Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Dossier. Les architectes de l’ère...ArticlesL’ère Heisei et l’architecture

Dossier. Les architectes de l’ère Heisei (1989-2019). Rôles, statuts, pratiques et productions
Articles

L’ère Heisei et l’architecture

平成と建築
The Heisei Era and Architecture
Yūki Kuwahara
Traduction de Léo Matsuura et Sophie Refle
p. 83-145

Résumés

L’ère Heisei s’achève. Moitié moins longue que l’ère Shōwa (1926-1989), elle peut être qualifiée d’époque de bouleversements. De l’éclatement de la bulle économique aux deux désastres sismiques en passant par l’attentat de la secte Aum, nombreux sont les événements qui ont secoué la société japonaise. S’y ajoutent la décroissance démographique, conséquence du vieillissement de la population et de la faible natalité, ainsi que la diffusion massive d’Internet et des smartphones, la mondialisation, qui ont conduit à la mutation de notre quotidien.
Nous avons retenu six thématiques sur l’architecture et la ville représentatives des trente années tourmentées de l’ère Heisei. Opérer une rétrospective de cette ère qui a évolué rapidement nous permettra peut-être de ressaisir les transformations des relations entre la société et l’architecture, ainsi que celles de nos valeurs. In fine, nous souhaitons apporter quelques perspectives éclairées sur la société et l’architecture à venir.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est la traduction du dossier « Heisei to kenchiku » 平成と建築, Kenchiku to shakai 建築と社会 (Architecture et Société), vol. 99, no 1157, août 2018. Cette revue est éditée par The Architectural Association of Japan (Nihon kenchiku kyōkai 日本建築協会). Toutes les notes sont rédigées par les coordinatrices du numéro.

Les mots suivis d’un astérisque (*) renvoient au lexique situé à la fin du dossier.

Texte intégral

Introduction : l’ère Heisei et l’architecture

Par Kurakata Shunsuke 倉方俊輔 (professeur associé au département d’ingénierie de l’université d’Osaka).
Traduit du japonais par Léo Matsuura.

Kurakata Shunsuke, né en 1971 à Tokyo, est diplômé du département d’architecture de la faculté des sciences et de technologie de l’université Waseda, où il effectue également un master et obtient un doctorat en ingénierie. Il accède à son poste actuel en 2011. Ses recherches ont pour objectif une présentation critique de l’histoire de l’architecture moderne au Japon. Il est membre du comité d’organisation d’un des plus importants événements annuels sur l’architecture au Japon, « Open House Osaka (Living Architecture Museum Festival Osaka) ». Il est également rédacteur en chef de l’Architectural Design Journal (Kenchiku sekkei 建築設計) publié par l’ADAN (Architectural Design Association of Nippon [Nippon kenchiku sekkei gakkai 日本建築設計学会]). Il a publié, entre autres, Tōkyō retoro kenchiku sanpo 東京レトロ建築さんぽ (Promenades architecturales rétro à Tokyo [X-Knowledge, 2016]) ; Itō Chūta kenchiku shiryōshū 伊東忠太建築資料集 (Recueil de documents sur l’architecture d’Itō Chūta, [Yumani shobō ゆまに書房, 2013]) ; Ōsaka kenchiku miru, aruku, kataru 大阪建築みる・あるく・かたる (Regarder, parcourir, raconter l’architecture d’Osaka [Keihanshin L magajin 京阪神Lマガジン, 2014]) ; Yoshizaka Takamasa to Ru Korubyujie 吉阪隆正とル・コルビュジエ (Yoshizaka Takamasa et Le Corbusier [Ōkokusha 王国社, 2005]).

1. Heisei, une époque vaine

1Les relations entre l’époque Heisei et l’architecture ont été vaines. La décision par l’Empereur d’abdiquer a anticipé la fin de l’ère impériale et a abouti à une situation inédite. Bien entendu, une ère impériale n’est qu’une convention, mais il y a là une occasion de regarder en arrière et de réfléchir à ce qui va suivre. L’annonce de la fin de l’ère Heisei, prévue pour fin avril 2019, nous offre le temps suffisant pour nous préparer et observer avec un certain recul le lieu où nous sommes, à partir du futur ou du passé. Ces deux modes d’examen sont conceptuels, ce sont des représentations mentales abstraites, et cela revient à penser que le « présent », également un concept, existe comme une idée aussi positive que possible. Ce changement d’ère est dissocié de l’affliction due à un cataclysme ou au décès de l’Empereur, comme c’était le cas par le passé. Je voudrais l’appréhender de façon large et heureuse. Non pas comme l’ensevelissement apathique des événements passés vers l’état présent, mais comme une occasion pour observer à nouveau la situation actuelle avec un regard historique. Dès lors, je ne peux m’empêcher de penser que nul n’aurait pu prédire au début de l’ère Heisei que les trente années suivantes allaient être aussi vaines.

2Je ressens une sensation désagréable lorsque je vois écrit : l’ère Heisei est vaine. Dans la mesure où je tiens à ce que le lecteur poursuive sa lecture, je souhaite faire un rappel. Il existe vraisemblablement deux origines à cette sensation. D’une part, au cours de ces trois décennies, exprimer une négativité critique n’a plus été au goût du jour. D’autre part, Heisei est l’époque pendant laquelle nous sommes nés, ou bien avons été formés, ou encore avons travaillé. Dès lors, se percevoir négativement soi-même fait réagir et donne envie de présenter les points positifs de cette ère. C’est aussi mon attitude. Sans doute parce que j’ai vécu durant l’ère Heisei depuis mes 17 ans. Je ne m’habitue pas non plus aux récits des nostalgiques du passé ou aux théories simplistes détachées du réel. Je voudrais construire avec les lecteurs un monde heuristique et constructif. J’espère que ce texte y contribuera.

2. Au commencement : une époque d’architecture

3Revenons trente ans en arrière, en 1989, à la première année de l’ère Heisei. Règne alors la croyance en un Japon qui va sans doute continuer à s’internationaliser et, dans ce cadre, approfondir sa compréhension de l’« architecture ».

  • 1 Tous ces bâtiments et ouvrages d’art de grande dimension livrés en 1989 sont construits le plus sou (...)

4Pour saisir l’atmosphère de cette époque, observons les constructions achevées cette année-là. Makuhari Messe 幕張メッセ, Kasai Rinkai Aquarium [suizokukan] 葛西臨海水族館, Yokohama Arena [arīna] 横浜アリーナ, Yokohama Bay Bridge [bei burijji] 横浜ベイブリッジ, Tokyo Budōkan 東京武道館 ne sont pas simplement d’immenses réalisations1 : elles demeurent ancrées dans la mémoire parce que ces projets ont certainement joué un rôle essentiel dans le renouvellement urbain. Parmi les architectes des bâtiments cités plus haut, on trouve Maki Fumihiko (61 ans à l’époque), Taniguchi Yoshio (52 ans), Rokkaku Kijō (48 ans). Ce sont des architectes d’atelier (atorie* kenchikuka アトリエ建築家) qui ont conçu une architecture ayant eu une influence majeure sur la société. C’est une différence avec l’époque actuelle.

5L’année suivante, en novembre 1990, la West Japan Railway Company organise un concours pour reconstruire et transformer la gare de Kyoto en un complexe commercial et hôtelier. Cette entreprise, née en 1987 de la privatisation et de la division de la Japan Railway Company, adopte la politique commerciale des compagnies ferroviaires privées existantes afin d’augmenter ses profits en tablant sur l’augmentation massive du trafic et de la demande potentielle.

6La reconstruction de la gare JR de Kyoto est symbolique. Pour le dire franchement, l’ère Heisei est à son début une époque qui conçoit la « privatisation » comme positive et sa « contribution à la société » comme importante. La privatisation de la JR est l’acte précurseur de plusieurs autres privatisations, notamment celle de la Poste en 2007. Malgré tout, notons la volonté de greffer une dimension publique au projet de la gare de Kyoto, dont l’inauguration est programmée initialement pour 1994 à l’occasion du 1 200e anniversaire de Heiankyō 平安京 [nom de l’ancienne capitale impériale] ; par ailleurs, des phénomènes sont apparus tels que des mouvements de protestation relativement étendus, formés autour d’intellectuels. Ces deux points montrent qu’une partie de l’esprit de l’ère « Shōwa » (1926-1989) persistait au début de « Heisei », à savoir un système stable d’une part et sa contestation d’autre part.

7L’organisation d’un tel concours d’architecture au début de l’ère Heisei n’avait pas pour but de marquer de manière anticipée la transition d’une époque, cependant il offrira ensuite l’occasion de se lamenter en s’interrogeant sur ce qu’est devenu le Japon.

8L’architecte chargé du projet de la gare de Kyoto, qui devait ouvrir au public en 1997, est choisi en 1991 (fig. 01). Lorsque nous regardons aujourd’hui comment est crédité le projet à l’achèvement du chantier, cela semble être un événement d’un autre pays. La mention officielle des concepteurs indique tout simplement « Hara Hiroshi* + Atelier Φ », sans mentionner d’autres bureaux d’étude associés, ni préciser « conception de l’avant-projet » ou « direction du projet » : seul ce nom individuel est associé à cette construction d’une surface totale d’environ 238 000 mètres carrés.

Fig. 01. Bâtiment voyageurs de la gare JR de Kyoto, Hara Hiroshi + Atelier Φ, 1997.

Fig. 01. Bâtiment voyageurs de la gare JR de Kyoto, Hara Hiroshi + Atelier Φ, 1997.

© Edomura no Tokuzō 江戸村のとくぞう 2009.

9Initialement, le concours avait pour objectif de choisir un « architecte » (kenchikuka 建築家). Kawasaki Kiyoshi* 川崎清 (1932-2018), professeur à l’université de Kyoto, était le président du jury composé de dix membres : Isozaki Arata* 磯崎新 (né en 1931, architecte), Uchii Shōzō* 内井昭蔵 (1933-2002, architecte), Hans Hollein (1934-2014, architecte et designer autrichien), Renzo Piano (né en 1937, architecte italien), Eugene F. Benda (1919-2006, architecte et urbaniste nord-américain), Umehara Takeshi 梅原猛 (1925-2019, philosophe et directeur du Centre international de recherche pour les études japonaises [Kokusai bunka kenkyū sentā 国際文化研究センター ] à Kyoto), rejoints par les présidents respectifs de la chambre de commerce et d’industrie de Kyoto, de la JR West et de la société d’exploitation de la gare de Kyoto. La moitié du jury était composée d’architectes réputés, dont trois étrangers.

10Les sept architectes choisis étaient Andō Tadao* 安藤忠雄 (né en 1941), Ikehara Yoshirō* 池原義郎 (1928-2017), Kurokawa Kishō* 黒川紀章 (1934-2007), Hara Hiroshi* 原広司 (né en 1936), Peter Bussmann (né en 1933, architecte allemand), James Stirling (1926-1992, architecte britannique), Bernard Tschumi (né en 1944, architecte franco-suisse installé en France et aux États-Unis), au titre d’« architectes désignés » (shimei kenchikuka 指名建築家 [pour participer au concours]) et non au nom de leur agence d’architecture. C’est la notion d’« architecte », exclue du droit de la construction au Japon, qui est donc utilisée ici.

11Autre point, inimaginable au crépuscule de l’ère Heisei [en 2018] : les organisateurs de ce concours ne sont ni l’État ni les autorités publiques locales. Que des entreprises privées sollicitent des agences reste possible. Néanmoins, ce concours se distingue dans la mesure où il a présenté les architectes uniquement par leur nom (et non pas associé à celui d’un bureau d’étude ou d’une agence). Les sept projets soumis ont été dévoilés au grand jour aussi bien en amont du processus de sélection, avec la publication de photos des maquettes, qu’en aval. Cela permet, encore aujourd’hui, d’émettre des critiques publiques. D’après le président du jury, les organisateurs du concours ont discuté « au moment des faits, de l’idée de rendre totalement transparent le processus de sélection du jury ».

12La dimension internationale et le respect vis-à-vis des architectes ne semblent pas être en décalage par rapport à ce qui était pratiqué en Occident au même moment. À l’occasion de ce concours, le secteur privé a contribué au secteur public en dépassant la dichotomie « privé/public ». On peut y voir une volonté de faire avancer avec fluidité un projet sans précédent, tout en prenant en compte l’espace public. La mise en œuvre du projet, ainsi résumée, s’est réellement déroulée de cette manière.

13Ces caractéristiques sont-elles propres au bâtiment de la gare de Kyoto ? Il n’en est rien. Les concours, à ce moment-là, se déroulaient dans un contexte où les blocages internes étaient dépassés, où les talents transcendaient les frontières et rivalisaient de façon ouverte. L’époque Heisei laissait présager la fin du régime fermé de l’ère Shōwa. L’architecture était l’une des facettes de cette tendance à l’ouverture que l’ensemble de la société suivait. Qu’en était-il des concours d’architecture nationaux ?

3. L’aube de Heisei au prisme des concours d’architecture

14Nous devrions commencer ce récit en 1986. C’est l’année où se déroulèrent trois concours qui ont ouvert un champ nouveau. L’un concerne le Centre culturel de Shōnandai (Shōnandai bunka sentā 湘南台文化センター [à Fujisawa 藤沢, département de Kanagawa 神奈川]) où la proposition éclatante de Hasegawa Itsuko* 長谷川逸子 (née en 1941) est primée. Achevé en 1990, le bâtiment reste inscrit dans l’histoire comme le premier aménagement public conçu au Japon par une femme. Dans un article, Hasegawa insiste sur le dialogue mené avec les habitants, un effet bénéfique du format du concours. La méthode adoptée, intitulée Proposal Design Competition, consiste à recueillir des propositions de projet sur deux panneaux de format A1 maximum et à réaliser une audition publique en dernière phase. Ce format exige des idées fortes et a conduit à sélectionner huit candidats tous issus de l’architecture d’atelier. Par la suite, ce cadre autorise des modifications afin de s’adapter à la réalité du terrain et de co-construire le projet avec les habitants.

15La même année, l’achèvement du nouveau théâtre national (Shin kokuritsu gekijō 新国立劇場) de Tokyo [près de Shinjuku] marque le début de l’internationalisation de l’architecture publique japonaise. Les participations étrangères au concours étaient autorisées et, parmi les 228 candidatures, 60 provenaient d’étrangers, soit un quart de l’ensemble. Parmi les projets sélectionnés, on trouve ceux de Hans Hollein, Bernard Tschumi ou Peter Eisenman (né en 1932, architecte nord-américain). Le premier prix fut attribué à Yanagisawa Takahiko* 柳澤孝彦 (1935-2017) qui travaillait chez Takenaka kōmuten et devint architecte indépendant comme le règlement l’imposait. Par la suite, ses nombreuses œuvres comme le musée d’Art contemporain de Tokyo (Tōkyōto gendai bijutsukan 東京都現代美術館) [à Kiba 木場], achevé en 1994, sont signées sous le nom de Yanagisawa Takahiko + TAK Architects Inc.

16Cette année-là, la reconstruction du bâtiment qui abrite le gouvernement métropolitain de Tokyo [l’hôtel de ville] (Tōkyōtochōsha 東京都庁舎) devint l’un des plus importants sujets de conversation. Que de grandes agences d’architecture expérimentées dans la conception des tours soient retenues n’avait rien de nouveau, mais il est intéressant et exceptionnel que l’atelier d’Isozaki Arata, sans expérience en la matière, ait été présélectionné. Le premier prix fut attribué à Kenzo Tange Associates, et la forme du bâtiment, proche de celle d’une cathédrale, est devenue représentative des dernières œuvres de Tange Kenzō* 丹下健三 (1913-2005). Le bâtiment principal, achevé en 1990, est alors le plus haut du Japon. À contre-courant des directives, Isozaki proposa un projet de faible hauteur. Aujourd’hui encore, sa proposition stimule l’imagination et nourrit le débat critique. Ce concours, pourtant seulement d’échelle nationale, fut enthousiasmant et permit de redonner vie à la lignée [issue du Métabolisme*] qui s’était estompée après l’époque du Kyoto International Conference Center (Kokuritsu Kyōto kokusai kaikan 国立京都国際会館) ou de la Cour suprême du Japon (Saikō saibansho chōsha 最高裁判所庁舎), construits dans les années 1960.

17En tant que membre du jury du concours pour le Centre culturel de Shōnandai, Isozaki a insufflé la dynamique d’une nouvelle génération et lors du concours pour le nouveau théâtre national de Tokyo, son aura internationale a suscité l’intérêt d’architectes étrangers. En 1988, il est président du jury du concours pour le musée mémorial Sakamoto Ryōma à Kōchi (fig. 02). Parmi les 475 projets, l’œuvre de Takahashi Akiko* 高橋晶子 (née en 1958), alors membre de l’atelier de Shinohara Kazuo* 篠原一男 (1925-2006), reçut le premier prix. À l’échelle du Japon, ce fait est comparable à la situation de Zaha Hadid* (1950-2016, architecte irako-britannique), encore méconnue et propulsée sur le devant de la scène après avoir gagné le concours du Peak Leisure Club à Hong Kong en 1983. Dénommé kōsō sekkei 構想設計 [projet conceptuel, concours d’idées], ce type de conception sollicité par concours n’exige pas de qualifications particulières, mais seulement le rendu de dessins sur deux panneaux de format B1 au plus, accompagnés d’un document explicatif de format B5. Ce qui est attendu, ce sont les idées des architectes.

Fig. 02. Musée mémorial Sakamoto Ryōma à Kōchi dans l’île de Shikoku, Takahashi Akiko, 1991.

Fig. 02. Musée mémorial Sakamoto Ryōma à Kōchi dans l’île de Shikoku, Takahashi Akiko, 1991.

© Keihin Nike 京浜にけ 2016.

  • 2 Le concours est lancé en 1988.
  • 3 Il a gagné en 1971, avec Renzo Piano, le concours pour le Centre Georges-Pompidou de Paris.
  • 4 L’UIA est une fédération des organisations nationales d’architectes fondée en Suisse en 1948 dans l (...)

18L’aéroport international du Kansai (Kansai kokusai kūkō 関西国際空港) est une étape incontournable dans l’internationalisation de la production architecturale locale. Pour la première fois, des architectes étrangers participent au jury d’un concours au Japon2. Parmi les huit membres du jury, plus de la moitié sont des architectes renommés tels Helmut Jahn (né en 1940, architecte germano-américain) et Richard Rogers3 (né en 1933, architecte italo-britannique), aux côtés de Kurokawa Kishō, Isozaki Arata et Kawasaki Kiyoshi. Mais ce concours suscite la controverse. Tange Kenzō, premier président de l’Institut japonais des architectes* (JIA, Nihon kenchikuka kyōkai 日本建築家協会), fondé en 1987, sous la tutelle de la superstructure de l’Union internationale des architectes (UIA4), objecte que le cadre formel de ce concours a posé, en préalable au concept de base, l’exigence d’un design architect et il critique la collaboration entre les architectes et le service en charge des plans d’exécution (kensetsugyō sekkeibu 建設業設計部). Kurokawa va rétorquer qu’il est nécessaire d’avoir, dans le cadre d’une nouvelle ère, de nouveaux types d’architectes. Dans ce contexte, Maki Fumihiko se désiste du jury. C’est finalement le projet de Renzo Piano qui est choisi parmi quatorze propositions. Achevé en 1994, le terminal du Kansai est encore aujourd’hui le seul aéroport japonais qui a été conçu par un architecte d’atelier.

19La même année, en 1988, Hosokawa Morihiro 細川護熙 (né en 1938), alors gouverneur de Kumamoto, en parfaite entente avec Isozaki Arata, lance le projet Kumamoto Artpolis*. Comme en témoigne l’année suivante la conception du Pont de Ushibuka (Ushibuka Haiyaōhashi 牛深ハイヤ大橋) confiée à Renzo Piano, la porte s’ouvre aux jeunes architectes encore en manque de réalisations ou aux architectes étrangers. Dans un archipel en voie d’ouverture, les grandes idées des architectes semblent nécessaires aussi bien pour réformer les régions, que pour chercher à développer une architecture de haute qualité et digne de notre pays, tout en comblant le fossé entre les autorités publiques et la population. C’est dans cette atmosphère-là que l’ère Heisei a débuté.

20En 1989, l’architecte du Tokyo International Forum [Tōkyō kokusai fōramu 東京国際フォーラム, centre de conférence, d’exposition et de spectacle] est sélectionné par un concours. Le jury, présidé par Tange Kenzō, président du JIA, est composé de neuf membres dont cinq sont étrangers. Parmi les 395 propositions provenant de 50 pays, Rafael Viñoly (né en 1944, architecte uruguayen installé aux États-Unis) remporte le premier prix et la construction est achevée en 1996 sans grande différence avec le plan d’origine, sur l’emplacement de l’ancien hôtel de ville de Tokyo à Yūrakuchō. Premier concours international au Japon approuvé par l’UIA, le Tokyo International Forum porte particulièrement bien son nom.

21Je voudrais également mentionner ici le siège social de NTT à Shinjuku en 1990, bien que le processus de sélection n’ait pas été dévoilé. Cesar Pelli* (1926-2019) a été choisi pour ce projet s’inscrivant dans la politique d’ouverture du marché de l’architecture. En tant qu’exemple d’une entreprise privée qui se soucie de l’international, ce projet pour NTT rejoint celui de la gare de Kyoto mentionné plus haut.

4. Un mot-clef : femmes

  • 5 Voir l’article de Funo Shūji dans ce numéro.

22Pourquoi me focaliser sur le début de l’ère Heisei alors que c’est un bilan qui m’est demandé ? Parce que je pense que Heisei est une époque où est née, puis est devenue courante, une façon de tout justifier en prétextant que « c’est à cause de la bulle5 ». C’est une manière de voir qui est partielle. À l’instar de chaque époque, il est vrai que la période de la bulle présente un côté sombre. Mais en réaction à cela, il est vrai aussi que de nouvelles valeurs sont nées durant l’ère Heisei.

23Nous avons récapitulé les concours de 1986 à 1991. On y voit du rêve. Comment a évolué l’« internationalisation » que l’on imaginait continuer ainsi ? Les grandes entreprises de construction, les zenekon* ゼネコン, et les grands bureaux d’étude se sont mis à davantage exporter à l’étranger. L’architecture d’atelier japonaise est devenue bien plus célèbre sur la scène internationale que nationale. Pourtant, une manière de penser, telle qu’elle s’est développée au Japon, s’est généralisée.

24Sinon, comment comprendre les « architectes » ? Il est difficile de dire si une quelconque évolution a transformé le milieu de l’architecture de Heisei, comme par exemple la collaboration positive avec d’autres domaines spécialisés, ou le maintien d’un respect sans précédent pour la création et la spécificité de l’architecture.

25Quelle fut la collaboration du secteur privé ? Une certaine forme de « bureaucratie », typique de « Shōwa », a disparu durant ces trente dernières années, au point qu’on n’entend pratiquement plus le mot « privatisation ». Cependant, l’architecture de l’ère Heisei a-t-elle suffisamment contribué à prendre en charge ce qui est commun ? Que ce soit pour l’architecture publique ou privée, j’ai l’impression que la participation des nouveaux architectes est devenue plus difficile.

26Nous pouvons également nous pencher sur la technologie. Le Japon du début de l’ère Heisei était considéré comme un pays d’excellence technologique, notamment pour les ordinateurs. Dans les projets architecturaux, on a pu voir s’opérer un mouvement d’intégration technologique. Qu’en est-il à présent ? Devant notre retard devenu immense, les soi-disant liens humains kizuna 絆 ou notre prétendu sens de l’hospitalité omotenashi おもてなし ne sont-ils pas seulement des consolations ?

27La seule question qui n’a pas déçu l’attente suscitée au début de l’ère Heisei concerne les changements à propos de la condition des femmes. La loi sur l’égalité hommes-femmes face aux opportunités d’emploi de 1986 (danjo koyō kikai kintō hō 男女雇用機会均等法) fut totalement révisée au cours de l’ère Heisei, en 1997 puis en 2007, et interdit clairement toute discrimination sexiste. Les femmes qui étudient l’architecture ne sont plus minoritaires, de même dans le milieu professionnel. Dans les concours évoqués plus haut, l’activité des femmes est devenue évidente. In fine, la star de l’architecture japonaise de l’ère Heisei est apparue. Architecte indépendante depuis 1987, fondatrice de SANAA* avec Nishizawa Ryūe* 西沢立衛 (né en 1966), Sejima Kazuyo* 妹島和世 (née en 1956) devint en 2010 la seconde femme après Zaha Hadid à recevoir le prix Pritzker*. En écrivant ainsi, je me rends compte à nouveau combien le statut des femmes était différent avant l’ère Heisei par rapport à aujourd’hui. Leur situation dans le milieu de l’architecture est toujours dans une phase de développement. Ce point-là est malheureusement similaire à l’étranger et c’est sans doute dans ce domaine uniquement qu’une spécificité japonaise n’a pas à être mentionnée.

5. La « bulle » comme excuse

28Évidemment, la période de 1986 à 1991 citée plus haut correspond parfaitement à ce que les économistes nomment la « bulle spéculative ». Le dynamisme de la demande, en pleine prospérité de la construction, a favorisé le choix minutieux d’architectes. En outre, la première année de l’ère Heisei (1989) est symbolique, car marquée par le rachat de l’emblématique Rockefeller Center à New York par Mitsubishi Estate (Mitsubishi jijo 三菱地所) pour 220 milliards de yens, et de Columbia Pictures par Sony. Face à l’immense excédent commercial du Japon, de nombreuses voix se sont élevées contre les barrières non tarifaires, notamment aux États-Unis. Dans ce contexte, l’« internationalisation » de l’architecture fut poussée par des pressions extérieures pour l’ouverture du marché de la construction.

29Pour autant, est-ce vraiment une période d’exception car cataloguée « à cause de la bulle » ? J’ai mentionné précédemment que les sept projets retenus lors du concours de la gare de Kyoto n’étaient pas proposés par des entreprises mais par des « architectes invités ».

  • 6 Cette salle de concert conçue par l’architecte Maekawa Kunio* 前川國男 (1905-1986), inaugurée en 1960, (...)

30Le concours de la salle de concert de Kyoto6 (Kyōto kaikan 京都会館), organisé en 1957, fut le premier qui s’est opéré après la publication, la même année, du règlement des concours de conception-construction (kensetsu sekkei kyōgi kijun 建設設計競技規準) élaboré par l’Institut japonais des architectes, l’Institut d’architecture du Japon* (Nihon kenchiku gakkai 日本建築学会) et la Fédération japonaise des architectes et des associations des ingénieurs en bâtiment* (Nihon kenchikushi rengōkai 日本建築士連合会). Les trois participants étaient Ozaki Kyūsuke* 尾崎久助 (1896-1966), Maekawa Kunio et Murano Tōgo* 村野藤吾 (1891-1984) et non Nikken sekkei, ni Maekawa Associates, Architects & Engineers, ni Murano and Mori Architecture Office.

31Je souhaite également me référer au concours pour l’hôtel de ville de Nago en 1978 (Nago shichōsha 名護市庁舎, fig. 03). Il y était stipulé clairement que « la signification de ce concours public est de répondre aux questions suivantes : “Que doit être l’architecture à Okinawa ?”, “Que doit-être un hôtel de ville ?”, et d’exprimer formellement des réponses avec des projets élaborés par des architectes faisant preuve de compétences confirmées ». « Ce concours a pour objectif de réinvestir avec force le milieu naturel et culturel (fūdo 風土) d’Okinawa et d’exprimer l’autonomie de la région par une architecture capable de représenter “Okinawa” à l’extérieur ». On peut lire ici une vive attente vis-à-vis des architectes et de leur capacité à imaginer un symbole de cette région.

Fig. 03. L’hôtel de ville de Nago dans l’île d’Okinawa, Zō sekkei shūdan 象設計集団 (Team Zō*), 1981.

Fig. 03. L’hôtel de ville de Nago dans l’île d’Okinawa, Zō sekkei shūdan 象設計集団 (Team Zō*), 1981.

© Hiroki Toyosaki 2006.

32Si nous revenons alors au début de l’ère Heisei, nous remarquons qu’elle n’est pas en réalité une période d’exception, mais un aboutissement qui amène les chefs de projet japonais à s’aligner sur les architectes étrangers en obtenant eux aussi le statut d’architecte. Comme si les bureaux d’étude et les constructeurs immobiliers n’étaient pas devenus tout-puissants au Japon depuis le milieu des années 1960 ou comme s’il ne s’agissait simplement que d’un écart de l’histoire, les « architectes » regagnent leur place dans la société au début de l’ère Heisei et le chemin reprend son cours normal lors de l’ère de « l’internationalisation ».

33Ce qu’il a fallu en réalité éliminer, c’est ce moment étiqueté « à cause de la bulle ». Libérons-nous enfin de cet ensorcellement de l’ère Heisei, abandonnons ces trente années décevantes, et essayons de réfléchir.

6. Vers un nouvel avenir

34Je ne préconise pas de revenir à la période des grands maîtres. Les lecteurs de cette revue l’ont compris. J’ai eu la chance de rédiger l’introduction générale de chaque numéro de Kenchiku to shakai durant trois années consécutives. Je suis très reconnaissant que l’on m’ait offert la meilleure opportunité pour observer notre temps.

35Le numéro de décembre 2016, « Borderless : disparition des frontières et élargissement des champs », proposait un dossier spécial ambitieux accompagné de six cas d’étude d’une architecture contemporaine qui « n’est pas une boîte rigide, mais au contraire tend à devenir souple en se liant avec de multiples “choses” et “faits” » (fig. 04).

Fig. 04. Shokudō tsuki apāto 食堂付きアパート (Appartements avec un restaurant), Naka kenchiku sekkei sutajio 仲建築設計スタジオ (Naka Architects’ Studio) 2014.

Fig. 04. Shokudō tsuki apāto 食堂付きアパート (Appartements avec un restaurant), Naka kenchiku sekkei sutajio 仲建築設計スタジオ (Naka Architects’ Studio) 2014.

Source : Kenchiku to shakai, décembre 2016.

36Dans l’introduction générale intitulée « L’architecture à l’époque du client empowerment : une nouvelle façon de travailler », j’ai mentionné les éléments suivants :

Le point commun des cas d’étude présentés se situe dans la nouveauté de l’attitude vis-à-vis des « requêtes » disparates de « personnes » individualisées qui devraient être formées pour dépasser le simple statut de « client ». […]
Les six articles témoignent de la nécessité de dépasser la relation conventionnelle entre les spécialistes de l’architecture et leurs clients. Pour parler franchement, il s’agit de la « formation du client ». […]
Le concept d’« empowerment » est le plus approprié pour expliciter les relations renouvelées entre les clients et les spécialistes mentionnés ci-dessus. […]
Il ne s’agit pas tant d’être constamment en demande de prescriptions de la part des experts, mais plutôt de renforcer son propre jugement sur la nécessité de recourir à eux ou non. C’est davantage cela la tâche des experts dans un monde où l’accès à l’information s’est démocratisé.
Tout cela commence par le fait de ne plus considérer son interlocuteur comme un « client ». Actuellement, aucun autre travail n’est probablement aussi nécessaire que l’architecture.

37Je pense que la distinction entre « client » et « client formé » provient de valeurs acquises durant l’ère Heisei, qui se démarquent de celles des grands maîtres de l’ère Shōwa.

38Le numéro de mars 2017 sur « Les cent projets qui lient l’architecture et la société japonaise » fut digne d’une édition spéciale pour les cent ans de la revue (fig. 05). Parmi dix projets détaillés, huit ont fait l’objet de rencontres ou d’entretiens avec leurs acteurs. Ce travail en amont a permis de faire ressentir une volonté rajeunie de travail soigné. L’introduction générale de ce numéro, « Les cent ans d’Architecture et Société. L’architecture à l’âge du client empowerment, et après », comme son titre l’indique, avait pour finalité de situer historiquement et développer la thèse précédente. L’acte de « former le client » est utile pour « co-construire un récit en accord avec le temps ».

Fig. 05. Centre culturel Yamanashi à Kōfu (anciennement centre de presse et radiodiffusion Yamanashi), Tange Kenzō, 1966.

Fig. 05. Centre culturel Yamanashi à Kōfu (anciennement centre de presse et radiodiffusion Yamanashi), Tange Kenzō, 1966.

Numéro de mars 2017, « Les cent projets qui lient l’architecture et la société japonaise ».

© Sakaori さかおり 2016.

39À la lecture de ces dix projets, nous remarquons que le facteur « temps » leur est commun. Façonné par le temps du passé et tout en se construisant avec le temps postérieur à son achèvement, le projet devient architecture en dépassant le visible. […]

40Ce que nous comprenons à travers ce dossier spécial est que le « présent » est l’époque d’un récit. Bien sûr, l’histoire ne se répète pas. Depuis l’ère « Meiji » (1868-1912) qui a été définie et fixée, jusqu’à « Taishō » (1912-1926), « Shōwa », au-delà de la fluidité et la générativité qui ont graduellement augmenté, il existe un récit du « présent » qui se tisse à partir du présent et non par la reproduction du passé. […] Le passé du « temps présent » n’est pas en tant que moment, un point fixe, mythifié sans lieu dans le temps, mais il s’adapte au lieu et participe à la conception d’un récit en tant que temps quotidien qui offre plusieurs interprétations. […]

41On comprend à travers ces dix projets que, dorénavant et de façon non transitoire pour co-construire un récit allié du temps, la clef est l’équilibre entre le client et l’architecte. Le récit du « présent » possédera ainsi ces caractères d’ancrage dans le temps.

42Toutefois… Ou plutôt parce que je souhaite l’exprimer ainsi : sommes-nous face au futur de cette période passée ?

43Une histoire riche n’opère pas par substitution, elle se nourrit de superpositions. Les valeurs acquises durant l’ère Heisei peuvent pleinement se déployer sans nier les concepts habituels d’« architecture » et d’« architecte ». Ce n’est pas en louant de façon inerte l’ère Heisei, mais en indiquant qu’elle fut vaine, qu’à coup sûr le futur pourra débuter. L’architecture pourra davantage encore être au service de la société. Le prochain numéro de notre revue Kenchiku to shakai y contribuera.

I. Thème : économie. À quoi ressemblait l’architecture née au cours du nouvel ordre économique de « Heisei » ?

Par Baba Masataka 馬場正尊, directeur de Kōkyō R Fudōsan 公共R不動産 (Public R Immobilier), architecte, directeur délégué de OpenA.
Traduit du japonais par Sophie Refle.

Né en 1968 dans le département de Saga, il termine ses études d’architecture à l’université Waseda en 1994 et intègre l’agence de publicité Hakuhodō 博報堂, où il est chargé de concevoir des expositions et des show-rooms. Il reprend ensuite ses études et obtient un doctorat à Waseda. Il crée l’agence d’architecture et d’urbanisme OpenA en 2003 après avoir été rédacteur en chef de la revue A, et mène de front des activités d’architecte, d’urbaniste et de journaliste, puis lance à la même époque [le site] Tōkyō R Fudōsan 東京R不動産 (Tokyo R Immobilier). À partir de 2008, il est aussi professeur associé à l’université d’art et de design du Tōhoku, avant d’y être nommé professeur en 2016. Auteur de nombreux ouvrages, dont PUBLIC DESIGN atarashii kōkyōkūkan no tsukurikata PUBLIC DESIGN 新しい公共空間のつくりかた( Public Design : concevoir de nouveaux espaces publics [Gakugei Shuppan 学芸出版, 2015]), Eria rinobēshon henka no kōzō to rōkaraizu エリアリノベーション 変化の構造とローカライズ (Area Renovation. Les structures du changement et le niveau local [Gakugei Shuppan, 2017]), Kōkyō R fudōsan no purojekuto sutadi kōmin renkei no shikumi to dezain 公共R不動産のプロジェクトスタディ 公民連携のしくみとデザイン (Immobilier Public R Project Study. La coopération public-privé et le design [Gakugei Shuppan, 2018]). Il édite depuis 2011 un média en ligne : Danchi R Fudōsan 団地R不動産 (L’immobilier de l’habitat collectif R) et, depuis 2015, un autre média en ligne, Kōkyō R Fudōsan. Il gère

I. 1. Une ère qui a commencé dans l’effondrement

44L’ère Heisei s’est ouverte sur un effondrement pour suivre ensuite une pente modérément descendante.

451989, sa première année, a vu la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide entre l’Est et l’Ouest. L’équilibre des pouvoirs qui était jusque-là bipolaire, avec les États-Unis d’un côté et l’Union soviétique de l’autre, s’est réorienté vers la multipolarité.

  • 7 L’auteur cite la loi qui limite l’encours total de crédit et ne sera en vigueur qu’en 2010 (sōryō k (...)

46À la même époque, la bulle économique japonaise a éclaté. Pendant la première année de l’ère Heisei, l’indice Nikkei a atteint son apogée, à plus de 30 000 yens. Immédiatement après, le marché fictif, gonflé par une fièvre spéculative excessive portant sur l’immobilier et les actions, s’est contracté en un instant, du fait d’un contrôle du financement du secteur foncier par le ministère des Finances (Zaimushō 財務省, MoF)7. Par conséquent, ont subsisté de très nombreux terrains et bâtiments, transformés en créances douteuses. Ce fut le début d’une période de vingt ans, dont on parle aujourd’hui comme des « deux décennies perdues ».

47Puis en 1995, le Japon a subi le grand séisme de Hanshin-Awaji et les attentats au gaz sarin dans le métro de Tokyo. La sécurité de nos grandes villes, tant au sens d’« ordre public » que de « sûreté des bâtiments », dont nous étions tous convaincus, s’est désagrégée si facilement sous nos yeux.

48Affirmer que cette ère Heisei s’est ouverte sur la destruction de l’ordre économique et politique de l’après-guerre, l’effondrement de ses valeurs, n’a rien d’une exagération.

I. 2. L’émergence du software

49J’ai commencé pendant ces années-là à éditer une revue appelée A (fig. 06). Parce que je voulais avoir un moyen d’expression qui permette de réfléchir à quoi ressemblerait la ville de demain.

Fig. 06. Couverture de la revue d’architecture A.

Fig. 06. Couverture de la revue d’architecture A.

« Collaboration Works for a 3rd Field », vol. 6, 2000.

Source : Kenchiku to shakai, août 2018.

  • 8 La World City Expo devait se tenir en 1996, après décision en 1993 du gouverneur de Tokyo, Suzuki S (...)

50J’étais alors salarié dans une société où je m’occupais d’une énorme exposition prévue dans la zone appelée Rinkai fukutoshin 臨海副都心 (front de mer de Tokyo), qui devait s’intituler « World City Expo8 ». Son annulation soudaine m’a donné envie de commencer quelque chose de nouveau.

51Un article intitulé : « On gâche l’argent des contribuables », publié dans un petit journal, a fait dérailler l’aménagement de ce nouveau centre urbain, un élément de hardware, qui devait voir le jour sur le front de mer de Tokyo, dans lequel plusieurs milliards de yens avaient déjà été investis. Une petite vague émise par un média a entraîné l’écroulement d’un projet d’aménagement urbain dans lequel la ville de Tokyo avait engagé son prestige.

52Ma position au cœur de la tourmente m’a fait prendre conscience du fait que les médias, qui relevaient jusque-là du software, étaient devenus une partie des infrastructures urbaines, c’est-à-dire du hardware.

53Je pense que c’est la raison pour laquelle j’ai eu envie de posséder moi-même un média, aussi petit soit-il. Celui-ci a évolué pour devenir le site Internet Tokyo R Fudōsan (fig. 07).

Fig. 07. Page d’accueil du site du Tōkyō R Fudōsan. RealTokyoEstate : https://www.realtokyoestate.co.jp/​.

Fig. 07. Page d’accueil du site du Tōkyō R Fudōsan. RealTokyoEstate : https://www.realtokyoestate.co.jp/​.

54La première Intānetto ekisupo インターネットエキスポ « The Internet 1996 World Exposition » a eu lieu l’année où l’Exposition urbaine a été annulée. Et 1996 a aussi marqué le début de la révolution des technologies de l’information, qui a tout changé. Des explications sur la croissance époustouflante de ce marché sont certainement superflues. Les investissements se sont déplacés des projets de hardware, comme les bâtiments, vers le software, jeux et logiciels ou monde de la réalité virtuelle. Et dans ce monde qui n’avait pas d’existence tangible a commencé à naître une autre ville.

I. 3. Vers quoi s’est orientée l’architecture de l’ère Heisei ?

55Cette situation ne pouvait pas ne pas affecter l’architecture. Ce changement de valeurs a commencé à avoir sur l’aspect de l’architecture le même effet que des coups portés à une personne.

56Dans une époque où l’on ne pouvait plus compter sur les plus-values, on a commencé à exiger de l’architecture qu’elle soit plus économe.

57Les expérimentations en matière de conception ne se sont plus faites dans des bâtiments publics, mais dans les immeubles des marques de mode. Autrement dit, seuls les bâtiments rentables méritaient qu’on y investisse.

58Avec la baisse des revenus, les logements bâtis dans les banlieues sont devenus moins chers et de moins bonne qualité. Dans le centre des grandes villes, les immeubles résidentiels ont été conçus en cherchant à abaisser leur seuil de rentabilité. La taille et la qualité des espaces communs en ont souffert. La logique du rendement de l’investissement, qui était celle des promoteurs et des constructeurs de logements, a eu un impact important sur l’architecture.

59Dans le même temps, les investissements se sont polarisés sur l’immobilier dans les meilleurs emplacements au cœur des villes, où ont été construites l’une après l’autre de hautes tours résidentielles. La population s’est encore davantage concentrée dans ces espaces centraux, avec pour corollaire une accélération du dépeuplement des villes moyennes.

60Si l’on s’intéresse uniquement à l’aspect économique, le Japon paraissait promis à devenir un pays de moins en moins aisé. Au début de l’ère Heisei, le PIB par habitant plaçait le Japon au quatrième rang mondial. Actuellement, il a dégringolé au vingt-deuxième rang.

61Mais ce processus n’a pas eu que des conséquences désespérantes. Il a aussi conduit l’architecture à tenter de nouvelles choses, à mettre davantage l’accent sur la conception, et à faire de nouvelles expérimentations.

62L’architecture, c’est aussi produire des projets adaptés aux circonstances, et répondant à la société et à l’économie.

63De jeunes architectes ont par exemple entrepris de trouver de petits terrains dans le centre des grandes villes pour y bâtir des logements de taille réduite, mais pleins d’inventivité, avec des matériaux peu onéreux. Les méthodes de conception visant à intégrer les différentes fonctions et aspects dans un espace exigu se sont améliorées. Cette technique fine, qui s’exprime avec richesse jusque dans le moindre détail, bénéficie d’une haute estime dans le monde entier.

64Les réhabilitations sont aussi sans aucun doute une méthode créée pour réagir à ces évolutions de la société.

65J’ai commencé à m’y intéresser lorsqu’un de mes amis, qui travaille pour une institution financière non japonaise, m’a demandé si je croyais possible de repenser les immeubles en mauvais état que sa société avait achetés à bon prix, parce qu’ils étaient devenus des créances douteuses, afin d’en faire des logements à louer ou à vendre. Cela a été pour moi une ouverture à laquelle je n’aurais pas pensé seul. Je venais de créer ma propre agence et c’est pour répondre à sa demande que je me suis lancé dans la réhabilitation de vieux bâtiments. J’ai continué à réfléchir à la rénovation et j’ai ensuite créé ce média dédié aux transactions immobilières qu’est Tokyo R Fudōsan. J’étais conscient que, au regard du champ de l’« architecture » tel qu’on l’entend, cela constituait une voie inhabituelle, mais j’ai choisi de répondre honnêtement à cette exigence liée à la société et à l’économie.

Fig. 08. Cette petite boîte carrée du nom d’untitled était l’ancien bureau d’Open A. Elle sert aujourd’hui de lieu de rencontres et de galerie.

Fig. 08. Cette petite boîte carrée du nom d’untitled était l’ancien bureau d’Open A. Elle sert aujourd’hui de lieu de rencontres et de galerie.

Source : Kenchiku to shakai, août 2018.

66La diversification des domaines de l’architecture est peut-être aussi un phénomène caractéristique de cette ère Heisei. Les étudiants des générations qui n’ont pas connu l’ère Shōwa n’ont pas non plus connu « l’architecture avec un grand “A” ». À leur sortie de l’université, ils ne se préoccupent pas des cadres professionnels prédéfinis, mais ils font le lien entre différents secteurs d’activités. Pour survivre, et pour déployer leur identité vis-à-vis de la société, ils ont commencé à développer leur travail de manière transversale, allant des technologies de l’information à l’immobilier, aux business schemes et jusqu’aux médias. Parler de la fonction de l’architecte n’a plus eu de sens. L’architecture s’est diversifiée, comme les situations dans le monde.

Un idéalisme paradigmatique

67À l’âge de trente ans, j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec Seike Kiyoshi* 清家清 (1918-2005) dans le cadre d’une série sur les grands architectes dans leur vingtaine, pour la revue A. C’était pendant cette période communément appelée « les deux décennies perdues de l’ère Heisei ».

68En écrivant cet article, je me suis souvenu de ce qu’il m’avait confié dans la salle de séjour de ce bâtiment qu’il a appelé « Watashi no uchi » 私の家 (Ma Maison, fig. 09).

J’ai construit cette maison dans l’esprit d’un hangar, avec les matériaux bon marché de l’après-guerre, une époque où l’on manquait de beaucoup de choses, en utilisant les techniques disponibles. Et aussi parce que, pendant la guerre, j’avais construit beaucoup de hangars pour des avions de chasse. La seule différence, c’est que ce hangar ne contient pas un avion, mais une famille. Beaucoup de gens ont eu la gentillesse de dire qu’elle était d’avant-garde. Mais pour moi, faire ainsi allait de soi. Votre époque à vous ressemble peut-être un peu à l’après-guerre.

69Je me souviens que les mots de cet architecte, qui avait alors plus de 80 ans, m’ont à la fois touché et paru salutaires. S’adapter avec souplesse à son époque, c’est faire une architecture qui fait bouger l’époque.

70Quelle que soit la période, l’architecture est toujours à la recherche de nouvelles formes qui répondent à la situation telle qu’elle est donnée. Et les grandes œuvres qui sont créées semblent être celles qui extraient l’essentiel de leur époque. Comme si elles condensaient l’essence de la société, ou bien les tâtonnements des architectes.

71L’ère Heisei s’achève. Une autre va s’ouvrir. À quoi ressemblera son architecture ? J’ai le désir ardent de continuer à travailler et à chercher.

Fig. 09. L’architecte Seike Kiyoshi en 1998 devant sa maison Watashi no uchi.

Fig. 09. L’architecte Seike Kiyoshi en 1998 devant sa maison Watashi no uchi.

Source : Kenchiku to shakai, août 2018 / Revue A, vol. 3, 1998.

II. Thème : technologies de l’information. Architecture et technologies de l’information : les tendances au cours des trente années de l’ère Heisei

Par Yamanashi Tomohiko 山梨知彦, membre du conseil exécutif, Nikken sekkei* 日経設計.
Traduit du japonais par Sophie Refle.

Né à Yokohama en 1960, il termine ses études d’architecture à l’université des Beaux-Arts de Tokyo en 1984 et rejoint en 1986, après sa maîtrise à l’université de Tokyo, Nikken sekkei dont il est aujourd’hui membre du conseil exécutif. Ayant acquis dans son travail une grande expérience de l’architecture écologique, du BIM (Building Information Modeling/Management) ou de la conception numérique, il est partisan du retour du bois dans l’architecture urbaine.
Parmi ses œuvres représentatives figurent le Jinbochō Theater Building (Jinbochō shiatā biru 神保町シアタービル), la Maison du bois (Mokuzai kaikan 木材会館), le musée Hoki (Hoki bijutsukan ホキ美術館) pour lequel il a reçu le grand prix de l’architecture japonaise, le NBF Ōsaki biru NBF 大崎ビル (Sony City Ōsaki) qui lui a valu un prix de l’Institut d’architecture du Japon et le prix BCS*.
Auteur de plusieurs ouvrages sur l’architecture dont Gyōkai ga ippen suru BIM kensetsu kakumei 業界が一変するBIM建設革命 (Le BIM, une révolution qui a changé la construction, [Nihon jitsugyō shuppansha 日本実業出版社, 2009]).

  • 9 Technologies de l’information et de la communication.

72Pour moi, qui ai commencé à travailler en 1986 chez Nikken sekkei, les trente années de l’ère Heisei qui s’ouvre en 1989 recouvrent approximativement mon activité professionnelle. Par mon travail au sein d’un grand bureau d’étude, j’ai expérimenté les évolutions successives des technologies informatiques appliquées à l’architecture, et celles-ci me paraissent, plutôt qu’à la pointe de la technique, correspondre à la trajectoire standard des changements vécue par tous les architectes du Japon. Toutefois, étant donné que je ne suis pas un chercheur spécialisé dans ce domaine, je n’ai pas, et je le regrette, les connaissances et les informations qui me permettraient de les retracer rigoureusement sur la durée de cette ère. Je souhaite par conséquent revenir ici sur les technologies de l’information appliquées à la conception architecturale au Japon, autrement dit sur les évolutions des TIC9, en m’appuyant sur ma propre expérience.

II. 1. La situation avant l’ère Heisei

  • 10 La traduction française officielle de BIM est « Bâtiment et informations modélisés » (Ordre des arc (...)

73Rétrospectivement, je me rends compte que les bourgeons des technologies de l’information considérées aujourd’hui encore comme d’avant-garde, tels que le BIM10, l’intelligence artificielle, ou d’autres encore comme le traitement de texte ou la CAO (conception assistée par ordinateur), étaient déjà tous apparus avant le début de l’ère Heisei.

a. Apparition de l’ordinateur 16 bits

74Le progrès des TIC dans le monde de l’architecture a beaucoup à voir avec l’apparition des micro-ordinateurs 16 bits, et le « PC 9801 NEC » lancé en 1982 qui devient le standard de facto des 16 bits au Japon. Même avant cette date, les grandes entreprises du bâtiment et les agences d’architecture importantes utilisaient des ordinateurs centraux, avant tout pour les calculs de structures. Mais il a fallu attendre l’apparition des micro-ordinateurs 16 bits pour que les TIC se diffusent dans le monde de l’architecture.

b. Traitement de texte

75Les micro-ordinateurs n’ont cependant pas été immédiatement utilisés pour la CAO. Dans un premier temps, ils ont servi avant tout à la rédaction de documents. Lorsque je suis entré chez Nikken sekkei en 1986, cela s’effectuait en règle générale non avec un logiciel sur ordinateur (comme Microsoft Word par exemple), mais sur des appareils dédiés au traitement de texte, des équipements très coûteux dont le prix pouvait atteindre plusieurs millions de yens. Celui-ci a ensuite baissé, mais ces machines ont continué à être la norme pendant quelques années encore.

76À la même époque, on se servait aussi de logiciels de traitement de texte sur micro-ordinateur, dont « Wordstar », né à l’époque des 8 bits et sans doute le premier permettant d’écrire des textes en anglais. L’apparition du Macintosh 512K en 1985 a tout changé : la technologie PAO (publication assistée par ordinateur) qui permettait d’élaborer des documents bien conçus s’est répandue comme une traînée de poudre, et les machines de traitement de texte ont entamé leur déclin. C’est aussi en 1985 qu’a été lancé « Ichitarō 一太郎 », le logiciel de traitement de texte japonais qui a marqué son époque.

c. CAO

77Impossible de parler de l’évolution des TIC dans la conception architecturale sans parler de la CAO 2D.

  • 11 Computer-augmented design and manufacturing.

78L’histoire de la CAO est ancienne, puisqu’on peut la faire remonter au moins jusqu’à « Sketchpad », mis au point dans les années soixante, mais son ancêtre est sans doute CADAM11 conçu et réalisé pour l’aviation. Ce système ne s’est cependant pas généralisé dans le monde de l’architecture parce qu’il nécessitait un ordinateur central. C’est sur CADAM que j’ai pour ma part découvert la CAO, à l’époque où je faisais ma maîtrise à l’université, en 1984 pour être précis.

  • 12 ArchiCAD est un logiciel d’architecture édité par la société hongroise Grafisoft, qui fait partie d (...)

79Par ailleurs, les années soixante-dix ont vu, sous la forme de recherches menées par l’Architecture Machine Group (AMG) du MIT ou la société ARC en Grande-Bretagne, le début du mouvement vers la CAO expérimentale qui utilisait des informations et des données architecturales, dont l’aboutissement est le BIM actuel. Ce mouvement, qui devait aboutir à ArchiCAD12, un des principaux logiciels du BIM aujourd’hui, avait déjà démarré en Hongrie.

80Il n’empêche qu’il a fallu attendre l’apparition de la CAO 2D sur micro-ordinateur 16 bits pour que la CAO fasse son entrée dans l’architecture. Elle permettait le dessin sur micro-ordinateur 16 bits, et s’est répandue sans doute parce qu’elle assurait une vitesse d’exécution qui dépassait ce que l’on pouvait faire au crayon.

  • 13 AutoCAD est un logiciel de dessin technique assisté par ordinateur (DAO) créé en décembre 1982 par (...)
  • 14 Jw_cad est un logiciel libre de CAD, c’est-à-dire computer-aided design (en français : CAO) de deux (...)

81C’est en 1982 qu’est apparu le logiciel « AutoCAD13 », devenu le standard mondial en matière de CAO sur micro-ordinateur. La première version du « Jw_cad14 », très populaire aujourd’hui encore dans les petites agences de type atelier comme outil de CAO gratuit, est née en 1997. L’ère Heisei est celle de la CAO en architecture.

d. Internet

82On ne peut parler des TIC sans évoquer « Internet ». C’est entre 1981 et 1986 que le protocole TCP/IP, technologie clé d’Internet, a été développé et standardisé. Et c’est en 1992, c’est-à-dire la quatrième année de l’ère Heisei, qu’est apparu au Japon le premier « fournisseur d’accès Internet » permettant à l’utilisateur final d’employer cette technologie. La généralisation d’Internet se confond avec l’ère Heisei.

II. 2. La situation pendant Heisei et les questions à venir

83Quant aux relations entre les TIC et la conception architecturale, on peut considérer que les trente années de l’ère Heisei ont vu l’utilisation des TIC, notamment la CAO, s’étendre, s’organiser, s’unifier et se développer avec Internet comme infrastructure. Mais les objectifs d’intégration technologique n’ont été atteints dans aucun domaine, et leur réalisation doit être achevée lors de l’ère à venir. Je souhaite maintenant passer en revue les grandes tendances de l’ère Heisei et les problèmes futurs, en relevant les principaux termes-clés.

84Pour moi, les sept termes-clés suivants sont les plus importants :

a. D’Internet tout court à l’« IoT », l’Internet des objets

85La généralisation d’Internet a normalisé la pêche d’informations et leur échange par courrier électronique. Mais aujourd’hui, une nouvelle tendance gagne du terrain au niveau mondial. Elle vise à une société plus conviviale et prospère dans laquelle ce sont non seulement les informations qui sont reliées entre elles, et les personnes aux informations, mais également les informations, les personnes et les objets via Internet. C’est cela, l’Internet of Things, ou IoT, l’Internet des objets. L’architecture figure bien sûr parmi ces « objets » et, adaptée à l’Internet des objets, elle est aujourd’hui au centre de recherches dans le monde entier qui dépassent le domaine de l’architecture. Mais la forme de l’Internet des objets n’est pas encore définitive et sa conclusion sera apportée par l’ère qui suivra Heisei.

b. Simulation informatisée

86Comme l’architecture produit généralement des objets uniques, l’« optimisation », faisant appel à la simulation informatisée qui permet de prévoir de manière détaillée les conditions une fois le bâtiment construit, conduira certainement à une amélioration des fonctions du bâtiment lui-même et à plus de minutie dans les projets.

87C’est au cours de l’ère Heisei que l’architecture est parvenue à une situation où les simulations dans tous les domaines – ensoleillement, vent, environnement thermique, lumineux ou sonore, interactions avec les personnes – sont faciles à réaliser grâce au couplage avec le BIM qu’est la conception 3D.

88Mais ce qui n’est pas encore généralisé, c’est l’« optimisation multiobjectif [ou multi-critère] » qui conduit à une prise de décision équilibrée à partir de multiples points de vue, englobant toutes ces simulations spécifiques.

c. Computational Design

89Jusqu’à présent, la forme finale d’un bâtiment était décidée par le concepteur. Mais avec le computational design, l’humain traduit à l’aide d’algorithmes les règles qui créent la forme en les programmant via l’ordinateur. La machine suit les algorithmes en utilisant sa puissance de calcul. Elle intègre des variables – bien trop nombreuses pour être traitées par l’être humain – déterminantes pour concevoir des morphologies ajustées à la complexité des conditions données.

90Si par exemple cela est associé à l’« optimisation multiobjectif » dont je viens de parler, cela crée la possibilité d’une conception optimisée pour des conditions complexes que la main humaine ne peut réaliser.

91Pendant l’ère Heisei, cela n’a été opéré qu’au niveau du développement de ces méthodes et dans le cadre d’expérimentations d’avant-garde de portée limitée. La généralisation de ce processus est une question pour l’ère qui va s’ouvrir.

d. Fabrication numérique

92Les TIC exerceront inévitablement une influence considérable non seulement sur la conception, mais aussi sur la production. L’ère Heisei a vu la réussite d’un processus de fabrication d’éléments simples en couplant les informations numériques de la conception à la mise en œuvre. Les exemples les plus représentatifs sont probablement les machines-outils à commande numérique, les robots industriels ou encore la technologie des imprimantes 3D. L’avenir verra sans doute leur raffinement, leur complexification et leur généralisation.

e. BIM

93Tout ce que nous avons vu jusqu’à présent se fonde sur les informations numériques. C’est la raison pour laquelle l’accumulation et la manipulation de ces données dans toutes les phases, de la conception à la construction et jusqu’à la gestion des bâtiments, sont devenues importantes. Mais en ce qui concerne le dessin 2D sur une base papier traditionnelle, il va de soi qu’il est analogique et joue un rôle mineur dans le traitement et le stockage des données numériques.

94On attend donc du BIM qu’il soit le moyen de manipuler et d’accumuler les données numériques relatives à l’architecture.

95Et si l’on a mis jusqu’à présent l’accent sur l’aspect du BIM en tant qu’outil de conception 3D, on attend désormais que ses usages et ses applications se dirigent vers le BI, building information, soit les informations numériques du bâtiment. Aujourd’hui, cela s’opère pour une partie de la conception et de la construction à titre expérimental, mais si toutes les informations du bâtiment peuvent être extraites rapidement et avec exactitude par le BIM, on peut s’attendre à ce que son usage se développe dans l’exploitation et la maintenance des bâtiments, le commissioning (mise en service) et la due diligence (diligence raisonnable).

96Toutefois, si l’on vise à créer un BIM très précis, cela nécessitera une immense quantité de données, avec des structures d’une extrême complexité, et il est à prévoir que l’on parviendra à une situation telle que la main humaine aura du mal à contrôler cet outil. La résolution de ces problèmes bien réels est une question essentielle pour l’avenir.

f. Intelligence artificielle

97Tous les termes-clés mentionnés jusqu’à présent impliquent le traitement d’une quantité colossale de données numériques. Par conséquent, si le traitement efficient et précis des données numériques devient possible, toutes les tâches, de la conception du bâtiment à sa construction, puis à son exploitation et sa maintenance, nécessiteront un travail bien moins important, ce qui implique la possibilité d’un changement radical de la conception architecturale et de son modèle économique. On attend de l’intelligence artificielle qu’elle joue le rôle d’atout principal dans cette transformation.

98L’intelligence artificielle n’est pas en soi une nouveauté : elle est née à peu près au moment de l’apparition des premiers ordinateurs, et elle s’est développée en progressant par bonds progressifs. Cependant, la façon d’« enseigner » des connaissances à l’intelligence artificielle, afin qu’elle devienne véritablement utile, fut la grande difficulté.

99Il se trouve que dans les dernières années de l’ère Heisei, à partir de 2000, la découverte du deep learning (apprentissage profond) a permis à l’intelligence artificielle d’assimiler des quantités gigantesques de données numériques, et a conduit à la naissance d’une technologie accumulant les connaissances, soit l’avènement actuel du troisième boom de l’intelligence artificielle.

100En matière de technologies de l’information et d’architecture, les questions urgentes portent peut-être sur la façon de coupler l’Internet des objets, la simulation informatisée, le computational design, la fabrication numérique, le BIM et le deep learning. Il s’agit de parvenir à une situation dans laquelle il sera possible de se servir de l’intelligence artificielle pour manipuler efficacement et avec une grande précision d’énormes quantités de données numériques.

101Lorsque l’on considère la situation des technologies de l’information dans l’architecture, la conclusion à laquelle on parvient est qu’elles sont nées juste avant le début de l’ère Heisei, ont mûri au cours de celle-ci pour devenir des technologies pratiques, et que ce sera à l’ère suivante de réaliser leur intégration par l’intelligence artificielle.

III. Thème : environnement. La décarbonisation des logements et de l’architecture

Par Tanabe Shin.ichi 田辺新一, professeur du département d’architecture de l’université Waseda.
Traduit du japonais par Sophie Refle.

Né en 1958 dans le département de Fukuoka, spécialiste de l’étude de l’environnement bâti. Il s’intéresse à l’équilibre entre le confort et les économies d’énergie. Diplômé en 1982 du département d’architecture de la faculté des sciences et de l’ingénierie de l’université Waseda, où il a ensuite obtenu un doctorat en ingénierie. De 1984 à 1986, il est chercheur invité au Centre international pour l’environnement intérieur et l’énergie de l’université technique du Danemark, puis en 1992-1993, chercheur invité au Center for Environmental Design Research, de l’université de Californie, Berkeley. Professeur associé à l’université féminine Ochanomizu de 1992 à 1999, il est ensuite nommé professeur associé à l’école d’architecture de la faculté des sciences et de l’ingénierie de Waseda, puis professeur à partir de 2001. Membre du Conseil des sciences du Japon, président de la Société des ingénieurs en chauffage, conditionnement de l’air et sanitaires du Japon (SHASE), membre de l’American Society of Heating, Refrigerating and Air Conditioning Engineers (ASHRAE). Auteur notamment de Zero enerugī hausu ゼロ・エネルギーハウス (Zero Energy House [Hōbunsha 萌文社, 2017]).

III. 1. La consommation énergétique du Japon

102Dans les années soixante-dix, la consommation énergétique de l’industrie représentait près de 70 % du total, mais à partir des années quatre-vingt-dix, la part des ménages et des services devient plus importante (fig. 10). Ce qui revient à dire que la part de l’habitat et des autres bâtiments a augmenté. Cela est dû, entre autres, à l’augmentation du nombre de ménages, et à la croissance des surfaces de bureaux, elle-même liée aux changements structurels de l’industrie.

103Tout a changé en 2008, avec la faillite de Lehman Brothers et la crise économique mondiale qui a suivi. La consommation énergétique a soudain diminué. Depuis le séisme de la côte Pacifique du Tōhoku, qui a eu lieu le 11 mars 2011, elle est en constante diminution. Après s’être contracté en raison de la crise de 2008, le PIB est reparti à la hausse et, si la consommation énergétique n’augmente pas, c’est en partie grâce aux efforts menés en matière d’économies d’énergie, mais c’est plus encore dû au ralentissement des industries fortement consommatrices d’énergie comme la sidérurgie. Dans quelques années, cette période de changement sera peut-être interprétée comme un tournant majeur pour le Japon. À cet égard, nous avons désigné l’exercice 2013 comme année de référence du mix (ou bouquet) énergétique.

104L’Agence internationale de l’énergie prévoit qu’entre 2012 et 2035, 65 % de la croissance économique se fera dans l’Asie hors OCDE. La demande énergétique de l’ensemble de l’Asie sera par conséquent encore plus soutenue. Celle de la Chine devrait représenter neuf fois celle du Japon et celle de l’Inde plus de trois fois. On peut donc penser que dans un avenir proche, le Japon ne sera plus à même de prendre l’initiative en matière d’importation d’énergie. Comme l’activité économique et la vie quotidienne ne peuvent se passer de consommation d’énergie, une réflexion s’impose en tenant compte des questions liées à la sécurité énergétique.

Fig. 10. Évolution de la consommation totale d’énergie au Japon

Fig. 10. Évolution de la consommation totale d’énergie au Japon

Source : Kenchiku to shakai, août 2018.

III. 2. Les répercussions du grand séisme de l’Est du Japon

105Dans notre pays dont le taux d’indépendance énergétique n’était que de 8 % pour l’exercice 2016, il est déraisonnable de ne penser qu’à nous-mêmes. Les projections à long terme (2030) de l’offre et de la demande se basent sur une composition mixte des sources d’énergie électrique : renouvelables, thermique, nucléaire, et la réalisation d’économies d’énergie en amont. On prévoit que la demande énergétique en 2030 augmentera en raison de la croissance de l’économie, mais on envisage dans le même temps d’opérer une réduction de 50,3 millions de kL [de pétrole]. Certains estiment ce chiffre élevé, d’autres faible, mais pour ma part, je le trouve ambitieux, si on le compare aux 49,5 millions de kL de la consommation énergétique totale des ménages pour l’exercice 2016. Aujourd’hui, c’est une quantité qui nécessiterait de réduire à zéro toute l’énergie actuellement utilisée par les ménages. Le gouvernement demande au secteur tertiaire une diminution de 12,27 millions de kL, et de 11,6 millions de kL aux ménages, deux secteurs qui n’ont pas fait jusqu’à présent beaucoup d’efforts. C’est approximativement la moitié du total nécessaire, donc une implication plus importante au niveau du logement et des autres types de construction sera indispensable. Certains se demandent parfois en quoi cela pose problème de continuer à concevoir et construire comme aujourd’hui, mais la situation du Japon est en train de se transformer radicalement.

106Dans le Plan fondamental pour l’énergie, qui a été approuvé par le gouvernement le 11 avril 2014, on peut lire ceci :

Enfin, nous ferons progresser ces aménagements environnementaux, en prenant suffisamment en compte la nécessité, le degré et l’équilibre de la réglementation, et d’ici à 2020, pour les nouveaux logements et les autres constructions, nous rendrons graduellement obligatoire la compatibilité avec les critères d’économies d’énergie.

  • 15 Un bâtiment à énergie zéro (ZEB) est une construction dont la consommation d’énergie nette est quas (...)

107Selon le ministère de l’Aménagement du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme (Kokudō kōtsūshō 国土交通省, MLIT), la réglementation de conformité aux économies d’énergie visant les nouvelles constructions de grandes dimensions est généralement appliquée sans heurts. Toutefois, sur la base du système déclaratif en vigueur pour les logements neufs et autres constructions de dimensions moyennes, auxquels la réglementation ne s’applique pas, les standards de construction demeurent à un niveau bas du point de vue des économies d’énergie. Les professionnels de l’architecture sont encore peu conscients de ces questions. Dans la mesure où il ne sera pas possible de réaliser les réductions à l’aide de cette seule obligation, le rôle des ZEB (zero-energy building, bâtiment à énergie zéro) et des ZEH (zero-energy house, maison à énergie zéro), top-runners dans ce domaine, va encore croître15.

108Le Plan fondamental pour l’énergie approuvé par le gouvernement le 3 juillet 2018 utilise un langage encore plus volontariste. Il mentionne des objectifs :

Dans la perspective de faire des économies d’énergie et de définir les standards des bâtiments du futur, en ce qui concerne les constructions à usage autre que résidentiel, l’objectif est de faire en sorte que d’ici à 2020, les nouveaux bâtiments publics soient, en fonction de leurs dimensions et usages, des ZEB, et de même d’ici à 2030 pour les bâtiments neufs en moyenne. Enfin, pour ce qui est du logement, l’objectif est de parvenir d’ici à 2020, à ce que plus de la moitié des maisons individuelles réalisées par des constructeurs soient des ZEH, et d’ici à 2030, que la ZEH devienne la norme pour les nouvelles constructions résidentielles.

III. 3. Définitions et énergies renouvelables

109Les ZEB et les ZEH sont définis ainsi :

Des bâtiments qui visent à ramener à zéro les dépenses annuelles de consommation d’énergie primaire et à améliorer au maximum le degré d’indépendance énergétique par l’introduction d’énergies renouvelables ; une réduction importante de l’énergie nécessaire est réalisée et la qualité de l’environnement intérieur est maintenue par l’utilisation dynamique de l’énergie naturelle, grâce à l’application de technologies passives ou de contrôle du fardeau énergétique par une conception avancée et par l’introduction d’installations efficientes.

110Durant la phase de projet en particulier, une approche hiérarchisée de la conception architecturale est importante, avec l’ajout d’équipements intégrés sophistiqués qui utilisent au mieux les moyens de l’architecture passive, grâce à des matériaux isolants, des pare-soleil, la ventilation et l’éclairage naturels, tout en maximisant le rendement énergétique de l’enveloppe extérieure conçue pour durer et difficile à rénover une fois réalisée [pour ne pas altérer ses qualités].

111Par ailleurs, pour répondre aux objectifs des Nations unies, le Plan d’action « Objectifs de développement durable 2018 » du gouvernement mentionne les ZEB comme cinquième enjeu important.

  • ZEB : par ZEB, on entend un bâtiment qui, hors énergie renouvelable, diminue la quantité d’énergie primaire consommée de plus de 50 % par rapport à la consommation annuelle standard, et crée en énergie renouvelable 100 % ou plus de la consommation énergétique primaire standard.

  • Nearly ZEB : par Nearly ZEB, on entend un bâtiment qui, hors énergie renouvelable, diminue la quantité d’énergie primaire consommée de plus de 50 % par rapport à la consommation annuelle standard, et crée en énergie renouvelable entre 75 % et 100 % de la consommation énergétique primaire standard [c’est-à-dire pas tout à fait la totalité de l’énergie consommée].

  • ZEB Ready : par ZEB Ready, on entend un bâtiment qui, hors énergie renouvelable, diminue de plus de 50 % la consommation énergétique primaire par rapport à la consommation standard.

112Pour l’habitat, la ZEH est une maison offrant une excellente isolation, qui fait chuter d’au moins 20 % la consommation d’énergie par rapport aux valeurs standards, et fait passer à moins de zéro la dépense énergétique en utilisant les énergies renouvelables. Les ZEB et les ZEH sont indispensables pour réaliser les économies d’énergie. On évalue à 34 000 le nombre de logements ZEH construits pendant l’exercice 2016, et à 42 000 pendant l’exercice 2017.

113Le Plan fondamental pour l’énergie de 2018 indique :

Au sujet de la réalisation du mix énergétique de l’exercice 2030 et du choix énergétique de celui de 2050, notre pays qui a connu l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi de TEPCO aura la sécurité en matière d’énergie nucléaire comme priorité la plus élevée, et, tout en développant les énergies renouvelables, diminuera autant que possible sa dépendance à l’énergie nucléaire.

114Les avis divergent sur l’utilisation de l’énergie nucléaire, mais je trouve positif que le gouvernement ait fait part de sa volonté de développer au maximum les énergies renouvelables en diminuant le degré de dépendance au nucléaire, au moins à long terme. Que le secteur du bâtiment continue à concevoir et construire comme il l’a fait jusqu’à présent en ignorant les mesures environnementales, sans tenir compte de ce contexte, au moment où le gouvernement entend développer les énergies renouvelables, est contraire à la volonté de réduire au maximum la dépendance au nucléaire.

115Par ailleurs, la consommation d’énergie solaire produite individuellement par les installations dans les logements et les bâtiments est plus élevée que celle d’énergie provenant des centrales solaires. C’est un usage efficace à prendre en compte dans les réseaux de distribution électrique.

Fig. 11. ENEMANE House 2017, une réhabilitation du bâti existant proposée conjointement par les étudiants de l’université Waseda et l’institut de technologie de Shibaura

Fig. 11. ENEMANE House 2017, une réhabilitation du bâti existant proposée conjointement par les étudiants de l’université Waseda et l’institut de technologie de Shibaura

Source : Kenchiku to shakai, août 2018.

III. 4. Investissement ESG

116Au Japon, quand on parle d’architecture à faible consommation énergétique, nombreux sont ceux qui y associent une image négative de constructions sombres où il fait trop chaud [car sans climatisation]. Il est urgent de rendre les bureaux plus économes en énergie, mais il faut bien sûr que ces économies ne se fassent pas au détriment du confort et de la santé des usagers. Le Japon a jusqu’à présent souvent considéré le confort comme une notion relevant du luxe.

117La population active de notre pays diminue continûment depuis 1997, et cette tendance est bien plus forte que dans les autres pays. De plus, la productivité horaire est faible et l’écart ne cesse de se creuser avec les États-Unis, l’Allemagne et la France. Tout cela fait que le gouvernement a décidé de promouvoir une « réforme de la façon de travailler ». C’est-à-dire un mode de travail performant ainsi que satisfaisant sur le plan du confort et de la santé, ce qui exige d’offrir des lieux de travail adaptés. Outre le rendement des économies d’énergie, l’environnement intérieur est une préoccupation importante des employés. Cela nécessite un investissement ESG, autrement dit investir en appréciant à leurs justes valeurs les qualités environnementales du bâtiment, son confort et sa salubrité. Ce terme, investissement ESG, vient de l’anglais : « E » pour environmental, « S » pour social et « G » pour governance. Le MLIT a publié le 28 mars 2018 un rapport relatif à l’investissement ESG dans l’immobilier. Les bâtiments performants en matière de lutte contre le réchauffement climatique, de confort et de santé auront une grande valeur à l’avenir. Il est souhaitable que les zero-energy buildings fassent l’objet d’investissements Environmental Social Governance. À Tokyo, les investissements affectés à la transformation des équipements municipaux en ZEB sont issus des obligations vertes, les « green bonds ».

  • 16 Ricoh est une entreprise d’électronique. Sekisui House est une des plus importantes entreprises de (...)

118L’initiative internationale à laquelle participent des entreprises qui se fixent l’objectif de fonctionner sur le mode RE 100, c’est-à-dire avec 100 % d’énergies renouvelables, recueille une grande attention. Apple, Google, BMW, Goldman Sachs en font partie, et au Japon : Ricoh リコー, Sekisui House [Hausu] 積水ハウス, Askul [Asukuru] アスクル, Daiwa House [Hausu] 大和ハウス, ou encore Aeon [Ion] イオン16. On peut donc imaginer que ces entreprises vont s’efforcer de transformer les bâtiments qu’elles exploitent en ZEB.

III. 5. Conclusion

119Le contexte énergétique du Japon a beaucoup changé après la crise de 2008 et le grand séisme de l’Est. Il est nécessaire que le secteur du bâtiment prenne conscience qu’il a un grand rôle à jouer.

IV. Thème : mass média. Heisei, l’ère qui a vu l’architecture entamer un dialogue avec la société. Entretien avec Nishida Zenta 西田善太, rédacteur en chef du magazine BRUTUS

Réalisé par Kuwahara Yūki, rédacteur en chef de la revue Kenchiku to shakai.
Traduit du japonais par Sophie Refle.

Né en 1963. Après des études à la faculté de commerce de l’université Waseda, il entre dans l’agence de publicité Hakuhōdō, où il travaille comme rédacteur et s’occupe d’automobiles, de vins et spiritueux, ou encore de marques d’appareils électriques. En 1991, il est embauché par une société éditrice de revues, Magazine House, où il travaille pour le magazine [mensuel puis bimensuel] BRUTUS ; il participe également à la création de deux mensuels, GINZA [magazine féminin] et Casa BRUTUS. Chargé de l’architecture et du design dans ce dernier, il y crée les séries « Andō Tadao x Voyages » ou encore « Présentation d’une habitation ». Après être devenu rédacteur en chef de BRUTUS en décembre 2007, il lance la série Kyojū kūkan gaku 居住空間学 (Spatiologie de l’habitat) et de nombreux autres projets avec une approche personnelle de sujets variés (voyages, livres, films, restaurants, mode...).
À propos de ses activités chez BRUTUS, il dit : « Ce que je cherche, ce sont des choses qui suscitent l’intérêt, des choses qui ne peuvent pas être décryptées sous l’angle du marketing. Mon objectif, c’est un magazine généraliste de culture pop (poppu karuchā ポップカルチャー) ».

Fig. 12. Couverture du numéro spécial « Tokyo New Scape(s) », Casa BRUTUS, vol. 224, novembre 2018.

Fig. 12. Couverture du numéro spécial « Tokyo New Scape(s) », Casa BRUTUS, vol. 224, novembre 2018.

« C’est une meilleure compréhension de l’architecture par la société qui a rendu possibles les numéros spéciaux de Casa BRUTUS sur l’architecture », explique le rédacteur en chef de BRUTUS.

120Kuwahara Yūki (KY) : Il me semble que c’est le magazine Casa BRUTUS qui, au cours de l’ère Heisei, a offert l’opportunité au grand public de percevoir l’existence de l’architecture et des architectes. Les médias se sont ensuite mis à traiter autrement ces sujets, devenus plus proches des non-initiés. J’aimerais vous demander de nous parler de la manière dont vous avez abordé le sujet de l’architecture, et votre point de vue sur son évolution pendant les trente années qu’a duré cette ère.

  • 17 Dezaināzu manshon est un néologisme fabriqué à partir de l’anglais designers’ mansion, qui désigne (...)
  • 18 Du fait de la réglementation antisismique, la structure des bâtiments (poteaux et poutres) est surd (...)

121Nishida Zenta (NZ) : Même avant la création de Casa BRUTUS en 1998, le magazine BRUTUS parlait déjà d’architecture. En 1984, quatre ans après son lancement, la série Kyojū kūkan gaku est née sous la forme d’un cahier spécial. Il ne s’agissait pas d’un dossier sur l’architecture d’intérieur. Parce que leur titre est « Spatiologie de l’habitat », ces cahiers spéciaux qui creusent le lien entre l’humain et l’architecture continuent de manière ininterrompue. Si cette série offre des reportages sur les « architectes », et pas seulement sur l’architecture, d’intérieur ou non, c’est parce que le cahier spécial consacré à l’habitat collectif paru au milieu des années quatre-vingt-dix a été un grand succès. C’était le début de la vogue des dezaināzu manshon デザイナーズマンション17. Ces logements collectifs conçus par des architectes célèbres offrent une meilleure qualité de vie : il ne s’agit pas seulement du style de leurs façades ou de leur espace intérieur, mais aussi de l’individualité de l’approche, de l’ingéniosité optimale des rangements, du confort d’un espace sans poutres ou structures apparentes18. Et cela, à un prix raisonnable.

  • 19 C’est-à-dire my home, un néologisme venu de l’anglais pour « maison individuelle ».
  • 20 Charles Eames (1907-1978) est un artiste américain, principalement designer et architecte, connu du (...)

122C’est à cette époque que j’ai écrit, dans l’introduction d’un de ces cahiers : « Pourquoi ne pas habiter au centre-ville pendant quelques années de sa vie ? Et pourquoi pas dans un appartement de dezaināzu manshon, comme lorsqu’on s’achète un costume de marque ? » Des paroles qui m’embarrassent un peu quand je les relis, mais notre intention était de stimuler, à un moment où il n’était déjà plus question d’acquérir son mai hōmu マイホーム19, le désir des lecteurs de vivre quelques années dans un espace dessiné par un concepteur, au cœur de la ville, en louant et non en achetant. Les cahiers spéciaux que nous avons consacrés à Charles Eames20 ont aussi eu un impact important. Ils comprenaient des articles sur les chaises et les meubles qu’il avait conçus, mais aussi sur ses œuvres en tant qu’architecte, comme les Case Study Houses, à un moment où Eames était très en vogue.

123Ensuite, nous avons commencé la rubrique « BRUTUS Immobilier », dans chaque numéro du magazine, donc deux fois par mois. Nous y présentions à chaque fois un appartement de dezaināzu manshon. Comme ces logements étaient réellement occupés, les photographies n’étaient pas celles après achèvement des travaux, mais d’espaces habités. Nous présentions les points de vue des habitants et des architectes, et nous montrions le processus qui menait à ce vécu. Cette rubrique a permis aux membres de la rédaction de rencontrer de nombreux architectes, et cela a abouti au lancement de Casa BRUTUS.

124KY : Puis le premier numéro a paru en 1998.

  • 21 Alvar Aalto (1898-1976) est un architecte finlandais, également très actif dans les domaines de l’u (...)
  • 22 Hans Wegner (1914-2007) est un concepteur de mobilier danois. Ses créations, fabriquées avec des ma (...)
  • 23 Le Bauhaus est une école d’architecture et d’arts appliqués fondée en 1919 par l’architecte Walter (...)
  • 24 Frank Lloyd Wright (1867-1959), un des plus célèbres architectes américains et important théoricien (...)
  • 25 Ludwig Mies van der Rohe est un architecte allemand naturalisé américain. Dernier directeur du Bauh (...)
  • 26 Luis Barragán (1902-1988) est un architecte mexicain qui a surtout réalisé des maisons sur des terr (...)

125NZ : Casa BRUTUS est un mensuel d’art de vivre (raifu sutairu ライフスタイル, life style) autour de « la mode, la gastronomie, l’habitat et les voyages ». Nous avons assez vite consacré un numéro au design scandinave, qui a bien marché. Il contenait des articles approfondis sur des architectes et des designers comme Aalto21 et Wegner22. C’est à cette époque que j’ai commencé à penser que nous pourrions sans doute avoir comme thème principal l’architecture et le design. L’énorme succès du numéro spécial sur Le Corbusier* (1887-1965) m’en a apporté la certitude. Comme notre rédaction ne s’arrêtait plus dès qu’elle commençait à travailler sur quelque chose, les articles de ce numéro spécial étaient très bons mais ils comprenaient des éléments assez techniques, et j’avais un peu peur que les lecteurs ne suivent pas. Le succès de ce numéro a au contraire dépassé mes attentes, et de loin. Je me suis rendu compte que nous avions un lectorat prêt à lire des articles approfondis sur l’architecture et le design. Comme la rédaction était capable de concevoir des numéros spéciaux sur l’architecture et que nous avions des lecteurs que cela intéressait, nous en avons ensuite publié sur le Bauhaus23, les Case Study Houses, le modernisme japonais que manifeste la villa impériale de Katsura, Frank Lloyd Wright24, Mies van der Rohe25, ou encore Luis Barragán26. Je voudrais que vous vous imaginiez l’enthousiasme de la rédaction à l’époque. Des sujets aussi difficiles n’étaient généralement pas traités par des publications grand public.

126KY : En 2000, BRUTUS a beaucoup attiré l’attention avec le projet « Andō Tadao bâtit votre maison ».

  • 27 Par analogie avec l’art public (paburikku āto パブリックアート) qui désigne principalement des œuvres insta (...)

127NZ : À cette époque, Casa BRUTUS traitait principalement d’architecture publique27. Parce que nous souhaitions éveiller chez nos lecteurs le désir d’aller voir ce dont nous parlions, et donc de voyager. Parallèlement, nous avons commencé à consacrer des numéros spéciaux à des maisons individuelles. À l’époque, d’autres magazines consacraient des reportages à l’habitat collectif, et nous voulions faire le contraire. Nous avons fait un numéro spécial intitulé : « Peut-on construire une maison dans les 23 arrondissements de Tokyo ? », consacré aux maisons de petites dimensions, et un an plus tard, en 2000 : « Promesse d’architecture : Andō Tadao bâtit votre maison ». Dans le cadre de ce projet, des lecteurs (maîtres d’ouvrage) confieraient à dix architectes connus, recrutés par nos soins, la réalisation des plans de leurs maisons. Et il en a résulté une dizaine de maisons véritablement construites. La « Maison 4 x 4 » à Tarumi 垂水 (Kobe), conçue par Andō Tadao, en fait partie. Je suis très fier qu’une des œuvres majeures de cet architecte résulte de mon projet de numéro spécial, et cela bien que je ne sois même pas un journaliste spécialisé en architecture.

  • 28 Jacques Herzog (né en 1950) et Pierre de Meuron (né en 1950), deux architectes suisses, ont créé en (...)
  • 29 MVRDV est une agence d’architecture et d’urbanisme néerlandaise fondée en 1993 et installée à Rotte (...)

128Une autre tendance a justifié des numéros spéciaux vers 2001 : des marques célèbres ont commencé à faire appel à des architectes connus pour concevoir leur boutique phare. Un sujet de ce genre, Casa BRUTUS s’en est fait bien sûr une spécialité. Puisque ces magasins accessibles au public créent un lien avec les architectes, nous avons lancé une série intitulée « L’architecture rencontre la mode ». À Tokyo, l’avenue Omotesandō et ses alentours sont devenus la vitrine des grands noms de l’architecture d’aujourd’hui avec des œuvres de Herzog & de Meuron28, Andō Tadao ou MVRDV29, pour n’en citer que quelques-uns. L’arrière-plan de cette nouvelle tendance, comme vous le savez, est la baisse du prix des terrains à Tokyo après l’éclatement de la bulle, de ce fait, toutes les grandes marques internationales, sans exception, ont décidé de lancer leur propre filiale au Japon et d’y ouvrir des magasins en gérance directe. Autrement dit, si les médias ont parlé des architectes et de l’architecture, c’est en grande partie une répercussion de la situation économique de l’époque. La disposition affective du moment influe beaucoup sur la décision de faire un numéro spécial. Je suis sûr que tout le monde se rendait compte à l’époque que l’architecture était en quelque sorte devenue un mot-clé.

129KY : À partir de 2002 et pendant quelques années, Casa BRUTUS a publié plusieurs numéros spéciaux entièrement consacrés à Andō Tadao. La série intitulée « Andō Tadao x Voyages » a eu, me semble-t-il, un grand impact sur les lecteurs.

130NZ : En partie grâce au succès de notre initiative « Promesse d’architecture », Andō Tadao me contactait souvent. Il me trouvait original, je l’amusais. Lorsque je suis devenu responsable de Casa BRUTUS, je me suis creusé la tête pour trouver le moyen de lui consacrer un cahier spécial. Quel est le point commun entre cet architecte et Casa BRUTUS ? C’est le voyage ! Je suis arrivé à cette conclusion qui est à l’origine de la série « Andō Tadao x Voyages ». Autrefois, les architectes voyageaient beaucoup. Quand il était âgé d’une vingtaine d’années, Andō est allé voir des ouvrages architecturaux, de la Sibérie à l’Europe du Nord, puis dans le reste de l’Europe et en Asie. L’idée était de retourner avec lui là où il s’était déjà rendu.

131La spécificité de cette série, c’est que les traces de ses voyages figurent dans les manuels d’histoire de l’architecture moderne. La série est conçue de telle manière qu’Andō enseigne sous forme de questions-réponses l’histoire des architectes et de l’architecture associée à chaque ville. Et nous avons complété cette encyclopédie de l’architecture préexistante qu’il présentait par les projets majeurs qu’il a construits dans le monde.

132KY : Estimez-vous que les lecteurs ont aujourd’hui une meilleure compréhension de l’architecture ?

133NZ : Comme je vous l’ai dit, nous, les membres de la rédaction, avons développé une meilleure compréhension de l’architecture et à peu près simultanément, le niveau de nos lecteurs sur ce sujet s’est aussi élevé. Les magazines n’ont pas amélioré la culture architecturale, mais parce que les connaissances dans le domaine de l’architecture se sont diffusées, même des magazines généralistes ont commencé à faire des numéros spéciaux et des reportages approfondis. Les dossiers de Casa BRUTUS ont été portés par ce meilleur degré de connaissances du public, ils en sont la manifestation. Parler d’une demande de l’époque peut paraître grandiloquent, mais je crois que ce n’est pas seulement grâce aux magazines que le public s’est mis à comprendre le vocabulaire de l’architecture, jusqu’alors réservé aux revues spécialisées. L’ère Heisei est probablement le moment où une conversation s’est engagée entre les architectes et le public.

  • 30 Shinkenchiku est la revue spécialisée la plus populaire du Japon. Ce mensuel a été créé en 1925 et (...)

134KY : Comment percevez-vous les relations avec les revues spécialisées, comme par exemple Shinkenchiku30 新建築 ?

135NZ : J’ai de bons rapports avec les journalistes de ces revues, par exemple avec ceux qui s’intéressent à Andō Tadao, parce que je les retrouve à ses conférences et sur ses chantiers. Les membres de la rédaction ont ainsi établi des liens avec nombre d’entre eux. Les revues spécialisées ont accumulé beaucoup d’éléments historiques et de connaissances, et plus nous réalisons leur sérieux, plus notre respect vis-à-vis d’elles s’accroît. C’est pour cette raison que j’ai beaucoup réfléchi à l’approche que seul Casa BRUTUS, un magazine grand public, pouvait avoir. J’ai souvent dit à la rédaction : « un numéro spécial, c’est faire ce que font les revues spécialisées, mais édité d’une façon qui ne leur est pas possible. » Je ne sais pas si nous y sommes arrivés, mais je sens que nous avons fabriqué, en y mettant du soin, une combinaison qui atteint le lecteur ordinaire. J’ai encore maintenant des contacts avec les rédacteurs de revues spécialisées, et j’ai souvent emprunté leurs connaissances. Bien souvent, une fois construit le cadre d’un de nos propres numéros spéciaux, nous leur demandons conseil à propos de l’architecture qui doit entrer dans ce cadre.

136KY : Avez-vous la conscience d’avoir un point de vue éducatif vis-à-vis des lecteurs ou de les instruire ?

137NZ : Itoi Shigesato 糸井重里 (né en 1948) [personnalité médiatique] m’a dit un jour ceci : « BRUTUS crée du plaisir. C’est bien que des journalistes travaillent sur les sujets qui m’intéressent le plus et puissent susciter du plaisir ». Pour moi, ces paroles-là sont les plus importantes. Ce que je dis au lecteur, c’est : il y a quelque chose d’intéressant ici, vous n’avez pas envie d’y venir voir ? Mais l’instruire, je n’y pense vraiment pas du tout. Non, ce que j’ai envie de lui dire c’est : lisez-nous parce que cela va certainement vous apporter du plaisir.

V. Thème : désastre. L’architecture et la société régénérées en permanence par les désastres

Par Yamazaki Ryō 山崎亮, directeur de Studio-L.
Traduit du japonais par Sophie Refle.

Né en 1973 dans le département d’Aichi, il obtient un master à l’université municipale d’Osaka et un doctorat en ingénierie à l’université de Tokyo. Après avoir travaillé dans une agence d’architecture et d’aménagement paysager, il crée Studio-L en 2005. Il travaille sur le community design (komyuniti dezain コミュニティデザイン), dans le but de permettre aux habitants d’un lieu donné de résoudre les problèmes qu’ils y rencontrent. Beaucoup de ses projets concernent des ateliers de revitalisation de villes ou de villages, l’élaboration de plans d’urbanisme avec la participation des habitants, ou encore la gestion de parcs impliquant la participation de la population locale (machizukuri* no wākushoppu まちづくりのワークショップ). Pendant l’exercice 2018, il a organisé simultanément dans huit zones à travers le Japon des design workshops pour réfléchir au fonctionnement de l’aide sociale et de l’aide à la dépendance.
Auteur de plusieurs ouvrages, dont Komyuniti dezain コミュニティデザイン (Community Design [Gakugei shuppansha 学芸出版社, 2011]), Komyunitei dezain no jidai コミュニティデザインの時代 (L’époque du community design [Chūkōshinsho 中公新書, 2012]), Furusato o genki ni suru shigoto ふるさとを元気にする仕事 (Le travail pour revitaliser le furusato [Chikuma purimā shinsho ちくまぷりまー新書, 2015]), Chiiki gohan nikki 地域ごはん日記 (Journal des repas locaux [Pai intānashonaru パイ・インターナショナル,

V. 1. Pour commencer

138Le tremblement de terre de Hanshin-Awaji s’est produit en 1995, la septième année de l’ère Heisei. Et en 2011, huit ans avant son terme, s’est produit le séisme de l’Est du Japon. Cette ère a donc connu deux grands désastres qui ont eu un impact important sur mon travail. J’aimerais dans ce texte très personnel parler des liens entre ces deux événements et l’architecture d’une part, et le community design d’autre part.

V. 2. Le séisme de Hanshin-Awaji

139Au moment où celui-ci s’est produit, j’habitais Sakai, une ville du département d’Osaka, et je n’ai subi que peu de dégâts – des objets sont tombés dans mon appartement – en comparaison de ce qu’ont vécu les habitants de la région de Kobe-Osaka. J’ai passé mes années d’école primaire à Nishinomiya 西宮, dans le département de Hyōgo, et j’étais terriblement inquiet de l’impact du séisme là-bas. Je suis donc parti à Kobe afin de participer en tant que bénévole au relevé de l’étendue des dégâts. Muni d’un brassard jaune sur lequel était écrit « Ville de Kobe » et d’une carte muette du secteur au sud de la gare JR Sumiyoshi 住吉, j’avais pour mission d’y reporter avec différentes couleurs l’état des habitations : complètement, à moitié ou partiellement détruites. Ma zone d’affectation était complètement détruite, à perte de vue. Je me souviens de n’avoir utilisé que le crayon rouge.

140En marchant dans ces lieux dévastés, j’ai rencontré des bénévoles venus de tout le pays. Non seulement ceux qui participaient à ce relevé, mais aussi des personnes qui menaient bien d’autres activités : préparation de repas, distribution de vivres, assistance aux sinistrés dans les lieux d’évacuation. Je me suis retrouvé dans des endroits où les habitants s’étaient rassemblés pour discuter de la reconstruction de leur vie et de leur quartier. Cette enquête où je ne me servais que de mon crayon rouge m’avait découragé, mais les activités de tous ces bénévoles et l’attitude tournée vers l’avant des sinistrés m’ont redonné courage. Cela constituait un paysage où des citoyens d’ici et d’ailleurs s’efforçaient de construire de leur propre initiative le futur de la zone en coopérant les uns avec les autres. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai par la suite décidé de me consacrer au community design.

V. 3. Après le séisme

141Cela ne veut pas dire que je me suis tout de suite lancé dans cette activité. Après le séisme, j’ai étudié l’aménagement paysager à l’Institut royal de technologie de Melbourne et, à mon retour au Japon, l’aménagement local à l’université municipale d’Osaka. Une fois mes études terminées, j’ai travaillé sur divers projets dans une agence d’architecture et d’aménagement paysager à Osaka. Par chance, cette agence développait une méthode de conception avec la participation des habitants, et les nombreux ateliers que j’ai organisés m’ont permis d’accumuler de l’expérience sur les méthodes d’intégration dans les projets des divers avis exprimés. C’est aussi à cette époque que j’ai appris non seulement comment concerter un accord entre participants, mais aussi la méthode qui consiste à laisser ceux-ci prendre l’initiative, aboutissant ainsi à la création d’une organisation autonome.

142Nombre d’agences d’architectes basées dans le Kansai ont développé à cette époque de semblables méthodes de travail par workshops. La conscience de la nécessité de la participation citoyenne à la reconstruction des zones sinistrées s’est répandue et, avec l’adoption en 1998 de la loi sur les organisations à but non lucratif (tokutei hieiri katsudō sokushin hō 特定非営利活動促進法), les projets publics alliant des associations à but non lucratif et des citoyens sont devenus de plus en plus nombreux. On ne recherchait pas des architectes qui créent une œuvre, mais on attendait des projets qui soulagent les problèmes de la communauté locale et la vie des maîtres d’ouvrage.

V. 4. La différence entre le Kansai et le Kantō

143C’est aussi à cette époque que j’ai eu davantage l’occasion de débattre avec des architectes de mon âge. Lorsque de jeunes praticiens du Kansai se rassemblaient, les sujets de discussion étaient très concrets, par exemple la forme à donner aux points de rencontres dans les logements provisoires, le paysage créé par les groupes d’habitations qui devaient être rapidement construits, ou encore les méthodes à utiliser pour que la conception des bâtiments publics reflète l’avis des citoyens. Il me semble que nous étions continuellement en train d’échanger sur les façons dont l’architecture pouvait contribuer à la société.

144Mais l’ambiance était toute autre quand je discutais avec de jeunes architectes du Kantō. Peut-être n’est-ce qu’une impression, mais avec eux, la discussion portait souvent sur comment créer une « œuvre ». Même lorsque j’essayais de lancer des sujets comme la contribution de l’architecture à la société ou la participation citoyenne, cela conduisait à des spéculations intellectuelles. (Qu’est-ce que la société ? Qu’est-ce qu’un citoyen ? Qui sont les gens concernés par la participation ?) Il est clair que lorsqu’on est confronté à la réalité des zones dévastées, les problèmes à résoudre sont évidents et personne n’a le temps de discuter sans fin de concepts. La société et les citoyens existent, de même que les problèmes concrets, et quand on fait un atelier, on peut citer les noms des gens impliqués dans la participation. Parler sans fin de la création d’une « œuvre », fuir les problèmes locaux en discutant et rediscutant de choses abstraites, ce n’est pas ainsi que doit se comporter un architecte. J’ai l’impression qu’à cette époque, j’étais toujours de mauvaise humeur lorsque je discutais avec des confrères du Kantō. Ma façon de m’exprimer devait leur donner l’impression que mon expérience du désastre me conférait une prérogative. J’étais incapable de faire naître de la sympathie par mes propos. J’en suis honteux.

V. 5. La création du bureau de community design

145Au moment de concevoir un bâtiment public, il est essentiel que les habitants échangent leurs opinions et débattent de l’avenir de leur région. Que leurs avis soient reflétés par le projet est certes important, mais si le territoire peut être produit par ceux qui l’habitent, cela devient aussi un exercice de démocratie. Je souhaite particulièrement souligner l’importance de la participation des enfants aux ateliers. Je voudrais que, devenus adultes, leur conscience ait changé et qu’ils pensent que ce n’est pas l’administration qui va fabriquer leur territoire, mais qu’ils vont le créer eux-mêmes en débattant avec d’autres citoyens. À cette fin, l’idéal est que les citoyens d’un territoire puissent décider en échangeant non seulement sur la conception des équipements publics, mais aussi sur ce que doivent être les rues commerçantes, le tourisme, la prévention des désastres, l’aide sociale au niveau local, les activités liées à l’agriculture, à la forêt, à la pêche, et l’éducation sociale. Le travail que je veux faire, c’est créer de tels lieux. Et c’est dans ce but que dix ans après le séisme de Hanshin-Awaji, j’ai démissionné de l’agence où je travaillais pour créer à Osaka le Studio-L, un bureau de community design.

146Au début, nous avons souvent été chargés d’organiser des ateliers qui accompagnent la conception architecturale de bâtiments publics, précédant la réalisation de parcs, d’installations commerciales, de gares, de musées, d’hôpitaux, de sièges de journaux ou autres. Avec les participants, nous proposons des activités pour enrichir notre vie et nous réfléchissons avec les concepteurs sur les espaces qui permettent de les accomplir. Une fois les lieux réalisés, les participants des ateliers y viennent afin de développer ces activités citoyennes. Cela fait naître de nouveaux liens entre les habitants, encourage la coopération et rend la vie des individus plus agréable. Simultanément se diffuse la conscience que la ville, le quartier sont produits par les habitants eux-mêmes.

147Créer un bâtiment public est une occasion très précieuse pour un territoire. Trop précieuse pour qu’on laisse les parties concernées s’enfermer dans des salles de réunions et discuter entre elles, et que la construction se fasse derrière des palissades de chantier qui empêchent les habitants de voir ce qui s’y passe. Je veux utiliser au maximum ces occasions, en faire des lieux transformatifs de la conscience que les habitants ont de leur territoire, de leur façon d’agir et de vivre.

V. 6. Le grand séisme de l’Est du Japon

148Beaucoup de mes projets de community design avaient pour cadre l’Ouest du Japon. Peut-être parce que nous étions basés à Osaka, et peut-être parce que, depuis le séisme de Hanshin-Awaji, une prise de conscience autour de la participation citoyenne s’y était répandue. En 2011, il s’est produit quelque chose qui a tout changé : le grand séisme de l’Est du Japon.

149Les dommages dans la région du Tōhoku ont été énormes, mais la région de Tokyo a aussi été très affectée. Les discussions que j’ai eues avec des confrères après le séisme m’ont surpris. Ils parlaient désormais de la « contribution de l’architecture à la société » ou de la « participation citoyenne », comme si cela allait de soi. Le fait qu’ils avaient été confrontés à la réalité des lieux sinistrés y était probablement pour beaucoup. Cela reflétait sans doute l’époque, avec le déclin démographique, l’arrivée de la société du très grand âge, ou encore la raréfaction des constructions nouvelles. Ou bien, ces architectes, jeunes en 1995, avaient pris de l’âge et ne pensaient plus de la même façon. C’est peut-être aussi parce que, sans même m’en rendre compte, je ne fréquente plus que des architectes avec qui je suis en accord. Quoi qu’il en soit, mes confrères de l’Est du Japon réfléchissaient aux liens entre architecture et société, et en parlaient : un changement satisfaisant. Ils discutaient en particulier de l’esprit de community qui émerge dans les logements provisoires, d’énergie et d’isolation des bâtiments, de la création de nouveaux quartiers déplacés sur les hauteurs, de la création d’emplois utilisant les ressources locales : ils étaient devenus des architectes pratiques.

150Mon propos n’est pas de dire que « l’Est du Japon avait rattrapé l’Ouest ». La nouvelle signalant que les architectes de l’Est du Japon – qui concentre 90 % des médias dans l’aire de Tokyo – avaient désormais endossé un rôle social, s’est diffusée dans tout le pays, ce qui a donné l’occasion de repenser dans chaque région les liens entre l’architecture et la société. J’ai le sentiment que l’architecture après le séisme de l’Est du Japon, liée au contexte de notre époque, est en train d’assumer une mission de plus en plus importante vis-à-vis de la société.

151Ces derniers temps, je suis toujours de bonne humeur quand je discute avec mes pairs. Beaucoup d’initiatives qui méritent le respect impliquent des architectes. Je ne peux que m’en réjouir.

V. 7. Des opportunités de participation citoyenne en dehors de la conception

152Depuis le séisme de 2011, nous portons davantage de projets de community design dans l’Est du Japon. Et dans le même temps, nous travaillons sur des contenus plus divers. Nous ne nous occupons plus seulement d’ateliers accompagnant la conception d’édifices publics, mais aussi de projets associant le machizukuri まちづくり [aménagement participatif à l’échelle locale] au tourisme, ou bien visant à renouveler l’image du soin aux personnes dépendantes et de l’aide sociale, que nous améliorons avec la population locale.

153Comme le livre que j’ai écrit sur le community design a été traduit en chinois et en coréen, nous participons aussi à des projets à l’étranger. Dans le comté de Taitung à Taiwan, nous travaillons à un projet avec la population locale pour faire avancer la reconstruction d’une zone qui a souffert d’un typhon en 2016. C’est une région où la population indigène est nombreuse, il est donc nécessaire de poursuivre un dialogue commun dans le respect des différences culturelles et historiques. Nous organisons aussi des stages pour transmettre des méthodes de community design à des concepteurs taïwanais dans la ville de Taipei. Ces derniers ne se limitent pas à suivre des stages, ils viennent aussi au Japon pour participer à diverses sessions de community design et apprendre toutes sortes de choses.

154À Taiwan, outre des ateliers accompagnant des projets, se développent des lieux de participation citoyenne où l’on aborde des problèmes de société variés et où l’on met en œuvre une approche créative. Je suis impatient de voir ce que cela va produire.

V. 8. Création d’un enseignement de community design

155En 2012, j’ai été contacté par l’université d’art et de design du Tōhoku qui m’a demandé de créer un enseignement pour une formation de community designer en vue de la reconstruction des zones sinistrées. En 2013, nous avons travaillé à la préparation de cette formation, et en 2014 est né le premier enseignement spécialisé en community design au Japon. Les étudiants, imprégnés de disciplines créatives proches comme l’architecture ou le design graphique, réfléchissent à ce qu’ils peuvent tenter pour la région.

156En 2018, les premiers diplômés en sont sortis. Ils travaillent dans le domaine du community design à travers le Japon mais surtout dans la région du Tōhoku. Dans la ville de Kesennuma 気仙沼, le bureau de community design créé par l’un d’entre eux, avec un responsable de projet venant de Studio–L et trois stagiaires, a commencé à travailler pour redynamiser cette région. J’attends beaucoup de ce projet.

V. 9. Pour conclure

157Voilà comment mon expérience personnelle du community design et de l’architecture s’est développée en lien avec ces deux désastres. Des changements et des évolutions comparables se sont sans doute produits chez toutes les personnes qui ont vécu de tels événements. Bien sûr, l’ère Heisei n’a pas connu que ces deux catastrophes. Il faut y ajouter le séisme de 1993 à Hokkaidō ; celui de 1999 à Chichi, Taiwan ; de Tottori en 2000 ; de Chūetsu-oki en 2007 ; ceux de 2016 à Kumamoto ; celui de 2018 à Osaka. À chaque fois, ces situations poussent les acteurs du milieu de l’architecture à modifier leur conscience, leurs activités et leur vie. Autant de personnes concernées, autant d’histoires qui naissent. Et tous ces récits vont certainement continuer à renouveler petit à petit les relations entre l’architecture et la société.

VI. Thème : mondialisation. Effleurer quatre époques stratifiées : une histoire personnelle de la mondialisation de l’architecture Heisei

Par Muramatsu Shin 村松伸, historien de l’architecture de l’ère Heisei.
Traduit du japonais par Sophie Refle.

Né en 1954 dans le département de Shizuoka, il étudie l’architecture à l’université de Tokyo. Docteur en ingénierie et professeur à l’Institut des sciences industrielles de l’université de Tokyo, il est spécialiste en histoire de l’architecture, en histoire urbaine et en théorie de la protection du patrimoine.

Principaux ouvrages : Chūgoku kenchiku ryūgakuki 中国建築留学記 (Notes d’un étudiant en architecture en Chine [Kashima shuppankai 鹿島出版会, 1985]) ; Shanhai, toshi to kenchiku 上海・都市と建築 (Shanghai, ville et architecture [PARCO Shuppankyoku PARCO 出版局, 1991]) ; Chūka chūdoku 中華中毒 (Chine Intoxication [Chikuma gakugei bunko ちくま学芸文庫, 1998]) ; Zō o kau. Chūko jūtaku no susume 象を飼う。中古住宅のススメ (Élever un éléphant. Prendre soin d’une maison de seconde main [Shōbunsha 晶文社, 2004]) ; Shibuya isan シブヤ遺産 (Le patrimoine de Shibuya [ouvrage collectif, Bajiriko バジリコ 2010]) ; Megashiti メガシティ (Megacities [ouvrage collectif en six volumes, Tōkyō daigaku shuppankai 東京大学出版会, 2016-2017]).

VI. 1. La mondialisation, l’ère Heisei et moi

158En 1988, un an avant le début de Heisei, j’avais 34 ans et j’ai enfin soutenu ma thèse de doctorat. Immédiatement après, Fujimori Terunobu* 藤森照信 (né en 1946) m’a sauvé en me faisant entrer comme chargé de cours à l’Institut des sciences industrielles de l’université de Tokyo (Tōkyō daigaku seisan gijutsu kenkyūjo 東京大学生産技術研究所) qui se trouvait encore à Nogizaka. L’an prochain, en 2019, l’ère Heisei s’achèvera, et en mars 2020, je prendrai ma retraite et quitterai cet institut, à 65 ans.

159Les 31 années de cette ère correspondent à ma vie de chercheur. Heisei a aussi été l’époque de ma mondialisation, commencée en allant étudier à Beijing et élargie ensuite à l’Asie du Sud-Est, l’Asie du Sud, puis à l’Amérique. Ma vie de chercheur = Heisei = mondialisation.

160Je vais donc m’essayer à fixer la chronologie personnelle que j’ai commencé à établir. Me tourner non pas vers le futur, mais vers le passé est mon métier d’historien ; me tourner vers mon propre passé est une manifestation de mon vieillissement. Pourtant, lorsque je réfléchis à la manière de situer l’architecture de cette ère Heisei, mon propre passé ne me paraît pas si dépourvu d’universalité.

161Dans ma chronologie personnelle, cette ère se divise en plusieurs périodes : 1988-1999 ou « Le monde est à nous » ; 2000-2007 ou « Pas si mal » ; 2008-2014 ou « Oh là là ! » ; 2015-2020 ou « Ça alors ! ». Autrement dit, c’est une histoire personnelle de la mondialisation de l’architecture Heisei, que je vais tenter d’effleurer.

VI. 2. 1988-1999 ou la période « Le monde est à nous »

162Les dix premières années de l’ère Heisei ont été pour moi et le Japon une époque où le monde semblait nous appartenir. De 34 à 45 ans, je me suis pavané dans les rues de Roppongi et Nogizaka. Grâce à un financement de la Fondation Toyota, j’ai travaillé diligemment à un inventaire de l’architecture moderne en Asie de l’Est, qui m’a conduit dans treize villes chinoises. Dans cette Chine où l’on sentait encore partout l’après-guerre, à Shanghai, à Qingdao, à Dalian, comme à Guangzhou, Tianjin ou encore Harbin, nous avons chanté les louanges du Japon de l’époque de la bulle. Puis j’ai enchaîné dix mois à Séoul, trois à Boston, et repris l’inventaire à Hanoï.

163Pour résumer en quelques mots le monde de l’architecture de cette époque, il suffit de dire que la domination d’Isozaki Arata, entre ses 57 et ses 68 ans, était totale. Avec à l’arrière-plan la puissance financière du Japon, il a tenté de contrôler l’architecture mondiale. Isozaki s’était affirmé sur la scène internationale quelques années avant le début de l’ère Heisei : membre du jury du prix Pritzker de 1979 à 1984, il a fait vibrer le monde avec le musée d’Art contemporain (MOCA) de Los Angeles (1986), conçu le stade olympique de Barcelone (1990), et il a aussi occupé, à l’occasion des conférences ANY* (Architecture New York) de 1991 à 2000, une place prépondérante dans la réflexion philosophique sur l’architecture mondialisée qui succédait au postmodernisme.

164À la même époque, Isozaki fut le premier commissaire (1988-1995) du projet Artpolis lancé à l’initiative de Hosokawa Morihiro 細川護熙 (né en 1938), alors gouverneur de Kumamoto, et, dans ce cadre, il désignait de jeunes architectes japonais ou non-japonais à qui il confiait des projets. Simultanément, en tant que coordinateur du projet Nexus World* (Nekusasu wārudo ネクサスワールド) à Fukuoka, il invitait de grands architectes étrangers et encore, dans le cadre du concours international pour le terminal maritime international de passagers Ōsanbashi à Yokohama (Ōsanbashi kokusai kyakusen tāminaru 大さん橋国際客船ターミナル,1995), il découvrait Alejandro Zaera Polo (né en 1963) et Farshid Moussavi (née en 1965) de la jeune agence FOA*.

165Cette époque a été un moment unique où la puissance économique du Japon et son architecture se sont unies pour montrer leur force au monde. Avec, dans le désordre, le Terminal 1 de l’aéroport du Kansai (Kansai kukō dai 1 tāminaru 関西空港第1ターミナル), conçu et réalisé entre 1988 et 1994 (œuvre de Renzo Piano, né en 1937) ; la Century Tower (Senchurī tawā センチュリータワー) à Tokyo, inaugurée en 1991 (Norman Foster, né en 1935) ; le Tokyo International Forum, mis en service en 1996 (Rafael Viñoly, né en 1944). Du côté des exportations, Andō Tadao faisait sensation avec le Pavillon du Japon à l’Exposition universelle de Séville en 1992, tandis que Kurokawa Kishō commençait le plan général d’Astana au Kazakhstan (1998). Trois architectes japonais ont obtenu le prix Pritzker à cette époque : Tange Kenzō en 1987, Maki Fumihiko en 1993 et Andō Tadao en 1995.

166Si je reviens à ma vie, au moment où a eu lieu le séisme de Hanshin-Awaji, le 17 janvier 1995, je m’occupais de la coordination éditoriale d’une série sur 581 architectes du monde entier, et j’étais en train de regarder la télévision dans un restaurant japonais de Sao Paulo, dernière étape d’un périple en Amérique du Sud. Tant ma vie que l’architecture japonaise symbolisent cette période « Le monde est à nous ».

VI. 3. 2000-2007 ou la période « Pas si mal »

  • 31 Ōhira Masayoshi 大平正芳 (1910-1980) est un homme politique japonais, premier ministre de 1978 à 1980. (...)
  • 32 Il s’agit de la Gyararī o motsu ie ギャラリーをもつ家 (Maison avec une galerie), conçue par l’architecte Hay (...)

167L’Institut des sciences industrielles de l’université de Tokyo avait déménagé de Nogizaka à Komaba en 1997. Le nouveau campus ressemblait à la gare de Kyoto conçue par Hara Hiroshi mais il comportait aussi de beaux endroits calmes où avaient été préservés de vieux bâtiments et des arbres. Même du point de vue de la localisation, ce changement menait de Nogizaka, un endroit où « Le monde est à nous », à Komaba, où ce n’est « Pas si mal ». En 1999, j’ai reçu le prix Ōhira Masayoshi31 pour Chine Intoxication et vu la parution de Recherches sur l’architecture d’Asie, puis en 2000 j’ai acheté la « Maison de l’éléphant32 », et je pensais de moi-même, j’ose le dire : « Pas si mal ». L’exubérance de la jeunesse à 44, 45 ans.

168Docomomo*, une organisation internationale qui a pour objet de documenter et préserver l’architecture du Mouvement moderne, a été fondée en 1988 aux Pays-Bas et a ensuite déployé ses ramifications en Asie, à commencer par l’Indonésie, ancienne colonie hollandaise. J’ai créé alors avec quelques amis du Japon et d’autres pays, le MAAN (Modern Asian Architectural Network). Depuis, ce réseau organise chaque année des conférences et des ateliers, à Macao, Singapour, Istanbul, Surabaya, Shanghai, Tokyo, et il fait montre de sa compréhension du Mouvement moderne en Asie, et de la résistance de ce dernier.

169Dans le même temps, j’ai voyagé en Asie de l’Est, afin d’enquêter sur les formes de l’architecture moderne dans les régions périphériques de la Chine, à Ulan-Bator, Bangkok, Samarcande, ou encore Malacca. Les attentats du 11 septembre 2001, je les ai suivis à la télévision dans une chambre de la tour d’un hôtel à Bangkok. L’époque où il me semblait que tout n’était pas si mal, s’est soudain transformée en un monde incertain. La théorie d’un monde multipolaire avancée par Samuel Huntington dans Le Choc des civilisations commençait à devenir une réalité, et la guerre d’Irak a éclaté en 2003.

170L’agence SANAA fondée en 1995 par Sejima Kazuyo, qui avait entre 44 et 51 ans à l’époque, et Nishizawa Ryūe, entre 34 et 41 ans, représente la mondialisation de l’architecture de Heisei à ce moment-là. Commissaire de « City of Girls » dans le pavillon du Japon à la Biennale de Venise de l’année 2000, SANAA a ensuite reçu le Lion d’or en 2004 pour le musée d’art contemporain du xxie siècle de Kanazawa* avant de créer des bâtiments en Europe et aux États-Unis. Lorsque SANAA a reçu le prix Pritzker, en 2010, les deux architectes étaient déjà mondialement connus.

171Pour parler de moi, j’ai dû m’arrêter de travailler pendant un an, de 2006 à 2007, à la suite d’un AVC peu grave, conséquence d’excès divers et de trop de travail. Exceptés de rares exemples qui recelaient en eux le potentiel de passer à l’étape suivante, telle l’agence SANAA, cette époque du « Pas si mal » était le résidu du parfum laissé par l’époque précédente, et elle a sans doute été un entracte avant la suivante, « Oh là là ! ».

VI. 4. 2008-2014 ou l’époque « Oh là là ! »

172On ne peut pas dire que rien n’avait annoncé l’avènement de cette époque. La Chine est devenue en 2009 la deuxième puissance économique mondiale par son PIB, et son taux d’urbanisation a atteint 50 % en 2011. Pour la Chine, c’était la période dite « Le monde est à nous ». On comprend immédiatement qu’elle ait fait l’effet d’un éléphant géant prêt à dévorer la planète, que le Japon et le monde n’ont pas forcément vécu cette époque de la même manière qu’elle.

173La Chine a accueilli les Jeux olympiques de 2008 à Beijing, puis l’Exposition universelle de Shanghai deux ans plus tard. Elle a suscité une stupeur mondiale en s’offrant, sans regarder à la dépense, les services de célèbres architectes occidentaux. Les étudiants chinois en architecture revenaient d’Europe ou des États-Unis en rêvant de faire fortune. Du travail, ils en trouvent partout, et très bien rémunéré. La valeur du Japon n’est plus qu’une flamme vacillant dans le vent, et même les étudiants japonais en architecture cherchent un emploi non pas au Japon, mais directement en Chine.

174La nomination de Yung Ho Chang (né en 1956, architecte sino-américain) comme membre du jury du prix Pritzker de 2011 à 2017 et l’attribution de celui-ci en 2012 à Wang Shu (né en 1963, architecte chinois) ont affirmé la puissance de l’architecture chinoise. La signification de la présence de Li Kequiang, vice-Premier ministre, à la remise du prix Pritzker au Palais de l’assemblée du peuple de Beijing, n’est pas claire. Il ne fait cependant aucun doute qu’elle fut extrêmement politique.

175La bulle « Le monde est à nous » n’a pas fait vibrer que la Chine, mais aussi la Corée et Taiwan : les architectes étrangers, dont des Japonais, y ont afflué en grand nombre. La richesse s’était clairement déplacée d’ouest en est.

176Le 11 mars 2011, s’est produit le séisme de l’Est du Japon, le plus fort tremblement de terre jamais observé. Il a emporté toutes les épithètes (« Le monde est à nous », « Pas si mal »), même le « Oh là là ! » des pays alentours n’avait plus aucune pertinence. Pendant cette période, le prix Pritzker a été attribué à Itō Toyō* 伊東豊雄 (né en 1941) en 2013, un an après Wang Shu, puis à Ban Shigeru* 坂茂 (né en 1957) en 2014, et j’y vois la contribution à la reconstruction, après ce séisme sans précédent, d’une architecture représentative de l’humanité.

177Si j’ai baptisé cette période « Oh là là ! » dans ma chronologie personnelle, c’est parce que d’avril 2009 à mars 2015, j’ai quitté l’Institut des sciences industrielles de l’université de Tokyo pour l’Institut de la recherche pour l’homme et la nature de Kyoto (Sōgō chikyū kankyōgaku kenkyūjo 総合地球環境学研究所) où j’ai mené un projet sur le thème de l’impact des megacities sur l’environnement de la planète. La problématique ne portait pas sur les œuvres architecturales créées par des architectes, mais sur l’observation du système complexe formé par l’environnement, l’économie et la société, autrement dit, notre cadre de vie. Chaque fois que je ne parvenais pas à ajuster une mise au point sur cet objectif immense qu’est la question de l’environnement planétaire, je murmurais : « Oh là là ! »

178Que puis-je, et que peuvent les architectes face à ces changements environnementaux qui se produisent à l’échelle de la Terre : explosion démographique, changement climatique, pauvreté, famine, pollution des océans… « Oh là là ! Oh là là ! », petit à petit ce murmure, vers la fin de cette période, en vient à inspirer un peu de sympathie. L’époque de mes 51 à 61 ans.

VI. 5. 2015-2020 ou la période « Ça alors ! »

179Nous saisissons enfin la gravité des problèmes environnementaux, comme les pluies diluviennes ou la hausse des températures, et leurs énormes répercussions sur la production agricole, la prolifération à un niveau jamais vu des insectes nuisibles ou la propagation des épidémies, en mesurant pleinement des ravages et des dommages devenus tangibles.

180Il est donc impossible de lier les dernières années de l’ère Heisei avec le mot-clé « mondialisation » qui inclurait un bilan positif. Nous avons besoin d’un point de vue tourné vers la Terre entière, au-delà des activités humaines, les manifestations de leurs impacts négatifs étant précisément au cœur de la question environnementale.

181Durant cette période, ce sont Kuma Kengo* 隈研吾 (né en 1954) et Fujimori Terunobu qui déploient une activité au niveau le plus global. Ils partagent une caractéristique commune : faire du « Japon » une arme. Leur architecture est celle non pas d’un « Japon » qui n’a existé nulle part, mais celle d’un « Japon » qui a pu exister quelque part, ou bien qui doit exister ; l’architecture d’un « Japon » dont on a la nostalgie mais qui est nouveau. Ces deux architectes tricotent des bâtiments qui leur sont propres, une architecture qui met l’accent sur ce qu’est le Japon à partir d’éléments valables partout (des œuvres globales), ce qui est paradoxalement la preuve de la globalisation.

182Après six années à l’Institut de la recherche pour l’homme et la nature à Kyoto, je suis revenu dans le monde de l’architecture, et j’y ai trouvé une activité différente de ce qui existait auparavant. Le flux de l’architecture est passé de la Chine à l’Asie du Sud-Est et à l’Inde, où les jeunes architectes japonais et occidentaux sont à la recherche de nouvelles frontières. Et l’environnement est devenu un mot-clé essentiel. Ces derniers temps, ce qui m’intéresse, ce sont les 40 000 ans depuis la naissance de l’humanité, et un point de vue mondial, au-delà de l’Asie. Avec cette perspective très longue, très macro, je voudrais non plus effleurer ce qu’a été l’architecture japonaise de l’ère Heisei mais l’étudier en profondeur. Peut-être est-ce la conclusion de ces réflexions écrites par un « historien de l’architecture de l’ère Heisei » à la veille de son départ en retraite. Ça alors !

Haut de page

Notes

1 Tous ces bâtiments et ouvrages d’art de grande dimension livrés en 1989 sont construits le plus souvent sur des sites excentrés. Ils témoignent de l’intense activité et des moyens du secteur de la construction au cours de la période de la bulle.

Makuhari Messe est un centre de congrès et d’exposition international composé de plusieurs bâtiments, conçu par l’architecte Maki Fumihiko* 槇文彦 (né en 1928) et situé dans la ville de Chiba, au cœur d’un quartier neuf mixte intitulé Makuhari Bay Town [Bei Taun] 幕張ベイタウン développé au début des années 1990 (aménageur : groupe Mitsui fudōsan 三井不動産 ; architecte en chef : agence Steven Holl Architects, New York/Beijing).

Situé dans le parc Kasai Rinkai [kōen] 葛西臨海公園 aménagé au bord de la baie de Tokyo (arrondissement d’Edogawa), l’aquarium-promenade éponyme est dû à l’architecte Taniguchi Yoshio* 谷口吉生 (né en 1937).

La salle omnisports Yokohama Arena n’est pas conçue par un « architecte d’atelier » mais par l’entreprise de construction Takenaka kōmuten* 竹中工務店.

Le pont de la baie de Yokohama est un pont à haubans de 860 mètres de long situé dans le port de Yokohama, qui traverse la baie de Tokyo avec une portée de 460 mètres et fait partie de l’autoroute côtière Shuto kōsokudōro wangan-sen 首都高速道路湾岸線. Il est devenu un repère dans le paysage de la capitale.

Le Tokyo Budōkan est un grand centre d’arts martiaux conçu par l’architecte Rokkaku Kijō* 六角鬼丈 (né en 1941) au nord de Tokyo (arrondissement d’Adachi).

2 Le concours est lancé en 1988.

3 Il a gagné en 1971, avec Renzo Piano, le concours pour le Centre Georges-Pompidou de Paris.

4 L’UIA est une fédération des organisations nationales d’architectes fondée en Suisse en 1948 dans le but de constituer un réseau d’architectes. C’est une organisation internationale non gouvernementale reconnue par l’UNESCO.

5 Voir l’article de Funo Shūji dans ce numéro.

6 Cette salle de concert conçue par l’architecte Maekawa Kunio* 前川國男 (1905-1986), inaugurée en 1960, a été rénovée et agrandie au début des années 2010 à l’aide de fonds investis par l’entreprise japonaise de composants électroniques ROHM, d’où son nom actuel RHOM Theatre Kyoto, Rōmu shiatā Kyōto ロームシアター京都.

7 L’auteur cite la loi qui limite l’encours total de crédit et ne sera en vigueur qu’en 2010 (sōryō kisei 総量規制). Auparavant, le gouvernement a introduit une loi interdisant d’utiliser l’immobilier comme garantie d’emprunt, ce qui a précipité l’éclatement de la bulle et créé beaucoup de créances douteuses dues à des défauts de remboursement.

8 La World City Expo devait se tenir en 1996, après décision en 1993 du gouverneur de Tokyo, Suzuki Shun.ichi 鈴木俊一 (1910-2010), qui souhaitait organiser un événement à l’échelle d’une exposition universelle. En outre, ce projet devait contribuer au développement d’un nouveau quartier sur des comblements artificiels dans le port de Tokyo, Tokyo Teleport, centré sur les nouvelles technologies, mais enlisé à cause de l’éclatement de la bulle. En 1995, est élu au siège de gouverneur un artiste populaire, Aoshima Yukio 青島幸男 (1932-2006), novice en politique, avec pour programme l’annulation de cette exposition, dispendieuse de fonds publics. Cette suppression coûta très cher en dédommagement aux entreprises et villes étrangères engagées, et l’aménagement du sous-centre du front de mer (rinkai fukutoshin) se poursuivit grâce à de nombreux investissements publics, par le développement d’un quartier mêlant des tours de bureaux, de logements, un centre de convention, des hôtels, des centres commerciaux, doté d’un front de mer paysager censé transformer ce secteur en urban resort.

9 Technologies de l’information et de la communication.

10 La traduction française officielle de BIM est « Bâtiment et informations modélisés » (Ordre des architectes 2018). Il s’agit d’un processus de gestion collaboratif du projet fondé sur les échanges et l’enrichissement de sa maquette numérique par les différents acteurs du projet ‒ la maquette numérique étant l’outil de représentation virtuelle du projet. Le BIM couvre l’ensemble du cycle de vie d’un bâtiment ou d’un ouvrage, de la programmation à la maintenance, en passant par la conception, la construction et l’exploitation, jusqu’au démantèlement potentiel.

11 Computer-augmented design and manufacturing.

12 ArchiCAD est un logiciel d’architecture édité par la société hongroise Grafisoft, qui fait partie du groupe allemand Nemetschek, fournisseur de logiciels pour l’architecture, l’ingénierie et l’industrie du bâtiment. La première version d’ArchiCAD est sortie en 1984, elle permettait d’établir les documents graphiques d’un bâtiment en 2D, et aujourd’hui ce logiciel permet de créer le modèle en 3D d’un bâtiment puis les divers documents nécessaires à sa construction (plans, coupes, perspectives, etc.).

13 AutoCAD est un logiciel de dessin technique assisté par ordinateur (DAO) créé en décembre 1982 par Autodesk, une société californienne d’édition de logiciels. En 1992, AutoCAD est développé pour Mac OS et en 1994, pour Windows. Conçu à l’origine pour les ingénieurs en mécanique, ce logiciel sert aujourd’hui dans de nombreux domaines dont la cartographie, l’architecture ou l’urbanisme. Il serait le logiciel de DAO le plus utilisé dans le monde.

14 Jw_cad est un logiciel libre de CAD, c’est-à-dire computer-aided design (en français : CAO) de deuxième génération et multi-usages, mis au point au Japon et édité à partir de 1997.

15 Un bâtiment à énergie zéro (ZEB) est une construction dont la consommation d’énergie nette est quasi nulle, c’est-à-dire que la quantité totale d’énergie utilisée, calculée sur une moyenne annuelle, est à peu près égale à la quantité d’énergie renouvelable produite sur place. Les expressions zero net energy (ZNE) ou net-zero energy building (NZEB), net zero building sont également utilisées pour désigner la même chose. Le concept de ZEH semble propre au Japon, pays où l’habitat individuel reste le type de logement privilégié même en milieu urbain. En Europe aujourd’hui, l’objectif du bâtiment à énergie positive, qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme, a suppléé celui de la construction à énergie zéro.

16 Ricoh est une entreprise d’électronique. Sekisui House est une des plus importantes entreprises de construction de logements préfabriqués et de maisons individuelles, fondée en 1960, dont le siège social se situe à Osaka. En 2012, Sekisui House a fabriqué et vendu 45 000 logements, dont 16 150 maisons individuelles, construites en structure métallique pour les trois quarts contre un quart en structure bois, ce qui en a fait le premier house maker du Japon cette année-là. En général, c’est Daiwa House qui est considéré comme le plus important constructeur de maisons individuelles, préfabriquées, du Japon. Cette société a été fondée en 1955, également à Osaka, et a élargi ses activités à la construction générale et au développement immobilier. Askul est une société de vente en ligne de fournitures de bureaux. Aeon est quant à elle une entreprise de distribution qui gère des supermarchés et des centres commerciaux dans tout le Japon, la plus importante de toute l’Asie dans ce secteur.

17 Dezaināzu manshon est un néologisme fabriqué à partir de l’anglais designers’ mansion, qui désigne des immeubles résidentiels conçus par des designers ou des architectes.

18 Du fait de la réglementation antisismique, la structure des bâtiments (poteaux et poutres) est surdimensionnée et souvent apparente dans les pièces des appartements : pilier massif saillant d’un mur, poutre épaisse barrant le plafond. Certaines constructions font valoir leurs efforts pour intégrer au mieux la structure et offrir des espaces fluides.

19 C’est-à-dire my home, un néologisme venu de l’anglais pour « maison individuelle ».

20 Charles Eames (1907-1978) est un artiste américain, principalement designer et architecte, connu du public pour la création de chaises et de fauteuils devenus iconiques.

21 Alvar Aalto (1898-1976) est un architecte finlandais, également très actif dans les domaines de l’urbanisme et du design de mobilier. Son travail participe du Mouvement moderne* par son fonctionnalisme, et son architecture, qui emploie le bois et entretient des liens étroits avec les milieux naturels, est qualifiée d’organique.

22 Hans Wegner (1914-2007) est un concepteur de mobilier danois. Ses créations, fabriquées avec des matériaux naturels et selon des savoir-faire traditionnels, sont devenues célèbres à partir des années 1950, reconnaissables par leurs formes modernes et leur fonctionnalisme qualifié d’organique.

23 Le Bauhaus est une école d’architecture et d’arts appliqués fondée en 1919 par l’architecte Walter Gropius (1883-1969) à Weimar en Allemagne, et fermée en 1933 par les nazis, alors qu’elle était dirigée par l’architecte Ludwig Mies van der Rohe (1886-1969). Cette école englobant de nombreux domaines de création a généré un mouvement artistique, et constitue l’une des bases importantes de l’architecture moderne. Plusieurs artistes japonais ont participé au Bauhaus.

24 Frank Lloyd Wright (1867-1959), un des plus célèbres architectes américains et important théoricien de l’urbanisme, est un des fondateurs du mouvement moderne. Son architecture reste proche de formes organiques en lien avec leur environnement. Invité par des clients japonais pour la reconstruction de l’Hôtel impérial à Tokyo, il effectue plusieurs séjours au Japon de 1913 à 1923, année de l’inauguration du bâtiment construit en béton armé et en pierre. Celui-ci résiste au grand séisme du Kantō de 1923 et est démoli en 1968 pour faire place à une nouvelle construction.

25 Ludwig Mies van der Rohe est un architecte allemand naturalisé américain. Dernier directeur du Bauhaus, il émigre aux États-Unis en 1938 où il réalise des villas, puis des gratte-ciels de bureaux à Chicago et New York, aux formes épurées, qui recourent à la technique du mur rideau de verre appliqué sur une structure d’acier, et deviendront emblématiques du style international.

26 Luis Barragán (1902-1988) est un architecte mexicain qui a surtout réalisé des maisons sur des terrains qu’il avait lui-même acquis. Son travail tente une intégration de concepts modernistes et d’éléments vernaculaires, caractérisé par l’usage de couleurs vives et chaudes. Il est en 1980 le deuxième récipiendaire du prix international Pritzker*.

27 Par analogie avec l’art public (paburikku āto パブリックアート) qui désigne principalement des œuvres installées dans l’espace public ou résultant de commandes d’organismes publics (État, collectivités locales, etc.), l’expression « architecture publique » (paburikku kenchiku ブリックな建築) – non usuelle – est utilisée ici dans le sens de bâtiments publics accessibles aux visiteurs (musées, etc.).

28 Jacques Herzog (né en 1950) et Pierre de Meuron (né en 1950), deux architectes suisses, ont créé en 1978 l’agence Herzog & de Meuron, installée à Bâle. Ils ont reçu le prix Pritzker en 2001. Parmi leurs nombreuses réalisations dans le monde entier, on trouve le magasin Prada à Tokyo dans le quartier d’Aoyama.

29 MVRDV est une agence d’architecture et d’urbanisme néerlandaise fondée en 1993 et installée à Rotterdam, dont le sigle est constitué par les initiales des patronymes des architectes fondateurs : Winy Maas (né en 1959), Jacob van Rijs (né en 1964) et Nathalie de Vries (née en 1965). MVRDV a conçu Gyre, un immeuble à usage commercial (boutiques de luxe, restaurants, bars) situé sur Omotesandō.

30 Shinkenchiku est la revue spécialisée la plus populaire du Japon. Ce mensuel a été créé en 1925 et présente l’actualité de l’architecture au Japon ou des réalisations d’architectes japonais à l’étranger.

31 Ōhira Masayoshi 大平正芳 (1910-1980) est un homme politique japonais, premier ministre de 1978 à 1980. Le prix de la fondation Ōhira Masayoshi récompense depuis 1985 des travaux de recherche qui contribuent au développement du « concept de communauté du bassin Pacifique ».

32 Il s’agit de la Gyararī o motsu ie ギャラリーをもつ家 (Maison avec une galerie), conçue par l’architecte Hayashi Masako 林雅子 (1928-2001) et construite à Tokyo en 1983, à propos de laquelle il a écrit le livre intitulé Zō o kau. Chūko jūtaku no susume.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 01. Bâtiment voyageurs de la gare JR de Kyoto, Hara Hiroshi + Atelier Φ, 1997.
Crédits © Edomura no Tokuzō 江戸村のとくぞう 2009.
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/4986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 02. Musée mémorial Sakamoto Ryōma à Kōchi dans l’île de Shikoku, Takahashi Akiko, 1991.
Crédits © Keihin Nike 京浜にけ 2016.
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/4986/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 03. L’hôtel de ville de Nago dans l’île d’Okinawa, Zō sekkei shūdan 象設計集団 (Team Zō*), 1981.
Crédits © Hiroki Toyosaki 2006.
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/4986/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 04. Shokudō tsuki apāto 食堂付きアパート (Appartements avec un restaurant), Naka kenchiku sekkei sutajio 仲建築設計スタジオ (Naka Architects’ Studio) 2014.
Crédits Source : Kenchiku to shakai, décembre 2016.
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/4986/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 05. Centre culturel Yamanashi à Kōfu (anciennement centre de presse et radiodiffusion Yamanashi), Tange Kenzō, 1966.
Légende Numéro de mars 2017, « Les cent projets qui lient l’architecture et la société japonaise ».
Crédits © Sakaori さかおり 2016.
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/4986/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 7,8M
Titre Fig. 06. Couverture de la revue d’architecture A.
Légende « Collaboration Works for a 3rd Field », vol. 6, 2000.
Crédits Source : Kenchiku to shakai, août 2018.
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/4986/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 07. Page d’accueil du site du Tōkyō R Fudōsan. RealTokyoEstate : https://www.realtokyoestate.co.jp/​.
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/4986/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Fig. 08. Cette petite boîte carrée du nom d’untitled était l’ancien bureau d’Open A. Elle sert aujourd’hui de lieu de rencontres et de galerie.
Crédits Source : Kenchiku to shakai, août 2018.
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/4986/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 09. L’architecte Seike Kiyoshi en 1998 devant sa maison Watashi no uchi.
Crédits Source : Kenchiku to shakai, août 2018 / Revue A, vol. 3, 1998.
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/4986/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 10. Évolution de la consommation totale d’énergie au Japon
Crédits Source : Kenchiku to shakai, août 2018.
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/4986/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 11. ENEMANE House 2017, une réhabilitation du bâti existant proposée conjointement par les étudiants de l’université Waseda et l’institut de technologie de Shibaura
Crédits Source : Kenchiku to shakai, août 2018.
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/4986/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 12. Couverture du numéro spécial « Tokyo New Scape(s) », Casa BRUTUS, vol. 224, novembre 2018.
Légende « C’est une meilleure compréhension de l’architecture par la société qui a rendu possibles les numéros spéciaux de Casa BRUTUS sur l’architecture », explique le rédacteur en chef de BRUTUS.
URL http://journals.openedition.org/ebisu/docannexe/image/4986/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yūki Kuwahara, « L’ère Heisei et l’architecture »Ebisu, 57 | 2020, 83-145.

Référence électronique

Yūki Kuwahara, « L’ère Heisei et l’architecture »Ebisu [En ligne], 57 | 2020, mis en ligne le 20 décembre 2020, consulté le 22 septembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/4986 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.4986

Haut de page

Auteur

Yūki Kuwahara

桑原悠樹(編)

Kuwahara Yūki est le rédacteur en chef de la revue Kenchiku to shakai 建築と社会 (Architecture et société).

桑原悠樹:日本建築協会協会誌『建築と社会』編集長。

Kuwahara Yūki is editor-in-chief of the journal Kenchiku to shakai 建築と社会 (Architecture and Society).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search