles ont été le théâtre.

Structure de la thèse

  • 4 Kilam : « chant », mais se référant exclusivement à la musique traditionnelle kurde. Dengbêj (mot f (...)

6Les résultats de l’enquête sont restitués dans un texte rédigé en trois parties, suivant un ordre chronologique. Elles traitent successivement des périodes allant (I) de la seconde moitié du 19e siècle à la fin de la première guerre mondiale, (II) de la fondation de la République de Turquie (1923) au début du conflit armé avec le PKK (1984), et (III) des deux dernières décennies du 20e siècle. Chacune est à son tour découpée en chapitres, quatorze au total (cinq chapitres pour les deux premières parties, quatre pour la dernière), reposant sur des logiques tantôt de périodisation, tantôt davantage thématiques, ponctués de réflexions analytiques rétrospectives et conclus par de brèves synthèses. Alternant narrations, descriptions, données factuelles et éléments d’analyse, le texte inclut de nombreux extraits d’entretiens, quelques traductions de chants traditionnels (kilam de dengbêj4), mais également des figures (reproductions de cartes, tableaux graphiques ou statistiques, synthèse de données relatives à une question particulière) présentées en guise de repères. Les annexes contiennent une table des sigles et noms d’organisations, un glossaire des termes issus d’autres langues que le français, et une liste récapitulative des profils des interlocuteurs dont les témoignages ont été utilisés dans la thèse.

7L’introduction générale présente les trois terrains et restitue le contexte social et politique qui était celui de la région au moment de la réalisation des terrains. Il s’agit d’un contexte qui s’est singulièrement complexifié au cours de l’enquête et qui a été marqué notamment, au tournant de l’été 2014, par un retour soudain de la guerre entre l’État turc et le PKK, après un relatif apaisement du conflit les années précédentes. C’est dans la même période qu’a ressurgi aussi, avec une brutalité inattendue, l’un des conflits intra-kurdes les plus intenses de la décennie 1990, marqué par le retour d’affrontements meurtriers entre partisans du Hizbullah et partisans du mouvement kurde.

8L’introduction dresse également la généalogie du sujet de recherche, en lien avec notre trajectoire personnelle, et les transformations (changements de direction, d’angle, de focale) qui ont affecté notre objet au contact du terrain. Les conditions de l’enquête et la posture spécifique, parfois ambivalente du chercheur, impliqué par sa pratique de l’histoire orale et de l’anthropologie mais aussi par une origine et des appartenances communes avec les enquêtés, ont facilité l’accès au terrain et à un certain registre d’énonciation. Le fait même que cette posture spécifique du chercheur soit source possible d’activation de préjugés peut constituer un levier heuristique non négligeable pour l’objectivation des clivages et tensions intra-kurdes.

La région kurdo-arménienne durant la période ottomane : dynamiques globales, dynamiques locales

9Cette première partie de la thèse, à l’exception de son dernier chapitre, dresse un portrait global de la situation et des grands bouleversements qui ont affecté la région dans laquelle sont situés les trois terrains étudiés depuis le 16e siècle jusqu’à la montée des violences anti-arméniennes qui culmine avec le génocide de 1915. Les dynamiques globales, notamment liées aux transformations dans les relations entre pouvoir central et périphéries, y sont articulées aux dynamiques locales et micro-locales. On y explore en profondeur les spécificités de chaque terrain d’étude et l’évolution de leurs trajectoires respectives à la croisée des changements globaux impulsés depuis le centre de l’empire et des dynamiques internes. Chaque chapitre y insiste thématiquement sur des faits considérés comme essentiels et structurants pour la compréhension des dynamiques de conflictualité ultérieures.

  • 5 Littéralement « Réorganisations ».
  • 6 Agha (ağa en turc, axa en kurde) : titre d’autorité, terme polysémique qui dans notre cas désigne (...)

10Le premier chapitre restitue le contexte historique global qui a présidé la structuration des relations sociales à Kulp, Lice et Silvan du 16e siècle aux débuts des Tanzimat5 (1839). Cette période correspond à la conquête ottomane des hauts plateaux kurdo-arméniens. On y procède à une analyse socio-historique des trois localités, en accordant une attention particulière aux relations sociales et économiques entre Kurdes, Arméniens et autres minorités habitant la région, et à leurs transformations progressives. La formation et le rôle des élites dites traditionnelles (cheikhs, agha6, beys et chefs tribaux) en est un thème central. Nous insistons ici sur le 19e siècle, qui concentre des phénomènes aussi denses que la suppression des émirats kurdes et la tentative de mise en œuvre des politiques centralisatrices de l’État ottoman. Les impacts et conséquences de ces mesures sur la reconfiguration des rapports de pouvoir à l’échelle locale sont étudiés à travers leurs effets concrets dans les régions de Kulp, Lice et Silvan.

  • 7 Hafir : taxe à payer chaque année en nature, imposée aux Arméniens par les acteurs kurdes puissant (...)

11Le deuxième chapitre se penche plus spécifiquement sur la longue histoire des relations kurdo-arméniennes, dont l’historiographie demeure malheureusement très lacunaire. Ancré encore une fois dans une perspective de longue durée, il met en avant l’apparition d’une relation symbiotique entre nomades kurdes et sédentaires arméniens attestée au moins depuis le 17e siècle. Il étudie les manifestations locales d’une relation de coexistence hiérarchisée parfois prédatrice, à travers des pratiques telles que le hafir et le xulamti7, mais aussi l’institution méconnue du kîrivatî, sorte de « parrainage » entre membres de familles kurdes et de familles arméniennes, phénomène social qui, liant ici des chrétiens et des musulmans, s’avère spécifique à la région arméno-kurde de l’Empire ottoman. Le bouleversement radical qui affecte ces relations à partir de la deuxième moitié du 19e siècle y est traité en articulation avec les phénomènes conjoints résultant de la pénétration des puissances occidentales, des développements de la question agraire dans la suite de la dépossession continue de terres qui affecte la paysannerie sédentaire (accélérée à partir des Tanzimat), des premières manifestations de l’apparition d’idées égalitaires et/ou nationalistes. Le chapitre se clôt en montrant comment les questions agraire, identitaire et religieuse se fondent de plus en plus en une question unique posée en termes de territoire, qui constitue le cadre général de la montée des violences à l’encontre des Arméniens.

12Les troisième et quatrième chapitres se concentrent respectivement sur deux périodes plus courtes qui couvrent la fin du 19e siècle et le début du 20e siècle : la période hamidienne (1876-1909), qui constitue une rupture avec les Tanzimat et voit se développer une nouvelle pensée étatique dont les politiques prennent un tour nettement colonial dans la région arméno-kurde (troisième chapitre), et la période unioniste (1908-1918) durant laquelle les Jeunes-Turcs reprennent et dépassent les nouvelles impulsions politiques de la période hamidienne et mettent en place des politiques d’ingénierie démographique à visée purificatrice (quatrième chapitre). On observe les manifestations de ces transformations à l’échelle de Kulp, Lice et Silvan, qui se muent en l’espace de deux décennies en un paysage de violence extrême.

13Le troisième chapitre explore ainsi les premières manifestations de politiques assimilationnistes en direction des Kurdes, qui s’incarnent dans trois initiatives spécifiques : la création des régiments Hamidiye (pour l’axe militaire), l’École des tribus (pour l’axe éducatif) et la sédentarisation des nomades kurdes (pour l’axe démographique). Les conséquences micro-locales de la rupture du statu quo qui avait présidé aux relations entre les différentes composantes ethno-religieuses de l’Anatolie orientale sont également étudiées, notamment à travers le cas des massacres d’Arméniens à Sassoun (rattaché à Kulp) en 1894 et à Diyarbekir en 1895.

14Le quatrième chapitre traite de la décennie dans laquelle le Comité Union et Progrès (CUP) exerce le pouvoir central (brève période de bouleversements brutaux marquée par la Première Guerre mondiale, le génocide de 1915, la fin de l’Empire ottoman et la naissance d’un nouvel ordre international). L’accent y est mis sur les implications et manifestations de ces événements d’ampleur à l’échelle des trois terrains étudiés. Nous relatons ici des faits dont les conséquences seront importantes pour la construction des réseaux de pouvoir locaux (installation du CUP à Diyarbekir ; séjour de Mustafa Kemal à Silvan en 1916 ; création de milices kurdes pour lutter sur le front, alors tout proche, qui oppose l’armée ottomane à l’armée russe). Ce chapitre décrit par ailleurs les modalités concrètes de participation des différents acteurs et catégories d’acteurs kurdes au génocide des Arméniens.

15Enfin, le cinquième chapitre se décentre quelque peu des faits historiques eux-mêmes pour s’intéresser à la mémoire de ces événements. À partir des données collectées lors de l’enquête de terrain, nous y montrons comment, un siècle plus tard, la mémoire du génocide des Arméniens, mais surtout la mémoire de la participation kurde à cet acte fondateur de la création de la nation turque, hante encore le présent. Sur la base du vocabulaire et des expressions utilisés par les interlocuteurs, ce chapitre montre en quoi la transmission intergénérationnelle d’une mémoire relative au génocide, à travers la langue, charrie des éléments de savoir très concrets qui contredisent le négationnisme que l’État turc s’efforce depuis lors d’imposer en guise d’histoire officielle. Dans le même temps, ce point de notre étude dévoile l’existence d’un sentiment de culpabilité chez nombre de descendants de Kurdes qui en 1915, se faisant les exécutants d’une politique génocidaire impulsée par les Unionistes, participèrent aux déportations et aux massacres d’Arméniens. Nos recherches de terrain font apparaître les signes de la prégnance d’une interprétation messianique ou eschatologique liant le sort des Kurdes depuis le siècle écoulé à celui des Arméniens, dans un même régime victimo-mémoriel. Cette observation se double du constat que, la participation kurde au génocide s’étant également soldée par des bénéfices très réels pour les acteurs impliqués (notamment l’appropriation des terres arméniennes), elle n’est pas sans incidence sur les conflits qui opposent aujourd’hui les acteurs kurdes entre eux.

Stratégies du régime, mémoire de l’oppression et infra-politiques kurdes (1918-1984)

16Ce deuxième volet de la thèse couvre la plus grande partie du 20e siècle en suivant pas à pas la naissance, les transformations, le renforcement ou la disparition des clivages intra-kurdes qui se font jour au fil des configurations historiques successives. L’accent porte toujours sur les manifestations locales de ces tensions, dans une région désormais kurdifiée de facto. Elles sont éclairées à travers la prise en compte des effets combinés et croisés des politiques impulsées par le nouvel État-nation turc et des réalités sociales multiples découlant de dynamiques internes de plus ou moins longue durée, incluant les phénomènes mémoriels dont on commence à percevoir le poids déterminant. Ces dynamiques sont étudiées en articulant les fils directeurs incarnés par deux « couples théoriques » : le couple pouvoir despotique/pouvoir infrastructurel, emprunté au sociologue Michaël Mann, et le couple domination/résistance, s’inscrivant ici principalement dans les réflexions proposées par l’anthropologue James Scott. Cette approche permet de rendre compte de la dialectique qui s’instaure entre les nouvelles modalités effectives de pénétration étatique dans les périphéries kurdes d’une part et, d’autre part, les réactions et stratégies d’adaptation, plus ou moins « lisibles », qui sont déployées en retour par les acteurs locaux.

17Le sixième chapitre traite de la courte période 1918-1924, déterminante pour comprendre la naissance du nouvel État-nation turc sur les cendres de l’Empire ottoman et la situation des Kurdes dans cette configuration. On y constate que le premier clivage politique intra-kurde de la période républicaine (qui se cristallise alors entre la tendance indépendantiste et les partisans d’un État-nation musulman turco-kurde) ne se manifeste sur aucun de nos trois terrains : durant la guerre de « libération nationale », les notables kurdes unionistes mais aussi les cheikhs, les chefs de tribu, les agha et les beys de Kulp, Lice, et Silvan se retrouvent dans le camp kémaliste. On voit, parmi d’autres facteurs explicatifs de cette unanimité, les rôles décisifs qu’ont joué les liens personnels créés dans la région par Mustafa Kemal d’une part, la mobilisation du thème de la fraternité musulmane turco-kurde d’autre part, avec la crainte de voir « le Kurdistan transformé en une partie de l’Arménie » avec l’appui des Puissances européennes.

18Les septième et huitième chapitres étudient la période 1925-1947, qui voit se déployer de manière massive la coercition et la répression du nouveau régime, suite à son tournant ouvertement turquiste et laïciste, dans les régions kurdes. On y suit le déploiement du pouvoir despotique et des politiques d’ingénierie démographique dans toute leur brutalité, avec plusieurs acmés de violence (répression des révoltes, opérations de désarmement, déportations et bannissements), mais aussi des périodes d’« accalmie » (avec l’autorisation de retour des exilés en 1947 par exemple). On voit également se développer dans cette période le pouvoir infrastructurel de l’État, notamment à travers l’institutionnalisation planifiée de politiques assimilationnistes.

  • 8 Mehkûm : « condamné », ou « recherché », ou encore personne « dont la tête est mise à prix ».

19Le septième chapitre propose une restitution descriptive du large éventail de politiques de population, incluant la destruction de masse (par la dévastation de l’environnement et l’élimination physique des personnes), l’écrasement, la déportation, l’installation de populations exogènes, la sédentarisation forcée et les mesures d’assimilation culturelle. Il s’intéresse ensuite aux luttes qu’elles ont engendrées à l’échelle locale, à commencer par la révolte dite de Cheikh Saïd en 1925, dont le foyer se trouve précisément dans la région qui abrite nos trois localités (particulièrement à Lice, qui fut son épicentre) et qui fait naître des clivages nets et souvent durables. On découvre aussi dans ce chapitre la petite révolte de Cheikh Fexrî (1927), oubliée par l’historiographie, ou encore la résistance des ultimes foyers de mehkûm8 contre le régime kémaliste jusqu’au milieu des années 1930.

20Le huitième chapitre s’intéresse à la même période (1925-1947) mais les données factuelles et concrètes restituées dans le chapitre précédent y cèdent le pas aux dimensions subjectives, aux perceptions, représentations et formes de remémoration. On peut ainsi saisir la manière dont chacun de ces événements a contribué à affermir ou à modifier, à l’échelle locale, les lignes de clivages entre les différents acteurs kurdes, notamment à travers l’étude de chants de dengbèj qui contribuent à cristalliser des représentations stigmatisantes ou glorificatrices de certains acteurs individuels ou collectifs.

21Le neuvième chapitre peut être considéré comme l’un des apports essentiels de la thèse. Il étudie, pour les trois décennies qui suivent l’écrasement massif des dernières tentatives de résistance armée kurde à la fin des années 1930 (des années 1940 à la fin des années 1960, période souvent qualifiée comme celle du « silence kurde » en Turquie), trois phénomènes qui occupent une place déterminante dans la vie sociale de nos localités : le qaçaxçîtî (« contrebande »), la poursuite de l’enseignement dans les madrasas devenues clandestines, et le « banditisme ». Tout en les articulant avec les transformations de grande ampleur qui affectent le Kurdistan à la même période, il développe l’idée que l’on comprend mieux ces pratiques et les formes de répression qu’elles suscitent en les considérant aussi comme des formes de résistance discrètes, ou infra-politiques au sens de Scott, au même titre que la transmission de la culture orale par les dengbêj ou l’écoute de radios interdites. Il montre également comment les réseaux et ethos spécifiques construits en leur sein commencent à être captés et réorientés à partir des années 1960, soit vers le nouveau cycle de contestation ouverte qui va s’ouvrir début 1970, soit vers le para-politique au service de l’État. On y découvre les significations et les conséquences diverses de ces pratiques familières et quotidiennes pour les acteurs. On voit aussi le rôle déterminant que les expériences de mobilité et de clandestinité qu’elles impliquaient ont joué dans la renaissance d’une contestation kurdiste ouverte. La compréhension de clivages fondateurs, comme celui qui sépare les medreseli (ayant suivi l’enseignement religieux des madrasas) des mektepli (diplômés des écoles publiques) nous permet de mieux saisir les enjeux qui vont conduire à s’allier ou à s’opposer entre eux les membres de la nouvelle génération qui entre en politique à partir de la fin des années 1960.

  • 9 « Rassemblements de l’Est ».

22Le dixième chapitre, qui clôt la seconde partie, est quant à lui consacré à la description et à l’analyse de la « période des fractions politiques » (1974-1984). Après être brièvement revenu sur les différentes étapes qui ont contribué à faire revenir la « question kurde » sur la scène publique (de l’« affaire de 49 » aux Doğu mitingleri9) et dressé le bilan de la perte irrémédiable de prestige des élites traditionnelles qui n’ont pas su s’adapter aux nouvelles règles sociales et économiques, ce chapitre détaille le processus de radicalisation vers la lutte armée et la floraison de fractions politiques d’extrême gauche qui suit de près l’amnistie des militants incarcérés lors du coup d’État de 1971. Nous y observons les spécificités locales qui président à la naissance et à l’affrontement des différentes fractions à Kulp, Lice et Silvan et les conséquences de leurs luttes pour l’implantation, l’influence et la monopolisation de la légitimité politique dans chacune de ces localités. Enfin nous y constatons les conséquences différenciées des coups d’État respectifs de 1971 et de 1980 : alors que le premier avait conduit à l’apparition d’une multitude de fractions politiques radicalisées, le second a débouché sur l’élimination de la plupart d’entre elles, facilitant l’établissement du monopole de la seule qui ait survécu : le PKK.

L’entrecroisement de multiples formes de violence et l’émergence de nouveaux conflits intra-kurdes (1984-1999)

23Cette partie est dédiée à l’étude des nouvelles configurations qui ont émergé à partir du déclenchement de la lutte armée du PKK contre l’État turc. Celle-ci débouche en peu de temps sur un affrontement bipolarisé entre deux acteurs hégémoniques. Elle se traduit, au plus fort de la décennie 1990, par un état de violence extrême qui bouleverse radicalement la vie quotidienne dans les régions kurdes, à la conjonction des « politiques de la terre brûlée » conduites par le pouvoir central dans le cadre de la guerre contre-insurrectionnelle et de l’intensification des conflits intra-kurdes résultant de cette situation. La troisième partie de la thèse restitue et décrit les faits, majeurs ou mineurs, d’échelle macro, mezzo ou micro, qui permettent d’appréhender l’histoire et l’évolution du conflit, et ses effets concrets dans les trois régions étudiées. Elle s’efforce aussi de poser un cadre d’analyse afin de mieux cerner les dynamiques qui aboutissent à la spécificité de la décennie 1990. Celle-ci se caractérise par des interactions multiples entre des acteurs qui redéfinissent leur position et leurs rôles, dans des configurations nouvelles mais aussi en continuité ou en rupture avec les dynamiques de plus longue durée étudiées dans les deux parties précédentes.

  • 10 Olağanüstü Hal Bölge Valiliği (en turc), ou « Gouvernorat régional de l’état d’exception ».

24Le onzième chapitre est dédié à la décennie 1980, qui tend à demeurer dans l’ombre dans la plupart des études consacrées au conflit kurde en Turquie. C’est pourtant durant cette période que se mettent en place les éléments structurants du conflit. Nous voyons ici comment la guérilla devient en peu de temps l’acteur principal de la contestation, mais aussi d’une radicalisation des clivages intra-kurdes liés à la guerre avec l’État. Les processus de recrutement des paysans, de rencontre avec la population non engagée, et d’investissement dans des champs de lutte multiples qui ont conduit à renforcer le PKK sont étudiés. Nous montrons comment l’usage de la violence contre différents acteurs de la société kurde, la désignation des collaborateurs et des « traîtres », expriment une nouvelle configuration où la conflictualité intra-kurde se polarise et s’exacerbe. Nous observons d’une part les succès, différenciés selon les localités, de la création d’une base sociale soutenant la guérilla, d’autre part les effets des premières mesures prises par l’État turc en réaction, comme la mise en place du « système des gardiens de villages » ou la proclamation d’un nouvel « état d’exception » (OHAL10).

25Les douzième, treizième et quatorzième chapitres traitent chacun de l’un des aspects majeurs de la guerre des années 1990.

26Le chapitre douze est consacré à l’étude de l’ascension politique et militaire du PKK dans la première moitié des années 1990 à Kulp, à Lice et à Silvan. On assiste dans cette période à la naissance et au déploiement de la vague des serhildan (« soulèvements ») et à des mobilisations de masse, à la multiplication des attaques contre les institutions étatiques, à la mise en place des « tribunaux du peuple » (Halk Mahkemeleri) et de la « loi de conscription » par la guérilla, autant d’entreprises visant à établir une contre-hégémonie. Une partie du chapitre est également consacrée à la catégorie spécifique des « miliciens » du PKK, une autre à l’ascension parallèle d’un mouvement kurde légal.

27Le chapitre treize aborde l’ensemble des conséquences des stratégies déployées par l’État pour lutter contre l’expansion du mouvement dont le PKK est devenu l’acteur de référence. La « guerre de basse intensité » des années 1990 combine des outils de répression « classiques » avec des outils de répression nouveaux, plus adaptés. On voit ainsi se multiplier et se généraliser au Kurdistan des « organes spéciaux » de la contre-guérilla (kontra), telles que les équipes spéciales (özel tim), le JITEM (« service de la gendarmerie de renseignement et de lutte contre la terreur », travaillant avec des auxiliaires de terrain précieux en la personne des itirafçı – « repentis »), le renforcement et la transformation du koruculuk dans la perspective de la guerre totale, et l’apparition de groupes suspects, tels que le Hizbullah. Les évacuations de villages, la militarisation de l’espace rural, les meurtres non élucidés et les disparitions forcées sont étudiées en détail, ainsi que les configurations créées sur le terrain par l’action conjointe des acteurs militaires étatiques, des korucu, et de l’« économie de rente » née de leur collaboration.

28Le chapitre quatorze, ultime chapitre de la thèse, est entièrement dédié à la situation spécifique de Silvan durant la décennie 1990. Cette région, notamment son chef-lieu, a en effet été le théâtre de l’apparition d’un nouvel acteur violent, le Hizbullah, et a vu se dessiner une ligne inédite de clivage intra-kurde. Ceux qui ont vécu les années 1990 à Silvan possèdent une histoire et une mémoire propres, insolubles dans la mémoire partagée par le reste des habitants du Kurdistan à propos de la guerre de cette décennie. Ainsi ce chapitre s’attaque de front à la « boîte noire » que représente le Hizbullah, tentant de combler les lacunes de la recherche sur ce sujet. Il le fait en questionnant tout aussi bien l’arrière-plan social du Hizbullah que l’historicité propre de cette organisation et le contexte spatial de son émergence et de son expansion, ceci en se basant sur des sources différentes de celles usuellement mobilisées, à savoir l’inclusion de témoignages et des chansons produits par cette mouvance. Ce chapitre, restituant d’après les témoignages le microclimat de terreur qui paralysa toute vie publique au plus fort du conflit, ainsi que la méfiance généralisée qui s’installa entre voisins et membres d’une même famille, fait écho aux descriptions historiennes des situations de stasis. Sans trancher sur la nature exacte des liens (néanmoins indéniables au moins lors de la naissance de l’organisation) entre le Hizbullah et la kontra, il accorde une grande attention aux registres d’interprétation et modes de remémoration, y compris ceux des acteurs du Hizbullah. Il décrit les logiques sous-jacentes à ses méthodes, la violence extrême de ses militants, les tortures et les assassinats, mais surtout la tentative d’emprise sur la totalité de la vie quotidienne, à travers la gouvernementalité des corps et des mœurs. L’étude de ce conflit très spécifique, avec son caractère extrême et l’impression qui s’en dégage d’un changement de seuil, d’intensité, et même de signification de la violence dans les conflits intra-kurdes, se mue en occasion, à la fin du chapitre, de réinterroger à l’aune de ce nouveau prisme les différences d’intensité et de caractère des clivages, conflits et violences intra-kurdes.

Principaux apports de cette recherche

29Cette thèse entend contribuer aux champs des études concernant les aires ottomane, turque, kurde, arménienne, ainsi qu’aux travaux historiques, anthropologiques ou sociologiques portant sur la violence et le conflit. D’une part, elle comble certaines lacunes de l’historiographie (en premier lieu par le choix de son objet, les conflits intra-kurdes, mais aussi dans le traitement des relations kurdo-arméniennes, des formes de résistance kurdes durant les « décennies de silence », de la structuration du conflit entre l’État turc et le PKK dans la deuxième moitié des années 1980, et de l’organisation Hizbullah). D’autre part, elle apporte un éclairage singulier, très largement documenté, sur un ensemble de réalités sociales et leurs transformations dans la longue durée. Ce travail dresse, à l’aide d’un système de variations d’échelles à la fois spatiales et temporelles, un tableau social et politique vaste qui permet d’appréhender l’évolution des configurations locales dans toute leur diversité.

30L’échelle locale ou micro oblige à porter l’attention sur les dynamiques internes, les postures, les manières d’agir et de percevoir des acteurs. Elle permet ainsi de mettre en lumière des éléments et enjeux souvent négligés, en considérant l’existence de « conflits kurdes » au pluriel, dont certains préexistent au conflit avec l’État turc et peuvent aussi bien instrumentaliser ce dernier. L’approche locale facilite ainsi le dépassement des approches globales et souvent binaires, en se dégageant des cadres d’analyse « nationalo-centrés », « sunno-centrés » ou « victimo-centrés ». Par ailleurs elle permet de constater que certains phénomènes ne gagnent en cohérence que dans le temps long. Il en va ainsi des transformations d’institutions sociales comme le beylik, des différentes déclinaisons du fait tribal, de la fragmentation et des modalités de violences intra-kurdes ou de violence émanant de la société kurde en réponse à la coercition étatique.

31Les questions de sociologie économique et politique sont aussi présentes à travers le traitement de la constitution et de la transformation des différents types d’élites, de leurs réseaux d’alliances, et des diverses modalités de cooptation auxquelles elles se prêtent. On comprend ainsi la genèse des différentes positions adoptées par les localités vis-à-vis de l’État ottoman puis turc, et la manière dont les grandes transformations sociales, culturelles et politiques contribuent à des reconfigurations parfois radicales des lignes conflictuelles et à leur donner un nouveau sens. La perspective adoptée permet aussi de saisir les tenants et aboutissants socio-économiques des montées de violence, l’importance des modes de socialisation (légale ou dissidente, ouverte ou fermée, familiale ou intra-générationnelle) et du rôle de la mémoire dans la production des conflictualités et des engagements.

32Parmi les logiques sociales multiples mises en lumière par cette étude, on compte une grande variété de facteurs d’engagement pouvant éclairer les positionnements des acteurs individuels ou collectifs : la poursuite des anciens conflits et luttes d’influence internes avec les ressources fournies par l’engagement au côté de l’un des acteurs hégémoniques ; le rôle de l’opportunité, de la menace et de la contrainte ; les préoccupations matérielles et économiques ; les dynamiques interethniques ; l’esprit de revanche et de vendetta ; l’influence des liens développés historiquement sur la longue durée ; le rôle de la mémoire et des héritages culturels (eux-mêmes fortement liés dans de nombreux cas aux conditions topographiques et géostratégiques) ; le rôle des loyautés (horizontales ou verticales, religieuses ou ethniques, tribales ou familiales, politiques ou primaires). On voit aussi comment ces dernières entrent en contradiction les unes avec les autres, et en tension avec les autres facteurs mentionnés, ce qui permet d’analyser en finesse des situations parfois extrêmement violentes et des récits contradictoires. Les différences d’intensité ou de caractère des différents clivages et conflits sont donc questionnées tout au long de ce travail, qui accorde une attention constante aux effets structurants que les violences (interventions étatiques, révoltes…) ont dans l’espace et dans le temps.

Haut de page

Note de fin

1 Partiya Karkarên Kurdistan (Parti des travailleurs du Kurdistan).

2 Littéralement « protecteur » ou « gardien », terme qui sert à désigner les personnes ayant adhéré au « Système temporaire de protection des villages » (Geçici Köy Koruculuğu Sistemi) instauré par l’État turc en 1987 pour lutter contre le PKK.

3 Il s’agit des deux dialectes kurdes majoritairement parlés en Turquie.

4 Kilam : « chant », mais se référant exclusivement à la musique traditionnelle kurde. Dengbêj (mot formé de deng : la voix et bèj, racine du verbe « dire ») désigne à la fois une certaine manière de chanter et la personne qui est capable de chanter de cette manière.

5 Littéralement « Réorganisations ».

6 Agha (ağa en turc, axa en kurde) : titre d’autorité, terme polysémique qui dans notre cas désigne le plus souvent un propriétaire foncier, mais parfois aussi un chef de tribu.

7 Hafir : taxe à payer chaque année en nature, imposée aux Arméniens par les acteurs kurdes puissants (agha, chefs tribaux). Xulamtî : sorte de servage qui soumettait les paysans arméniens à la volonté des agha kurdes, notamment en fournissant du travail gratuit.

8 Mehkûm : « condamné », ou « recherché », ou encore personne « dont la tête est mise à prix ».

9 « Rassemblements de l’Est ».

10 Olağanüstü Hal Bölge Valiliği (en turc), ou « Gouvernorat régional de l’état d’exception ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adnan Çelik, « Temps et espaces de la violence interne », Études arméniennes contemporaines, 12 | 2019, 123-138.

Référence électronique

Adnan Çelik, « Temps et espaces de la violence interne », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 28 février 2019, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/eac/2231 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eac.2231

Haut de page

Auteur

Adnan Çelik

Docteur en anthropologie (EHESS), chercheur associé à l’IFEA et au CETOBAC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals