Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65ReviewsÉlise Brault-Dreux (dir.), L’Air ...

Reviews

Élise Brault-Dreux (dir.), L’Air du temps de 1922. Royaume-Uni et États-Unis au rythme d’une année

Paris : Sorbonne Université Presse, 2022, 405 p.
Anasthasia Castelbou
Référence(s) :

Élise Brault-Dreux (dir.), L’Air du temps de 1922. Royaume-Uni et États-Unis au rythme d’une année. Paris : Sorbonne Université Presse, 2022, 405 p., ISBN : 979-10-231-0729-6

Texte intégral

1L’Air du temps de 1922. Royaume-Uni et États-Unis au rythme d’une année, publié en 2022 chez Sorbonne Université Presse est dirigé par Élise Brault-Dreux. Cet ouvrage est divisé en douze chapitres contenus dans six parties, et le titre de la première nous donne une idée de la nature hors-norme, versatile et plurielle de l’année 1922 : « Les débordements ». Le nombre de médiums artistiques étudiés est considérable : littérature, théâtre, dessin, photographie, radio, poésie et peinture. Les auteurs décrivent une année où les gestes et les processus associés à ces médiums sont en pleine mutation, interrogeant par conséquent l’avant et l’après-1922, et étirant cette date au-delà des limites que l’ouvrage dirigé par Élise Brault-Dreux annonce. Les chapitres attestent la difficulté de faire de 1922, année du « fragment », du « désordre » (12), des « failles et tentatives » (15), comme Élise Brault-Dreux l’annonce dans l’introduction, un marqueur stable dans l’histoire culturelle du xxe siècle. Amélie Ducroux, dans « Année mythique ? T. S. Eliot en 1922 », définit justement cette année comme un mythe. 1922 traduit en effet de la même manière la nature décisive et le caractère illusoire de toute velléité de cristalliser un moment de la création ou de la rupture. Malgré tout, The Waste Land de T. S. Eliot, ainsi que Ulysses de James Joyce, sont les fils rouges que les auteurs déroulent afin de guider et d’ancrer le lecteur dans les méandres de cette année.

2Ce travail s’inscrit dans la lignée des New Modernist Studies, qui veulent réévaluer depuis quelques années les artistes et pratiques associés au modernisme. L’enjeu de cet ouvrage est de donner un sens au choix de 1922, année qui semble échapper, comme les imaginations qui l’ont habité, à toutes les bornes qu’on voudrait leur imposer pour pouvoir la saisir. Les auteurs commentent les œuvres et les artistes de cette année en insistant sur ce qui l’a précédé et ce qui l’a suivi. C’est finalement ce que dit le titre du chapitre de Cornelius Crowley, « 1922 dans un temps plus long ». Cette évidence prend toutefois tout son sens dans le contexte du modernisme qui se caractérise par des expérimentations esthétiques et formelles, certes, mais ancrées dans une certaine tradition dans laquelle les écrivains, peintres, poètes, dessinateurs et photographes puisent pour les mener à bien. L’année 1922 ne s’envisage qu’à la croisée des temps. Marquée par le « vieux monde » (145) des conventions et des traditions artistiques, évoqué dans son sens géographique par Élise Brault-Dreux dans son chapitre, cette année fait peser certaines contraintes sur des artistes qui ont tout autant voulu en tirer profit que les remettre en question. L’hybridité qui résulte de ce double mouvement se reflète par exemple au sein des compositions de Ralph Vaughan Williams dans lesquelles Gilles Couderc voit les influences classiques qui les fondent ainsi que les ruptures qui en font des œuvres modernes. La volonté de s’émanciper des contraintes esthétiques et formelles de ce « vieux monde » artistique est aussi forte chez Virginia Woolf ou chez un Ernest Hemingway qui en a fait un combat personnel, « [son] front à [lui] » (348). L’expression utilisée par Hemingway fait référence à un événement dont les auteurs présents dans l’ouvrage font régulièrement mention : la Grande Guerre.

3Les marques que la guerre a laissées sur les productions artistiques de 1922 sont remarquables, bien que plusieurs des auteurs de l’ouvrage nous mettent en garde quant au danger d’envisager cette année au seul prisme de cet événement. Au sein du chapitre d’Anne-Pascale Bruneau-Rumsey, les scènes de guerre du peintre Paul Nash représentent par exemple tout autant un temps bien défini et révolu qu’un « nouveau chemin » (309) esthétique et formel. La sombre période historique qui inspire ses œuvres se voit finalement être le point de départ de recherches esthétiques qui outrepassent cette temporalité. On peut voir dans nombre des chapitres de l’ouvrage que les artistes et les œuvres qui ont traversé et marqué 1922 sont à la fois des caisses de résonance aux problématiques de leur temps, ainsi que des œuvres totales qui ont su dépasser leur époque en définissant de nouvelles manières de créer et de penser. Idiosyncrasie et « moi » social dialoguent plus que jamais. Le chapitre de Josiane Paccaud-Huguet sur Joseph Conrad insiste par exemple sur le lien de l’auteur avec la vie institutionnelle et politique de son temps. La « révolution hardboiled » (185) analysée par Benoît Tadié peut également être vue comme un pur produit de l’après-guerre, « né sur les ruines fumantes de l’idéalisme et du progressisme » (189) du début du siècle aux États-Unis. Dans cette perspective, le travail du dessinateur de presse David Low, présenté par Philippe Vervaecke dans la dernière partie de l’ouvrage, mérite d’être scruté. Avec sa série « Zoo », le dessinateur fait un bilan drôle et contrasté, bien que souvent partisan, de cette année politiquement et intellectuellement complexe. L’intérêt de Low pour la diplomatie et la politique étrangère montre par ailleurs le double regard des artistes de 1922, porté à la fois sur le monde intérieur et sur le monde extérieur.

