Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Frédéric REGARD, La Littérature anglaise

Alain Blayac
Référence(s) :

Frédéric Regard, La Littérature anglaise, Paris : PUF, collection « Que sais-je ? », 2007, 127 p.

Texte intégral

1Après les études dans la même collection de René Lalou et de Jean Raimond, c’est à Frédéric Regard qu’a été confié le soin de ré-actualiser, ou plutôt de rédiger une présentation nouvelle de la « littérature anglaise ».

2Disons-le d’emblée, l’entreprise est une réussite. Tout en suivant les critères stricts de la collection, Regard réussit la gageure de concentrer dans les cent vingt-sept pages du format l’ensemble de la création littéraire anglaise tout en consacrant une place importante (50 p.) aux parutions des vingt dernières années contre soixante-douze pour ce qui les a précédées depuis la période anglo-saxonne (450-1150). Le parti pris de traiter de ce qui n’existait pas encore au moment où parurent les études précédentes permet au lecteur de se faire une idée de l’étonnante floraison littéraire de ces dernières années.

3Dans la première moitié de son étude, l’auteur utilise les notions de périodes, siècles et genres, ce qui lui permet d’esquisser les grandes lignes de l’évolution de la pensée religieuse, politique et philosophique, substrat essentiel de la création littéraire proprement dite. Il relie ainsi avec justesse histoire des idées et littérature. Ce faisant, il peut évoquer les écrivains majeurs (Shakespeare, Milton, Dickens etc.) dans leurs spécificités sans avoir à entrer dans le détail d’œuvres surabondantes et bien connues du public. L’ouvrage comprend huit chapitres culminant avec « L’époque romantique » (13 p.) et « L’époque victorienne », divisée en deux parties (21 p.). Ils sont suivis des deux derniers chapitres (« La première moitié du xxe siècle (1912-1945) » et « La seconde moitié du xxe siècle (1946-) » où l’auteur se retrouve dans son véritable élément. L’organisation symétrique pour chacune de ces deux parties (poésie, théâtre, roman) lui permet de faire apparaître les auteurs majeurs du paysage littéraire contemporain : modernistes et post-modernistes, jeunes gens en colère des années 50 et leurs successeurs iconoclastes de la fin du siècle. Cette méthode a le double avantage de ne rien laisser passer et de souligner la fragmentation inhérente à notre époque. Elle a pour contrepartie (mais c’est là la loi de la collection) de rester quelque peu schématique (Joyce et Lawrence n’auraient-ils pas leur place aux côtés de Lowry et Durrell en tant que « romanciers de l’errance » ?). Mais ce n’est là qu’une réserve superficielle et l’on admirera sans réserve la culture de l’auteur, l’acuité de ses perceptions et l’alacrité de sa plume.

4L’ouvrage est accompagné d’une bibliographie astucieuse de seize titres répertoriés en quatre rubriques égales (références générales, poésie, roman, théâtre) où une belle part est faite, à juste titre, à la critique française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Blayac, « Frédéric REGARD, La Littérature anglaise », Études britanniques contemporaines [En ligne], 34 | 2008, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ebc/7239 ; DOI : 10.4000/ebc.7239

Haut de page

Auteur

Alain Blayac

Université Paul Valéry-Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals