Skip to navigation – Site map

HomeNuméros5EssaisLe recueil et la valorisation des...

Essais

Le recueil et la valorisation des témoignages de survivants à l’âge du numérique

La collection de l’USC Shoah Foundation
Collecting and valorizing survivors testimonies in the digital age: the collection of the USC Shoah Foundation
Emmanuel Debono
p. 211-229

Abstracts

This article offers a critical reflection on the work of the USC Shoah Foundation, which was established twenty years ago by the film director Steven Spielberg to collect Holocaust survivor testimonies across the world. Written by the representative of the Foundation in France, this appraisal focuses on the technical aspects of the project, firmly anchored in the field of digital humanities, but also on the nature, philosophy, and uses of a collection that has extended far beyond its initial framework by collecting and incorporating the testimonies of victims of other genocides and mass crimes.

Top of page

Full text

  • 1 Annette Wieviorka, L’Ère du témoin, Paris : Plon, 1998.

1En 1994, quelques mois après la sortie de son film La Liste de Schindler, le réalisateur Steven Spielberg lançait une vaste campagne de recueil des témoignages de survivants de la Shoah. Dans L’Ère du témoin, paru en 19981, Annette Wieviorka commentait, avec force scepticisme et critiques, une entreprise allant dans le sens d’une « américanisation de la Shoah ». Revendiquée par les initiateurs du projet, elle contribuait à fragiliser le statut de la connaissance au profit d’une émotion envahissante. L’accumulation de témoignages nourrissait par ailleurs l’illusion d’une reconstitution de l’histoire là où l’on ne faisait que juxtaposer des souvenirs. L’idée de transmission, placée au cœur du projet et stimulée par la révolution numérique, inscrivait en outre le récit dans une perspective utilitariste, censée infléchir la restitution même de l’expérience.

2Un peu plus de vingt ans après le lancement de la campagne, j’en propose une lecture en forme de bilan, au regard de la manière dont elle fut pensée et conduite durant les années 1990, mais également à l’aune de l’évolution technologique qui a marqué ces deux dernières décennies et qui a lourdement pesé sur la mise en valeur des témoignages. Représentant en France, depuis novembre 2009, de l’USC Shoah Foundation, je veux m’efforcer de porter un regard critique sur le travail accompli, en tant qu’historien, familier – mais non spécialiste – de l’histoire de la Shoah, mais aussi en tant qu’utilisateur régulier de cette collection.

  • 2 Ceux dont on entend les voix dans la collection de l’USC Shoah Foundation sont en grande majorité d (...)

3J’ai scindé à cette fin mon propos en cinq temps, pour tenter de passer en revue les principales problématiques induites par cette opération et les suites qui lui ont été données. Il m’a semblé important, au regard du poids des activités de l’USC Shoah Foundation et de leur faible visibilité en France, d’apporter des éléments de compréhension sur la nature du fonds et sur les choix de valorisation : ils posent la question de l’identité d’une collection, celle de la valeur intrinsèque d’une campagne ayant permis de rassembler, en cinq années seulement, près de 52 000 témoignages ; ils interrogent, enfin, la place déterminante du numérique dans l’activité globale et le rôle qu’un tel projet contribue à assigner à la mémoire des rescapés de la Shoah2.

De la Shoah à l’étude des crimes de masse

  • 3 La fondation est, depuis cette date, un département de l’University of Southern California.

4Pour expliquer son objectif initial, Steven Spielberg a mis en avant son souci de capter les voix et les visages de ceux qui avaient été victimes de la Shoah, dans un but de conservation et de transmission. Est créée à cette fin la Survivors of the Shoah Visual History Foundation qui deviendra en 2006 l’USC Shoah Foundation3.

Une campagne centrée sur la Shoah

  • 4 On dénombre aujourd’hui 39 langues pour 61 pays différents. 7 123 témoignages évoquent la France, 1 (...)

5Cette campagne de témoignages est placée sous le signe de l’urgence et poursuit un but quantitatif consistant à interviewer le plus grand nombre possible de rescapés encore en vie. Des équipes d’intervieweurs sont constituées rapidement et formées au cours de rapides séances de cadrage historique et psychologique. On prend effectivement conscience de l’aspect massif et systématique du projet lorsque l’on sait que plus de 51 000 témoignages sont recueillis entre 1994 et 1999, dans 32 langues et dans 56 pays différents4. Le travail d’identification des témoins s’appuie sur les associations de déportés mais aussi, beaucoup, sur les indications fournies par les interviewés eux-mêmes. Un tel rythme de travail ne va pas sans ratés et il arrive aux équipes d’être remaniées. Les interviews sont directives et suivent une grille prédéfinie qui accorde environ 20 % du temps à l’avant-guerre et se prolonge sur la période de l’après-guerre.

  • 5 A. Wiewiorka, 1998, p. 146.

6Les choix de la longue durée et du quantitatif ne doivent pas faire illusion. Il faut se garder du sentiment induit par l’effet de masse, d’une reconstitution de la vie juive d’avant-guerre : il ne s’agit là que d’une juxtaposition de récits de survivants. Elle ne débouche en rien sur une « histoire » mais sur une addition de mémoires relatives à des événements individuels et collectifs, délivrées plus de soixante ans après les faits5.

7Le défaut de scientificité que laissent percevoir les déclarations des porteurs du projet a pu faire légitimement réagir. Il n’a toutefois que des effets marginaux sur la réalisation générale qui doit justement – et presque paradoxalement – sa richesse à son amplitude décriée, et à la valeur du travail accompli par les équipes. Malgré un temps de réalisation assez court, la campagne a connu une professionnalisation rapide, s’appuyant sur un noyau d’intervieweurs compétents qui ont pu eux-mêmes affiner leur approche au fil des enregistrements. L’œuvre s’apprécie dès lors non sur la seule base des intentions initiales, mais sur ce qui fut concrètement réalisé dans ces 56 pays et sur le traitement dont les récits furent l’objet. Nous y reviendrons ultérieurement.

  • 6 Il est à noter que cette définition du survivant est la même que celle de l’United States Holocaust (...)
  • 7 En 2015, les 51 537 témoignages accessibles se répartissent comme suit : rescapés juifs : 48 997 ; (...)

8La grande majorité des récits sont ceux de « survivants ». Le terme s’entend ici au sens large : aux rescapés des camps de concentration et des centres de mise à mort, il faut ajouter celles et ceux qui ont pu échapper à la déportation par la mise en œuvre de multiples stratégies de survie6. Les récits de ces victimes ont été complétés par ceux de Tsiganes, de prisonniers politiques, de témoins de Jéhovah, de travailleurs forcés non juifs, d’homosexuels, de survivants de la politique eugéniste du Reich. Figurent aussi dans la collection les témoignages de celles et ceux qui, reconnus officiellement ou non comme Justes parmi les Nations, ont pu sauver des vies, les récits de libérateurs des camps et ceux de participants aux procès des criminels nazis dans l’après-guerre7. Passée cette première phase de captation et un colossal travail de numérisation, l’USC Shoah Foundation s’est engagée dans une politique de diversification de sa collection.

L’ouverture de la collection aux autres génocides et crimes de masse

9En 2006, la fondation est sortie des studios de Hollywood et a emménagé sur le campus de l’University of Southern California (Los Angeles), devenant un département de la faculté des arts et des lettres. Ce choix a été dicté par la volonté de se démarquer d’une image hollywoodienne encombrante, faisant planer le doute sur la qualité même des témoignages, nonobstant le fait que le travail mené dans chaque pays avait été le fait d’équipes quasi professionnelles. Il n’est toutefois pas accessoire de souligner la pérennité de cette image ambivalente que conserve aujourd’hui la fondation. Le capital de sympathie et d’admiration de Spielberg n’empêche pas la méfiance qu’inspire son rapport à l’histoire et à la mémoire. Il faut dire que les explicitations des fondateurs ont pu nourrir certaines réserves.

  • 8 Cité par A. Wieviorka, 1998, p. 151.
  • 9 Ibid.

10Le concept d’« américanisation de l’Holocauste » a été mis en avant par celui qui était alors le président de la fondation, Michael Berenbaum. En bref, le constat est celui d’un événement érigé en étalon du mal absolu : « on a pris un événement européen et on l’a intégré dans la culture américaine, la culture populaire. »8 Berenbaum décrit ainsi la situation suivante : « Les jeunes Noirs qui sortent du musée de Washington disent souvent : “On ne savait pas que les Juifs étaient black.” J’ai mis très longtemps à comprendre que pour eux le visage de la souffrance était noir même si les victimes étaient blanches. »9 Ainsi la mémoire de la Shoah est-elle à même de constituer un vivier d’expériences librement utilisables pour aider à la réflexion sur les enjeux du temps présent : elle est arrimée à la question plus générale des droits humains et permet, en mettant l’accent sur l’empathie, de réfléchir aux questions liées aux injustices, aux discriminations, à la responsabilité individuelle et collective, sans oublier la résistance. Une telle liberté dans l’approche de l’événement historique est éloignée des préceptes français en la matière, plus intéressés à la connaissance scientifique qu’à l’expérience sensible. On ne saurait toutefois imputer à Spielberg d’en avoir été l’initiateur puisqu’elle existe dans de nombreux pays – y compris européens – où l’on n’éprouve pas de gêne à investir la Shoah d’un objectif de résolution des grands problèmes contemporains (racisme, antisémitisme, indifférence, engagement, etc.) Il est également un fait qu’en dépit des préconisations institutionnelles, en particulier celles de l’Éducation nationale attachée à l’approche historique des faits, il est fréquent de voir l’enseignement de l’histoire de la Shoah investi en France d’une mission morale : le crime des crimes permettrait d’expliquer, pour peu que l’on se donne la peine d’en décortiquer les ressorts et les dynamiques profondes, tous les autres crimes. Il faut voir ici l’héritage de plusieurs décennies de lutte contre le racisme et l’antisémitisme au cours desquelles l’événement a endossé un statut paradigmatique.

  • 10 On peut citer à titre d’exemples le Mémorial de la Shoah (Paris) et le Mémorial des Milles (Aix-en- (...)

11L’ouverture de l’USC Shoah Foundation aux récits de témoins d’autres génocides et crimes de masse est le fruit d’une volonté comparatiste. Celle-ci n’a rien d’évident mais elle est commune à de nombreuses institutions dont le point de départ est l’histoire de la Shoah10. La finalité assignée aux témoignages est claire : les récits des témoins sont édifiants et sont censés éclairer les engrenages conduisant au crime, ou, inversement, révéler les moyens de l’empêcher. De fait, élargir la focale, diversifier les angles historiques et les approches disciplinaires, c’est multiplier, en théorie, les chances de mieux comprendre les mécanismes d’ensemble. L’USC Shoah Foundation s’est donc lancée dans une politique d’extension de ses collections, établissant des partenariats avec certains centres de mémoire pour mener de nouvelles interviews ou procéder à l’acquisition de collections préexistantes.

  • 11 Soixante d’entre eux sont librement consultables depuis le 24 avril 2015.

12Ainsi, ont été ajoutés à la collection initiale des récits de survivants tutsi du Rwanda et d’individus ayant porté secours à des victimes durant le génocide, d’avril à juillet 1994. Une autre initiative a permis de réaliser des interviews de rescapés des massacres japonais de Nankin de 1937-1938. En outre, l’USC Shoah Foundation a signé en 2011 un partenariat avec l’Armenian Film Foundation qui détenait près de 400 témoignages de survivants du génocide des Arméniens, réalisés dans les années 1970-198011. Cette politique d’extension ne semble pas avoir de limites prédéterminées puisque d’autres projets sont en cours, notamment relatifs aux tueries perpétrées par les Khmers rouges au Cambodge de 1975 à 1979 ou encore au massacre des Indiens mayas du Guatemala. En 2014, l’USC Shoah Foundation a lancé un Center for Advanced Genocide Research dont le but est de favoriser l’interdisciplinarité dans les recherches sur les crimes de masse.

  • 12 L’USC Shoah Foundation se présente comme « The Institute for Visual History and Education ».

13Aujourd’hui, la fondation aspire à devenir pleinement un institut d’histoire visuelle et d’enseignement par le témoignage12. La Shoah continue de constituer l’expérience phare de la collection globale mais il est un fait que l’organisation cherche à s’émanciper au regard de cette identité première. Cette ambition peut perturber et faire l’objet de critiques quant à la cohérence générale. Elle n’est en fait compréhensible que si l’on considère le fait que d’une collection initiale de témoignages centrés sur la Shoah, l’USC Shoah Foundation a pris la décision de devenir, avec ses 107 000 heures de témoignages, une des plus grandes vidéothèques du monde.

Les témoignages en question

14Les témoignages ont une durée moyenne de deux heures et quinze minutes. Certaines interviews excèdent largement ce temps à l’instar du récit de Shlomo Venezia, juif italien membre du Sonderkommando de Birkenau, d’une durée de huit heures, une minute et 28 secondes. Dans un souci d’efficacité, le choix a été fait de mener l’entretien au domicile des témoins. Il ne s’agit donc pas d’un environnement neutre ou scientifique, mais d’un cadre familier, qui bien que rassurant pour l’interviewé, n’empêche ni l’introspection ni la délivrance du récit.

15Les témoins sont interrogés sur leur jeunesse. Ils décrivent leur cellule familiale, font le récit de leur généalogie, de l’environnement dans lequel ils ont grandi, de leur scolarité. Ils parlent de leurs activités associatives, sportives ou culturelles, de leur rapport à la religion, aux non juifs, à l’antisémitisme. Les intervieweurs n’hésitent pas à creuser ces zones intimes qui se révèlent avec plus ou moins de netteté selon les personnes interrogées. La période de la guerre constitue la partie la plus consistante de l’interview. Elle est celle sur laquelle, de manière naturelle, le témoin s’étend le plus largement, encouragé par l’intervieweur, qui s’efforce notamment d’obtenir des dates et des lieux précis. Le traitement de l’après-guerre est quant à lui plus lâche. Si l’avant-guerre fait généralement l’objet d’un questionnement soigné, la conduite de l’interview dans les années qui suivent la fin des hostilités est plus libre : il arrive que les interviewés ne donnent aucune information personnelle sur leur vie d’après-guerre, évoquant surtout les leçons qu’ils ont tirées de leur expérience, pour eux-mêmes et pour la jeune génération.

16Cette dernière, conformément aux intentions initiales de la fondation, est la principale destinataire de l’interview. Le témoin est invité à formuler un message à son attention. Il s’agit généralement d‘un appel à la vigilance et d’un message d’espoir, que vient souvent renforcer la présentation, en fin d’enregistrement, des membres de la famille présents pour la circonstance. Cette modalité révèle un parti pris qui a été vivement critiqué : il y a chez les fondateurs l’idée d’une nécessaire happy end, comme si la vie, par la reconstruction d’après-guerre et la construction d’une famille, avait été à même de triompher de la barbarie. Le fait est que cette étape a des tonalités variées d’un survivant à l’autre et que le message transmis est loin d’être systématiquement optimiste. Il ne débouche pas toujours sur la leçon de vie escomptée, à l’instar de Marcel Kuchman, désireux de transmettre la haine à son petit-fils, celle-là même qui lui a permis de tenir moralement quand il était résistant. C’est aussi le message d’Annette Cabelli expliquant l’erreur qui a été la sienne d’épouser un survivant, insistant sur une vie commune gâchée par le traumatisme partagé de la déportation. Ce sont aussi ces séquences qui mettent en scène la famille dans une ambiance un peu gênée, qui fait sentir le poids d’un héritage traumatique dans l’histoire familiale. Tout ce qui se lit sur ces images constitue ces métadonnées qui, aux yeux de certains, encombrent et perturbent la démarche, quand elles sont pour d’autres une source riche en informations. Elles sont, au-delà, autant d’indications relatives aux limites du fléchage de la grille d’interview : les interviewés s’en écartent généralement très librement.

17Enfin, les intervieweurs ne sont pas équipés de scanners : les documents présentés par les survivants (photographies, documents, objets, etc.) sont filmés et commentés sur place, ce qui permet de disposer d’informations précises sur leur compte.

  • 13 Le document contient quarante pages.

18Chaque interview est précédée, en compagnie de l’intervieweur, d’un temps de réponses écrites à un questionnaire dans lequel le témoin est invité à donner de multiples précisions sur l’ensemble de son parcours13. Cette phase réactive les souvenirs et permet l’enclenchement, quelques jours avant l’enregistrement, d’un travail de mémoire. On peut imaginer les perturbations qu’elle provoque, comme en témoigne avec émotion Fanny Baumer, racontant qu’après le port obligatoire de l’étoile jaune sous l’Occupation, elle n’a jamais arboré une étoile de David : « […] alors là je crois que je n’y ai jamais pensé autant que depuis quelques jours là, mais je crois qu’elle est entrée en moi ce jour-là [...] ».

  • 14 On peut en effet regretter que cette information ne figure pas parmi les informations rassemblées p (...)
  • 15 On peut définir la résilience comme la capacité à dépasser un état post-traumatique et à se reconst (...)

19Nombre de ces témoins, dans une proportion que nous ignorons hélas14, confient leur histoire pour la première fois. On rencontre de fait une grande diversité dans les narrations, qui est fonction de l’histoire individuelle et de l’état de résilience15. Certains récits semblent maîtrisés, indiquant la familiarité du survivant avec l’acte de témoigner. Cette maîtrise ne vide toutefois pas le récit de sa substance émotionnelle : le témoin ne peut se départir artificiellement du traumatisme qui l’habite et qui se laisse appréhender dans la forme et le rythme de son récit, de ses intonations ou de sa gestuelle. Une absence d’émotion visible est elle-même riche de significations pour qui travaille sur la mémoire. Comme pour tout autre corpus de témoignages, l’hétérogénéité de l’ensemble révèle la grande diversité des temporalités dans lesquelles les témoins se situent par rapport aux événements. Le récit d’un témoin, avec la part de construction mémorielle qu’il comporte, demeure une source complexe, requérant un savoir-faire particulier pour quiconque s’y intéresse, justifiant pour partie les craintes visant les porteurs du projet qui ne donnent pas toujours l’impression de mesurer cette complexité.

  • 16 A. Wieviorka, 1998, p. 160.

20Il faut rendre en tout cas justice aux intervieweurs de l’équipe française qui ont su combiner l’écoute active, l’intuitivité et le sens du détail. Ces qualités doivent être soulignées, le doute ayant été jeté sur la valeur du travail d’ensemble, avant même que les témoignages aient d’ailleurs pu être accessibles16. Il se trouve bien des interviews trahissant l’aspect empirique de l’opération. Une infime minorité de témoignages, autant que je puisse en juger après cinq ans de pratique, a pu être conduite par des intervieweurs inexpérimentés (interruption et contradiction des témoins, incapacité à relancer, familiarité avec l’interviewé, etc.) Il semble difficile d’éviter de tels écueils dans le cadre d’une campagne de cette ampleur. Force est toutefois de constater qu’ils se situent à la marge du corpus, les équipes de la fondation ayant mené un travail parallèle de visionnage, permettant d’évaluer la qualité du travail réalisé et de réviser, le cas échéant, la composition des équipes.

  • 17 Christopher R. Browning, À l’intérieur d’un camp de travail nazi. Récits de survivants : mémoire et (...)

21Dans son ouvrage sur le camp de travail nazi de Starachowice, l’historien américain Christopher Browning a consulté 155 témoignages audiovisuels de témoins directs. 123 étaient issus de la collection de l’USC Shoah Foundation17. Ses remarques introductives sont éclairantes sur les avantages et les limites de l’entretien directif : les interventions de l’intervieweur sont parfois salutaires ou, au contraire, elles font péniblement dévier le témoin du sujet crucial poursuivi par l’historien. Browning omet de préciser les avantages que pointe en revanche l’historienne française Sonia Combe dans son étude sur les modalités de survie à Buchenwald :

  • 18 Sonia Combe, Une vie contre une autre. Échange de victime et modalités de survie dans le camp de Bu (...)

Pour survivre, on devait avoir bénéficié de ce que le vocabulaire d’indexation des entretiens collectés par la Shoah Foundation nomme « traitement préférentiel » et « stratégies d’adaptation ». On peut ainsi dresser une liste des moyens de survie et un répertoire d’actions possibles : aplomb, stratégie d’esquive des coups, connaissance de l’allemand, aspect physique, maîtrise d’un code de conduite, compétences utiles au camp (métier, savoir-faire), entraide/appartenance à un groupe constitué, « aryanisation », substitution d’identité.18

22L’établissement de cette liste et de ce répertoire par la chercheuse a été facilité par les termes et expressions élaborés par les indexeurs de l’USC Shoah Foundation. Ils sont précisément, comme nous allons le voir, cette valeur ajoutée qui facilite considérablement le travail de l’historien et autorise de nouvelles approches.

Apports et risques de l’outil numérique dans le traitement des témoignages

  • 19 Libération, 12 janvier 1998, cité par A. Wieviorka, 1998, p. 150.

23Le 12 janvier 1998, Michael Berenbaum explique dans le journal Libération les perspectives de la fondation : « On prépare le matériel pour les enseignants qui utilisent encore des livres mais qui dans cinq ans seront tous connectés aux réseaux informatiques. En Amérique en tout cas. Nous avons mis au point un nouveau système de catalogage numérique à partir de mots-clés et nous allons produire des CD-Rom, des documentaires et aussi des livres. »19

24Berenbaum adopte à l’évidence une posture techniciste excessive, mais cela n’enlève rien aux développements dont ont bénéficié par la suite ces récits. Le moins que l’on puisse dire est que l’USC Shoah Foundation a effectivement situé son activité au cœur du numérique, saisissant tous les avantages du travail d’indexation et d’élaboration de moteurs de recherche puissants. Ils constituent la clé du projet général : en l’absence de ce parti pris numérique, on peut postuler que la collection actuelle des 51 537 témoignages serait quasiment inutilisable.

25Les cassettes enregistrées ont rapidement fait l’objet d’une numérisation. C’est sur la base de ce matériau que des équipes d’indexeurs ont pu travailler, se référant à un guide établi par des spécialistes du champ historique, des bibliothécaires et des documentalistes, familiers des questions d’indexation et de mots-clés. Ce guide méthodologique décrit dans le détail la démarche de l’indexeur, le travail à engager sur les contenus dans le but de déterminer les thèmes et les sous-thèmes, leurs déclinaisons possibles, les multiples cas de figure pour traiter un sujet, en fonction de la chronologie, des contextes ou des événements. L’évocation d’un lieu, pour ne prendre qu’un exemple, n’induit une référence que si des faits touchant directement le témoin s’y sont déroulés. Il faut ainsi comprendre l’indexation comme un premier niveau d’interprétation et d’analyse du récit, dont le moins que l’on puisse dire est qu’il a été effectué au plus près de la narration.

26L’arborescence contient aujourd’hui près de 62 000 mots-clés et s’organise autour de 22 grands thèmes quadrillant l’ensemble des sujets abordés par les témoins : ceux qui ont trait, par exemple, à la culture ou à la vie quotidienne, aux discriminations et aux réactions qu’elles suscitent, à la captivité et à la libération. Le domaine des sentiments est abordé, tout comme la question du traumatisme. Les acteurs, les groupements, les lieux font l’objet de multiples déclinaisons. Le mot-clé « santé » ouvre ainsi sur la santé mentale et sur la santé physique. Les maladies peuvent être identifiées dans leur diversité mais aussi dans des cadres variés : le camp de concentration, le camp de réfugiés, le ghetto, la prison, les Kommandos… 33 mots-clés, par exemple, font référence à la sexualité et abordent des sujets aussi différents que les agressions sexuelles, celles notamment commises à l’encontre des enfants (635 témoignages), les rapports consentis, l’homosexualité ou encore les maladies sexuellement transmissibles. Les lieux ont également fait l’objet d’une indexation très fine, de l’échelle continentale jusqu’à la ville. Dans le cas de la France, 91 départements sont indexés. Dans le département du Rhône, la seule ville de Lyon figure dans 665 témoignages, dans les langues suivantes : allemand, anglais, espagnol, français, hébreu, hollandais, hongrois, italien, polonais, portugais, yiddish. Pour être plus exact, ces 665 témoignages (356 hommes et 309 femmes) renvoient à 1 443 segments. Chaque segment correspond à une minute d’interview au cours de laquelle les indexeurs, grâce à un logiciel conçu à cette fin, ont associé un ou plusieurs mots-clés. Dans le cas de Lyon, les 1 443 segments ne correspondent pas à 1 443 minutes de vidéos mais à 1 443 évocations du sujet, celles-ci pouvant être très brèves ou s’étendre sur plusieurs minutes consécutives.

  • 20 En plus des 62 000 termes d’indexation qui nourrissent l’arborescence, la base de données contient (...)

27Il faut enfin préciser que cinq moteurs de recherche ont été conçus pour mobiliser l’ensemble des mots-clés. Ils sont utilisables en fonction de la nature des requêtes que l’on souhaite lancer et se distinguent de la manière suivante : la recherche libre ; la recherche par type d’expériences (rescapés juifs, tutsi, tsiganes, libérateurs des camps…) croisant des critères multiples ; la recherche par mots-clés, s’additionnant ou s’excluant mutuellement ; la recherche par nom, faisant apparaître la nature des relations entre individus (parenté, amitié, connaissance…) dans la présentation des réponses20 ; enfin, la recherche par lieu présentée sous une forme cartographique.

28Les réponses affichées font apparaître la numérotation par segment : le lecteur qui cherche une femme évoquant en langue tchèque les moyens de se procurer de la nourriture dans un ghetto se voit par exemple proposer 55 évocations du sujet dans 47 récits différents.

  • 21 Voir infra.

29Les quelques chiffres présentés précédemment n’ont d’autre finalité que de fournir un éclairage sur la valorisation d’un fonds. À cet égard, on ne peut que se féliciter que la fondation soit allée jusqu’au bout d’une démarche consistant à rendre exploitable un tel monument audiovisuel. Le public, quand il dispose d’un accès à la collection21, est aujourd’hui à même de naviguer dans les 107 000 heures de vidéos, de lancer des requêtes simples ou complexes et d’obtenir des résultats consultables sur le champ. À cet égard, ce chantier colossal a peu à voir avec l’abandon annoncé du livre ou une prétendue révolution historiographique. En revanche, il est vrai que les facilités offertes ne sont pas sans poser un certain nombre de défis.

Usages et mésusages de la source orale

30Bien qu’utile pour accéder à la connaissance d’une époque, le récit des acteurs historiques témoins procède toujours d’une reconstruction du passé : il n’est pas l’histoire à proprement parler mais un ordonnancement de la mémoire des événements à un temps donné. Il délivre des informations sur la perception de l’histoire collective et de l’expérience individuelle. Ce récit, ici sous la forme du témoignage audiovisuel, n’en est pas moins, pour l’analyste, une source capitale pour guider la réflexion et contribuer, aux côtés d’autres sources, à l’appréhension du passé.

Le revers de la prouesse technologique

  • 22 En juillet 2012, il m’a été donné d’assister, à l’USC Shoah Foundation, à des ateliers rassemblant (...)

31Le risque majeur lié aux outils développés par l’USC Shoah Foundation découle précisément de leur grande performance. La facilité extrême avec laquelle il est permis de sélectionner une séquence de quelques minutes propre à illustrer un propos, notamment dans un contexte pédagogique, est assurément problématique. Avec ces milliers d’heures de narration, chargées en émotion et en expériences, et de tels instruments de recherche, il peut être tentant de restreindre la palette des sources qui forment, dans leur variété, la matière première du travail de l’historien. Le niveau d’analyse que constitue le processus d’indexation ne saurait pourtant être l’étape finale de la recherche : la source orale doit faire l’objet du même traitement heuristique que tout autre corpus. Elle ne doit pas donner l’illusion qu’elle peut se suffire à elle-même. La dérive est possible et l’auteur de ces lignes a pu lui-même observer dans le cadre universitaire et scolaire américain des usages problématiques de ces sources : activation d’un récit sans éléments contextuels, instrumentalisation de quelques minutes de vidéos pour servir un propos orienté, construction d’une trame historique sur la seule base des informations délivrées par les témoins, etc.22 La vérité serait ainsi à la portée de quelques clics, ce qui ne peut être que méthodologiquement et déontologiquement préoccupant.

32La création de puissants moteurs de recherche comporte donc un risque par la rapidité d’identification des séquences pouvant être intégrées dans le cadre d’un cours, avec une rigueur fluctuante. Se repose ainsi la question du statut du témoignage qui ne peut à coup sûr remplacer le cours savamment préparé à l’aide d’un matériau cognitif solidement établi.

33L’élargissement à d’autres fonds de témoignages pose le même type de difficultés, par l’usage qui peut être fait de la parole des rescapés tutsi, chinois et bientôt arméniens, ou par l’improvisation d’une démarche comparatiste qui ne supporte ni improvisation, ni approximation.

34Cette dérive potentielle se retrouve dans la création d’outils à vocation pédagogique tel que IWitness, logiciel d’utilisation libre permettant de visionner des témoignages, d’accéder à des bases documentaires et d’entreprendre la création de projets par une interface de construction d’activités et une table de montage intégrée. La liberté qui est ici donnée à l’usager de scénariser par le biais d’un outil technologique performant fait redouter des usages fantaisistes, contre-productifs voire dangereux si elle n’est pas encadrée. On ne peut d’ailleurs jamais être assuré de la compétence dudit encadrement, pour prévenir les dérapages et orienter le jeune utilisateur. Cette liberté est certes dans l’air du temps pédagogique, les élèves étant invités à être les co-constructeurs de leurs savoirs ; en outre, il est tentant pour les acteurs éducatifs de favoriser l’usage d’un outil dont les fonctionnalités se révèlent particulièrement stimulantes pour l’élève.

35On rencontre ici une limite classique dans le champ des ressources numériques : l’accès facilité à des bases de données et la liberté d’usage sont susceptibles de provoquer un enthousiasme des apprenants qui relève davantage de la satisfaction immédiate – et souvent éphémère – de leur curiosité que d’un véritable processus d’apprentissage. La prouesse de l’immédiateté ne saurait donc combler les carences didactiques et scientifiques.

36Le risque paraît de surcroît élevé en raison de la nature du sujet et du matériau directement placé entre les mains des utilisateurs : c’est bien le récit douloureux, transmis en toute confiance par un témoin à une fondation, qui est susceptible de servir de matière première aux expérimentations des enseignants et de leurs élèves.

L’impératif de la médiation et de la formation

37Cela étant, de même que le chercheur ou l’enseignant ne saurait s’interdire l’utilisation de banques de données ou de logiciels tels que Youtube, Google Earth ou, pour s’en tenir au cas français, des portails de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et de l’Institut géographique national (IGN), il me semble que les risques précités ne sauraient conduire à la décision de se détourner de ces ressources et outils. De nombreux exemples d’usages pertinents pourraient être évoqués et les ressources qui figurent sur le portail français du site de l’USC Shoah Foundation reposent précisément sur le principe d’une médiation : elle est à plus d’un titre nécessaire pour remplir les exigences dévolues à l’enseignement. Il s’agit, par exemple, de présélections thématiques de clips, accompagnées des biographies des témoins. Il existe également, dans différentes langues, des leçons croisant divers types de sources, parmi lesquels des témoignages. Il appartient à l’enseignant de construire la réflexion historique et pédagogique sur la base des informations délivrées. Il est alors très formateur d’élargir le questionnement à la nature même de la source orale, à ses imprécisions, aux aléas de la mémoire, au rôle de l’intervieweur. On entre alors dans le décryptage de l’image, un travail qui ouvre des perspectives intellectuelles passionnantes. Le même type de considération vaut pour le logiciel IWitness qui permet à l’élève ou à l’étudiant de réfléchir, au-delà du contenu historique, à la construction du savoir et à ses exigences : concevoir un exposé en hiérarchisant et en structurant les informations ; considérer les critères qui président au choix d’une séquence ; faire coïncider une sélection de documents et les propos de l’interviewé ; respecter l’image et la parole transmises sans renoncer à exercer son esprit critique ; adopter une posture scientifique… C’est bien, dès lors, l’ensemble du processus de la construction du savoir qui vaut d’être considéré et non les seules – et inévitables – maladresses et erreurs qui découlent de toute situation d’apprentissage.

  • 23 On pourrait citer à cet égard les IWalk développés par la fondation, ces applications destinées à ê (...)

38L’innovation technologique se justifie par les potentialités qu’elle propose pour faciliter les situations pédagogiques23. On pourrait objecter que les témoignages de survivants ne peuvent être manipulés comme n’importe quelle source. Ce serait toutefois attribuer à la Shoah un statut dérogatoire problématique et ne pas prendre acte de la nécessité d’envisager de nouvelles approches, à l’heure où le principe même de son enseignement rencontre de sérieuses résistances. Aussi faut-il insister une fois encore sur l’importance que revêt une solide médiation : on soulève sans surprise ici les enjeux de la formation continue des enseignants et de ses insuffisances, dont certaines pratiques innovantes ne peuvent être tenues pour responsables.

L’accessibilité des témoignages

39Ces ressources demeurent finalement mal connues et peu utilisées en France. Et pour cause : l’intégralité des 51 537 récits n’y est accessible que depuis octobre 2014, à l’École normale supérieure (ENS) de Lyon. Le public peut y accéder en se rendant à la Bibliothèque Diderot, sur le campus même de l’ENS. Les témoignages en langue française étaient auparavant consultables – et le sont toujours – au Mémorial de la Shoah, sous la forme de DVD. L’accès à l’infrastructure numérique transforme du tout au tout, on l’aura compris, l’usage qui peut être fait des témoignages.

40La difficulté de rendre accessible au public français la collection tient au moins à deux éléments. Cet accès ne peut d’abord se faire que par l’intermédiaire d’un réseau Internet à très haut débit, en l’occurrence, le réseau Renater, qui relie en France les universités et les centres de recherche entre eux. Il repose ensuite sur le principe d’un abonnement annuel d’un montant de 15 000 dollars, dissuasif pour la majorité des universités et bibliothèques françaises. Un abonnement n’étant jamais acquis définitivement, il peut être maintenu tant que les ressources d’un établissement le permettent et tant que les priorités et orientations scientifiques le justifient. Il importe en outre que le fonds soit consulté, ce qui sous-entend un important travail de communication. Sa mise en place est forcément lente et peut tarder à porter ses fruits, décourageant tout renouvellement de l’investissement.

41Les établissements d’enseignement supérieur, les bibliothèques et les centres de mémoires n’avaient pas, jusqu’alors, envisagé la dépense pour deux raisons principales. La première a toute sa légitimité : la question de la valorisation d’un tel fonds nécessite, autant que possible, la conception d’un programme d’activités. Il est souhaitable qu’une volonté locale l’accompagne de formations pour les différents publics et noue des partenariats avec le monde de la recherche et celui de l’enseignement. En l’absence de celle-ci, propre à stimuler les travaux de recherche, à favoriser la pratique des témoignages dans les collèges et les lycées, et à permettre des collaborations avec des centres de mémoires, il faut bien admettre que l’investissement est audacieux. En tout état de cause, il faut noter que la mise à disposition de ressources documentaires, même placées sous le sceau de l’innovation technologique, ne suffit pas à engendrer à elle seule une activité : la profusion actuelle des ressources, stimulée par la révolution numérique, ne peut dispenser d’une réflexion plus large sur l’environnement dans lequel on entreprend de les insérer, sur les publics qu’elles ciblent et rencontrent effectivement, et sur les activités qu’elles génèrent.

  • 24 On notera que la centaine d’interviews de rescapés de la Shoah réalisée par l’INA, au début des ann (...)

42Un deuxième argument avancé par les responsables de ce type de décisions est celui de la pertinence de la collection au regard des fonds existants. Rares sont les mémoriaux qui ne disposent pas de leur propre collection de témoignages. D’autres sont librement accessibles sur Internet, comme ceux réalisés par l’INA avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah24. L’idée qui prévaut généralement est que la France est bien pourvue en ressources et que la quantité importe peu lorsque l’on dispose d’une sélection de récits recueillis par des professionnels de l’histoire orale. Je pense avoir toutefois montré les caractéristiques originales d’une collection dont les apports ne se bornent pas aux seuls contenus.

43La rencontre avec le numérique et le traitement des big data donnent à cette campagne de recueil de témoignages, initiée il y a vingt ans, son caractère particulier. Dans un établissement comme l’ENS de Lyon, elle croise opportunément les possibilités ouvertes par les programmes de recherche existants, susceptibles d’en stimuler le potentiel : études prosopographiques, analyse de discours par l’outil textométrique, cartographie de parcours de déportés, création de bases de données… Enfin, la présence à l’ENS de l’Institut Français de l’Éducation (ex-Institut national de la recherche pédagogique) permet d’envisager la formation d’enseignants et de formateurs, la création de ressources pédagogiques et l’évaluation des activités mises en place.

44*

45Le projet de l’USC Shoah Foundation est à la fois un produit et un acteur de la révolution numérique. Celle-ci ne tient pas seulement à l’ampleur des données recueillies mais également, et surtout, à la conduite, depuis ses débuts, d’une réflexion constante sur leur valorisation, leur exploitation et leur diffusion. C’est sans doute ce qui fait sa force, en dépit des faiblesses mentionnées. Cette force se loge aussi dans le souci originel d’adaptabilité, d’interdisciplinarité et d’optimisation d’un patrimoine exceptionnel, afin que l’écho de ces voix se fasse durablement entendre.

46On demeure en droit de s’interroger sur le sens profond d’une collection aussi massive. Il faut d’abord rappeler que cette somme d’expériences, viendraient-elles à être doublées au cours des vingt prochaines années, ne fait ni l’histoire de la Shoah ni celle de tout autre crime de masse. Les membres de la fondation et le public qui consultent les témoignages ne doivent pas se tromper sur les contours à donner à ces ressources : les parcours des survivants ne sont pas, par définition, ceux des victimes qui ont été systématiquement assassinées. Des témoignages rappellent eux-mêmes cette différence essentielle entre victimes et survivants, à l’instar de celui d’Éliane Picard : « Il y a eu tellement de circonstances qui ont fait que véritablement, j’ai été protégée. J’ai toujours eu la porte de gauche qui était la bonne porte quand d’autres sont partis vers la porte de droite qui était la porte de la mort. » La survie ne disqualifie évidemment pas le témoin mais elle ne permet qu’une compréhension partielle des événements. Les survivants offrent une lecture en creux de la politique de destruction mais ils ne peuvent être considérés comme les porte-parole de celles et ceux qui ont brutalement disparu. La médiation, dans l’usage de ces sources orales, doit impérativement intégrer cette réalité.

  • 25 Chaque interview est associée à un code. Le référencement d’une vidéo par ce moyen produit un effet (...)
  • 26 « Respectable » s’entend ici dans le sens où l’acte de courage et de générosité que représente la t (...)

47Se pose aussi la question de l’identité d’une collection dont rien ne semble devoir limiter l’ouverture à de nouvelles catégories de victimes. Cette expansion non véritablement programmée et l’indexation des récits dans une arborescence existante, avec l’introduction, le cas échéant, de nouveaux mots-clés, conduisent à la fois à un processus de catégorisation et d’alignement des expériences, pour ne pas dire de nivellement : problématiques, ces choix questionnent, tant du point de vue historique que du point de vue philosophique. Il s’en dégage, indéniablement, une impression de subjectivité et de sérialité, entretenant d’ailleurs un lien ambigu avec l’événement historique ayant motivé le projet initial25. Parce qu’elle est contraignante, la masse commande en fait une réflexion redoublée et permanente sur la manière de conserver et de valoriser ces parcours, dans ce qu’ils ont d’unique et de respectable26 : de ce point de vue, la forme adoptée peut avoir des effets pervers, en donnant le sentiment de noyer les voix, des voix, dans une sorte de grand cimetière numérique. La perspective frappe davantage encore s’il est donné l’impression, fausse, que toutes les expériences se valent entre elles, au sein d’une même tragédie mais aussi d’une époque à l’autre.

48De fait, le chantier de l’USC Shoah Foundation reste ouvert. Le défi des nouveaux usages qu’il permet ne peut être complètement relevé qu’à condition d’intégrer pleinement cette réflexion sur la spécificité de ces sources orales. Le projet est empreint de pragmatisme et se caractérise par la liberté laissée au public dans l’utilisation d’un matériau complexe : continuer d’engager la réflexion sur l’identité de la collection et privilégier, à tous les niveaux, une médiation exigeante, constituent les indispensables défis à venir de cette vidéothèque unique. Ils comportent des risques mais, aussi, bien des promesses.

Top of page

Notes

1 Annette Wieviorka, L’Ère du témoin, Paris : Plon, 1998.

2 Ceux dont on entend les voix dans la collection de l’USC Shoah Foundation sont en grande majorité des rescapés de la Shoah. Nous verrons que la collection s’est ouverte à d’autres génocides et crimes de masse. C’est toutefois surtout sur la base des témoignages des victimes de la Shoah que j’ai souhaité construire mon analyse.

3 La fondation est, depuis cette date, un département de l’University of Southern California.

4 On dénombre aujourd’hui 39 langues pour 61 pays différents. 7 123 témoignages évoquent la France, 1 858 sont en langue française et 1 649 ont été filmés en France.

5 A. Wiewiorka, 1998, p. 146.

6 Il est à noter que cette définition du survivant est la même que celle de l’United States Holocaust Memorial Museum (Washington), qui a ouvert ses portes en 1993, et dont l’un des principaux artisans fut Michael Berenbaum, futur président de la fondation.

7 En 2015, les 51 537 témoignages accessibles se répartissent comme suit : rescapés juifs : 48 997 ; sauveteurs, Justes, etc. : 1 133 ; Sinté, Roms, Tsiganes : 407 ; libérateurs des camps : 363 ; prisonniers politiques : 261 ; survivants témoins de Jéhovah : 83 ; participants aux grands procès d'après-guerre : 62 ; survivants de la politique eugéniste du IIIe Reich : 13 ; travailleurs forcés non juifs : 11 ; survivants homosexuels : 6 ; expériences diverses (Seconde Guerre mondiale) : 32 ; survivants Tutsi : 57 ; sauveteurs (génocide des Tutsi, avril-juillet 1994) : 7 ; survivants des massacres de Nanjing (Chine, 1937-1938) : 12 ; Arméniens (victimes, témoins) : 60.

8 Cité par A. Wieviorka, 1998, p. 151.

9 Ibid.

10 On peut citer à titre d’exemples le Mémorial de la Shoah (Paris) et le Mémorial des Milles (Aix-en-Provence).

11 Soixante d’entre eux sont librement consultables depuis le 24 avril 2015.

12 L’USC Shoah Foundation se présente comme « The Institute for Visual History and Education ».

13 Le document contient quarante pages.

14 On peut en effet regretter que cette information ne figure pas parmi les informations rassemblées par les équipes d’intervieweurs.

15 On peut définir la résilience comme la capacité à dépasser un état post-traumatique et à se reconstruire.

16 A. Wieviorka, 1998, p. 160.

17 Christopher R. Browning, À l’intérieur d’un camp de travail nazi. Récits de survivants : mémoire et histoire, Paris : Les Belles Lettres, 2010, p. 26-27.

18 Sonia Combe, Une vie contre une autre. Échange de victime et modalités de survie dans le camp de Buchenwald, Paris : Fayard, 2014, p. 95.

19 Libération, 12 janvier 1998, cité par A. Wieviorka, 1998, p. 150.

20 En plus des 62 000 termes d’indexation qui nourrissent l’arborescence, la base de données contient 1,3 million de noms et 628 000 images.

21 Voir infra.

22 En juillet 2012, il m’a été donné d’assister, à l’USC Shoah Foundation, à des ateliers rassemblant des professeurs du secondaire et du supérieur dans différentes disciplines : histoire, littérature, langues, etc. Usagers courants de ces témoignages, les participants témoignaient de leurs pratiques, présentaient des séquences pédagogiques ainsi que des réalisations d’élèves. Il va sans dire que les usages problématiques constatés aux États-Unis pourraient être tout à fait reproduits en France.

23 On pourrait citer à cet égard les IWalk développés par la fondation, ces applications destinées à être consultées sur des lieux de mémoire et donnant accès à des témoignages et des documents relatifs à des faits s’étant déroulés en ces lieux.

24 On notera que la centaine d’interviews de rescapés de la Shoah réalisée par l’INA, au début des années 2000, a fait l’objet de transcriptions intégrales. Si ce travail colossal permet de partir à la recherche de termes précis, il n’autorise pas la recherche par mots-clés ou par thèmes, ce qui réduit considérablement les possibilités de requêtes.

25 Chaque interview est associée à un code. Le référencement d’une vidéo par ce moyen produit un effet troublant lorsqu’une série de chiffres apparaît à côté d’un nom : on peut difficilement ne pas songer au matricule tatoué sur le bras du déporté à l’arrivée au camp d’Auschwitz. D’autres solutions moins évocatrices auraient sans doute pu être envisagées. Il y a là, parmi d’autres, un aspect insuffisamment réfléchi par l’équipe initiale de la fondation.

26 « Respectable » s’entend ici dans le sens où l’acte de courage et de générosité que représente la transmission d’une histoire individuelle requiert un traitement adapté de la part de l’organisme à qui le témoin a accordé toute sa confiance.

Top of page

References

Bibliographical reference

Emmanuel Debono, « Le recueil et la valorisation des témoignages de survivants à l’âge du numérique », Études arméniennes contemporaines, 5 | 2015, 211-229.

Electronic reference

Emmanuel Debono, « Le recueil et la valorisation des témoignages de survivants à l’âge du numérique », Études arméniennes contemporaines [Online], 5 | 2015, Online since 15 July 2015, connection on 21 October 2020. URL : http://journals.openedition.org/eac/845 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eac.845

Top of page

About the author

Emmanuel Debono

Historien, chargé d’étude à l’Institut français de l’Éducation (IFE) et au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA)

Top of page

Copyright

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Top of page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search