Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Vanessa Guignery et Christian Gutleben, eds. Traversée d’une œuvre : Crossing the River de Caryl Phillips

Cycnos 32.1 (2016). 236 p.
Judith Mirahi-Barak
Référence(s) :

Vanessa Guignery et Christian Gutleben, eds. Traversée d’une œuvre : Crossing the River de Caryl Phillips, Cycnos 32.1 (2016). 236 p.

Texte intégral

1On ne compte plus les publications — articles, monographies, collections d’essais, numéros de revues ou encore entretiens —consacrées à l’œuvre de Caryl Phillips. Cette œuvre, elle-même protéiforme puisqu’elle est composée d’ouvrages de fiction et de non-fiction, romans, récits de voyages, pièces pour le théâtre ou la radio, scénarios de cinéma ou de télévision, documentaires, anthologies de textes choisis ou réécritures biographiques, suscite en effet un intérêt important, transnational, trans-générique et transdisciplinaire, à la hauteur de l’importance de l’œuvre. Il serait donc facile d’accueillir toute nouvelle publication avec un léger sentiment de lassitude ou une impression de déjà-vu. Le fait que Crossing the River figure au programme de l’Agrégation 2017 et 2018 (Option Littérature) accroît encore la visibilité de l’auteur et de ses écrits, allongeant sensiblement la bibliographie. Cependant, nous savons bien que les ouvrages, numéros de revues et autres articles critiques publiés dans le cadre de l’Agrégation sont écrits et formatés de façon à répondre aux exigences d’un public bien particulier, qu’il s’agisse des Agrégatifs, des enseignant.e.s-chercheur.e.s qui enseignent Crossing the River ou des membres du jury qui écouteront les candidats. Les dites publications doivent-elles donc être considérées rester délimitées, voire déterminées, par ce cadre bien précis d’un concours unique en son genre, ou bien doivent-elles être considérées comme n’importe quelle autre publication scientifique ? C’est la question que posent ces publications qu’on pourrait appeler opportunistes, publiées à l’occasion des programmes des concours, souvent dans le sillage d’un colloque, mais ayant des velléités d’obtenir le statut de publications scientifiques au même titre que n’importe quelle autre.

2Le volume 32-1 de la revue Cycnos publiée par le LIRCES en 2016, Université Nice Sophia Antipolis, à l’Harmattan, entre dans cette problématique. Vanessa Guignery et Christian Gutleben qui coordonnent ce numéro intitulé Traversée d’une œuvre : Crossing the River de Caryl Phillips, relèvent le défi avec brio, ayant une parfaite connaissance des contraintes de l’exercice. Ils ont fait le choix de ne pas faire apparaître que le volume fait suite à un colloque (6-7 octobre 2016), tirant ainsi le volume vers une approche qui serait davantage l’analyse d’un parcours critique de Crossing the River qu’une série d’articles publiés afin de répondre aux exigences d’un exercice universitaire bien particulier. Ne rien dire non plus de l’Agrégation dans l’Introduction est aussi une façon d’espérer atteindre un public plus général d’enseignant.e.s-chercheur.e.s et de positionner le volume dans la série des publications scientifiques internationales qui explicitent et analysent l’œuvre de Caryl Phillips. Les auteur.e.s des articles, universitaires français.es qui, pour la plupart, enseignent le cours d’Agrégation sur Crossing the River, ont parfaitement intégré cette tension au cœur du volume — une exigence scientifique internationale mise au service d’un concours national. Les seuls articles qui sont peut-être à part à cet égard sont, justement, les quatre articles écrits par des universitaires internationaux pour qui répondre à ces contraintes n’est pas véritablement un objectif qu’ils prennent en compte. Le fait que certains articles soient rédigés en français (quatre sur douze en plus de l’Introduction en français) exerce néanmoins la fonction de rappel au contexte français et à l’obligation faite par la revue Cycnos d’avoir une certaine proportion d’articles en français.

3L’Introduction de Guignery et Gutleben souligne la nécessité de lectures plurielles de l’œuvre de Phillips en général et de Crossing the River en particulier : si celle-ci s’inscrit « dans un contexte mondial et transculturel à la croisée des chemins et au milieu de l’Atlantique» (8), il est important de percevoir la complexité des stratégies d’écriture qui permettent à Phillips de déconstruire les enracinements singuliers, les binarismes et les essentialismes. L’Introduction retrace aussi le contexte dans lequel Crossing the River a pu naître en 1993, au début de la formation de l’œuvre de Phillips mais aussi à la faveur de développements théoriques et littéraires tels que ceux initiés par E. K. Brathwaite, Gilles Deleuze et Félix Guattari, Derek Walcott, Edouard Glissant. Le « brouillage des frontières raciales, sexuelles et nationales » permet d’adopter de nouveaux angles de vue et de reposer encore une fois les questions de responsabilité face à l’histoire, à la mémoire et surtout au présent qui est le nôtre.

4La première partie du volume intitulée « Echos, symétrie, renversement » met l’accent sur le paradoxe central de Crossing the River : c’est le morcellement, la discontinuité, la fragmentation et la multiplicité qui fournissent à l’écriture sa cohérence et sa logique interne. Quatre très beaux articles explorent ces disjonctions qui forment l’architecture de Crossing the River. Celui de Mélanie Joseph-Vilain « ‘For beyond this trading community lies family life’ : filiation et écriture dans Crossing the River de Caryl Phillips » joue habilement de toute la gamme de sens entre filiation et affiliation. Symétrie, asymétrie et transferts sont au centre de l’article de Christian Gutleben « Écriture noire, écriture blanche : esthétique du (mé)tissage », où l’analyse de l’utilisation de l’hypallage est particulièrement originale. Tout aussi éclairantes sont les analyses de Catherine Lanone dans « Repetition and Reckoning in Caryl Phillips’s Crossing the River », mettant en valeur les figures de répétition, d’échos et de renversement comme l’un des modes de structuration de l’écriture. Toute la palette de sens entre itération, récurrences et discours obsessionnel est aussi examinée dans « Dit et non-dit : ruptures et reprises dans Crossing the River de Caryl Phillips » où Catherine Pesso-Miquel fournit des analyses du contrepoint particulièrement convaincantes et sophistiquées.

5La deuxième partie du volume intitulée « Empathie, émotion, vulnérabilité » s’éloigne quelque peu de l’analyse du texte scriptible pour mettre en valeur un « édifice romanesque […] au service d’un projet idéologique et axiologique au centre duquel figurent la transmission et la création d’un réseau d’affects » (16). Kathie Birat dans « Embodied voices : literacy and empathy in Caryl Phillips’s Crossing the River » poursuit ses travaux sur l’empathie, la voix et l’inscription du corps dans la langue. Si Birat se focalise particulièrement sur la dernière section « Somewhere in England », Nicole Terrien dans « ‘The answer is blowing in the wind’: Emotion and the Rewriting of History in Caryl Phillips’s Crossing the River » met en valeur le récit autodiégétique de la deuxième section — ‘West’ — dans toute sa charge émotionnelle et politique. Enfin, les analyses du manque, de la faillite, de la précarité individuelle et collective, de la vulnérabilité ontologique, conduisent Hubert Malfray dans « Une poétique de la précarité : économie(s) d’écriture dans Crossing the River de Caryl Phillips » à explorer les transactions qui sont à l’œuvre dans toutes les sections. On lit presque cet article en français à travers l’anglais qui permet une disjunction dynamique entre economic et economical.

6Les deux premiers articles de la troisième partie du volume intitulée « Voix, corps, performance » permettent une révision du concept bien connu de post-mémoire tel qu’il a été théorisé par Marianne Hirsch (« ‘Race Matters’: the Languages of Slavery in Caryl Phillips’s Crossing the River » par Oriana Palusci), et de celui de la contre-culture de la modernité (« The Sounding(s) of Countermodernity in Caryl Phillips’s Crossing the River » par Jee H. An). L’article le plus intéressant de cette partie est sans doute celui de Kerry-Jane Wallart « ‘Saving Bodies’—Theatricality in Caryl Phillips’s Crossing the River » qui nous fait relire le texte à travers la physicalité des corps et le prisme théâtral.

7La quatrième partie intitulée « Rapprochements théoriques » invite à mettre en lecture Crossing the River à travers la théorie queer (« Queering the Black Atlantic in Jackie Kay’s Trumpet and Caryl Phillips’s Crossing the River » par Eleanor Byrne), ou celle du rhizome (« Caryl Phillips and Rhizomorphous Gaze: A Geophilosophical Reading of Crossing the River » par I. Murat Öner) déjà abordée dans d’autres articles.

8Même si on peut se douter qu’il y a des raisons particulières, on peut regretter que l’entretien entre Caryl Philips et Guignery n’ait finalement pas été inclus dans le volume, non plus que l’article de Guignery sur la relecture et les réécritures du journal de bord du Capitaine John Newton, renommé James Hamilton dans Crossing the River. L’inclusion d’un tel article sur la réinvention des archives aurait pu, et sans doute dû, permettre de ne pas éluder les travaux de Marcus Wood, l’un des critiques les plus virulents de Caryl Phillips, en particulier en ce qui concerne l’utilisation et la transformation de personnages historiques tels que John Newton à laquelle se livre Phillips. Cela aurait de toute façon complété avantageusement un volume qui parvient de toute façon, sans aucun doute, à dépasser le cadre contraint de départ et à composer un parcours critique de Crossing the River exigeant et stimulant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judith Mirahi-Barak, « Vanessa Guignery et Christian Gutleben, eds. Traversée d’une œuvre : Crossing the River de Caryl Phillips », Études britanniques contemporaines [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/ebc/4410

Haut de page

Auteur

Judith Mirahi-Barak

Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA EA741, F34000, Montpellier, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals