Navigation – Plan du site
Comptes rendus

BRASME Isabelle, Parade’s End de Ford Madox Ford : vers une esthétique de la crise

Montpellier : Presses universitaires de la Méditerranée, 2016 (348 pages). ISBN : 978-2-36781-188-8
Florence Marie
Référence(s) :

Isabelle Brasme, Parade’s End de Ford Madox Ford : vers une esthétique de la crise, Montpellier : Presses universitaires de la Méditerranée, 2016 (348 pages). ISBN : 978-2-36781-188-8

Texte intégral

1Le moins que l’on puisse dire c’est que les études fordiennes ne sont pas légion dans le milieu universitaire français. La lecture de l’une des sous-parties de la bibliographie, qui recense les études et articles critiques consacrés à ce jour au théoricien de l’impressionnisme littéraire, le confirme. Il revient donc à Isabelle Brasme le grand mérite de s’être attelée à cette tâche et de l’avoir fait avec bonheur. Dans le présent ouvrage, elle offre une étude approfondie de la tétralogie de Ford Madox Ford, Parade’s End (1924-1928), moins connue que The Good Soldier. L’entreprise, qui allie avec subtilité étude thématique et analyse formelle, et ce sans jamais les dissocier, est menée de main de maître ; appuyée sur une attention minutieuse au texte, elle se déploie avec clarté et fluidité ; et si les références théoriques sont multiples, elles ne sont jamais jargonnantes.

2Par le biais d’une érudition réelle mais discrète, Isabelle Brasme replace Ford Madox Ford dans le contexte artistique, intellectuel et littéraire de son époque : on croise à plusieurs reprises les noms des peintres de l’avant-garde (Lewis, Picasso, Dix), des penseurs de l’époque (Freud, Benjamin) et surtout des écrivains du canon moderniste (Woolf, Joyce, Lawrence, Pound, Eliot, Faulkner entre autres). De fait, le projet d’Isabelle Brasme cerne au plus près la manière dont l’œuvre de Ford Madox Ford, analysée le plus souvent à l’aune des seuls principes de l’esthétique impressionniste, s’inscrit dans le modernisme littéraire tout en soulignant les ambivalences et les contradictions de la tétralogie, pierres d’achoppement de cette inscription. Ainsi les singularités de Ford Madox Ford apparaissent-elles explicitement au cours de l’analyse : cet authentique hommage au passé, pourtant traité dans le même temps avec dérision, voire ironie ; cette « mise en crise du sujet » (p. 227), qui n’est pas nécessairement à lire de manière négative ; cette absence d’« épiphanie métatextuelle » (p. 202). Selon Isabelle Brasme cette « épiphanie métatextuelle » est présente dans les textes du canon moderniste (affirmation qui gagnerait, me semble-t-il, à être étayée par d’autres exemples que celui de Lily Briscoe dans To the Lighthouse indiqué par Patricia Waugh), mais elle ne vient jamais suturer les béances de la tétralogie de Ford (ce qui justifie l’emploi du terme « crise » dans le titre de l’ouvrage).

3Isabelle Brasme articule son travail en trois grands chapitres, qui lui permettent d’aborder toutes les ambivalences de la tétralogie. Dans une première partie intitulée « L’identité collective en question » (p. 21-110), elle passe au crible les divers systèmes idéologiques présents dans Parade’s End et montre comment « aucun [d’eux] n’est durablement présenté comme normatif » (p. 89). Dans un monde au bord du gouffre puis englouti dans le chaos apocalyptique de la Grande Guerre, c’est particulièrement le cas de la notion d’« Englishness », de l’attachement au passé du principal protagoniste, Tietjens, mais aussi du travestissement de ce passé par d’autres personnages, tant du point de vue de l’espace que de l’étymologie des mots ou des citations.

4Dans le deuxième chapitre (« Écriture du passé, texte en devenir » [p. 111-223]), les entrelacs de l’idéologie et de l’esthétique apparaissent plus distinctement encore au fur et à mesure de l’analyse de l’écriture fordienne que mène Isabelle Brasme. Sont passés en revue la musicalité de son style, les concepts esthétiques de l’impressionnisme littéraire mais aussi les apories de certaines de ces techniques qui privilégient non la représentation « mais l’effet qu’elle produit » (p. 143) et débouchent sur une multiplicité de points de vue telle qu’une voix supérieure est parfois nécessaire, en dépit des principes de l’impressionnisme littéraire. Quant à l’intertexte, il n’est au final qu’une parodique « mise à distance du discours esthétique » (p. 187). Les analyses en profondeur de certains passages suggèrent aussi que l’esthétique fordienne serait annonciatrice de problématiques plus typiquement post-modernes ; on songe ici par exemple au « caractère ouvertement artificiel du leitmotiv » (p. 134) ou au questionnement concernant la relation de la fiction et de la réalité.

5Enfin, dans le troisième chapitre (« Un sujet chrysalide » [pp. 227-315]), Isabelle Brasme approfondit les aspects ontologiques de l’œuvre de Ford Madox Ford. Comme de nombreux autres sujets modernistes, le sujet fordien voit son intégrité menacée, et par l’expérience de la Grande guerre, et par les instruments technologiques, symboles de la modernité. C’est un sujet labile et fragmenté comme le montrent les thèmes du miroir ou du double. Pour autant, cette aliénation n’est pas présentée comme elle peut l’être par les autres auteurs modernistes. Le dernier tome de la tétralogie est « un pied de nez généralisé » (p. 182), « une parodie grotesque » (p. 186) où alternent « trivial et sublime » (p. 304). Il privilégie une absence de conclusion et de dénouement telle qu’il semble indiquer d’autres pistes. Isabelle Brasme les propose en déclinant des termes comme « tolérance », « humilité » (p. 306), « bonhommie » (« la bonhommie du sujet qui a appris à ne plus se considérer au centre du monde » [p. 311]). Ces mots d’ordinaire assez peu présents dans la critique littéraire paraissent idoines pour qui a lu The Last Post.

6Si au regard de la deuxième partie, plus magistrale et affûtée, la troisième semble à première vue légèrement en demi-teinte, elle fait pourtant sens à plus d’un titre. S’y décèle en effet un accord avec la dynamique même de l’œuvre de Ford Madox Ford. Cette troisième partie s’attarde davantage sur le quatrième volume de la tétralogie, The Last Post, qui a dérouté plus d’un lecteur. À l’instar de ce tome, elle ne se donne pas à lire comme un point final esthétique : il s’agit là encore pour Isabelle Brasme de suggérer l’absence d’ « épiphanie métatextuelle » (p. 202) et la « mise en échec perpétuelle de toute aspiration à la centralité » (p. 314). Pas de conclusion imposée en point d’orgue à cette étude : juste des hypothèses esquissées et des portes entre-ouvertes. Cette troisième partie est donc un bel hommage rendu à cette œuvre dont l’« l’humilité » (p. 306) est respectée et qu’aucune interprétation ne fige.

7« Évit[ant] la double ignominie du savant et du familier » (Deleuze), l’ouvrage est une réussite où se sent le plaisir qu’a éprouvé Isabelle Brasme à lire et étudier cet écrivain. Il devrait donner à ses lecteurs des bonheurs de lecture et l’envie de se replonger dans une œuvre foisonnante et trop souvent injustement négligée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Marie, « BRASME Isabelle, Parade’s End de Ford Madox Ford : vers une esthétique de la crise », Études britanniques contemporaines [En ligne], 55 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ebc/5705

Haut de page

Auteur

Florence Marie

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals