Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Comptes rendusAMSELLE Frédérique, Virginia Wool...

Comptes rendus

AMSELLE Frédérique, Virginia Woolf et les écritures du moi. Le journal et l’autobiographie

Liliane Louvel
Référence(s) :

AMSELLE, Frédérique, Virginia Woolf et les écritures du moi. Le journal et l’autobiographie, Montpellier : Presses universitaires de la Méditerranée, 2008

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage de Frédérique Amselle porte en lui déjà tout son programme. Il s’agit bien à travers l’étude des œuvres autobiographiques de Virginia Woolf et du journal d’approcher les modalités d’écriture spécifiquement woolfiennes dans ce que l’on nomme aussi « les écritures du moi ». Grâce à une approche des deux grands genres, approche que l’on peut qualifier de « contrastive », F. Amselle fait la part de ce qui diffère et de ce qui rapproche l’autobiographie et l’écriture du journal. Bien entendu, cela requérait une approche définitionnelle de ces genres particulièrement difficiles à cerner, ce que fait l’auteur dans un premier temps. La méthodologie est assurée, les noms des spécialistes s’y retrouvent (Gusdorf, Genette, Lejeune, Barthes, Tadié, Regard etc.). La bibliographie témoigne aussi que les spécialistes des études woolfiennes sont convoqués (De Salvo, Poole, Bowlby, Gualtieri, Reynier, Bernard etc.) que ce soit en appui des thèses développées dans l’ouvrage ou, au contraire, pour apporter un éclairage critique et prendre distance par rapport à leurs thèses.

2À partir des écrits autobiographiques de Woolf, soit, les cinq textes contenus dans Moments of Being, et des journaux, dont l’écriture coïncide avec la période abordée dans ces mêmes textes soit : les Early Journals (1897-1909) et les cinq volumes du Diary (1915-1941), l’ouvrage propose de fournir une approche critique du texte et de ses modalités d’écriture sans se cantonner à une énième biographie de l’écrivain. C’était un pari, il a été tenu. Le postulat de départ était bien que ces textes, souvent peu étudiés, ont leur place de plein droit dans les études woolfiennes en tant qu’objets littéraires. F. Amselle a du goût pour les études littéraires et le travail offre à son lecteur de nombreuses analyses fines du texte de Woolf tant l’auteur sait montrer à quel point il faut se garder d’une vision trop naïve qui ferait des écrits autobiographiques, voire du journal, des écrits d’impulsion exempts de tout souci d’écriture. S’il y a une différence entre les deux genres, et il y en a une, F. Amselle la démontre bien. Que ce soit dans leur rapport au temps, à la mémoire, à autrui, à l’identité, à la sincérité, à l’authenticité, à l’écriture et à la lecture, tout autant qu’à l’enfance et à la mort, les deux genres ne peuvent être confondus même si la critique a parfois tendance à le faire et si les textes parfois, eux aussi, franchissent les frontières les séparant. Mais justement, Woolf a appris à son lecteur que l’hybride, l’impur, faisaient partie de sa quête formelle. A des degrés divers, il s’agit là de textes « écrits », remaniés, dans le cas de l’autobiographie, critiques et réflexifs, dans le cas du journal. Laboratoire d’écriture, tout préoccupé de la création qui toute sa vie a taraudé Virginia Woolf, le journal, comme l’autobiographie offre des réflexions métacritiques, métatextuelles, des retours de l’auteur vers le texte qu’elle est en train d’écrire, vers ceux qu’elle va ou est en train d’élaborer, auxquels elle pense.

3F. Amselle est en affinité avec son sujet et elle apporte une perspective en lumière rasante extrêmement fructueuse. Elle écrit de manière intime à propos de ces écrits intimes que sont le journal et l’autobiographie tout en montrant bien comment en retour ces écrits sont affectés par la forme que Woolf tente de trouver, celle qu’elle leur imprime, qui en fait des textes, qui lui sont tellement singuliers que l’art de l’écriture de soi s’en trouve modifié, que les frontières des genres en sont modifiées.

4La connaissance fine et intuitive, bien étayée par un solide appareil critique, offre au lecteur de cette comparaison entre journal et autobiographie, comparaison tenue d’un bout à l’autre de l’ouvrage, ce qui n’évite pas certaines répétitions de thématiques ou et surtout de citations, une nouvelle ouverture sur l’œuvre de Woolf. F. Amselle a su également tirer parti des manuscrits de Monks House. Elle a eu ainsi accès à la matérialité des feuillets et des carnets. Ainsi dans ces avant-textes, des informations précieuses permettent de vérifier certaines hypothèses, de poser des questions qui restent ouvertes : quel sens donner à ces signes que Woolf a inscrits dans ses premiers journaux comme O Oo, aux blancs et pages blanches datées du journal, aux calendriers recopiés ? Et aussi, cet extraordinaire premier journal dont les pages sont collées sur les pages de la Logique du révérend Watts trouvé dans « an old curiosity shop » de St Ives, afin de fournir à Virginia un support de qualité : ancien, relié de cuir repoussé, aussi resplendissant que cent ans auparavant. Palimpseste s’il en est, bricolage et collage de celle qui a aussi su intégrer ses lectures à ses propres textes. On sait quel plaisir Woolf tirait de son rapport à la matière papier, à l’encre, aux cahiers, à la presse de Hogarth Press montée avec Leonard.

5Enfin, l’un des moindres mérites de l’auteur de cette étude, n’est pas sa capacité à discuter les hypothèses critiques qui l’ont précédée et ont instrumentalisé le texte woolfien : que ce soit dans le champ des « gender studies », de la réduction du texte par les études pychanalytiques qui confondent l’auteur et l’œuvre, des études biographiques enfin. F. Amselle a choisi son camp, elle est du côté du texte et reste décidément de ce côté-là sans céder à la tentation d’un voyeurisme de mauvais aloi. Et la tâche d’analyse critique est ardue avec Woolf, comme on le sait, lorsque l’indicible et l’irreprésentable sont au centre des écrits. Mais la sensibilité de l’auteur, sa solide formation littéraire aussi (narratologique, stylistique, rhétorique) et son affinité avec son sujet nous valent de belles pages sensibles ainsi que de belles formules qui soit synthétisent la pensée, soit restituent la poésie de la vision woolfienne toute marquée d’un imaginaire d’eau. Les battements d’aile de la phalène prise dans la lumière accompagnent la belle fin du livre.

6Il s’agit là, on l’aura compris, d’un ouvrage précieux sur le genre des « écritures du moi » et sur un pan de l’œuvre de Woolf encore peu étudié en ces termes là.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Liliane Louvel, « AMSELLE Frédérique, Virginia Woolf et les écritures du moi. Le journal et l’autobiographie »Études britanniques contemporaines [En ligne], 35 | 2008, mis en ligne le 22 mars 2019, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ebc/6102 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebc.6102

Haut de page

Auteur

Liliane Louvel

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search