Navigation – Plan du site
Comptes rendus

GUIGNERY Vanessa, The B. S. Johnson-Zulfikar Ghose Correspondence

Newcastle upon Tyne: Cambridge Scholars Publishing, 2015 (485 p.). ISBN: 978-1443872669
Catherine Pesso-Miquel
Référence(s) :

Vanessa Guignery, The B. S. Johnson-Zulfikar Ghose Correspondence, Newcastle upon Tyne: Cambridge Scholars Publishing, 2015 (485 p.). ISBN : 978-1443872669

Texte intégral

1Vanessa Guignery est une spécialiste de B. S. Johnson : elle a publié un essai intitulé Ceci n’est pas une fiction. Les romans vrais de B. S. Johnson (2009) ainsi que la traduction française de la biographie de Johnson par Jonathan Coe : B. S. Johnson, Histoire d’un éléphant (2010). En 2015, elle a publié les lettres que Bryan Stanley Johnson a échangées avec Zulfikar Ghose entre mars 1959 et octobre 1973, un mois avant le suicide de Johnson à l’âge de quarante ans.

2L’ouvrage s’inscrit explicitement dans la tradition des correspondances entre deux écrivains et amis qui s’envoient des missives non pas pour informer un ami des détails et péripéties de leur vie, mais pour entretenir une conversation nourrie et passionnée sur la littérature : et V. Guignery de citer les échanges épistolaires entre Flaubert et Sand ou encore entre Nabokov et le critique Edmund Wilson (xxiii).

3L’ouvrage comporte une introduction de 11 pages, puis vient une sorte de prologue qui rassemble quatre témoignages croisés illustrant cette amitié : d’un côté un portrait de Johnson par Ghose en seize pages, intitulé « Bryan », et un poème inédit et non daté de Ghose sur Johnson, « Poem », de l’autre un sonnet de Johnson écrit en 1961 et publié en 1964, « Sonnet for Zulfikar Ghose », et une courte présentation de Ghose par Johnson datant de 1967, « Zulfikar Ghose ». Les lettres elles-mêmes ont été retranscrites de la page 27 à la page 412, reproduisant l’intégralité de la volumineuse correspondance conservée à Austin, Texas (Harry Ransom Humanities research Center) pour ce qui concerne les lettres de Johnson et à la British Library pour celles de Ghose. (Une note préliminaire p. xi précise que dans les archives du Texas manquent les lettres de Johnson écrites entre la fin janvier 1961 et octobre 1962, qui pour l’heure sont restées introuvables, ce qui explique l’impression de monologue produite par les pages 119 à 172, où ne figurent que les lettres écrites par Ghose). Le télégramme adressé à Ghose par la femme de Johnson pour lui annoncer le suicide de son mari est reproduit p. 412. Suit un entretien entre Vanessa Guignery et Zulfikar Ghose réalisé à Austin en avril 2013, d’une quinzaine de pages, dans lequel Ghose est invité à détailler ses souvenirs de ses rapports avec Johnson, de leurs conversations sur la poésie, le théâtre, le roman, sur le sport, aussi, dont ils étaient tous deux des commentateurs pour la presse britannique. Par exemple, p. 425, Ghose donne des détails fascinants sur la genèse de The Unfortunates, et sur le plaisir que Johnson avait eu à lui décrire son idée de la forme originale que prendrait ce roman, dans lequel l’absence de reliure et le hasard ordonnant l’ordre de la lecture offriraient un miroir de la thématique (la croissance anarchique des cellules cancéreuses). Une bibliographie rassemble les ouvrages cités, et une série d’index vient compléter cet ouvrage : index des noms, et index des œuvres.

4L’introduction résume efficacement la carrière et l’œuvre des deux auteurs, et démontre de façon convaincante (xvii) qu’il est vain de vouloir classer sous l’étiquette « postcoloniale » ou « Commonwealth » un écrivain comme Ghose, né dans une partie de l’Inde qui devint le Pakistan, arrivé en Angleterre à 10 ans, éduqué dans une université anglaise, époux d’une Brésilienne, et ayant d’ailleurs écrit plusieurs romans se déroulant au Brésil (voir la trilogie intitulée The Incredible Brazilian), et qui enfin, à partir de 1969, alla s’établir au Texas où il enseigna à l’université jusqu’en 2007, adoptant la nationalité américaine en 2004. Comme beaucoup d’écrivains, il échappe aux classements ethniques ou géographiques, certes commodes, mais trompeurs.

5Vanessa Guignery mène cet ensemble avec discrétion, s’effaçant derrière la voix des deux écrivains, mais l’appareil de notes, abondant, précis, très rigoureux et érudit, apporte la preuve de sa maîtrise du sujet et de sa connaissance détaillée de la scène littéraire des années 1960 en Grande-Bretagne. Les notes expliquent tous azimuts, apportant un éclairage nécessaire sur des hommes politiques, des journalistes, des éditeurs, des auteurs ; elles explicitent les innombrables allusions et les raccourcis prévisibles dans une correspondance entre des amis qui se parlent à demi-mot ; elles précisent les dates et circonstances des publications, et énumèrent les titres successifs donnés à tel ou tel poème, ou encore apportent des compléments d’information sur la réception d’une œuvre ou l’origine d’un poème. Ainsi la note 348 p. 181 cite le recueil 50 Poems de Ghose pour identifier la pièce jointe à la lettre (« Enclosed new poem finished half an hour ago ») et pour en raconter la genèse. L’entretien final avec Ghose, strictement centré sur sa relation avec Johnson, et guidé par des questions adroites, complète très bien l’ensemble.

6Cette correspondance est une mine pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire littéraire de la Grande-Bretagne, aux théories sur le roman, ainsi qu’aux efforts déployés par Johnson pour tourner le dos au réalisme social chronologique et créer de nouvelles formes poétiques et des innovations spectaculaires, très visuelles, dans le vieux moule du roman. Elle offre aussi en creux un portrait très attachant de deux écrivains qui n’étaient pas toujours d’accord dans leurs avis sur les écrivains contemporains, et qui ne s’épargnaient pas l’un l’autre lorsqu’ils devaient émettre une évaluation d’une nouvelle œuvre. Quand Ghose soumit à Johnson le manuscrit de son second roman, The Murder of Aziz Khan, Johnson lui dit sans détours qu’il n’était pas séduit, surtout parce qu’il trouvait la forme beaucoup trop traditionnelle, et qu’il était déçu par ce qu’il considérait comme une « régression » par rapport aux recherches formelles de son premier roman (« rather a retrogression than a step forward from the first one », p. 24). Johnson n’hésite pas non plus à critiquer l’autobiographie de Ghose, Confessions of a Native-Alien, et à se demander s’il faut ou non la publier, apportant entre autres arguments l’idée que le thème évident du déracinement n’est qu’un prétexte pour autre chose (177). Les pages 114 à 119 fournissent un exemple caractéristique de critique très pointue des poèmes de Ghose par Johnson, qui explique pourquoi il aime tel poème et pas tel autre, et épingle des formulations maladroites qu’il lui conseille de changer. Ghose aussi est direct dans ses critiques et ses réactions, quoiqu’il se montre un peu plus diplomate.

7Les lettres sont aussi précieuses sur les plans biographique et psychologique, car elles révèlent les doutes, les faiblesses, les défauts et les découragements de ces deux écrivains, tous deux confrontés à la pauvreté, à l’impossibilité de vivre de leur art, ce qui les condamnait à enseigner devant des élèves difficiles ou à écrire au kilomètre des comptes rendus de matchs de tennis ou de football (pour Johnson) ou de cricket (pour Ghose).

8Ce volume ne manquera pas d’intéresser vivement tous les chercheurs spécialistes de ces écrivains, mais aussi de l’histoire littéraire, et de l’évolution des formes littéraires dans la seconde moitié du vingtième siècle. Savant, précis, annoté avec finesse, il reproduit aussi fidèlement que possible la disposition des mots sur la page des lettres, plaçant les lecteurs dans l’intimité d’une belle amitié littéraire. Ils peuvent ainsi approfondir leur connaissance du cœur et de l’intellect de B. S. Johnson, artiste sincère et entier, exigeant, souvent arrogant, et voué à une destinée tragique, mais aussi se familiariser avec Zulfikar Ghose, écrivain reconnu aux États-Unis mais sans doute moins célèbre en Angleterre. Cet ouvrage, qui démontre la qualité et la délicatesse de son amitié, donne très envie de découvrir son œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Pesso-Miquel, « GUIGNERY Vanessa, The B. S. Johnson-Zulfikar Ghose Correspondence », Études britanniques contemporaines [En ligne], 55 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ebc/5738

Haut de page

Auteur

Catherine Pesso-Miquel

Université Lumière Lyon 2, Laboratoire LCE – EA 1853

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals