Skip to navigation – Site map
Livres à lire
Comptes rendus

Fridenson Patrick & Kikkawa Takeo (dir.), Ethical Capitalism: Shibusawa Eiichi and Business Leadership in Global Perspective

Toronto, University of Toronto Press, 2017, 215 p.
Gilles Guiheux
p. 355-357
Bibliographical reference

Fridenson Patrick & Kikkawa Takeo (dir.), Ethical Capitalism: Shibusawa Eiichi and Business Leadership in Global Perspective, Toronto, University of Toronto Press, 2017, 215 p.

Full text

1Les lecteurs d’Ebisu sont familiers de la figure de Shibusawa Eiichi 渋沢栄一 (1840-1931). Né à Fukaya (dans l’actuelle préfecture de Saitama), fils de paysans aisés, il reçoit une éducation confucéenne et participe aux côtés de son père à l’activité familiale de production et de commercialisation d’indigo. Passé au service du futur shogun Tokugawa Yoshinobu 徳川慶喜, il a la chance de participer à une délégation envoyée en mission d’étude en France à l’occasion de l’Exposition universelle de 1867. À la suite de l’effondrement du régime Tokugawa et de la restauration de Meiji, il rentre précipitemment au Japon où il entame une carrière de haut fonctionnaire au ministère des Finances. À ce titre, il participe à la rédaction d’un certain nombre de lois et règlements importants qui préparent la construction d’une économie moderne. En 1873, il démissionne pour prendre la direction de la Daiichi Kokuritsu Ginkō 第一国立銀行 (Banque Nationale numéro un), première institution bancaire japonaise de style occidental. Il consacre alors toute son énergie à la création d’institutions favorisant le développement économique, à la fois des entreprises – près de 500 dont des compagnies de navigation maritime, des sociétés d’assurance ou des sociétés minières – et des institutions professionnelles – chambres de commerce, bourses des valeurs mobilières. Il prend notamment la direction de la Chambre de commerce de Tokyo où il préconise des mesures d’aide à l’industrie privée, alors que l’État se lance dans les années 1890 dans un programme d’armement massif. Son activité de bâtisseur d’entreprises et d’institutions capitalistes modernes lui vaut d’être surnommé « le père du capitalisme japonais ». En 1917, il se retire des affaires et entame, jusqu’à son décès en 1931, une nouvelle carrière de conférencier, de porte-parole de la diplomatie patronale internationale, de représentant des intérêts des émigrés japonais et d’intermédiaire incontournable de la coopération culturelle et sociale. Soucieux d’une meilleure compréhension entre la France et le Japon, il participe en 1924 à la création de la Maison franco-japonaise.

  • 1 Hamon Claude, Shibusawa Eiichi, bâtisseur du capitalisme japonais, Paris, Maisonneuve et Larose, 20 (...)
  • 2 Shibusawa Eiichi, « Que l’économie et la morale s’accordent » (1923), « L’esprit de la Société des (...)
  • 3 https://www.shibusawa.or.jp

2Claude Hamon, qui a publié une biographie de Shibusawa Eiichi1 et commenté la traduction de deux discours prononcés en 1923 et 19282, mettait l’accent, en retraçant son itinéraire personnel, sur son action au service de la modernisation économique, mais aussi de l’éducation et d’une diplomatie privée. L’ouvrage dirigé par Patrick Fridenson et Kikkawa Takeo revient sur l’éthique entrepreneuriale de Shibusawa. Déjà paru en langue japonaise, il est le fruit d’un programme initié par la Shibusawa Eiichi Memorial Foundation3. Pendant trois ans, entre 2011 et 2013, des historiens japonais, britanniques, américains et français se sont rencontrés autour de la défense par Shibusawa Eiichi d’un capitalisme éthique. Celui-ci défend en effet l’idée que « l’économie et la morale peuvent parfaitement s’accorder ». Selon lui, le capitalisme ne doit pas se contenter de créer des richesses ; une économie de marché doit être régie par des règles, et l’éthique constitue l’une des dimensions de régulation de l’activité économique. Sa thèse promeut un capitalisme privé reposant sur l’actionnariat (gapponshugi 合本主義). Pour conduire sa démonstration, Shibusawa Eiichi prend appui sur Les Entretiens de Confucius, qu’il réinterprète au service de son projet de développement économique du Japon de l’ère Meiji. L’ouvrage de Fridenson et Kikkawa construit ainsi une perspective historique sur la moralité et l’éthique dans le monde des affaires, une question brûlante au début du xxe siècle tout autant qu’aujourd’hui, au Japon comme ailleurs.

3Plusieurs conclusions de cet ouvrage collectif, qui rassemble huit contributions, peuvent être soulignées. Elles mettent d’abord en valeur l’originalité de la pensée économique de Shibusawa Eiichi pour qui, si l’enrichissement du peuple et de la nation passe nécessairement par la promotion de l’économie privée, la poursuite de l’intérêt individuel ne doit pas être le moteur principal de l’action des hommes d’affaires. Ces derniers doivent rechercher le profit à la fois pour eux-mêmes et pour les autres. Shibusawa développe ainsi une forme d’entrepreneuriat distincte de celle qu’on pratique dans le monde occidental, basée sur le calcul rationnel et la poursuite de l’intérêt individuel. Conscient de l’écart entre le Japon et les nations déjà industrialisées, il insiste sur le sens aigu du devoir public des entrepreneurs, qui doivent engager leurs capitaux dans des entreprises industrielles et commerciales au service du pays et de la société tout entière, par l’intermédiaire de la forme institutionnelle de la société par actions.

4Plusieurs des contributeurs replacent la pensée de Shibusawa Eiichi dans son contexte, pour démontrer combien sa réflexion sur la morale des affaires est alors partagée par d’autres. Dans un chapitre où il développe une perspective historique et comparative sur les frontières mouvantes entre secteur public et secteur privé, Patrick Fridenson souligne par exemple que, au cours de son séjour à Paris en 1867-1868, Shibusawa a sans doute été sensibilisé à la pensée d’Henri de Saint-Simon et à sa réflexion sur le rôle de l’entrepreneur dans la société. Janet Hunter replace quant à elle cette réflexion dans le contexte de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle, où les débats sur la morale des affaires sont vifs. Dans le monde du commerce international, les hommes d’affaires japonais ont très mauvaise presse : on les accuse de ne pas respecter les termes des contrats, de livrer par exemple des produits de qualité moindre que prévu et, face à la concurrence, notamment sur le marché chinois, de les vendre à des prix inférieurs à ceux venus d’Europe ou des États-Unis, n’hésitant pas à contrefaire les marques étrangères. Le propos de Shibusawa, soucieux de défendre l’image du Japon à l’étranger, entend répondre aux critiques adressées à ses concitoyens dans un tel contexte.

5Enfin, il faut souligner l’intérêt contemporain des propositions de Shibusawa Eiichi. Certes, la question des conditions d’une croissance économique et d’une conduite éthique des affaires était pressante à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle au Japon, mais elle l’est tout autant aujourd’hui. Les excès du capitalisme financier ont conduit à la crise mondiale de la fin des années 2000. Si le système a été sauvegardé, il ne semble toujours pas à l’abri de la poursuite excessive d’intérêts particuliers et de la cupidité de certains ; aucune réponse n’a encore été trouvée à l’accroissement continu des écarts entre riches et pauvres. Shibusawa Eiichi est une figure comparable à celle d’Andrew Carnegie, qu’il citait d’ailleurs en exemple, et qui tenta de penser comment réaliser le bien public tout en poursuivant l’accumulation des richesses. Ses propositions restent valables pour construire un nouveau cadre moral au capitalisme globalisé. Ce volume est d’ailleurs publié dans une collection intitulée Japan and Global Society, qui explore d’une part la manière dont le Japon a été influencé par sa position en Asie et sur la scène internationale, comme par ses relations avec, dans le cas présent, la Chine, les États-Unis ou l’Europe, et d’autre part, celle dont il contribue en retour à façonner le reste du monde.

Top of page

Notes

1 Hamon Claude, Shibusawa Eiichi, bâtisseur du capitalisme japonais, Paris, Maisonneuve et Larose, 2007.

2 Shibusawa Eiichi, « Que l’économie et la morale s’accordent » (1923), « L’esprit de la Société des Nations » (1928), présentés par Hamon Claude, traduits par Perroncel Morvan, « Éthique et diplomatie chez Shibusawa Eiichi 渋沢栄一 (1840-1931) », Ebisu. Études japonaises, 32, Printemps-Été 2005 : 149-162.

3 https://www.shibusawa.or.jp

Top of page

References

Bibliographical reference

Gilles Guiheux, « Fridenson Patrick & Kikkawa Takeo (dir.), Ethical Capitalism: Shibusawa Eiichi and Business Leadership in Global Perspective », Ebisu, 56 | 2019, 355-357.

Electronic reference

Gilles Guiheux, « Fridenson Patrick & Kikkawa Takeo (dir.), Ethical Capitalism: Shibusawa Eiichi and Business Leadership in Global Perspective », Ebisu [Online], 56 | 2019, Online since 24 December 2019, connection on 28 March 2020. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/4419

Top of page

About the author

Gilles Guiheux

Professeur à l’université Paris Diderot

Top of page

Copyright

© Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise

Top of page
  • Logo Maison franco-japonaise
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals