Navigation – Plan du site
Livres à lire
Comptes rendus

Antonin Bechler, Ôe Kenzaburô, une économie de la violence

Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2016, 352 p.
Claire Dodane
p. 275-277
Référence(s) :

Antonin Bechler, Ôe Kenzaburô, une économie de la violence, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2016, 352 p.

Texte intégral

1Né en 1935, lauréat du Prix Nobel de littérature en 1994, écrivain phare du Japon moderne débutant sur la scène littéraire en 1957, Ōe Kenzaburō s’impose aujourd’hui dans la conscience collective comme l’un des porte-paroles les plus résolus du pacifisme et de la lutte contre le nucléaire. Issu de sa thèse, l’ouvrage d’Antonin Bechler associe dans son titre le terme de violence au nom de ce grand personnage public défenseur de la paix et promet d’emblée une lecture renouvelée d’Ōe qui tienne compte de la complexité de sa pensée. L’idée phare de cette étude part du constat suivant, lui-même régulièrement suggéré au Japon par les détracteurs d’Ōe : il existe, sinon d’éminentes contradictions, du moins des décalages évidents, entre la pensée publique de l’auteur telle qu’elle s’exprime dans ses essais et entretiens, à la position moraliste parfois implacable, et son œuvre romanesque, traversée en maints endroits par la violence. Tout au long des 351 pages et des quatre grandes parties qui composent l’ouvrage, Antonin Bechler entreprend un vaste mouvement de va-et-vient entre l’œuvre romanesque d’une part et les essais et entretiens d’autre part. Son pari, tenu, est de révéler un réseau d’obsessions susceptible d’éclairer les contradictions apparentes de l’œuvre et du discours public sous le sceau de la cohérence. Cette cohérence relève selon l’auteur du désir d’être au monde, du refus de n’être rien, « dans une quête d’auto-affirmation qui ne saurait être qu’une histoire de la violence » (p. 11). Celle-ci ne peut se dispenser d’un rapport de force, qui est à un niveau plus profond une quête d’absolus, un désir de résistance et de transcendance.

2Tout en respectant l’évolution chronologique de l’œuvre, l’architecture de cette analyse thématique fait de 1963 une année pivot, qualifiée de « conversion » par le romancier lui-même : le drame personnel qu’est la naissance d’un enfant handicapé s’accompagne en effet pour Ōe d’un séjour fondateur à Hiroshima, où, prenant la vraie mesure de la tragédie collective des victimes de la bombe, il n’aura de cesse par la suite de dénoncer la violence, en particulier celle de l’atome, et de témoigner sa compassion à toutes les victimes.

3Outre la précision des sources, des traductions et de l’écriture, deux mérites s’imposent constamment dans cette étude : le souci de contextualisation d’une part, et la mobilisation de textes inédits en langue française d’autre part (environ une vingtaine de recueils d’essais et d’entretiens, et une vingtaine de nouvelles et de romans). Ce sont ainsi des pans entiers de l’histoire politique japonaise des années 1960 et 1970 qui sont présentés, cependant que la place capitale de l’auteur dans l’histoire littéraire et culturelle de la même période sort renforcée par l’éclairage d’une argumentation de première main.

  • 1 Ôé Kenzaburô – Légendes d’un romancier japonais, Nantes, Pleins feux, 2001, réédité et augmenté en (...)
  • 2 Kenzaburô Ôé – Œuvres, édition établie et préfacée par Antonin Bechler, traductions d’Anne Bayard-S (...)

4En 2011, dans l’avant-propos de la réédition de son ouvrage sur Ōe Kenzaburō1, le premier en langue française, l’écrivain et professeur de littérature comparée Philippe Forest écrivait regretter que l’attribution du Prix Nobel en 1994 n’ait pas eu pour conséquence en France une plus flamboyante augmentation des publications sur l’écrivain, études ou traductions. Ce souhait semble avoir été propitiatoire : à l’ouvrage Ôe Kenzaburô, une économie de la violence, vient en effet s’ajouter la parution récente aux éditions Gallimard d’un imposant volume de 1 344 pages2, établi et préfacé par Antonin Bechler, regroupant des textes fondamentaux d’Ōe, dont trois inédits. Ces romans et nouvelles, mais aussi essais, discours et poèmes, sont répartis au sein de trois grandes parties à chaque fois introduites qui correspondent à ce que l’on pourrait appeler classiquement les trois grandes périodes de l’œuvre. En pages 26 à 122 du même volume figure une longue notice biobibliographique, d’une efficacité extraordinaire. Celle-ci rend compte de l’intégralité de l’œuvre romanesque et est agrémentée de photographies et de courts textes clefs qui sont autant de miroirs de vie en regard du discours chronologique. Le rapport si vivant de l’homme et de l’auteur avec son œuvre s’y trouve comme ressuscité. Rappelons aussi, pour saluer la ténacité des critiques et traducteurs associés à la diffusion en France de l’œuvre d’Ōe, que ni Mishima, ni Sōseki, ni Tanizaki, ni Akutagawa, ni Kawabata, autrement dit aucun écrivain phare du Japon moderne n’a suscité à ce jour autant de pages d’analyses fines en langue française.

Haut de page

Notes

1 Ôé Kenzaburô – Légendes d’un romancier japonais, Nantes, Pleins feux, 2001, réédité et augmenté en 2012 sous le titre : Ôe Kenzaburô – Légendes anciennes et nouvelles d’un romancier japonais, Nantes, éditions Cécile Defaut.

2 Kenzaburô Ôé – Œuvres, édition établie et préfacée par Antonin Bechler, traductions d’Anne Bayard-Sakai, Antonin Bechler, René de Ceccatty, Edwige de Chavanes, Patrick De Vos, Claude Elsen, Marc Mécréant, Ryôji Nakamura et Dominique Palmé, Paris, collection Quarto, Gallimard, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Dodane, « Antonin Bechler, Ôe Kenzaburô, une économie de la violence », Ebisu, 54 | 2017, 275-277.

Référence électronique

Claire Dodane, « Antonin Bechler, Ôe Kenzaburô, une économie de la violence », Ebisu [En ligne], 54 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/2151

Haut de page

Auteur

Claire Dodane

Université Jean Moulin Lyon 3, IETT

Haut de page

Droits d’auteur

© Maison franco-japonaise

Haut de page
  • Logo Maison franco-japonaise
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals