Navigation – Plan du site

« Dave felt the future seething, the present boiling, the past churning. » Quelques cas de résurgence dans The Book of Dave : A Revelation of the Recent Past and the Distant Future, de Will Self

« Dave felt the future seething, the present boiling, the past churning ». Some cases of resurgence in Will Self’s The Book of Dave : A Revelation of the Recent Past and the Distant Future
Maylis Rospide
p. 77-88

Résumés

La résurgence implique un enfouissement préalable au surgissement. Elle semble être liée à la disparition et à l’occultation par une relation de causalité temporelle. Mais par-delà la tension entre la résurgence et l’enfouissement qu’elle suppose, un dialogue et un questionnement s’instaurent dans The Book of Dave : A Revelation of the Recent Past and the Distant Future. Mettant en scène l’acception première du terme, le roman présente un surgissement apocalyptique des eaux lié à une temporalité complexe. Mais ce texte janusien prouve également que la résurgence d’un texte ne peut opérer qu’à demi-mot, l’interprétation se faisant parcellaire dans un roman qui, pourtant, promet la révélation. En effet, le texte que Dave, le protagoniste, enfouit sera retrouvé dans l’avenir et interprété dans un monde dont les signifiés ont disparu laissant derrière eux de cryptiques signifiants. Cette résurgence du sens fait écho à celle de l’hypertextualité : la trace et le palimpseste deviennent des modalités de la résurgence qui bruit à la surface du texte à travers l’effacement.

Haut de page

Texte intégral

1En 2006, Will Self entreprit de marcher de Londres à New York en ne faisant aucune concession, si ce n’est celle de prendre l’avion. À l’occasion de la sortie de Psychogeography, un recueil qui s’ouvre sur le récit de ce périple, Will Self accorda une entrevue au Boston Globe qui s’orienta rapidement vers une analyse des rapports entre sexe et voyages en avion qui dérapa et permit à Self de s’exclamer « I haven’t got any extra genitalia » (Kennedy). Cette affirmation, bien que rassurante quant à la normalité anatomique de Will Self, ainsi que son projet fou de voyage, correspondent parfaitement à la persona flamboyante que l’auteur a créée. Cependant, The Book of Dave : A Revelation of the Recent Past and the Distant Future, publié en 2006, vint écorner cette réputation. Dans sa critique de The Book of Dave, M. John Harrisson concède du bout des lèvres que le livre fait preuve d’une certaine tendresse, un thème qui ferait figure d’hapax dans le corpus selfien à en croire le critique. Il semble pourtant que ce thème de la tendresse et de l’amour filial était déjà présent, par exemple, dans la nouvelle « The Five-Swing Walk », l’histoire d’un père divorcé face à ses enfants devenus étrangers, et que ce motif ne fait que revenir à la surface dans The Book of Dave.

2Car The Book of Dave est bien un roman de la résurgence, de l’enfouissement et du retour à la surface. En effet ce texte revient à la source de l’acception géologique du terme : dans le roman, les cours d’eau bouillent sous la surface pour réapparaître à l’air libre. Ce jaillissement est aussi celui du livre écrit par Dave au vingtième siècle et qui retrouvera la surface plusieurs centaines d’années après l’avènement du nouveau millénaire. Le texte de Self n’a de cesse d’enfouir pour mieux mettre au jour à tous les niveaux de l’œuvre. Mais le processus chronologique et logique que suppose la résurgence est problématisé dans le roman de Will Self, où l’enfouissement et la résurgence se confondent et où le retour à la surface reste parcellaire.

3Afin d’analyser les rapports complexes entre la résurgence et l’enfouissement dans The Book of Dave, nous nous concentrerons tout d’abord sur la fluidité et la temporalité de la résurgence, qui introduisent un questionnement de la chronologie normalement à l’œuvre dans ce phénomène, puis nous aborderons le problème de la résurgence du sens à travers le creux et l’erreur, levant ainsi le voile sur l’entreprise parcellaire de ce mouvement qui ne serait donc plus une affirmation du même, et nous finirons enfin par la dimension hypertextuelle de la résurgence dans laquelle le retour ne se fait jamais à l’identique.

4The Book of Dave est un récit bicéphale qui voit alterner certains chapitres dont l’action se déroule des années quatre-vingt au début du nouveau millénaire avec d’autres segments dont le décor est celui d’un monde post-apocalyptique au développement technologique moyenâgeux. Les chapitres quasi contemporains au lecteur mettent en scène Dave Rudman, un chauffeur de taxi frappé par une sévère dépression après son divorce et la perte de la garde de son fils et qui, en proie à des hallucinations, s’improvisera prophète et rédigera The Book, un livre où se mêlent The Knowledge (l’ensemble des trajets mémorisés par tout bon chauffeur de taxi londonien) et injonctions divines. Cet ouvrage est le substrat dans lequel se construisent les chapitres de l’avenir et qui servent de décor à la quête du jeune Carl errant à la recherche de son père, le livre de Dave ayant été promu au rang de livre sacré. L’apocalypse dont les effets rongent l’avenir, et qui est racontée dans deux dialectes, le Arpee et le Mokni, n’est pas celle d’un hiver nucléaire comme dans The Road de Cormac McCarthy, mais un surgissement des eaux dans la lignée de The Drowned World de J.G. Ballard.

5Dave, le personnage principal des chapitres situés dans une période quasi contemporaine du lecteur, est intimement conscient de la vraie nature du sous-sol londonien. Lors d’une sortie récréative à la piscine à vagues, il devient le réceptacle involontaire d’une révélation : « The agitated water was cupped in a stony outcrop of the two-thousand-year-old city : London, a porous slab of rock through which a million rivulets percolated – sewers, conduits, entombed rivers. High up in the brick escarpments and masonry pinnacles, basins, baths and toilets slopped. The fern-fringed plunge pools in health spas, the jacuzzis of the rich bubbling beside Millionaire’s Row, the reservoirs in the Lea Valley, the O-ring itself – a mighty orbital motorway of fluid coursing beneath the tarmac plain. With each automated s u rge Dave felt the future seething, the present boiling, the past churning » (Self 2006, 218). Pareille vision prophétique deviendra une réalité plusieurs siècles après cette scène car l’avenir de Londres réside dans cette résurgence qui engloutira une bonne partie de la ville, ne laissant derrière elle que quelques îlots déconnectés. Mais ce surgissement des eaux est toujours lié à une dimension temporelle (il suffit de reprendre la phrase qui clôt la vision de Dave « Dave felt the future seething, the present boiling, the past churning »). Ces courants souterrains qui traversent la ville de Londres en attendant de pouvoir refaire surface deviennent une modalité de ce que le narrateur des sections post-apocalyptiques nomme « the entire current of fluvial time » (Self 2006, 406).

6La vision prophétique de Dave se répète tout au long des chapitres contemporains, laissant entrevoir le sort réservé à Londres. Cette prophétie n’est pas une vraie prolepse, mais une allusion proleptique ; cependant, elle remplit le même rôle que les prolepses complétives décrites par Gérard Genette, qui ont pour fonction de « combler par avance une lacune ultérieure » (Genette 1972, 109). Ces prolepses « compensent de futures ellipses ou paralipses » (Genette 1972, 109), et c’est ce dont il s’agit dans The Book of Dave : la répétition de ces scènes comble le vide béant laissé par l’absence de description de l’apocalypse aqueuse. Le lecteur est confronté au résultat sans assister à ce terrible chamboulement climatique. Ces scènes qui complètent l’ellipse creusée par les siècles séparant les deux diégèses (celle de la partie « contemporaine » et celle des séquences dans l’avenir) se parent d’un caractère prophétique. Mais cette résurgence des eaux sur le mode proleptique, enfouie par l’ellipse, n’apparaît qu’au milieu du roman : le lecteur ayant déjà accepté la nouvelle situation géologique de Londres, les notions de surgissement et d’enfouissement s’en trouvent ainsi brouillées. La résurgence des eaux qui ne cesse de revenir à la surface du texte montre à quel point ce phénomène est lié à un modèle de fonctionnement de la temporalité du roman.

7La résurgence de ces éléments est parfois troublante, la source se confondant avec le point de surgissement lorsqu’un épisode de l’avenir émerge dans le roman bien avant que sa cause contemporaine ne soit présentée au lecteur (par exemple, le livre de Dave est enterré au chapitre 12 en l’an 2000 alors que le tout premier chapitre situé dans l’avenir fait déjà mention de la résurgence de ce dernier). Cette confusion temporelle générée par l’organisation du roman souligne le fait que bien souvent la résurgence entretient un rapport complexe avec l’enfouissement, et que la révélation promise par le retour à la surface est parfois incomplète ou trompeuse.

8Par le truchement de son titre, le roman de Will Self promet une révélation mais, dans The Book of Dave, le dévoilement qu’implique la résurgence est souvent un enfouissement ou un retour à la surface à demi-mot. En effet, dans ce texte, la résurgence se fait en creux. Ce livre qui est au cœur du récit et qui donne son nom au roman fait l’objet de toutes les attentions, mais il reste absent. Dave, un chauffeur de taxi divorcé, enterre lors d’une bouffée délirante le précieux manuscrit à l’intention de son fils Carl, dont il est séparé. Il s’agit d’un texte de lois, imprimé sur des plaques d’acier ; un recueil misogyne, raciste et agressif, d’injonctions divines concernant la vie familiale. Ce livre sera déterré dans un avenir moyenâgeux et traité comme le livre sacré de la loi. Mais le texte, que le titre du roman semble ériger en support, n’est que très rarement cité. L’accès au contenu du livre est parcellaire, et se fait en grande partie à travers la pratique (c’est-à-dire les lois de la vie quotidienne appliquées à la lettre par les habitants de l’île post-apocalyptique de Ham) mais surtout à la lumière du courant de pensée de Dave. En effet, les chapitres contemporains sont racontés par un narrateur extradiégétique et hétérodiégétique qui expose souvent la vie psychique de Dave sur le mode du « psycho-récit » pour emprunter la terminologie de Dorrit Cohn (25). Cependant, ces passages à la troisième personne sont souvent interrompus par des propos à la première personne et en italiques. Il s’agit des pensées sauvages et violentes de Dave décrites comme « the deepest, darkest, most atavistic stream of cabbie consciousness » (Self 2006, 161). Ce courant de pensée, même si le terme n’est pas exact, résume bien le phénomène de courant qui refait surface pour donner au lecteur un aperçu de ce qui peut se trouver dans le fameux livre de Dave. La résurgence de la vie psychique du protagoniste, qui va parfois jusqu’à interrompre le cours de la narration, est le seul lien que le lecteur ait avec le livre. Lors d’une discussion avec un client à propos du sort des femmes dans une société dominée par les Talibans, les pensées de Dave refont surface : « So far as I’m concerned the way they treat their women is the best thing going for those fuckers […] keep those bints in line, I say […] you take my ex, she’s only gone and slapped a fucking restraining order on me, now that’d never ’appen in Kabul, I’d have ’er trussed up in one of them black cloaky things before she could say CSA… “I couldn’t agree with you more. Very sad business.’” Coz they should go a bit bloody further take the kids offa them no kids, no bloody power over us… » (Self 2006, 30). Le monologue rapporté révèle toute l’ironie du discours direct, tandis que le faux accent Cockney de Dave (le Mockney) annonce le dialecte de l’avenir appelé le Mokni. De plus, l’organisation sociale et familiale qui fait surface dans cet extrait deviendra la loi du monde de Carl, les femmes étant condamnées à ne jamais s’exposer aux regards des hommes sans leur « cloakyfings ». Ces passages de monologue rapporté, ourlés de « cet idiolecte familier caractéristique que le langage intérieur syncope et charge de significations secrètes » (Cohn 119) sont les seuls moments où le livre refait surface, soumettant le texte de révélation à une résurgence en creux, toujours incomplète et parcellaire.

9Cette notion d’incomplétude souligne également à quel point les récits apocalyptiques mettent parfois en jeu le problème de l’interprétation. Dans A Canticle for Leibowitz de Walter M. Miller Jr, frère Francis Gerard de l’Utah, un jeune novice en retraite dans le désert trouve un mystérieux sanctuaire (qui s’avère être un abri anti-atomique) et y met au jour des documents qui deviendront les reliques de Saint Leibowitz, un ingénieur qui, après la dévastation de la terre par une guerre atomique, s’évertua à conserver les vestiges du savoir humain. Ainsi la mystérieuse et cryptique note « Pound pastrami […] can kraut, six bagels bring home for Emma » (Miller 33) deviendra une relique au sens insondable, recopiée maintes fois et enluminée. Cette résurgence du passé par l’intermédiaire du déterrement de la preuve archéologique est souvent erronée, et c’est bien là la force d’un roman comme The Book of Dave. Dans les chapitres dont Carl est le protagoniste, la vie et la nature sont interprétées à l’aune du livre de Dave censé contenir en son sein toutes les vérités du monde et tous les mots pour les désigner. Ainsi, la cosmologie de l’île de Ham se transforme en catalogue automobile inspiré par le taxi de Dave : « Vass ve édlite, she’d said, ven iss on fulbeem we C ve lites ahtside, yeah, ve streetlites uv Nú Lundun. An ven iss dipped, we C ve dashbawd, rì, mì lyttul luv? » (Self 2006, 22). Cette résurgence en filigrane du livre de Dave peut apparaître comme une erreur d’interprétation, cependant, le lecteur s’habitue rapidement à lire « screen » au lieu de « sky », la résurgence de ces termes occultant et enfouissant une partie de leur acception commune tout en gardant en point de mire le sens premier de ces mots. Will Self n’est pas le seul à se jouer des errements interprétatifs de civilisations confrontées à la preuve archéologique ou au signifiant coupé de son signifié. The Plato Papers de Peter Ackroyd est un ouvrage dans lequel, dans un avenir lointain, une civilisation désincarnée se propose de découvrir le sens des termes employés dans le passé et fixe dans son lexique archéologique le sens de l’expression « organ grinder » comme suit : « a kind of butcher. See “organism” » (Ackroyd 20), tandis que le terme words-worth donne naissance à une onomastique originale : « the patronymic of writers who had earned their high position. In a similar context we have Chatter-ton. Many Mouldwarp writers were compared to inorganic substances, such as Ore-well, Cole-ridge and Gold-smith. […] Unfortunately, no specimens of their work have survived » (Ackroyd 26-27). L’importance de ces efforts de définition tient en l’effet de double vision pour le lecteur qui garde en horizon de lecture le sens contemporain de ces termes pour y ajouter de nouvelles acceptions. Comme le fait remarquer Sandrine Sorlin au sujet de Riddley Walker et de l’effet anachronique de cette double vision, « [c]ertains signifiants appartenant au monde disparu se sont maintenus par quelque mystérieux instinct de survie. Ces survivances linguistiques ont trouvé de nouvelles voies d’exploitation chez les nouveaux hommes, car ils n’ont pas les moyens de les recontextualiser. Seul le lecteur connaissant cette ère révolue (puisqu’il en fait encore partie) peut percevoir l’histoire qui se lit sous ces mots » (Sorlin 2008, 32). Grâce à cette double vision chez Self, la résurgence devient un jeu de perspective et de surface dans lequel apparition et enfouissement se complètent.

10La résurgence du sens de ces traces archéologiques ainsi mises au jour est toujours parcellaire, erronée, ardue et incertaine. L’interprétation censée faire surgir la vérité du sens enfouit parfois l’acception d’un terme pour en faire surgir un autre. Le dévoilement s’avère donc voiler le sens (le couvrir et le déformer) mais la résurgence découvre alors sa nature profondément textuelle, qu’il s’agisse de la dimension interprétative ou de l’hypertextualité.

11La textualité de la résurgence dans The Book of Dave ne peut que renvoyer à toutes les traces d’autres œuvres qui reviennent à la surface du texte selfien. Mais une fois encore, la résurgence enterre souvent une partie de ces traces, le retour du même se faisant avec une différence. Tout au long de sa carrière littéraire, Will Self s’est efforcé de tisser des liens entre les différentes composantes de son œuvre, usant du retour de personnages, exploitant la même scène dans plusieurs textes pour esquisser l’ébauche d’un continuum selfien. Malgré une généricité marquée et affirmée qui détonne dans le corpus, The Book of Dave n’échappe pas à la règle. La résurgence la plus spectaculaire est celle des motos, des créatures mi-enfants, mi- cochons et que le lexique offert par The Book of Dave définit comme suit : « large, viviparous, omnivorous, mammalian creature native to Ham and found nowhere else. Used by the Hamsters as a source of meat and oil alone. The moto has the functional intelligence of a two-and-a-half-year-old human child » (Self 2006, 491). Dotées de la parole, ces créatures apportent tendresse et réconfort aux habitants de Ham et vivent en symbiose avec eux. Ces créatures ne font que refaire surface dans The Book of Dave car elles étaient déjà présentes sous une forme légèrement différente dans « Caring, Sharing », une nouvelle du recueil Tough, Tough Toys for Tough, Tough Boys. Dans cette nouvelle les « grands » (« grown-ups » dans le texte original) s’entourent de leurs « emotos », des créatures à leur image, mais à l’échelle supérieure. Ces créatures innocentes procurent réconfort et chaleur au « grand » auquel ils appartiennent dans une société où les humains ont une peur panique de tout rapport physique. Les emotos ont une intelligence réduite et ne peuvent ni boire ni fumer car leur organisme ne le tolère pas. Quand Travis et son emoto Brion ont rendez-vous avec Karin et son emoto Jane, la soirée se finit chastement. Cependant la clausule de la nouvelle révèle toute l’ironie de l’histoire quand, après avoir mis les grands au lit, Brion et Jane se livrent à une orgie qui se conclut sur l’image de Brion fumant une méta-Malboro et susurrant à l’oreille de Jane : « Just remember […] don’t say a word to the grown-ups » (Self 1999, 108). Cette chute ironique concernant les ardeurs charnelles des emotos laisse le lecteur de Will Self dans l’attente d’un tel renversement dans The Book of Dave. Mais cette ironie n’interviendra jamais dans la résurgence des emotos à travers les motos, et la tendresse qu’ils procurent et l’ingénuité dont ils font preuve ne seront pas désavouées par la clausule. Le retour à la surface de ces créatures se fait donc dans l’œuvre de Self avec des différences, la résurgence ne pouvant opérer à l’identique. Mais le corpus selfien ne se nourrit pas uniquement de lui-même.

