Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Introduction

Texte intégral

1Ce numéro spécial d’Études arméniennes contemporaines est consacré au rapport entretenu à l’État par les juifs et les Arméniens de la fin du xixe siècle à nos jours. En pleine période de commémoration de la grande guerre, période de destruction radicale, en particulier pour les Arméniens de l’Empire ottoman dont les deux tiers furent éliminés entre 1915 et 1917, ce dossier veut prendre le contrepied d’une mémoire douloureuse en mettant à l’honneur le fait que la guerre est aussi un moment où de nouvelles pages politiques, et non des moindres, s’écrivent pour les Arméniens comme pour les juifs. En 1917, la Déclaration Balfour établit l’existence d’un foyer national juif en Palestine, sanctionnant le nouveau fait démographique généré par les diverses immigrations juives, principalement originaires de l’Empire russe, dont l’essor date de la fin du xixe siècle, et validant aussi indirectement le projet sioniste qui visait la création d’une entité politique juive. De même au Caucase, alors que la guerre fait encore rage en 1918, une République d’Arménie est créée sur les confins du haut plateau arménien, résidus d’une géographie et d’une démographie bouleversées à la suite du génocide. Dans les deux cas, ces événements formalisent, pour la première fois dans l’histoire contemporaine de ces deux peuples, un projet politique et étatique en gestation depuis le dernier tiers du xixe siècle, et dont le parcours heurté n’a pas fini d’être conflictuel. Il s’agit ici d’évoquer les heurts de ces trajectoires étatiques juives et arméniennes. Le choix de cet angle d’étude se démarque à dessein des questions traditionnellement posées dans les recherches comparatives sur les cas juifs et arméniens, à savoir celles des génocides et des diasporas, et qui ont déjà été en partie explorées. C’est ici l’étude des projets politiques mis en œuvre par des populations juives et arméniennes dans un long vingtième siècle qui sert de biais aux comparaisons, y compris au sujet des expériences génocidaires et de leurs mémoires, ou bien encore des diasporas. La problématique de l’articulation entre le projet étatique et national est explorée à travers des contributions de natures diverses – articles, essais et entretiens. La question de la sécurité physique des populations, des territoires et/ou de l’État est au centre, directement ou indirectement, de trois d’entre elles. L’article de Taline Papazian, qui introduit ce numéro, ouvre des perspectives sur l’interaction entre violence armée et souveraineté dans la longue durée. Il présente et analyse quatre expériences d’usages de la violence armée par des groupes arméniens et juifs, qui ont eu lieu entre la fin du xixe et la fin du xxe siècle, et montre leurs implications en termes de projets politiques. L’article d’Ivan Sand expose les jalons de l’évolution de la situation des Bédouins du Néguev en Israël depuis la création de l’État hébreu en 1948. Le traitement politique et administratif de cette population et la cristallisation des querelles entre partisans et opposants d’une reconnaissance de droits spécifiques pour cette population, révèlent un certain nombre d’enjeux politiques fondamentaux constitutifs de l’existence de l’État israélien, au premier rang desquels la question de la sécurité, du territoire et de son occupation physique. La centralité de cette question est nettement mise en évidence par Uri Ben Eliezer dans un essai sur le rôle politique et la place de l’armée israélienne au sein de l’État. Dans un autre domaine, la question des génocides est traitée par l’article de Haroutiun Maroutyan, à travers une comparaison des politiques de la mémoire dans les sociétés où d’importantes communautés diasporiques juives et arméniennes sont implantées, en particulier aux États-Unis. Il met en avant les divergences de choix dans la matérialisation de la transmission, musées dans le premier cas, monuments dans le second. Trois contributions supplémentaires touchent à la délicate question des identités arméniennes et juives dans leur pluralité, leur extraterritorialité et leurs rapports à l’État territorial qui officie – avec plus ou moins de légitimité et/ou de succès – en tant qu’un des représentants du groupe. L’entretien avec Khachig Tölölyan, spécialiste des diasporas, aborde la question des représentations divergentes de la nation en Arménie et en diaspora et celle des interactions qu’elles induisent entre leurs divers acteurs institutionnels. Un deuxième entretien, avec l’historien israélien Shlomo Sand, permet d’expliquer sa conception de ce qui distingue les identités juives et israéliennes, et de projeter cette réflexion sur les relations complexes qui existent entre nationalité et citoyenneté en Israël. Enfin, le politiste Razmik Panossian signe un essai sur l’idéalisation de l’État chez les Arméniens depuis l’indépendance de la République d’Arménie en 1991. La discussion lancée par Razmik Panossian rejoint par cet aspect les questions posées par l’article de Taline Papazian sur la pertinence du concept d’État pour analyser les entreprises politiques arméniennes à l’époque contemporaine. L’analyse comparée des projets étatiques et de leurs réceptions dans les mondes juifs et arméniens est une entreprise ambitieuse, que ce numéro d’Études arméniennes contemporaines souhaite promouvoir sans bien sûr prétendre faire le tour de la question. D’autres portes thématiques, à l’exemple de la problématique des migrations de retour, attendent d’être poussées par des chercheurs pour prolonger la discussion, que nous espérons désormais ouverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Taline Papazian, « Introduction », Études arméniennes contemporaines, 3 | 2014, 5-7.

Référence électronique

Taline Papazian, « Introduction », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/eac/475 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eac.475

Haut de page

Auteur

Taline Papazian

Chercheure associée à l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP), chargée de cours à Science Po Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search