Navigation – Plan du site
Études

Quelques défenseurs des droits de l’Homme face à la cause arménienne (fin xixe - début xxe siècles)

Human rights advocates in the face of the Armenian cause (late 19th century-early 20th century)
Emmanuel Naquet
p. 43-61

Résumés

Cet article retrace l’engagement et l’action militante en faveur des Arméniens de l’Empire ottoman, de la part des grandes figures françaises de la Ligue des Droits de l’Homme, entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, qui pour la plupart s’étaient également illustrées dans la défense du capitaine Dreyfus.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article écrit avec la collaboration de Gilles Manceron.

Texte intégral

1L’affaire Dreyfus est souvent présentée, à juste titre, comme une affaire individuelle, celle d’un capitaine alsacien et juif, Alfred Dreyfus, illégalement et injustement condamné à l’occasion, les travaux de Vincent Duclert l’ont fortement montré, d’un « crime d’État », le crime d’un État et de ses instruments comme l’Armée. De cette atteinte aux libertés et à l’égalité, de cette remise en cause de principes et de valeurs juridiques et morales – non-discrimination, dignité, intégrité, entre autres –, nombre de dreyfusards en ont fait un modèle d’engagement élargi à des causes collectives, celle des peuples sans État, souvent opprimés.

  • 1 Voir les biographies que lui ont consacré Philippe Oriol, Bernard Lazare, Paris : Stock (coll. « Bi (...)
  • 2 Cf. Marie-Claire Bancquart, Anatole France, Paris : Julliard (coll. « Écrivain/Écrivain »), 1994.
  • 3 Nous renvoyons à Gilles Manceron et Emmanuel Naquet (dir.), Être dreyfusard, hier et aujourd’hui, R (...)

2Car, faut-il le rappeler, si l’affaire Dreyfus prend la forme d’un réveil de la conscience humaine, avec une inscription exemplaire dans la lutte pour la Vérité et la Justice, certains combattants qui se sont levés contre cette iniquité, dès 1896 pour l’écrivain anarchiste et juif Bernard Lazare1, ont réagi à d’autres atrocités, avant même le déclenchement de cet événement-avènement qu’est l’Affaire. Et, pour ce qui nous intéresse ici, ce fut le cas en faveur des Arméniens massacrés en 1894 – songeons à Anatole France2 –, mais aussi pour d’autres peuples, par exemple pour les Juifs de Roumanie à l’initiative du philosophe Gabriel Séailles. Au-delà des différences entre une cause individuelle transposée à d’autres hommes ou groupes d’hommes3 et une extermination de masse, il y a des modes d’information des édiles et du public, des procédés de mobilisation des réseaux et de l’opinion, des processus d’intervention également que l’on retrouve.

  • 4 Cet article est issu d’une communication lors de la journée d’étude organisée par le Groupe de trav (...)

3Dans le cadre de cette contribution, la démarche proposée est, à partir de quelques figures et structures et au regard de ce paradigme d’engagement qu’est l’Affaire, sans souci d’exhaustivité et sur un espace-temps qui va des tueries de 1894-1896 à 1940, de faire une première approche de la connaissance des atrocités dont les Arméniens de l’Empire ottoman ont été les victimes4.

L’extrapolation d’une cause

  • 5 Voir notamment Jean-Baptiste Duroselle, La France de la « Belle Époque », Paris : Presses de la FNS (...)

4On le sait, la question des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes préexiste au message dit des « Quatorze points » du président Wilson ; comme celle aussi d’un arbitrage international en cas de différends entre États, voire de l’impératif de paix, avec des rencontres, des acteurs, des mouvements, et donc des organismes et des moments internationaux créés et actés au tournant du siècle : le Bureau international de la Paix de Berne (1891), le prix Nobel de la Paix (1896), le Congrès de la Paix (1905), les conférences de la Paix de La Haye en 1899 et 1907 instituent ainsi un « droit de la guerre » et fondent une Cour d’arbitrage permanente. Plusieurs études ont travaillé cette problématique, montrant qu’à l’ère Delcassé succèdent une période d’apaisement des rivalités entre puissances, avec une politique d’association menée par le nouveau ministre des Affaires étrangères Stephen Pichon, puis un temps de partage et, enfin, la préparation à la guerre5.

  • 6 Sur celle-ci, Norman Ingram, « Pacifisme ancien style, ou le pacifisme de l’Association de la paix (...)
  • 7 Sur cette typologie, Norman Ingram The Politics of Dissent : Pacifism in France, 1919-1939, Oxford  (...)
  • 8 Archives de la LDH (dorénavant APLDH), compte rendu manuscrit des séances du comité directeur (juin (...)
  • 9 Sur l’histoire de cette association jusqu’en 1940, cf. Emmanuel Naquet, La Ligue des Droits de l’Ho (...)

5L’avant 1914, cela aussi est connu, est marqué par le développement des nationalismes et la diversification et la multiplication des pacifismes. À cet égard, sans cristalliser le pacifisme juridique comme l’Association de la Paix par le Droit6, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) accueille plusieurs pacifistes « ancien style », de Frédéric Passy, leader de la Société des amis de la Paix, à Théodore Ruyssen ou encore Lucien Le Foyer, auteur en 1904 d’une Paix par le droit7. Promouvant l’éducation à la paix, le désarmement matériel et moral, l’arbitrage entre les nations, l’exigence de transparence et de contrôle démocratique de la diplomatie, la LDH s’appuie sur une Déclaration de 1789 considérée comme la « charte de nos relations internationales » et met en avant, dès 1899, la notion de « crime de lèse-humanité »8. En cela, on le voit, il y a de leur part une généralisation de l’Affaire9.

  • 10 Séance du comité directeur, 10 juillet 1899 (APLDH, archive citée, p. 119) et lettre du 29 juillet (...)

6Ainsi, ces dreyfusards devenus dreyfusistes, dépassant une lecture hexagonale de la Déclaration de 1789 que refusaient du reste les révolutionnaires, appréhendent les droits de l’Homme hors du cadre national. À l’été 1899, le premier président de la LDH, Ludovic Trarieux, effectue, en effet, un voyage en Finlande qui connaît une renaissance nationale et culturelle importante. À son retour, il intervient en faveur des libertés finlandaises alors que la LDH avait dénoncé l’année précédente la remise en cause, par le tsar Nicolas II, de la constitution de la Finlande et, en 1900, il « s’afflige de l’impuissance de l’opinion en face des caprices de la Toute-Puissance »10.

  • 11 Au sein d’une délégation composée de Ludovic Trarieux, du secrétaire général et critique d’art Math (...)
  • 12 Séance du comité directeur de la LDH, 19 novembre 1900. Voir aussi Emmanuel Naquet, « Ludovic Trari (...)

7Autre exemple : la défense des Boers. Au nom du respect des droits des plus faibles, la LDH condamne une guerre économique impérialiste menée par le Royaume-Uni et souhaite l’autodétermination des peuples ante litteram. Elle reçoit ainsi le président Krüger venu solliciter l’aide des puissances européennes11 et le linguiste Louis Havet, vice-président de l’association, rappelle que « la Déclaration comporte en son esprit des principes d’une portée internationale », « la résistance à l’oppression [étant] de ceux-là ». Quant à Ludovic Trarieux, il précise que « si la Déclaration ne définit que les conditions de la liberté individuelle, elle s’applique, par identité de raison, à la vie sociale des collectivités »12.

La révélation des horreurs de la fin du xixe siècle

  • 13 Cf. sa brochure La Vérité sur l’Arménie, Paris : Imprimerie de Lievens, 1896. Paul Passy, protestan (...)
  • 14 Séances des 11 et 18 décembre 1899 (APLDH, archive citée, pp. 148-149). Francis de Pressensé s’étai (...)
  • 15 Cf. Marie-Claire Bancquart, Anatole France. Un sceptique passionné, Paris : Calmann-Lévy, 1984, p.  (...)

8Puis, après Paul Passy, l’une des chevilles ouvrières de la LDH13, c’est vers le peuple arménien que la LDH se tourne pour condamner les massacres systématiques de 1894-189614. Cette prise de position relaie les campagnes d’Anatole France au côté du critique littéraire Archag Tchobanian. Selon Marie-Claire Bancquart, Anatole France se jette dans la mêlée « pour la première fois en faveur des Arméniens décimés en Turquie : le 9 mars 1897, il condamne dans un discours public l’épouvantable égorgement qui demeurait depuis de longs mois un secret diplomatique »15. De son côté, l’historien des religions et futur dirigeant de la LDH, Léon Marillier, publie un opuscule sur La question arménienne (Fischbacher, 1897).

  • 16 Jean Jaurès, Il faut sauver les Arméniens, éd. par Vincent Duclert, Paris : Mille et une nuits, 200 (...)
  • 17 Voir Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Paris : Fayard, 1988 et Michel Winock, Clemenceau, Paris  (...)

9Au demeurant, Jean Jaurès les avait dénoncés dans son discours à la Chambre du 3 novembre 1896, et il le refera en 189716. Le tribun socialiste avait proposé en vain à la Chambre des députés de voter l’ordre du jour suivant : « La Chambre française, constatant la responsabilité de l’Europe dans les odieux massacres d’Arménie, déplorant les convoitises, les jalousies, les calculs réactionnaires qui ont empêché l’Europe actuelle d’exercer en Orient une action commune au profit de l’humanité outragée, espère que les travailleurs de tous les pays s’uniront pour créer un état d’opinion désintéressé, et pour obtenir des puissances européennes qu’elles assurent la sécurité des Arméniens et réconcilient en Turquie les populations de toute religion et de toute race par des garanties communes de liberté, de bien-être et de progrès. » Il avait montré qu’avant même la destruction physique, les Arméniens avaient fait l’objet d’une politique d’exclusion sociale. Parallèlement, les critiques d’une partie de la presse française sont relayées par Georges Clemenceau17, Anatole France et Victor Bérard qui obtiennent la publication d’un Livre jaune sur les massacres.

  • 18 Emmanuel Naquet, « Arthur Giry, un homme de science au service de la Vérité et de la Justice », in (...)
  • 19 Rémi Fabre, Francis de Pressensé et la défense des droits de l’Homme. Un intellectuel au combat, Re (...)

10Il faut souligner aussi, outre le rôle oublié d’Arthur Giry, archiviste-paléographe, décédé en 1899, celui de Pierre Quillard qui représente sans doute le type le plus accompli de l’intellectuel dreyfusard…18 Ancien élève de l’École des Chartes, traducteur des poètes hellénistiques Théocrite et Hérondas et des philosophes néo-platoniciens Jamblique et Porphyre, il se fait un nom dans les milieux symbolistes avec un drame, La fille aux mains coupées (1886), et un recueil de vers, La Gloire du verbe (1890). De fait, ses premiers engagements précèdent l’Affaire : enseignant à Istanbul de 1892 à 1894, témoin des atrocités, il défend les Arméniens victimes du « Sultan rouge » Abdul Hamid (Abdülhamid II), dès 1894. Alors que « Grand Saigneur » promeut un panislamisme pour l’Empire au détriment de ceux qu’il considère comme des sous-citoyens, ces dhimmis luttant depuis un quart de siècle pour des réformes civiles et fiscales, la France n’a guère freiné la mise en place de la dictature et les relations diplomatiques sont restées cordiales19. Mais Pierre Quillard ne pointe pas seulement les exécutions, il stigmatise également l’absence de liberté de circulation, les viols, les rapts, les pillages des Kurdes et des Circassiens, et soutient les révoltes récurrentes aux forts accents révolutionnaires.

  • 20 Gilles Candar, Jean Longuet. Un internationaliste à l’épreuve de l’Histoire, Rennes : PUR, 2007, p. (...)

11C’est pourquoi, le futur troisième secrétaire général de la LDH, Pierre Quillard, pourfend « l’hypocrisie diplomatique » de Gabriel Hanotaux qui favorise un statu quo, soulignant le « silence de la presse ». Ses articles, bien informés, portent auprès du public lettré qui lit La Revue de Paris, La Revue Blanche, La Revue, Pages libres ou les Cahiers de la Quinzaine. Le dossier Pierre Quillard, conservé à la Bibliothèque Nubar, comporte nombre de notes à en-tête de Pro Armenia, des « directs » des régions, des brouillons de discours et des pétitions originales, mais aussi des coupures des presses suisse et anglaise ayant servi à la publication de ce bimensuel. L’historien Gilles Candar l’analyse comme relevant de ces « organes qui sous-tendaient diverses stratégies d’alliances, tant de politique intérieure avec les milieux radicaux ou républicains avancés que de politique internationale avec des “minorités nationales opprimées” »20.

  • 21 Sur le poète, voir Edmond Khayadjian, Archag Tchobanian et le mouvement arménophile en France, Pari (...)
  • 22 Cf. aussi Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Paris : Fayard, 1988, pp. 463 et 821.

12De son côté, Georges Clemenceau préface le livre de témoignages rassemblés anonymement par Archag Tchobanian et publié au Mercure de France, Les massacres d’Arménie, témoignages des victimes (1896)21. Au nom du « droit et de la justice pour tous les hommes sans distinction de race ni de confession religieuse », il condamne « nos gouvernants [qui] n’ont rien fait et ne font rien encore aujourd’hui pour empêcher le retour de cette sauvagerie. Je ne sais quelles considérations d’imbécile diplomatie les obligent, disent-ils, à ménager le Sultan. […] De tels événements sont une perpétuelle menace pour la paix de l’Europe ; si l’on n’y prend garde, ils peuvent motiver quelque jour l’action indépendante de certaines puissances d’où le conflit général peut surgir. Ce n’est donc point faire obstacle aux prétendus desseins à longue portée de nos gouvernants que de les inviter à prendre dès à présent les mesures nécessaires pour que nous ne soyons plus exposés à revoir les scènes hideuses que l’Europe bientôt ne voudra ni ne pourra tolérer plus longtemps »22.

  • 23 Savant de l’Institut Pasteur et donc lié aux milieux d’Émile Duclaux. Pour l’échange de corresponda (...)
  • 24 Anahide Ter-Minassian, La Question arménienne, Marseille : Parenthèses, 1983, p. 165. Le parti Dach (...)
  • 25 Taner Akçam, A Shameful Act : The Armenian Genocide and the Question of Turkish Responsibility, New (...)

13L’action de Pierre Quillard se prolonge donc dans la fondation et l’animation, en compagnie du docteur Léris-Mélicof23, à partir du 25 novembre 1900, d’une revue bimensuelle, Pro Armenia, dotée d’un prestigieux comité de patronage intellectuel et politique : Jean Jaurès, Georges Clemenceau, Anatole France, qui vient de présider un meeting de la LDH au Théâtre Vaudeville à Paris organisé au profit des orphelins arméniens, Francis de Pressensé, l’helléniste Victor Bérard et le philosophe russe Edmond de Roberty s’y côtoient, jusqu’au n° 77 du 15 janvier 1904 pour ce dernier, car il quitte la revue jugée trop critique à l’encontre de la Russie. Elle est publiée à la librairie Bellais, c’est-à-dire chez le prête-nom de Péguy, qu’Anahide Ter-Minassian qualifiera d’« organe de propagande du parti Dachnak en France »24. C’est ce titre qu’il reprend dans sa contribution « Pour l’Arménie, mémoire et dossier » publiée dans Les Cahiers de la Quinzaine, et chiffre le nombre de victimes à 300 000, les historiens oscillant aujourd’hui entre 80 000 et effectivement 300 00025.

  • 26 Banquet en l’honneur de Pierre Quillard, Stamboul, suppl. à Pro Armenia, 2 janvier 1909.
  • 27 Fondé par le corédacteur des premiers statuts de la LDH avec Ludovic Trarieux, le juriste catholiqu (...)
  • 28 Lettre du 2 novembre 1900. L’article est paru sous le titre « Les massacres de Sanounkh », La Revue (...)

14Pierre Quillard est aidé pour la rédaction de la revue et l’animation des campagnes de solidarité par le socialiste Jean Longuet, qui le met en relation avec l’ensemble de la famille socialiste française et internationale. Il peut s’appuyer sur ses « amis attentifs à la question arménienne », outre le comité de soutien cité, Albert Vandal, Bernard Lazare, Marcel Sembat, l’amiral de Cuverville, l’abbé Lemire, Albert de Mun et Ernest Lavisse26, de même que sur des mouvements comme l’association La Paix par le Droit ou le Comité catholique pour la Défense du Droit27. Mais ce combat n’est pas sans risque : dans le brouillon d’une lettre au patriarche des Arméniens de Constantinople, il évoque son premier article de La Revue de Paris, sous le pseudonyme de Maurice Leveyre, pour éviter des représailles, car il compte retourner en Arménie28.

  • 29 La revue Pro Armenia dirigée par Pierre Quillard est publiée du 25 novembre 1900 au 20 septembre 19 (...)
  • 30 Paul-Henri Bourrelier, La Revue blanche, une génération dans l’engagement, 1890-1905, Paris : Fayar (...)
  • 31 Vincent Duclert et Gilles Pécout, « La mobilisation intellectuelle face aux massacres d’Arménie (18 (...)
  • 32 Gilles Manceron, « L’universalisme en question : l’Affaire comme référence et comme modèle », in G. (...)
  • 33 R. Fabre, Francis de Pressensé…, op. cit., pp. 82 et 332, citation p. 336.
  • 34 Victor Bérard, La politique du Sultan. Les massacres des Arméniens, Paris : Calmann-Lévy, 1897, réé (...)

15Il prolonge d’ailleurs cette lutte dans Pour les Peuples d’Orient puis dans L’Européen, créé en décembre 1901, hebdomadaire au financement surtout finlandais, donc intéressé à une critique de l’autoritarisme et de l’impérialisme russes29. Avec notamment Archag Tchobanian, Arménien réfugié à Paris, il entraîne pleinement en faveur de cette cause La Revue blanche, qui a publié, de 1895 à 1897, nombre d’articles sur cette question30, ainsi que son ami Bernard Lazare et beaucoup de ceux qu’on retrouvera ensuite parmi les dreyfusards les plus actifs31, non sans ruptures, par exemple entre Bernard Lazare et Theodor Herzl en raison du soutien de ce dernier au sultan Abdul Hamid II32. Il a sans doute aussi participé, au lendemain de l’affaire Dreyfus, à l’éveil de Francis de Pressensé à la question arménienne, un Francis de Pressensé dorénavant saisi, selon la formule de l’helléniste Victor Bérard, par les « noires vapeurs du sang arménien », et connaissant une véritable rupture dans sa vision des relations internationales33 ; mais Francis de Pressensé se jette tardivement dans la mêlée, bien qu’il ait passé quelques mois de sa carrière de diplomate à Constantinople et soit considéré comme le spécialiste des affaires étrangères au Temps. Il faut dire aussi que, de son côté, Victor Bérard se fait imprécateur, dans une prescience à signaler, puisqu’il montre comment les abominations d’un jour enseignent celles de jours à venir, plus terribles encore34.

De l’affaire d’un homme aux droits des peuples

  • 35 Robert Gauthier, Dreyfusards ! Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits, Paris : Julliard (co (...)
  • 36 Pierre Quillard s’est en effet chargé d’une première analyse des soutiens à la veuve du commandant (...)

16Le rôle de Pierre Quillard dans l’affaire Dreyfus doit être rappelé : proche de l’écrivain libertaire Bernard Lazare, il a signé les « protestations » des « intellectuels », a déposé au procès Zola, expliquant qu’il y a la « chose vraie » au-dessus de la « chose jugée », participé à de très nombreuses réunions avec Francis de Pressensé. Ce « doux et érudit anarchiste à la voix tranquille », selon la formule de Mathieu Dreyfus35, se fait reconnaître aussi par un travail de documentation, qui va du recollement des récits sur les exactions contre les Arméniens aux listes de souscription du monument Henry, afin d’étudier l’étendue et les caractéristiques de l’antisémitisme en France36.

  • 37 Eric Hobsbawn, L’âge des extrêmes. Le court xxe siècle, 1914-1991, Paris-Bruxelles : 1ère éd. en fr (...)

17Pour prendre une organisation centrale en ce début de xxe siècle, la LDH, il faut souligner justement son attention à ces crimes qui inaugurent cet « âge des extrêmes »37 : au premier congrès arménophile tenu à Bruxelles en 1902, elle y délègue Francis de Pressensé et, l’année suivante, ce sont des personnalités aussi diverses qu’Arthur Fontaine, Ernest Lavisse, Paul-Hyacinthe Loyson, Michel Bréal, Ferdinand Brunot, Louis Ganderax, Charles Gide, Louis Havet, Lucien Le Foyer, Auguste Molinier, Frédéric Passy, Victor Augagneur, Paul Guieysse, Charles Andler, Jean Finot, Gustave Lanson, Élisée Reclus, Gustave Rouanet, Georges Clemenceau, Francis de Pressensé, Anatole France, Jean Jaurès, Gérault-Richard, Georges Hervé, Aristide Briand, Paul Viollet, Clovis Hugues, Émile Vandevelde, Maurice Sarraut, Hubert Lagardelle, Jacques Bizet, Jean Pischari, Georges Bourdon ou Ludovic Trarieux qui assurent le congrès de leur soutien.

  • 38 Pour l’Arménie et la Macédoine, « Conférence donnée au Château d’Eau à Paris le 15 février 1903 », (...)
  • 39 Bulletin officiel de la Ligue des Droits de l’Homme (désormais BOLDH), 15 juillet 1904, p. 872 et s
  • 40 BOLDH, 31 juillet 1908, p. 1361.

18Clairement, la conception universaliste posée par Ludovic Trarieux est réaffirmée par le deuxième président de la LDH, Francis de Pressensé, qui vient de publier une conférence sur « L’Arménie et la Macédoine »38. Selon lui, « nos ancêtres […] ont prétendu formuler les titres retrouvés de l’humanité tout entière », et « il nous appartient d’intervenir dans les questions d’injustices internationales », ce qui semble bien s’appliquer au cas arménien39. Lors même qu’il extrapole, Victor Basch, qui vient d’être élu au comité central de la LDH, se fondant sur la pensée kantienne, considère de son côté que l’un des droits de l’Homme est celui à la vie, ce « droit primordial de tout individu […] de persévérer dans son être et de ne pas permettre qu’aucune atteinte soit portée à cet être », ce droit « qui vaut pour l’homme isolé », et « naturellement pour cet ensemble organisé d’hommes qui s’appelle une nation »40.

  • 41 BOLDH, 1er mars 1904, p. 213 sur l’application du traité de 1878, 1er mai 1904, p. 589 et s. pour l (...)

19La LDH se saisit donc plusieurs fois du dossier, et notamment au congrès national de la LDH tenu en 1904, qui souhaite l’application des traités de San Stefano et de Berlin (1878) permettant quelques avancées, mais pas l’autonomie revendiquée par les Arméniens, d’autant plus que les Ottomans se sont appliqués à vider de tous possibles progrès un traité très vague. Cependant, les appréciations divergent : alors que Francis de Pressensé parle d’un retour à des « événements qui ressembleront peut-être à ceux de 1894 », et se fonde sur la nécessité de la paix pour l’Europe que la LDH défend, avec son « idéal démocratique » et de « justice internationale », Lucien Le Foyer veut aller plus loin avec un « droit imprescriptible des peuples à disposer librement d’eux-mêmes », comme les individus indique-t-il. Il veut abolir « l’esclavage collectif » comme l’esclavage individuel l’a été, et entend donc que la voix de la LDH s’élève pour l’Europe mais aussi au nom de l’Arménie et de la Macédoine. Et à ce même congrès, Pierre Quillard fait une longue intervention sur la question arménienne en proposant une analogie entre Hanotaux et Mercier, le général de l’Affaire qui, comme le ministre, préférait taire un crime41.

Grande Guerre et génocide arménien

  • 42 G. Candar, Jean Longuet…, op. cit., p. 91, note 86 et C. Mouradian, L’Arménie…, op. cit., p. 57.

20Les années qui courent jusqu’à la Grande Guerre voient les problématiques des minorités s’élargir à d’autres peuples, singulièrement les Juifs de Roumanie ou les Polonais, et les tensions internationales entre les puissances, petites ou grandes, s’accentuer dans les Balkans. Mais les vœux des sections de la LDH, favorables à une solution arménienne, nombreux dans les toutes premières années du xxe siècle, se font plus rares, et la Ligue semble demeurer silencieuse sur les tueries de Cilicie ou d’Adana – entre 25 et 30 000 morts – qui eurent lieu entre le 14 et le 27 avril 1909 et qui furent du reste reconnus par le ministre français des Affaires étrangères, Stephen Pichon, sous le gouvernement Clemenceau et dénoncés par ailleurs dans L’Humanité, précisément par Jean Longuet42.

  • 43 Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, Au nom de la patrie : les intellectuels et la Première Gue (...)
  • 44 Voir Emmanuel Naquet, « Entre justice et patrie : la Ligue des Droits de l’Homme et la Grande Guerr (...)
  • 45 BOLDH, no 23-24, 15 décembre 1917, p. 833. Sur ce qui est encore la Ligue internationale des ligues (...)

21Le conflit entraine au départ une grande discrétion de la LDH, laquelle s’inscrit pleinement dans l’Union sacrée contre le « crime allemand » (Ferdinand Buisson), de même que nombre de dreyfusards s’investissent à divers degrés et selon différentes modalités dans l’effort de guerre43. Les urgences sont d’abord matérielles (allocations militaires, pensions pour les veuves et les orphelins, cherté des loyers, prix du charbon), mais aussi politiques (censure et propagande, interdiction des réunions, prérogatives du Parlement, arbitraire de la justice militaire, internement des résidents étrangers et plus largement conduite de la guerre), puisque nombre de dreyfusards sont mobilisés, et les enjeux nationaux reviennent progressivement sur le devant de la scène, en particulier autour du projet de Société des Nations44, mais aussi avec le lancement de la future FIDH par la Ligue allemande des droits de l’Homme et la ligue française, dont Victor Basch avait proposé qu’elle devienne la « Ligue des Droits de l’Homme et des Nations »45.

  • 46 Voir Raymond Kévorkian, Le génocide des Arméniens, Paris : Odile Jacob, 2006, ainsi que Gérard Chal (...)
  • 47 Discours de Francis de Pressensé, « La politique internationale et coloniale de la France », BOLDH, (...)

22Et justement, qu’en est-il du génocide contre le peuple arménien qui, entre avril 1915 et juillet 1916, fait quelque 1 200 000 morts46 ? Si l’on continue à prendre le prisme de la LDH et des dreyfusards évoqués, il faut préciser que Bernard Lazare, Pierre Quillard, Francis de Pressensé ou Jean Jaurès ont disparu. Mais aussi que les Jeunes-Turcs sont au pouvoir dans l’Empire ottoman entre 1908 et 1918, régime qu’un Jean Longuet, l’un des rares survivants de l’équipée Pro Armenia, a observé, non sans une certaine sympathie, mais dont Pressensé regrettait en mai 1912 devant le congrès de la LDH qu’il était passé sous l’influence de l’Allemagne47. Il faudrait aussi prolonger ces premières recherches par des études des trajectoires intellectuelles de ces dreyfusards – et antidreyfusards comme Denys Cochin – qui ont plaidé la cause arménienne avant le génocide.

  • 48 BOLDH, no 1, janvier 1916, pp. 3 et 63-64.
  • 49 BOLDH, no 1, janvier 1917, pp. 46-48. Boghos Nubar, qui dirige alors la Délégation nationale arméni (...)

23Reste que si l’on lit les traces de la mémoire de ce concentré de dreyfusards qu’est la LDH, le crime est évoqué. D’abord dans le long texte de Théodore Ruyssen sur « Le problème des nationalités », écrit sans doute à la fin de l’année 1915, qui cible clairement la volonté de la Russie « d’achever la conquête de l’Arménie », mais sans parler du rôle de l’Empire ottoman. Il insiste sur la pensée de la LDH poursuivant « la tradition de ses grands ancêtres, Constituants et Conventionnels qui, par delà les droits du “Citoyen”, croyaient pouvoir définir ceux de “l’Homme” », et celle d’un Francis de Pressensé qui a connu « les souffrances des peuples martyrs, dans cette Europe et dans cet Orient dont il avait sondé, en ses plus horribles bas-fonds, l’histoire violente et douloureuse », ajoutant que « nul ne prit avec plus d’énergie la défense des Finlandais, des Arméniens, des Juifs de Russie »48. Il faut dire que la Triple-Entente a dénoncé le 24 mai 1915 les premiers crimes. La même année, à son niveau, la LDH agit via son secrétaire général Henri Guernut auprès de la Suisse, des États-Unis, de l’Espagne et travaille avec les délégués arméniens à une solution à apporter à leurs compatriotes de Turquie et du Caucase. Ainsi Boghos Nubar Pacha et Archag Tchobanian sont-ils reçus, à sa demande, par le comité central de la LDH le 31 juillet 1916, et plaident-ils pour « ne plus subir le joug turc » et « obtenir l’autonomie », précisant que les « massacres » ont été « exagérés »49.

  • 50 BOLDH, no 4-6, 15 février-15 mars 1917, pp. iii-lxxix.
  • 51 Lettre du 23 octobre 1915 (BOLDH, no 5, mai 1916, pp. 295-297) et G. Candar, Jean Longuet…, op. cit (...)

24Toujours est-il que si la LDH apparaît comme l’une des grandes structures – 50 000 adhérents au cœur de la guerre – s’attachant à l’avenir des Juifs de Roumanie avec plusieurs dizaines de pages de son bulletin à eux consacrées50, elle ne discourt pas autant sur la cause arménienne ni sur les crimes perpétrés en Arménie, alors que l’écrivain Avédis Aharonian les dévoile devant la Commission des Affaires étrangères et que des hommes comme Marcel Cachin – qui entre en 1918 à son comité central – ou Jean Longuet le firent à plusieurs reprises. Elle agit plutôt en s’associant à des comités franco-arméniens où se retrouvent Georges Clemenceau, Charles Seignobos, Anatole France, Ferdinand Buisson, André-Ferdinand Hérold ou Aline Ménard-Dorian, ou en écrivant au président Woodrow Wilson51.

  • 52 Défini juridiquement par la Convention de l’ONU du 9 décembre 1948 sur la prévention et la répressi (...)
  • 53 BOLDH, no 6, juin 1916, p. 351 et s.
  • 54 BOLDH, no 9, septembre 1916.

25Quelques semaines plus tard, le 1er mars 1916, à l’occasion d’une conférence au Musée social, Victor Bérard n’évoque évidemment pas ce que, à la suite de Raphaël Lemkin, nous appelons depuis 1944 « génocide »52. Il se limite à rappeler la formule de Guizot, « chaque morceau qui se détache de l’Empire turc doit devenir le domaine d’une nation libre et indépendante », ajoutant lui-même : « La libération des Arméniens, la libération des Syriens, la libération des Maronites, la libération des Arabes et la libération des Turcs eux-mêmes, voilà le principe. Et le contrôle international de ces diverses libertés, voilà la solution »53. Parallèlement, le mémento bibliographique de l’organe de la LDH conseille la brochure d’Archag Tchobanian, L’Arménie sous le joug turc, qui « espère de la victoire des Alliés l’accomplissement de ses vœux : […] vivre sous la garantie de la Russie, de la France et de l’Angleterre, une vie autonome »54 ; on le voit, la LDH est plus dans la défense de la cause arménienne – comme de celle d’autres nationalités – que dans un combat spécifique.

  • 55 BOLDH, no 10, octobre 1916, p. 515 et s. et no 1, janvier 1917, p. 16.

26Même constat à suivre la plume du philosophe Gabriel Séailles : les atrocités subies par les Arméniens ne ressortent pas de son rapport au congrès de 1916 sur les conditions d’une paix durable, qui note pourtant le sort difficile des Polonais, des Tchèques, des Italiens, des Slovènes, des Roumains, des « Serbo-Croates » et met en avant le principe des nationalités et la justice internationale. La résolution adoptée reprend simplement l’idée que l’Arménie devra choisir « en toute liberté le régime qui lui plaît : fédération, autonomie ou indépendance »55.

  • 56 BOLDH, no 18, 1er octobre 1917 et no 22, 1er décembre 1917, p. 745
  • 57 BOLDH, no 1-2, 1er-15 janvier 1918, p. 33.
  • 58 Il serait intéressant de voir si, du côté de la Ligue allemande des droits de l’Homme, il y a eu pr (...)

27Cette règle de l’autodétermination est réaffirmée par Ferdinand Buisson lors du congrès de 1917 de la LDH, tandis que le secrétaire général Henri Guernut affirme « qu’indigènes de l’Afrique du Nord et de toutes nos colonies, Irlandais, Égyptiens, Hindous, Polonais, Arméniens, Finlandais, Juifs de tous les pays, tous sont accueillis, écoutés, réconfortés à la Ligue » et précise que « dans la mesure que [sic] les circonstances permettent, nous soutenons toujours leurs revendications légitimes »56. Pourtant, Vramchabouh Kibarian d’Artehouguentz, archiprêtre des Arméniens de Paris, envoie une adresse aux congressistes pour les pousser à « demander aux Puissances alliées la libération d’un peuple martyre sous le joug de la plus cruelle barbarie », ajoutant : « La Ligue, qui a été fondée pour la défense des principes les plus sacrés de l’Humanité et dont la voix ne s’est jamais fait entendre que contre l’injustice et l’oppression, le demandera au nom même des droits de l’Homme, qui sont aussi les droits des peuples »57. Alors, cécité de la LDH ? Non : faiblesse de son information sur la teneur et l’ampleur des exactions, peut-être parce que les vecteurs de connaissances ne sont plus là58.

  • 59 BOLDH, no 24, 15 décembre 1919, p. 1183.

28Le fait même que la Croix-Rouge ne soit pas autorisée à se rendre en Arménie par la Turquie illustre les difficultés de se renseigner. Pourtant, au lendemain de la signature du traité de Versailles, Boghos Nubar Pacha remercie Ferdinand Buisson pour son soutien à « notre cause », parce qu’il a fait appel « non pas seulement à la pitié des Puissances, mais à leur esprit de justice en établissant les titres que les Arméniens ont acquis à leur libération et à leur indépendance »59.

Vers la reconnaissance ?

29Les traités ne répondant pas à la question arménienne, l’après-guerre dévoile les actions des uns et des autres. Ainsi Victor Bérard affirme-t-il en 1920, dans un article de la nouvelle revue de la LDH intitulé « Pour l’Arménie », que les Arméniens l’auraient chargé d’une mission auprès du gouvernement français et de l’ambassadeur russe pour lever et entretenir une armée arménienne au service de l’Entente, proposition acceptée par l’ambassadeur russe. Il rappelle aussi la signature du « pacte jeune-turc » sous sa dictée et celle de Pierre Quillard, en décembre 1907, dans l’espoir d’une prise en compte des intérêts arméniens, et malgré les trahisons de la Jeune-Turquie entre 1909 et 1914, alors que « l’influence allemande » était devenue prépondérante. Par ailleurs, il critique le « pacte de 1916 » intégrant l’Arménie dans la zone d’influence française, même si celui-ci est un « grand progrès ». Et le sénateur et ligueur de conclure qu’il y a « à l’égard de la nation arménienne, peut-être une dette, à coup sûr un devoir ».

  • 60 Cahiers des Droits de l’Homme (désormais CDH), no 9, 5 mai 1920, pp. 14-21 ; Ferdinand Buisson, Vic (...)

30Mais à l’occasion du meeting organisé par la LDH le 26 février 1920 à la Mutualité pour « l’Arménie indépendante » devant 1 500 participants, le même, après avoir retracé les tenants et aboutissants de la question, pointe l’hypocrisie des politiques mus par leur soutien à la Turquie kémaliste, en particulier par des intérêts économiques. Il souligne par là même les risques d’une diplomatie immorale, se risquant à ce type de formules : « On déclare que pour que la Turquie soit viable, il faut que la Turquie ait des Arméniens à exterminer, des Kurdes à pourchasser, des provinces à exploiter », pour, quelques mots plus loin, s’attacher à la défense du peuple turc. Au contraire, le discours de l’ancien ministre et ligueur Paul Painlevé ne joue pas sur les paradoxes, mais dénonce les crimes recommencés et demande un armement des populations de Cilicie, d’Erivan et d’Erzeroum, suivie par une Séverine ayant davantage confiance en une « conscience populaire accrue » que dans la SdN60.

  • 61 CDH, no 12, 20 juin 1920, p. 17.
  • 62 BDIC, Fonds LDH, F Δ Rés. 798/28 : Notes et rapports de politique internationale : Les événements d (...)

31Quant à la LDH, au lendemain des procès de 1919-1920, mais par un simple vœu de la section de Paris-19e, elle proteste contre « les massacres de Juifs et d’Arméniens »61. Si elle n’envoie pas de commission d’enquête sur place – peut-être en raison de celles commissionnées par les États-Unis –, elle accueille les attendus de la délégation arménienne à la Conférence de la Paix, laquelle critique le faux désarmement turc par les Alliés, l’obligation de renoncer au Traité de Sèvres et l’abandon de l’Arménie par les Alliés62.

  • 63 CDH, no 24, 25 décembre 1921, p. 558, ordre du jour du 5 décembre 1921, CDH, 10 janvier 1922, p. 16 (...)
  • 64 En ce sens l’ordre du jour du 27 février 1922 (CDH, no 6, 10 mars 1922, p. 141).
  • 65 Voir la brochure L’Arménie indépendante, issue de la réunion que la LDH tient à la Mutualité le 26  (...)
  • 66 R. Kévorkian, Le génocide…, op. cit., p. 936 et s. Voir encore Annette Becker, « L’extermination de (...)

32Au lendemain de l’accord franco-turc d’Angora du 20 octobre 1921, la LDH s’inquiète encore par la voix de son vice-président André-Ferdinand Hérold, qui s’interroge sur le traitement des habitants d’une Cilicie abandonnée par la France, dont les légionnaires arméniens ayant combattu les Turcs pendant le conflit, et demande de confier à un « conseil international […] le droit de contrôler la bonne volonté des Turcs ». Clairement, cette question soucie la direction de la LDH, puisque le comité central la reprend, au-delà d’un Edmond Besnard considérant que les « Chrétiens, quand ils se sentent les plus forts, assassinent les Turcs, comme les Turcs assassinent les Chrétiens ». La nécessité d’une défense des Arméniens est mise en avant par l’avocat socialiste Marius Moutet qui obtient, malgré le général Sarrail, à la fois une visite au président du Conseil pour demander des garanties juridiques pour les minorités ciliciennes et un meeting63. Néanmoins, la LDH reste dans une simple posture d’affirmation de la nécessaire indépendance de l’Arménie64, alors que la SdN refuse d’admettre l’Arménie (et la Géorgie) en son sein65. On peut en effet s’interroger sur son absence de réaction alors que les puissances se saisissent du génocide et de sa sanction éventuelle par des cours de justice internationale et que s’élabore une pensée sur les crimes contre « le droit des gens », même incomplète66.

  • 67 Voir l’annexe 10 de la version dactylographiée de notre thèse, consultable et téléchargeable en lig (...)
  • 68 Notamment pour plaider les cas russes ou arméniens (Archives de la SdN, Fonds mixte Nansen, C1470, (...)

33Cependant, au lendemain de la première et éphémère République arménienne, la ligue arménienne participe à la création de la FIDH en 1922. Présidée par Alexander Khatissian, réunissant 32 membres à la fin de l’année 1932, les archives de la LDH ne la montrent pas très active, même si, incontestablement, elle se fait le relais des informations de l’association française auprès des réfugiés arméniens en France67. Parallèlement, plusieurs ligueurs investissent certaines structures internationales68, tandis que le salon de celle que Victor Basch appelait « la bonne hôtesse », Aline Ménard-Dorian, accueille aussi les exilés, avant même la Grande Guerre, comme en témoigne le professeur d’esthétique : « En 1905 est créée chez elle la Société des amis du peuple russe qui révéla aux Français ce qu’était le tsarisme et ses crimes. Puis, elle commença à s’intéresser au sort des Arméniens, des Juifs de Russie et de Roumanie. Elle entra en correspondance avec ceux qui, dans tous les pays, s’occupaient de l’Arménie et constitua une sorte de bureau international, grâce au concours des hommes d’État heureux d’être reçus par elle ».

  • 69 CDH, 10 novembre 1929, pp. 735-736 et La Dépêche de Toulouse, 26 octobre 1929.

34Le sociologue Célestin Bouglé ne dit pas autre chose pour l’après-guerre : « Mme Ménard-Dorian […] était bien […] de la famille de Jaurès. La plainte du peuple et la plainte des peuples, le cri de détresse des prolétaires exploités, des Juifs, des Arméniens, des Polonais, des Hollandais brimés, opprimés, souvent martyrisés, elle ne cessait de les entendre. Elle y pensait, elle voulait nous y faire penser toujours. Et c’est pourquoi son salon ne devait pas être à ses yeux un écran, mais un écho. Non un écran splendide pour cacher les misères du monde, mais un écho sonore où retentirait leur doléance, pour l’inquiétude, pour la honte des responsables… »69.

  • 70 Lettre de la LDH du 18 janvier 1924 et réponse du chef du Gouvernement du 25 (CDH, 20 mars 1924, p. (...)

35Il est vrai que, se plaçant sur le terrain du droit, la LDH n’abandonne pas les Arméniens, au moins comme individus, comme l’illustrent les courriers au président du Conseil, en l’occurrence Raymond Poincaré, qui répond sur celui de la charité, puis au ministre des Affaires étrangères par intérim, René-Renoult, par ailleurs ligueur de la section de Paris-8e, avec cette fois l’annonce d’une délivrance large des certificats permettant aux Arméniens réfugiés en France de circuler plus facilement. Ainsi, saisi en 1932 par la Ligue arménienne demandant pour intercéder auprès des autorités françaises dans le but d’une « mesure générale de bienveillance » et l’annulation des arrêtés d’expulsion pris, Henri Guernut répond que la LDH « pourrait intervenir dans les cas d’espèce intéressants, et lorsque les Arméniens frappés de mesures d’expulsion n’ont pas encouru de condamnations de droit commun ». Au contraire, le président Victor Basch estime « que les Arméniens étant des réfugiés politiques, la Ligue doit les défendre en bloc », et le futur secrétaire général de la LDH Émile Kahn, alors vice-président, propose que « les Arméniens ne soient pas traités comme des étrangers » et s’oppose à la double peine : « S’ils commettent des délits, les peines ordinaires suffisent à les sanctionner. On ne doit pas les expulser »70.

  • 71 CDH, 30 janvier 1935, pp. 63-64. Voir la lettre de remerciement de la « colonie arménienne en Franc (...)

36Cette attention s’accroît quand les tensions nationales et internationales sont fortes : le 16 janvier 1935, la LDH écrit au président du Conseil pour critiquer les « nouvelles mesures […] prises en particulier par M. le Ministre du Travail », alors que les réfugiés arméniens, « privés de leur emploi », ne pouvant « obtenir le renouvellement de leur carte d’identité de travailleur », ni « l’allocation chômage », sont « refoulés de France », mais « ne peuvent quitter notre pays parce qu’ils sont “heimatlos”, dépourvus de pièces d’identité et qu’aucun pays ne les veut accueillir », traînant donc « une vie misérable de prison en prison ». Et la LDH d’achever sa demande de considération ainsi : « La plupart de ces réfugiés sont venus dans notre pays en tant que protégés français, au lendemain de la guerre, après avoir su montrer leur dévouement à la France. Ils ont, par leur conduite envers notre pays, mérité souvent d’être assimilés à nos compatriotes »71.

*

  • 72 Cité dans Christophe Charle, Paris fin de siècle : culture et politique, Paris : Seuil (coll. « L’U (...)

37La conclusion revient certainement au dreyfusard et historien, Charles Seignobos, qui écrit que « dans tous les pays, il y a des hommes qui ont compris que les nations, comme les individus, sont solidaires les unes des autres parce qu’elles travaillent à l’œuvre commune de civilisation, parce qu’elles sont toutes intéressées au progrès de la science et de la liberté. […] Partout, il y a des hommes qui, dans ces dernières années, ont souffert et se sont indignés ensemble de voir violer le droit des peuples ou des citoyens. les guerres de Cuba, des Philippines, du Transvaal, les massacres d’Arménie et de Chine, l’atteinte à la constitution de la Finlande, l’affaire Dreyfus, les manifestations diverses de l’impérialisme et du panslavisme, ont fait apparaître cette union de pensée entre les hommes de tous les pays. On a vu ainsi se former une opinion politique européenne. Ces hommes, disséminés par tout le monde civilisé, forment, pourrait-on dire, le parti de la justice et de l’humanité »72. Reste à ajouter que la promesse des droits de l’Homme s’avère difficile quand les fronts se multiplient et se complexifient, au temps de la Grande Guerre puis de la montée et de l’arrivée au pouvoir des fascisme et nazisme ; cela dévoile ce pari infini qu’est la justice dans la Cité.

Haut de page

Bibliographie

Akçam Taner, A Shameful Act : The Armenian Genocide and the Question of Turkish Responsibility, New York : Metropolitan Books, 2006.

Altounian Janine, De la cure à l’écriture. L’élaboration d’un héritage traumatique, Paris : PUF, 2012.

Bancquart Marie-Claire, « Anatole France, un écrivain engagé, un écrivain délaissé », in G. Manceron et alii, Becker Annette, « L’extermination des Arméniens, entre dénonciation, indifférence et oubli », Revue d’histoire de la Shoah, no 177-178, 2003, pp. 295-312.

Bancquart Marie-Claire, Anatole France, Paris : Julliard (coll. « Écrivain/Écrivain »), 1994.

Bancquart Marie-Claire, Anatole France. Un sceptique passionné, Paris : Calmann-Lévy, 1984.

Bérard Victor, La politique du Sultan. Les massacres des Arméniens, Paris : Calmann-Lévy, 1897.

Berland André et Touroude Georges, Ludovic Trarieux (1840-1904), Paris : Librairie Bruno Sépulchre, 1990.

Bourrelier Paul-Henri, La Revue blanche, une génération dans l’engagement, 1890-1905, Paris : Fayard, 2007.

Bredin Jean-Denis, Bernard Lazare, Paris : Fallois, 1992.

Bruna Aurore, « La France, les Français face à la Turquie. Autour de l’accord d’Angora du 20 octobre 1921 », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, no 27, 2008/1, pp. 27-41.

Buisson Ferdinand, Bérard Victor, Painlevé Paul, Séverine, Pour l’Arménie indépendante, Paris : LDH, 1920.

Candar Gilles, « Pierre Quillard », in Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris : Seuil, 1ère éd. 1996, pp. 935-936.

Candar Gilles, Jean Longuet. Un internationaliste à l’épreuve de l’Histoire, Rennes : PUR, 2007.

Candar Gilles, Naquet Emmanuel et Oriol Philippe, « Pierre Quillard, écrivain, défenseur des hommes et des peuples », in G. Manceron et alii, 2009, pp. 167-170.

Chaliand Gérard et Ternon Yves, 1915, le génocide des Arméniens, Bruxelles : Complexe, 2006.

Charle Christophe, Paris fin de siècle : culture et politique, Paris : Seuil (coll. « L’Univers historique »), 1998.

Cooper Sandi, Patriotic Pacifism : Waging War in Europe, 1815-1914, Oxford : Oxford University Press, 1991.

Dadrian Vahakn N., Autopsie du génocide arménien, Bruxelles : Bruylant, 1995.

Drouin Michel, Hélard André, Oriol Philippe et Provost Gérard (dir.), L’Affaire Dreyfus. Nouveaux regards, nouveaux problèmes, Rennes : PUR, 2007.

Duclert Vincent et Pécout Gilles, « La mobilisation intellectuelle face aux massacres d’Arménie (1894-1900) », in André Gueslin et Dominique Kalifa (dir.), Les exclus en Europe 1830-1930, Paris : Éd. de l’Atelier, 1999, pp. 323-344.

Duroselle Jean-Baptiste, Clemenceau, Paris : Fayard, 1988.

Duroselle Jean-Baptiste, La France de la « Belle Époque », Paris : Presses de la FNSP, 1992.

Fabre Rémi, Francis de Pressensé (1853-1914), une biographie politique et intellectuelle, dossier pour l’habilitation à diriger des recherches, dact., s. la dir. d’André Encrevé, Université Paris XII-Créteil, 2002.

Favreau Bertrand, « Ludovic Trarieux », in Bertrand Favreau (éd.), Derrière la cause isolée d’un homme, Lormont : Éd. de La Presqu’île, 1995, pp. 15-34.

Favreau Bertrand, « Ludovic Trarieux, fondateur de la Ligue des Droits de l’Homme », in Bertrand Favreau (éd.), Le droit, la Justice, l’humanité, Bègles : Éd. du Passant, 2001, pp. 13-26.

France Anatole, « Allocution », Pages libres, 1901, t. II, pp. 533-534.

France Anatole, Vers les temps meilleurs. Trente ans de vie sociale I. 1897-1904, Paris : Éd. Émile-Paul Frères, 1949.

Gauthier Robert, Dreyfusards ! Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits, Paris : Julliard (coll. « Archives »), 1965.

Girardet Raoul, Le nationalisme français. Anthologie (1871-1914), Paris : rééd. Seuil, coll. « Points Histoire », 1983.

Grossi Verdiana, Le pacifisme européen, 1889-1914, Bruxelles : Bruylant, 1994.

Guicheney Sandrine, Ludovic Trarieux (1840-1904), travail d’étude et de recherche d’histoire contemporaine, dact., s. la dir. de Jean-Claude Drouin et de Bernard Lachaise, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 1993.

Hobsbawm Eric, L’âge des extrêmes. Le court xxe siècle, 1914-1991, Paris, Bruxelles : Complexe, Le Monde diplomatique, 1999.

Ingram Norman, « Pacifisme ancien style, ou le pacifisme de l’Association de la paix par le droit », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 30, sous la direction d’Emmanuel Naquet et de Nicolas Offenstadt, janvier-mars 1993, pp. 2-5.

Ingram Norman, The Politics of Dissent : Pacifism in France, 1919-1939, Oxford : Clarendon Press, 1991.

Jaurès Jean, Il faut sauver les Arméniens, éd. par Vincent Duclert, Paris : Mille et une nuits, 2006.

Joly Bertrand, « Remarques sur le “monument Henry” », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, no 154, octobre-décembre 1999, pp. 29-38.

Kévorkian Raymond, Le génocide des Arméniens, Paris : Odile Jacob, 2006.

Khayadjian Edmond, Archag Tchobanian et le mouvement arménophile en France, Paris : CNDP, 1986.

Lepsius Johannes, Archives du génocide des Arméniens : recueil des documents diplomatiques allemands, Paris : Fayard, 1986.

Manceron Gilles et Naquet Emmanuel (dir.), Être dreyfusard, hier et aujourd’hui, Rennes : PUR, 2009.

Manceron Gilles, « L’universalisme en question : l’Affaire comme référence et comme modèle », in G. Manceron et alii, 2009, pp. 419-448.

Mayeur Jean-Marie, « Les catholiques dreyfusards », Revue historique, no 2, avril-juin 1979, pp. 337-361.

Mayeur Jean-Marie, « Paul Viollet : pour les libertés », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 11, 1993, pp. 39-44.

Mayeur Jean-Marie, « Les catholiques et l’affaire Dreyfus », in Christophe Prochasson et Laurent Gervereau (dir.), L’affaire Dreyfus et le tournant du siècle (1894-1910), Nanterre : BDIC, 1994, pp. 156-162.

Mayeur Jean-Marie, « Les catholiques français », in M. Drouin et alii, 2007, pp. 330-341.

Mouradian Claire, L’Arménie, Paris : PUF (coll. « Que sais-je ? »), 1995.

Mouradian  Claire (dir.), Arménie, une passion française, Paris : Magellan, 2007.

Naquet Emmanuel, « La Ligue des Droits de l’Homme. De la défense de l’individu à la défense des peuples ? (1898-1919) », Lendemains, no 89, 1998, pp. 14-27.

Naquet Emmanuel, « Entre justice et patrie : la Ligue des Droits de l’Homme et la Grande Guerre », Le Mouvement social, no 183, avril-juin 1998, pp. 93-109.

Naquet Emmanuel, « Guerre et droit. L’inconciliable ? L’exemple de la Ligue des Droits de l’Homme de l’avant à l’après 1914 », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 23, 2005, pp. 93-110.

Naquet Emmanuel, La Ligue des Droits de l’Homme, une association en politique, 1898-1940, thèse de doctorat, dact., 1349 p., s. la direction de Serge Berstein, IEP de Paris, 2005.

Naquet Emmanuel, « La réhabilitation, victoire des droits de l’Homme ? Jus suum cuique et extrapolation de l’affaire Dreyfus au tournant du siècle », in M. Drouin et alii, 2007, pp. 73-87.

Naquet Emmanuel, « Ludovic Trarieux et la révision de l’affaire Dreyfus. Du combat pour un homme à la défense de tous les hommes (1898-1903) », in Bertrand Favreau (dir.), Dreyfus réhabilité, cent ans après, Lormont : Le Bord de l’Eau, 2007, pp. 61-95.

Naquet Emmanuel, « L’action de la Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme (FIDH) entre les deux guerres », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 95, juillet-septembre 2009, pp. 53-64.

Naquet Emmanuel, « L’universalisme des droits de l’Homme et du Citoyen », in Vincent Duclert et Perrine Simon-Nahum (dir.), Les événements fondateurs. L’affaire Dreyfus, Paris : Armand Colin (coll. « U »), 2009, pp. 102-110.

Naquet Emmanuel, « Arthur Giry, un homme de science au service de la Vérité et de la Justice », in G. Manceron et alii, 2009, pp. 105-108.

Naquet Emmanuel, « L’affaire Dreyfus, entre héritages, champs d’expériences et horizons d’attentes pour la République », in Robert Belot (dir.), Tous républicains ! Origines et modernité des valeurs républicaines, Paris : Armand Colin (coll. « Recherches »), 2011, pp. 39-48.

Naquet Emmanuel, « Parce que c’était elle, parce que c’était elle. La Ligue des Droits de l’Homme (LDH) et la Ligue allemande des Droits de l’Homme. Quelques remarques sur deux organisations pacifistes et républicaines d’une guerre à l’autre », in Olivier Dard et Nathalie Sevilla (dir.), Le phénomène ligueur en Europe et aux Amériques, Metz : Centre régional universitaire lorrain d’Histoire, 2011, pp. 43-58.

Naquet Emmanuel, Pour l’humanité. La Ligue des Droits de l’Homme, de l’affaire Dreyfus à la défaite de 1940, Rennes : PUR, 2014.

Oriol Philippe, Bernard Lazare, Paris : Stock (coll. « Biographies »), 2003.

Passy Paul, La Vérité sur l’Arménie, Paris : Imprimerie de Lievens, 1896.

Prochasson Christophe et Rasmussen Anne, Au nom de la patrie : les intellectuels et la Première Guerre mondiale, 1910-1919, Paris : La Découverte, 1996.

Rebérioux Madeleine, « Jaurès et les Arméniens », Jean Jaurès. Bulletin de la société d’études jaurésiennes, no 121, mai-juillet 1991, pp. 4-9.

Rémi Fabre, Francis de Pressensé et la défense des droits de l’Homme. Un intellectuel au combat, Rennes : PUR, 2004.

Sée Henri, Histoire de la Ligue des Droits de l’Homme, Paris : LDH, 1927.

Ter Minassian Anahide, La Question arménienne, Marseille : Parenthèses, 1983.

Wilson Nelly, Bernard Lazare. L’antisémitisme, l’affaire Dreyfus et la recherche de l’identité juive, Paris : Albin Michel, 1985.

Wilson Stephen, « Le monument Henry, la structure de l’antisémitisme en France, 1898-1899 », Annales ESC, no 2, mars-avril 1977, pp. 265-291.

Winock Michel, Clemenceau, Paris : Perrin, 2007.

Haut de page

Notes

1 Voir les biographies que lui ont consacré Philippe Oriol, Bernard Lazare, Paris : Stock (coll. « Biographies »), 2003, Jean-Denis Bredin, Bernard Lazare, Paris : Fallois, 1992, rééd. Livre de Poche (coll. « Références »), 1994 et Nelly Wilson, Bernard Lazare. L’antisémitisme, l’affaire Dreyfus et la recherche de l’identité juive, Paris : Albin Michel, 1985.

2 Cf. Marie-Claire Bancquart, Anatole France, Paris : Julliard (coll. « Écrivain/Écrivain »), 1994.

3 Nous renvoyons à Gilles Manceron et Emmanuel Naquet (dir.), Être dreyfusard, hier et aujourd’hui, Rennes : PUR, 2009, ainsi qu’à Emmanuel Naquet, « L’affaire Dreyfus, entre héritages, champs d’expériences et horizons d’attentes pour la République », in Robert Belot (dir.), Tous républicains ! Origines et modernité des valeurs républicaines, Paris : Armand Colin (coll. « Recherches »), 2011, pp. 39-48, « L’universalisme des droits de l’Homme et du Citoyen », in Vincent Duclert et Perrine Simon-Nahum (dir.), Les événements fondateurs. L’affaire Dreyfus, Paris : Armand Colin (coll. « U »), 2009, pp. 102-110 et « La réhabilitation, victoire des droits de l’Homme ? Jus suum cuique et extrapolation de l’affaire Dreyfus au tournant du siècle », in Michel Drouin, André Hélard, Philippe Oriol et Gérard Provost (dir.), L’Affaire Dreyfus. Nouveaux regards, nouveaux problèmes, Rennes : PUR, 2007, pp. 73-87.

4 Cet article est issu d’une communication lors de la journée d’étude organisée par le Groupe de travail « Mémoire, histoire, archives » de la Ligue des droits de l’Homme (LDH), la Revue arménienne des questions contemporaines et l’Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB), en partenariat avec le Comité de vigilance sur les usages publics de l’histoire (CVUH) sur « La connaissance du génocide des Arméniens. Les enjeux en France d’une loi de pénalisation » ; elle a fait l’objet d’une captation vidéo, réalisée par Alejandra Magnasco : http://cvuh.blogspot.fr/2013/05/journee-detude-sur-la-connaissance-du.html, http://aggiornamento.hypotheses.org/1385.

5 Voir notamment Jean-Baptiste Duroselle, La France de la « Belle Époque », Paris : Presses de la FNSP, 1992.

6 Sur celle-ci, Norman Ingram, « Pacifisme ancien style, ou le pacifisme de l’Association de la paix par le droit », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 30, sous la direction d’Emmanuel Naquet et de Nicolas Offenstadt, janvier-mars 1993, pp. 2-5.

7 Sur cette typologie, Norman Ingram The Politics of Dissent : Pacifism in France, 1919-1939, Oxford : Clarendon Press, 1991. Plus généralement, se reporter à Sandi Cooper, Patriotic Pacifism : Waging War in Europe, 1815-1914, Oxford, Oxford University Press, 1991 et à Verdiana Grossi, Le pacifisme européen, 1889-1914, Bruxelles : Bruylant, 1994.

8 Archives de la LDH (dorénavant APLDH), compte rendu manuscrit des séances du comité directeur (juin 1898-décembre 1899), pp. 148-149. Sur l’association et cette thématique jusqu’à la Grande Guerre, voir Emmanuel Naquet, « La Ligue des Droits de l’Homme. De la défense de l’individu à la défense des peuples ? (1898-1919) », Lendemains, no 89, s. la dir. de François Beilecke et Hans Manfred Bock, 1998, pp. 14-27.

9 Sur l’histoire de cette association jusqu’en 1940, cf. Emmanuel Naquet, La Ligue des Droits de l’Homme, une association en politique, 1898-1940, thèse de doctorat, dact., 1349 p., s. la direction de Serge Berstein, IEP de Paris, 2005, à paraître aux PUR en 2014 sous le titre Pour l’humanité. La Ligue des Droits de l’Homme, de l’affaire Dreyfus à la défaite de 1940.

10 Séance du comité directeur, 10 juillet 1899 (APLDH, archive citée, p. 119) et lettre du 29 juillet 1900, in Henri Sée, Histoire de la Ligue des Droits de l’Homme, Paris : LDH, 1927, p. 32.

11 Au sein d’une délégation composée de Ludovic Trarieux, du secrétaire général et critique d’art Mathias Morhardt, du journaliste Francis de Pressensé, de l’helléniste Jean Psichari, du publiciste Ernest Vaughan, du « bleu de Bretagne » Armand Dayot, de l’historien Gabriel Monod, alors que sont salués « les défenseurs du droit nouveau, où le respect des nationalismes devient la base de l’union pacifique de tous les hommes » (L’Aurore, 27 novembre 1899).

12 Séance du comité directeur de la LDH, 19 novembre 1900. Voir aussi Emmanuel Naquet, « Ludovic Trarieux et la révision de l’affaire Dreyfus. Du combat pour un homme à la défense de tous les hommes (1898-1903) », in Bertrand Favreau (dir.), Dreyfus réhabilité, cent ans après, Lormont : Le Bord de l’Eau, 2007, pp. 61-95. Sur le premier président de la LDH, voir Bertrand Favreau, « Ludovic Trarieux », in Bertrand Favreau (éd.), Derrière la cause isolée d’un homme, Lormont : Éd. de La Presqu’île, 1995, pp. 15-34, « Ludovic Trarieux, fondateur de la Ligue des Droits de l’Homme », in Bertrand Favreau (éd.), Le droit, la Justice, l’humanité, Bègles : Éd. du Passant, 2001, pp. 13-26, Sandrine Guicheney, Ludovic Trarieux (1840-1904), travail d’étude et de recherche d’histoire contemporaine, dact., s. la dir. de Jean-Claude Drouin et de Bernard Lachaise, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 1993, et André Berland et Georges Touroude, Ludovic Trarieux (1840-1904), Paris : Librairie Bruno Sépulchre, 1990.

13 Cf. sa brochure La Vérité sur l’Arménie, Paris : Imprimerie de Lievens, 1896. Paul Passy, protestant, fils du pacifiste Frédéric Passy (1822-1912), prix Nobel de la Paix en 1901, est linguiste et directeur adjoint de l’École pratique des hautes études ; avec Jacques Bizet, fils du compositeur, il a secondé Jean Psichari, premier secrétaire général de la LDH.

14 Séances des 11 et 18 décembre 1899 (APLDH, archive citée, pp. 148-149). Francis de Pressensé s’était intéressé de longue date à celle-ci, pas encore dans le sens que prend alors la LDH (Rémi Fabre, Francis de Pressensé (1853-1914), une biographie politique et intellectuelle, dossier pour l’habilitation à diriger des recherches, dact., s. la dir. d’André Encrevé, Université Paris XII-Créteil, 2002, p. 126 et s.).

15 Cf. Marie-Claire Bancquart, Anatole France. Un sceptique passionné, Paris : Calmann-Lévy, 1984, p. 266, ainsi qu’Anatole France, Vers les temps meilleurs. Trente ans de vie sociale I. 1897-1904, Paris : Éd. Émile-Paul Frères, 1949. Voir aussi son « Allocution » prononcée sous les auspices de la LDH le 21 décembre 1901, à la réunion plénière des sections de Paris-16e, et reproduite dans Pages libres, 1901, t. II, pp. 533-534 et Marie-Claire Bancquart, « Anatole France, un écrivain engagé, un écrivain délaissé », in G. Manceron et E. Naquet (dir.), Être dreyfusard…, op. cit., p. 97 et s.

16 Jean Jaurès, Il faut sauver les Arméniens, éd. par Vincent Duclert, Paris : Mille et une nuits, 2006, p. 13 et s. ; Madeleine Rebérioux, « Jaurès et les Arméniens », Jean Jaurès. Bulletin de la société d’études jaurésiennes, no 121, mai-juillet 1991, pp. 4-9.

17 Voir Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Paris : Fayard, 1988 et Michel Winock, Clemenceau, Paris : Perrin, 2007.

18 Emmanuel Naquet, « Arthur Giry, un homme de science au service de la Vérité et de la Justice », in G. Manceron et E. Naquet (dir.), Être dreyfusard…, op. cit., pp. 105-108 ; Gilles Candar, « Pierre Quillard », in Jacques Julliard et Michel Winock (dir., avec la collaboration de Pascal Balmand et de Christophe Prochasson), Dictionnaire des intellectuels français, Paris : Seuil, 1ère éd. 1996, pp. 935-936 ; et Gilles Candar, Emmanuel Naquet et Philippe Oriol, « Pierre Quillard, écrivain, défenseur des hommes et des peuples », in G. Manceron et E. Naquet (dir.), Être dreyfusard…, op. cit., p. 167 et s., ainsi que Claire Mouradian (dir.), Arménie, une passion française, Paris : Magellan, 2007, pp. 57-58 et 154.

19 Rémi Fabre, Francis de Pressensé et la défense des droits de l’Homme. Un intellectuel au combat, Rennes : PUR, 2004, p. 73.

20 Gilles Candar, Jean Longuet. Un internationaliste à l’épreuve de l’Histoire, Rennes : PUR, 2007, p. 88. Le dossier, qui provient de la donation faite en 1937 par Maurice Peyrol, cousin de Pierre Quillard, contient aussi de nombreuses cartes d’Élisée Reclus sur les minorités de Russie d’Europe et d’Asie mineure.

21 Sur le poète, voir Edmond Khayadjian, Archag Tchobanian et le mouvement arménophile en France, Paris : CNDP, 1ère éd. 1986.

22 Cf. aussi Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Paris : Fayard, 1988, pp. 463 et 821.

23 Savant de l’Institut Pasteur et donc lié aux milieux d’Émile Duclaux. Pour l’échange de correspondance à partir de 1902 entre ce scientifique, Jean Jaurès et Anatole France, cf. La Nouvelle Revue, no 298, 1er janvier 1925, pp. 3-9. L’arménophile Séverine n’en fait pas partie.

24 Anahide Ter-Minassian, La Question arménienne, Marseille : Parenthèses, 1983, p. 165. Le parti Dachnak (Fédération révolutionnaire arménienne) a été fondé en 1890 en Russie : il pratique l’autodéfense et demande l’émancipation des Arméniens de l’Empire ottoman.

25 Taner Akçam, A Shameful Act : The Armenian Genocide and the Question of Turkish Responsibility, New York : Metropolitan Books, 2006, p. 42. Chiffres auxquels il faut ajouter 100 000 réfugiés et 50 000 orphelins. Cf. Claire Mouradian, L’Arménie, Paris : PUF (coll. « Que sais-je ? »), 1995, p. 53.

26 Banquet en l’honneur de Pierre Quillard, Stamboul, suppl. à Pro Armenia, 2 janvier 1909.

27 Fondé par le corédacteur des premiers statuts de la LDH avec Ludovic Trarieux, le juriste catholique Paul Viollet, éphémère membre de son comité directeur du 4 au 17 juin 1898, mais qui restera proche de la LDH. Sur cette mouvance, voir Jean-Marie Mayeur, « Les catholiques dreyfusards », Revue historique, no 2, avril-juin 1979, pp. 337-361, « Les catholiques et l’affaire Dreyfus », in Christophe Prochasson et Laurent Gervereau (dir.), L’affaire Dreyfus et le tournant du siècle (1894-1910), Nanterre : BDIC, 1994, pp. 156-162, « Les catholiques français », in M. Drouin et al., L’Affaire Dreyfus…, op. cit., pp. 330-341 et « Paul Viollet : pour les libertés », Mil neuf cent, Revue d’histoire intellectuelle, no 11, 1993, pp. 39-44.

28 Lettre du 2 novembre 1900. L’article est paru sous le titre « Les massacres de Sanounkh », La Revue de Paris, 1er septembre 1895.

29 La revue Pro Armenia dirigée par Pierre Quillard est publiée du 25 novembre 1900 au 20 septembre 1908, puis reparaît, après sa mort, sous le titre Pour les peuples d’Orient, du 10 décembre 1912 au 25 juin-10 juillet 1914, reprenant le titre Pro Armenia de décembre 1913 à juillet 1914 ; les directeurs en sont alors Francis de Pressensé, jusqu’à sa mort, et Victor Bérard.

30 Paul-Henri Bourrelier, La Revue blanche, une génération dans l’engagement, 1890-1905, Paris : Fayard, 2007, pp. 557-561 et 572-573.

31 Vincent Duclert et Gilles Pécout, « La mobilisation intellectuelle face aux massacres d’Arménie (1894-1900) », in André Gueslin et Dominique Kalifa (dir.), Les exclus en Europe 1830-1930, Paris : Éd. de l’Atelier, 1999, pp. 323-344.

32 Gilles Manceron, « L’universalisme en question : l’Affaire comme référence et comme modèle », in G. Manceron et E. Naquet (dir.), Être dreyfusard…, op. cit., p. 419 et s.

33 R. Fabre, Francis de Pressensé…, op. cit., pp. 82 et 332, citation p. 336.

34 Victor Bérard, La politique du Sultan. Les massacres des Arméniens, Paris : Calmann-Lévy, 1897, rééd. Le Félin, 2005. La psychanalyste Janine Altounian a consacré un chapitre de son ouvrage à l’analyse de Victor Bérard et à ce qu’elle a appelé « l’abstentionnisme du tiers européen » (De la cure à l’écriture. L’élaboration d’un héritage traumatique, Paris : PUF, 2012).

35 Robert Gauthier, Dreyfusards ! Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits, Paris : Julliard (coll. « Archives »), 1965, pp. 183-184.

36 Pierre Quillard s’est en effet chargé d’une première analyse des soutiens à la veuve du commandant Henry qui s’est officiellement suicidé dans sa prison. Sur l’apport de ce premier travail historien, voir Raoul Girardet, Le nationalisme français. Anthologie (1871-1914), Paris : rééd. Seuil, coll. « Points Histoire », 1983, pp. 178-181, Stephen Wilson, « Le monument Henry, la structure de l’antisémitisme en France, 1898-1899 », Annales ESC, no 2, mars-avril 1977, pp. 265-291 et Bertrand Joly, « Remarques sur le "monument Henry" », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, no 154, octobre-décembre 1999, pp. 29-38.

37 Eric Hobsbawn, L’âge des extrêmes. Le court xxe siècle, 1914-1991, Paris-Bruxelles : 1ère éd. en français Complexe-Le Monde diplomatique, 1999.

38 Pour l’Arménie et la Macédoine, « Conférence donnée au Château d’Eau à Paris le 15 février 1903 », Union des Étudiants arméniens de l’Europe, s. l., 1903 ; dans la seconde, on retrouve des textes de « MM. Berthelot, Charmetant, G. Clemenceau, D. Cochin… », préface de Victor Bérard, introduction de Pierre Quillard, rapport de Francis de Pressensé, Paris : Société nouvelle de librairie et d’édition, 1904. Pour la liste des soutiens au congrès arménophile de Bruxelles, voir par exemple Pro Armenia, no 14, 25 juin 1902 et no 15, 10 juillet 1902.

39 Bulletin officiel de la Ligue des Droits de l’Homme (désormais BOLDH), 15 juillet 1904, p. 872 et s.

40 BOLDH, 31 juillet 1908, p. 1361.

41 BOLDH, 1er mars 1904, p. 213 sur l’application du traité de 1878, 1er mai 1904, p. 589 et s. pour l’intervention de Francis de Pressensé et celle de Lucien Le Foyer, et 15 juillet 1904, p. 945 et s. pour le discours de Pierre Quillard.

42 G. Candar, Jean Longuet…, op. cit., p. 91, note 86 et C. Mouradian, L’Arménie…, op. cit., p. 57.

43 Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, Au nom de la patrie : les intellectuels et la Première Guerre mondiale, 1910-1919, Paris : La Découverte, 1996.

44 Voir Emmanuel Naquet, « Entre justice et patrie : la Ligue des Droits de l’Homme et la Grande Guerre », Le Mouvement social, no 183, avril-juin 1998, pp. 93-109 et « Guerre et droit. L’inconciliable ? L’exemple de la Ligue des Droits de l’Homme de l’avant à l’après 1914 », Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, no 23, 2005, pp. 93-110.

45 BOLDH, no 23-24, 15 décembre 1917, p. 833. Sur ce qui est encore la Ligue internationale des ligues des droits de l’Homme, cf. Emmanuel Naquet, « L’action de la Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme (FIDH) entre les deux guerres », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 95, juillet-septembre 2009, pp. 53-64 et sur les synergies entre les deux ligues, « Parce que c’était elle, parce que c’était elle. La Ligue des Droits de l’Homme (LDH) et la Ligue allemande des Droits de l’Homme. Quelques remarques sur deux organisations pacifistes et républicaines d’une guerre à l’autre », in Olivier Dard et Nathalie Sevilla (dir.), Le phénomène ligueur en Europe et aux Amériques, Metz : Centre régional universitaire lorrain d’Histoire, 2011, pp. 43-58.

46 Voir Raymond Kévorkian, Le génocide des Arméniens, Paris : Odile Jacob, 2006, ainsi que Gérard Chaliand et Yves Ternon, 1915, le génocide des Arméniens, Bruxelles : Complexe, 2006.

47 Discours de Francis de Pressensé, « La politique internationale et coloniale de la France », BOLDH, no 16, 31 août 1912, p. 925.

48 BOLDH, no 1, janvier 1916, pp. 3 et 63-64.

49 BOLDH, no 1, janvier 1917, pp. 46-48. Boghos Nubar, qui dirige alors la Délégation nationale arménienne, a probablement tendance à minimiser l’ampleur des massacres afin de ne pas desservir politiquement les revendications territoriales larges qu’il porte auprès des Alliés en faveur des Arméniens, dans la perspective de l’après-guerre.

50 BOLDH, no 4-6, 15 février-15 mars 1917, pp. iii-lxxix.

51 Lettre du 23 octobre 1915 (BOLDH, no 5, mai 1916, pp. 295-297) et G. Candar, Jean Longuet…, op. cit., p. 119.

52 Défini juridiquement par la Convention de l’ONU du 9 décembre 1948 sur la prévention et la répression du crime de génocide.

53 BOLDH, no 6, juin 1916, p. 351 et s.

54 BOLDH, no 9, septembre 1916.

55 BOLDH, no 10, octobre 1916, p. 515 et s. et no 1, janvier 1917, p. 16.

56 BOLDH, no 18, 1er octobre 1917 et no 22, 1er décembre 1917, p. 745

57 BOLDH, no 1-2, 1er-15 janvier 1918, p. 33.

58 Il serait intéressant de voir si, du côté de la Ligue allemande des droits de l’Homme, il y a eu prise de conscience. D’ores et déjà, pour l’outre-Rhin, cf. Johannes Lepsius, Archives du génocide des Arméniens : recueil des documents diplomatiques allemands, Paris : Fayard, 1986. [NDLR : lire aussi, dans ce même volume, l’article de Boris Adjemian et Mikaël Nichanian, « Du centenaire de 14-18 à celui de 1915 : quelle place pour la Grande Guerre dans la commémoration du génocide arménien ? »]

59 BOLDH, no 24, 15 décembre 1919, p. 1183.

60 Cahiers des Droits de l’Homme (désormais CDH), no 9, 5 mai 1920, pp. 14-21 ; Ferdinand Buisson, Victor Bérard, Paul Painlevé, Séverine, Pour l’Arménie indépendante, Paris : LDH, 1920, p. 31 et s.

61 CDH, no 12, 20 juin 1920, p. 17.

62 BDIC, Fonds LDH, F Δ Rés. 798/28 : Notes et rapports de politique internationale : Les événements d’Arménie (1921). Ce dossier comprend aussi le brouillon d’un communiqué de la LDH évoqué infra, des extraits de lettres du curé des Arméniens d’Ayntab adressées à un compatriote parisien, un appel du 7 mars 1921 de celui qui est alors présenté comme le président du Comité de Défense nationale arménien, Simon Vratzian, et une mise au point du 15 septembre 1921 du bureau d’information de la délégation de la République arménienne, insistant sur le jeu considéré comme trouble de la puissance soviétique à l’encontre de la République arménienne, et sur les exactions commises par les Turcs comme par les « Rouges ». Voir aussi la réception d’Avédis Aharonian, représentant de la République arménienne, par le comité central de la LDH le 30 janvier 1922 (CDH, 25 mars 1922, p. 161). Sur ces massacres, Vahakn N. Dadrian, Autopsie du génocide arménien, Bruxelles : Bruylant, 1995.

63 CDH, no 24, 25 décembre 1921, p. 558, ordre du jour du 5 décembre 1921, CDH, 10 janvier 1922, p. 16, séance du comité central du 19 décembre 1921, CDH, no 2, 25 janvier 1922, p. 39. Plus généralement, voir Aurore Bruna, « La France, les Français face à la Turquie. Autour de l’accord d’Angora du 20 octobre 1921 », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, no 27, 2008/1, pp. 27-41.

64 En ce sens l’ordre du jour du 27 février 1922 (CDH, no 6, 10 mars 1922, p. 141).

65 Voir la brochure L’Arménie indépendante, issue de la réunion que la LDH tient à la Mutualité le 26 février 1920, sous la présidence de Ferdinand Buisson, avec les interventions de Victor Bérard, Paul Painlevé, Séverine, pour laquelle, parmi tant d’autres lettres envoyées d’Italie, de Grèce, de Pologne, de Roumanie, le socialiste belge Émile Vandervelde peut écrire : « Quel peuple a, autant que les Arméniens, le droit de dire : Debout nos morts ! »

66 R. Kévorkian, Le génocide…, op. cit., p. 936 et s. Voir encore Annette Becker, « L’extermination des Arméniens, entre dénonciation, indifférence et oubli », Revue d’histoire de la Shoah, no 177-178, 2003, notamment p. 309.

67 Voir l’annexe 10 de la version dactylographiée de notre thèse, consultable et téléchargeable en ligne sur le site de Sciences Po Paris (http://spire.sciences-po.fr/hdl:/2441/53r60a8s3kup1vc9kd50o6i33), ainsi que BDIC, Fonds LDH, F Δ Rés. 798/58. Le dossier ne comprend qu’une seule chemise. Au 14 mai 1938, son siège se trouve au 71 de l’avenue Kléber à Paris, une Ligue arménienne toujours présidée par Alexander Khatissian.

68 Notamment pour plaider les cas russes ou arméniens (Archives de la SdN, Fonds mixte Nansen, C1470, LSC.1-1928).

69 CDH, 10 novembre 1929, pp. 735-736 et La Dépêche de Toulouse, 26 octobre 1929.

70 Lettre de la LDH du 18 janvier 1924 et réponse du chef du Gouvernement du 25 (CDH, 20 mars 1924, p. 140-141) ; séance du bureau du 17 mars 1932 (CDH, 20 mai 1932, pp. 278-279).

71 CDH, 30 janvier 1935, pp. 63-64. Voir la lettre de remerciement de la « colonie arménienne en France » signée par Lévon Pachalian, Archag Tchobanian et Paul Esmerian, CDH, 10 juin 1936, p. 415.

72 Cité dans Christophe Charle, Paris fin de siècle : culture et politique, Paris : Seuil (coll. « L’Univers historique »), 1998, pp. 145-146.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Naquet, « Quelques défenseurs des droits de l’Homme face à la cause arménienne (fin xixe - début xxe siècles) », Études arméniennes contemporaines, 2 | 2013, 43-61.

Référence électronique

Emmanuel Naquet, « Quelques défenseurs des droits de l’Homme face à la cause arménienne (fin xixe - début xxe siècles) », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/eac/230 ; DOI : 10.4000/eac.230

Haut de page

Auteur

Emmanuel Naquet

Centre d’histoire de Sciences Po Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • OpenEdition Journals