12Empruntant les mots d’Auden, Will Self débute son introduction à How the Dead Live de Raymond Derek sur cette note : « Bad writers […] borrow. Good ones steal » (Self 2007a, vii). Il va sans dire que Self se range sans hésiter dans la deuxième catégorie puisqu’il poursuit : « I like to think I’m a good enough writer to thieve — and do so blatantly » (Self 2007a, vii). Nous avons passé sous silence jusqu’ici un hypotexte crucial, celui de Russell Hoban, Riddley Walker qui parcourt le texte selfien. Self a bien dérobé quelque chose, un personnage qui ne cesse d’affleurer à la surface du texte pour être mis au jour, et il s’agit du Riddleyspeak, ce langage d’un monde post-apocalyptique créé par Hoban. Le paratexte de Riddley Walker refait surface chez Will Self à travers l’utilisation d’une carte au début du roman et d’un lexique à la fin. Cette architecture textuelle fait écho à certaines microstructures, comme par exemple la transformation de noms de marques en noms communs, en une sorte d’antonomase : « Rizlas » désigne tout type de papier à cigarette chez Hoban tandis que « Evian » devient synonyme d’eau chez Self. L’entreprise colossale de Hoban de donner plus d’un sens aux mots refait parfois surface dans The Book of Dave par l’intermédiaire de jeux de mots tels que « Bin sleeping […]. Bin laden — laden wiv dreams » (Self 2006, 276). Cependant, il semble que le Mokni de Self tienne plus de la simple transcription de l’accent Cockney et Mockney que de la transformation grammaticale profonde que propose Hoban. Même s’il est évident qu’il serait nécessaire de consacrer une étude beaucoup plus longue et poussée à cette comparaison, une étude qui irait au-delà de la surface, nous aimerions citer deux passages pour les distinguer. Dans Riddley Walker l’asyndète, par la seule absence de connecteurs logiques ou de ponctuation, donne un nouvel équilibre à la phrase : « The man dint have no way of making a fire he dint have no flint and steal nor nothing » (Hoban 3). Cette technique, récurrente dans le Riddleyspeak, impose un nouveau rythme de lecture, demandant souvent une première approche globale, puis un réajustement. Dans The Book of Dave, le Mokni est plus un problème de transcription phonétique : « Ve Driver sez í ain’t rì fer ve kids 2B larkin abaht » (Self 2006, 18). Les règles de prononciation sont vites acquises : un accent aigu remplace un « t » (comme dans un coup de glotte), tandis qu’un accent grave indique un son diphtongué. En cela, l’entreprise selfienne se rapproche de celle de Martin Amis dans Yellow Dog, où l’auteur s’est essayé à la transcription du SMSspeak : « your remarx about your childhood struck a chord. i 2 never felt th@ i was « 1 of the “gang” ». some of us seem 2 have been singled out. We r, in some sense, ‘special’. & i no th@ if i ever find some1 2 spend the rest of my days with, then he would have 2 b ‘special’ 2 » (Amis 73). La richesse sémantique et la complexité du Riddleyspeak tendent à disparaître dans sa résurgence à travers le Mokni dans le roman de Self. Le processus de résurgence hypertextuelle serait donc bien un vol, mais le retour à la surface se fait toujours avec une différence.

13Cloud Atlas, de David Mitchell, est une succession de chapitres qui jouent avec la généricité, faisant ainsi appel au récit de voyage, au roman d’espionnage, à la science-fiction dystopique et bien entendu à la quête dans un monde détruit par l’arme nucléaire. Ces échos génériques sont autant de décrochages stylistiques qui sont mis en avant à travers des allusions plus précises à Aldous Huxley avec Brave New World ou à Russell Hoban. Il semble que cette notion de décrochage stylistique n’est pas présente chez Will Self, qui plonge le lecteur dans le Mokni dès le premier chapitre et lie diégèse contemporaine et diégèse post-apocalyptique en incluant des éléments de Mockney dans la première. La résurgence du texte de Russell Hoban se ferait donc à demi-mot. Mais cette résurgence de la trace hypertextuelle s’opère plutôt sur le mode du palimpseste pour emprunter la terminologie genettienne. Le roman fait lui-même appel à ce terme pour décrire le processus temporel de l’architecture londonienne. Le passé, comme l’hypotexte informent le texte selfien, mais la résurgence de cet écrit antérieur ne se fait qu’en pointillé puisque, comme l’indique Genette, « Un palimpseste est un parchemin dont on a gratté la première inscription pour en tracer une autre, qui ne la cache pas tout à fait, en sorte qu’on peut y lire en transparence, l’ancien sous le nouveau » (Genette 1982). La résurgence ne serait donc plus un mouvement d’enfouissement puis de retour à la lumière, elle serait plutôt un problème de surface. La résurgence textuelle, qui opère à travers l’auto-référentialité selfienne ou l’hypertextualité, ne se fait jamais à l’identique. De plus la résurgence d’un texte dans un autre ne peut opérer que par l’effacement d’une partie de ses traces.

14The Book of Dave brouille les pistes de la résurgence en exploitant la nature apocalyptique de ce terme pour y inclure une temporalité biaisée par la richesse des possibilités inhérentes à l’organisation du roman. De plus, dans un texte qui promet une révélation, la résurgence se fait en creux, toujours incomplète et souvent erronée. Cette mise au jour se fait en pointillé, comme sur un palimpseste où la surface devient le lieu de l’effacement et de l’apparition, les traces hypertextuelles réapparaissant à demi-mot.

15Les erreurs d’interprétation face à la trace archéologique mise au jour déploient un potentiel ludique non négligeable, comme par exemple dans The Plato Papers de Peter Ackroyd, qui propose la définition de l’expression « fibre optique » : « a coarse material woven out of eyes, worn by the high priests of the mechanical age in order to instil terror among the populace » (Ackroyd 14). La dimension comique des errements interprétatifs accuse l’élément humoristique de l’œuvre selfienne, cependant, ces erreurs attirent également l’attention sur la fragilité de l’interprétation et la vulnérabilité du lecteur, des thèmes peut-être moins souvent associés à la production littéraire de Will Self. Plus connu pour ses frasques et son goût pour la littérature de la cruauté et de l’horreur, Will Self et son œuvre ne sont jamais synonymes de sentiments ou d’affects positifs. Néanmoins, la chaleur émotionnelle qu’apportent les motos et l’amour filial qui traverse les âges du récit ne sont que des littéralisations de thèmes en latence dans l’œuvre selfienne. Là où Will Self promouvait les affects positifs par leur absence et une dénonciation de l’horreur, avec The Book of Dave il semble adopter une stratégie de thématisation directe du sentiment. The Book of Dave serait donc une invitation à relire ce corpus à la lumière de cette tendresse, nous encourageant à explorer les textes armés de notre seul courage et nous exposant au risque des errements interprétatifs.

16Ackroyd, Peter, The Plato Papers : A Novel (1999), Londres : Vintage, 2000.

17Amis, Martin, Yellow Dog (2003), Londres : Vintage, 2004.

18Cohn, Dorrit, Transparent Minds : Narrative Modes for Presenting Consciousness in Fiction, Princeton : Princeton UP, 1978.

19Derrida, Jacques, De la grammatologie, Paris : Minuit, 1967.

20Fortin-Tournes, Anne-Laure, « The Quantity Theory of Insanity de Will Self : lecture ironique de l’hypotexte apocalyptique », Lignes I, Université de Pau, jan. 2005, http ://www.univ-pau.fr/psd/fortin.pdf

21Ganteau, Jean-Michel, «  “This Empty Tale” : monstration de l’envers et dire politique dans How the Dead Live de Will Self », Études britanniques contemporaines 34 (juin 2008) : 129-144.

22Genette, Gérard, Figures III, Paris : Seuil, 1972.

23Genette, Gérard, Palimpsestes : la littérature au second degré, Paris : Seuil, 1982.

24Girard, Didier, « Anatomie des corps morts : le cadavre plus ou moins exquis dans l’œuvre de Will Self », Études britanniques contemporaines 17 (1999) : 105-120.

25Harrison, M. John, « The Gospel According to Dave », The Guardian, May 27, 2006, http ://books.guardian.co.uk/hay2006/story/0,,1784132,00.html

26Hoban, Russell, Riddley Walker (1980), London : Bloomsbury, 1998.

27Hopes, Jeffrey, « Sens et signes dans “Scale” de Will Self », La Nouvelle anglo-saxonne contemporaine : réflexions sur un genre, éd. Liliane Louvel, Poitiers : La licorne, 2002, 145-154.

28Kennedy, Pagan, « Interview with Will Self : How to Walk from London to New York City in a Day », The Boston Globe, December 2, 2007, http ://www.boston.com/bostonglobe/ideas/articles/2007/12/02/interview_ with_will_self/? page=full

29Louvel, Liliane, « Reprise, rewriting reprising in literature : Dorian’s “New Clothes” », http ://archives.univ-lyon2.fr/223/2/louvel_01.htm

30Miller, Walter M. Jr, A Canticle for Leibowitz (1960), Londres : Orbit, 2005.

31Mitchell, David, Cloud Atlas, Londres : Sceptre, 2004.

32Paccaud-Huguet, Josiane, « Dorian, an Imitation de Will Self : le mentir vrai de la fiction », Études Anglaises 61.1 (janvier-mars 2008) : 43-57.

33Ramel, Annie et Josiane Paccaud-Huguet, « From The Picture of Dorian Gray to Dorian : An Imitation. Rending, Mending and Ending », http ://archives.univ-lyon2.fr/230/1/paccaud-ramel_01.htm

34Ramel, Annie et Josiane PACCAUD-HUGUET « Dorian 1 et Dorian 2 : Oscar Wilde et Will Self, au-delà du plaisir », L’Art de plaire. Esthétique, Plaisir, Représentation, éd. Patrick Chezaud, Lawrence Gasquet & Ronald Shusterman, Brionne : Gérard Monfort, 2007, 293-311.

35Rospide, Maylis, « “A Polaroid of the Grail” : Will Self’s Approach to Naturalism », Études britanniques contemporaines 33 (déc. 2007) : 115-125.

36Rospide, Maylis, « When Experimentation Becomes Ethics : “A Duty Dance” with Literature in Will Self’s Work », The Ethical Component in Experimental British Fiction since the 1960’s, eds. Susan Onega-Jaén et Jean-Michel Ganteau, Newcastle : Cambridge Scholars, 2007, 170-190.

37Self, Will, « Caring, Sharing », Tough, Tough Toys for Tough, Tough Boys

38(1998), Harmondsworth : Penguin, 1999, 83-108.

39Self, Will, « The Five-Swing Walk », Dr Mukti and Other Tales of Woe, Londres : Bloomsbury, 2004, 181-212.

40Self, Will, The Book of Dave : A Revelation of the Recent Past and the Distant Future, Londres : Viking, 2006.

41Self, Will, « Introduction », How the Dead Live, Derek Raymond, Londres : Serpent’s Tail, 2007a, vii-x.

42Self, Will, Psychogeography : Disentangling the Modern Conundrum of Psyche and Place, Londres : Bloomsbury, 2007b.

43Sorlin, Sandrine, « L’inquiétante étrangeté du langage dans Riddley Walker de Russell Hoban », Études britanniques contemporaines 32 (juin 2007) : 103-112.

44Sorlin, Sandrine, « Reste et résistance linguistique : le langage métaphorico-fantastique dans Riddley Walker de Russell Hoban », Études anglaises 61.1 (2008) : 31-42.

45Thompson, Hunter S., Fear and Loathing in Las Vegas : A Savage Journey to the Heart of the American Dream (1971), Londres : Harper Perennial, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maylis Rospide, « « Dave felt the future seething, the present boiling, the past churning. » Quelques cas de résurgence dans The Book of Dave : A Revelation of the Recent Past and the Distant Future, de Will Self », Études britanniques contemporaines, 36 | 2009, 77-88.

Référence électronique

Maylis Rospide, « « Dave felt the future seething, the present boiling, the past churning. » Quelques cas de résurgence dans The Book of Dave : A Revelation of the Recent Past and the Distant Future, de Will Self », Études britanniques contemporaines [En ligne], 36 | 2009, mis en ligne le 08 septembre 2017, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/ebc/3717 ; DOI : 10.4000/ebc.3717

Haut de page

Auteur

Maylis Rospide

Université Paul Valéry-Montpellier 3.
Maylis Rospide a été allocataire monitrice à l’université Paul Valéry-Montpellier 3, où elle occupe un poste d’ATER. Elle est membre de l’EA 741 (Études des Pays Anglophones). Elle travaille actuellement sur sa thèse, « Stratégies de “renormalisation” dans l’œuvre de Will Self ». Sa recherche en littérature britannique contemporaine s’oriente vers la notion de norme et s’intéresse au posthumanisme, au genre et à la généricité. Elle a publié plusieurs articles, en France et à l’étranger, sur l’œuvre de Will Self.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals