Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61Comptes rendusChantal Delourme, Et une phrase… ...

Comptes rendus

Chantal Delourme, Et une phrase… Virginia Woolf, écrire dans l’entre-deux-guerres

Paris : ENS Éditions, 2021, 406 p.
Olivier Hercend
Référence(s) :

Chantal Delourme, Et une phrase… Virginia Woolf, écrire dans l’entre-deux-guerres, Paris : ENS Éditions, 2021, 406 p.

Texte intégral

1On ne s’interroge sans doute pas assez sur l’extrême formalisation des recherches littéraires telles que nous les connaissons aujourd’hui. Derrière la diversification des formats, l’ouverture aux expériences multi- et transmédiatiques, les volontés de vulgarisation et de sortie du domaine académique — autant de louables entreprises — le domaine des études modernistes, comme tant d’autres, vit d’articles et de livres à thèse, qui apportent le plus souvent un ajout spécifique à un édifice pré-formé, et se rangent sous la bannière d’une école ou d’une autre. Il est d’autant plus important de saluer la singularité assumée de l’ouvrage de Chantal Delourme, Et une phrase… Virginia Woolf, écrire dans l’entre-deux-guerres.

2En effet, la réussite de ce livre, dès ses premières pages, est d’imposer une voix originale, qui vient résonner avec l’univers woolfien comme aucune autre. Cette parole critique surprend, saute d’un texte à l’autre, dessinant un parcours que l’on se plaît à suivre, malgré la complexité du style et la densité des références théoriques. En effet, c’est de philosophie, de psychanalyse et de théorie littéraire que se nourrit d’abord la réflexion. Mais ici encore, plutôt que de se borner à telle ou telle théorie, à une articulation ou à une synthèse de pensées, Chantal Delourme fait siennes les références. Elle construit un style plutôt qu’un cadre. Cela donne lieu à des imprécisions, voire parfois à des simplifications, comme lorsque la notion lacanienne de « régime de sens » et celle d’effet de « différance », empruntée à Derrida, sont mises en équation directe sans autre forme d’articulation (p. 57). Mais le chœur de voix ainsi convoqué met indéniablement en valeur la pensée de l’autrice.

3Le livre ne propose ni d’annonce de thèse, ni d’exposition d’un ordre d’ensemble, ni de conclusion synthétique. De fait, il ne se construit pas autour d’un concept ni d’une synthèse critique, mais d’un plan, au sens deleuzien du terme, avec ses territoires, ses raccords rhizomatiques et ses lignes de fuite. Ce plan est celui de la « phrase ». Nulle question pourtant de pure stylistique ou de syntaxe : comme l’explique l’autrice, il faut comprendre par là « une articulation du dire, un régime du dire » qui dessine les questions de genre (générique et genré), d’historiographie et de littérature, hors des catégories formelles ou phénoménales (pp. 309-310). Les différentes réflexions, notamment sur la valence différentielle des mots anglais « phrase » et « sentence », puis sur le rapport entre phrase et scène, phrase et trait d’esprit et bien d’autres, constituent les points de capiton d’une pensée par ailleurs très fluide et qui prend de nombreuses formes.

4Mais la valeur d’une pensée littéraire se mesure à ce qu’elle parvient à faire ressortir des textes. À ce titre, on notera un certain nombre d’analyses révélatrices, sur des parties de l’œuvre de Woolf moins étudiées (quoiqu’il semble aujourd’hui plus exact de dire qu’elles ont été étudiées plus récemment). Ainsi du travail sur l’essai de Woolf « On Being Ill », qui tire sur le parallèle Nietzschéen et le renversement santé/maladie pour établir des formes de « ill reading », ce qui mène à une pensée plus large de la lecture comme ouverture à l’insoupçonné. Aussi marquante est la réflexion sur la question du nom et de la lettre — missive et graphe — dans Jacob’s Room. Une analyse contrastée des formes de transmission dans The Years, qui met en regard les différentes dynamiques intergénérationnelles dans le dernier chapitre du livre, notamment via la relation réelle-épistolaire de Sara et de North, retient également l’attention, tout comme une série de remarques sur l’économie psychique et sociale de l’humour dans Orlando, soulignant la confrontation d’ordres et de valeurs que permettent les formes stylistiques du jeu de mot, du pastiche, etc. Enfin, la mise en relief du « vent léger de rire » qui traverse Between the Acts, selon différentes modalités qui s’entrecroisent, est un rappel salutaire, face aux interprétations parfois trop apocalyptiques et mélancoliques du livre. Ces analyses constituent autant de passages riches d’enseignements, qui dessinent des parcours de lecture fructueux dans l’œuvre woolfienne.

5Un livre original donc, où le dialogue avec l’écriture de Woolf prend des formes diverses et inspirantes. Malheureusement, il est difficile d’en dire autant du dialogue avec les études woolfiennes, et c’est sans doute là que réside la faiblesse majeure de l’ouvrage. Un coup d’œil à la bibliographie suffit pour remarquer la très marginale présence de réflexions sur Woolf et sur le modernisme. Dans le corps du texte, cette absence se trouve renforcée par un rejet presque unilatéral : quand des critiques sont cités, c’est très majoritairement pour les contredire, de façon parfois bien rapide. Catherine Lanone est subsumée sous un « on a souvent dit » (p. 106), Christine Froula et Jessica Bermann renvoyée dos à dos car elles « ne prennent pas en compte les différentes modalités disruptrices de l’essai » (p. 160), et la remarque de Joseph Hillis Miller sur l’adhérence de Between the Acts aux traditions réalistes et romanesques anglaises est contrée d’avance par l’affirmation de l’autrice selon laquelle il s’agirait d’« un texte que, dès la lecture de la première page, on ne saurait qualifier de roman » (p. 203). Rappelons que la première page introduit le salon de Pointz Hall, Mrs Haines et Mr Oliver, d’une façon tout à fait traditionnelle.

6Ces rejets trop secs, tout comme l’absence d’autres sources fondamentales, limitent la portée de l’ouvrage. Pour revenir à Catherine Lanone, Et Une Phrase propose des réflexions sur le bruit et le parasitage dans Between the Acts qui auraient eu besoin de se confronter à celles proposées dans « Le grain de bruit : l’impureté chez Virginia Woolf ». De la même façon, la pensée sur les titres des œuvres aurait beaucoup gagné à s’articuler avec celle de Judith Allen dans Virginia Woolf and the Politics of Language. Au niveau de son positionnement philosophique, le livre révoque bien vite toute approche phénoménologique, alors que les notions de « résonances corporelles que le sens des mots éveille » (p. 317) ou d’« être au milieu des choses » (p. 328) trouvent visiblement écho dans la phénoménologie de Husserl et de Merleau-Ponty — on renverra ici aux récents travaux de Pauline Macadré et de Xavier Le Brun notamment. Enfin, les limites des sous-parties sur A Room of One’s Own et Three Guineas apparaissent clairement lorsqu’on les met en regard avec La Force du Féminin de Frédéric Regard — qui n’apparaît pas dans la bibliographie. On retrouve dans Et une phrase… des conceptualisations qui peinent à se démarquer de celles sur l’« inassignable » dans Three Guineas. La réflexion sur l’androgyne, constamment et trop facilement renvoyé au « mythe platonicien » ou à une détermination phrastique, et l’analyse de la scène du taxi comme une simple « cristallisation éphémère de flux », dissociée de tout « embryon d’intrigue entre les deux personnages » (p. 77), illustrent en outre une certaine réticence à traiter la question sexuelle dans sa réalité socio-historique et narrative. L’ouvrage est à son meilleur quand il parvient à rapporter le plan de la phrase à diverses déterminations, y compris celle de l’intrigue et de la matérialité (ici la valeur du taxi en tant que « X »). Il échoue à cet endroit, d’une façon d’autant plus dommageable que les analyses de Regard lui offraient un point de départ solide.

7Et Une Phrase… propose donc une lecture originale de l’œuvre woolfienne, faisant la part belle à des analyses de texte approfondies et pertinentes. On lui reprochera néanmoins de venir se heurter au travail académique des vingt dernières années plutôt que de véritablement y apporter sa pierre. Cette juxtaposition sans dialogue est à déplorer, justement parce qu’une vision de biais, personnelle et stylistiquement hétérogène, a le potentiel pour ouvrir le champ très balisé des études woolfiennes à une altérité bienvenue. Il est à espérer que certaines lectures du présent ouvrage parviennent à mettre en œuvre un tel rapprochement, le fassent dialoguer avec d’autres travaux et rendre toute sa sève, car il en contient à n’en point douter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Hercend, « Chantal Delourme, Et une phrase… Virginia Woolf, écrire dans l’entre-deux-guerres »Études britanniques contemporaines [En ligne], 61 | 2021, mis en ligne le 24 octobre 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ebc/11597 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebc.11597

Haut de page

Auteur

Olivier Hercend

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search