Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Comptes rendusCatherine Bernard commente Mrs Da...

Comptes rendus

Catherine Bernard commente Mrs Dalloway de Virginia Woolf

Christine Reynier
Référence(s) :

Catherine Bernard commente Mrs Dalloway de Virginia Woolf. Paris : Gallimard, collection « Foliothèque », 2006, 239 pages. ISBN: 2-07-030093-5.

Texte intégral

  • 1 Virginia Woolf, Mrs Dalloway, trad. Marie-Claire Pasquier, Paris: Gallimard, collection « Folio », (...)
  • 2 « The Russian Point of View » in Virginia Woolf, Essays IV, ed. Andrew McNeillie, London : Hogarth, (...)

1La collection « Foliothèque » s’adresse à un public francophone et a pour objectif de lui faire découvrir une œuvre d’un auteur étranger. C’est donc à partir de la traduction de Marie-Claire Pasquier1 que Catherine Bernard a dû travailler. Pour le lecteur habitué à lire Mrs Dalloway dans la version originale, être confronté au texte traduit, c’est être, malgré la grande qualité de la traduction, face à un texte peu familier et ‘stripped of its style’,2 comme l’écrit Woolf à propos de Tchékhov traduit en anglais. Et tout l’art de l’auteur de cet ouvrage consiste à se ré-approprier ce texte ‘étranger’ pour mieux le faire apprécier à son lecteur.

2Dans cette étude approfondie de Mrs Dalloway, Catherine Bernard a su trouver un équilibre entre l’essai destiné à un public ne connaissant guère Woolf et un public de spécialistes. Si elle prend soin, dans ce commentaire qui se présente comme une introduction à l’écriture de Woolf, de replacer l’auteur et son œuvre dans un contexte historique et littéraire, rapprochant d’un bout à l’autre de son étude, Woolf de James ou de T. S. Eliot, de D. H. Lawrence ou de Joyce, et l’opposant aux Édouardiens, elle offre par ailleurs une synthèse remarquable de la critique récente consacrée à ce roman. Elle choisit ainsi d’apporter un éclairage particulier sur ce texte, inscrivant tout d’abord Woolf et Mrs Dalloway dans la continuité d’une tradition littéraire plutôt qu’uniquement dans la rupture, contrairement à ce que Woolf revendique dans ses essais les plus célèbres, « Modern Fiction » ou « Mr Bennett and Mrs Brown », et nombre de critiques après elle. Elle rappelle que si Woolf est l’héritière de Jane Austen et de George Eliot, son personnage, Clarissa Dalloway, est également hantée par la Clarissa de Samuel Richardson. Elle montre également comment Woolf, en particulier dans la représentation de la relation amoureuse qui lie Peter Walsh et Clarissa Dalloway, retravaille « la langue désormais évidée de la passion romantique » (82).

3Ancrée dans une tradition littéraire, l’écriture de Woolf est également fortement ancrée dans un contexte socio-historique. Ne souscrivant pas à la lecture longtemps infligée à l’auteur qui présentait ses personnages comme des consciences solipsistes, protégées du monde extérieur, Catherine Bernard analyse en détail la façon dont Woolf renouvelle dans Mrs Dalloway le roman politique et social : « Son attention aiguë à la forme ne doit pas faire sous-estimer son intérêt pour le matériau historique et social » (35), écrit-elle. Loin d’être perçu comme une pure expérimentation formelle, le texte est analysé comme une réflexion sur l’Empire, le nationalisme ou la foi religieuse. Dans ce cadre, le personnage de « Clarissa Dalloway doit se concevoir comme une figure de la résistance aux dispositifs d’identification répressifs imposés par l’idéologie » (79) et le texte comme un plaidoyer « contre une féminité sans conscience » (84), précurseur des grands essais féministes que seront « Professions for Women » et Three Guineas. Catherine Bernard en vient ainsi à s’intéresser non seulement aux voix des divers personnages mais aussi à la voix qui troue le texte de parenthèses et fait entendre le murmure sourd des laissés pour compte de la société anglaise, signe de tensions violentes et de malaise social. Dans cette lecture du roman comme critique de la doxa, la poétique de la sensation, la nature contradictoire des instants de vie woolfiens, si bien analysés par Bernard Brugière dans sa préface à la traduction française de Mrs Dalloway, la poétique de l’indécision et de l’indirection, apparaissent comme autant de manières de dénoncer l’esprit de système.

4Choisissant, dans le sillage de la critique anglo-saxonne contemporaine, de souligner la portée politique davantage que la poésie du texte, la beauté du style, du rythme et des images, Catherine Bernard nous fait relire ce roman dans une optique précise et extrêmement cohérente, réaffirmant sans cesse son souci de ne pas figer ce texte retors, à la surface lisse trompeuse, et y réussissant pleinement.

5Elle apporte en outre nombre de précisions dans des encadrés qui renvoient au journal, aux essais ou encore aux manuscrits de l’auteur, et qui, tout en fragmentant la lecture, l’enrichissent. Le dossier qui clôt l’analyse, présente une sélection d’entrées du « Journal d’un écrivain » consacrées à Mrs Dalloway, des extraits d’essais de Woolf dans leur version française et des extraits de quelques ouvrages critiques français ou traduits en français, portant sur ce roman ; le tout assorti d’une bonne bibliographie sélective. Ce dossier sera sans conteste fort utile à tout étudiant abordant l’œuvre en français. Quant au commentaire, écrit dans une langue souple, riche et dépourvue de jargon, il fera le régal de tout lecteur passionné de l’œuvre de Virginia Woolf.

Haut de page

Notes

1 Virginia Woolf, Mrs Dalloway, trad. Marie-Claire Pasquier, Paris: Gallimard, collection « Folio », 1994.

2 « The Russian Point of View » in Virginia Woolf, Essays IV, ed. Andrew McNeillie, London : Hogarth, 1994, 182.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Reynier, « Catherine Bernard commente Mrs Dalloway de Virginia Woolf »Études britanniques contemporaines [En ligne], 31 | 2006, mis en ligne le 20 juin 2022, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/ebc/12375 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebc.12375

Haut de page

Auteur

Christine Reynier

Université Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search