Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Comptes rendusWinifred Holtby, Virginia Woolf. ...

Comptes rendus

Winifred Holtby, Virginia Woolf. A Critical Memoir (1932)

Christine Reynier
Référence(s) :

Winifred Holtby, Virginia Woolf. A Critical Memoir (1932), with a new preface by Marion Shaw, London : Continuum, 2007.

Texte intégral

1Le livre de Winifred Holtby fut la première étude de l’œuvre de Virginia Woolf à être publiée en anglais. Parue en 1932, elle est aujourd’hui rééditée et accompagnée d’une nouvelle préface de Marion Shaw, auteur d’une biographie de Winifred Holtby. Cette étude, à mi-chemin entre la biographie et l’essai critique, est celle d’un écrivain se penchant sur un autre écrivain, ce qui est dans l’ensemble, un atout et à l’occasion, un inconvénient.

2Au premier chapitre entrent la perspicacité et la grande sensibilité de Winifred Holtby qui remarque à quel point la présence de la mer hante la fiction de Woolf et écrit, bien avant que « A Sketch of the Past » ait été publié : « sea memories surely come to her from her childhood » (14). Holtby souligne également l’importance du visuel chez Woolf qu’elle attribue à sa relation intime avec sa sœur Vanessa. Elle attire surtout l’attention sur la palette extrêmement riche des activités de l’écrivain qui fut romancière, critique, conférencière et, on l’oublie souvent aujourd’hui, traductrice. Holtby rappelle que Woolf fut un critique avant d’être écrivain et fut jusqu’au début des années trente considérée comme telle même si, comme le remarque justement l’auteur, théorie et pratique allaient de pair chez elle. Et elle donne une très bonne appréciation du Common Reader qui offre, selon elle, non pas un système critique mais une forme de critique intime et humaine qui ne souscrit à aucune école de pensée.

3Holtby établit également des parallèles entre les lectures de Woolf et sa fiction, telle, par exemple, sa lecture de The Discovery of Guiana de Raleigh et l’écriture de The Voyage Out. Elle compare Woolf à d’autres écrivains, qualifiant ainsi Night and Day de « comédie domestique à la manière de Jane Austen » ; et elle ne s’interdit pas de convoquer l’influence des proches de l’écrivain pour trouver une filiation entre le goût de Woolf pour les écrivains grecs et leurs valeurs et l’agnosticisme de Leslie Stephen ou comparer l’humour et le goût de l’hyperbole de Woolf à l’esprit qui anime Notes from Sick Rooms, le livre de conseils médicaux et hygiéniques de Julia Stephen. Dans l’ensemble, la plupart des détails que donne Holtby sur la vie ou le talent de Woolf sont justes et sont devenus familiers à travers la publication postérieure du journal, des lettres et de l’autobiographie de l’écrivain sans compter les nombreuses études critiques.

4Sans doute parce que cet ouvrage était le premier à être consacré à Woolf donne- t-elle également de longs résumés des romans qui aujourd’hui n’ont plus guère d’intérêt. Et à l’occasion, l’écrivain Holtby prend le dessus sur son sujet pour donner une appréciation de la fiction qui semble davantage refléter la sienne que celle de Woolf : « For one thing [Woolf] could not disguise even from herself the fact that though art may be, theoretically, an “end in itself”, it concerns morality. [...] The morality of novels... the morality of poetry. We cannot escape them. We may cling to a doctrine of pure aesthetics as closely as we choose, but the thing is round us » (46-47).

5Ce qui domine l’étude de Holtby est malgré tout la vision qu’elle offre de Woolf et que résume cette phrase : pour Woolf, « [a work of art] must be an end in itself » (44). Holtby reconnaît que Woolf, au contact de son mari, ne pouvait être indifférente à la politique ; elle accompagnait Leonard dans ses voyages dans le Nord de l’Angleterre, fréquentait les suffragettes, etc. Mais Holtby présente sa vie comme un dilemme ; selon elle, Woolf fut tiraillée entre l’engagement aux côtés des suffragettes et la création artistique. Dans ces pages-là, Holtby a tendance à généraliser et à passer de l’expérience générale des femmes-artistes à celle de Woolf, comme le montre très bien cette phrase : « Writers, painters, musicians and actresses were torn between their obligations to art and their obligations to society » (28) ; et elle conclut : « [s]he chose to be an artist, to concern herself with ends and not with means » (32). Comme le souligne Marion Shaw, le dilemme qu’elle évoque apparaît en fait comme étant davantage celui de Sylvia Pankhurst tel qu’il est exprimé dans son ouvrage The Suffrage Movement que celui de Woolf (« And while on the one hand the suffragettes opened new opportunities and suggested new interests to a woman, at the same time they summoned her to sacrifice the preoccupations of the artist », 27).

6De nombreux critiques ont pendant longtemps emboîté le pas à Winifred Holtby et accentué cette image de Woolf, artiste enfermée dans une tour d’ivoire, adepte de l’art pour l’art. On ne saurait donc reprocher à une contemporaine de commettre l’erreur qu’ont commise les générations suivantes. Holtby a d’ailleurs le mérite de considérer qu’à partir de A Room of One’s Own, Woolf serait parvenue à résoudre ce dilemme. Elle lit en effet cet essai comme marquant une rupture dans l’œuvre de Woolf : « Now she realises that Shakespeare may have had a sister whose work has been lost to the world because the circumstances which might have made it possible were lacking. She is driven to the politician’s argument, driven to concern herself with the external arrangements of the world » (175-76). À partir de là, le monde extérieur serait admis dans son œuvre. Cette prise de conscience relative de la césure impossible chez Woolf entre le monde et ses écrits résout en partie les contradictions apparentes dans l’ouvrage de Holtby qui, tout en présentant Woolf comme une esthète, note la présence forte de la guerre dans Jacob’s Room, « her war book ». Ce faisant, elle ouvre la voie aux critiques qui, plus récemment, ont reconnu la part du monde visible dans l’œuvre de l’écrivain ainsi que son engagement même si celui-ci a encore trop souvent été réduit à un engagement féministe.

7Malgré ses défauts, cette étude qui manquait forcément de recul et ne disposait pas encore de l’ensemble de l’œuvre de l’écrivain, offre de très belles analyses, fines et judicieuses, de la fiction de Woolf. Holtby est extrêmement sensible à la poésie et la musicalité des nouvelles de Woolf ou d’un roman comme The Waves. Elle propose ainsi une analyse de la prosodie dans « A Haunted House » et présente la nouvelle sous forme de poème, découpant les phrases en vers. Elle analyse aussi The Waves comme « an orchestral effect of several aspects of consciousness playing together » (192). Elle compare à plusieurs reprises la technique narrative de Woolf à la technique cinématographique. Et surtout, elle reconnaît ce qu’une certaine critique a parfois eu tendance à oublier, à savoir l’amour de la vie que transmet cette œuvre : « she is in love with life », écrit-elle (202). Ne serait-ce que pour cela, cette étude méritait d’être republiée. Cette lecture de Woolf a également le mérite de nous faire redécouvrir, entre les lignes et dans la préface de Marion Shaw, l’auteur de South Riding, l’antithèse de Woolf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Reynier, « Winifred Holtby, Virginia Woolf. A Critical Memoir (1932) »Études britanniques contemporaines [En ligne], 33 | 2008, mis en ligne le 21 juillet 2020, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ebc/9451 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebc.9451

Haut de page

Auteur

Christine Reynier

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search