Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Christine Babikian Assaf, Carla Eddé, Lévon Nordiguian, Vahé Tachjian (dir.), Les Arméniens du Liban. Cent ans de présence

Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph, 2017, 511 p., ill.
Boris Adjemian
p. 149-153
Référence(s) :

Christine Babikian Assaf, Carla Eddé, Lévon Nordiguian, Vahé Tachjian (dir.), Les Arméniens du Liban. Cent ans de présence, Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph, 2017, 511 p., ill.

Texte intégral

1La communauté arménienne du Liban, qui s’est formée essentiellement à la suite du génocide, occupe une place importante et singulière au sein de la diaspora arménienne. Dans la deuxième moitié du 20e siècle, et jusqu’à la guerre civile libanaise (1975-1990), Beyrouth a été l’un des principaux centres culturels de cette diaspora – d’aucuns parleraient même de capitale. Comme le rappelle Razmik Panossian dans sa préface, parler de capitale diasporique – c’est-à-dire d’un centre dans un phénomène, la diaspora, avant tout caractérisé par la dispersion et la multipolarité – c’est frôler l’oxymore. Il n’empêche, souligne-t-il, l’expérience arménienne au Liban recèle des leçons à méditer sur l’état actuel de la diaspora arménienne et ses possibles futurs, s’il en existe un entre la dissolution pure et simple et l’absorption par l’État arménien d’après l’indépendance. Les Arméniens du Liban, avec le quartier de Bourdj Hammoud pour « capitale » urbaine et le village d’Anjar pour « capitale » à la campagne, si l’on peut dire, ont représenté pendant près d’un siècle le principal foyer intellectuel de la diaspora arménienne, un sanctuaire pour l’usage et l’enseignement de l’arménien occidental, un centre névralgique pour la vie politique et militante de cette autre partie du monde arménien qui ne se trouvait pas en Arménie soviétique. En outre, le Liban abrite le siège d’un des deux catholicossats de l’Église arménienne apostolique (avec celui d’Etchmiadzin en Arménie), ainsi que le siège de l’Église catholique arménienne. Enfin, on peut remarquer que la seule institution arménienne d’enseignement supérieur en diaspora, l’université Haigazian, se trouve à Beyrouth.

  • 1 Aida Boudjikanian (dir.), Armenians of Lebanon : From Past Princesses and Refugees to Present-Day C (...)
  • 2 Raymond Kévorkian, Lévon Nordiguian et Vahé Tachjian (dir.), Les Arméniens 1917-1939 : La quête d’u (...)

2À l’heure où la déstabilisation de la Syrie et de l’Irak a réduit à peau de chagrin les diverses communautés chrétiennes du Proche-Orient, le Liban apparaît comme un des derniers refuges préservés de la région, mais chacun peut mesurer la fragilité de telles présences et l’éventualité de brusques remises en cause. Les coordinateurs de cet imposant ouvrage collectif soulignent la nécessité de valoriser un patrimoine arménien au Liban qui, malgré sa richesse (qu’on en juge simplement par l’importance du patrimoine écrit : presse, littératures, archives ecclésiastiques, associatives et partisanes), reste très peu étudié. En cela ce livre s’inscrit dans le prolongement des actes d’un colloque organisé par l’université Haigazian de Beyrouth1 et d’un ouvrage consacré aux réfugiés arméniens après le génocide2. Ce dernier documentait et examinait l’installation des Arméniens au Levant – notamment au Liban – dans l’entre-deux-guerres, la création de structures permettant leur accueil, la formation des premiers quartiers urbains arméniens. Le présent livre vise plutôt à dresser un portrait de l’expérience arménienne du Liban tout au long du 20e siècle, en ne se limitant pas à l’histoire mais en multipliant les perspectives : anthropologie, études urbaines, architecture, linguistique, littérature, récits de vie, scène culturelle et artistique, etc., sans oublier la photographie. Le volume, richement illustré, présente une iconographie alternant fac-similés d’archives, photographies anciennes et clichés modernes (notamment les photographies d’Ariane Delacampagne des habitants de Bourdj Hammoud), en couleur et en noir et blanc.

3En dépit de la multiplicité des approches déployées, cet ouvrage collectif ne prétend pas à l’exhaustivité. Christine Babikian Assaf, Carla Eddé, Lévon Nordiguian et Vahé Tachjian, qui ont codirigé la publication de ce volume, précisent bien qu’ils n’ont pu couvrir tous les aspects de la vie sociale des Arméniens du Liban, notamment l’organisation et le fonctionnement de la vie politique (qui mériterait pourtant bien des analyses), la part pourtant importante des Arméniens dans la vie économique libanaise, ou encore leur apport à la vie culturelle du pays à travers la peinture et la musique, qu’ils n’ont fait qu’effleurer. Les contributions en français ou en anglais, de longueur inégale et au nombre d’une quarantaine, mêlent articles scientifiques approfondis, notices sommaires et textes ou témoignages plus personnels.

4La première partie du livre, « les Arméniens dans la cité », décrit certains cadres institutionnels de la communauté, au travers des présentations succinctes du siège du catholicossat arménien de la Grande Maison de Cilicie (situé à Antelias, dans l’agglomération de Beyrouth), et des Églises arméniennes catholique (le monastère de Bzommar) et évangélique au Liban. Il s’agit également de montrer les processus d’intégration communautaire et nationale, aussi bien par la constitution d’une communauté arménienne du Liban au sens propre dans l’entre-deux-guerres que par la relation entretenue avec le pays d’accueil. Aïda Boudjikanian propose une brève histoire d’El-Bass, camp méconnu des réfugiés arméniens du sandjak d’Alexandrette, situé près de Tyr. Vahram Shemmassian décrit la formation des diverses communautés religieuses arménienne à Anjar dans les années qui suivirent la cession par la France du sandjak à la Turquie en 1938 et l’exil de sa population arménienne au Liban. Comme dans toute la diaspora arménienne à cette époque, l’implantation dans le pays d’accueil reste suspendue aux rêves de « retour » à la mère patrie. À travers le journal littéraire Nor Oughi (« nouvelle voie »), Tsolin Nalbandian analyse l’attitude des Arméniens du Liban face au nerkaght, le « rapatriement » en Arménie soviétique encouragé par les autorités de l’URSS en 1936 et en 1947. Elle montre comment le Liban a été un lieu de la construction des représentations de l’Arménien soviétique en tant que homeland. Enfin, l’article de Vahé Tachjian introduit à la réalité linguistique nuancée de la communauté arménienne au Liban dans l’entre-deux-guerres, au sein de laquelle la langue turque était utilisée par la majorité des familles et dans de nombreux moments de la vie sociale, en dépit des réserves d’ores et déjà exprimées par les élites culturelles et politiques de la communauté. Il rappelle dans quel contexte idéologique les institutions communautaires puis la deuxième génération des Arméniens nés au Liban se sont efforcées de faire disparaître cet héritage ottoman et de substituer au turc et à la diversité des dialectes arméniens d’Anatolie un arménien occidental épuré et standardisé.

5La deuxième partie de l’ouvrage, qui tente d’articuler parcours collectifs et parcours individuels des Arméniens du Liban, propose une série de biographies. On retiendra surtout l’essai de l’anthropologue Anna Ohanessian-Charpin (« Du camp au quartier : des territoires arméniens de Beyrouth »), qui tente de reconstruire à travers le témoignage de son père, et malgré les « trous » de mémoires, une ethnographie des camps et du passage hors des camps, dans les nouveaux quartiers où s’est enracinée une nouvelle identité arméno-libanaise.

6La troisième partie est consacrée à « Beyrouth, capitale culturelle arménienne ». L’article d’Anaïd Donabedian s’intéresse à l’évolution et à la pluralité des pratiques de la langue arménienne au Liban jusqu’à l’époque actuelle. En comparant les usages de la langue enseignée dans les institutions communautaires et de la langue vernaculaire, parlée au sein des familles des descendants de l’immigration arménienne, l’auteure montre comment l’arménien occidental est appréhendé par ses locuteurs en tant que marqueur identitaire fondamental. Spécialiste de la littérature arménienne occidentale de l’entre-deux-guerres, Talar Chahinian met en évidence le glissement du centre intellectuel de la diaspora vers le Moyen Orient, et sa fixation à Beyrouth, après la Seconde Guerre mondiale. Le projet d’une littérature de la diaspora y est échafaudé par les acteurs de la scène littéraire de cette époque, qui se distingue de la littérature arménienne publiée par des écrivains en exil à Paris après la Première Guerre mondiale et le génocide, laquelle se voulait dégagée du carcan de la tradition, notamment autour de la revue Menk. Au contraire, explique Chahinian, après 1945, Beyrouth se pense désormais comme le centre d’un renouveau et/ou d’une standardisation linguistique et culturelle arménienne de la diaspora à travers sa littérature.

7Dans cette même partie de l’ouvrage consacrée à la scène culturelle arménienne à Beyrouth, Antranig Dakessian signe un article sur l’histoire de l’imprimerie et du livre arménien au Liban, ainsi que deux textes sur l’histoire du théâtre arménien dans ce même pays, de Beyrouth à Anjar. Le rôle des Arméniens dans l’évolution urbaine de Beyrouth est mis à l’honneur, avec les contributions de l’architecte, urbaniste et historien Joseph Rustom sur l’architecte Mardiros Altounian, et celles de l’archéologue et historien Lévon Nordiguian sur Pascal Paboudjian (« La tentative d’internationalisation de l’architecture arménienne médiévale ») et sur Manoug Avédissian, précurseur de l’urbanisme à Beyrouth. Également directeur de la photothèque orientale de l’université Saint-Joseph, Lévon Nordiguian signe un article de synthèse sur les photographes arméniens de Beyrouth de la fin du 19e siècle à la guerre du Liban, utilement complété par un texte consacré à l’activité des frères Sarrafian en tant qu’éditeurs de cartes postales d’Orient.

8La quatrième et dernière partie de l’ouvrage, consacrée aux « témoignages », ne rassemble pas d’articles de fond mais des notices biographiques sur tel ou tel acteur de l’histoire arménienne au Liban au 20e siècle, parfois sur un quartier (ainsi un bref portrait de Bourdj Hammoud par Vahé Tachjian), des retranscriptions d’entretiens ou des récits de vie. Les témoignages, y compris matériels – le texte de Sanahine Kassabian sur « Kohar Moucheghian (1928-2016), une vie au service de la broderie traditionnelle arménienne » et les photos d’artefacts qui l’accompagnent – renforcent le côté patchwork du livre, peu conventionnel, mais en définitive assez réjouissant pour la richesse et la diversité des approches et des modes de lecture (visuelle et écrite, académique et testimoniale) qu’il offre.

Haut de page

Note de fin

1 Aida Boudjikanian (dir.), Armenians of Lebanon : From Past Princesses and Refugees to Present-Day Community, Beyrouth : Haigazian University, The Armenian Heritage Press, 2009.

2 Raymond Kévorkian, Lévon Nordiguian et Vahé Tachjian (dir.), Les Arméniens 1917-1939 : La quête d’un refuge, Beyrouth : Presses de l’Université Saint-Joseph, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Adjemian, « Christine Babikian Assaf, Carla Eddé, Lévon Nordiguian, Vahé Tachjian (dir.), Les Arméniens du Liban. Cent ans de présence », Études arméniennes contemporaines, 12 | 2019, 149-153.

Référence électronique

Boris Adjemian, « Christine Babikian Assaf, Carla Eddé, Lévon Nordiguian, Vahé Tachjian (dir.), Les Arméniens du Liban. Cent ans de présence », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 28 février 2019, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/eac/2294

Haut de page

Auteur

Boris Adjemian

Bibliothèque Nubar, Institut des mondes africains

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals