Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59Livres à lireComptes rendusSouyri Pierre-François & Pons Phi...

Livres à lire
Comptes rendus

Souyri Pierre-François & Pons Philippe, L’Esprit de plaisir : une histoire de la sexualité et de l’érotisme au Japon (17e-20e siècle)

Lausanne, Payot, 527 p.
Claude Estèbe
p. 409-411
Référence(s) :

Souyri Pierre-François & Pons Philippe, L’Esprit de plaisir : une histoire de la sexualité et de l’érotisme au Japon (17e-20e siècle), Lausanne, Payot, 527 p.

Texte intégral

  • 1 La première étant : Le Japon des Japonais, Paris, Liana Lévi, 2002.
  • 2 Philippe Pons a publié plusieurs ouvrages de sciences sociales, dont Misère et crime au Japon du xv (...)
  • 3 Odaira Namihei, Zoom Japon, 15 décembre 2020.

1Cet ouvrage est la première étude francophone d’envergure sur les pratiques et les contradictions en matière de sexe et de rapports hommes-femmes au Japon. C’est aussi la deuxième collaboration1 entre deux grands spécialistes de l’Archipel, Pierre-François Souyri, historien du Japon et professeur honoraire à l’université de Genève et Philippe Pons, correspondant du Monde à Tokyo et membre fondateur du Centre de Recherche sur le Japon de l’EHESS2. L’ouvrage est le fruit d’une longue complicité qui leur a demandé de nombreuses années de travail. Philippe Pons le rappelle dans une interview : « Au départ, nous pensions à une sorte d’essai sur l’érotisme et nous nous sommes aperçus que le sujet était infiniment plus complexe et nécessitait des recherches à la fois historiques sur le contexte social et politique des époques considérées, mais aussi littéraires et iconographiques3. »

2La tâche à laquelle ils se sont attelés est en effet délicate : essayer de restituer une histoire critique de l’érotisme au Japon en la contextualisant sur le temps long. Une première, car s’il existe des livres académiques sur des périodes ou des thématiques précises, il n’y avait pas d’ouvrage en français pour présenter l’érotisme au Japon en couvrant une longue période allant du xviie au milieu du xxe siècle, mettant ainsi en perspective la rupture qui s’opère au contact de l’Occident à partir du milieu du xixe siècle.

3Le résultat est impressionnant, une somme de plus de 500 pages, 71 illustrations, une bibliographie de plus de 400 ouvrages, 44 pages de notes, un index des noms de personnes et une table des matières détaillées précieuse pour les chercheurs.

4Comme le précise l’introduction, la difficulté de ce genre de recherches est de ne pas s’enfermer dans une définition forgée à partir de concepts occidentaux pouvant amener un biais culturel. Pierre-François Souyri s’y était déjà attelé dans un précédent ouvrage, Moderne sans être occidental : aux origines du Japon d’aujourd’hui (Gallimard 2016). Nous avons ici le même souci des auteurs de présenter « l’érotisme japonais » de l’intérieur. Pour cela, ils convoquent le terme japonais asobi . Asobi, le divertissement, est une notion qui définit probablement mieux le rapport à la sexualité au Japon que le concept d’érotisme. Les Occidentaux qui ont résidé un temps au Japon ont probablement été surpris par l’usage fréquent et polysémique du verbe asobu (se divertir) qui peut, suivant le contexte, renvoyer « aux amusements les plus anodins (comme les jeux d’enfants) ainsi qu’aux plaisirs des adultes : musique, joutes poétiques, calligraphie, spectacles, banquets… », mais également « au plaisir charnel, conférant à celui-ci un caractère ludique – du plus trivial au plus raffiné ». Asobi no seishin びの精神 (l’esprit de plaisir) sera donc le fil conducteur de cet ouvrage.

  • 4 Personnellement, j’aurais ajouté à cette sélection L’Empire érotique, Paris, La Sirène, 1993, de Ro (...)

5Bien que l’introduction présente cette notion d’asobi dès les jeux de cour de l’aristocratie de l’époque Heian (794-1185) et du xiie siècle à la fin du xvie siècle, le premier chapitre de ce livre séquencé chronologiquement ne commence qu’à l’époque d’Edo (1603-1868), dans les années 1600. Les auteurs soulignent qu’auparavant, seules les pratiques de la culture aristocratique sont bien connues. D’autre part, la culture d’Edo est suffisamment riche et documentée pour présenter une vision globale de l’érotisme intégrant la culture populaire. Cette période est analysée dans cinq premiers chapitres thématiques. Les cinq derniers présentent chronologiquement les diverses phases de la confrontation avec l’Occident et l’accélération de la modernisation qui en découle. Le livre s’achève sur les années 1960. Ensuite, « la cartographie du plaisir charnel et de son imaginaire se modifie et amorce un nouveau régime de sexualité ». Les auteurs, considérant ce sujet déjà abondamment traité, renvoient les lecteurs à une liste d’ouvrages de référence4.

6L’ouvrage intègre dans les passages synthétiques de courtes anecdotes qui exemplifient le propos sans trop le diluer. Les auteurs rappellent la difficulté de mener à bien une telle tâche sans simplifier ou omettre certaines pistes. La sexualité traversant l’ensemble de la culture japonaise, chaque spécialiste pourra à la fois y compléter ses lacunes ou regretter l’absence de thèmes qui le préoccupent. Ainsi, la transition de Meiji est développée dans tout un chapitre mais le sujet est si complexe qu’il aurait pu remplir un ouvrage entier. Si l’influence de la morale victorienne à la fin du xixe est importante et soulignée à juste titre, on peut se demander si l’influence puritaine du bouddhisme n’aurait pas pu être davantage explorée.

7Les illustrations comprennent un cahier de 8 pages couleur et 59 illustrations en noir et blanc dans le texte. La qualité des reproductions in texto laissent à désirer, mais elles forment une iconographie rare, surtout pour les photographies. Bien que le Japon soit un des pays le plus et le mieux photographié, il reste des lacunes. Si l’on peut trouver d’innombrables photographies de geishas ou de « pseudo » geishas, il reste très peu de documents sur les moga (modan gāru ダンガール, Modern girl), mobo (modan boi ダンボイ, Modern boy) et jokyū de la période Taishō (1912-1926) – la majorité des archives ayant disparues pendant la guerre du Pacifique. Les photos présentées ici sont donc de précieux documents, comme un superbe portrait d’une panpan gāru ンパンガール (prostituée d’après-guerre) par Yoshida Jun (p. 397).

8Ces photographies complètent efficacement le texte. Ainsi, la photographie de l’écrivain Nagai Kafū 井荷 avec les danseuses de l’Opéra Kan d’Asakusa (p. 367) montre le gouffre qui sépare l’univers esthétique raffiné décrit par l’écrivain de la réalité plus prosaïque de son « dernier brin de paradis ». Voir encore la photographie de l’arrestation d’Abe Sada, tout sourire après le meurtre de son amant. Le saisissant contraste des deux photographies de 1945 des vaincus… et des vainqueurs (p. 392).

9Cet ouvrage riche et complexe intéressera tous les chercheurs et amateurs du Japon. Rappelons pour les étudiants que cet « esprit de plaisir » innervant toute la société japonaise, sa connaissance est indispensable comme élément de culture générale. Les codes des courtisanes du quartier réservé de Yoshiwara , par exemple, apparaissent dans nombre de films, chansons et productions culturelles.

10Quand on voit, de nos jours, l’absence de reconnaissance des instances culturelles gouvernementales pour l’art des estampes érotiques (shunga ) ou la pratique du tatouage traditionnel (irezumi ) il serait également intéressant de disposer d’une version en langue japonaise de l’ouvrage…

  • 5 Esnard Philippe, Le Temps, 13 février 2021.

11Au-delà de la richesse de cet ouvrage, la conjonction de deux plumes de registres différents nous offre un vrai plaisir de lecture pour ce « Voyage érudit et jubilatoire au cœur de l’érotique japonaise5 ».

Haut de page

Notes

1 La première étant : Le Japon des Japonais, Paris, Liana Lévi, 2002.

2 Philippe Pons a publié plusieurs ouvrages de sciences sociales, dont Misère et crime au Japon du xviie siècle à nos jours (Gallimard, 1999).

3 Odaira Namihei, Zoom Japon, 15 décembre 2020.

4 Personnellement, j’aurais ajouté à cette sélection L’Empire érotique, Paris, La Sirène, 1993, de Romain Slocombe, pour son iconographie originale, inédite et osée pour l’époque (la FNAC avait refusé de le diffuser).

5 Esnard Philippe, Le Temps, 13 février 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Estèbe, « Souyri Pierre-François & Pons Philippe, L’Esprit de plaisir : une histoire de la sexualité et de l’érotisme au Japon (17e-20e siècle) »Ebisu, 59 | 2022, 409-411.

Référence électronique

Claude Estèbe, « Souyri Pierre-François & Pons Philippe, L’Esprit de plaisir : une histoire de la sexualité et de l’érotisme au Japon (17e-20e siècle) »Ebisu [En ligne], 59 | 2022, mis en ligne le 15 mars 2022, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ebisu/7605 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ebisu.7605

Haut de page

Auteur

Claude Estèbe

Photographe et expert en photographie ancienne

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search