Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

« Les figures de la colère dans la fiction de Martin Amis »

Luc Verrier

Texte intégral

1Cette étude, qui analyse l’intégralité de la fiction publiée par Martin Amis depuis 1973, à l’exception du dernier roman en date House of Meetings, prend pour fil directeur les figures de la colère. Après avoir rappelé que l’étiquette de « jeune homme en colère » fut dans les années 1950 accolée à Kingsley Amis, le père de Martin Amis, ce travail définit les termes de « colère » et de « figure » à travers un prisme philosophique, linguistique, rhétorique et religieux, autant de perspectives qui sont privilégiées pour l’analyse des figures de la colère amisienne. La tonalité comique engendrée par les colères des fripons subversifs, des bagarreurs machistes et des viragos est tout d’abord disséquée dans l’espoir de démontrer l’engagement axiologique du rire amisien, fondé sur la satire ménippée, le réalisme grotesque et la parodie de toutes les formes de sexisme. La deuxième partie diagnostique la veine sublime qui irrigue les écrits amisiens et leur insuffle une modalité gothique et science-fictionnelle qui semble flirter avec le désespoir et le nihilisme. S’il saisit le lecteur et l’effraie, le sublime amisien affirme toutefois la primauté de l’art, lequel constitue un viatique permettant à l’homme contemporain de combattre les totalitarismes d’origine scientifique, capitaliste et politique. La dernière partie de cette étude tente de démontrer que la tonalité dominante dans la colère amisienne est en vérité d’essence pathétique, comme l’atteste l’importance accordée aux figures mélodramatiques de la colère. Même si les violences commises contre soi-même sous l’emprise de la colère constituent un second pilier pathétique, c’est in fine le renoncement à la colère que prône la fiction de Martin Amis, renoncement qui s’appuie sur les figures euphoriques de l’enfant et de la femme. Une telle évolution de l’ire à l’eirïnï trahit l’engagement humaniste d’une œuvre dont l’axiologie s’appuie sur une langue hors pair.

2Étant donné que Martin Amis affectionne la polytonalité et l’intertextualité, qu’il cherche à atteindre l’universel et qu’il compare volontiers la littérature à la religion, cette thèse émet en conclusion l’hypothèse que l’écriture amisienne, plus encore que par son héritage romantique, est surtout remarquable par sa volonté de rendre compte du monde, d’en communiquer l’essence et d’en expliquer la signification, comme si elle se rêvait en « méta-récit », en mythe des temps modernes. Il semble donc que c’est par la recherche d’une « écriture mythique » nourrie du fantasme cratylien de la congruence entre les mots et les choses que se distingue Martin Amis, lequel s’obstine à faire sens du monde et à faire signe au lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Verrier, « « Les figures de la colère dans la fiction de Martin Amis » », Études britanniques contemporaines [En ligne], 34 | 2008, mis en ligne le 06 juin 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ebc/7313 ; DOI : 10.4000/ebc.7313

Haut de page

Auteur

Luc Verrier

thèse préparée sous la direction de Jean-Michel Ganteau et soutenue le 8 décembre 2007 à l’université Paul-Valéry-Montpellier 3.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals