Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4ÉtudesDynamiques urbaines, économiques ...

Études

Dynamiques urbaines, économiques et politiques en Anatolie

Le cas de la ville de Kayseri
Urban, economic and political dynamics in Anatolia. A study from the case of Kayseri.
Nicolas Ressler-Fessy
p. 55-85

Résumés

Depuis l’arrivée du Parti de la justice et du développement au pouvoir en novembre 2002, les espaces urbains en Turquie sont en grande mutation. Dans ce processus, la ville de Kayseri a vu se nouer une coalition entre milieux économiques et partis politiques visant à transformer puis maintenir la ville dans son statut de métropole. Un enjeu important dans le contexte des réformes gouvernementales de décentralisation renforçant les pouvoirs locaux des grandes municipalités. Et tandis que, dans le même temps, Kayseri ne reste pas en dehors des tensions politiques locales et nationales.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le milieu des années 1990, l’Anatolie – au sens large, vaste région centrale et continentale de la Turquie – fait l’objet d’une attention soutenue des milieux économiques et politiques turcs. Le fort accroissement économique, avec une croissance annuelle du produit intérieur brut de plus de 7 % entre 1995 et 19971, a favorisé le développement d’un tissu industriel privé à l’intérieur du pays dans les grandes localités anatoliennes telles que Kayseri, Konya, Gaziantep ou encore Çorum. Loin de constituer un territoire du vide – la population dans ces provinces comptant entre 500 000 et 1 800 000 habitants2 –, l’Anatolie offre ainsi un cadre d’analyse décentré par rapport aux mégalopoles nationales d’Istanbul, d’Ankara et d’Izmir. Cet article se propose d’étudier dans la situation précise de la ville de Kayseri la manière dont la trajectoire économique de la ville et sa représentation par ses habitants ont favorisé la constitution d’une coalition politico-économique forte. L’étude de la politique d’aménagement du territoire que la municipalité mène depuis dix ans permet d’en éclairer les objectifs et enjeux multiples.

  • 3 I. G. Sezgin, 2013, p. 77-98.
  • 4 « Özhaseki : Kayseri’nin Modern Belediyecelik Modeli Türkiye’de Konuşulan Bir Konu? », Kayseri Habe (...)

2Au niveau politique, le Parti de la justice et du développement (Adalet ve Kalkınma Partisi AKP) de l’actuel président de la République Recep Tayyip Erdoğan, parti au pouvoir depuis novembre 2002 à Ankara, est particulièrement bien ancré dans ces territoires anatoliens. Une implantation ancienne – l’AKP étant l’un des héritiers des partis islamistes de la mouvance de la Vision nationale (Milli Görüş) très présents en Anatolie depuis la fondation du Parti de l’ordre national (Milli Nizam Partisi, MNP) en 19713 –, et solide grâce au pragmatisme libéral de la politique économique des gouvernements AKP, assurant tant une stabilité pour la conduite des affaires que des orientations propices au développement économique. Mais la force de l’AKP réside aussi dans son expertise de l’administration municipale, qu’il a développée comme une réelle stratégie de conquête des municipalités. À Kayseri, les élections pour le poste de maire de la municipalité métropolitaine (ou grande mairie) de Kayseri (Kayseri Büyükşehir Belediyesi, KBB) du 30 mars 2014 ont été remportées pour la quatrième fois par le candidat de l’AKP, Mehmet Özhaseki, avec 59 % des voix. Le maire met en avant sa politique de gestion municipale et accueille des délégations d’autres villes pour faire découvrir les méthodes de Kayseri4. De plus, c’est une des villes turques les plus dynamiques dans les secteurs industriels et commerciaux. Connue dans tout le pays, on l’associe à de grandes marques de l’ameublement, à la réussite économique de ses commerçants, mais aussi à une certaine rigueur conservatrice et morale (malgré ses 1,3 million d’habitants, les lieux où l’on sert de l’alcool se comptent sur les doigts d’une main). La ville est en plein boom économique, mais également démographique, et l’AKP, à la tête du KBB, mène une intense politique de transformation urbaine et de conduite de projets de grande ampleur dans les secteurs du logement, des transports, et de l’industrie. Le projet urbain de l’AKP pour Kayseri s’avère particulièrement ambitieux, le marketing agressif pour le promouvoir ainsi que les réalisations en cours ou à venir démontrent une mobilisation de moyens sans précédents. C’est ainsi que la ville de Kayseri, avec sa place économico-politique dans le paysage national, apparaît centrale pour appréhender la pratique urbaine dans un territoire gouverné par l’AKP.

3Afin de comprendre les raisons de ces projets, et d’étudier leur mise en œuvre et les enjeux politiques et géopolitiques qui en découlent, nous étudierons tout d’abord, le fonctionnement de la ville et son histoire urbaine et économique. Nous chercherons à comprendre pourquoi la situation de Kayseri a permis l’installation d’un certain type d’industrie, drainant infrastructures et populations et participant à un renouveau de la ville après son déclin économique post-ottoman. Puis nous nous interrogerons sur le fonctionnement du pouvoir politique actuel à la tête de la ville, où l’AKP domine chacun des échelons des pouvoirs locaux, avec un renforcement depuis la mise en place de la réforme territoriale de 2012. Nous étudierons également les rapports du pouvoir AKP de Kayseri avec l’échelon national du parti, ainsi que la place de l’opposition, notamment dans le cadre des élections municipales. Enfin, à partir d’une posture critique de la représentation qui a été forgée durant la décennie 1990 des « Tigres anatoliens (Anadolu Kaplanları) », nous chercherons à comprendre à quelles réalités géoéconomiques et politiques plus globales correspondent les projets développés par le KBB. Il s’agira alors de resituer ces projets dans le cadre des ambitions du KBB pour garantir son avenir comme métropole attractive au sein d’un jeu concurrentiel entre les métropoles turques et dans lequel le KBB semble fort bien tirer son épingle du jeu.

Kayseri, une métropole régionale en renouveau depuis vingt ans

4Pour se rendre à Kayseri depuis Istanbul, le plus rapide est de prendre l’avion, alternative la plus souvent choisie par les touristes. Cependant pour ces derniers, Kayseri n’est qu’une étape – où ils ne s’arrêtent en général pas – pour se rendre dans la Cappadoce toute proche. L’autre option est l’autobus, dont le réseau est particulièrement efficace et fonctionnel, et qui compense le lent système ferroviaire turc actuellement en plein chantier. Douze heures de trajet pour sortir de la grande métropole stambouliote et atteindre Kayseri à 770 kilomètres, en plein cœur de la Turquie, au sud-est de la région de l’Anatolie centrale. Passé Ankara, c’est un paysage de plateau sec, aux vastes pâtures sans couverture forestière, que suit la route, route à deux voies neuve ou encore en travaux qui devient la D300 après Aksaray. On devine sur le plateau une faible densité rurale où l’élevage domine, excepté autour de quelques zones de champs irrigués. Les villages que traverse la D300 sont néanmoins devenus de gros bourgs, celle-ci y drainant de petites activités économiques : garages, restaurants, logistique. Passé le plateau, la route descend dans une vaste cuvette orientée sud-ouest/nord-est dans laquelle s’est développée Kayseri. La ville est entourée au nord-ouest d’un long plateau et au sud d’un chapelet d’anciens volcans éteints, dont le plus haut, enneigé toute l’année, le mont Erciyes (3 916 mètres d’altitude), domine la ville.

Géographie urbaine d’une politique sociale tournée vers l’accès au logement

5Le centre-ville de Kayseri est bien identifiable avec sa forteresse byzantine, agrandie au xiiie siècle par les Seldjoukides. Sa rénovation en cours pour la transformer en musée de l’art et de la culture marquera l’aboutissement de la modernisation de cet espace central, démarrée en 2006 avec le réaménagement de la place Cumhuriyet (Cumhuriyet Meydanı). Un système efficace de tramway fonctionnel depuis 2009 traverse la ville d’est en ouest. Des connexions supplémentaires sont en travaux pour relier l’université Erciyes au sud, puis au sud-est la ville limitrophe de Talas. Un double système de voies rapides, formant un trapèze, suit le déploiement périphérique est-ouest de Kayseri : axe le plus ancien desservant le centre-ville et parallèle à celui-ci sur les franges nord, la D300 poursuit sa route vers l’est en direction de Malatya. Le nord, coupé du centre par l’ancienne ligne de chemin de fer reste encore en partie composé de grands terrains agricoles, bien que des projets d’aménagement soient en cours. De plus, l’aéroport, également situé au nord, joue un rôle de retenue face à l’intense pression des constructions. Dans la zone sud, les terrains militaires du Deuxième Commando (İkinci Komando, armée de terre) laissent encore de grands terrains vagues entourés d’immeubles, puis c’est le relief qui retient, hormis quelques parcelles localisées dans des zones aménagées, le développement du bâti. Depuis ces hauteurs sud, un rapide aperçu de la ville montre l’importance du processus de renouvellement et de verticalisation des zones résidentielles. Cette dynamique de construction constitue la facette la plus marquée de la politique sociale de l’AKP, qu’on retrouve à l’échelle nationale, visant à favoriser l’accès au logement et à la propriété via l’Administration des logements collectifs (Toplu Konut İdaresi, TOKİ).

6Cette politique nationale s’accompagne du mouvement dit de « transformation urbaine » (kentsel dönüsüm) qui vise à répondre à un état du bâti considéré comme dégradé ou vétuste. Dix séismes d’une magnitude comprise entre 2,6 et 4,9 ont été recensés dans la région de Kayseri depuis 20065, habillant certains projets de reconstruction de l’argumentaire du risque sismique. Une autre raison est l’augmentation de la population dans la métropole, avec notamment, mais pas seulement, la baisse du nombre d’habitants dans les villages et petites villes du département6. À Kocasinan, l’arrondissement nord de la ville de Kayseri, l’augmentation de la population n’est que relative avec un accroissement moyen de 0,5 % par an depuis 2007. La population y atteignait 377 051 habitants en 2013. Melikgazi, l’arrondissement sud de Kayseri, comptait pour sa part 520 319 habitants en 2013, avec une augmentation annuelle de 3,4 % depuis 2007. Le district (ilçe) de Talas, collé à Kayseri au sud-est connaît la plus importante augmentation de population avec une moyenne de 8 % par an depuis 2007, atteignant 119 810 habitants en 2013.

  • 7 « Kayseri’ye n’oldu ? », Milliyet, 12 novembre 2014.
  • 8 Entretien avec Fikret Ünal, architecte à la mairie de Kocasinan, Kayseri, 13 juin 2014.
  • 9 Ibid.

7Ces chiffres de croissance démographique vont de pair avec un dynamisme certain du secteur du bâtiment, représentant pour le département 2,8 milliards de livres turques (soit environ un milliard d’euros) de chiffre d’affaires en 20137. Une première vague d’entreprises s’est établie ces dix dernières années (Kınaş, Suat, Ödül), suivies d’une seconde vague plus récente ces cinq dernières années (Hassan-Yapı, Aslan, etc.) Les entreprises du secteur de la construction sont pléthoriques mais restent pour le moment encore concentrées sur le marché local. Autour s’activent cabinets d’architectes et bureaux de contrôle des projets, qui gèrent les dossiers d’obtention des permis de construire auprès des municipalités d’arrondissement8. Les immeubles construits l’étant tous, approximativement, sur le même modèle, c’est moins la réalisation du dossier qui prend du temps que sa validation par le responsable de l’architecture de la municipalité d’arrondissement concernée. Les normes de construction sont établies au niveau de la municipalité métropolitaine. Ainsi, le nombre maximum d’étages pour une construction à Kayseri est de quatorze. Ce maximum constitue plutôt une norme, partout atteinte pour les constructions de logements dans les zones périphériques. Dans les quartiers centraux, un zonage soumettant les constructions aux règles sur les bâtiments historiques ne permet pas ce genre de réalisations, a priori. Les cas particuliers – par dérogation spéciale du maire – existent cependant, autour de la mairie et des centres commerciaux notamment. Ces constructions par des promoteurs privés ont commencé, selon les informations recueillies auprès de l’architecte de l’un des deux arrondissements de Kayseri, il y a huit ans et ont connu une accélération depuis trois ans9. On peut identifier différentes zones concernées par ces chantiers. Au sud-est, le district de Talas rassemble le plus grand nombre de chantiers, favorisés par l’implantation de l’université publique Erciyes (1978) et l’université privée Melikşah (2008). La future connexion avec le tramway rend Talas encore plus attractive, notamment pour les classes moyennes urbanisées à la recherche d’un cadre de vie perçu comme plus vert, dynamique tout en demeurant d’un accès rapide au centre-ville de Kayseri.

  • 10 Entretien avec le muhtar (correspondant à un représentant, élu, pour un village ou un quartier) du (...)
  • 11 Entretien avec les responsables du service des projets du KBB, Kayseri, 10 juin 2014.

8La pression foncière est importante dans les zones sud et nord de la ville. Le réseau de tramway, tel qu’envisagé dans le plan directeur (Master Plan) sur les transports de 2005, devrait ainsi desservir à terme le nord de Kayseri : le complexe sportif portant le nom d’un grand homme d’affaires kayseriote, Kadir Has, dont l’entreprise est basée à Istanbul, Kadir Has Kongre ve Spor Merkezi, l’aéroport, le périphérique, et au-delà, le quartier d’Erkilet. À l’extrême nord-est ensuite, la nouvelle zone d’habitation d’İldem, avec ses imposants immeubles de quatorze étages alignés sur le plateau, est desservie par le tramway depuis le début de l’année 2014. Enfin, en situation de transition dans la zone sud, le quartier de Şehit Nazim Bey, ancien – c’est-à-dire, pour l’essentiel, avant le génocide de 1915 – quartier arménien d’At Pazarı proche du centre mais relativement mal réputé, est en cours de transformation depuis 2005. On y trouve sur un vaste terrain vague d’anciennes maisons bourgeoises en ruines mais parfois encore habitées par des familles aux métiers peu rémunérateurs (chiffonniers ou ferrailleurs par exemple). Le long des grands axes de communication qui parcourent ce quartier, des immeubles de quatorze étages commencent à être construits et les anciennes maisons sont rasées. Une zone dite de « conservation » a cependant été mise en place par le KBB à l’entrée du quartier de Şehit Nazim Bey afin de conserver quelques « maisons historiques de Kayseri (eski Kayseri evleri) » comme l’indique la carte de la ville délivrée par l’office de tourisme. Des antennes de l’université Erciyes devraient s’y installer ainsi que des grandes enseignes de restauration, de cafés, d’hôtels. Ces maisons sont cependant refaites à neuf après destruction du bâti ancien. Construites en parpaings, elles sont ensuite recouvertes de pierres sur l’extérieur. Une mosquée neuve est en construction au milieu de cet ensemble valorisé comme étant ancien, mais il n’y est pas fait référence au passé arménien du quartier, sauf dans la forme en croix de certaines fenêtres. L’église arménienne Surp Krikor Lusavoriç (Saint-Grégoire l’Illuminateur) de Şehit Nazim Bey, dernier témoin du passé arménien du quartier, est isolée et entourée d’immeubles, à distance de la zone préservée et reconstruite. L’objectif est la valorisation de ce quartier à proximité du centre avec une part touristique et une part résidentielle où les prix du logement ont été multipliés par deux ou par trois depuis les débuts de la « transformation urbaine »10. Le souci pour la municipalité reste toutefois le changement de la représentation de ce quartier par les Kayseriotes : Şehit Nazim Bey est perçu comme pauvre, habité par des populations roms et comme une zone de trafics divers. Le mouvement d’aménagement reste encore relatif hors des grands axes, et il n’y a pas de grand projet urbain sur le quartier pour le moment, comme le soulignait le responsable des projets d’aménagement au sein du KBB11.

9Mis à part le grand quartier de Bel-sin à l’ouest, construit en 1984 sur un modèle coopératif pour accueillir les familles des ouvriers de la premièrezone industrielle régionale (1. Organize Sanayi Bölgesi, 1re OSB), les plus importantes zones de logements se trouvent donc dans les périphéries sud, sud-est et est, ainsi que, de manière moins massive, dans le nord. Comme le mentionnait le Master Plan sur les transports de 2005, cette situation génère des problématiques pendulaires de flux de travailleurs, car la localisation des zones résidentielles ne coïncide pas avec celles des grands bassins d’emplois qui se situent majoritairement dans le centre et dans la périphérie ouest.

Le renouveau industriel de Kayseri après les années 1920

  • 12 K. Cengiz, 2012.
  • 13 Ibid.
  • 14 European Stability Initiative (ESI), 2005.
  • 15 Rapport du TOBB par secteurs d’activités, « Turkiye Mobilya Urunleri Meclisi Sektor Raporu », 2013, (...)
  • 16 Entretien avec Tuğba Yücel, bureau du commerce extérieur de la chambre de commerce de Kayseri, Kays (...)
  • 17 Ibid.

10Alors que la politique sociale actuelle se concentre sur l’accès au logement, les choix réalisés au lendemain de l’indépendance en 1923 étaient tournés vers l’emploi, le développement industriel et la volonté de concentrer les capacités productives du pays, longtemps largement détenues par les minorités (en particulier les Arméniens et les Grecs), aux mains des Turcs sunnites. Cette politique a donc joué un rôle majeur sur les transformations économiques qui ont pu toucher un certain nombre de villes comme Kayseri. L’économie de cette dernière a connu plusieurs périodes de ralentissement puis de retour à une croissance très dynamique, comme cela est le cas depuis vingt ans. Kayseri était un carrefour commercial durant l’Empire ottoman, où le commerce et l’artisanat étaient contrôlés par les populations non-musulmanes de la ville : les Arméniens principalement et dans une moindre mesure et plus tardivement, les Grecs. La déportation des premiers en 1915 dans le cadre du génocide, puis l’exil des seconds entre 1923 et 1927 lors des échanges de populations entre la Grèce et la Turquie, ont entraîné un brusque déclin de l’économie de la ville : perte des savoir-faire, des capitaux et des réseaux commerciaux12. Face à ce phénomène général en Turquie, c’est l’État qui a pris en charge l’économie, développant un modèle d’étatisme protectionniste qui a vu se multiplier les investissements industriels et les constructions d’infrastructures des années 1925 aux années 1950. Kayseri a particulièrement profité de cette politique grâce à sa position centrale et éloignée des frontières avec les États voisins, ennemis potentiels de la toute jeune nation : construction d’une usine d’aéronautique en 1925, d’une usine de réparation de chars en 1927 et connexion au chemin de fer depuis Ankara la même année. Ces investissements publics ont permis tout autant de former de la main-d’œuvre que de développer des infrastructures facilitant l’installation d’entreprises privées. En 1970, Kayseri est la neuvième ville industrielle de Turquie et le secteur privé commence à s’étendre13. Ce dernier connaîtra son véritable essor avec le libéralisme du premier ministre Turgut Özal dans les années 1980. Après plusieurs décennies d’une politique dite de « substitution aux importations », qui a vu de véritables empires industriels se former, notamment à Istanbul et dans les métropoles de l’ouest du pays, la nouvelle stratégie industrielle nationale donne la priorité aux exportations. Cette réorientation de la politique, assortie d’aides publiques pour l’investissement industriel et le début de la privatisation des entreprises publiques, a favorisé la perception du secteur industriel comme étant profitable. À Kayseri, plusieurs familles ont réussi à développer leur entreprise et constituer de véritables conglomérats industriels, entretenant dans leur ville d’origine une action de bienfaisance. Ainsi, la famille Sabancı, ou encore la famille Boydak14 : cette dernière a commencé à fabriquer des sommiers, avant que Mustafa Boydak ne crée la holding Boydak. Celle-ci compte plusieurs milliers d’employés à Kayseri rien qu’au sein de la société İstikbal, spécialisée dans l’ameublement intérieur. Depuis cette période, la ville a beaucoup évolué et est devenue un centre industriel reconnu et plus institutionnalisé, dont les enjeux ont peu à peu dépassé le caractère aventureux des expériences artisano-industrielles du début des années 1980. Les espaces commerciaux se sont agrandis et l’industrie a maintenant les capacités d’une production moderne tournée vers l’international : Kayseri est la troisième plus importante ville de production de mobilier d’intérieur en Turquie après Istanbul et Bursa. Elle compte 760 entreprises dans ce secteur, employant quelque 13 000 ouvriers15. Les exportations se font à 50 % vers l’Union européenne, 20 % vers le Moyen-Orient, 18 % vers l’Asie et 7 % vers l’Afrique16. La chambre de commerce de Kayseri dispose de relais au sein des consulats turcs à Bruxelles, Erbil dans le nord de l’Irak, ou encore au Niger17. Au niveau local, la structure économique de la ville est assez classique, avec des zones centrales dédiées au tertiaire et des zones périphériques dédiées à l’industrie. Cependant, avec l’extension des zones résidentielles, le KBB s’est lancé dans un projet de déplacement des zones industrielles considérées comme trop proches du centre pour les déplacer vers d’anciennes zones agricoles périphériques. Dans le même temps, les projets de reconversion de ces zones industrielles offrent des perspectives prometteuses de lancement de projets par la municipalité.

  • 18 Entretien avec Fikret Ünal, architecte à la mairie de Kocasinan, Kayseri, 13 juin 2014.

11Les quartiers centraux sont principalement dévolus aux activités marchandes et tertiaires : autour de l’ancien bazar avec les activités artisanales de la bijouterie et du textile ; et dans le quartier de Sahabiye (Sahabiye Mahallesi) pour les locaux des partis politiques, des titres de la presse régionale, et de certaines organisations patronales telle que l’association de tous les industriels et hommes d’affaires (Tüm Sanayici ve İş Adamlari Derneği, TÜMSİAD). Construit d’après les plans établis pour la première période de planification (İlk Planlama Dönemi) entre 1945 et 1975, par l’architecte Kemal Ahmet Arû en charge du réaménagement de Kayseri, le quartier de Sahabiye devrait faire l’objet dans le cadre du kentsel dönüşum d’un plan de rénovation dans les prochaines années18. Une occasion pour le KBB de remodeler et de valoriser économiquement un quartier qui est encore aujourd’hui très résidentiel.

12Les projets de reconversion urbaine concernent ensuite plus spécifiquement les quartiers industriels situés dans le tissu urbain. Kayseri compte six sites industriels (Sanayi Sitesi), dont deux principaux : l’Eski Sanayi Sitesi (l’ancien) et le Yeni Sanayi Sitesi (le nouveau), tous les deux desservis par le tramway. Composés de petits ateliers de vingt à soixante mètres carrés généralement, les Sanayi Sitesi sont découpés en ruelles numérotées et organisées par secteurs d’activité : travail du bois, travail du métal, textile, automobile. L’Eski Sanayi, créé en 1954 par le maire du parti démocrate Osman Kavuncu, se trouve actuellement englobé dans la zone centrale de Kayseri, près de l’avenue de la gare. Pourtant, lors de sa création, les artisans, considérant qu’il se situait trop loin du centre, avaient réussi à négocier via l’union des chambres des artisans et commerçants de Kayseri (Kayseri Esnaf ve Sanatkarlar Odaları Birliği, KESOB) avec la municipalité pour obtenir le transport gratuit. Les artisans constituent des petites entreprises familiales avec peu d’employés réalisant des travaux de première ou seconde main dans ces sites. Le travail des adolescents y est clairement visible : une variable d’ajustement pour les très petites entreprises qui doivent faire face à des commandes prises oralement, permettant l’adaptation de la main-d’œuvre selon la demande de travail. Car derrière cela, l’interconnexion entre ces très petites industries et les grandes compagnies internationalisées de Kayseri est particulièrement forte. Notamment avec les entreprises installées sur la 1re OSB.

  • 19 Voir le site de la grande mairie de Kayseri (KBB), Belediye Tarihi, http://www.kayseri.bel.tr/web2/ (...)
  • 20 I. G. Sezgin, 2013, p. 77-98.
  • 21 Entretien avec Uğur Yıldız, coordinateur au GESİAD, Kayseri, 7 juin 2014.

13Construite en 1976, cette zone industrielle a accompagné la montée en puissance des industriels kayseriotes lors de la nouvelle politique économique de Turgut Özal après 1980. L’implantation dans la 1re OSB permet aux entreprises de disposer d’aides publiques et de services de gestion dispensés par la Direction de la zone industrielle organisée de Kayseri (Kayseri Organize Sanayi Bölgesi, KOSB) en charge de fournir l’électricité, l’eau, le gaz, et de gérer les déchets sur l’intégralité de la superficie de l’OSB. Elle accueille 976 firmes, dont de grandes sociétés telles qu’İstikbal et Bellona – géants turcs de l’ameublement d’intérieur appartenant à Boydak Holding – sur 24 millions de mètres carrés. Face au manque de place disponible, la KOSB mène des négociations pour s’étendre sur son côté ouest sur un million de mètres carrés. Cependant, témoins du dynamisme industriel de Kayseri, deux autres OSB sont présentes autour de la ville : la Mimar-Sinan OSB à l’est et l’İncesu OSB à 35 kilomètres au sud-ouest, respectivement construites en 1998 et 1994. Les nombreuses publicités pour cette dernière dans les suppléments régionaux sur Kayseri du quotidien économique Dünya montrent cependant une zone très largement vide. Le fonctionnement industriel de Kayseri avec ses relations très étroites entre artisans dans les sites industriels et les grandes entreprises semble en effet privilégier la proximité et les relations directes, que ne favorise pas l’éloignement de l’İncesu OSB. Cette imbrication des intérêts à l’échelle locale se joue également aux niveaux régional et national dans le domaine politique. La montée en puissance des entrepreneurs de Kayseri s’est aussi fait grâce à une proximité progressivement construite avec les dirigeants du parti de la prospérité (Refah Partisi), après une longue période d’instabilité politique peu propice aux affaires : entre le coup d’État militaire de 1980 et la conquête du KBB par Mehmet Özhaseki en mars 1998, la ville comptera successivement cinq maires différents19. Cette porosité et l’implantation ancienne des partis islamistes en Anatolie20 ont permis aux entrepreneurs de disposer de relais politiques et d’aides tant directes – subventions, ouverture de zones franches – qu’indirectes en accompagnant le président ou le premier ministre, quand ceux-ci, à partir de 2003, ont été issus des rangs de l’AKP, dans leurs déplacements à l’étranger par exemple21. Mais c’est aussi en s’appuyant sur un tissu administratif, institutionnel, associatif, ou de relations, permettant souvent de parvenir à un consensus large sur la manière d’orienter la ville, que se joue la politique locale. Un système où l’opposition est privée d’espaces où jouer son rôle et faire entendre sa voix.

L’Organisation des pouvoirs locaux : une coalition et des intérêts convergents

L’évolution de la gouvernance locale : l’extension du territoire d’action politique de la grande mairie de Kayseri

  • 22 É. Massicard et U. Bayraktar, 2011.
  • 23 Y. E. Arikan, 1997.
  • 24 En 1989 cependant, Niyazi Bahçecioğlu est élu sous l’étiquette du parti populaire social démocrate (...)
  • 25 Comme en 2014, où l’ancien ministre des transports Binali Yıldırım était candidat pour l’AKP dans l (...)

14Le tissu institutionnel de Kayseri dépend de l’un des maillons essentiels du système de gestion territorial turc, créé en 1984 par la loi 3030 : les municipalités métropolitaines ou les grandes mairies (Büyükşehir Belediyesi, BB)22. Le principal détenteur du pouvoir est le maire métropolitain, élu au suffrage universel direct tous les cinq ans, en même temps que les conseils municipaux des divers arrondissements qui composent la grande municipalité. À l’origine créé pour Ankara, Istanbul et Izmir, le système des BB a été progressivement étendu à quatorze autres municipalités considérées comme des métropoles régionales, entre 1986 et 199523 – Kayseri obtenant ce statut en 1989. Dans ce cadre, celles-ci bénéficient des principaux avantages de la décentralisation progressive des pouvoirs depuis l’État central vers les collectivités : planification et gestion de l’aménagement du territoire, moyens financiers plus conséquents grâce à la perception d’une partie des taxes locales et renforcement de l’autonomie vis-à-vis des institutions nationales. La mise en place de ces grandes municipalités a coïncidé avec la montée en puissance – surtout lors des scrutins municipaux – du parti d’obédience islamiste Refah, dont l’AKP est l’un des principaux héritiers après sa dissolution en 1998. Après une première vague de conquêtes municipales en 1989, le Refah réalise cinq ans plus tard une nouvelle percée, gagnant notamment Istanbul mais aussi Kayseri où le candidat du parti républicain du peuple (Cumhuriyet Halk Partisi, CHP)24, Niyazi Bahçecioğlu, maire de 1973 à 1980 puis de 1989 à 1994, est alors battu. Ces victoires ont permis à la formation islamiste, puis à son héritier l’AKP, de disposer d’un vivier politique dans le cadre municipal avant de faire émerger la génération victorieuse aux élections législatives de 2002. Ce cadre municipal est d’autant plus fondamental qu’il constitue pour l’AKP un véritable objectif stratégique. Les municipalités représentent pour l’AKP des vitrines de l’action politique, à travers leur considérable modernisation et les politiques sociales développées par le parti, et lorsqu’elles ne sont pas gouvernées par l’AKP, ce dernier présente alors de grandes personnalités du parti comme candidats aux élections municipales25. Les municipalités sont pour l’AKP tant une cible qu’une force réelle. Et une fois installé au pouvoir, l’AKP orientera sa politique de décentralisation de la gestion territoriale principalement vers les grandes municipalités, qu’il contrôle en majorité.

  • 26 J.-C. Ploquin, 1997, p. 51-56.
  • 27 À la suite de prises de positions publiques contre l’ordre kémaliste en 1996, il est destitué et co (...)
  • 28 J.-F. Pérouse, 2012.

15À Kayseri, les arrondissements de Kocasinan et de Melikgazi sont donc créés en 1989 pour former la première structure du KBB. Le candidat du Refah, Şükrü Karatepe, remporte la grande municipalité en 1994 avec 25 % des voix à la faveur de la dispersion des votes entre les partis26. Destitué en 199827, il est remplacé en 1999 par Mehmet Özhaseki, ancien maire de Melikgazi, et toujours réélu depuis sous l’étiquette AKP. En 2004, le KBB s’étend pour inclure dans sa juridiction les districts, devenus arrondissements, de Talas, Hacılar et İncesu. Cette extension offre au KBB la gestion d’un territoire de 2 000 km² gardant une cohérence tant urbaine qu’économique. Dix ans plus tard cependant, une nouvelle législation nationale s’applique pour les grandes municipalités, transformant considérablement le maillage jusque-là existant. Aux termes de la loi 5-779 qui créée treize nouvelles BB, l’intégralité du territoire du département dans lequel se trouve une BB est intégré dans le régime métropolitain, c’est-à-dire rattaché à la gouvernance de la métropole, cela à partir des élections municipales de mars 2014. Dans le cadre du département de Kayseri, cela signifie une multiplication par huit de la superficie de la métropole, passant ainsi à 16 000 km², ainsi que l’intégration de villages et de zones rurales parfois très éloignés qui deviennent alors des « quartiers urbains »28. Cette réforme qui a suscité de vifs débats au parlement renforce considérablement le pouvoir de la métropole sur sa région. Il s’agit pour l’État d’une mesure de décentralisation forte vers l’organisation municipale constituée en une entité urbaine dominante sur le reste du territoire souvent rural comme cela est le cas autour de Kayseri. Dans ce contexte, les métropoles sont tenues d’apporter aux zones rurales des services en eau, infrastructures, électricité, tout en étant en compétition afin d’obtenir services et moyens financiers de la part des différentes institutions nationales. Les enjeux sont de petite taille à l’échelle nationale, mais au niveau local, l’obtention ou non d’une ligne à grande vitesse, l’installation d’un tribunal ou d’une nouvelle université changent la donne pour les villes anatoliennes telles que Kayseri et permettent, potentiellement, d’éviter leur marginalisation due à un éloignement des villes de la façade méditerranéenne et d’Istanbul. Il est dès lors question d’image de marque et de mise en valeur de l’attractivité dans ce contexte d’extension des pouvoirs métropolitains.

  • 29 « TÜSİAD’ın ağır topları destek verdi ‘en şanslı okul’ Kayseri’ye kuruldu! », Akşam, http://www.aks (...)

16À ce niveau, Kayseri met en avant ses potentialités touristiques telles que le mont Erciyes ou ses spécialités culinaires (comme les mantı, le sucuk et le pastırma notamment), et s’appuie sur les relais de ses personnalités politiques. Ainsi, le député AKP de Kayseri Taner Yıldız est ministre de l’énergie et des ressources naturelles. Le président de l’union des chambres et des bourses de Turquie (Türkiye Odalar ve Borsalar Birliği, TOBB), Rıfat Hisarcıklıoğlu, personnage clé des négociations économiques nationales, bien que né à Ankara, est originaire de Kayseri. Mais le plus connu des hommes politiques de la ville reste Abdullah Gül. Président de la République de 2007 à 2014, ses visites à Kayseri font l’objet d’une grande préparation : visite des bases militaires et de la chambre d’industrie ; portraits accrochés plus d’une semaine avant sa venue sur les principaux axes du centre-ville. Le rayonnement de Kayseri et la transformation des espaces centraux de la ville à partir de 2006 tiennent fortement à cette personnalité, tout comme l’ont été pour la ville d’Afyon l’ancien président Ahmet Necdet Sezer, ou Süleyman Demirel à Isparta. Il est également le parrain de l’une des quatre universités de Kayseri, qui porte son nom, l’université semi-publique Abdullah Gül Üniversitesi. Le financement de cette université a été réalisé par les grands groupes de l’association des industriels et des hommes d’affaires turcs (Türk Sanayicileri ve İşadamları Derneği, TÜSİAD) originaires de Kayseri, tels Sabancı et Boydak, avec l’ambition de créer un véritable « Harvard du Moyen-Orient »29. Ces personnalités tant politiques qu’économiques apportent à Kayseri des soutiens et des réseaux mais aussi une image de marque. Celle-ci se trouve aussi mise en scène grâce à son centre urbain rénové avec grands hôtels, tramway et son centre historique. Il reste ensuite au maire de disposer tout d’abord de la continuité politique locale à travers les élections, puis d’être à même de mener les négociations avec les partenaires patronaux et syndicaux pour faire avancer les projets de réorganisation de la ville.

Les élections municipales de mars 2014 : échec du défi posé par les gülenistes

17Par la loi 5-779 le nombre d’arrondissements au sein du KBB est passé de cinq à seize et le corps électoral pour l’élection au suffrage direct du maire s’est agrandi de 55 % par rapport aux précédentes élections de 2009. Mehmet Özhaseki, maire métropolitain depuis 1998 avait été confortablement réélu en 2009 avec 60,5 % des voix. Son équipe n’a pas eu à affronter de mouvements sociaux ou d’incidents liés à sa gestion de la ville, contrairement aux dirigeants des métropoles stambouliote et ankariote. C’est plutôt avec un bon bilan qu’il repart en campagne pour les élections du 30 mars 2014 : le tramway a été étendu jusqu’à İldem et de nombreux projets pour la ville ont été lancés (hôpitaux, zones industrielles, zones résidentielles). Ce sont davantage les événements au niveau national qui pouvaient remettre en question l’adhésion à l’AKP : à partir de la mi-décembre 2013, une série de scandales de corruption éclaboussent le gouvernement de Recep Tayip Erdoğan.

18Ces affaires, révélées progressivement par la presse, posent d’emblée quelques interrogations sur la capacité de l’AKP à maintenir son attrait sur l’ensemble des courants qui constituent son électorat à l’occasion des élections de l’année 2014 (municipales en mars puis présidentielles en août). Plus profondément, la révélation des affaires de corruption met au jour un conflit, ou plutôt, la rupture d’alliance entre d’un côté l’AKP et de l’autre la confrérie de l’imam Fethullah Gülen, le Cemaat. Celui-ci a alors appelé à voter aux municipales pour le parti ayant le plus de chances de battre les candidats AKP dans les différentes villes de Turquie. À Kayseri, c’est le parti d’action nationaliste (Milliyetçi Hareket Partisi, MHP) qui constitue le principal parti d’opposition, avec son candidat Mustafa Özsöy30. Et si Kayseri est un bastion de l’AKP, les gülenistes (sympathisants de F. Gülen), y sont également très bien implantés. Cette présence institutionnalisée du Cemaat remonte à 1993, avec la création de l’association des industriels et des hommes d’affaires en développement (Gelişen Sanayici ve İş Adamları Derneği, GESİAD) par une vingtaine d’entrepreneurs, associés à la confédération des industriels et hommes d’affaires de Turquie (Türkiye İşadamları ve Sanayiciler Konfederasyonu, TUSKON). Mais de nombreux membres du GESİAD sont également affiliés à d’autres associations patronales aux orientations politiques différentes, telles que l’association des industriels et hommes d’affaires indépendants (Müstakil Sanayici ve İş Adamları Derneği, MÜSİAD) ou même au TÜSIAD à l’instar du président de la chambre d’industrie de Kayseri, Mustafa Boydak. Cette porosité et la circulation des membres entre plusieurs organisations relativisent alors le degré d’adhésion à la consigne de vote du Cemaat. C’est ainsi que si certains membres du GESİAD ont pu choisir de voter contre l’AKP, c’est plutôt l’intérêt de la stabilité dans les affaires qui a primé pour beaucoup d’entrepreneurs avec un maintien du soutien au maire sortant Mehmet Özhaseki. Contrairement à la ligne d’opposition frontale vis-à-vis du Cemaat des gouvernements AKP et du président Erdoğan après 2013, le maire de Kayseri n’a pas cherché à susciter un mouvement de rejet de la confrérie, incarné par le GESİAD. Moins qu’un affrontement politique, ce fut ainsi plutôt une situation d’observation prudente des différents acteurs qui caractérisa la période préélectorale entre décembre 2013 et mars 2014, et Mustafa Boydak a plusieurs fois exprimé la nécessité de dissocier les affaires des questions politiques31. Les élections passées, les visites mutuelles entre l’organisation et le maire ont repris, et l’ambassadeur d’Afrique du Sud en Turquie a ainsi participé à une série de conférences dans les locaux du GESİAD après une visite au préfet de Kayseri en juin 2014.

  • 32 Même si les électeurs ne votent pas forcément pour les candidats du même parti lorsqu’il s’agit du (...)

19L’impact de l’appel au vote contre l’AKP de la part des gülenistes est en fait particulièrement difficile à mesurer. On peut cependant essayer de comparer les scores réalisés en 2009 et en 2014 par rapport à l’augmentation du corps électoral. Sur les deux principaux partis de Kayseri, l’AKP et le MHP, on constate qu’aux élections municipales de 2014, alors que la réforme territoriale a drainé 55 % de votants supplémentaires par rapport à 2009, l’AKP a obtenu 51 % de votants supplémentaires. De son côté, le MHP, sans dépasser l’AKP en nombre de votants, a obtenu 82 % de votants supplémentaires par rapport à 2009. Au niveau des arrondissements, l’AKP en a obtenu douze sur seize, le MHP trois et le CHP le district de Sarız. En observant les résultats par arrondissements32, le MHP enregistre de très fortes progressions de voix dans deux arrondissements stratégiques au niveau démographique : Melikgazi et Talas. Il ne dépasse pas l’AKP en nombre total de voix, mais gagne cependant plus de votants en proportion. Une enquête plus approfondie devrait cependant être menée afin de comprendre les choix des électeurs : à Talas, la forte augmentation de la population enregistrée ces dernières années provient notamment de districts autour de Kayseri qui ont une tendance au vote MHP, comme à Bünyan, Pınarbaşı ou Sarıoğlan. On peut envisager que c’est plutôt l’impact de ces évolutions démographiques que l’appel du Cemaat qui serait à l’origine de la forte augmentation des votes pour le MHP à Talas. Et le soutien au maire sortant est resté massif : Mehmet Özhaseki s’est maintenu au poste de maire métropolitain avec 59 % des voix. Avec une majorité AKP dans la plupart des conseils municipaux d’arrondissements, il n’existe pas à Kayseri d’opposition politique structurée à même de créer un conflit politique ou de mobiliser sur des clivages partisans de manière efficace. Les rapports de force se traduisent dès lors soit dans le cadre de négociations avec les organisations représentatives patronales, donc dans un cadre d’échanges souvent pacifiés et de connaissances mutuelles, soit lors de mobilisations à caractère national qui regroupent les membres des organisations de gauche ou d’extrême gauche, mais dont l’impact reste très limité à Kayseri.

Organisations patronales et syndicats à Kayseri.

  • 33 Le terme de patronat ici désigne non pas l’ensemble des patrons mais la représentation patronale au (...)

20L’étude du patronat33 en Turquie permet d’analyser le jeu d’acteurs situés dans un double cadre d’action : celui des organisations officiellement reconnues comme des partenaires des collectivités et celui des associations.

  • 34 Sauf à Bursa et Mersin, villes démographiquement équivalentes à Kayseri, où les chambres de commerc (...)
  • 35 Entretien avec Metin Sönmez, rédacteur en chef du quotidien Büyük Kayseri, Kayseri, 4 mai 2014.

21L’attention portée par les pouvoirs publics aux intérêts et besoins du patronat tient à son rôle de créateur d’emplois et de richesses pour les territoires. Cette perspective facilite la prise en compte des besoins du patronat dans les projets d’aménagement du territoire sur des bases très concrètes : création de zones industrielles, de zones franches, construction de routes, ouverture de lycées techniques, etc. Ces négociations se passent alors principalement dans le cadre des chambres de commerce, d’industrie ou de l’artisanat. L’affiliation à une chambre est obligatoire pour tout chef d’entreprise au niveau des provinces. À Kayseri, le KESOB, représentatif des 42 chambres de l’artisanat de la province, compte 21 500 membres, la plus importante de ces chambres étant celle qui rassemble les chauffeurs routiers et les chauffeurs de taxi. Par ailleurs, comme cela est majoritairement le cas en Turquie34, les chambres de commerce et d’industrie de Kayseri sont séparées. Avec quelque 10 000 membres, la première de ces chambres rassemble plutôt les petites et moyennes entreprises et se divise en quarante comités par secteurs d’activité. Son président, Mahmut Hiçyılmaz, est originaire du comité de la métallurgie, secteur influent localement. Ses principaux rivaux au sein de la chambre de commerce de Kayseri sont Mehmet Delikan, un entrepreneur du secteur pétrolier et Hüseyin Tekin, gérant d’une société de transports35. L’affiliation à la chambre dépend du choix et des intérêts propres du chef d’entreprise : il peut ainsi être affilié aux deux chambres. Cependant les grandes entreprises de Kayseri se retrouvent plutôt au sein de la chambre d’industrie de Kayseri qui compte 6 000 membres. Son président est Mustafa Boydak, à la tête de la holding Boydak. Ces différentes institutions sont parties prenantes des négociations en cours pour la construction de nouvelles zones d’activités en périphérie et pour le déménagement de l’ancienne zone artisanale. Les rencontres des présidents des chambres avec Mehmet Özhaseki dans le cadre de réunions de conduites de projets font l’objet de nombreuses pages dans les quotidiens locaux.

  • 36 K. Vorhoff, 2000.

22Cette première catégorie de groupements professionnels présente la faiblesse d’être trop limitée quant au répertoire légal d’action pour représenter un espace de contestation, d’opposition, voire de pouvoir. Un second cadre est constitué cependant par les associations patronales, qui agissent plus comme des clubs de réflexion, de rencontres et de lobbying36. À Kayseri les plus significatives et puissantes sont celles qui dépendent d’une organisation mère établie à Istanbul ou Ankara. Elles agissent généralement de la même manière, proposant des réunions thématiques hebdomadaires, des formations, des voyages à l’étranger dans des régions plus ou moins spécifiques selon la politique du bureau local. Elles visent à développer la connaissance des dynamiques économiques en Turquie ou à l’étranger et à favoriser l’interconnaissance en promouvant chacune des valeurs présentées comme intrinsèques, telles que la religion, la morale, les valeurs républicaines ou kémalistes. Plus spécifiquement, les organisations patronales les plus influentes à Kayseri sont celles qui valorisent l’islam et les références traditionalistes. Il s’agit souvent d’une posture d’opposition à la représentation courue des entrepreneurs de l’ouest de la Turquie, incarnée par la TÜSIAD, tout en valorisant l’appellation de « bourgeoisie anatolienne » comme faisant référence aux vraies racines de la Turquie. En se positionnant sur le thème de la « vraie Turquie », traditionnelle, anatolienne et sunnite, ce mouvement rejoint fortement le socle du vote AKP et des partis de droite en général tels qu’ils sont apparus dans les régions anatoliennes depuis le début des années 1970. Sur cette ligne, après le GESİAD, lié au TUSKON qui compte quelque 1 600 membres à Kayseri, le MÜSİAD est particulièrement bien implanté localement, au travers également de son organisation pour les jeunes entrepreneurs, le Genç-MÜSİAD. Les relations du MÜSIAD avec l’AKP sont très étroites, incarnant une ligne commune de défense du libéralisme économique et des valeurs traditionnelles. De nombreux membres de l’association sont adhérents de l’AKP.

  • 37 Entretien au TÜMSIAD, Kayseri, 29 avril 2014.

23Créé en 2005, le TÜMSIAD a ouvert son bureau de Kayseri en 2008. Cette petite association compte 200 membres et cherche à se démarquer grâce à la qualité de ses formations. Visant les petites et moyennes entreprises, il se positionne comme une organisation inclusive, comme l’indique son acronyme « TÜM » qui signifie « entier », tout en exprimant son opposition à l’organisation patronale des grandes holdings du pays, le TÜSİAD, dont les critères d’adhésion sont extrêmement stricts et à laquelle appartient la holding Boydak. Le président du TÜMSİAD, Hasan Sert, également enseignant à l’université ankariote Gazi, ainsi que son secrétaire général, sont par ailleurs des membres de l’AKP37. Ce parti est donc particulièrement bien implanté dans les principales organisations patronales de Kayseri. Être membre de l’AKP permet dès lors aux entrepreneurs de disposer d’un pied dans la politique locale et d’en retirer intérêts et réseaux.

  • 38 Entretien avec Yusuf Ağırdağ, secrétaire général du KGDD, Kayseri, 9 juin 2014.

24Il reste cependant de nombreuses enquêtes à mener sur ces processus, notamment dans le secteur du bâtiment qui est régulé par des normes et des contrôles nombreux et caractérisé par le dynamisme du secteur porté par la politique nationale. Ces données participent à la manière dont les relations entre organisations rivales se construisent et évoluent. La politisation des organisations patronales est visible également dans la tentative de création de nouvelles organisations cherchant à créer de nouveaux réseaux politiques locaux. Ainsi, c’est pour combler un manque d’implantation que l’association des jeunes entrepreneurs de Kayseri, (Kayseri Genç Girişimciler Derneği, KGGD) a été créée en 201238. Le KGGD incarne la mouvance nationaliste (milliyetçi), proche du MHP. Il compte 70 membres en 2014 et est installé à proximité de l’Eski Sanayi. Ses sept fondateurs souhaitaient créer une association patronale ayant pour base Kayseri et non Istanbul ou Ankara. Le KGGD essaie d’attirer à lui les jeunes entrepreneurs qui se situent hors du circuit actuellement aux mains de l’AKP à Kayseri. Il compte ainsi façonner son réseau à une échelle locale sans être dépendant d’une organisation mère. Il répond également très concrètement aux ambitions personnelles de ses membres fondateurs, constituant une vitrine pour son président Mehmet Gülsoy, jeune personnalité en vue du MHP.

25Au niveau syndical, ce sont les syndicats Hizmet-İş et Hak-İş qui sont majoritaires à Kayseri. Lors de la manifestation du 1er mai 2014, les deux organisations manifestaient ensemble et Mehmet Özhaseki est venu saluer le leader syndical national du Hizmet-İş Mahmut Arslan, qui avait fait le déplacement. À l’inverse, la confédération des syndicats des travailleurs révolutionnaires (Devrimci İşçi Sendikaları Konfederasyonu, DİSK) et la confédération syndicale des travailleurs publics (Kamu Emekçileri Sendikaları Konfederasyonu, KESK), deux organisations syndicales de la gauche et de l’extrême gauche, sont bien moins représentées. Elles s’investissent cependant de manière très visible en se regroupant sur la grande place Cumhuriyet à l’occasion des manifestations nationales, comme en mai 2014 après l’accident minier de Soma. Elles arrivent également à se coordonner avec les nombreux partis politiques représentatifs de la gauche et de l’extrême gauche : le parti du travail (Emek Partisi, EMEP), le parti de la liberté et de la solidarité (Özgürlük ve Dayanışma Partisi, ÖDP), le parti socialiste et démocratique (Sosyalist Demokrasi Partisi, SDP), etc. Ces constellations de petits partis trouvent également à Kayseri des viviers militants parmi des étudiants de l’université Erciyes. Ainsi, d’après des informations recueillies au siège de ce parti, le responsable de la section de Kayseri du SDP est un étudiant de 21 ans originaire du port méditerranéen de Mersin, à 300 kilomètres au sud de Kayseri, où il s’était déjà impliqué dans l’organisation lycéenne du parti. Au sein de ces mouvances, le journal Kayseri-Olay, quotidien régional tiré à 1 200 exemplaires, se fait le relais de ces différents courants de l’opposition, couvrant notamment la plupart des manifestations qui ont lieu dans la ville.

Anticiper l’avenir : les paris du KBB

Du discours sur le « patronat anatolien » aux transformations urbaines

  • 39 Entretien avec Ekrem Erdem, économiste à l’université Erciyes, Kayseri, 17 mai 2014.
  • 40 Ö. Demir, M. Acar, M. Toprak, 2004, p. 166-188.
  • 41 ESI, 2005.
  • 42 D. Yankaya, 2013.

26L’industrialisation accélérée des villes anatoliennes après les années 1980 a fait apparaître de nouveaux acteurs économiques sur la scène nationale, désignés alors par l’expression de « tigres anatoliens ». Ce terme a été forgé dans les années 1990 par les chambres de commerce, en lien avec les hommes politiques pour désigner les réussites industrielles des chefs d’entreprises situées dans un certain nombre de villes du centre de la Turquie39. Valorisant leurs racines anatoliennes et leur attachement à l’islam sunnite, ces hommes d’affaires considèrent leur réussite comme une revanche vis-à-vis des grands conglomérats de la Turquie de l’ouest40. L’expression provient d’une analogie avec celle de « tigre asiatique » qui fait référence aux États exportateurs émergents que sont la Malaisie, la Thaïlande ou encore les Philippines. Il reste très usité dans les médias, notamment par les médias non-turcs. Kayseri constitue à ce titre un modèle dans la construction de cette représentation de la figure des « tigres » grâce à ses nombreuses entreprises et certaines grandes réussites industrielles telles que celle de la famille Boydak. Ainsi, un document publié en 2005 sur la ville de Kayseri par l’European Stability Initiative (ESI) proposait le terme « islamistes calvinistes »41 pour décrire ces entrepreneurs à la fois pragmatiques et très respectueux des codes religieux. L’ESI transposait alors la théorie de Max Weber sur le capitalisme calviniste dans le contexte turco-islamique, en appuyant sur l’ouverture au capitalisme et à la démocratie des élites turques anatoliennes. Comme le souligne la chercheuse turque Dilek Yankaya, ces approches cherchent à expliquer les nouveaux phénomènes islamistes par des catégories importées de l’Occident42. Ces différents termes visent à donner une dimension positive de ces entrepreneurs, en construisant des représentations les insérant dans le circuit des théories économiques globales sur le capitalisme et la mondialisation. Après avoir joué sur cette image de « tigre anatolien » qui a valorisé l’esprit d’initiative de ses industriels et légitimé leurs importants succès sur une relation de cause à effet entre respect des traditions et de la religion/réussite dans les affaires, le KBB s’est lancé depuis 2005 dans plusieurs chantiers qui traduisent tant la volonté de changer une image de la ville associée à ces industries que des ambitions renouvelées pour installer durablement Kayseri dans son rang de métropole.

27Tout d’abord, le KBB mène d’importants travaux dans le domaine des infrastructures de transports et la connectivité avec l’extérieur. Un secteur stratégique car il conditionne la capacité d’exportation et d’échanges avec les autres régions turques, mais surtout avec Istanbul et Ankara. Les travaux en cours se concentrent principalement dans la zone nord de Kayseri, le long du périphérique D300. Il s’agit en effet d’un espace disposant d’importantes réserves foncières, principalement agricoles, sur une zone plane, comparativement au sud où l’urbanisation est plus ancienne et est accolée au mont Erciyes. Ainsi, parallèle au périphérique, une nouvelle voie de chemin de fer est en construction, devant remplacer l’ancienne voie qui traverse Kayseri en son milieu. Cette nouvelle ligne disposera également d’une liaison menant à la ligne à grande vitesse en projet entre Ankara et Yozgat, selon les promesses de R. T. Erdoğan, alors premier ministre, lors de sa visite à Kayseri en avril 2014.

  • 43 Entretien avec Fikret Ünal, architecte à la mairie de Kocasinan, Kayseri, 13 juin 2014.

28Une nouvelle gare routière pourrait également voir le jour le long du périphérique nord43. Alors que l’actuelle gare routière de Kayseri a été inaugurée en 2011 dans l’ouest de la ville, à proximité de la 1re OSB, elle ne dispose pas de connexions avec le tramway et reste en marge des infrastructures de transport présentes ou projetées au nord : la future connexion nord-sud du tramway, l’aéroport, le périphérique D300, et la ligne de chemin de fer en construction.

29Le renforcement des pouvoirs locaux par la décentralisation permet au KBB de planifier sa propre politique économique. C’est dans ce cadre que la grande mairie de Kayseri prépare plusieurs projets urbains en négociations avec les partenaires économiques locaux. Selon les commentaires des divers patrons et responsables d’organisations patronales, le secteur industriel, moteur économique de la ville, doit opérer un important saut qualitatif. Le secteur du mobilier d’intérieur pèse trop sur la ville et emploie une main-d’œuvre nombreuse mais sans qualifications. Les inquiétudes sont grandes sur la capacité des entrepreneurs à réagir en cas de crise du secteur. Kayseri compte quatre universités (une seule publique, celle d’Erciyes), avec lesquelles travaillent les organisations patronales du GESİAD ou du MÜSİAD. Ces universités offrent un important potentiel et le KBB cherche à développer des synergies approfondies entre elles et le secteur privé : une zone industrielle détaxée pour les entreprises du secteur high-tech est en cours d’élaboration à proximité de l’université Erciyes au sud de la ville. À proximité, un important terrain militaire, auparavant destiné à l’industrie aéronautique et aujourd’hui désert pourrait également servir au KBB pour développer une zone résidentielle haut de gamme, avec vue sur le mont Erciyes, attractive pour les personnels qualifiés qu’elle cible. Ce projet est notamment apparu sur le programme de l’AKP distribué dans les immeubles à l’occasion des élections municipales de mars 2014.

Le réaménagement du centre-ville et les ambitions touristiques du KBB

  • 44 Entretien avec Ahmet Övüç, président du KESOB, Kayseri, 10 juin 2014.

30Par ailleurs, la municipalité cherche à moderniser les infrastructures de ses zones artisanales situées dans la ville, afin d’améliorer leur compétitivité. Ces espaces sont décrits par les responsables d’organisations patronales et les responsables du KBB interrogés comme insalubres, trop anciens et non adaptés à une modernisation des productions (manque de luminosité, sol en terre battue, etc.) Pour ce faire, le KBB mise sur une délocalisation en périphérie des activités industrielles encore présentes à proximité du centre-ville. Le déplacement des industriels et artisans se ferait sur une base volontaire assortie d’aides à la location des locaux, négociée par le KESOB44. Cette initiative prévoit une relocalisation par secteurs d’activité des artisans dans la périphérie nord-ouest de la ville. Trois zones artisanales sont ainsi en cours de construction sur d’anciens terrains agricoles : Le site de logement (Konut Sitesi) pour les activités liées au bâtiment ; le site automobile (Arabalar Sitesi) pour les activités liées à l’automobile et la métallurgie ; et le chantier le plus vaste, le long de la D300 (périphérique nord), le site de l’ameublement (Mobilyacılar Sitesi) pour les artisans liés au secteur du mobilier d’intérieur, construit avec les financements du TOKİ. Cette zone artisanale est, de plus, située à proximité de la ligne ferroviaire en construction. Aux locaux de béton étroits et à l’accès difficile aux véhicules larges de l’Eski Sanayi, les nouvelles zones en construction opposent de longs alignements de bâtiments à la structure métallique, avec magasins neufs et mosquées spacieuses. Les locaux de production sont couplés d’espaces d’exposition pour l’accueil des négociants turcs ou internationaux.

  • 45 Vidéo de promotion du projet disponible sur : http://www.youtube.com/watch?v=jcYdtZ7DN4s, consulté (...)
  • 46 Entretien avec Ahmet Övüç, président du KESOB, Kayseri, 10 juin 2014.
  • 47 Entretien avec le service des projets du KBB, Kayseri, 10 juin 2014.

31La proposition la plus récente faite par le maire Özhaseki en janvier 2014, deux mois avant les élections municipales, est le projet Şehr-i Derya. Il s’agit d’un projet de transformation urbaine visant le quartier de l’Eski Sanayi pour en faire un quartier d’affaires et d’espaces verts. Les premières images de synthèse qui préfigurent ce que pourrait devenir ce site présentent un lac et de grands buildings en lieu et place des ateliers du quartier, dans un cadre cependant déconnecté de la réalité spatiale de Kayseri : la vision à 360 degrés du plan d’eau montre tout autour un terrain plat avec de nombreux parcs et jardins sans urbanisation autre que les grandes tours des bureaux d’affaires, en omettant les reliefs du mont Erciyes, et que parcs et jardins sont assez rares45. Cependant, on comprend bien que l’intérêt de cette présentation est moins de montrer le réel, que de faire rêver et d’envisager les possibles. Si ce projet a reçu le soutien des chambres de commerce et d’industrie46, les artisans locaux restent sceptiques. Ils craignent que ce projet ne leur impose de s’installer dans les trois sites cités plus haut en construction en périphérie, où ils perdraient selon eux le contact avec leurs clients. Des réticences qui ont contraint le KBB à ralentir ses démarches en faveur de Şehr-i Derya pour s’employer à davantage de communication locale autour de ses projets. Cependant, il importe de considérer la structure foncière de l’Eski Sanayi, composée de très petites parcelles aux mains de nombreux propriétaires que les artisans louent47. Les propriétaires du sol pourraient être motivés par un projet en mesure d’offrir un renchérissement de leurs terrains et devenir des alliés de poids dans le projet du KBB.

  • 48 Ibid.
  • 49 « Ancient castle of Kayseri to become art, culture center », Hürriyet Daily News, 17 juin 2013, htt (...)

32En déplaçant les activités industrielles, perçues comme polluantes, la ville pourrait continuer de jouer sur l’image d’une ville propre et épurée. L’ouverture des parcs ou de grandes esplanades en centre-ville ou le choix du système du tramway sont autant d’indicateurs destinés à renouveler et promouvoir un cadre de vie proprement kayseriote que vient enrober la principale représentation iconographique de la ville : sa forteresse combinée au mont Erciyes (si l’on excepte la présentation de Şehr-i Derya). Une transformation de l’image de la ville qui participe à l’ambition d’attirer de nouvelles catégories professionnelles plus qualifiées, mais aussi à celle de développer le secteur touristique, notamment autour de son patrimoine naturel. C’est à cet effet que le KBB a lancé en 2005 le « plan directeur d’Erciyes (Erciyes Master planı) » destiné à valoriser les pentes enneigées du mont Erciyes et développer massivement le tourisme de sport d’hiver dans la région. Le « master plan » a été finalisé en 2008, en collaboration avec des ingénieurs autrichiens, et en 2011 a été créée par le KBB la société Kayseri Erciyes A.Ş. en charge de la gestion et de l’administration des infrastructures du mont Erciyes. En 2014, 70 % des infrastructures prévues dans le cadre dudit plan étaient terminées48. Le patrimoine naturel est ainsi utilisé par le KBB comme complément à son patrimoine historique dans la ville, qui bénéficie, lui, de rénovations, d’éclairages et de panneaux d’affichages. C’est là un aspect récent de la politique du KBB mais qui tend à devenir fondamental dans la mise en scène de la ville au niveau national. C’est ainsi que la presse nationale en vient à s’intéresser à ce versant patrimonial et à publier des articles sur les créations en cours à Kayseri, participant ainsi à la valorisation de la métropole49.

*

33L’étude de la structure économique et de ses multiples réseaux se révèle être une entrée particulièrement efficace pour aborder les divers équilibres, sociaux et géopolitiques notamment, de la ville et pour analyser la manière dont se jouent des rivalités de pouvoirs au niveau local. L’équipe à la tête de la KBB est arrivée au pouvoir dans cette période spécifique pour la politique turque que sont les années 1990, en incarnant l’espoir pour la classe économique de l’installation d’un climat propice aux affaires. Kayseri s’inscrit désormais dans les zones de force du parti AKP et, à la tête du KBB, ce parti a forgé la perception de cette ville comme un territoire à la pointe en matière d’aménagement du territoire. À travers sa domination dans les organes de décision, l’AKP local est ainsi capable de créer un consensus autour d’un projet de territoire sans que de réels projets ne soient envisagés pour le concurrencer. Cependant, le KBB est capable de proposer des compromis ou de reculer sur certains grands projets, tel celui de Şehir-Derya, dès lors que ses projets ne semblent pas rassembler de réel engouement.

  • 50 Entretien avec Ahmet Övüç, président du KESOB, Kayseri, 10 juin 2014.

34L’étude des rapports de force au niveau municipal doit permettre de comprendre la manière dont les organisations représentatives – organisations patronales, de salariés, religieuses, associations – sont devenues capables de peser à mesure que s’élargissaient les compétences des municipalités. Une organisation telle que le KESOB, rapidement unifiée, est parvenue à obtenir des avantages matériels importants de la part de la municipalité : au même titre qu’il a obtenu un arrêt de tramway pour l’ancien site industriel dès les années 1950, le KESOB a pu négocier des tarifs attractifs dans les nouvelles zones artisanales en périphérie. Il dispose aussi de son musée de l’artisanat, incarnant sa légitimité historique dans la vie économique de Kayseri50, et donc sa position de partenaire obligé des négociations avec le KBB. Cependant, ces cadres de négociations sont évolutifs. Et il importe ici d’insister sur le fait que l’émergence des villes anatoliennes, à l’instar de Kayseri, comme territoires produisant des pratiques politiques et économiques propres, s’intègre dans une stratégie nationale de l’AKP orientée vers les municipalités. Ainsi la politique d’élargissement des pouvoirs des grandes municipalités a été réalisée alors que celles-ci sont majoritairement tenues par l’AKP.

  • 51 Van Velzen, 1978.

35En 1978, un chercheur néerlandais du nom de Van Velzen avait mené une enquête sur l’industrie à Kayseri51. Il avait alors rendu une conclusion pessimiste sur son avenir. Selon lui le fonctionnement artisanal et industriel de Kayseri ne correspondait pas à celui de l’industrie capitaliste des villes de l’ouest du pays, handicapant dès lors son futur. Il identifiait trois raisons à ces difficultés kayseriotes. La première raison invoquée était la rareté des ressources brutes locales rendant l’industrie dépendante de l’extérieur, une vision qui postule que l’industrialisation n’est pas possible sans ressources locales. Ensuite, il considérait que cette rareté en ressources brutes favoriserait le développement d’un capital basé sur le commerce et non l’industrie. Enfin, d’après cet auteur, l’importance des intermédiaires dans la production – via la sous-traitance artisanale – avait créé un fonctionnement économique horizontal empêchant la constitution d’un capital industriel fort et indépendant. Au regard de la situation actuelle, il s’avère que Kayseri a pu dépasser ces différents obstacles, devenir l’un des grands centres industriels de la Turquie et mener une politique visant à anticiper les évolutions futures nécessaires au maintien de l’attractivité de la ville. Une politique qui se fait cependant en marginalisant le secteur industriel au profit de l’appel à la haute technologie et à la main-d’œuvre qualifiée. La montée en puissance de l’islam politique en Turquie, s’appuyant sur les bases anatoliennes, a largement favorisé la mise en place d’un capital industriel influent dont Van Velzen critiquait l’absence. Néanmoins, ce capital pourrait être profondément déstructuré par la réorganisation du système productif voulue par la grande mairie métropolitaine et rebattre les cartes des jeux d’influences entre structures économiques et politiques à Kayseri.

Haut de page

Bibliographie

Arikan Yeseren E., « Municipalités métropolitaines et municipalités d’arrondissement en Turquie », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, vol. 24, 1997, p. 71-104.

Cengiz Kurtuluş, The Tale of Industrialization in a small town in Turkey: Hacilar-Kayseri, thèse de doctorat en sociologie, Middle East Technical University, 2012.

Demir Ömer, Acar Mustafa, Toprak Metin, « Anatolian Tigers or Islamic Capital: Prospects and Challenges », Middle Eastern Studies, vol. 40, 2004, p. 166-188.

European Stability Initiative (ESI), Islamic Calvinists. Change and Conservatism in Central Anatolia, 2005. Disponible sur : http://www.esiweb.org/pdf/esi_document_id_72.pdf Massicard Élise et Bayraktar Ulas, La décentralisation en Turquie, Agence française de développement, 2011. Disponible sur : http://www.afd.fr/webdav/shared/PUBLICATIONS/RECHERCHE/Scientifiques/Focales/07-Focales.pdf

Pérouse Jean-François, « La création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines en Turquie par la modification de la loi n. 5779 ou le triomphe écrasant de l’urbain dans l’ordre de gestion territoriale », Dipnot/http://dipnot.hypotheses.org/37 ; 19 septembre 2012.

Ploquin Jean-Christophe, « Kayseri conjugue islamisme et McDo », Confluences Méditerranée, vol. 23, 1997, p. 51-56.

Sezgin Ipek G., « How islamist parties emerge. The case of the National Order Party », in Élise Massicard et Nicole F. Watts, Negotiating Political Power in Turkey. Breaking up the Party, Oxon : Routledge, 2013, p. 77-98.

Tekinsoy Kemalettin, Kayseri’nin Imari ve Mekânsal gelişimi, Kayseri : Kayseri Büyükşehir Belediyesi, 2011.

Van Velzen Léo, Kayseride Çevresel Üretim, Ankara : Ajans Türk Matbaacılık, 1978.

Vorhoff Karin, « Businessmen and their Organizations: Between Instrumental Solidarity, Cultural Diversity and the State », in Stéphane Yerasimos, Günter Seufert et Karin Vorhoff (éds.), Civil Society in the Grip of Nationalism: Studies on Political Culture in Contemporary Turkey, Istanbul : Orient-Institut, 2000.

Yankaya Dilek, La nouvelle bourgeoisie islamique. Le modèle turc, Paris : PUF, 2013.

Haut de page

Notes

1  http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?codeTheme=2&codeStat=NY.GDP.MKTP.KD.ZG&codePays=TUR&codeTheme2=2&codeStat2=NY.GDP.MKTP.KD.ZG&codePays2=TUR&langue=fr, consulté le 23 octobre 2014.

2 http://www.nufusu.com/, consulté le 10 novembre 2014.

3 I. G. Sezgin, 2013, p. 77-98.

4 « Özhaseki : Kayseri’nin Modern Belediyecelik Modeli Türkiye’de Konuşulan Bir Konu? », Kayseri Haber, http://www.kayserim.net/kayserihaber.asp?id=9887, 04 février 2009.

5 K. Tekinsoy, 2011.

6 Pour les données démographiques qui suivent, voir http://www.nufusu.com/il/kayseri-nufusu, consulté le 23 octobre 2014.

7 « Kayseri’ye n’oldu ? », Milliyet, 12 novembre 2014.

8 Entretien avec Fikret Ünal, architecte à la mairie de Kocasinan, Kayseri, 13 juin 2014.

9 Ibid.

10 Entretien avec le muhtar (correspondant à un représentant, élu, pour un village ou un quartier) du quartier de Şehit Nazim Bey, Kayseri, 13 juin 2014.

11 Entretien avec les responsables du service des projets du KBB, Kayseri, 10 juin 2014.

12 K. Cengiz, 2012.

13 Ibid.

14 European Stability Initiative (ESI), 2005.

15 Rapport du TOBB par secteurs d’activités, « Turkiye Mobilya Urunleri Meclisi Sektor Raporu », 2013, disponible sur : http://www.tobb.org.tr/Documents/yayinlar/2014/mobilya_sektor_raporu_tr_int.pdf

16 Entretien avec Tuğba Yücel, bureau du commerce extérieur de la chambre de commerce de Kayseri, Kayseri, 5 mai 2014.

17 Ibid.

18 Entretien avec Fikret Ünal, architecte à la mairie de Kocasinan, Kayseri, 13 juin 2014.

19 Voir le site de la grande mairie de Kayseri (KBB), Belediye Tarihi, http://www.kayseri.bel.tr/web2/index.php?page=belediye-tarihi, consulté le 23 octobre 2014.

20 I. G. Sezgin, 2013, p. 77-98.

21 Entretien avec Uğur Yıldız, coordinateur au GESİAD, Kayseri, 7 juin 2014.

22 É. Massicard et U. Bayraktar, 2011.

23 Y. E. Arikan, 1997.

24 En 1989 cependant, Niyazi Bahçecioğlu est élu sous l’étiquette du parti populaire social démocrate (Sosyal Demokrat Halkçı Parti, SHP), fondé en 1985 pour attirer les voix du CHP dissous après le coup d’État de 1980.

25 Comme en 2014, où l’ancien ministre des transports Binali Yıldırım était candidat pour l’AKP dans la ville d’Izmir.

26 J.-C. Ploquin, 1997, p. 51-56.

27 À la suite de prises de positions publiques contre l’ordre kémaliste en 1996, il est destitué et condamné à un an de prison en 1998 après le coup d’État dit « post-moderne » de 1997.

28 J.-F. Pérouse, 2012.

29 « TÜSİAD’ın ağır topları destek verdi ‘en şanslı okul’ Kayseri’ye kuruldu! », Akşam, http://www.aksam.com.tr/ekonomi/tusiadin-agir-toplari-destek-verdi-en-sansli-okul-kayseriye-kuruldu/haber-181001, 27 mars 2013.

30 « En Anatolie, la confrérie Gülen se mobilise pour battre l’AKP », Le Monde, 26 mars 2014.

31 « İşadamının tarafı devlettir », Sabah, http://www.sabah.com.tr/ekonomi/2014/10/02/isadaminin-tarafi-devlettir, 2 octobre 2014.

32 Même si les électeurs ne votent pas forcément pour les candidats du même parti lorsqu’il s’agit du maire métropolitain ou de la mairie d’arrondissement.

33 Le terme de patronat ici désigne non pas l’ensemble des patrons mais la représentation patronale au sens de l’engagement politique.

34 Sauf à Bursa et Mersin, villes démographiquement équivalentes à Kayseri, où les chambres de commerce et d’industrie ont fusionné.

35 Entretien avec Metin Sönmez, rédacteur en chef du quotidien Büyük Kayseri, Kayseri, 4 mai 2014.

36 K. Vorhoff, 2000.

37 Entretien au TÜMSIAD, Kayseri, 29 avril 2014.

38 Entretien avec Yusuf Ağırdağ, secrétaire général du KGDD, Kayseri, 9 juin 2014.

39 Entretien avec Ekrem Erdem, économiste à l’université Erciyes, Kayseri, 17 mai 2014.

40 Ö. Demir, M. Acar, M. Toprak, 2004, p. 166-188.

41 ESI, 2005.

42 D. Yankaya, 2013.

43 Entretien avec Fikret Ünal, architecte à la mairie de Kocasinan, Kayseri, 13 juin 2014.

44 Entretien avec Ahmet Övüç, président du KESOB, Kayseri, 10 juin 2014.

45 Vidéo de promotion du projet disponible sur : http://www.youtube.com/watch?v=jcYdtZ7DN4s, consulté le 23 octobre 2014.

46 Entretien avec Ahmet Övüç, président du KESOB, Kayseri, 10 juin 2014.

47 Entretien avec le service des projets du KBB, Kayseri, 10 juin 2014.

48 Ibid.

49 « Ancient castle of Kayseri to become art, culture center », Hürriyet Daily News, 17 juin 2013, http://www.hurriyetdailynews.com/ancient-castle-of-kayseri-to-become-art-culture-center.aspx?pageID=238&nID=48904&NewsCatID=375.

50 Entretien avec Ahmet Övüç, président du KESOB, Kayseri, 10 juin 2014.

51 Van Velzen, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Ressler-Fessy, « Dynamiques urbaines, économiques et politiques en Anatolie », Études arméniennes contemporaines, 4 | 2014, 55-85.

Référence électronique

Nicolas Ressler-Fessy, « Dynamiques urbaines, économiques et politiques en Anatolie », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/eac/663 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eac.663

Haut de page

Auteur

Nicolas Ressler-Fessy

Institut français de géopolitique (IFG), université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search