Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christian GUTLEBEN, Graham Greene. The Power and the Glory

François Gallix
Référence(s) :

Christian Gutleben, Graham Greene. The Power and the Glory, Paris : Atlante, Clefs Concours, 2007, 128 p.

Texte intégral

1Dans la collection Atlante, désormais parfaitement implantée, dirigée par Philippe Lemarchand et la série « Clefs concours Anglais-Littérature » sous la conduite d’Élisabeth Soubrenie, Christian Gutleben propose un ouvrage consacré à The Power and the Glory avec pour objectif principal la préparation aux concours, mais le livre, par sa densité et son niveau scientifique, dépasse très largement les limites de ce lectorat limité. C’est tout d’abord un outil pédagogique qui allie avec bonheur la nécessaire concision à l’érudition universitaire, même si, par souci de pédagogie, certaines appréciations peuvent parfois paraître légèrement dogmatiques : les textes de Greene, à l’image de sa personnalité janusienne, sont toujours issus de contradictions. L’ouvrage se divise en trois volets — « Repères », « Analyses », « Synthèse » — , après une introduction qui fait une indispensable mise au point épistémologique pour annoncer la piste catholique, le contexte historique fort utile et les grandes figures de l’écriture greenienne. Comme pour D.H. Lawrence, les repères biographiques ne sauraient être négligés car Greene, à l’image de l’un de ses meilleurs exégètes, David Lodge, a toujours recherché et revendiqué les vertus thérapeutiques de l’écriture. De la même façon, le contexte historique de The Power and the Glory — la guerre d’Espagne, les assauts mexicains contre la religion catholique, les prémisses de la Seconde Guerre mondiale, tout comme les influences littéraires (aussi bien Eliot, James, Stevenson que Marjorie Bowen, John Buchan, Rider Haggard) — ne pouvaient être passés sous silence. L’influence considérable de Conrad, parfois masquée par Greene lui-même, aurait mérité un plus long développement. Dans la grille catholique, Christian Gutleben rappelle fort à propos le rôle formateur joué par les lectures de Charles Péguy et de Jacques Maritain — ce qui lui permet de justifier ce complexe mélange greenien de pessimisme et d’optimisme qui colore toute son œuvre.

2La partie « Analyses » scrute et décode le titre sous ses nombreux aspects. On aurait pu montrer que, paradoxalement, cette doxologie « the Power and the Glory » faisait alors partie de la version protestante du « Notre Père », plutôt que de la tradition catholique. Vient ensuite une analyse efficace des chronotopes dans l’architecture du roman avec quelques gros plans sur l’incipit et sur la fin d’un roman parfaitement construit. La synthèse permet de souligner le modernisme de ce roman protéiforme qui a utilisé pleinement un très grand nombre de voies génériques — celle du tragique méritant, à juste titre, un développement particulier.

3Il s’agit donc, on l’aura compris, d’un ouvrage de référence désormais tout-à-fait indispensable aux nombreux chercheurs et lecteurs de l’œuvre de Graham Greene.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Gallix, « Christian GUTLEBEN, Graham Greene. The Power and the Glory », Études britanniques contemporaines [En ligne], 34 | 2008, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ebc/7248 ; DOI : 10.4000/ebc.7248

Haut de page

Auteur

François Gallix

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals