Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

« Cadres et ouverture : la représentation de l’espace dans les romans d’Elizabeth Bowen »

Céline Magot

Texte intégral

1Longtemps éclipsée, placée dans l’ombre de grandes figures littéraires du 20e siècle, l’œuvre romanesque d’Elizabeth Bowen suscite depuis environ cinq ans un intérêt neuf de la part des critiques. Se situant dans ce mouvement, l’étude menée dans cette thèse vise à montrer la complexité de l’écriture de Bowen, loin des visions réductrices qui en font la voix d’un réalisme plat qui ne se nourrit que d’impressions sensibles. L’axe thématique de l’espace permet de revisiter transversalement cette œuvre qui se déploie largement sur le vingtième siècle, puisque la publication de ses dix romans s’étend de 1927 à 1969.

2Dotés d’une présence forte, les lieux des romans de Bowen se placent au-delà du statut de simples cadres pour devenir actants du récit, omniprésents dans un phénomène de hantise qui déborde les limites et rend les frontières poreuses ; car loin d’être une voix figée, l’œuvre de Bowen se fait champ de tension, à la lumière de cette distinction relevée par Michel de Certeau dans L’Invention du quotidien entre le lieu, perçu dans sa dimension statique, et l’espace, qui se pratique le long de vecteurs, de croisements, dans la mobilité qui s’y déploie. Bowen donne à voir de manière dynamique la simultanéité de la stase et du mouvement, si bien que l’espace apparaît comme un moment de rupture.

3Les descriptions, par leur immobilité picturale, semblent être la promesse d’un ancrage dans un cadre délicatement tracé, mais déjà le simulacre de réel se dérobe car l’écriture-peinture a pour effet de rendre visible le signe qui est au fondement de l’acte littéraire, la trace d’un monde fait de mots, dans un langage qui prend corps. Dès lors les personnages ne peuvent trouver leur place : les lieux deviennent des mondes clos, magnétiques et statiques, des représentations métaphoriques de l’enfermement selon des réseaux récurrents qui passent par l’insularité utopique et la théâtralité. Mais l’ordre apparent d’un monde fermé, rehaussé de vernis, révèle en réalité l’inhumanité d’une société hautement civilisée, le long des lignes qui fissurent la chape de plomb étouffant le personnage.

4La spécificité de Bowen réside précisément dans ces interstices, dans cet entre-deux au cœur de la tension : l’enfermement devient mortifère par un phénomène de hantise qui rend poreuses les frontières du corps et annonce le devenir-espace des personnages. Ceux-ci sont en effet pris dans une fuite en avant, incapables de trouver refuge en un quelconque lieu. Le motif du parcours se déploie alors dans l’œuvre, depuis des variations sur la flânerie telle que Walter Benjamin l’a mise en lumière, jusqu’à l’errance des personnages traversant des lieux insaisissables, des « non-lieux » ainsi que les nomme Marc Augé. Êtres en perpétuel mouvement, ils deviennent des corps habités, incarnations dans l’espace de ces « zones de vivant » dont parle Georges Didi-Huberman. Les corps et les identités se fragmentent, à l’image du puzzle qui métaphorise de façon récurrente la perte d’unité, l’instabilité et l’éclatement de la représentation. L’esthétique fragmentaire de la dislocation touche jusqu’à l’écriture et la structure des romans : l’œuvre s’anime d’une impulsion futuriste, montrant un espace mécanisé qui se disloque, traversé par des personnages qui, sublimés, se dissolvent dans la vitesse même. Ainsi, l’écriture des lieux et de l’espace s’attache paradoxalement à faire apparaître la perte, à explorer le vide, qui n’est plus que la trace de la dislocation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Magot, « « Cadres et ouverture : la représentation de l’espace dans les romans d’Elizabeth Bowen » », Études britanniques contemporaines [En ligne], 34 | 2008, mis en ligne le 06 juin 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ebc/7321 ; DOI : 10.4000/ebc.7321

Haut de page

Auteur

Céline Magot

thèse préparée sous la direction de Catherine Lanone et soutenue le 24 novembre 2007 à l’université Toulouse 2-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals