Navigation – Plan du site

Éditorial

Editorial
Boris Adjemian et Julien Zarifian
p. 5-7

Texte intégral

1Après bientôt deux ans d’existence et déjà quatre numéros publiés, prenons le temps de faire un premier bilan d’étape des travaux menés par Études arméniennes contemporaines. Ce quatrième numéro vient à un moment important pour EAC, puisque nous inaugurons en ce début d’année 2015 notre site internet. La mise en ligne et en accès libre de l’intégralité des articles publiés était projetée dès la création de cette revue. Elle fait partie intégrante de l’objectif de croisements, de construction et de diffusion des savoirs qui est la raison d’être de cette aventure éditoriale. C’est la raison pour laquelle, tout en continuant à être publiée sur papier, les articles que nous publions pourront également être consultés librement en ligne. Études arménienne contemporaines rejoint ainsi des centaines d’autres revues de sciences humaines et sociales sur le portail Revues.org, grâce à la coopération du CLEO (Centre pour l’édition électronique ouverte) et d’OpenEdition, éditeur de Revues.org. Il n’est pas anodin de souligner qu’elle devient, du même coup, la première revue éditée en ligne dédiée au domaine des études arméniennes.

2Ce bilan d’étape vaut également pour la ligne éditoriale de cette jeune revue et le contenu des quelques volumes publiés depuis 2013. On peut dire que jusqu’à présent les textes publiés par Études arméniennes contemporaines se sont partagés entre l’histoire, la science politique et la géopolitique. Le numéro de juin 2014, Juifs, Arméniens : un siècle d’État, a permis de faire dialoguer autour d’un même projet éditorial des spécialistes internationalement reconnus dans leur domaine, comme Khachig Tölölyan, Shlomo Sand et Uri Ben-Eliezer, ou des représentants d’institutions diasporiques majeures comme Razmik Panossian pour la fondation Gulbenkian. Le prochain numéro, celui de juin 2015, rassemblera des contributeurs venus d’horizons très divers autour d’un thème fort : le témoignage des victimes dans la connaissance des violences de masse. Ces différents exemples montrent bien l’ouverture thématique et comparatiste d’EAC, qui tout en étant ancrée dans le domaine des études arméniennes, ne s’y réduit pas. Le présent numéro, qui rassemble des articles portant sur des sujets très variés, s’inscrit lui-même dans cet intérêt de la revue pour des questions passées ou présentes qui ont pour point commun leurs résonances contemporaines, avec une prédilection pour les régions allant du Caucase au Bosphore et au Proche-Orient, mais sans se limiter à quelque aire « culturelle » que ce soit. Ces textes rendent bien compte également de la dimension multidisciplinaire inhérente au projet fondateur d’EAC, avec une ouverture souhaitée – et pratiquée – à la géographie, l’anthropologie, la sociologie, l’histoire de l’art, les études littéraires, la musicologie, le droit, etc. Ce n’est donc pas un hasard si l’article de Vazken Davidian ouvre ce numéro de varia, avec une étude de certaines œuvres et de la biographie du peintre ottoman Simon Hagopian, porte d’entrée à la fois vers une micro-histoire des milieux artistiques arméniens d’Istanbul du début du xxe siècle et, beaucoup plus largement, vers une relecture critique de la manière dont s’écrit jusqu’à présent l’histoire de l’art et des peintres ottomans, aussi bien en Turquie que dans l’Arménie contemporaine. Trois des articles qui composent également ce numéro ont en commun d’être centrés sur la Turquie ou sur le rayonnement politique turc au Sud Caucase. Les deux premiers sont le fait de géographes. L’article de Nicolas Ressler-Fessy étudie l’assise actuelle de l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi, parti actuellement au pouvoir en Turquie) à Kayseri, favorisée par les liens forts existants entre les milieux politiques et économiques de cette ville d’Anatolie, et par le soutien des autorités locales (et parfois nationales) de l’AKP à des projets ambitieux d’aménagement qui reconfigurent son espace urbain et périphérique. Le texte de Noémie Rebière se concentre sur les enjeux des relations privilégiées Turquie-Géorgie-Azerbaïdjan et sur la manière dont ces relations ont isolé l’Arménie et continuent de le faire. Ce thème est également abordé par l’article de Vahram Ter-Matevosyan, qui étudie plus spécifiquement les relations entre la Turquie et la Géorgie, et, surtout, la manière dont celles-ci sont perçues en Géorgie, notamment dans les cercles politiques, intellectuels et religieux. Enfin, nous tenons à souligner l’importance que revêt pour EAC la publication, sous la forme d’un bref essai, du texte remanié de la conférence inaugurale prononcée par Sebouh Aslanian lors de sa prise de fonction récente comme titulaire de la chaire d’études arméniennes modernes à l’université de Californie à Los Angeles. Ce plaidoyer pour une historiographie arménienne « désinsularisée » et pleinement intégrée à l’histoire globale fait écho à la manière dont se conçoit le projet de cette revue depuis son origine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Adjemian et Julien Zarifian, « Éditorial », Études arméniennes contemporaines, 4 | 2014, 5-7.

Référence électronique

Boris Adjemian et Julien Zarifian, « Éditorial », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/eac/647

Haut de page

Auteurs

Boris Adjemian

Historien, conservateur de la Bibliothèque Nubar

Articles du même auteur

Julien Zarifian

Maître de conférences en civilisation américaine, université de Cergy-Pontoise

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals