Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Notes de lectureRégis Genté, Poutine et le Caucase

Notes de lecture

Régis Genté, Poutine et le Caucase

Paris : Buchet-Chastel, 2014, 201 p.
Lilit Vardanyan
p. 135-139
Référence(s) :

Régis Genté, Poutine et le Caucase, Paris : Buchet-Chastel, 2014, 201 p.

Texte intégral

  • 1 Le ministre des Affaires étrangères tchèque Karel Schwarzenberg avait appelé au boycott des JO de S (...)
  • 2 « Les islamistes du Caucase menacent les JO de Sotchi », Le Monde.fr, le 3 juillet 2013.

1Il y a presque sept ans, le 4 juillet 2007, le Comité international olympique (CIO) désignait Sotchi, pour la troisième candidature de cette station balnéaire de la mer Noire, située au pied du Caucase russe, comme ville hôte des Jeux olympiques (JO) d’hiver de 2014. Pour remporter cette compétition, la Russie a beaucoup investi financièrement et en matière de communication. Quelques cinquante milliards d’euros ont été dépensés pour faire de Sotchi une ville de classe mondiale, digne d’accueillir cet événement sportif majeur. Lors de la 119e session du CIO, Vladimir Poutine en personne avait tenu un discours en anglais – fait suffisamment rare pour être souligné – lors duquel il avait garanti de la « vraie neige » pour des JO d’hiver qui se dérouleraient « sous les palmiers »... Cette stratégie a bel et bien donné le résultat souhaité. Malgré des appels au boycott1 et des menaces islamistes2, les JO les plus coûteux de l’histoire se sont déroulés sans encombre et achevés avec succès pour la Russie. Mais ce succès n’a pas épargné à Moscou des critiques et des polémiques d’ordre écologique, politique et en matière de droits de l’homme.

2Publié à la veille de l’ouverture des JO de Sotchi, le livre de Régis Genté, journaliste indépendant installé depuis dix ans à Tbilissi, en Géorgie, a pour vocation de présenter et d’analyser l’action du président russe au Caucase ainsi que de définir la place de cette région dans la stratégie poutinienne visant à mettre ou remettre la Russie sur le devant de la scène internationale. Les spécialistes de la question n’y trouveront rien de très neuf, l’auteur se fondant en grande partie sur la littérature déjà existante. Agrémenté également de témoignages de terrains, il s’agit avant tout d’un travail journalistique. On notera que l’auteur ne précise pas ce qu’il entend par « Caucase », et s’intéresse, de fait, essentiellement au Caucase du Nord. Il rappelle l’histoire de la conquête de « l’isthme rebelle » et des guerres de Tchétchénie, ainsi que les grands traits de la politique russe exercée aujourd’hui envers ce territoire fédéral. Seul un chapitre (sur six) est consacré au Caucase du Sud et aux républiques de Géorgie, d’Arménie et d’Azerbaïdjan.

3L’idée-force de l’ouvrage est que le Caucase est capital dans la stratégie du président russe, aussi bien du fait de son rôle lors de l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine que par son importance dans la reconnaissance internationale de la Russie en tant que puissance. Cette approche peut certes expliquer le choix de l’auteur de parler surtout des Circassiens – directement concernés par l’organisation des JO de Sotchi –, de la Tchétchénie et de la Géorgie, en évoquant notamment la guerre de 2008 qui s’est soldée par la reconnaissance des indépendances de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud par la Russie. Cependant, la place de l’ensemble géopolitique sud-caucasien semble sous-évaluée ici dans l’affirmation de la puissance russe, d’abord vis-à-vis de l’Occident, mais aussi au sein de l’espace post-soviétique.

  • 3 La station de ski de Krasnaïa Poliana a accueilli les épreuves de neige des JO de Sotchi.
  • 4 Pierre Verluise, « J.O. Russie, Caucase, Sotchi… Que signifient ces mots ? », Entretien avec Régis  (...)

4L’auteur explique que le choix de Sotchi par les organisateurs des JO, et surtout de Krasnaïa Poliana3, le « Champs Rouge », n’est pas un hasard. Cette petite ville, située à l’extrémité occidentale du Caucase, à 600 mètres d’altitude, a accueilli en 1864 un banquet du grand-duc Michel Nikolaïevitch à l’occasion de la fin de la conquête du Caucase du Nord (la Ciscaucasie) par la Russie. Selon Régis Genté, en invitant le monde entier à un nouveau « banquet » exactement 150 ans après la conquête du Caucase, Poutine cherche à incarner l’héritier de la Russie impériale. D’autre part, conscient qu’il est fortement critiqué pour la nature de sa politique, notamment au Caucase du Nord, il cherche à la faire valider par la communauté internationale. Dans une interview donnée à Diploweb à la veille des JO d’hiver de 2014, Régis Genté explique : « Si les Barack Obama, François Hollande, Angela Merkel, David Cameron, mais aussi les Xi Jinping ou les présidents des ex-républiques soviétiques, venaient à Sotchi, ils valideraient, légitimeraient, par leur présence, la politique de Poutine au Caucase. Que ce soit par exemple la relance, par Vladimir Poutine, de la guerre en Tchétchénie, la seconde, à l’automne 1999, ou la guerre contre la Géorgie durant l’été 2008 […] »4.

5Pourtant, ce désir d’être reconnue en tant que puissance, d’être traitée sur un pied d’égalité avec les grands de ce monde n’est pas nouveau pour la Russie. Au début du xixe siècle, les ambitions géopolitiques russes au Caucase se résumaient à la nécessité « d’accéder aux mers chaudes » (p. 13). Mais d’après l’auteur, les grands paradoxes de l’« identité russe » ont éclaté lors des premières conquêtes territoriales au Caucase. En mimant l’Occident colonialiste, « autant envié, que détesté », la Russie a orientalisé le Caucase en faisant de ce bout de terre son « Asie », son « autre », pour s’inviter ainsi dans le club des nations civilisées. D’ailleurs, selon l’auteur, « les amoureux russes des belles-lettres » se sont essayés à créer cette image de la Russie civilisatrice auprès des populations locales.

  • 5 L’auteur emploie ce terme générique pour désigner les Kabardes, les Tcherkesses et les Adygués, du (...)

6Mais la Russie n’a pas toujours été perçue comme civilisatrice par ces populations. C’est en particulier le cas de la communauté circassienne5, au sein de laquelle l’auteur a recueilli de nombreux témoignages, et qui a payé un lourd tribut à l’expansionnisme russe au milieu des années 1860, à la fin de la Guerre du Caucase, avec près de 700 000 morts selon Régis Genté.

  • 6 Yuri Felshtinsky et Alexander Litvinenko, Blowing up Russia, Londres : Gibson Square Books, 2007 ; (...)
  • 7 Dе l’abréviation russe ГРУ – Главное разведывательное управление [Glavnoe razvedyvatelnoe upravleni (...)

7Les deuxième et troisième chapitres de l’ouvrage se concentrent sur l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, la deuxième guerre de Tchétchénie et la mainmise russe sur cette république rebelle. Dans cette partie du livre, l’accent est mis sur la place du Caucase et de la lutte contre les islamistes dans l’ascension politique de Poutine. L’auteur reprend ici les thèses de Iouri Felshtinski, d’Alexandre Litvinenko et de Vladimir Pribylovsky6 sur le rôle de la Direction générale des renseignements (GRU)7 et surtout de Boris Berezovski, le puissant homme d’affaires de l’époque. Selon ces thèses, Chamil Bassaïev et les terroristes islamistes du Caucase du Nord étaient payés par les services secrets russes et par le clan Berezovski pour organiser la série d’attentats qui ont frappé la Russie entre le 31 août et le 16 septembre 1999, et qui ont contribué à retourner l’opinion publique russe en faveur de Poutine et du lancement d’une nouvelle guerre en Tchétchénie, trois mois avant la démission anticipé de Boris Eltsine (p. 69).

  • 8 L’appellation russe du district – Северо-Кавказский федеральный округ [Severo-kavkazskiï federal’ny (...)

8Dans le chapitre suivant l’auteur s’intéresse à la situation actuelle dans les républiques du Caucase du Nord, qui devient, d’après lui, de plus en plus inquiétante, à mesure que le pourcentage des Russes diminue dans la population. L’instabilité politique, mais aussi la mauvaise santé économique de la région en sont les raisons principales. Face à cette situation, le gouvernement de Moscou a entrepris une série de réformes administratives, politiques et économiques. En janvier 2010, le District Fédéral du Caucase du Nord a été créé. Gouverné par le représentant plénipotentiaire du président, un homme d’affaires, ancien gouverneur de la région de Krasnoïarsk, Alexandre Khloponine, le SKFO8 regroupe les républiques les plus problématiques – Kabardino-Balkarie, Katatchaievo-Tcherkessie, Ossétie du Nord-Alanie, Ingouchie, Tchétchénie, Daghestan et territoire de Stavropol. La verticale du pouvoir à été restaurée. Depuis mai 2011 le titre de « président » a été supprimé dans toutes les républiques de la Fédération : c’est un autochtone loyal au Kremlin qui est désormais le « chef » dans chaque république (p. 120). Les budgets locaux sont subventionnés à 90 % pour le Daghestan, la Tchétchénie et l’Ingouchie. Pour y attirer des Russes « ethniques », Moscou essaie d’investir de plus en plus dans la région afin d’améliorer la situation économique et de créer des infrastructures, notamment touristiques, comme les sept domaines skiables construits ces deux dernières années. Il nous semble intéressant de mentionner ici les clivages politiques à Moscou par rapport à la stratégie menée dans la région. L’auteur signale l’existence de deux approches – économique et sécuritaire. Selon lui, Poutine et quelques hauts responsables du pays, voir même du FSB, seraient favorables à l’approche sécuritaire, alors qu’il y a dans le même temps de plus en plus d’adeptes de l’approche économique, dont le premier ministre, Dmitri Medvedev. Ces derniers se trouveraient au sein des cercles dirigeants au sens large, y compris l’oligarchie, et auraient comme devise la modernisation et la rationalisation économique qui permettraient également, selon eux, d’améliorer les relations avec les anciennes républiques soviétiques (p. 115).

9En attendant cette amélioration, les Nord-Caucasiens, aussi bien que les Arméniens, les Géorgiens et les Azerbaïdjanais, sont toujours traités de « culs-noirs » à Moscou. L’auteur insiste sur le fait que les attentats des années 1999 ont marqué un tournant dans la xénophobie anti-caucasienne en Russie, qui prend de plus en plus d’ampleur et se traduit par des slogans nationalistes tels que « La Russie aux Russes », « Arrêtons de nourrir le Caucase », qui sont aujourd’hui scandés même par des libéraux de premier plan, comme Vladimir Milov, ancien vice-ministre de l’énergie, à la tête du parti « Choix démocratique ».

10De l’autre côté du Grand Caucase, devenu « étranger proche » après la chute de l’URSS, les enjeux restent les mêmes pour Vladimir Poutine : « […] faire que la Russie soit désormais systématiquement associée à chaque grande décision politique internationale et que ses intérêts ne soient plus ignorés par les autres grands de ce monde » (p. 157). C’est sous cet angle, celui, en définitive, de la démonstration de puissance, que l’auteur décrit la guerre russo-géorgienne d’août 2008, convaincu qu’elle fut un message adressé d’abord à l’Occident, Saakachvili et le jeune establishment géorgien n’étant qu’un destinataire secondaire.

11Mais qu’en est-il de cette puissance ? Est-elle réelle ou imaginaire ? C’est la question que l’auteur se pose en arrivant à sa conclusion. « D’un côté elle [la Russie] semble toucher au but, s’imposer comme incontournable sur la scène internationale, et se hisser parmi les toutes premières économies de la planète. De l’autre côté l’économie stagne malgré les fantastiques richesse du sous-sol russe » écrit-il (p. 183). La Russie est « à court d’idées, d’idéologie, elle est encore en plein doute identitaire ». L’écart est grand entre ses ambitions et ses résultats, et le Caucase est un des lieux où cette crise identitaire s’illustre.

Haut de page

Notes

1 Le ministre des Affaires étrangères tchèque Karel Schwarzenberg avait appelé au boycott des JO de Sotchi après la guerre russo-géorgienne d’août 2008 : « Géorgie : un boycott des JO de Sotchi », Le Figaro, le 30 août 2008. Après les premiers morts à Maïdan en Ukraine, dans une tribune publiée sur Le Huffington Post, Bernard-Henri Lévy appelait à la suspension de la participation européenne aux Jeux de Sotchi : Bernard-Henri Lévy, « Suspendre sans délai la participation européenne aux Jeux de Sotchi », Le Huffington Post, le 18 février 2014.

2 « Les islamistes du Caucase menacent les JO de Sotchi », Le Monde.fr, le 3 juillet 2013.

3 La station de ski de Krasnaïa Poliana a accueilli les épreuves de neige des JO de Sotchi.

4 Pierre Verluise, « J.O. Russie, Caucase, Sotchi… Que signifient ces mots ? », Entretien avec Régis Genté, le 6 février 2014, http://www.diploweb.com/J-O-Russie-Poutine-Caucase-Sotchi.html

5 L’auteur emploie ce terme générique pour désigner les Kabardes, les Tcherkesses et les Adygués, du fait de leur extrême proximité linguistique et culturelle et de leur sentiment d’appartenance à un même groupe (p. 15).

6 Yuri Felshtinsky et Alexander Litvinenko, Blowing up Russia, Londres : Gibson Square Books, 2007 ; Yuri Felshtinsky et Vladimir Pribylovsky, The Age of Assassins. The Rise and Rise of Vladimir Putin, Londres : Gibson Square Books, 2008.

7 Dе l’abréviation russe ГРУ – Главное разведывательное управление [Glavnoe razvedyvatelnoe upravleniye].

8 L’appellation russe du district – Северо-Кавказский федеральный округ [Severo-kavkazskiï federal’nyï okrug].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lilit Vardanyan, « Régis Genté, Poutine et le Caucase », Études arméniennes contemporaines, 3 | 2014, 135-139.

Référence électronique

Lilit Vardanyan, « Régis Genté, Poutine et le Caucase », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/eac/605 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eac.605

Haut de page

Auteur

Lilit Vardanyan

Doctorante, Institut français de géopolitique (IFG), université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search