4Dans les arts visuels, ce regard se traduit notamment dans le portrait de Gertrude Stein analysé par Christine Savinel. De plus près, celui-ci se révèle être aussi un portrait de son auteur, comme pour Man Ray. Cet élan vers l’extérieur est aussi un élan vers l’autre, et en particulier vers les « gens ordinaires » (Vervaecke). Cet average man sur lequel des écrivains comme D. H. Lawrence ou E. M. Forster ont débattu au tournant du siècle est celui que représente Low, mais également celui dont l’expérience aimerait être traduite par le vers libre de 1922 analysé par Lacy Rumsey. Celui-ci laisse enfin place à la décision du lecteur (263). L’année 1922 est en réalité non pas seulement celle d’un élan vers l’extérieur mais plutôt vers d’autres intériorités. Les écrivains de 1922 visent avant tout la puissance universelle et singularisante de l’émotion mise en avant par Catherine Bernard dans son analyse de Jacob’s Room de Virginia Woolf. Pour cela, certains artistes franchissent les frontières culturelles, géographiques et linguistiques. Les influences extérieures et les voyages de certains des auteurs mentionnés dans l’ouvrage le révèlent au lecteur. Élise Brault-Dreux étudie notamment ceux de D. H. Lawrence, qui tente d’échapper à un ennui existentiel mais fertile, aux États-Unis et en Australie, tandis que Carle Bonafous-Murat souligne la difficulté de faire communiquer plusieurs cultures et plusieurs langues, et plus particulièrement allemand et anglais dans le cas de la traduction du Tractacus Logico-Philosophicus de Ludwig Wittgenstein. On pense également à Lawrence d’Arabie et son expérience traumatisante et révélatrice au-delà des frontières, vue par Frédéric Regard, ainsi qu’à Joseph Conrad et son ouverture à l’Orient qui est aussi une « ouverture à la simple humanité de l’autre » (128). Parfois, cet extérieur prend des formes plus littérales et concrètes. L’extérieur figuré par la nature et ses oiseaux sont ainsi évoqués par Marc Porée. Ce dernier opère dans son chapitre une certaine éco-critique de la nouvelle de Katherine Mansfield « The Canary » qui fait écho au travail de Marielle Macé dans Une pluie d’oiseaux (2022).

51922 se présente donc comme l’année de la polyphonie. Des voix du passé et du présent, internes et externes, humaines et animales, mais aussi celle des voix populaires et des highbrow de la société du début du siècle, souvent incarnés par le Bloomsbury Group. La négociation conflictuelle des Provincetown Players entre le théâtre d’expérimentation et celui pratiqué à Broadway étudiée par Émeline Jouve, l’apport des magazines pulp au modernisme qu’évoque Benoît Tadié, celui des folksongs aux compositions de Ralph Vaughan Williams, ainsi que la « politique inclusive » (175) pratiquée par la BBC à ses débuts décrite par Claire Davison, indiquent tous un certain élan démocratique. Celui-ci se traduit remarquablement dans les œuvres de 1922, que ce soit à travers l’idéal démocratique des pièces de Fitzgerald, commentées par Pascale Antolin, ou dans « l’homme de la démocratie américaine » (195) que la littérature hardboiled met en scène. On mesure alors le défi considérable que représente la captation du moment 1922. Claire Davison mentionne ainsi dans son chapitre sur les ondes radiophoniques de l’année 1922 ces « Scrapbook[s] of the Year » qui rendent si bien compte, dans le cas de 1922, de la nature « amorphe » et « brouillonne » (182), et ainsi si riche, de cette année où le paysage sonore du pays s’est considérablement transformé. 1922 est donc l’année qui « imagine » et enregistre « un autre en-commun », comme l’écrit Catherine Bernard (246).

6Tous les auteurs insistent sur la difficulté de contenir les artistes et les productions de 1922 sous la bannière du modernisme, dont la nature élusive est due aux interactions et autres échanges qui l’ont forgé, à ses ambivalences et aux productions hybrides rangées dans ce mouvement. L’hybridité des pièces de Fitzgerald ou celle, rythmique, des poèmes de Marianne Moore, montrent que le modernisme des artistes étudiés est celui de la combinaison, du brouillage et des réévaluations. L’année est cohérente dans sa résistance à toute définition. Ce que nous donne à voir finalement et très justement cet ouvrage est l’espace liminal dans lequel les artistes de cette période se tiennent. L’étiquette adhère aux artistes étudiés aussi vite qu’elle est retirée. Tous résistent, comme le modernisme lui-même, à la fixité qu’un -isme impose dans une période de conversation entre, dans et au-delà des arts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anasthasia Castelbou, « Élise Brault-Dreux (dir.), L’Air du temps de 1922. Royaume-Uni et États-Unis au rythme d’une année »Études britanniques contemporaines [En ligne], 65 | 2023, mis en ligne le 01 octobre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/ebc/14263 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebc.14263

Haut de page

Auteur

Anasthasia Castelbou

Université Toulouse Jean-Jaurès (CAS—EA 801)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search