Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1ÉtudesLa configuration géopolitique au ...

Études

La configuration géopolitique au Moyen-Orient à la veille du soulèvement en Syrie (2003-2010)

The geopolitical environment in the Middle East on the eve of the Syrian uprising (2003-2010)
Isabelle Feuerstoss
p. 37-59

Résumés

Cet article expose et analyse les relations diplomatiques du régime syrien avec ses voisins au Proche-Orient, et notamment avec l’Iran, dans les années qui ont immédiatement précédé l’actuelle guerre civile.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été rédigé au printemps 2013 et ne rend donc pas compte des nombreux développements du conflit syrien depuis cette date.

Texte intégral

  • 1 Il ne s’agit toutefois que d’un ordre de grandeur. Ces chiffres, communiqués le 26 juin 2013 par l’ (...)
  • 2 Officiellement, en juillet 2013, le HCR recensait 1 552 804 réfugiés enregistrés, répartis entre la (...)
  • 3 Il existe plus de onze rites chrétiens en Syrie, tandis que la population musulmane se partage entr (...)

1Le conflit syrien est entré dans sa troisième année. Les morts se comptent désormais par centaines de milliers1, les déplacés internes et les réfugiés dans les pays voisins par millions2. Le pays est dévasté (infrastructures, habitations, monuments historiques, etc.) L’avenir politique de la Syrie demeure pour l’heure indéterminé bien qu’un retour à la situation politique antérieure à mars 2011 paraisse inconcevable. En effet, le repli des différentes communautés composant la mosaïque ethnique et confessionnelle de la Syrie3 est patent. Les ressentiments intercommunautaires qui ont été refoulés pendant des décennies ont fini par ressurgir. La répression systématique menée par le régime de Bashar al-Assad a eu raison (en partie) du caractère initialement pacifiste, séculier et spontané du soulèvement syrien. Ce dernier a progressivement basculé sur le terrain de la militarisation puis de la radicalisation sectaire. Il n’existe plus de garde-fous ; les figures modérées de l’opposition et du régime sur le terrain désertent, s’exilent ou se font tuer. Les risques de répercussion de la crise syrienne sur le plan régional (avec l’apparition de nouveaux foyers de violence entre groupes communautaires au Liban, en Irak, en Jordanie et en Turquie) n’ont jamais paru aussi imminents.

  • 4 Officiellement, la République arabe de Syrie est indépendante depuis 1943 mais dans les faits, les (...)

2L’internationalisation constitue une des principales caractéristiques de cette crise. Les interférences sont multiples, leurs impacts aussi, à différents niveaux. Derrière les belligérants qui s’affrontent en première ligne sur le terrain syrien se jouent des rapports de force déjà anciens. Depuis l’indépendance de la Syrie en 19464, ce pays a constamment fait l’objet de convoitises de la part de ses voisins régionaux (l’Irak, la Jordanie, l’Égypte) mais aussi de l’Occident et de la Russie (ancienne URSS), notamment à l’époque de la Guerre froide (1947-1989).

  • 5 La position géographique de la Syrie au Moyen-Orient laisse d’ailleurs présager des contrecoups à p (...)
  • 6 À titre d’exemple, le Qatar et la Turquie, principaux soutiens des Frères musulmans syriens, ont ai (...)

3Compte tenu de l’importance géostratégique centrale de la Syrie dans l’équation moyen-orientale, la perspective d’une reconfiguration des rapports de forces internes5 a encouragé de nombreux acteurs étatiques régionaux et internationaux à se positionner dès l’été 2011 par le biais d’alliés interposés sur le terrain et en exil6. Ils aspirent à maintenir (ou à étendre) leur influence sur le devenir politique de la Syrie, assurant de facto leurs intérêts qui dépassent très largement le cadre syrien.

4Par conséquent, on ne peut appréhender la complexité des enjeux régionaux qui se jouent actuellement autour du dossier syrien et l’absence de perspective politique à moyen terme sans revenir sur la configuration géopolitique du Moyen-Orient (particulièrement mouvante) qui prévalait à la veille du soulèvement en mars 2011. Le présent article va donc tenter de dresser un état des lieux de cette configuration d’avant la crise, en montrant dans un premier temps le poids occupé par l’Iran et la question de son influence dans l’évolution des relations diplomatiques de la Syrie avec les États-Unis et avec les différentes puissances régionales du Moyen-Orient. La cristallisation de ce rapport de forces régional et international dans la situation politique interne du Liban est devenue particulièrement apparente dans les années qui ont suivi l’assassinat du premier ministre Rafic Hariri en 2005. C’est l’évolution générale de ce même rapport de forces qui a conduit à une nouvelle stratégie syrienne de désenclavement, laquelle s’illustrait encore à la veille de la crise actuelle par une diplomatie réactive et la recherche de nouvelles alliances régionales.

La Syrie au cœur du rapport de force irano-occidental au Moyen-Orient

5Depuis les années 1980, le rapport de force opposant l’axe « Washington-Tel Aviv-Ryad » à l’axe « Téhéran-Damas-Hezbollah » structure le rapport de forces géopolitique au Moyen-Orient. En réponse aux attentats du 11 septembre 2001, les offensives militaires américaines en Afghanistan (2001) puis en Irak (2003) ont bouleversé la donne régionale, remettant en cause l’équilibre précaire des forces qui régnait depuis la fin des années 1980. Le régime syrien, avec à sa tête un jeune président inexpérimenté, en fut fortement ébranlé.

Le rapport de force syro-américain après le 11 septembre 2001 et l’accentuation des pressions internationales sur la Syrie

  • 7 À ce titre, notons que depuis 1979, la Syrie est inscrite sur la liste américaine des États soutena (...)
  • 8 Il s’agit d’unifier dans le cadre d’un seul et même État l’ensemble des pays de langue et de cultur (...)
  • 9 Alasdair Drysdale et Raymond A. Hinnebusch, Syria and the Middle East Peace Process, New York : Cou (...)
  • 10 Joshua Landis, « Overview of Syrian-US Relations », Syria Comment, le 17 juin 2010.

6Depuis l’indépendance de la République Arabe de Syrie (RAS) en 1946, les États-Unis ont toujours abordé leurs relations avec cet État à travers des prismes transversaux (dossiers irakien, palestinien, iranien, etc.), sans jamais élaborer une stratégie distincte. Seule la centralité du dossier israélien demeure une constante dans leurs relations. Depuis plus de 30 ans, Washington exige de Damas qu’il reconnaisse l’existence d’Israël et mette un terme à son soutien logistique et militaire apporté aux adversaires de Tel Aviv (le Hamas et le Hezbollah, bras avancés de l’Iran au Proche-Orient)7. Cette requête est inacceptable aux yeux des dirigeants syriens, qui, depuis l’indépendance, tout du moins dans les discours officiels, ont fait du nationalisme arabe8 leur principal objectif politique et dont une portion du territoire national (le Plateau du Golan) est annexée depuis 1981 par Israël (après avoir été occupée lors de la guerre des Six Jours en 1967). Depuis 1970, la politique régionale des dirigeants syriens s’est concentrée sur la quête d’une parité stratégique afin d’éviter toute paix séparée entre un État arabe et Israël9. En effet, du point de vue du pouvoir syrien, tout accord de paix sans son aval affaiblirait sa marge de manœuvre dans le cadre hypothétique de négociations visant à récupérer l’intégralité du plateau du Golan10. Dès lors, afin de peser davantage dans les rapports de force moyen-orientaux, le pouvoir syrien a systématiquement cherché à conclure des alliances militaires avec des grandes puissances régionales ou internationales (tour à tour l’Égypte, l’URSS, la Russie puis l’Iran).

  • 11 Cette stratégie visait à relancer le processus de paix israélo-syrien et à faire avaliser la présen (...)
  • 12 Entretiens menés par l’auteur avec des responsables ba’thistes en juillet et août 2005 à Damas. Sur (...)

7Dès les préparatifs de l’offensive américaine en Irak en mars 2003, les relations entre Damas et Washington se sont dégradées encore plus. Contrairement à son père, Hafez, à qui il a succédé en 2000 et qui, lors de la guerre du Golfe en 1991, se rangea du côté de la coalition occidentale11, Bashar al-Assad n’a pas soutenu l’opération militaire en Irak. En effet, à l’époque, le régime de Saddam Hussein ne représentait une menace ni politique ni militaire pour les Syriens, et le marché irakien, sous embargo international depuis dix ans, s’avérait un excellent débouché pour les produits manufacturés syriens. En outre, dans les représentations des responsables ba’thistes à Damas12, cette offensive militaire américaine, favorisant de facto l’encerclement de la Syrie, servait forcément les intérêts israéliens.

8Une fois en Irak, les Américains se sont employés à détruire tout signe physique de la présence syrienne. Ils fermèrent le pipeline de pétrole en direction du territoire syrien pour priver Bashar al-Assad des profits qu’il en tirait. Colin Powell, alors secrétaire d’État, présenta une liste d’exigences aux Syriens, sans aucune contrepartie : expulsion des groupes dissidents palestiniens, démantèlement du Hezbollah, retrait du Liban et coopération avec le nouveau régime irakien. Les Américains entendaient briser l’unique État nationaliste arabe à s’être opposé à la guerre en Irak.

  • 13 Dont la présence (temporaire) fut reconnue par la communauté internationale lors de la signature de (...)

9C’est dans ce contexte particulièrement tendu que le dossier libanais revint en force dans l’actualité en 2004 avec l’adoption de la résolution no 1559 du Conseil de sécurité de l’ONU sur proposition conjointe franco-américaine. En appelant au retrait de l’ensemble des troupes étrangères, au désarmement et à la dissolution des milices ainsi qu’à la tenue d’élections présidentielles au Liban, la résolution visait clairement la présence syrienne (et par ricochet, l’Iran) à travers son allié libanais, le Hezbollah. Le 14 février 2005, l’assassinat de Rafic Hariri, homme d’affaires libanais et ancien premier ministre, allié des Occidentaux, entraîna le renforcement des pressions internationales sur Bashar al-Assad afin qu’il opère le retrait des troupes syriennes13 du territoire libanais en application de la résolution no 1559, chose faite en avril 2005.

10Les néoconservateurs américains, pragmatiques, ont exploité l’image d’un Liban « en phase » de démocratisation mais ils se sont heurtés à la complexité des dynamiques politiques libanaises, d’autant plus que le retrait des troupes syriennes en 2005 a créé un vide du pouvoir. Cette situation a profité non seulement au Hezbollah, principale force d’opposition, mais aussi aux groupuscules islamistes armés rivaux, accentuant de facto les clivages au sein même de la communauté sunnite, mais aussi entre les communautés sunnites et chiites. La logique intransigeante des différents acteurs (internationaux, régionaux et locaux) a mené à l’éclatement du conflit armé entre le Hezbollah et Israël à l’été 2006 dont le régime syrien est sorti affaibli.

11Au total, la multiplication des pressions internationales sur Bashar al-Assad depuis son arrivée au pouvoir en 2000 a accéléré son rapprochement avec le régime iranien.

Le renforcement des relations entre la Syrie et l’Iran : une alliance stratégique mais déséquilibrée

  • 14 Le fait que les élites religieuses iraniennes aient reconnu les alaouites comme une branche du chii (...)

12L’alliance stratégique entre Damas et Téhéran remonte au début des années 1980, dans la foulée de la révolution islamique à Téhéran en 1979. L’Iran, fort d’un positionnement jusqu’au-boutiste à l’égard des États-Unis et d’Israël, a toujours bénéficié de l’image d’un allié régional sûr, ne s’ingérant pas dans les affaires intérieures14. Cette alliance s’est déséquilibrée en faveur de l’Iran, principal bénéficiaire des recompositions régionales provoquées en 2003 par l’offensive américaine en Irak. Isolé depuis l’assassinat de Rafic Hariri en février 2005, le régime syrien a vu dans son rapprochement avec Téhéran une manière de réaffirmer son attachement à la souveraineté nationale.

  • 15 Assemblée Suprême de la Révolution Islamique en Irak, principal groupe de l’opposition chiite et pr (...)

13Pour autant, les divergences entre les deux États n’ont jamais disparu. Ainsi, le régime syrien s’est toujours revendiqué séculier et farouchement opposé à l’islam politique, tandis que la théocratie chiite iranienne, cherchait à étendre son influence aux territoires arabes. Après 2003, les dirigeants syriens redoutaient une partition de l’Irak en fédération, craignant un « effet de dominos » sur la scène intérieure syrienne, d’où leur soutien à la formation d’un gouvernement irakien d’union nationale. A contrario, Téhéran, motivé par la perspective d’une domination politique chiite en Irak, a appuyé son allié, l’ASRII15, grand avocat du fédéralisme.

14Ainsi, les deux régimes autoritaires renégocient en permanence leur espace de coopération mais, en situation de crise menaçant leur survie, l’esprit de corps reprend systématiquement le dessus, à l’image du soutien iranien inconditionnel (d’ordre politique, militaire, et économique) apporté au régime de Bashar al-Assad depuis 2011.

15Dans cette logique, en dépit du processus d’ouverture occidentale initié dès le printemps 2008 et du rapprochement syro-saoudien, Bashar al-Assad a maintenu son alliance avec les dirigeants de Téhéran. Il a également cherché à rappeler les liens de subordination du Hezbollah qui s’autonomisait progressivement sur la scène intérieure libanaise. En effet, le parti chiite sorti renforcé de la guerre de l’été 2006, s’est progressivement imposé comme un acteur majeur de la scène politique libanaise au détriment du régime syrien. Dans ce contexte de montée en puissance de l’Iran, le Hezbollah a tenté de s’émanciper de la tutelle syrienne en recentrant son action autour d’enjeux politiques internes, apparaissant moins enclin à servir exclusivement l’agenda national syrien.

16Face à cette alliance avec Téhéran de plus en plus déséquilibrée, Bashar al-Assad a cherché, dans un premier temps, à se rapprocher des alliés régionaux des Américains dès que l’occasion lui en a été donnée. Toutefois, les antagonismes étaient nombreux.

Une nouvelle convergence d’intérêts avec l’Arabie saoudite, en dépit des contentieux

17Dans le contexte inédit des premiers chocs pétroliers mondiaux dans les années 1970, l’Arabie Saoudite s’est imposée comme le principal allié arabe des Américains au Proche-Orient. Depuis lors, les frictions entre la monarchie wahhabite et la Syrie des Assad se sont multipliées, leurs relations oscillant entre ruptures, refroidissements et rapprochements pragmatiques, bien que l’objectif stratégique de Hafez al-Assad a toujours visé à conserver un minimum de relations avec ses homologues saoudiens afin de réduire sa dépendance à l’égard de l’Iran.

  • 16 Dynamique qui ne va pas sans alimenter les représentations de menace des groupes confessionnels min (...)
  • 17 Depuis la révolution iranienne en 1979.

18La monarchie saoudienne, forte de son aura religieuse grâce à la présence sur son territoire du premier lieu sacré de l’Islam, la Mecque, se veut le fer de lance du sunnisme au Moyen-Orient (et plus globalement, dans le monde). Après la mort du leader égyptien Abdel Nasser (le 28 septembre 1970), farouche opposant des Frères Musulmans, Ryad a joué un rôle déterminant dans la progression de l’idéologie de l’islam politique au détriment du nationalisme arabe16. Dans un contexte de montée en puissance et d’expansion de l’influence de l’Iran, porte étendard du chiisme, vers l’ouest17, les dirigeants saoudiens redoutent désormais la menace « chiite » dans la sphère d’influence traditionnelle du sunnisme. À la fin des années 2000, la perspective d’un retrait prochain des troupes américaines d’Irak a en outre renforcé cette représentation.

19Au vrai, l’état des relations syro-saoudiennes dépend en grande partie du dossier libanais. Depuis la signature des accords de Taëf en 1989, une forme de « cotutelle » syro-saoudienne s’est instaurée au pays du Cèdre. L’ancien premier ministre Rafic Hariri (de double nationalité libano-saoudienne) a longtemps symbolisé l’alliance politico-affairiste entre les élites sunnites libanaises et saoudiennes. À la mort de Hafez al-Assad, en 2000, par crainte d’un changement de régime entraînant une déstabilisation de la Syrie (et par ricochet, du Liban), les autorités saoudiennes ont soutenu la succession de Bashar al-Assad au pouvoir.

  • 18 Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, compte rendu no 73, présidence de M. A (...)
  • 19 Principal parti chiite libanais lors de la guerre civile au Liban, il a été créé par l’imam Moussa  (...)
  • 20 Créé en 1992 pour lutter contre la présence syrienne au Liban, ce mouvement populaire s’est transfo (...)
  • 21 Le Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), le Hamas et le Djihad Islamique sont connu (...)

20Dans ce contexte, l’assassinat le 14 février 2005 de Rafic Hariri a provoqué une onde de choc dans les cercles du pouvoir saoudien. Il a été vécu comme une trahison, d’où une attitude et un discours particulièrement durs à l’égard de Damas18. L’équilibre précaire des forces qui prévalait depuis la fin de la guerre civile au Liban entre d’une part, les alliés des Occidentaux (les sunnites libanais soutenus par les puissances sunnites arabes aux premiers rangs desquelles l’Arabie Saoudite et l’Égypte) et d’autre part, les alliés de l’Iran (le Hezbollah, Amal19 et le Courant Patriotique Libre20, soutenus par la Syrie) a été rompu. La monarchie saoudienne s’est positionnée très vite en faveur de la création d’un Tribunal Spécial pour le Liban (TSL). Cet organisme international est rapidement devenu le terrain de la confrontation entre les partisans de Ryad et ceux de Damas. Forte du soutien occidental, la monarchie saoudienne a tenté d’isoler et de déstabiliser Bashar al-Assad afin qu’il cède sur le dossier libanais en restaurant la stabilité politique des institutions étatiques. L’impasse du dossier palestinien était également au cœur des tensions, Damas, principal soutien des groupes dissidents armés palestiniens21 étant tenu pour seul responsable de l’absence de dialogue inter-palestinien.

  • 22 « Building healthy ties with Syria : Prince Saud », Saudi Gazette, le 27 février 2009.

21Malgré une rencontre en tête à tête des dirigeants de la Syrie et de l’Arabie saoudite en 2007, c’est l’élection de Michel Suleiman à la présidence de la République du Liban en 2008 qui a débloqué quelque peu la situation entre les deux pays22. L’offensive israélienne meurtrière dans la bande de Gaza (fin décembre 2008-début janvier 2009) puis l’échec de la tenue de la conférence du Koweït (qui n’a réuni que les États arabes alliés des Américains), ont accéléré le processus de rapprochement entre les deux capitales.

  • 23 Michael Bluhm, « Saudi-Syrian thaw in ties “benefits” Lebanon - Obama sending clear signals that Le (...)

22Les intérêts ne manquaient pas23. Pour Damas, l’Arabie Saoudite constituait une voie d’accès à Washington. Pour les Saoudiens, le statu quo avec le régime syrien signifiait le retour à un certain équilibre des forces sur la scène libanaise, permettant de freiner l’extension d’influence de la « menace iranienne » chiite encouragée par la perspective d’un retrait prochain des troupes américaines d’Irak. Hosni Moubarak voyait également d’un mauvais œil cette montée en puissance iranienne dans la région.

Des relations en demi-teinte avec le rival égyptien

  • 24 L’Égypte est le second État bénéficiaire des aides économiques américaines au Proche-Orient, juste (...)

23La rivalité entre Damas et Le Caire remonte, au moins, à l’époque du panarabisme (le cœur intellectuel du nationalisme arabe a toujours résidé à Damas tandis que son leadership politique était au Caire). Cependant, depuis la signature en 1979 du traité de paix entre Le Caire et Tel Aviv, les relations syro-égyptiennes n’ont cessé de se dégrader. En choisissant de se positionner dans la sphère d’influence de Washington, les responsables égyptiens ont inscrit leur État dans un système de dépendance politique et économique devant adopter l’agenda et les impératifs de la politique américaine au Moyen-Orient24. A contrario, Damas s’est approprié le leadership du nationalisme arabe et des « non-alignés », place vacante laissée par l’Égypte. Dans les discours officiels, les dirigeants syriens fustigèrent le président Anouar al-Sadate d’avoir bradé la souveraineté nationale égyptienne, tandis que ce dernier reprocha aux Syriens d’être devenus les « pions » de l’Iran au Moyen-Orient.

24De 1979 à février 2011 (date du renversement du pouvoir du président Hosni Moubarak), c’est principalement sur le dossier israélo-palestinien que l’antagonisme syro-égyptien s’est exprimé, le régime syrien étant la courroie de transmission entre l’Iran et les groupes dissidents palestiniens (Hamas, FPLP, etc.) Pris en étau entre Israël, le Fatah, les mouvements dissidents palestiniens soutenus par la Syrie et l’Iran et la population égyptienne, le gouvernement égyptien ne bénéficiait pas d’une large marge de manœuvre. Pour les responsables sécuritaires égyptiens, le spectre de la réoccupation du Sinaï par l’armée israélienne justifiait un positionnement stratégique intransigeant à l’égard du Hamas dans la bande de Gaza (contrôle, fermeture des postes frontaliers, édification d’un mur, etc.) Cette logique répondait à un impératif vital : n’offrir aucun prétexte légitimant une intervention terrestre israélienne sur le sol égyptien. En janvier 2009, dans le contexte du retour en grâce de Bashar al-Assad sur la scène internationale, Le Caire a renoué quelque peu avec Damas dans l’objectif d’arracher une trêve entre le Hamas et Israël et de relancer le processus de paix.

  • 25 Khalil Fleyhane, « Sleiman aux Américains : La communauté internationale doit s’ouvrir à Damas », L (...)

25Quant au dossier libanais, les autorités égyptiennes ont adopté une position identique à celle de leurs alliés arabes sunnites pour contrer la montée en puissance de l’Iran via le Hezbollah. L’assassinat de Rafic Hariri a été utilisé comme outil de pression sur Damas pour éloigner la Syrie de l’Iran, en vain25.

26Le contexte général étant posé, il convient de revenir sur les tenants du rapport de force régional qui, encore à la veille du soulèvement syrien en 2011, se jouait au Liban, cristallisé autour de l’enjeu du Tribunal spécial pour le Liban (TSL).

Enjeux et portée de l’instrumentalisation du dossier libanais

27Après l’assassinat de son ami Rafic Hariri le 14 février 2005, Jacques Chirac en personne a pris la tête du mouvement d’isolement international du régime de Bashar al-Assad. Dès lors, la multiplication des ingérences occidentales et régionales, instrumentalisant de part et d’autre les anciens antagonismes internes, a accéléré la déliquescence de la scène politique libanaise. De 2005 à 2008, une vague d’attentats a ébranlé le Liban, tuant 22 personnalités : des politiques, des journalistes, des universitaires mais aussi des civils et des militaires libanais. Que s’est-il réellement joué entre le régime syrien et ses adversaires régionaux ? Comment expliquer une telle escalade dans la violence ?

Le TSL et l’internationalisation croissante de la crise libanaise

28Le 7 avril 2005, en réponse à ces assassinats (aux premiers rangs desquels celui de Rafic Hariri) la résolution no 1595 du Conseil de Sécurité de l’ONU établit une commission indépendante d’investigation. Le 30 mai 2007, le Tribunal Spécial pour le Liban (TSL), créé par la résolution no 1757 du Conseil de Sécurité, a été placé sous le chapitre VII de la Charte de l’ONU, rendant ainsi cette décision contraignante. Cette résolution est l’aboutissement des efforts conjoints franco-américains, en dépit du désaccord du Qatar, de la Chine, de l’Afrique du Sud, de l’Indonésie et de la Russie, défavorables à l’ingérence internationale dans les affaires judiciaires internes des États.

  • 26 Entretien avec Bahjat Sleiman, ancien responsable des services de renseignement intérieur et actuel (...)
  • 27 Jeanine Jalkh, « Un tribunal véritablement spécial pour le Liban », L’Orient-le-Jour, le 23 janvier (...)

29Le TSL est le cinquième Tribunal international pénal créé mais le premier de ce genre à instruire des crimes qualifiés de « terroristes ». Il a été aussitôt taxé d’instrument occidental par Damas et ses alliés régionaux. Pour preuve à leurs yeux, l’assassinat de l’ancien premier ministre pakistanais en décembre 2007, Benazir Bhutto, n’a pas donné lieu à la mise en place d’un tel dispositif judiciaire international. Pour les Syriens, le statut d’allié américain d’Islamabad explique la différence de traitement entre les deux cas26. En 2009, la compétence du tribunal a été élargie, couvrant « désormais tous les crimes commis durant la période qui s’étend entre le 1er octobre 2004 et le 12 novembre 2005 ainsi que tous ceux qui pourraient être commis ultérieurement »27.

30En raison d’un désaccord survenu autour du statut du Tribunal Spécial pour le Liban (TSL), les ministres chiites ainsi qu’un ministre grec orthodoxe ont démissionné du gouvernement d’union nationale, provoquant de ce fait le blocage de la scène politique libanaise pendant plus d’un an et demi. En effet, contrairement à l’article 95 de la Constitution libanaise exigeant que toutes les communautés soient représentées au sein du gouvernement, celui de Fouad Siniora, encouragé par les Français et les Américains, a refusé de démissionner. Le premier ministre a adopté le statut du TSL le 10 juin 2007, passant outre l’obligation constitutionnelle (article 52) de ratification par le président libanais, en l’occurrence Émile Lahoud, proche de Damas, marginalisé par les Occidentaux. À la fin du mandat du président libanais, aucun candidat de consensus ne fut trouvé entre les différentes factions rivales, ce qui entraîna la vacance de la présidence. La session parlementaire destinée à élire le président de la République libanaise a été ainsi reportée 19 fois.

  • 28 Au sein même de la famille des Assad ou parmi les anciens compagnons sunnites de Hafez al-Assad.

31De 2005 à 2008, une grande incertitude a plané sur le sort du régime de Damas. En Occident, mais aussi dans certains cercles politiques syriens, personne ne donnait cher de sa survie. Bashar al-Assad et ses proches craignaient qu’un acte d’accusation émanant de cette instance (qu’ils jugeaient fort probable en raison, selon eux, de son instrumentalisation par les États-Unis et la France) offre un prétexte à leurs adversaires syriens encore influents28.

  • 29 Ce parti (on le trouve nommé sous différentes orthographes : Baas, Baath, Ba’th, etc.) a été fondé (...)

32La perte de la centralité du terrain libanais dans la stratégie régionale syrienne a créé un véritable vent de panique au sein du clan au pouvoir qui, en réaction, se replia sur lui-même. Concrètement, sur le terrain, cette logique s’est traduite par un durcissement sécuritaire à l’égard de toute velléité réformatrice, aussi infime fut-elle. La chasse aux réformateurs au sein même du parti Ba’th29 (enlèvements, arrestations, emprisonnements, etc.) a mis fin à toute revendication de réformes politiques (pluripartisme, octroi de papiers aux Kurdes, lois anti-corruption, etc.)

  • 30 Les partisans du parti ont pris le contrôle par la force de quartiers entiers de Beyrouth-ouest apr (...)
  • 31 L’Espagne, l’Italie, mais aussi la Grande-Bretagne, l’Allemagne et les Pays-Bas. Ces pays avaient m (...)

33En mai 2008, après des mois d’absence de dialogue entre les différentes factions libanaises, le coup de force du Hezbollah à Beyrouth-Ouest30 a rompu le statu quo et a précipité les événements. Les combats de rue, les barricades, les blocages de la circulation, et les hommes en armes dans les rues ont ranimé dans les mémoires collectives libanaises mais aussi occidentales le spectre de la guerre civile. Ces images ont accéléré la prise de conscience de l’ensemble des acteurs de la nécessité de trouver une issue. D’autant plus que l’isolement international du régime de Damas n’a pas produit les résultats escomptés, de nombreux États, y compris européens, ayant refusé de suivre la politique intransigeante du couple franco-américain31. De même, les pressions occidentales ont renforcé la dynamique de montée en puissance de l’Iran, amorcée dès 2003 dans la foulée de l’offensive américaine en Irak qui porta un sévère coup aux adversaires du régime des Ayatollahs.

  • 32 Barthélémy Courmont, « Le néoconservatisme a-t-il vécu ? », Contre-feux.com, le 12 janvier 2009.
  • 33 Nicholas Blanford, « Syria’s role at U.S talks may help Lebanon », The Christian Science Monitor, l (...)

34Dans ce contexte, aux yeux des Américains et des Français, la neutralisation de la « menace » iranienne est redevenue prioritaire au détriment du changement de régime à Damas32. La crainte de violents dérapages intercommunautaires liés, entre autres, à l’enjeu du TSL, a également joué en la faveur de la réintégration de l’acteur syrien sur l’échiquier régional33.

  • 34 Il s’agit d’une minorité de blocage (1/3 des ministres) permettant au Hezbollah et ses alliés de bl (...)
  • 35 Dalila Mahdawi, « Visit by 30 members of Hariri probe “proves Syrian cooperation” », Daily Star, le (...)

35L’accord de Doha, conclu sous l’égide du Qatar et de la Ligue arabe le 21 mai 2008, a constitué la première phase du retour à la stabilité politique au Liban. Le droit de veto34, revendication principale du Hezbollah et de ses alliés, a été concédé, conférant de facto une nouvelle « carte » libanaise de blocage institutionnel à la Syrie. D’autres garanties ont été accordées, telles l’assurance de l’adoption d’une nouvelle loi électorale plus favorable au Hezbollah, la désignation d’un nouveau président (le 25 mai 2008) et la tenue d’élections législatives au Liban (le 7 juin 2009). En échange de garanties européennes qu’ils ne seraient pas visés directement par le TSL35, les dirigeants syriens ont accepté de coopérer avec l’équipe d’enquête internationale afin de redorer leur image sur la scène internationale. Quatre mois plus tard, après maints efforts conjoints syro-saoudiens, un gouvernement d’union nationale a vu le jour à Beyrouth.

  • 36 Monique Mas, « Le Tribunal spécial pour le Liban face à la résistance chiite », RFI.fr, le 14 décem (...)

36Toutefois, en juillet 2010, sur fond de graves troubles ayant éclaté entre le Hezbollah et des milices sunnites libanaises, la rumeur de l’imminence de la promulgation d’un acte d’accusation par le Tribunal Spécial a relancé le débat. Le contexte régional avait alors profondément évolué. L’Iran et le Hezbollah étaient montés en puissance depuis la guerre de 2006 contre Israël. Manifestement, les dissensions irano-américaines ont eu raison de la médiation syro-saoudienne qui a abouti à une impasse en janvier 201136. En effet, les rumeurs propagées annonçaient l’inculpation de proches du Hezbollah.

  • 37 Dont la légitimité, ne l’oublions pas, s’inscrit dans la continuité de celle de son père.
  • 38 En octobre 2010, le parquet syrien a émis 33 mandats d’arrêt consécutifs en réponse à la plainte dé (...)

37Une fois encore, la rivalité de pouvoir entre le camp américain et le camp iranien s’est exacerbée autour de l’enjeu du TSL (outil d’ingérence impérialiste occidentale pour les uns, outil consacrant la fin de la tutelle syrienne et plus généralement, de l’ingérence chiite pour les autres). Il ne faut pas oublier que de l’acte d’accusation à venir dépendait en partie la légitimité des acteurs sur l’échiquier politique libanais. Ainsi, une condamnation internationale du Hezbollah aurait nui, d’une part, à son image de héros national acquise en 2006 et, d’autre part, à son processus d’intégration politique au Liban. A contrario, Saad Hariri se devait de continuer à soutenir le TSL, appuyé par les Occidentaux afin de s’affirmer non seulement comme leader politique37 mais aussi pour limiter l’expansion de l’influence chiite face à la communauté sunnite au Liban. En réponse, le pouvoir syrien a renchéri afin de décrédibiliser davantage l’indépendance et l’impartialité du Tribunal.38

38Finalement, c’est cette démarche jusqu’au-boutiste et la résilience de Damas qui ont eu raison de la détermination des Américains et de leurs alliés régionaux à, si ce n’est renverser, tout du moins déstabiliser le régime syrien.

L’échec des tentatives d’isolement stratégique du régime de Damas

  • 39 Voir Bernard Rougier, « Le Grand Moyen-Orient : un moment d’utopie internationale ? », Critique int (...)
  • 40 Robin Wright, « Sanctions on Businessman Target Syria’s Inner Sanctum U.S. Action Alleges Corruptio (...)

39En effet, les efforts déployés par l’administration Bush dans le cadre du projet géopolitique du « Broader Middle East »39 (débattu au printemps 2004 lors du G 8 de Sea Island en Georgie) n’ont pas produit les résultats escomptés. La théorie de l’extension du « chaos constructif » ne s’est pas concrétisée sur le terrain, en dépit des sanctions économiques drastiques prises à l’égard du régime syrien (gels des avoirs d’hommes d’affaires syriens, à l’instar du cousin de Bashar al-Assad40) et des pressions menées conjointement sur les dossiers irakiens et libanais. Après avoir donné la priorité à la diplomatie et à la collaboration en matière de sécurité frontalière sur le dossier irakien, devançant parfois les exigences américaines, le président syrien a opéré un revirement stratégique à la fin de l’année 2005 (faute de contrepartie américaine).

  • 41 Rick Fawn et Raymond A. Hinnebusch (eds.), The Iraq War: Causes and Consequences, Boulder : L. Rien (...)

La guerre en Irak a placé le régime syrien entre deux menaces – sacrifier la légitimité domestique en accédant aux demandes américaines, ou affronter l’hostilité américaine en prenant une option extérieure conforme aux normes de légitimité dont il se réclame41.

40Afin de peser dans la nouvelle configuration géopolitique régionale, Bashar al-Assad a soutenu ouvertement l’insurrection irakienne, l’ouverture des frontières syro-irakiennes favorisant l’infiltration des insurgés irakiens et des combattants djihadistes étrangers transitant par le territoire syrien42.

41Dès décembre 2006, la publication du rapport Baker-Hamilton43 a jeté un pavé dans la mare en préconisant la relance du processus de paix israélo-palestinien, le retour du plateau du Golan à la Syrie et le dialogue avec Damas pour assurer une sortie honorable des Américains d’Irak.

  • 44 Barthélémy Courmont, « Le néoconservatisme a-t-il vécu ? », Contre-feux.com, le 12 janvier 2009.
  • 45 Mohamad Bazzi, « The real goal at Annapolis », The Christian Science Monitor, le 27 novembre 2007.

42À la fin du mandat de George W. Bush44, face aux désastres militaires en Irak, en Afghanistan et à l’impasse stratégique au Liban, les Américains ont adopté une position quelque peu en retrait, se recentrant sur des problématiques internes. Ils ont relancé (timidement) la machine diplomatique en renouant un dialogue indirect avec Damas, mettant ainsi un terme à leurs ambitions de changement de régime. Ainsi, en novembre 2007, Bashar al-Assad a accepté in extremis d’assister à la conférence de paix d’Annapolis45, en échange de l’inscription du Golan à l’agenda officiel. Dans le même esprit, les Américains ont appuyé les efforts de paix israélo-palestiniens et les négociations indirectes entre la Syrie et Israël via le médiateur turc, et ce, à la demande des Israéliens qui redoutaient un Iran nucléarisé et cherchaient à détourner la Syrie de son allié régional.

43Sur le terrain libanais, les Syriens ont bénéficié du retrait de la diplomatie américaine dans la région à partir de la fin de 2006, au détriment du gouvernement libanais dirigé alors par Fouad Siniora, pro-occidental. Ce repli américain a entériné la montée en puissance du Hezbollah comme acteur stratégique majeur de la scène politique libanaise.

  • 46 Barah Mikaïl, « Hillary Clinton au Moyen-Orient : Un changement dans la continuité ? », affaires-st (...)

44Jusqu’en 2011, la politique moyen-orientale de l’administration Obama s’est largement inscrite dans la continuité de celle de son prédécesseur, s’appuyant sur les alliés traditionnels des États-Unis afin d’endiguer la montée en puissance de l’Iran46. Sur le dossier syrien, Obama, sceptique, a adopté une position particulièrement fluctuante. Dans ce contexte, Paris a profité du repli américain (temporaire) pour se repositionner sur le devant de la scène régionale et renouer le dialogue avec la Syrie et l’Iran, se posant en intermédiaire entre les Américains et les Syriens.

  • 47 Le Congrès américain a adopté cette résolution le 11 novembre 2003 qui a été ratifiée par le présid (...)
  • 48 « Dardari : “Si Obama veut la normalisation avec la Syrie, il doit lever les sanctions imposées à c (...)
  • 49 Entretiens avec Khaldoun Qassam, député, vice-président du comité des relations extérieures du Cons (...)

45Toutefois, la méfiance entre Bashar al-Assad et Barack Obama a persisté. Le Syria Accountability and Lebanese Sovereignty Restoration Act (SALSRA)47 qui portait un grave préjudice aux entreprises syriennes, et notamment à la flotte aérienne nationale, n’a pas été abrogé48. Au contraire, il a été chaque année reconduit, exaspérant les dirigeants syriens49. Quant aux États-Unis, malgré quelques concessions syriennes survenues en 2008 et en 2009 (élection du président libanais Michel Suleiman, échange d’ambassadeurs entre la Syrie et le Liban, renforcement de la coopération sécuritaire à la frontière syro-irakienne, dialogue national et élections parlementaires en Irak, etc.), ils ont estimé que Damas ne donnait pas suffisamment de gestes de bonne volonté sur la scène régionale, et ont continué à lui reprocher, entre autres choses, son soutien au Hezbollah et le maintien de son alliance stratégique avec l’Iran.

  • 50 Delphine Minoui, « Liban. L’attentat mortel de Tripoli sème la confusion », Le Figaro (le blog), le (...)

46Dans ce contexte, les violences ont continué, à l’image de la vague d’attentats qui secoua la région d’août à septembre 2008, principalement à Tripoli, Damas et Beyrouth50. La chute du gouvernement libanais pro-occidental, le 12 janvier 2011, n’a fait que confirmer les craintes américaines à l’égard des dirigeants syriens, à savoir qu’ils n’avaient nullement l’intention de céder sous la pression et d’abandonner leurs atouts stratégiques dans leur rapport de force avec Israël et les États-Unis. C’est dans ce sens que s’est inscrite, avant le soulèvement de 2011-2013, la recherche par la Syrie de nouvelles alliances régionales.

La stratégie syrienne de désenclavement à travers la diversification des alliances régionales

47À la veille du soulèvement syrien, le régime de Damas cherchait de nouveau à diversifier ses alliances au Moyen-Orient. On peut certes douter, au vu de la situation actuelle, de la viabilité de ces alliances dont certaines ont de fait déjà été rompues (comme avec la Turquie et le Qatar), mais ce bref tour d’horizon rétrospectif fait clairement apparaître ce qui constituait encore il y a peu une véritable stratégie de désenclavement de la part de la diplomatie syrienne.

Les rapprochements syro-qatari et syro-irakien

  • 51 Elizabeth Picard, « Liban : “L’accord de Doha n’aborde pas la question clé du désarmement du Hezbol (...)

48Jusqu’à l’irruption des révolutions arabes en 2011, l’émir du Qatar, petit émirat regorgeant de gaz naturel, a cultivé sa différence en refusant tout alignement stratégique régional. Son positionnement géopolitique relayé par la chaine satellitaire Al-Jazeera se voulait « neutre » entre les États alliés des Occidentaux et les États « contestataires » ; ce qui lui conféra une crédibilité croissante en tant que médiateur dans les différends proche-orientaux. En 2008, ses bonnes relations économiques, politiques et culturelles avec Paris, ainsi qu’avec Damas, lui ont permis de jouer un rôle de premier plan dans la résolution du vide institutionnel au Liban. En effet, après l’assassinat de Rafic Hariri en 2005, le Qatar a été un des rares États arabes à ne pas s’aligner sur la stratégie d’isolement de Damas, privilégiant au contraire le développement de relations bilatérales. Ce calcul politique s’est avéré gagnant en mai 2008 avec les accords de Doha qui mirent fin à la paralysie de la scène politique libanaise (le candidat de consensus, Michel Suleiman, a été élu président, un gouvernement d’union nationale a été constitué et la loi électorale de 1960 pour les élections législatives de mars 2009 a été adoptée51).

  • 52 Le parti Ba’th a été créé à Damas le 7 avril 1947. Dès le début des années 1950, des branches se so (...)

49La nature des relations syro-irakiennes est tout autre. Tout d’abord, il s’agit de deux États voisins en perpétuelle rivalité d’influence. Compétition accentuée dans les années 1970 avec l’arrivée de l’Irakien Saddam Hussein et du Syrien Hafez al-Assad au pouvoir de leurs États respectifs. Au nom de l’idéologie du parti Ba’th, divisé entre la branche des « légitimistes »52 et celle des « militaires », les deux capitales revendiquaient le leadership du nationalisme arabe. Leur antagonisme s’est particulièrement vérifié sur le dossier palestinien. Les deux régimes ont entretenu des relations exécrables, soutenant et accueillant sur leur territoire les opposants politiques de leurs adversaires. La guerre du Golfe en 1990 a radicalement changé la donne. Saddam Hussein fut évincé de la scène régionale. Surtout, sous embargo international, Bagdad est devenu un partenaire économique de première importance pour Damas grâce, entre autres, à son pétrole qui affluait en territoire syrien afin de contourner l’embargo international, d’où l’opposition de Bashar al-Assad à l’offensive américano-britannique en mars 2003.

50De 2003 à 2011, l’Irak s’est imposé comme un des terrains d’affrontement du rapport de force particulièrement âpre opposant les Iraniens (via leurs alliés locaux irakiens et Damas) aux Américains. La normalisation des relations entre la Syrie et l’Irak a été particulièrement complexe. Les autorités irakiennes étaient devenues, par la force des choses, les alliées des États-Unis. L’enjeu de l’irrédentisme kurde irakien dans le cadre de l’instauration d’un système fédéral, mais aussi la montée des tensions intercommunautaires et le risque de leur propagation sur le sol syrien à travers la présence des centaines de milliers d’Irakiens réfugiés, étaient une source de préoccupations majeures pour les dirigeants syriens.

  • 53 Avant la destitution de Saddam Hussein, ce dernier vécut plus de dix ans en exil en Syrie.

51La donne a commencé à changer lorsque le chiite Nouri al-Maliki53, réputé proche des Iraniens, a formé en novembre 2006 un nouveau gouvernement à Bagdad. En 2009, les relations syro-irakiennes politiques et surtout économiques ont atteint leur apogée, à travers, entre autres, la constitution d’un Haut Conseil de Coopération qui a rendu à la Syrie son rôle traditionnel de pays de transit des marchandises irakiennes (et surtout du pétrole via le Kirkouk Banias Pipeline). À cet égard, notons qu’historiquement, l’Irak constitue également l’hinterland des régions d’Alep et de l’est syrien.

Le rapprochement stratégique avec l’adversaire d’hier, la Turquie

52Entre la recherche d’une profondeur stratégique pour Damas et l’ambition de projection de puissance et de leadership régional pour la Turquie (au Moyen-Orient et en Asie centrale), le pragmatisme semble avoir pris un temps le dessus sur les querelles historiques.

53Pendant des décennies, le souvenir de la rétrocession par les Français en 1939 du sandjak d’Alexandrette aux Turcs, ainsi que la question kurde, ont empoisonné les relations entre les deux voisins. Hafez al-Assad n’a pas hésité à instrumentaliser la carte kurde au gré du rapport de force l’opposant à la Turquie (au sujet du débit de l’Euphrate et de l’Oronte), en accueillant sur le territoire syrien le mouvement nationaliste irrédentiste kurde, le Parti des travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistan, PKK). En 1998, au paroxysme de la crise entre les deux pays et pour éviter une intervention militaire turque d’envergure, Damas a livré Abdullah Öcalan, chef du PKK, à Ankara. Militairement inférieurs, confrontés au risque d’une débâcle face à l’« axe turco-israélo-américain » (en février et août 1996, deux accords de coopération militaire et d’échanges de haute technologie ont été conclus entre les Turcs et les Israéliens), les Syriens ont opté pour une politique d’apaisement qui s’est traduite sur le terrain par une accalmie puis une amélioration progressive des relations bilatérales.

  • 54 Ces antagonismes communautaires sont donc anciens mais ils étaient étouffés par le pouvoir répressi (...)

54En 2003, l’offensive américaine en Irak a bouleversé les rapports de force régionaux. Le mouvement autonomiste kurde au Moyen-Orient a été redynamisé par la création de la région autonome du Kurdistan dans le nord de l’Irak. Le spectre de l’irrédentisme kurde aux portes de Damas et d’Ankara (dû en partie à la stratégie américaine de fédéralisme irakien mettant en porte-à-faux le gouvernement turc) a entraîné une convergence d’intérêts conjoncturels entre les deux ennemis d’hier. Le caractère majoritairement sunnite de la société turque a également joué un rôle notable dans l’objectif de rassurer la population syrienne, inquiète54 du renforcement de l’alliance stratégique entre le régime syrien et les dirigeants iraniens (dont le point commun n’est autre que leur appartenance commune au chiisme). En effet, le pouvoir en Syrie est accaparé depuis 1970 par un noyau de militaires alaouites (une secte d’origine chiite), alors que le pays est composé majoritairement de sunnites (la branche principale de l’islam avec le chiisme).

55Dans une logique régionale visant à contenir le phénomène d’irrédentisme kurde, tout au long des années 2006-2010, les responsables turcs et syriens se sont rencontrés régulièrement. En 2009, pour la première fois, le président turc Abdullah Gül s’est rendu à Bagdad pour s’entretenir avec son homologue irakien (d’origine kurde), Jalal Talabani, des attaques armées du PKK menées à partir du territoire irakien55.

  • 56 Barah Mikaïl, « Médiation dans les relations israélo-syriennes : un “pari turc” des plus incertains (...)
  • 57 Ibidem.

56Quant au dossier du Golan occupé, la Turquie, forte de son statut d’allié majeur d’Israël et des États-Unis au Proche-Orient constituait à l’époque un atout majeur pour les Syriens dans le cadre de la réouverture d’un dialogue avec Israël56. Effectivement, le statut de puissance régionale sunnite de la Turquie (fidèle alliée des États-Unis au Moyen-Orient, membre à la fois du G 20, du Conseil de Sécurité de l’ONU, de l’OTAN, et en négociation d’adhésion avec l’Union Européenne) a joué un rôle attractif évident. Le gouvernement d’Ankara, dirigé depuis 2002 par le parti d’obédience islamique, l’AKP (Parti de la Justice et du Développement), réputé moins favorable à Israël que les généraux et la classe politique « laïque », n’a pas hésité à dénoncer l’occupation israélienne dans les Territoires occupés palestiniens, tout en défendant le programme nucléaire iranien et en développant des relations économiques avec l’Iran et la Syrie. L’offensive israélienne dans la bande de Gaza en décembre 2008 puis en 2009, l’attaque par l’armée israélienne des « flottilles de la paix » dans les eaux internationales faisant neuf victimes de nationalité turque, a altéré un temps les relations israélo-turques. Tous ces éléments rendaient souhaitable, du point de vue de Damas, le rapprochement avec la Turquie. Notons que, dans le même temps, la perspective d’une médiation turque auprès du Hamas et de Téhéran était loin de déplaire aux Américains et aux Israéliens57.

Vers une intégration régionale des Quatre Mers ?

57Sous la pression des milieux d’affaire turcs (notamment dans le secteur industriel du textile), la signature en 2005 d’un accord de libre-échange (entré en vigueur en janvier 2007) entre Damas et Ankara a entraîné une diminution considérable des droits de douane entre les deux États, renforçant ainsi les échanges économiques.

  • 58 Yoav Stern, « Syria’s Four Seas strategy », Syria Comment, le 22 octobre 2009.
  • 59 Entretiens avec des responsables ba’thistes, juin 2010, Damas.

58Damas misait alors beaucoup sur le nouveau projet d’intégration régionale qui devait initialement réunir la Turquie, l’Iran, l’Irak, la Jordanie et la Syrie58. Cette dynamique ambitionnait d’une part, de compenser l’absence de règlement des dossiers israélo-arabes aux yeux de la population syrienne et d’autre part, de rompre l’isolement régional du régime en le réintégrant dans un ensemble moins hostile. Dans les projections syriennes59, le territoire national devait constituer le point de rencontre des tubes de transport de pétrole et de gaz de cet ensemble régional. Bien que la Syrie ne dispose pas de ressources naturelles significatives en hydrocarbures, ce schéma géostratégique lui aurait permis de tirer profit de sa position géographique centrale de transit énergétique pour assurer son ouverture économique.

  • 60 D’après une dépêche publiée en versions française, anglaise et arabe le 19 décembre 2010 par l’agen (...)

59Le rapprochement turco-syrien a connu un tournant décisif lorsqu’en 2009, la décision a été prise d’annuler les visas d’entrée entre les deux pays frontaliers. En seulement un an, on compta une augmentation de 161 % de visiteurs turcs en Syrie et une augmentation de 107 % de visiteurs syriens en Turquie60. Tout un faisceau d’indices laissait alors penser que cette dynamique avait vocation à revêtir un caractère structurel : la croissance des échanges économiques et des investissements turcs en territoire syrien (notamment dans les domaines du tourisme et des complexes hôteliers), le développement des échanges culturels et le renforcement de la coordination politique des deux alliés sur le plan régional. Cet état d’avancement ne s’est d’ailleurs pas limité aux relations syro-turques.

60Bien que la Jordanie appartienne à la sphère d’influence américaine, qu’elle ait signé un accord de paix bilatéral avec Israël en 1994 et qu’en 2005, elle se soit alignée sur les positions franco-américaines à l’égard du régime syrien, on a assisté dès 2008 à un rapprochement spectaculaire syro-jordanien. À la fin de l’année 2008, la nomination de Bahjat Sleiman, ancien directeur de la branche interne des services de renseignements généraux, au poste d’ambassadeur de Syrie, a été le signe d’un regain d’intérêt stratégique réciproque entre Damas et Amman. Jusqu’au déclenchement de la révolte syrienne en 2011, les échanges économiques bilatéraux n’ont eu de cesse de s’accroître grâce à la réalisation et à la multiplication de grands projets : développement et interconnexion du réseau électrique jordanien avec les autres États arabes du Proche-Orient ; prolongement du gazoduc reliant l’Égypte et la Jordanie via la Syrie, le Liban et la Turquie ; développement des réseaux de transport ferroviaire reliant la Jordanie à la Syrie, etc.

  • 61 Ibid.

61En janvier 2010, les taxes frontalières des voyageurs à la sortie du territoire syrien ont été supprimées, entraînant de facto une forte hausse du tourisme jordanien en Syrie (près de 45 %)61. De même, les échanges de flux économiques ont connu une augmentation croissante et particulièrement visible le long de l’autoroute reliant Damas à Amman. Toute une kyrielle de sièges sociaux d’entreprises, d’usines, de Duty Free, de Mall, s’y sont installés, fruits d’investissements majoritairement jordaniens (ou du Golfe), la main d’œuvre et les matières premières en Syrie étant moins chères qu’en Jordanie.

  • 62 Le Conseil National Syrien (CNS) a ainsi été inauguré à Istanbul le 15 septembre 2011. L’état-major (...)

62Cette dynamique d’intégration économique régionale s’est brutalement arrêtée avec la révolte en Syrie, d’où, en partie, le faible enthousiasme de nombreux milieux d’affaires turcs, jordaniens et libanais au printemps 2011 à la perspective d’un changement de régime à Damas. D’ailleurs, nombreux sont les Turcs (sunnites, alaouites, chrétiens) désapprouvant la position du gouvernement d’Erdoğan en faveur de l’opposition syrienne62. Le territoire turc est en effet devenu la base arrière des groupes armés rebelles agissant dans le nord de la Syrie depuis fin 2011.

*

63Les crises récurrentes entre d’une part, la Syrie et l’Iran et, d’autre part, les États occidentaux et leurs alliés régionaux constituent le cadre structurel du paysage moyen-oriental à la veille du soulèvement syrien au printemps 2011. En l’espace de moins de dix ans, le régime syrien a été tour à tour isolé sur la scène internationale (2005), réintroduit en grandes pompes en 2008, puis de nouveau isolé à partir de l’été 2011. Ces dernières années d’isolement international imposées conjointement par Paris et Washington n’ont pas été oubliées par les responsables syriens. Estimant avoir été trahi et traité en « ennemi de la France », le régime de Damas reproche à cette dernière de ne pas avoir pris en compte ses intérêts stratégiques « vitaux » dans son rapport de force avec Israël, et notamment au Liban. C’est dans ce contexte de ressentiment refoulé, trois ans après la réintégration du régime de Bashar al-Assad sur la scène internationale, que s’est amorcé un énième rapport de force international autour du devenir politique de la Syrie, cette fois, sur fond de soulèvements internes, phénomène jusqu’alors inédit. Pour autant, l’enjeu pour les puissances internationales et régionales parties au conflit demeure le même : faire passer ou maintenir la Syrie dans leur sphère d’influence afin d’affaiblir l’Iran dans son rapport de force non seulement avec Israël mais aussi avec les monarchies sunnites du Golfe.

Haut de page

Bibliographie

Drysdale Alasdair, Hinnebusch Raymond A., Syria and the Middle East Peace Process, New York : Council on Foreign Relations Press.

Rougier Bernard, « Le Grand Moyen-Orient : un moment d’utopie internationale ? », Critique internationale, 1/2005, (no 26), p. 79-94.

Fawn Rick, Hinnebusch Raymond A. (eds.), The Iraq War: Causes and Consequences, Boulder : L. Rienner, 2006.

Haut de page

Notes

1 Il ne s’agit toutefois que d’un ordre de grandeur. Ces chiffres, communiqués le 26 juin 2013 par l’Organisation syrienne des Droits de l’homme (OSDH), située à Londres, ne peuvent être vérifiés sur le terrain par aucun organisme indépendant ou de l’ONU.

2 Officiellement, en juillet 2013, le HCR recensait 1 552 804 réfugiés enregistrés, répartis entre la Turquie, le Liban, la Jordanie, l’Irak et l’Égypte. Voir le lien Internet : http://data.unhcr.org/syrianrefugees/regional.php. Toutefois, nombre de réfugiés ne sont pas inscrits sur les listes du HCR, vivant chez des proches établis à l’étranger, dans des appartements, à l’hôtel ou dans les rues. En outre, pour beaucoup de réfugiés, les pays voisins de la Syrie ne sont qu’une étape provisoire avant de se rendre dans des pays plus lointains. Enfin, il n’existe aucun chiffre fiable relatif aux déplacés syriens qui quittent leur domicile lorsque les combats y font rages et trouvent refuge dans des localités plus ou moins lointaines.

3 Il existe plus de onze rites chrétiens en Syrie, tandis que la population musulmane se partage entre une majorité sunnite et plusieurs minorités musulmanes (alaouites, druzes, chiites duodécimains, ismaéliens, etc.) La majorité des Syriens est arabe mais près de 10 % de la population serait d’origine kurde. On compte également des Arméniens, des Tcherkesses, des Turkmènes, etc.

4 Officiellement, la République arabe de Syrie est indépendante depuis 1943 mais dans les faits, les Français sont restés en Syrie jusqu’en 1946.

5 La position géographique de la Syrie au Moyen-Orient laisse d’ailleurs présager des contrecoups à portée régionale, si ce n’est au-delà On pense notamment aux dossiers syro-libanais, palestinien, israélo-iranien, kurde (potentiel irrédentiste en Turquie, en Syrie et en Iran), etc.

6 À titre d’exemple, le Qatar et la Turquie, principaux soutiens des Frères musulmans syriens, ont ainsi parrainé la création du Conseil National Syrien (septembre 2011) puis de la Coalition nationale syrienne (novembre 2012). En revanche, l’Arabie saoudite, adversaire des Frères musulmans, soutient ses propres groupes d’opposants armés sur le terrain et vient d’imposer son candidat à la direction de la Coalition nationale syrienne en juillet 2013. RFI.fr, « Syrie : Ahmad Assi Jarba, nouveau président de la Coalition nationale syrienne », le 6 juillet 2013.

7 À ce titre, notons que depuis 1979, la Syrie est inscrite sur la liste américaine des États soutenant le terrorisme.

8 Il s’agit d’unifier dans le cadre d’un seul et même État l’ensemble des pays de langue et de culture arabes.

9 Alasdair Drysdale et Raymond A. Hinnebusch, Syria and the Middle East Peace Process, New York : Council on Foreign Relations Press, p. 3.

10 Joshua Landis, « Overview of Syrian-US Relations », Syria Comment, le 17 juin 2010.

11 Cette stratégie visait à relancer le processus de paix israélo-syrien et à faire avaliser la présence syrienne au Liban.

12 Entretiens menés par l’auteur avec des responsables ba’thistes en juillet et août 2005 à Damas. Sur le parti baas (ou ba’th), lire infra la note 29.

13 Dont la présence (temporaire) fut reconnue par la communauté internationale lors de la signature des accords de Taëf en 1991.

14 Le fait que les élites religieuses iraniennes aient reconnu les alaouites comme une branche du chiisme a contribué au rapprochement des deux régimes.

15 Assemblée Suprême de la Révolution Islamique en Irak, principal groupe de l’opposition chiite et principal parti de l’Assemblée nationale irakienne depuis la chute de Saddam Hussein en 2003. Il s’agit d’un des principaux alliés de l’Iran en Irak.

16 Dynamique qui ne va pas sans alimenter les représentations de menace des groupes confessionnels minoritaires, au premier rang desquels les Alaouites, à la tête de l’État syrien depuis 1970.

17 Depuis la révolution iranienne en 1979.

18 Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, compte rendu no 73, présidence de M. Axel Poniatowski, le 16 juin 2010, Paris : http://www.assemblee-nationale.fr/13/cr-cafe/09-10/c0910073.asp.

19 Principal parti chiite libanais lors de la guerre civile au Liban, il a été créé par l’imam Moussa Sader en 1974.

20 Créé en 1992 pour lutter contre la présence syrienne au Liban, ce mouvement populaire s’est transformé en parti en 2005 lors du retour au Liban du général maronite Michel Aoun, principal adversaire libanais de Hafez al-Assad au cours de la guerre civile (1975-1990). En 2006, Michel Aoun a conclu une alliance politique avec le Hezbollah, devenant de facto un allié de Damas.

21 Le Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), le Hamas et le Djihad Islamique sont connus pour leur intransigeance à l’égard d’Israël. Ils rejettent toute idée de compromis et à ce titre, ils reprochent à l’Organisation pour la Libération de la Palestine (OLP, à la tête du gouvernement palestinien) son laxisme à l’égard de la puissance occupante. Ces groupes palestiniens constituent un atout stratégique majeur pour Damas dans son rapport de force avec Israël pour récupérer une partie du Golan occupé.

22 « Building healthy ties with Syria : Prince Saud », Saudi Gazette, le 27 février 2009.

23 Michael Bluhm, « Saudi-Syrian thaw in ties “benefits” Lebanon - Obama sending clear signals that Lebanese sovereignty won’t be compromised – Analysts », Daily Star, le 12 mars 2009.

24 L’Égypte est le second État bénéficiaire des aides économiques américaines au Proche-Orient, juste après Israël.

25 Khalil Fleyhane, « Sleiman aux Américains : La communauté internationale doit s’ouvrir à Damas », L’Orient-le-Jour, le 28 août 2008.

26 Entretien avec Bahjat Sleiman, ancien responsable des services de renseignement intérieur et actuel ambassadeur de Syrie en Jordanie, le 7 septembre 2008, Damas.

27 Jeanine Jalkh, « Un tribunal véritablement spécial pour le Liban », L’Orient-le-Jour, le 23 janvier 2009.

28 Au sein même de la famille des Assad ou parmi les anciens compagnons sunnites de Hafez al-Assad.

29 Ce parti (on le trouve nommé sous différentes orthographes : Baas, Baath, Ba’th, etc.) a été fondé à Damas en 1947. Son idéologie est d’inspiration nationaliste panarabe, socialiste arabe et laïque.

30 Les partisans du parti ont pris le contrôle par la force de quartiers entiers de Beyrouth-ouest après plusieurs jours de combats meurtriers avec les partisans sunnites de Saad Hariri.

31 L’Espagne, l’Italie, mais aussi la Grande-Bretagne, l’Allemagne et les Pays-Bas. Ces pays avaient mis à la disposition de la Finul II d’importants effectifs (Force intérimaire des Nations unies au Liban renforcée en 2006 par la résolution no 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU). Georges Malbrunot, « Les capitales européennes divisées sur la mission de leurs Casques bleus », Le Figaro, le 19 juillet 2010.

32 Barthélémy Courmont, « Le néoconservatisme a-t-il vécu ? », Contre-feux.com, le 12 janvier 2009.

33 Nicholas Blanford, « Syria’s role at U.S talks may help Lebanon », The Christian Science Monitor, le 27 novembre 2007.

34 Il s’agit d’une minorité de blocage (1/3 des ministres) permettant au Hezbollah et ses alliés de bloquer toute décision prise au sein du cabinet du Premier ministre libanais.

35 Dalila Mahdawi, « Visit by 30 members of Hariri probe “proves Syrian cooperation” », Daily Star, le 16 février 2009.

36 Monique Mas, « Le Tribunal spécial pour le Liban face à la résistance chiite », RFI.fr, le 14 décembre 2010.

37 Dont la légitimité, ne l’oublions pas, s’inscrit dans la continuité de celle de son père.

38 En octobre 2010, le parquet syrien a émis 33 mandats d’arrêt consécutifs en réponse à la plainte déposée par l’ancien général libanais Jamil As-Sayed pour diffamation et subornation à l’encontre de personnalités politiques libanaises.

39 Voir Bernard Rougier, « Le Grand Moyen-Orient : un moment d’utopie internationale ? », Critique internationale, 1/2005 (no 26), p. 79-94.

40 Robin Wright, « Sanctions on Businessman Target Syria’s Inner Sanctum U.S. Action Alleges Corruption », Washington Post, le 22 février 2008.

41 Rick Fawn et Raymond A. Hinnebusch (eds.), The Iraq War: Causes and Consequences, Boulder : L. Rienner, 2006, p. 43.

42 Joshua Landis, « Overview of Syrian-US Relations », Syria Comment, le 17 juin 2010.

43 Groupe d’Étude sur l’Irak (GEI) co-présidé par James Baker (républicain) et Lee Hamilton (démocrate). Créée en 2006, cette commission indépendante fut chargée par le Congrès américain et le président George W. Bush de réfléchir sur la redéfinition de la politique américaine en Irak.

44 Barthélémy Courmont, « Le néoconservatisme a-t-il vécu ? », Contre-feux.com, le 12 janvier 2009.

45 Mohamad Bazzi, « The real goal at Annapolis », The Christian Science Monitor, le 27 novembre 2007.

46 Barah Mikaïl, « Hillary Clinton au Moyen-Orient : Un changement dans la continuité ? », affaires-strategiques.info, le 6 mars 2009.

47 Le Congrès américain a adopté cette résolution le 11 novembre 2003 qui a été ratifiée par le président américain un mois plus tard. Cette résolution autorise le président des États-Unis à adopter un régime de sanctions politiques et économiques à l’égard de la Syrie.

48 « Dardari : “Si Obama veut la normalisation avec la Syrie, il doit lever les sanctions imposées à celle-ci” », la Syrie.net, le 4 février 2009.

49 Entretiens avec Khaldoun Qassam, député, vice-président du comité des relations extérieures du Conseil du Peuple syrien (août 2010, Damas), avec un haut responsable ba’thiste (août 2010, Damas) et avec Mahmoud Abrache, président du Conseil du Peuple syrien (avril 2008, Damas).

50 Delphine Minoui, « Liban. L’attentat mortel de Tripoli sème la confusion », Le Figaro (le blog), le 15 août 2008.

51 Elizabeth Picard, « Liban : “L’accord de Doha n’aborde pas la question clé du désarmement du Hezbollah” », Le Monde, le 21 mai 2008.

52 Le parti Ba’th a été créé à Damas le 7 avril 1947. Dès le début des années 1950, des branches se sont formées dans les pays voisins. En Irak, le parti a été gangréné dès cette époque par des luttes internes et il s’est divisé dès 1958 en plusieurs factions. Après un premier coup d’État en 1963, le parti Ba’th irakien s’est emparé du pouvoir en 1968 jusqu’à la chute de Saddam Hussein en 2003.

En 1966, les pères fondateurs syriens du parti se sont exilés à Bagdad après la prise du pouvoir à Damas par la branche « militaire » du Ba’th.

53 Avant la destitution de Saddam Hussein, ce dernier vécut plus de dix ans en exil en Syrie.

54 Ces antagonismes communautaires sont donc anciens mais ils étaient étouffés par le pouvoir répressif des Assad. Depuis la fin de 2011 et la militarisation du mouvement de contestation en Syrie, on assiste au retour de ces clivages refoulés, amplifiés par la violence de la répression du régime.

55 Meris Lutz, « Turkey, Syria: Former enemies find common ground on Kurdish rebels », Los Angeles Times, le 11 octobre 2010.

56 Barah Mikaïl, « Médiation dans les relations israélo-syriennes : un “pari turc” des plus incertains ? », Aujourd’hui la Turquie, juillet-août 2008.

57 Ibidem.

58 Yoav Stern, « Syria’s Four Seas strategy », Syria Comment, le 22 octobre 2009.

59 Entretiens avec des responsables ba’thistes, juin 2010, Damas.

60 D’après une dépêche publiée en versions française, anglaise et arabe le 19 décembre 2010 par l’agence de presse syrienne Sana, mais qui a depuis été retirée de son site Internet : « La Syrie et la Turquie : Partenariat stratégique constituant le noyau d’une complémentarité économique régionale et la base d’un espace géopolitique entre les cinq mers ».

61 Ibid.

62 Le Conseil National Syrien (CNS) a ainsi été inauguré à Istanbul le 15 septembre 2011. L’état-major de l’Armée Syrienne Libre (ASL) est également localisé en Turquie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Feuerstoss, « La configuration géopolitique au Moyen-Orient à la veille du soulèvement en Syrie (2003-2010) », Études arméniennes contemporaines, 1 | 2013, 37-59.

Référence électronique

Isabelle Feuerstoss, « La configuration géopolitique au Moyen-Orient à la veille du soulèvement en Syrie (2003-2010) », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/eac/329 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eac.329

Haut de page

Auteur

Isabelle Feuerstoss

Docteur en géographie, Institut français de géopolitique

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search