Navigation – Plan du site
Dossier. Naissance d’une revue féministe au Japon : Seitō (1911-1916)

Chronologie interne à Seitō

établie par Christine Lévy
Christine Lévy
p. 167-171

Texte intégral

1Les textes suivis d’un astérisque * sont traduits en français et sont à paraître.

1911

Première année de Seitō

mars

Ikuta Chōkō, traducteur de Nietzsche, encourage Hiratsuka Haru (infra Raichō) à créer une revue littéraire féminine.

30 mai

Hiratsuka Raichō et Yasumochi Yoshi impriment secrètement les statuts de l’association Seitōsha dans la résidence pour étudiantes de l’école supérieure de jeunes filles Joshi daigakkō (Raichō avait été exclue de l’association des anciennes élèves Ōfūkai).

1er juin 

Les fondatrices de Seitōsha, Nakano Hatsu, Yasumochi Yoshi, Kiuchi Tei, Hiratsuka Raichō et Mozume Kazu se réunissent chez cette dernière.

6 juin

Raichō rend visite à la poétesse Yosano Akiko pour lui demander une contribution pour le premier numéro de la revue.

21 juin

La parution de Seitō est annoncée dans la presse : Yomiuri shinbun, Tōkyō Asahi shinbun, Kokumin shinbun.

7 août

Raichō demande à Naganuma Chieko de concevoir la couverture de Seitō.

sept. 

Parution du premier numéro de Seitō tiré à 1 000 exemplaires, avec le poème de Yosano Akiko Sozorogoto (Flânerie) et le Manifeste de Hiratsuka Raichō « À l’origine, la femme était le soleil* ». Seitōsha compte alors 30 membres, dont 7 membres bienfaitrices, des femmes connues dans le milieu littéraire.

Première représentation d’Une Maison de poupée d’Ibsen avec Matsui Sumako dans le rôle de Nora, à l’université Waseda.

oct. 

Le second numéro comprend des articles sur la pièce d’Ibsen, Hedda Gabler.

1912

Seconde année de Seitō

jan.

Parution du supplément spécial sur Nora, l’héroïne d’Une Maison de poupée.

fév.

Seitōsha compte 56 membres.

mars 

Parution chez l’éditeur Hakubunkan du recueil de douze nouvelles (Keishū shōsetsu jūnihen) écrites par des membres de Seitōsha, sous la direction d’Okada Yachiyo.

avril 

Numéro consacré aux romans (nouvelles).

Première interdiction de vente de Seitō qui contient la nouvelle La Lettre* d’Araki Iku.

Première réunion du groupe d’études de Seitō, avec des conférenciers invités.

mai

La pièce de Sudermann, Magda (Kokyō, pays natal en japonais), jouée par la troupe de Bungei kyōkai, est interdite de représentation pour atteinte morale à la famille.

Yomiuri shinbun publie une série de 25 articles sur la « femme nouvelle ».

juin

Un dossier spécial est consacré à Magda dans Seitō.

juil. 

Affaires dites « Goshiki no sake » (cocktail aux cinq couleurs) et « Yoshiwara tōrō » (visite au quartier de plaisir de Yoshiwara) : des articles à sensation attaquent les « femmes nouvelles ».

août

Seitō publie la correspondance intime entre Hiratsuka Raichō et Otake Kōkichi (Beniyoshi).

sept.

Adhésion d’Itō Noe.

oct.

Premier anniversaire de Seitō, fêté à Uguisudani. Le tirage est passé à 3 000 exemplaires.

Raichō publie un article dans lequel Higuchi Ichiyō est qualifiée de femme « ancienne ».

Tōkyō nichinichi shinbun publie six articles intitulés « Atarashigaru onna » (Les femmes qui se veulent nouvelles).

Articles sur la femme nouvelle également dans la revue Shinchō.

nov.

Itō Noe commence à aider au travail éditorial de Seitō.

1913

Troisième année de Seitō

jan.

Raichō commence à traduire Ellen Key.

Premier supplément spécial de Seitō sur les femmes nouvelles et la question féminine.

Raichō publie dans Chūō kōron « Watashi wa atarashii onna de aru » (Je suis une femme nouvelle) pour son numéro spécial consacré aux femmes nouvelles. Certains des articles sont traduits en anglais pour le Japan Times.

fév.

Projet de la création d’un groupe d’étude littéraire au sein de Seitō.

15 fév.

La première conférence publique de Seitōsha. Raichō ouvre la séance, suivie des conférences successives d’Itō Noe, Ikuta Chōkō, Iwano Hōmei.

Parution du premier recueil de romans Seitō shōsetsu-shū dai ichi publié par Seitōsha. La majorité des œuvres traite du conflit dans les rapports entre les hommes et les femmes. Le projet était de publier une fois par an ce type de recueil, mais il ne connut pas de suite.

Interdiction du second numéro consacré aux femmes nouvelles et à la question féminine, dans lequel figure l’article de la socialiste Fukuda Hideko « Solution à la question féminine* ».

mars

Nishikawa Fumiko, Miyazaki Teruko, Kimura Komako créent la Nouvelle association de la vraie femme (Shin-shinfujin-kai) pour se démarquer des critiques émises à l’encontre de Seitō par les média.

avril

Raichō publie dans Seitō « Aux femmes de ce monde* » dans lequel elle critique le mariage en tant qu’institution.

20 avril

Le ministère de l’éducation décide d’interdire dans les revues féminines les publications de textes critiquant le principe de la « bonne épouse, mère avisée ». Seitō est la principale publication visée.

25 avril

Les membres de Seitō sont convoquées par le bureau supérieur de la censure de la police pour atteinte aux vertus de la femme à cause de l’article de Raichō « Aux femmes de ce monde* ».

Seitō reçoit des menaces de mort de la part d’un parti qui se dénomme Howaito kyappu-tō (Parti des cagoules blanches) : Iwano Kiyo, Hayashi Chitose, Itō Noe, Araki Iku y sont nommément menacées.

mai

Ikuta Chōkō, mentor de Raichō, prend ses distances par rapport à la revue.

L’ouvrage de Raichō, Marumado yori (D’une fenêtre ronde), est interdit à la vente.

juin

Marumado yori paraît sous le titre Tozashi aru mado nite (D’une fenêtre fermée) amputé de l’article « Aux femmes de ce monde* ».

La revue Taiyō publie un numéro spécial intitulé « Kinji no fujin mondai kō » (Réflexions sur la question féminine aujourd’hui).

juil.

Le mensuel Chūō kōron publie un numéro spécial sur la question féminine, qui inclut un dossier consacré à Hiratsuka Raichō.

oct.

Modification des statuts de Seitōsha : le premier article affirme que l’association se donne pour but l’éveil de la conscience des femmes, le développement de la vocation personnelle de chacune et la naissance des talents féminins. Le statut des membres est modifié dans le sens d’un engagement plus important envers l’association. Un appel est lancé pour des dons de soutien et la création d’un groupe de membres donatrices est décidée.

1914

Quatrième année de Seitō

jan.

Raichō quitte son foyer familial et commence à vivre avec Hiroshi, son amant.

Nishizaki (Ikuta) Hanayo publie « Des difficultés de la vie amoureuse et de la vie quotidienne* ».

Supplément à Seitō sur La profession de Mme Warren, de George Bernard Shaw.

mars

Otake Kōkichi (Beniyoshi) qui a quitté Seitō, lance la revue Safuran (publication jusqu’en août).

Itō Noe traduit La tragédie de l’émancipation de la femme d’Emma Goldman.

avril

Numéro spécial de Seitō consacré aux romans et aux nouvelles.

Ikuta Chōkō et Morita Sōhei lancent la revue Hankyō (Résonance).

sept.

L’article « Taberu koto to teisō to » (« Manger et rester chaste ») d’Ikuta Hanayo, publié dans Hankyō, lance la polémique sur la question de la chasteté.

oct.

Raichō confie la rédaction éditoriale de Seitō à Itō Noe.

déc.

Yasuda Satsuki publie dans Seitō « Vivre et rester chaste* » en réponse à Ikuta Hanayo.

1915

Cinquième année de Seitō

jan.

La direction de la rédaction et de l’édition passe définitivement aux mains d’Itō Noe.

Raichō publie « Seitō to watashi : Seitō o Noe san ni oyuzuri suru ni tsuite » (Seitō et moi : à propos de la cession de Seitō à Itō Noe).

Réponse d’Itō Noe « Seitō o hikitsugu ni tsuite (À propos de la succession à la direction de Seitō) ». Nouvelle directive dans l’organisation de Seitō qui n’a plus « ni statuts, ni direction éditoriale, ni principes ». Les non-membres de Seitō peuvent proposer des textes, mais Itō Noe est seule responsable de la sélection des textes à publier.

fév.

Itō Noe publie « Diverses pensées sur la chasteté* ».

Ikuta Hanayo publie dans Hankyō une réponse au texte de Yasuda Satsuki.

mars

Raichō publie « Shojo no kachi » (La valeur de la virginité) dans Shinkōron.

avril

Ōsugi Sakae publie « Shojo to teisō to shūchi to » (La virginité, la chasteté et la pudeur) dans Shinkōron, commentaire sous forme de lettre à Itō Noe sur le débat.

mai

Numéro spécial consacré aux romans et aux nouvelles.

juin

Harada Satsuki publie D’une femme en prison à son homme*, le numéro de Seitō est interdit, la nouvelle lance la polémique sur l’avortement (troisième interdiction de la revue).

Itō Noe publie « Lettre à Mme Nogami Yaeko* ».

juil.

La rédaction sollicite l’avis du plus grand nombre possible des membres de Seitō sur la question de l’avortement.

août

Itō Noe accouche de son second enfant, Seitō ne paraît pas.

sept.

Raichō publie « Lettre à Noe : à propos du conflit entre la vie de l’individu et la vie en tant qu’être sexué* ».

nov.

Saiga Koto publie « Senka » (Désastres de la guerre), seul texte antibelliciste de Seitō.

déc.

Itō Noe publie « À propos des œuvres sociales des Japonaises : arrogance, intolérance, inconséquence* ».

Raichō accouche de son premier enfant.

1916

Sixième année de Seitō

jan.

Yamakawa Kikue publie « Réponse à Itō Noe au sujet des œuvres sociales des Japonaises* ».

Réponse de Noe : « Aoyama Kikue shi ni » (À Mme Aoyama [Yamakawa] Kikue).

Création de la revue féminine Fujin kōron (Débat public des femmes, encore publiée de nos jours).

fév.

Yamakawa Kikue répond à Itō Noe « Sara ni ronshi o akasuni » (Pour éclairer la polémique).

Fin de la publication de Seitō, 52 livraisons depuis 1911.

Durant cette période, environ deux cents femmes ont contribué d’une manière ou d’une autre à des publications au sein de la revue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Lévy, « Chronologie interne à Seitō », Ebisu, 48 | 2012, 167-171.

Référence électronique

Christine Lévy, « Chronologie interne à Seitō », Ebisu [En ligne], 48 | automne-hiver 2012, mis en ligne le 20 mars 2014, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/669 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.669

Haut de page

Auteur

Christine Lévy

クリスチーヌ・レヴィ

Christine Lévy, maîtresse de conférences à l’université de Bordeaux 3, est actuellement chercheure détachée à la Maison franco-japonaise de Tokyo (UMIFRE 19 MAEE-CNRS) où elle mène des recherches sur l’histoire des idées politiques depuis Meiji, du féminisme et sur les gender studies au Japon.

Christine Lévy, Senior Lecturer at the University of Bordeaux 3, is currently assigned to the French Research Institute on Japan in Tokyo (UMIFRE 19 MAEE-CNRS) where she undertakes her research on the history of political ideas since Meiji, Feminism and on Gender Studies in Japan.

クリスチーヌ・レヴィは現在、日仏会館・フランス国立日本研究センターで研究員として日本の近現代政治思想史、フェミニズム、ジェンダー研究を続けている。初期社会主義、自由民権運動、『青鞜』などについて様々な翻訳も出版している。

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise

Haut de page
  • Logo Maison franco-japonaise
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals