Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46-2Introduction

Introduction

Christian Thibon
p. 9-10
Traduction(s) :
Introduction [en]

Texte intégral

1Le présent volume des Cahiers de l’Afrique de l’Est fait suite à la précédente livraison, le numéro 46-1, qui portait également sur les enfants vulnérables ; il regroupe certains des travaux présentés lors des séminaires tenus à Pau en 2010 puis à Nairobi en 2011 dans le cadre du programme de recherche de l’Agence Nationale de la Recherche sur « les enfants victimes, précaires et la jeunesse violente en Afrique de l’Est » dont les travaux et conclusions finales, présentées au colloque de Kampala en novembre 2012, feront l’objet de publications ultérieures.

2Les contributions réunies participent à un débat basique mais nécessaire sur les définitions de « l’enfant vulnérable » et de la « jeunesse ». Si pour « l’enfant vulnérable », le chemin est déjà bien balisé au travers de définitions et de normes internationales que chaque pays adopte et singularise, il en est autrement pour la question de la jeunesse dont les définitions flottantes, d’adolescent à jeune adulte, sont révélatrices de changements vécus et perçus, avec des écarts importants selon les pays et sociétés étudiés.

  • 1 Voir à ce sujet concernant la même région, les deux articles de E. Nyambedha, « Pratices of Relate (...)

3Les communications d’Émilie Matignon et Gaspard Gaparayi font donc le point sur les avancées, au Burundi et au Rwanda, dans la reconnaissance des droits des enfants, dans l’application des recommandations internationales du Comité des Droits de l’Enfant (CDE), dans la mise en chantier des politiques publiques et dans la mobilisation des diverses instances politico-administratives, des acteurs sociaux tant nationaux qu’internationaux, engagés dans cette voie. Elles soulèvent, bien à propos, les questions de la vulnérabilité-précarité des enfants mais aussi des capacités et des moyens des États comme des sociétés civiles à maîtriser, à gérer des problèmes hérités d’une histoire immédiate dramatique extrême mais qui sont également, comme le souligne fort justement Gaspard Gaparayi, des défis sociodémographiques du présent et du futur ; ces derniers pèsent et pèseront considérablement sur le devenir des deux pays. Cette problématique des défis, abordée à l’échelle générale et au travers d’inventaires nationaux par les trois communications portant sur le Burundi et le Rwanda, est également l’objet de l’étude de Mildred Ndeda, tant la situation des orphelins, au Kenya dans la Nyanza Province, relève de dimensions démographiques toutes aussi catastrophiques que celles observées au Rwanda et au Burundi au lendemain des génocides. Mais cette fois-ci, l’approche de la question retenue par Mildred Ndeda est différente ; une socio-anthropologie et une observation participante déplacent l’analyse des capacités générales des États comme des sociétés aux capacités locales, des communautés, des ménages et de la parenté. Ce regard critique du bas, qui suit des trajectoires individuelles, dévoile une réalité complexe et alimente un débat bien avancé sur les ressorts ou non des sociétés locales, des ménages et des individus confrontés à de tels défis1.

4Les trois dernières communications portent sur la jeunesse au Burundi. La mise en perspective historique, culturelle et socio-anthropologique des changements observés dévoile toute l’acuité du problème de la jeunesse, un problème bien plus structurel que conjoncturel, peut-être générationnel, qui additionne les défis universels de la montée de la jeunesse, et de l’adolescence en particulier, à un défi spécifique, le rallongement de la « jeunesse » en raison du retard au mariage, d’où l’apparition d’un groupe d’âge, les « jeunes adultes ». Comment la société et les jeunes gèrent-ils cette révolution qui n’est pas silencieuse ; quelles stratégies, quels comportements, quelle résilience observe-t-on ? À ces questions, les trois communications apportent des réponses nuancées, de la manipulation-instrumentalisation des jeunes adultes par les politiques à des stratégies innovantes de survie, de la confrontation en rupture avec la tradition au recours aux valeurs « traditionnelles » familiales. En cela, le cas burundais n’est donc pas aussi éloigné des autres situations nationales voisines. L’ensemble des communications soulève une interrogation sur les politiques publiques à mener, et bien difficile à trancher en des termes de priorité ou de choix, en direction des enfants et/ou des jeunes.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet concernant la même région, les deux articles de E. Nyambedha, « Pratices of Relatedness and the Reinvention of Duol as a Network of Care for Orphans and Widows », Africa 77, 2007 et d’E. Cooper, « Sitting and Standing: how Families are Fixing Trust in Uncertain Times », Africa 82, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Thibon, « Introduction »Les Cahiers d’Afrique de l’Est / The East African Review, 46-2 | 2013, 9-10.

Référence électronique

Christian Thibon, « Introduction »Les Cahiers d’Afrique de l’Est / The East African Review [En ligne], 46-2 | 2013, mis en ligne le 07 mai 2019, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/eastafrica/413

Haut de page

Auteur

Christian Thibon

Directeur de l’IFRA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Les Cahiers d’Afrique de l’Est / The East African Review

Haut de page
  • Logo IFRA - Institut Français de Recherche en Afrique
  • Logo IFRE - Instituts français de recherche à l'étranger
  • Logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search