Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

« Civilisation et barbarie dans l’œuvre d’Evelyn Waugh (1945-1966) »

Julie Labay

Texte intégral

1Après les écarts de jeunesse illustrés dans les premiers romans, dans les œuvres de la deuxième période (1945-1966), Evelyn Waugh met en scène le vide spirituel qui l’entoure, et insiste sur la nécessité d’y remédier. La puissance de l’écriture du romancier britannique repose sur la forme, le style, et la diversité des sujets, avec pour clef de voûte le conflit qui oppose civilisation et barbarie, relation chiasmique au cœur de l’œuvre, entre barbarie civilisée et civilisation barbare. La thèse s’organise autour des divers axes dégagés par la contiguïté d’approches définitionnelles toutes confrontées ou mises en regard de l’œuvre du romancier, de Montaigne à Michel Henry ou Jean-François Mattéi, via William Morris, Spengler, ou les travaux de Lévi-Strauss.

2Le journal, la correspondance, les articles, essais, comptes rendus littéraires, et œuvres de fiction dénoncent les contradictions éthiques et esthétiques du monde moderne, plaçant l’auteur contra mundum. La perspective d’une étude de ces éléments à l’aune les uns des autres (la non-fiction éclairant la fiction et vice versa), en croisant les lectures, permet ainsi de mieux mettre en lumière la pensée littéraire et les enjeux d’une œuvre jusque-là souvent analysée d’un point de vue quasi unique (soit fictionnel, soit non-fictionnel). En utilisant la non-fiction dans laquelle Waugh se pose en tant que critique, écrivain revendiqué et lecteur à la fois, on peut appréhender le projet littéraire du romancier d’un point de vue réconciliant la critique biographique et l’approche structuraliste, réhabilitant la figure de l’auteur (suivant les travaux de Maurice Couturier). Tour à tour critique et esthète, correspondant de guerre déterminé et entêté, penseur politique, observateur effronté des us et coutumes des pays découverts au cours de multiples voyages, catholique pieux et férocement religieux, toutes les facettes de l’écrivain se reflètent dans le miroir de l’écriture. L’enjeu ultime est, pour l’auteur, de défendre la langue anglaise et la tradition littéraire, tout en incarnant l’esprit d’un temps qu’il observe et critique, face aux valeurs d’un âge d’or révolu qu’il estime supérieures à celles du monde dans lequel il vit.

3On perçoit ici l’importance de l’œuvre de Waugh dans le canon académique, et l’engouement des critiques pour l’ambiguïté d’une écriture qui incarne un système de valeurs traditionnelles plutôt rigides et hermétiques, au premier abord, tout en soulignant une fascination indéniable pour la modernité et ses innovations littéraires, artistiques, sociales, ou politiques. Chez Waugh, l’orientation idéologique des romans est clairement définie en termes de combat contre la barbarie, mais l’énergie des forces barbares vient parfois insuffler un élan créateur au cœur de l’œuvre, tandis que, dans un même temps, le texte devient la garantie de la civilisation et son signe premier.

4Si le romancier s’efforce de renouer avec le passé et de rester le chroniqueur alerte des grands débats de la première moitié du siècle, sans être happé par le tourbillon du développement ultrarapide des technologies, c’est avec la volonté de chercher à comprendre le présent. Waugh semble ainsi devenir un « anti-moderne » au sens auquel l’entend Antoine Compagnon : en défendant des valeurs que certains jugent obsolètes, il se rebelle contre l’esprit de son temps, tout en l’incarnant, ne serait-ce que de manière antithétique. Il est le dépositaire d’une énergie et d’une foi qui lui permettent de défendre les valeurs esthétiques et religieuses jugées indispensables à la survie du monde occidental. En insistant sur le détachement nécessaire de l’artiste, il ironise sur la nécessité de se faire ermite pour laisser à l’extérieur de soi la barbarie moderne. L’humanisme a contrario des premiers romans face au monde moderne cède le pas à l’émotion dans la deuxième partie de l’œuvre, ce qui n’affaiblit pas l’écriture waughienne, bien au contraire, mais lui confère une dimension plus universelle, et plus humaine (voire moraliste), ancrée dans l’actualité de l’espace occidental.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Labay, « « Civilisation et barbarie dans l’œuvre d’Evelyn Waugh (1945-1966) » », Études britanniques contemporaines [En ligne], 34 | 2008, mis en ligne le 06 juin 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ebc/7309 ; DOI : 10.4000/ebc.7309

Haut de page

Auteur

Julie Labay

thèse préparée sous la direction d’Alain Blayac et soutenue le 19 octobre 2007 à l’université Paul Valéry-Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals