Skip to navigation – Site map

HomeNuméros4ÉtudesLa consolidation du corridor sud-...

Études

La consolidation du corridor sud-européen

Vers un renforcement de l’isolement régional de l’Arménie
The consolidation of the Southern European corridor: toward a reinforcement of the isolation of Armenia in the South Caucasus
Noémie Rebière
p. 87-102

Abstracts

The case study of the Southern European Corridor demonstrates the important role of energy in the reinforcement of the cooperation between Azerbaijan, Turkey, and Georgia, and at the same time the non-integration of Armenia in the economic development of the region. In this regard, the energy approach permits to give an overview of the challenges Armenia faces in today’s difficult international geopolitical situation, notably complicated by the Ukrainian crisis.

Top of page

Full text

1L’Arménie est un État du Sud Caucase d’une superficie de 29 743 km2, enclavé entre l’Iran au Sud, l’Azerbaïdjan à l’Est, la Géorgie au Nord et la Turquie à l’Ouest. Compte tenu de sa situation géographique, l’intégration régionale de l’État arménien et la mise en place de processus de coopération avec les pays frontaliers sont des éléments essentiels pour son développement économique et sa sécurité nationale. Or la teneur des relations diplomatiques avec l’Azerbaïdjan et la Turquie, dont le conflit du Haut-Karabakh constitue un caractère structurant et qui s’inscrivent dans la continuité des dynamiques géopolitiques observées depuis l’indépendance de la République d’Arménie en 1991, renforce considérablement son enclavement politique, économique et énergétique.

2L’objet principal de cet article est de montrer en quoi le facteur énergétique apparaît comme un élément déterminant dans la formation d’une alliance géopolitique entre la Turquie, la Géorgie et l’Azerbaïdjan qui tend à exclure et à marginaliser l’Arménie au sein de la région du Sud Caucase. Comme en témoignent, d’une part l’incapacité des gouvernements arméniens et azerbaïdjanais à trouver une issue face à la persistance du conflit du Haut-Karabakh et, d’autre part, l’échec des tentatives récentes de rapprochement avec la Turquie, ainsi que le renforcement de la dépendance économique et énergétique de l’Arménie envers la Géorgie et la Russie. De plus, le refus du gouvernement arménien de signer l’accord d’association avec l’Union européenne dans le contexte actuel de la crise ukrainienne pousse l’Arménie à redéfinir la nature de ses alliances entre l’Europe d’un côté et la Russie de l’autre.

3Dans un premier temps, nous analyserons comment s’est bâti le partenariat entre l’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie, sous quelle impulsion et dans quel but. Nous verrons que la construction du corridor sud-européen – ensemble de voies de transports terrestres et maritimes destinées à acheminer les ressources énergétiques d’Asie Centrale vers les marchés européens – constitue l’un des éléments moteurs de ce partenariat stratégique. Nous nous interrogerons également sur le rôle de l’Arménie dans la définition des relations bilatérales entre l’Azerbaïdjan et la Turquie. Dans un second temps, nous analyserons la politique énergétique de l’Arménie et les enjeux qui en découlent pour sa sécurité nationale. Nous montrerons en quoi la construction de nouvelles infrastructures de transport entre ses voisins, notamment le chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars, et le processus de privatisation des voies d’approvisionnement contribuent à marginaliser le territoire arménien et représentent des risques potentiels quant à la sécurité de ses approvisionnements.

Origines, développements et limites du partenariat stratégique Azerbaïdjan-Géorgie-Turquie

4Le rapprochement entre l’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie repose essentiellement sur des enjeux énergétiques stratégiques pour le contrôle des ressources et des routes d’approvisionnement qui s’inscrivent dans le contexte historique de la fin de l’empire soviétique.

Aux origines du corridor sud-européen

5La fin de la guerre froide, au début des années 1990, redéfinit les frontières de la quasi-totalité de l’Eurasie occidentale. On assiste alors à des rivalités de pouvoir au sein ou entre les nouveaux États indépendants issus de la dislocation de l’URSS, pour le contrôle de territoires, tels que le Haut-Karabakh pour l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ou l’Abkhazie, l’Ossétie du Sud et l’Adjarie pour la Géorgie. La chute de l’Union soviétique représente également un tournant majeur pour la politique énergétique des puissances occidentales.

6En effet, lorsque l’URSS implose en 1991, les compagnies pétrolières occidentales cherchent à accéder aux ressources de la mer Caspienne, découvertes par les Russes mais encore inexploitées faute de moyens techniques. L’enjeu est de taille. Suite aux chocs pétroliers de 1973 et 1979, il s’agit pour l’Union européenne et les États-Unis de réduire leur dépendance énergétique vis-à-vis des pays du Golfe et de la Russie. Cette dernière contrôle l’ensemble des réseaux de transport qui transitent par les territoires des ex-Républiques soviétiques depuis l’Asie centrale jusqu’à l’Europe de l’Est. L’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie, ex-Républiques soviétiques du Sud Caucase devenues indépendantes fin 1991, souhaitent s’affranchir politiquement et économiquement de la domination russe. L’Azerbaïdjan, qui dispose d’importantes ressources en hydrocarbures, fait donc appel aux compagnies occidentales pour exploiter et exporter ses ressources sur le marché international. Replacée dans son contexte historique, la constitution du corridor sud-européen résulte bien d’une vision stratégique des États-Unis et de la Turquie, et d’une volonté politique de l’Azerbaïdjan.

7Pour réaliser ce projet, plusieurs routes ont été envisagées. Sur quels critères celles-ci ont-elles été choisies ? Selon Jean Radvanyi,

  • 1 F. Tonolli, 2012, p. 174.

Trois possibilités se présentent [alors] à l’Occident. La première est la plus logique et la plus évidente : construire un tube qui rejoint le système d’oléoducs iraniens, moderne et efficace. C’est la voie la plus courte donc la solution la plus économique. Mais les Américains y mettent un veto : l’Iran est l’ennemi. [...] Une autre solution consisterait à passer le long de l’Araxe, le fleuve qui constitue la frontière entre l’Arménie et l’Iran. D’un point de vue technique, c’est relativement simple : on longe le fleuve, il y a une voie ferrée, des routes… sauf que cela nécessite un deal entre l’Azerbaïdjan, l’Arménie et la Turquie et le règlement de conflit au Karabagh. On offrirait à l’Arménie un contrôle sur le gros tube que l’on veut construire en échange de la rétrocession par les Arméniens du Karabagh des territoires qu’ils occupent. Les dividendes sur le transit seraient une sorte de garantie de paix et de développement pour la région. Mais les choses ne sont pas mûres du tout pour un règlement du conflit du Karabagh. […] Cette solution est donc rejetée. Il reste une troisième solution : construire un tube qui part de Bakou, passe par le territoire géorgien, puis rejoint Ceyhan, en Turquie.1

8Aujourd’hui l’ensemble des voies de transport qui constituent le corridor sud-européen contourne le territoire arménien. L’oléoduc Bakou-Soupsa, mis en service en 1999, relie l’Azerbaïdjan à la côte géorgienne de la mer Noire puis transporte le pétrole par bateaux jusqu’aux marchés européens. Mis en service successivement en 2006 et 2007, l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC) et le gazoduc Bakou-Tbilissi-Erzurum (BTE) approvisionnent les marchés internationaux via le territoire turc. Le chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars (BTK) et le Trans-Anatolian Gas Pipeline (TANAP) actuellement en construction viennent compléter le dispositif du corridor sud-européen.

Azerbaïdjan-Géorgie-Turquie : une interdépendance de plus en plus prononcée

  • 2 I. Bal, 2004, p. 436.
  • 3 « Azerbaijani, Georgian, Turkish presidents call for expansion of trilateral co-op », Azernews, 6 m (...)

9En avril 2002, la signature de l’Accord de Sécurité de Trabzon concernant la coopération entre la Turquie, la Géorgie et l’Azerbaïdjan dans le domaine de l’énergie et dans la lutte antiterroriste, puis du Protocole Trilatéral de Sécurité, signé en juillet 2003, et de la Déclaration de Tbilissi, en février 2007, officialisent l’alliance stratégique entre les trois voisins2. Depuis, les trois États n’ont cessé de renforcer leur coopération économique et énergétique, avec un soutien actif des États-Unis et des organismes de financement internationaux. Les pipelines BTC et BTE, ainsi que la construction du chemin de fer BTK et du gazoduc TANAP, témoignent de l’accélération et de l’inscription dans le long terme de leur partenariat. Le 6 mai 2014, les présidents turc, géorgien et azéri, réunis à Tbilissi pour un sommet trilatéral ont réaffirmé l’importance de leur « nouvelle et impressionnante coopération »3.

10D’un point de vue économique, le commerce entre les trois pays ne cesse d’augmenter depuis 2000. Entre l’Azerbaïdjan et la Turquie, il est passé de 296 millions de dollars en 20034 à 1,43 milliard de dollars en 2012 5. Entre la Géorgie et la Turquie, il est passé de 241 millions en 2000 à 949 millions en 2012, et entre l’Azerbaïdjan et la Géorgie – de 76 millions de dollars en 2000 à 700 millions de dollars en 20126. Nul doute que la mise en place des infrastructures de transit a fortement contribué à l’augmentation du volume des échanges. Le chemin de fer BTK ainsi que le gazoduc TANAP contribueront d’autant plus à ce développement.

11Concernant le secteur de l’énergie, suite à l’accord entre les gouvernements turc et azerbaïdjanais pour la construction du TANAP, les compagnies pétrolières et gazières turques d’État BOTAS et TPAO et la compagnie azerbaïdjanaise d’État SOCAR signent en octobre 2012 un contrat d’une durée de quinze ans pour l’achat du gaz azerbaïdjanais par la Turquie7. L’entreprise SOCAR est opérateur et actionnaire à hauteur de 58 % du TANAP, l’entreprise BOTAS détient 30 % des actions et BP 12 %. Avec les plus grosses parts dans le TANAP, l’Azerbaïdjan dispose donc d’un important pouvoir de décision sur les approvisionnements futurs qui alimenteront les marchés européens. SOCAR a également investi 2,4 milliards de dollars dans l’entreprise turque de pétrochimie Petkim et la filiale azerbaïdjanaise Socar Energy Turkey octroie à SOCAR environ 10 % des parts du marché des hydrocarbures en Turquie8. Les liens économiques étroits entre les deux pays ne se résument pas au secteur énergétique : le groupe SOCAR a notamment racheté la chaîne de télévision turque Kanal 24, ainsi que le journal turc Star9.

12Quant à la Géorgie, elle a, depuis l’année 2007, considérablement réduit ses importations de gaz en provenance de la Russie. La Géorgie paie désormais 135 dollars par millier de mètres cubes acheté à l’Azerbaïdjan, alors qu’elle achetait le même volume de gaz à la Russie pour 230 dollars. Cette réduction du coût du gaz représente pour Tbilissi un avantage indéniable. Ainsi, la Géorgie dépend désormais principalement de l’Azerbaïdjan pour sa consommation énergétique. SOCAR a acheté en 2006 le terminal pétrolier de Koulevi sur la mer Noire en Géorgie et détient la quasi-totalité des infrastructures de transport et de distribution du pays10. En 2013, la filiale SOCAR Energy Georgia Petroleum Ltd était la première entreprise en termes d’investissements extérieurs sur le marché géorgien11.

13Au regard de l’ensemble de ces données, force est de constater le rôle prépondérant de l’Azerbaïdjan en termes d’investissements dans le secteur énergétique de ses partenaires turc et géorgien. Néanmoins, l’Azerbaïdjan se trouve également dans un rapport de très forte dépendance envers la Géorgie et la Turquie pour l’exportation de ses ressources énergétiques – sur laquelle repose la quasi-totalité de son économie. Étant donné les relations tendues avec ses voisins russes et iraniens – qui détiennent les plus grandes ressources de gaz au monde – les territoires turc et géorgien représentent pour l’Azerbaïdjan l’unique voie de sortie de ses hydrocarbures.

L’Arménie et les relations azerbaïdjano-turques

  • 12 Voir notamment R. Khotivari, 2014.

14Hormis une frontière de huit kilomètres le long de la rivière Araxe qui sépare la Turquie de l’exclave azerbaïdjanaise du Nakhitchevan, la Turquie et l’Azerbaïdjan sont séparés par l’Arménie. L’image d’une seule nation divisée en deux États, souvent utilisée pour représenter la nature de la relation entre les deux pays, exclut de fait l’existence de l’Arménie par l’oubli tacite du territoire arménien qui sépare l’Azerbaïdjan et la Turquie12. Les deux pays entretiennent avec l’Arménie des relations diplomatiques quasi-nulles. Du côté turc, la non-reconnaissance du génocide arménien de 1915 par le gouvernement turc constitue un obstacle majeur à la reprise des relations diplomatiques entre la Turquie et l’Arménie. Du côté azerbaïdjanais, la persistance du conflit du Haut-Karabakh depuis 1988 entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie – qui a fait environ 30 000 morts et un million de réfugiés, dont environ 700 000 musulmans – constitue l’une des causes principales du gel des relations diplomatiques entre les deux voisins.

  • 13 L. Chrysanthopoulos, 2002, p. 78.
  • 14 « 1993 UN Security Council Resolutions on Nagorno-Karabakh », Archives of the U.S department of Sta (...)

15En 1993, la Turquie envoie des chars à la frontière arméno-turque13 et ferme sa frontière avec l’Arménie, conduisant à l’isolement presque complet d’Erevan. Le gouvernement turc signe cette même année la résolution 822 du conseil de sécurité des Nations Unies qui demande le retrait des troupes arméniennes des territoires du Haut-Karabakh14. Malgré le fait que la Turquie ne participe pas directement au Groupe de Minsk en charge du processus de négociation de paix du conflit du Haut-Karabakh, la Turquie est néanmoins influente au sein de l’OSCE et d’autres organisations internationales et représente donc un soutien solide pour l’Azerbaïdjan.

  • 15 « Old foes Armenia and Turkey put faith in football diplomacy », The Guardian, 5 septembre 2008.
  • 16 J. Zarifian, 2014, p. 95.
  • 17 « Turkey Weighs Ending Economic Embargo on Armenia », Voice of America, 2 novembre 2009.
  • 18 « Turkey wins symbolic football match against Armenia », France 24, 27 octobre 2009.

16Cependant, à la fin des années 2000, les relations entre la Turquie et l’Azerbaïdjan connaissent une phase de tension à l’issue d’une tentative de rapprochement diplomatique entre la Turquie et l’Arménie. En septembre 2008, le président turc Abdullah Gül se rend à Erevan pour assister à un match de football qui oppose l’équipe nationale turque à l’équipe nationale arménienne. Ce geste est hautement symbolique, il s’agit de la première visite officielle d’un président turc sur le territoire arménien depuis la naissance de la République de Turquie en 192315. En octobre 2009, les deux gouvernements, soutenus en ce sens par la communauté internationale et notamment les États-Unis, mais également l’Union européenne et la Russie16, signent un accord visant à rétablir des relations diplomatiques formelles entre les deux pays et à rouvrir leur frontière commune17. Quelques jours plus tard, le Président turc, Abdullah Gül et son homologue arménien, Serge Sarksyan, se présentent de nouveau côte à côte lors du match football retour entre les équipes nationales18.

  • 19 G. Minassian, 2010.
  • 20 « Baku urges Ankara not to repeat 2009 ‘mistake’ », Hurriyet Daily News, 19 septembre 2013.

17Or aux yeux du gouvernement azerbaïdjanais, le rapprochement diplomatique entre Ankara et Erevan met à mal sa stratégie dans le conflit du Haut-Karabakh qui consiste à maintenir l’embargo économique sur l’Arménie. Suite à la désapprobation de Bakou face au rapprochement entre Ankara et Erevan et à la signature de l’accord le 16 août 2010 concernant le prolongement du bail des bases militaires russes en Arménie19, la Turquie et l’Azerbaïdjan concluent un « accord de partenariat stratégique et de coopération mutuelle ». Bakou et Ankara se donnent ainsi le droit d’utiliser « tous les moyens » dans le cas d’une attaque militaire ou d’un acte d’agression contre l’un des deux pays. Malgré la réaffirmation du soutien d’Ankara concernant la question du Haut-Karabakh, une certaine méfiance persiste du côté azerbaïdjanais : le directeur du département des relations extérieures de la présidence d’Azerbaïdjan, Novroz Mammadov, l’exprimait clairement lors d’une interview en septembre 2013 au journal turc anglophone Hürriyet Daily News : « Bakou exhorte Ankara de ne pas répéter “l’erreur” de 2009 [...]. Il y a actuellement des tentatives [pour la reprise du processus de paix entre Ankara et Erevan]. Je suis optimiste et sûr que le leadership turc ne va pas aller à l’encontre des attentes de l’Azerbaïdjan et du peuple azerbaïdjanais. »20.

  • 21 « Turkey mulls ‘bold steps’ of Armenia to begin ‘new era’ », Hurriyet Daily News, 25 juin 2014.

18Malgré l’importance stratégique du partenariat entre l’Azerbaïdjan et la Turquie, cette dernière pourrait être amenée à terme à normaliser ses relations avec son voisin arménien. En juin 2014, le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, écrivait dans le journal Turkish Policy Quarterly que les relations arméno-turques pourraient entrer dans « nouvelle ère »21. Cela fait suite aux condoléances envers les descendants des victimes arméniennes des massacres perpétrés par l’armée turque en 1915, exprimées par le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan à la veille du quatre-vingt-dix-neuvième anniversaire du génocide arménien. À l’approche du centenaire du génocide arménien, R. T. Erdoğan, élu président de la République au suffrage universel en août 2014, gardera-t-il cette ligne politique ? Si oui, quelles en seront les conséquences pour les relations bilatérales entre l’Azerbaïdjan et la Turquie ? L’Azerbaïdjan pourrait par exemple user de sa position dominante au sein du secteur énergétique turc pour exprimer son mécontentement envers Ankara dans le cas d’un rapprochement avec Erevan.

Le contrôle des routes d’approvisionnement au Sud Caucase et la question de la sécurité énergétique de l’Arménie

  • 22 « Armenia’s economy behind other CIS states », Azernews, 6 mai 2014.

19La situation géopolitique d’un État résulte de sa position géographique et de son histoire, la plus immédiate mais aussi envisagée sur le temps long. Les ambitions américaines et européennes d’accéder aux ressources de la mer Caspienne après la chute de l’URSS et la nature des relations diplomatiques avec la Turquie et l’Azerbaïdjan ont entraîné la non-intégration de l’Arménie au sein de son espace régional. Le conflit du Haut-Karabakh constitue en effet l’argument central du gouvernement azerbaïdjanais au blocage de l’intégration de l’Arménie au corridor sud-européen. Cette exclusion des différents projets de voies de transport d’énergie et de marchandises au sein de la région a fortement impacté son développement économique22.

Le cas du chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars

  • 23 Voir R. Khotivari, 2012.

20La construction du chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars23 intervient dans un contexte géopolitique marqué par le renforcement de la coopération entre l’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie, et l’impact des guerres caucasiennes des années 1990 sur la fermeture successive des voies ferrées de la région. Tout d’abord, la fermeture de la frontière turco-arménienne en 1993 a rendu inutilisable le chemin de fer Kars-Gumri-Tbilissi, qui reliait la Turquie, l’Arménie et la Géorgie. Puis, le conflit entre le gouvernement central géorgien et la région d’Abkhazie a endommagé et donc limité l’utilisation du chemin de fer qui relie l’Arménie à la Russie en transitant par l’Abkhazie. Ainsi l’Arménie s’est trouvée privée d’accès à tout axe de transport est-ouest. L’axe nord-sud étant pour sa part soumis aux aléas de la situation interne de la Géorgie avec la persistance des conflits en Abkhazie et en Ossétie du Sud. De fait, le blocus imposé par l’Azerbaïdjan et la Turquie fait que la quasi-totalité des importations arméniennes transite via le système ferroviaire géorgien au nord et par l’Iran, au sud, qui est sous embargo international depuis plus de trente ans.

21Face à cet isolement croissant du territoire arménien, la commission européenne a refusé, en 2005, d’attribuer une aide financière au projet BTK24. On observe que la multiplication des projets d’infrastructures, avec le gazoduc TANAP et le chemin de fer BTK, a largement contribué au développement économique des États de la région et au tissage des liens commerciaux, financiers, politiques et militaires qui les unissent, cela au détriment de l’Arménie. En effet, le chemin de fer BTK pourra transporter environ 6,5 millions de tonnes de cargaison par an, majoritairement du pétrole en provenance du Kazakhstan25, et environ un million de passagers26. Dans le cadre de sa politique européenne de voisinage, la commission européenne a appelé à la réouverture de la ligne Kars-Gumri-Tbilissi afin de promouvoir la réintégration de l’Arménie au sein de la région du Sud Caucase et ainsi favoriser son développement économique27. Du point de vue azerbaïdjanais et turc, cette option n’est pour le moment pas envisageable compte tenu de la non-résolution du conflit du Haut-Karabakh. Du point de vue de la Géorgie, cela remettrait en question sa position dominante en tant que pays de transit sur le commerce extérieur de l’Arménie. En effet, la Géorgie, de par son avantage géographique et l’isolement de son voisin, impose des frais de douane particulièrement élevés sur les marchandises qui transitent par son territoire à destination du territoire arménien et exerce ainsi une pression politique sur son voisin en limitant les relations commerciales28.

22On constate que les conflits territoriaux au Sud Caucase – celui du Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, et ceux d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud en Géorgie – ont eu un impact profond et durable sur le tracé des voies de transport dans la région. De plus, face au refus de la commission européenne de subventionner la construction du BTK, on a pu observer la volonté politique de Bakou et d’Ankara de développer le dispositif de transport du corridor européen.

La question de la sécurité énergétique de l’Arménie

23Au regard de son enclavement géographique et de ses relations politiques difficiles avec ses voisins, la sécurité énergétique représente un enjeu majeur pour la sécurité de l’État arménien. Malgré une diversification des sources d’énergie, avec une utilisation importante du nucléaire et des énergies renouvelables, la sécurité énergétique de l’Arménie reste une préoccupation rendue encore plus aiguë par le processus de libéralisation des marchés énergétiques. Le contrôle économico-financier des infrastructures stratégiques et des voies de transport peut en effet représenter un risque géopolitique en cas de conflit avec les compagnies pétrolières ou avec les États auxquels elles sont liées.

  • 29 « Revisiting the Metsamor nuclear power plant », The Armenian Weekly, 7 décembre 2012.
  • 30 S. Sarukhanyan, 2012, p. 199.
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.
  • 33 « Overview data for Armenia », U.S. Energy Information Administration, 2013.
  • 34 Ibid.

24La centrale nucléaire de Metzamor, mise en service en 1976 et située à 32 kilomètres à l’ouest d’Erevan, représentait 80 % de la consommation électrique du pays dans les années 198029. En 1989, à la suite du tremblement de terre de Spitak, dont l’épicentre était situé à environ 75 kilomètres de la centrale, et face à une forte pression sociale, les autorités de la République Soviétique d’Arménie ont décidé de fermer les deux unités de la centrale nucléaire. Les deux centrales thermiques du pays devaient répondre à la consommation du pays grâce aux approvisionnements d’hydrocarbures qui provenaient des Républiques soviétiques voisines30. Or la chute de l’URSS en 1991 et les conflits territoriaux qui en ont découlé ont entraîné une rupture durable des importations arméniennes. Les conflits interétatiques et la fermeture de la centrale nucléaire ont ainsi engendré une crise énergétique massive : entre 1992 et 1994, l’Arménie ne produisait plus que 10 à 15 % de sa demande énergétique. Cela a amené le gouvernement arménien à effectuer des changements structurels de grande ampleur dans sa politique énergétique. En 1993, la présidence Ter Petrosyan a décidé de relancer la deuxième unité de Metzamor. En 1997, la Russie et l’Arménie ont fondé l’entreprise nationale ArmRosgasprom31. L’objectif était de restaurer le gazoduc de 720 kilomètres en provenance de la Russie qui alimente l’Arménie en transitant par le territoire géorgien. Malgré la mise en service en mai 2009 d’un gazoduc reliant l’Iran à l’Arménie, la majorité des importations arméniennes de gaz proviennent toujours de la Russie, dont l’entreprise nationale russe détenait à cette date 80 % des parts du pipeline qui alimente le territoire arménien32. Dans le domaine de l’électricité, la capacité actuelle du système électrique arménien représente environ 3 560 mégawatts33. En 2011, la consommation nationale est montée jusqu’à 1 248 mégawatts, soit environ 40 % de la capacité de production globale du pays. L’Arménie dispose donc d’importantes réserves de capacité de production d’électricité, dont aujourd’hui 40 % reposent sur l’énergie nucléaire, 30 % sur les centrales thermiques au gaz et 30 % sur les énergies renouvelables34.

  • 35 « Explosions in Southern Russia Sever Gas Lines to Georgia », New York Times, 23 janvier 2006.
  • 36 « Azerbaidjan offers $500 millions for Georgia-Armenia gas pipeline », Asbarez, 24 août 2010.
  • 37 Ibid.
  • 38 « Azerbaijan urges Armenia to withdraw, join in energy », Hurriyet Daily News, 27 septembre 2013.

25En janvier 2006, à la suite de l’explosion dans le sud de la Russie du gazoduc reliant la Géorgie à l’Arménie35, puis en 2008, avec les bombardements russes sur le territoire géorgien à proximité des infrastructures de transport énergétiques, l’Arménie a subi d’importantes ruptures d’approvisionnement énergétique et commercial, laissant apparaître au grand jour sa vulnérabilité et sa dépendance vis-à-vis de la Géorgie. Depuis 2010, l’une des inquiétudes majeures pour le gouvernement arménien concernant sa sécurité énergétique est sans doute la question de la privatisation du pipeline qui relie la Russie à l’Arménie en transitant par la Géorgie, notamment à cause de l’intérêt que montre l’Azerbaïdjan pour acquérir cette infrastructure stratégique. En 2010, lorsque la Géorgie lance l’appel d’offres, l’entreprise SOCAR propose 500 millions de dollars pour le rachat du pipeline36. L’Azerbaïdjan est le plus à même de remporter l’appel d’offres : en effet, parmi l’ensemble des compagnies pétrolières et gazières de la région, seule son entreprise nationale SOCAR a des ressources financières suffisantes. De plus, le secteur énergétique géorgien dépend majoritairement de l’Azerbaïdjan. Le gouvernement arménien a réagi en s’opposant au rachat du gazoduc par quelconque entreprise extérieure, tout en affirmant que cette annonce ne menaçait pas la sécurité énergétique du pays. À l’issue de la négociation entre Erevan et Tbilissi, le gouvernement géorgien est revenu sur sa décision de vendre le pipeline et a déclaré que la Géorgie ne céderait pas le contrôle de cette infrastructure stratégique à une puissance extérieure37. Cependant, l’approfondissement de la coopération entre la Géorgie et l’Azerbaïdjan pourrait à terme remettre en question la position de Tbilissi. Le gouvernement azerbaïdjanais, pour sa part, n’a pas manqué de rappeler à l’Arménie sa vulnérabilité face à la montée en puissance de l’Azerbaïdjan : « L’Arménie pourrait prendre part au succès régional après avoir retiré ses troupes des territoires occupées, de plus, les pipelines Bakou-Ceyhan et les nouveaux projets renforcent l’indépendance et la souveraineté de l’Azerbaïdjan »38.

*

  • 39 « Le russe Gazprom porte à 100 % sa participation dans ArmRosgazprom », Ria Novosti, 16 janvier 20 (...)
  • 40 « Pétrole, armes, gaz, la Russie réduit les prix pour l’Arménie », Ria Novosti, 3 décembre 2013.
  • 41 « Erevan hésite entre l’Union douanière et l’Union européenne », Ria Novosti, 28 novembre 2013.
  • 42 « EU demands Yerevan to define position », Azernews, 21 avril 2014.

26Étant donné la vulnérabilité et à la dépendance croissante des économies modernes aux ressources énergétiques, la sécurité d’un État repose de plus en plus sur sa sécurité énergétique, laquelle dépend de facteurs à la fois géopolitiques et économico-financiers. Le conflit du Haut-Karabakh entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie a été un facteur déterminant dans le tracé des réseaux de transport d’énergie et de marchandises dans l’ensemble de la région. De plus, la question du rachat du pipeline russo-arméno-géorgien démontre que le contrôle des infrastructures de production ou de transport d’énergie passe également par des moyens géo-économiques. En janvier 2014, l’entreprise russe Gazprom rachetait les 20 % des parts restantes dans l’entreprise ArmRosgazprom, devenant ainsi l’unique actionnaire de la compagnie pétrolière et gazière nationale arménienne39. Le soutien effectif de la Russie à l’Arménie avec la mise en place de tarifs préférentiels, notamment sur le commerce des armes et des matières énergétiques40, place le gouvernement arménien dans une situation de forte dépendance vis-à-vis de la Russie. En novembre 2013, l’Arménie devait signer, au même titre que l’Ukraine, un accord d’association avec l’Union européenne dans le cadre du partenariat oriental. La Russie a, quant à elle, proposé à l’Arménie de participer à l’Union douanière eurasiatique qui comprend la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan41. Suite au refus du gouvernement arménien de signer l’accord d’association avec l’Union européenne et dans le contexte actuel d’escalade des tensions entre la Russie et l’Union européenne autour de la crise ukrainienne, l’Union européenne demande à l’Arménie de clarifier sa position sur la question de son intégration à l’Union douanière eurasiatique42.

27L’Arménie qui cherche, d’une part, à conserver de bonnes relations diplomatiques avec la Russie compte tenu de l’alliance militaire entre les deux États et de la dépendance de l’économie et du secteur énergétique arménien aux investissements et aux importations russes, et d’autre part, à diversifier ses alliances politiques et économiques, se trouve au cœur des luttes d’influence régionales et des intérêts européens et russes. Dans ce contexte, les alternatives qui se présentent à l’Arménie consistent à se tourner vers ses voisins iranien et turc. Or l’Iran, malgré la reprise des pourparlers sur le nucléaire iranien, subit encore les sanctions économiques occidentales. La Turquie pour sa part, hormis les tentatives d’ouverture et de reprise de dialogue avec le gouvernement arménien, reste profondément liée à l’Azerbaïdjan de par leur coopération politique, économique et énergétique.

Top of page

Bibliography

Bal Idris, « Turkish Foreign Policy in post-cold war era », Boca Raton, Florida : Brown Walker Press, 2004.

Bagirov Sabit (dir.), Trans-Anatolian Gas Pipeline: challenges and prospects for the Black Sea Countries and the Balkans, Bakou : Entrepreneurship Development Foundation, 2012.

Chrysanthopoulos Leonidas, Caucasus Chronicles. Nation-building and diplomacy in Armenia, 1993-1994, Princeton, Londres : Gomidas Institute, 2002.

Gonckarenko Alexander, « The Wider Black Sea Area. New Geopolitical Realities, Regional Security structures and Democratic Control : A Ukranien View », Nato Defense College Occasional Paper, no 11, 2005, p. 23-32.

Guney Ayhan et Özdemir Selim, « Is the Regional Economic Cooperation in South Caucasus Myth or Reality? », The Journal of Faculty of Economics and Administrative Sciences, vol. 16, no 1, 2011, p. 133-145.

Jafalian Annie, « Toward a ‘new cold war’ in the South Caucasus ? », Annuaire français des relations internationales 2009, vol. 10, janvier 2010, p. 1-10.

Khotivari Rusudan, « Enjeux géopolitiques du chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars », mémoire de master, Institut français de géopolitique, université Paris 8, 2012.

Lussac Samuel, Géopolitique du Caucase : au carrefour énergétique de l’Europe de l’Ouest, Paris : Technip, 2000.

Lussac Samuel, « The Baku-Tbilisi-Kars railroad and its geopolitical implication for the South Caucasus », Caucasian Review of International Affairs, vol. 2 no 4, automne 2008.

Minassian Gaïdz, « Caucase du Sud : l’heure des grandes manœuvres », Annuaire français des relations internationales, vol. 10, 2009, p. 8-16.

Minassian Gaïdz, « Turquie-Russie : un nouveau partenariat stratégique global ? », Fondation pour la recherche stratégique, no 8/10, 2010, p. 1-9.

Petersen Alexandros, Integration in Energy and Transport amongst Azerbaijan, Georgia and Turkey, Londres : The London School of Economics and Political Science, 2012.

Rzayeva Gulmira, « Azerbaijan and energy security of Europe-Balancing national priorities and international commitments », Caspian Strategy Institute, Report, printemps 2013, p. 105-119.

Sarukhanyan Sevak, “Energy security of Armenia : Between East and West”, in Bagirov Sabit (dir.) Trans-Anatolian Gas Pipeline: challenges and prospects for the Black Sea Countries and the Balkans, Bakou : Entrepreneurship Development Foundation, 2012, p. 193-202.

Shiriyiev Zaur et Kakachia Kornely, « Azerbaijani-Georgian Relations. The Foundations and Challenges of Strategic Alliance », SAM Review, vol. 7-8, juillet 2013, p. 1-14.

Thual François, Géopolitique des Caucases, Paris : Ellipses, 2004.

Tonolli Frédéric, L’inavouable histoire du pétrole. Le Secret des sept soeurs, Paris : Éditions Lamartinière, 2012.

Toumarkine Alexandre et Sieca-Kozlowski Elisabeth, Géopolitique de la mer Noire. Turquie et pays de l’ex-URSS, Paris : Karthala, 2000.

Walker Joshua. et Wimbush S. Enders, « Eurasia’s hinge: it’s more than just energy », Foreign Policy and Civil Society Program, mai 2012, p. 1-2.

Zarifian Julien, « l’administration Obama et le processus de rapprochement entre l’Arménie et la Turquie », in Maya Kandel et Maud Quessard-Salvaing, Les stratégies du Smart Power américain. Redéfinir le leadership dans un monde post-américain, Les Études de l’IRSEM, no 32, Paris : ministère de la Défense, 2014, p. 89-99.

Top of page

Notes

1 F. Tonolli, 2012, p. 174.

2 I. Bal, 2004, p. 436.

3 « Azerbaijani, Georgian, Turkish presidents call for expansion of trilateral co-op », Azernews, 6 mai 2014.

4 S. Lussac, 2008, p. 214

5 http://www.economy.gov.tr/index.cfm?sayfa=countriesandregions&country=AZ&region=2

6 Z. Shiriyev et K. Kakachia, 2013, p. 42.

7 Voir la retranscription du discours d’ouverture du TANAP sur http://www.tanap.com/en/the-energy-of-the-future-is-ready.aspx

8 http://new.socar.az

9 Z. Shiriyev et K. Kakachia, 2013, p. 42

10 Ibid., p. 52.

11 http://socar.ge/page.php?lang=eng&page=00

12 Voir notamment R. Khotivari, 2014.

13 L. Chrysanthopoulos, 2002, p. 78.

14 « 1993 UN Security Council Resolutions on Nagorno-Karabakh », Archives of the U.S department of State : http://2001-2009.state.gov/p/eur/rls/or/13508.htm

15 « Old foes Armenia and Turkey put faith in football diplomacy », The Guardian, 5 septembre 2008.

16 J. Zarifian, 2014, p. 95.

17 « Turkey Weighs Ending Economic Embargo on Armenia », Voice of America, 2 novembre 2009.

18 « Turkey wins symbolic football match against Armenia », France 24, 27 octobre 2009.

19 G. Minassian, 2010.

20 « Baku urges Ankara not to repeat 2009 ‘mistake’ », Hurriyet Daily News, 19 septembre 2013.

21 « Turkey mulls ‘bold steps’ of Armenia to begin ‘new era’ », Hurriyet Daily News, 25 juin 2014.

22 « Armenia’s economy behind other CIS states », Azernews, 6 mai 2014.

23 Voir R. Khotivari, 2012.

24 S. Lussac, 2010, p. 50.

25 http://investingeorgia.org/index.php?m=169

26 http://www.railway-technology.com/projects/baku- tbilisi-kars/

27 S. Lussac, 2008, p. 10.

28 « Georgia, Armenia may limit trade relations », Azernews, 16 avril 2014.

29 « Revisiting the Metsamor nuclear power plant », The Armenian Weekly, 7 décembre 2012.

30 S. Sarukhanyan, 2012, p. 199.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 « Overview data for Armenia », U.S. Energy Information Administration, 2013.

34 Ibid.

35 « Explosions in Southern Russia Sever Gas Lines to Georgia », New York Times, 23 janvier 2006.

36 « Azerbaidjan offers $500 millions for Georgia-Armenia gas pipeline », Asbarez, 24 août 2010.

37 Ibid.

38 « Azerbaijan urges Armenia to withdraw, join in energy », Hurriyet Daily News, 27 septembre 2013.

39 « Le russe Gazprom porte à 100 % sa participation dans ArmRosgazprom », Ria Novosti, 16 janvier 2014.

40 « Pétrole, armes, gaz, la Russie réduit les prix pour l’Arménie », Ria Novosti, 3 décembre 2013.

41 « Erevan hésite entre l’Union douanière et l’Union européenne », Ria Novosti, 28 novembre 2013.

42 « EU demands Yerevan to define position », Azernews, 21 avril 2014.

Top of page

References

Bibliographical reference

Noémie Rebière, « La consolidation du corridor sud-européen », Études arméniennes contemporaines, 4 | 2014, 87-102.

Electronic reference

Noémie Rebière, « La consolidation du corridor sud-européen », Études arméniennes contemporaines [Online], 4 | 2014, Online since 15 June 2015, connection on 21 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/eac/675 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eac.675

Top of page

About the author

Noémie Rebière

Institut français de géopolitique (IFG), université Paris 8

Top of page

Copyright

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Top of page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search